Version classiqueVersion mobile

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Clubs et fédérations

Inquiétudes et préoccupations

Synthèse des auditions

Jacques Defrance, Jean Houël et Robert Denel

Texte intégral

1Des questions ont été posées aux responsables fédéraux rencontrés, sur la situation de leurs organisations dans le contexte actuel, sur la direction donnée à l'action fédérale et sur les éventuels problèmes qui peuvent exister du fait des rapides transformations subies par les sports, leur économie et leur médiatisation.

I - La méthode retenue

2On a procédé par interviews, d'une durée de 40 à 100 minutes environ. Dans un premier temps, on demandait au responsable fédéral, quel problème se posait à son organisation : comment lui-même hiérarchiserait-il les problèmes, s'il y en avait ? Une fois épuisée cette présentation faite, on passait à une série de thèmes liés aux grandes fonctions fédérales et aux relations de la fédération avec ses principaux interlocuteurs.

3Avantages :

  • obtenir des déclarations sur le thème voulu, directement avec des détails et des explications :
  • demande adressée de manière personnalisée, mais par un enquêteur neutre qui ne vient rien quémander, qui n'objecte pas.

4Limites :

  • l'interview permet des descriptions globales et l'expression de points de vue : on en retire peu de documents, aucune preuve et pas de généralisation.
  • c'est une conversation entre individus : les interviewés ne peuvent pas parler au nom de leur organisme : d'où parfois une gêne (demande de ne pas reproduire leurs propos).
  • bien que des problèmes communs puissent exister dans les différentes fédérations, et qu'un guide d'entretien unique ait été conçu, les interviews permettent une forme d'enquête qui donne libre cours à des approches personnalisées des problèmes : ce qui ensuite rend difficile les comparaisons entre interviews (cadre d'expression peu standardisé).
  • quand plusieurs répondants se placent sur le même terrain et se répondent les uns et les autres, ou font référence aux mêmes personnes, aux mêmes institutions, aux mêmes événements, la position de l'enquêteur neutre (naïf) est bizarre : il sait ce que les autres ont dit, mais il ne peut pas répondre à leur place durant l'interview suivante. Si tous peuvent y participer, voilà de la matière pour les débats de l'Université d'Eté.

II - Sujets de préoccupation dans quelques Fédérations

5Invités à hiérarchiser les sujets de préoccupations de leurs organisations et à mettre en avant celui qui leur paraît prioritaire, les personnes interviewées ont insisté sur plusieurs problèmes.

