Version classiqueVersion mobile

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Clubs et fédérations

Débats

Texte intégral

1Charles Pigeassou Je vous propose d'engager directement le débat. Le thème est particulièrement d'actualité et il faut remercier Jacques Defrance pour son rapport sur les Fédérations et Jean Houël pour son exposé. Chacun de vous dispose de documents complémentaires qui ont été distribués. Essayons de débattre sur des questions de fond.
(…)

2Christian Garrabos Je m'adresserai à Jean Houël. J'ai été extrêmement intéressé par votre exposé mais je regrette que vous n'ayez pas donné votre propre commentaire, ès-qualité, sur ce thème.

3Vous avez choisi sûrement cette option, en vous réservant pour le débat (…).

4Il y a deux manières d'envisager le sport. Soit le sport est abordé comme une sorte de réalité intrinsèque, essentielle et au-dessus des hommes. Soit le sport est abordé concrètement, en fonction des goûts et des demandes exprimées par les pratiquants. Il y a une ambiguïté fondamentale qui apparaît si l'on confond les deux registres. En référence à la première approche, il est possible de dégager des règles constitutives du club sportif, des fédérations, etc… Mais ces règles risquent d'être sans fondement réel si on doit les appliquer à la réalité sociale du sport. Celui-ci est un marché. Par ailleurs, les pratiquants, les compétiteurs, les parents, les administrations, les sponsors ont leur propre logique (…).

5Beaucoup de dirigeants sportifs refusent encore d’appliquer l'idée financière, si j'ose dire, c'est-à-dire de "faire payer le service"… Or, les clubs donnent généralement des prestations de qualité. Ils intéressent des publics qui découvrent le sport sans pour autant s'intégrer de façon durable à la compétition. Pourquoi les clubs ne tireraient-ils pas les bénéfices de ces prestations ? Il n'y aurait rien de déshonorant à cela.
(…)

6Jean Houël Je ne sais pas si votre intervention est de forme interrogative ? Toutefois, je vais donner mon point de vue à ce sujet. Une idée est communément admise : le sport est "du social" ; le sport ne doit pas trop coûter au pratiquant de club. Pourtant, les capitaux publics investis sont généralement très élevés, par exemple lorsqu'il s'agit de construire des installations pour favoriser cette forme de pratique sportive… Ceci étant dit, je rappelle que je suis déjà intervenu lors d'une Université d'Eté antérieure sur le thème : "Le sport comme entreprise". C'est dire que le sujet est bien au centre de certaines de mes interrogations sportives. Les clubs doivent-ils prendre en compte toutes les demandes sociales ? Tous les clubs sont-ils en mesure de répondre par l'affirmative ? La structure de type club est-elle véritablement appropriée à cet accueil ? Les réponses ne sont pas simples. Encore faut-il clarifier le débat.
(…)

7Jacques Ferran Il faut conserver une continuité à nos débats, de manière à enrichir nos acquis en vue de préparer l'avenir, c'est-à-dire la préparation d'Assises Nationales du Sport. Évitons les questions de points de détail et tâchons, si vous le voulez bien, de repérer quelques grands axes (…).

8Dans l'exposé, lorsque vous avez évoqué les changements survenus dans le club, vous n'avez pas parlé de l'apparition des formes de loisirs sportifs qui contribue à la mise en place d'un nouveau type de club tandis que les clubs classiques continuent de jouer leur rôle.

9Il y a également l'aspect concernant les relations du club avec l'école. Bien sûr, l'Université d'Eté consacre un thème entier sur le sujet mais il faut le replacer aussi par rapport à l'environnement du club.

10Vous êtes passé assez vite sur la question du bénévolat et du salariat au sein des clubs. D'autres Universités d'Eté se sont penchées sur ces thèmes. (…) Mais il reste d’actualité.

11Permettez-moi d'ajouter tout le problème de la communication : relation avec la presse, promotion d'une image de club, etc…

12Enfin, faut-il distinguer entre deux sortes de club ? Y-a-t-il des "clubs à objet non lucratif" qu’il convient d'opposer à des clubs devenus, qu'on le veuille ou non, des sociétés commerciales ? (…)

13Pour terminer, je reprendrai une interrogation qui me semble très importante. Le club est-il dépositaire d'une éthique, d'une déontologie, d'une certaine conception du sport ? Faut-il négliger cette, perspective ou doit-on, mais preuves à l'appui, avancer l'idée qu'il a un rôle important à jouer ?

