Version classiqueVersion mobile

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Clubs et fédérations

Autour du Club

Synthèse des auditions, exposé complémentaire1

Jean Houël

Texte intégral

  • 1 Retranscription de l'exposé oral.

1Nous nous sommes adressés, J. Defrance et moi-même, à un certain nombre de dirigeants de clubs en leur demandant : quels sont les problèmes essentiels que vous rencontrez actuellement, comme dirigeants de clubs sportifs ? Cette structure du club sportif vous paraît-elle plus ou moins menacée, et comment voyez-vous son avenir ?

2Je ne vais pas me contenter de simplement répercuter leurs propos, en les résumant. Je vais plutôt effectuer une analyse du thème qui nous a été proposé, en l'enrichissant, en l'étayant à partir des entretiens. Il y a donc un apport personnel de notre part, ce n'est pas une pure et simple transcription. Apport personnel enrichi aussi, en ce qui me concerne, par les travaux des Université d'Eté antérieures qui, vous vous en souvenez certainement, avaient déjà abordé ces problèmes du club. Il n'y avait pas de raison de se priver de ce patrimoine de réflexion qui, vous vous en doutez bien, est tout à fait complémentaire des propos recueillis cette année.

3Pour résumer d'une phrase ce que l’on a ressenti dans beaucoup d'entretiens, auprès des dirigeants de clubs, c'est que le club sportif "n'est plus ce qu'il était", avec un peu de nostalgie. Pourquoi ? Parce que le sport, d'une part, comme activité humaine, et la société, d'autre part, ont changé. Si bien que de réelles inquiétudes, on l'a perçu, se manifestent quant à l'avenir du club sportif. Et cela en dépit, ou à cause, c'est difficile à déterminer, de formes nouvelles de pratiques que l'on voit émerger çà et là. On peut d'ailleurs se demander si ces formes nouvelles de pratiques ne constituent pas des interpellations du club, nécessitant des clarifications auxquelles il ne procède pas, de même que la structure fédérale où il s'insère.

4Ainsi, des évolutions concomitantes du sport et de la société induisent ce constat selon lequel le club sportif n'est plus ce qu'il était il y a vingt ans, trente ans. D'une phrase simple, on a souvent entendu que "le club, ce n'est plus comme avant".

5En quoi le club n'est-il plus comme avant ? De façon subjective, ce qui est perçu comme en voie de grande atténuation, qui n'a plus la place de jadis, c'est le club comme "foyer de sociabilité", pour utiliser un vocable qu'emploie Jean-Paul Callède dans son livre. Le club comme foyer de sociabilité, cela n'est plus perçu comme quelque chose de déterminant, avec regret. Le club comme lieu d'apprentissage, d'initiation au "vivre ensemble", de transmission de valeurs, de tissage d'un réseau d'amitié, de relations d'entraide etc…, tout cela s'est considérablement atténué.

6Autre appréciation spontanément exprimée, c'est désormais la complexité à faire fonctionner cette structure qu'est le club. Des dirigeants nous ont dit : "Mais alors, maintenant, c'est beaucoup plus compliqué qu'avant, il faut veiller au respect d'une multitude de réglementations fiscales, droit du travail, URSSAF, problèmes d'assurance. Il faut être compétent dans le domaine financier aussi : élaboration du budget, dossiers de demandes de subventions (la paperasse !), la comptabilité, savoir lire un bilan, etc… En bref, une augmentation de la complexité de cette structure, et corrélativement tout cela est extrêmement chronophage, prend du temps, énormément de temps. Or, on y viendra tout à l'heure, c'est justement ce problème de temps, comme ressource rare, qui est un des gros problèmes actuels.