  • Le souci d'éviter l'éclatement de la discipline : la séparation signifierait l'abandon des ambitions éducatives et culturelles du sport et ne servirait que les organisations intéressées à tirer du profit des secteurs rentables de l'activité (M. Leclercq, Fédération de Volley-Ball). Pour assurer le développement simultané de la masse, du loisir et du haut niveau, les Fédérations devraient s'organiser adéquatement.
  • L'impératif de continuer à développer l'esprit associatif, la vie de groupe ou d'équipe et le bénévolat. Apprendre aux jeunes (et aux autres) à vivre ensemble à s'impliquer dans la gestion et le développement d'une activité qui les intéresse et pas seulement chercher à consommer. Ré-affirmation d'une visée éducative. Mise en valeur morale et économique de la fonction d'intégration sociale remplie par le sport spécialement dans les milieux sociaux difficiles (M. Leclercq, M. Graillot, Directeur des Sports Ministère Jeunesse et Sports).
  • La nécessité de rendre explicite un projet fédéral, même si ce projet est multiple, contradictoire, de façon à situer la mission de chacun, élus, bénévoles et salariés permanents et les missions de l’ensemble (M. Mouchel, Fédération de Hand-ball). Lorsque seront précisés les rôles des services de l’Etat, des collectivités locales, des partenaires économiques, etc…, le rôle des Fédérations sera mieux défini (M. Graillot).
  • L’urgence de trouver une solution pour l'animation et un bon encadrement de la masse, dans des disciplines connaissant un afflux de jeunes comme le football, et surtout le volley-ball. L'évolution de la politique sportive de l'Etat - création de postes de cadres sportifs - laisse planer un doute sur la possibilité de faire face dans les années à venir (M. Enault, Fédération de Football et M. Leclercq).
  • Compléter l’organisation sportive - clubs, équipements - afin qu'elle offre un lieu de vie et plus seulement un lieu de pratique physique performante. Idée de club house où se côtoient des personnes d'âges divers, différemment engagées dans la pratique sportive (référence au rapport Sastre). Mesures nécessaires : professionnaliser ? Indemniser les bénévoles ? etc… Perspective pour le sport fédéral de reconquérir le secteur des pratiques de loisir et d'entretien largement développé par les organismes commerciaux depuis le milieu des années 1970 (Gymnase-clubs, etc…) La structure associative pourrait se révéler aussi compétitive et plus conviviale que l'entreprise commerciale.
  • Le besoin de créer une nouvelle organisation pour la haute compétition : problème de l'incohérence actuelle du système d'organisation de la Fédération lorsque celle-ci se donne pour projet principal de produire des champions dans la mesure où un tel objectif "fonctionnel" est posé, il apparaît nécessaire d'abandonner le système associatif-électif du monde fédéral, mais aussi la logique "administrative" des cadres relevant de la fonction publique (Jeunesse et Sport). L'urgence serait donc de mettre au point un nouveau cadre permettant au responsable désigné pour mener la politique de haut niveau, le D.T.N, d'avoir la plus grande efficacité (possible !) M. Tabema, Fédération de Lutte).
  • La nécessité de clarifier le droit sportif. Le sport peut-il édicter son propre droit et l'appliquer en ignorant le droit commun national ou Européen ? Ou doit-il se soumettre au droit positif comme tout le monde et alors modifier certains fonctionnements fédéraux (nationalité des joueurs et dirigeants, responsabilité civile, etc…) ? (M. Graillot).
  • La difficulté de maintenir de bonnes relations entre les grands clubs professionnalisés et les directions Fédérales (sport de haut niveau en club, sport de haut niveau en Equipes de France). Réactivation des divergences entre ligues de clubs et Fédérations ?
  • La question prudemment évoquée - de la vivacité de la démocratie dans la pyramide fédérale (surtout lorsque la Fédération s'occupe d'un gros secteur compétitif). Développer un sens de l'échange et du partenariat dans la Fédération, de la responsabilité pour tous et faire reculer la culture de la hiérarchie.
  • La question très prudemment soulevée - de l’utilisation des fonds dans le système fédéral : rétribution des athlètes de haut niveau qui font le spectacle, usage rationnel des fonds pour éviter les doubles emplois, clarification de ce qu'obtient en retour de sa cotisation chaque catégorie de licencié, centralisation ou déconcentration des finances fédérales, aides automatiques de l'Etat ou dans le cadre de Contrats d’objectifs, etc…
  • La définition du rôle spécifique des Fédérations affinitaires (F.S.G.T., F.S.C.F., U.N.C.U., etc…) dans le sport d'aujourd'hui.

III- Réponses sur quelques thèmes concernant l'organisation fédérale

1) Les fonctions de l'organisation Fédérale

6D'une manière générale la Fédération sportive a pour fonction :