14Voilà des pistes, des ouvertures qu'il faut esquisser, formaliser ensuite, pour établir des acquis et des propositions. (…).
(…)

15Henri Lambert Monsieur Houël nous a longuement parlé du club organisateur de pratiques et prestataire de service. Pensez-vous qu'il s'agit là des activités de la grande majorité des clubs ? Personnellement je n'en suis pas certain. Les dirigeants, l'encadrement du club me paraissent s'organiser selon d'autres dimensions. Le pratiquant de club n'est pas un "consommateur". Mettons bien l'accent sur la réalité sociale du club faite de sociabilité, de relations interpersonnelles, de bénévolat et de dévouement aussi. Il ne faudrait pas que les lecteurs des actes de l'Université d'Eté de Montpellier puissent penser que les clubs universitaires ou les participants d'aujourd'hui tournent le dos à cette réalité profonde, authentique de la culture sportive du club. En une formule, ne perdons pas le sens de la réalité sociale du club sportif !
(…)

16Robert Denel On peut se poser plusieurs questions. Pourquoi y a-t-il des clubs ? Pourquoi fonde t-on un club ? Pourquoi pratique-t-on un club ? etc… Il y a toujours des intérêts qui président à ces questions (…).

17Y a-t-il actuellement une mutation qui s'opère entre les attentes traditionnelles liées au club et une autre logique qui s'apparente à un marché, avec une formule "prestation" ? L'un des problèmes importants se situe à ce niveau. Henri Lambert a parfaitement raison de nous inciter à la prudence mais, pour autant, il faut savoir ce que les nouveaux pratiquants sportifs attendent exactement du club lorsqu'ils le sollicitent. Fait-on le saut ou pas ? Dans mon club, j'ai fait le saut. Je me transforme en celui qui organise une prestation. Je suis alors dans une logique d'entreprise. Mais je ne me considère pas à la seule disposition de ce nouveau type d'usager. En même temps, il me semble que je propose une qualité de prestations supérieure à celle "vendue" dans d'autres cadres. Ceci dit, mon statut de dirigeant bénévole reste entier. Le club-mon club ! - existe. (…).

18Si le mouvement sportif ne fait pas ce saut, tout un domaine des activités sportives ne sera pas pris en compte par les clubs. Auquel cas, et c'est ma façon de voir, il faut répondre présent, réexaminer la formation des dirigeants, le recrutement, les motivations, etc, etc…
(…)

19René Moustard Je vais me contenter d'indiquer les têtes du chapitre qui me paraissent importants, dans la perspective des assises et au delà.

20L'être humain n'est pas un robot. L'implication au sein du mouvement sportif procède de ce constat. Elle est en rupture avec l'idéologie répandue aujourd'hui, qui tend à identifier activité humaine avec activité marchande. L'activité humaine est fondamentalement non marchande. Elle repose sur le besoin et non sur le désir qui, lui, n'est que le reflet de la marchandisation du sport. Au contraire, le besoin renvoie à l'épanouissement humain. (…)

21Ceci dit, le club peut entrer dans des rapports marchands. Il peut ainsi vendre quelque chose pour pouvoir acheter une autre chose. Il faut revenir à cette clarification qui conduit nécessairement à distinguer activité humaine et activité marchande.

22Second chapitre. Je partage tout à fait le point de vue défendu par Henri Lambert. 95 % des clubs en France reposent sur le besoin de faire une activité pour soi-même et grâce au contact direct avec autrui. Les clubs qui sont engagés dans une logique de commercialisation sportive sont une infime minorité. C'est souvent par une savante illusion de perspective qu'on nous fait croire qu'ils sont des véritables solutions d'avenir pour le sport. Mais je suis également en accord avec l'intervention de Robert Denel. Il faut s'ouvrir sur l'économie, non pas pour s'y soumettre mais pour s'en servir : faire en sorte qu'elle soit au service du mouvement sportif et non pas l'inverse.
(…)

23Georges Joubert Mon ami Moustard vient de formuler des remarques qui correspondent à ce que je souhaitais dire. Et il l'a très bien exprimé. Aussi, il est inutile que j'ajoute à son analyse. Il me reste à insister sur un point important. Un dirigeant de club qui choisit d'être dirigeant le fait par altruisme. Et quand on est bon dirigeant, on sait reconnaître dans une autre personne ces qualités d'altruisme.