7Voilà donc les principales réactions que l'on entend spontanément. D'autre part, la convivialité du club, foyer de sociabilité qui est beaucoup moins importante, et d'autre part une structure beaucoup plus compliquée à gérer. Mais évidemment en même temps on perçoit que ces évolutions proviennent aussi des changements qui affectent à la fois la société globale et le phénomène sportif lui-même. Le club subit cette évolution du phénomène sportif, dont on a beaucoup parlé hier. Là je vais être très bref parce qu'on a déjà largement évoqué cette évolution à la fois quantitative et qualitative. A partir du moment où il y a plus d'adhérents, il y a mathématiquement beaucoup plus de pratiquants, beaucoup plus de concurrents sportifs, beaucoup plus de compétitions et une élévation qualitative, naturelle dans toute l'histoire du développement des activités humaines, du niveau d'exigence pour réaliser des performances.

8Il faut alors plus de temps pour atteindre ce niveau d'exigence et tout cela entraîne cette difficulté objective que j'ai évoquée tout à l'heure. Mais je ne veux pas m'étendre, on pourrait discuter longtemps sur les changements de niveau du phénomène sportif.

9J'y reviendrai plus loin notamment pour la liaison avec la structure fédérale et le poids de l'organisation dans le système sportif. Donc évolution quantitative majeure : l'augmentation des effectifs certes, ce n'est pas toujours le cas, mais beaucoup de clubs ont dû accueillir bon nombre d'enfants, ainsi que des femmes. Augmentation également très intéressante, celle des vétérans, c’est-à-dire d'une catégorie démographique qui pose d'autres problèmes que les enfants, car il s'agit de vétérans pratiquants. Tous ces changements conduisent, au niveau du club, à quelque chose qui devient extrêmement sérieux. Pour reprendre l'expression commune que certains dirigeants emploient, quand on gère un club, "on ne rigole plus" !…

10Cela est très révélateur. Cette formule : "on n'est plus là pour rigoler" est très significative, je crois, d'une évolution profonde. Quant aux changements sociaux en dehors du sport, je vais être très bref aussi. Le problème du temps disponible est paradoxal : les gens estiment avoir de moins en moins de temps à consacrer aux choses, alors qu'en réalité les faits montrent que le temps de travail a diminué. Théoriquement il devrait y avoir plus de temps objectivement disponible. Il y a une contradiction intéressante à analyser là, mais cela a déjà été étudié. Il y a des répercussions directes, évidemment, sur les structures associatives. Augmentation également du phénomène de salarisation. Vous savez maintenant qu'aujourd'hui, mais je n'ai pas les chiffres exacts, environ 85 % de la population active est salariée.

11Ce rapport salarial est psychologiquement un rapport assez particulier en ce sens que le temps "contraint" implique une rémunération. Je consacre du temps à une activité, j'y suis obligé, donc je dois être rémunéré. On pourrait dire que le modèle salarial tend à se propager, y compris dans des activités volontaires. Tout temps consacré à une obligation quelconque, dans l'évolution des mentalités, mérite rémunération. Je n'insisterai pas sur le phénomène d'individualisme qui s'accentue, phénomène souvent noté et qui a des répercussions directes sur la pratique sportive. De même d'ailleurs que le phénomène d'accélération des modes, de ce qui plait et de ce qui ne plait plus. Phénomène dû aussi à la médiatisation de la vie sociale, qui entraîne une usure rapide des pratiques, sorte d'obsolescence des pratiques sportives, donc un désir constant de "nouveau" (la "nouvelle" cuisine, etc…), bref du "distinctif" (ne pas faire comme tout le monde) et tout cela naturellement a des répercussions sur la vie des clubs.

12Voilà le premier aspect sur lequel je souhaitais insister et que je voulais analyser à travers les entretiens. Le deuxième aspect maintenant, c'est de se demander si ces évolutions, souvent perçues comme inquiétantes, ne peuvent pas être aussi le moyen d'une inévitable clarification des choses, clarification qui n’a pas toujours lieu, et n'est peut-être pas toujours voulue. Il peut y avoir des changements de nature interne dans la structure club. Soit ils sont déjà opérés, soit ils sont en train de s'opérer, soit enfin ils risquent, selon nos interlocuteurs, de se produire quasi inévitablement. C'est-à-dire un changement des statuts respectifs des différents acteurs du club. On peut le résumer comme cela.