  1. de rassembler autour d'une discipline sportive tous ceux qui la pratiquent. Historiquement un cadre unique rassemblant toutes les modalités de pratique a eu tendance à se constituer depuis les années 1950 plaçant dans une même organisation le poussin qu'on initie et le champion confirmé, ainsi que le pratiquant occasionnel. De la fin du 19ème siècle aux années 1930-40, on avait laissé à part les sportifs d'entreprise (sport corporatif), les jeunes (A.S.S.U), parfois les femmes (Fédération sportive féminine) et les groupements confessionnels et d'opinion (fédérations affinitaires). La tendance à englober et augmenter les effectifs s'affirme donc essentiellement avec les politiques de sport de masse soutenues par l’Etat des années 1950 aux années 1970.
  2. de représenter une discipline, les personnes assemblées pour la pratiquer et les intérêts de ce sport au plan international ; ce qui suppose :
    • par extension, de représenter la discipline dans la sphère publique, dans l'arène politique auprès des pouvoirs publics. En France, le droit de représenter la Nation sportive relève de l'Etat et a été délégué par lui aux Fédérations en 1945, statut qui a des conséquences.
  3. de réglementer les divers aspects de l'activité sportive. L'élaboration des règles du jeu sportif a été une des raisons d'être initiales des groupements fédéraux. Puis les règles disciplinaires et la régulation de la vie des associations (gestion) ont pris davantage d'importance, donnant naissance à un droit et un management sportifs.
  4. de redistribuer : à une échelle modeste mais réelle la structure fédérale répartit des fonds issus de subventions publiques ou de cotisations ; un effet de redistribution peut aussi venir sous forme de soutien technique et administratif aux petits clubs adhérents.
  5. d'administrer une partie de la vie sportive, plus spécialement la formation des cadres, les stages nationaux, certaines manifestations et de gérer l'appareil fédéral (documentation, information, accueil, etc…).

7A la suite de l'expansion des sports organisés entre 1950 et 1985 et du développement du système des compétitions internationales, les diverses missions fédérales se sont transformées. Elle ont changé d'échelle et, parfois, elles ont été remises en cause : ou encore, les fonctions canoniques ne sont plus remplies dans les mêmes conditions, ce qui pourrait exiger des réformes de l'organisation.

  1. La diversification des intérêts au sein d'une même discipline résulte du recrutement "tous azimuts" des dernières décades, et du gonflement des enjeux économiques et culturels associés à la pratique des sports. Les contradictions entre compétition très professionnelle, loisir occasionnel, travail sportif, éducatif, montage d'événements médiatiques, etc., n'ont jamais été aussi pleinement développées qu'aujourd'hui : d’où l'idée, parmi divers types de responsables, et pour des raisons différentes, de remettre en cause l'unité fédérale (soit du point de vue de la haute compétition professionnalisée : soit en se mettant à la place du licencié moyen). Et face à cette éventualité, des prises de position fermes en faveur du maintien de l'unité (en volley-ball, par exemple).
  2. L’activité de réglementation s'est modifiée : la codification du jeu relève désormais des Fédérations Internationales. Les organismes nationaux ont par contre une activité disciplinaire à l'égard des licenciés, et une activité de contrôle pour la gestion des clubs, dont l'importance va croissant. La Fédération la plus importante, celle du football, emploie autant que je me souvienne 70 personnes à cette seule fonction.
  3. La fonction représentative est devenue un enjeu politique et économique de première grandeur : le pouvoir de représenter la France étant "délégué", l'attention des autorités de l'Etat est très grande à cet égard. L'imbrication entre les personnels de l'administration publique et ceux des Fédérations pose un certain nombre de problèmes, en rapport avec l'autonomie et l'efficacité des cadres ayant en charge les équipes représentatives de la nation.
  4. La notion de redistribution a connu une crise dans les années 1980, aussi bien au plan des institutions sociales qu'au plan économique (viabilité de la Sécurité sociale, efficacité des politiques redistributives, etc…), sous l'influence des thèses libérales et de la crise des finances publiques. Les organisations sportives ont connu des difficultés parallèles, en particulier lorsqu'une grande masse de pratiquants, sous forme de loisir, apportait ses cotisations dans une Fédération qui les utilisait ensuite pour l'équipe nationale de haute compétition (le ski dans les années 1970). Les petits clubs, les régions les moins compétitives, etc… ont tenté de faire prévaloir un mode de distribution qui leur réserve en proportion de ce qu'ils avaient cotisé.
  5. La fonction administrative n'a cessé de gagner de l'importance, les sièges fédéraux sont de plus en plus massifs, le personnel nombreux et l'équipement bureautique sophistiqué. Le travail administratif est devenu très professionnel. La seule inquiétude vient du poids de plus en plus lourd que représente cette fonction pour les finances d'un sport.