24Par rapport à l'intervention de Robert Denel, je dirai qu'il faut se méfier d'un risque de dérapage. Par exemple, si on prend en charge des pratiquants qui sont traités comme des simples consommateurs, ne risque-t-on pas de les empêcher définitivement de s'impliquer comme nous-mêmes avons pu le faire ? On risque de les considérer comme de simples usagers.

25De plus, est-on forcément compétent pour conserver la maîtrise des objectifs et la maîtrise des opérations ? Ça reste à prouver (…).

26Je vais donner un exemple qui concerne mon club. Il s’agissait de recueillir des fonds pour soutenir le haut niveau en ski de compétition. Quelle est la solution qu'on a choisie ?

27On a construit un chalet-hôtel de 50 places, on a investi 2 millions de nouveaux francs. Pour la gestion, on pouvait chercher quelqu'un qui se comporterait comme un gérant. Il était possible aussi de nommer un des membres du Conseil d'Administration à la tête de l'opération. Ce qui a été fait. Il est le garant de l'esprit du club dans cette formule d'activité (…) Bien sûr, on peut difficilement rivaliser avec le secteur privé. Mais notre spécificité, notre estampille doit être un mélange d'idéalisme et de réalisme (…). Et ce n'est pas utopique de rechercher des solutions de ce genre.
(…)

28Charles Pigeassou Je vous propose de clore les débats concernant les clubs sur cette intervention de Georges Joubert. Le sujet est vaste. Il n'est pas possible d'apporter des réponses détaillées, dès aujourd’hui, aux interrogations et aux questions soulevées.

29Compte tenu du temps qui nous reste, et pour que les débats ne soient pas déséquilibrés, je vous propose de recentrer maintenant nos échanges sur les fédérations et sur l'action fédérale.
(…)

30Henri Lambert J'aimerais que l’on définisse mieux l'autorité dont il est question (…). Nous avons évoqué également le problème de la représentativité d'une fédération auprès de l'Etat. On a dit à ce sujet que le critère était le nombre de licenciés. Plus une fédération a de licenciés et plus elle est crédible. De toute évidence, cette référence introduit des inégalités. Les fédérations affinitaires délivrent une licence multi-activités tandis que le ski, avec sa fameuse assurance-licence, dispose d'un effectif conséquent. De même, les habitudes varient selon les fédérations. Certaines d'entre elles licencient dès la première enfance, d'autres bien plus tard (…). Le critère du nombre de licences est-il pertinent ?

31De plus, il est important de s'interroger sur l'autorité que prennent les fédérations vis-à-vis des collectivités locales. Je prendrai quelques exemples classiques. Une fédération change les normes de terrain en vigueur et cette décision met la commune devant le fait accompli. Il faut s'exécuter… et exécuter les travaux. Qui paye ? La commune, évidemment. Autre illustration. La F.F. de Rugby décide de la participation d'un club au challenge Yves du Manoir. Mais tous les matches se jouent en nocturne. Ou bien le stade - votre stade - est équipé en conséquence, ou vous vous exécutez, ou votre équipe ne peut pas prendre part à cette compétition. Je me permets simplement d'insister sur ces points car ils définissent, en partie tout au moins, la réalité quotidienne du sport (…).

32Il ne faut pas regarder que le côté négatif. Permettez-moi cependant d'insister sur cet aspect. Dernière illustration enfin. Il fut un temps où seul l’arbitre de la F.F.de Foot-ball décidait qu'un match était jouable ou pas, la réfection de la pelouse revenant ensuite à la collectivité locale… Les relations avec les collectivités territoriales ne sont pas les seules. Il y a les médias (…). Les Fédérations ne gouvernent plus chez elles dès que les médias entendent couvrir un événement sportif. Les impératifs de la retransmission télévisée conduisent à des changements d'horaire (…). Il est important de ne pas oublier ici le pouvoir des médias ou encore celui des sponsors, même si ces aspects intéressent essentiellement le haut niveau.
(…).