13Dans les clubs sportifs de la première moitié du siècle, il y eut une sorte d'unité entre pratiquants, entraîneurs et dirigeants, du fait que, souvent, une même personne avait à assumer les trois rôles, et d'une façon bénévole. Donc il y avait une sorte d'unité du statut et des fonctions dans le temps. On va vers des changements statutaires, d'où une tendance à la disparition, à la réduction du bénévolat. La réflexion parfois entendue c’est que finalement, diriger un club ça n'amuse plus personne car comme on l'a expliqué tout à l'heure, "on ne rigole plus". Et certains dirigeants nous ont dit, notamment un dirigeant de club de rugby, que des vétérans pratiquants leur disent : "nous, encore, on joue, mais vous, si vous ne dirigez même plus avec plaisir, on se demande pourquoi vous êtes là. Pourquoi vous faites çà, parce que nous au moins, quand on est sur le terrain avec le ballon, etc… on prend notre pied si j'ose dire, mais vous ?" Effectivement, ces dirigeants ajoutent : si on n'a même plus de gratification, en quelque sorte, comme dirigeant, on se demande pourquoi continuer. Mais il y a un regret sous-jacent, à décripter là aussi : le club sportif, n'étant plus autant qu'auparavant un lieu d'accumulation, de conquête ou de maintien d'un capital de relations sociales, n'est plus aussi gratifiant. On a tous les inconvénients, mais plus du tout les avantages, et on a plus d'inconvénients encore que par le passé.

14Cependant, par rapport à la rémunération et à la salarisation de certains acteurs, soit des joueurs, soit des entraîneurs, soit des administratifs, il y a à la fois un regret et un contentement chez le dirigeant. Il dit c'est dommage, on ne trouve plus de bénévoles, maintenant il faut rémunérer, etc.., puis il ajoute : oui, mais quelqu'un qu’on rémunère, on a tout de même une plus grande certitude. Il est payé pour faire ça, il sera là. Si on paye une secrétaire, et cela de telle heure à telle heure, elle est tenue d'être à son travail.

15Un bénévole, vous n'avez pas de pouvoir hiérarchique sur lui. C'est un alter ego, donc il est là ou pas. S'il n'est pas là pour différentes raisons qu'est-ce que vous pouvez faire, c'est un bénévole comme vous. Donc, finalement, c'est plus confortable d'avoir un salarié, on est dans le rapport du contrat de travail. On est plus sûr de sa présence car on constate un pouvoir sur lui.

16Ce statut "tout bénévole" des origines, on se demande si ça ne va pas devenir "tout rémunéré". L'adhérent, lui, n'est pas rémunéré, mais il a plutôt un statut de client. L'athlète, issu des meilleurs du club, sur le plan de la performance sportive, deviendra un artiste rémunéré au cachet, pour une prestation. Quant à l'entraîneur, c'est l'ingénieur qui fournit du savoir-faire, et peut percevoir une rémunération aussi pour cette prestation ; on a un éclatement statutaire entre différents rôles au sein du club.

17Il y a une autre évolution qui a induit une évolution du club, très importante, car elle fait le lien avec le problème fédéral. C'est le développement lié à la logique de la confrontation sportive elle-même. On ne le trouve pas (ou peu) dans ces pratiques de type culturel, artistique, musique, chant, choral, etc… qui sont toutes aussi riches sur le plan des relations humaines que le sport. Mais la logique de la confrontation sportive implique la naissance d'un système organisé. On observe, quasi inéluctablement, le passage de "l'activité sportive", au "sport", comme activité instituée. Dans l'activité sportive, vous faites un set de tennis avec un copain, vous cherchez à le battre, votre partie s'achève, c'est fini. La confrontation, dans la simple "activité sportive", est épuisée dans l'instant où elle s'effectue. Puis, on passe inévitablement à un autre niveau, qui est le niveau de l'organisation sportive, c'est-à-dire l'organisation nécessaire à l'attribution du titre, et cette désignation du meilleur à un instant déterminé.