2) Les ambitions sociales et éducatives du sport fédéral

8* Ambitions sociales et éducatives, ces objectifs impliquent de la part des Fédérations de s'adresser à tous, et de promouvoir une politique de développement de leur discipline. Mais qu'en est-il aujourd'hui des politiques de sport de masse ? Ont-elles les moyens de provoquer une massification effective ? Et lorsque celle-ci se produit, ont-elles les moyens d'y répondre (question posée en volley-ball, par exemple) ?

9* Le débat sport éducatif/sport compétitif professionnel des années 1960-70 est-il actuel ou dépassé ?

10A côté de disciplines résolument tournées vers l'option sportive (football), des disciplines restent encore partagées entre deux conceptions de l'activité éducative/compétitive (handball, lutte).

11Pour les premières, la fonction sociale de la pratique sportive s'exprime pleinement dans le club, la compétition inter-club et le système coiffé par le professionnalisme : le tout forme un univers cohérant, et permet une formation individuelle, une intégration sociale et raciale, etc… C'est dans l'univers complet de la pratique compétitive, avec ses enjeux sportifs et monétaires, que s'engendre la motivation à pratiquer, à associer et à jouer avec les autres, et à gravir les échelons des qualifications successives vers la pratique d'excellence (ex. du football).

12Pour les secondes, la fonction sociale et éducative de la pratique est défendue et illustrée par des clubs qui résistent à la professionnalisation du jeu et qui bataillent contre la direction fédérale et son orientation en faveur d'un sport d'excellence rémunéré.

13Autre cas de figure : un responsable fédéral (en lutte) est totalement engagé dans la production d'équipes compétitives au sein d’un sport encore faiblement professionnalisé : il contribue efficacement à faire marcher l'institution compétitive, et en même temps, il nous fait part de sa certitude que le système va s'effondrer. Ce qui renvoit à la question de finalités sociales et éducatives de l'institution sportive.

14Nota : l'échelon fédéral (et parisien) s'est de plus en plus "spécialisé" dans les questions de haute compétition ces dernières années : sélection-détection, stages des équipes nationales, création de compétitions internationales et questions liées au professionnalisme (règlementation, fiscalité, etc…). La gestion du niveau moyen est de plus en plus systématiquement réalisée par les Ligues et les Comités (ou Districts) : le financement des équipements relève essentiellement des collectivités territoriales : la règlementation du jeu est du ressort des Fédérations Internationales. L'instance fédérale nationale voit donc sa fonction centrée sur la partie du monde sportif la plus directement liée à la représentation nationale sur la scène internationale et la plus directement impliquée dans la sponsorisation et la médiatisation : ce qui signifie que la direction fédérale est à proximité des instances politiques et du monde des entreprises.

15Donc deux situations dominent :

  • soit une relative homogénéité de l'organisation fédérale, et le sentiment que les finalités sociales et éducatives peuvent être trouvées dans un système intégré :
  • soit une différenciation sociale et sportive, menant à sorte de clivage, qui tend à s'organiser selon une ligne séparant clubs de base et sommet fédéral : avec une vision négative de l'autre extrêmité, et des doutes sur la possibilité de remplir une mission éducative et culturelle dans les conditions actuelles de la pratique.

3) Différenciation interne, solidarité et autonomie des échelons

16- Les organisations fédérales connaissent actuellement des remaniements internes. Ces réorganisations conduisent vers une gestion séparée du très haut niveau et du reste, au sein même de la Fédération.