33Bernard Astoul Je voudrais évoquer un autre aspect. Je vous assure que l'autorité de la F.F d'Athlétisme, à un moment donné, n'était pas menacée de l'intérieur (…). Je fais allusion à une fraude en élections du comité directeur de la ligue que je me suis employé à faire dénoncer Le représentant de la Jeunesse et des Sports, qui était alors le Directeur adjoint, m'a poussé à "me remuer"…

34Je lui avais suggéré : pourquoi ne faites-vous pas un contrôle financier de la ligue puisqu'elle est sous votre tutelle ? (…). Lui-même m'a incité à porter plainte au sujet de cette fraude, à l'occasion d'élections. Fallait-il le faire devant le Tribunal Administratif ? Là, on m'a répondu : ce n'est pas de notre ressort. On m’a alors envoyé au tribunal d'instance. Le tribunal d'instance m'a lui-même envoyé au Tribunal de Grande Instance. Je suis allé retrouver le responsable des associations à la préfecture, en lui expliquant le parcours que j'avais fait. Ceci l'a incité à consulter la jurisprudence sur la loi de 1901. Je vous signale qu'elle est très maigre. Ça tient en une demi-page. Je me suis rendu ensuite à la consultation gratuite des avocats. Un ancien Tuciste, avocat à Toulouse, m'a assuré, comme ses confrères, que notre cause était gagnée. Mais il a ajouté… "Il faut prévoir 8000 francs de frais". Je lui ai demandé alors qui allait payer. Sur ce point, il a été très clair. Il m'a dit : si vous gagnez, c'est la ligue qui paye, et ce n'est même pas le Président de ligue qui a fraudé. (…). On a donc engagé un recours auprès de la Fédération d'Athlétisme. En vertu des statuts et règlements, la commission concernée a estimé qu'il n'était pas utile de recommencer des élections. (…)

35En fait, quelle est la leçon à tirer ? Si nous étions allés jusqu'au bout de notre raisonnement, nous aurions simplement - et indirectement - pénalisé les athlètes de la ligue Midi-Pyrénées.
(…)

36Charles Pigeassou Merci pour cette illustration. Y a-t-il d'autres personnes qui souhaitent intervenir ? Une dernière prise de parole, s'il vous plaît.
(…)

37Pierre Collomb Je tenais simplement à faire une petite précision. On a beaucoup parlé de la loi de 1901. Sans vouloir être ici son défenseur à proprement parler, il ne me paraît pas intéressant de lui "taper dessus", si vous me pardonnez l'expression.

38Faisons un simple rappel historique. La loi de 1901 concerne la liberté d'association. Auparavant, lorsqu'on voulait faire un regroupement de plus de 20 personnes, il fallait l'autorisation du Préfet (…). Cette loi est très courte. Vous serez d'ailleurs surpris par sa concision si vous la lisez, dans le cas où vous ne connaîtriez pas son contenu. Ce n'est pas une loi d'organisation d'un groupement. Elle ne contient pratiquement pas d'éléments sur la manière dont il faut s'organiser (…).

39J'en viens maintenant à une remarque de fond. Dans les sujets de préoccupation des fédérations, un souci constant demeure la connaissance précise des intentions de l'Etat et celle des interventions des collectivités locales. On se positionne par rapport à l'Etat. La Fédération - je veux en fait parler de ceux auprès desquels ont été recueillies les informations - ne se situe généralement pas sous la forme d'une donnée première mais comme une donnée seconde.

40D'autre part, il me semble que les fédérations ont beaucoup de fonctions représentatives, avec le haut niveau, de gestion, de règlementation de la gestion. Elles y font constamment allusion. Par contre, on ne voit pas apparaître, dans vos données, la définition d'une politique. C'est assez révélateur, dans la mesure où la fédération se place en second lieu par rapport aux pouvoirs publics. On ne s’affirme pas comme phénomène premier du sport. C'est peut-être les raisons d’une des critiques formulées à l'égard des fédérations.
(…)

41Charles Pigeassou Merci à tous. Nous n'avons pas épuisé le thème à l'ordre du jour. Évidemment. Le commentaire proposé par Pierre Collomb n'appelle pas de justification de la part de Jacques Defrance ou de Jean Houël (…). Rendez-vous à tous pour le thème suivant de l'Université d'Eté.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search