18D'où la nécessité d'une structure regroupant les acteurs qui se confrontent, qui s'appelle fédération, on pourrait l'appeler autrement, et qui devient inévitablement prépondérante, car dans un organisme, le tout prédomine sur la partie. Si bien que le club sportif lui, s'il s'insère dans ce système et que cette finalité du titre se révèle essentielle, devient évidemment un rouage, une partie du tout et il doit en subir les contraintes. D'où la grande importance des rapports entre le club sportif et la fédération sportive, car cette logique de la désignation de l'attribution du titre sportif devient la logique essentielle pour certains clubs. Ils s'organisent selon cette finalité principale.

19Enfin, le club sportif peut devenir en fait un appendice, un "vassal", d'un organisme extérieur, public ou privé, qui lui impose ses propres motivations et finalités.

20Il peut s'agir d'une municipalité, d'un établissement public, d’une administration (voir l'A.S.P.T.T., l'U.S Métro…), ou d'une société privée (Matra, Peugeot, groupe Tapie).

21Pour tous ces organismes, le club sportif n'est essentiellement qu’un moyen, un instrument pour servir leur notoriété bref, leur apporter un "profit d'image".

22Certaines entreprises privées peuvent aussi estimer qu'un club sportif, une structure sportive bien organisée, peut générer d'elle-même, par elle-même, des profits. Vous savez bien qu'il existe à l'étranger des clubs, aux Etat Unis, en Grande Bretagne, qui sont des Sociétés anonymes par actions. Parfois le club est vendu, je crois que c'est le cas en base-bail, aux Etats Unis, ou en football américain ; un milliardaire rachète carrément la Société parce que c'est rentable. Et ça génère des profits, pas seulement symboliques et de notoriété, mais matériels et financiers.

23Dans cette logique, apparaît le débauchage des athlètes par des organismes externes, dont je viens de parler, mais par d'autres clubs aussi, qui n'ont pas les mêmes finalités, ou qui peuvent par exemple payer plus. Ce phénomène de débauchage est très sensible dans certains clubs qu'on a rencontrés. Ils nous disent : "vous comprenez on ne veut pas payer, ou on paye très peu, parce qu'on estime que ce n'est pas notre projet, ce n'est pas notre philosophie, mais comme ceux d'à côté payent, viennent avec le carnet de chèque, nos athlètes, nos joueurs s'en vont".

24Alors, on peut se demander aussi si ces évolutions n'obligent pas la structure du club à opérer d'indispensables clarifications. Je crois que, pour n'avoir pas su ou pas voulu se poser la question, et tâcher d'y répondre, de définir son projet substantiel, le club sportif se retrouve face à ce proverbe : "qui trop embrasse, mal étreint". Au fond, il ne sait pas trop ce qu'il est, il est un peu plusieurs choses à la fois, poursuit plusieurs finalités, ne sait plus trop se définir.

25Alors, est-ce qu'on est un club sportif ou une société de type commercial ? Est-ce qu'on s'inscrit dans une optique réellement associative ou bien dans un système d'échanges marchands, par exemple en devenant une entreprise de production de spectacles ?Si je deviens une entreprise prestataire de service, je vends du savoir-faire, de l'apprentissage, et l'adhérent devient un client. On peut même imaginer, en étant un peu provocateur, une entreprise, je "dirai du genre élevage de purs sangs". On peut imaginer une structure qui fabrique des futurs champions, les prépare, et ensuite les vend. On appelle ça les yearlings, je crois, pour les chevaux. Et cette "vente" génère de profits parce qu'il peut y avoir des "acheteurs" intéressés.