  • Selon un point de vue recueilli (M. Mouchel), l'ambition se limite à séparer les gestions : la clarification des objectifs de la Fédération et des objectifs des secteurs dont la gestion a été disjointe, n'a pas suivi. Il s’agit d'une disposition comptable et technique, et non d'un dessein politique fondé sur une analyse d'ensemble de ce que fait l'organisation fédérale.
  • La question se pose de savoir si cette différenciation des gestions préfigure une séparation des deux formes de pratique (pratique ordinaire/pratique d'excellence), ce que refusent presque tous les responsables interrogés ; ou si elle permettra d'exprimer les différences économiques et sportives des deux formes de pratique, tout en demeurant dans le cadre unique de la Fédération.

17* La séparation des gestions est inégalement avancée selon les sports : accomplie depuis longtemps en football, elle est en cours en handball et en volley-ball, et elle reste à accomplir dans bien des Fédérations (surtout les plus petites).

18- Les relations internes dans la pyramide fédérale.

19* Difficultés de relations résultant des divergences de préoccupations entre le siège central de la Fédération et les Ligues et échelons locaux du sport.

20* L'autonomie juridique, financière et fonctionnelle des Ligues et Comités est ancienne ou récente, selon les cas.

21Cette décentralisation/déconcentration administrative est perçue comme absolument nécessaire et positive : elle rend possible la gestion d'un sport qui n'a cessé de se massifier : elle rééquilibre les relations Paris/province et les détend dans un premier temps. Mais elle rend plus difficile l'action fédérale : par exemple, pour le sport de haut niveau, l'organisation d'équipes de France et de stages nationaux, etc… Des différends naissent entre la Fédération et les Clubs ou les instances régionales. La Fédération ne peut étendre ses décisions aux Régions sans leur accord et leur contribution.

22- Les divergences de point de vue sont marquées surtout entre les permanents de la Direction Technique Nationale, attachés à la production de l'excellence sportive à tous les niveaux, et les bénévoles des clubs sans prétention, orientés vers l'initiation sportive et l'animation.

23Par exemple, le D.T.N. de lutte critique le principe des fonds dispersés sur une infinité d'opérations dans les clubs : il verrait plutôt l'attribution de subventions fédérales à tous ceux qui excellent à leur niveau, le meilleur organisateur, le meilleur arbitre, les meilleurs minimes, etc… Il n'y a pas de raison, selon lui, pour qu'une institution fédérale sportive soutienne des activités qui relèvent d'une autre logique que le sport compétitif, à partir du moment où l'objectif d'obtenir des médailles a été posé.

24-Il se manifeste le souci de trouver une organisation qui concilie l'unité fédérative et une diversité de statuts et règles pour les différents types de pratique. Faire une place à la pratique loisir, à l'initiation, à la compétition régionale et à la compétition de haut niveau, en offrant à chacune de ces modalités des arrangements qui leur conviennent (volley-ball).

25Cette diversité devrait pouvoir s'exprimer à travers un projet fédéral, dans lequel les contradictions entre toutes ces directions seraient clairement assumées (handball).

4) Méthodes de travail et responsabilités dans la Fédération

26- Les Fédérations intègrent progressivement les principes de la gestion des entreprises et des administrations : assimilation déjà très poussée dans les sports professionnalisés depuis longtemps (comme le football, le basket, etc…), et processus en cours dans les autres sports (comme le handball, l'athlétisme, la lutte, etc…)

27- Des lignes de tension nouvelles se développent - entre autres - à mesure que les principes de la gestion d'entreprise sont adoptés par les Fédérations. Sur des sujets divers comme :

  • la gestion du personnel d'encadrement : que peut-on exiger de lui ? Quels types de contrats de travail doit-on établir ? Quelle forme de responsabilité ?
  • les relations externes et l'image du sport fédéral : quels moyens doit-on consacrer aux relations publiques, au montage de grands événements, et aux rapports avec la presse ?
  • obligation de résultat : sur le plan compétitif comme sur celui de l'administration, les personnes chargées de fonctions sont-elle tenues à des résultats ? Les élus comme les salariés ?
  • rigueur comptable ;
  • etc…

28La modernisation des méthodes s'est longtemps fait attendre dans certains sports : maintenant venue, elle provoque des frictions, des décalages d'adaptation, et engendre parfois la démoralisation.