26Problème central sur le plan de l'éthique : le corps, et le corps performant, le corps en tant que machine à réaliser une performance sportive, peut-il être objet de commerce ? Vous savez, c'est un grand débat en biologie avec les mères porteuses. Peut-on "vendre" un corps performant, si l'on veut aller jusqu'au bout de cette logique ? Il faut alors se poser la question du prix. Celui qui achète doit payer un certain prix… Mais parlons de l'entreprise de vente de services sportifs. Si on les paye pas à leur coût, il y a un problème de transparence des coûts. Il faut dire pourquoi la prestation revient à X francs, mais est payée moins en réalité, et qui va combler la différence, car il y a rien de "gratuit" dans la nature ou la société.

27Deuxième alternative, les clubs sportifs à mon avis doivent préciser leurs objectifs : soit ils s'inscrivent dans un rapport marchand, soit ils partent du principe que le club sportif est un service public.

28Ainsi, les clubs sportifs doivent-ils clairement préciser s'ils s'inscrivent dans une logique marchande, ce qui n'a rien de déshonorant ou bien dans une logique de service public. Dans ce cas, il peut s'agir de service public de "formation", de "santé", de "prévention de la marginalisation", de "réinsertion", etc…

29Ces services, ce sont des personnes publiques qui doivent prioritairement les assumer.

30Mais, distinguer entre service public et autre chose, n'est pas forcément opposer, séparer. Par exemple, si l'on identifie une activité comme étant un service public, qui doit donc être assumé en principe par des personnes publiques, rien n'interdit la sous-traitance. Vous savez très bien que dans de multiples secteurs, l'Etat délègue, passe des accords avec certains organismes, leur donne la charge d'assumer un service public. Mais il faut définir très précisément quelles sont les missions, et quels sont les coûts de ces missions. En quoi la personne publique responsable, délègue sur ce champ là une mission précise de service public, et non pas quelque chose d'extrêmement flou. Sinon, on finance tout et n'importe quoi par les subventions publiques.

31Parce qu'il est trop facile de baptiser une activité sportive, service public, afin d’obtenir des financements publics. Puis on s'aperçoit que dans la réalité des choses, seule une partie du corps social en bénéficie. Il y a là une redistribution à rebours, effet pervers que les spécialistes appellent l'"effet Mathieu", en souvenir de l'Évangile.

32Il y a donc une clarification indispensable à faire, et c'est à partir seulement de cette clarification que chaque club sportif pourra se sentir plus en sûreté, plus sûr de lui, en sachant ce qu'il est, ce qu'il veut être, clairement. Il peut aussi réexaminer périodiquement ses objectifs On peut en effet afficher telles finalités, et s'apercevoir quelques années après, que l'on fait autre chose que ce qu'on souhaitait ou croyait faire. Donc, remettre périodiquement sur le métier le projet, de façon à mieux pouvoir contracter, nous en revenons au terme déjà employé hier, avec différents agents extérieurs au club. En utilisant pour cette technique contractuelle, en n'ayant pas peur d'utiliser des critères fiables, et des techniques d'évaluation précise, ce qui conforte finalement le club sportif dans ses missions.

33Missions qui peuvent être d'ailleurs cloisonnées, pas étanches, mais bien délimitées à l'intérieur d'une même structure de club. Je crois que le M.U.C. pourrait nous donner des exemples là-dessus.

34L'année dernière, j'avais terminé, vous vous en souvenez peut être, mon exposé par cette belle phrase de Seneque : "il n'y a pas de vent favorable, pour celui qui ne sait pas où il va". Je n'ai pas tellement trouvé mieux, alors je vous la rappelle, mais je la complète simplement par ce proverbe anglais, bien connu : "là où il y a une volonté, il y a un chemin".

35Merci de votre attention.

Notes

1 Retranscription de l'exposé oral.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search