29Est en danger la logique du jeu sportif simple, spontané, sans façon, voire convivial. Elle est menacée par la logique du jeu sérieux, porteur d'enjeux impressionnants, organisé, complexe, conduisant à l'ambiance du travail avec obligations contractuelles explicitement écrites, etc…

5) Les Fédérations et l'Etat

30- Logique fonctionnelle et logique administrative.

31Les échelons intermédiaires des Fédérations sont administrés par du personnel relevant du Ministère de la Jeunesse et des Sports (en particulier les C.T.R.).

32Or le développement d'une dynamique fédérale orientée vers le résultat compétitif, la sponsorisation, etc… se heurte à la logique administrative dans laquelle travaillent les C.T.R., les Directeurs Régionaux de la Jeunesse et des Sports, etc…

33Autrement dit, l'action fédérale de plus en plus orientée vers le haut niveau se heurte :

  • parfois à la résistance des clubs et des échelons locaux qui affirment leur autonomie ;
  • parfois au mode de fonctionnement des cadres mis à disposition de la Fédération pour les niveaux intermédiaires : mode de fonctionnement qui reste très administratif, et n'est pas favorable à l'obtention de résultats (du point de vue d'un D.T.N. par exemple).

***

La Fédération de Tennis et les Professionnels (document no l)

Amateurs et Professionnels

34En tennis, quelques professionnels exercent depuis les années 1920, tandis que les grandes compétitions fédérales sont réservées aux amateurs. Des tournois professionnels et des exhibitions sont montés dans les années 1930, mais ce sont des joueurs en fin de carrière qui y participent. L’essentiel du tennis demeure à l'écart du professionnalisme, et ceci même après que la discipline ait été retirée des Jeux Olympiques (1928).

35Aux Etats-Unis en 1947, puis dans d'autres pays, se met en place un tennis professionnel véritable, sous l'impulsion de Jack Kramer. Un circuit de tournois réguliers est créé et attire de jeunes joueurs de haut niveau, tandis que certains tournois officiels n'ont plus que des joueurs de second plan. Tout au long des années 1950 et 1960, ce système affaiblira celui des Fédérations amateurs, lesquelles haïssent "Kramer et sa bande".

36Kramer invente la formule du "Grand Prix" (1969) ; il est au centre de la création de l'Association des Tennismen Professionnels (ATP, 1972) ; il fonde le premier "Master" (1978), etc… pendant que la Fédération Internationale résiste et se trouve souvent débordée par la situation. Par la suite, Kramer associera son action à celle de la Fédération Internationale.

Compétitions "Open" et nouveaux rapports de type professionnel/amateur

37L'autorisation de compétitions ouvertes (open) aux amateurs et aux professionnels est en projet en 1959-60, mais ne sera adoptée qu'en 1967-68 : c'est un premier pas vers une normalisation des rapports entre les deux tennis qui jusque là s'excluaient et s'ignoraient.

38L'objectif est de récupérer les professionnels dans les grands tournois fédéraux : H. David et P. Chatrier espèrent ainsi rehausser le prestige de Wimbledon et de Roland-Garros. Ce sera une réussite.

39Ce sera aussi le signe d'un nouveau développement du professionnalisme et du business. L'influence des médias devient plus grande : des tournois dotés de sommes fabuleuses captent l'attention du public (comme celui de Las Vegas, en 1974, opposant Connors et Laver). Les joueurs se font représenter par des agents, et des sociétés se créent pour gérer leur carrière (par exemple, Proserv. avec Dell et Darmon).

Fédération Internationale contre World Championship Tennis

40Alors que les rapports entre amateurs et professionnels ne sont pas encore améliorés, Lamar Hunt, un businessman américain issu d'une famille de pétroliers, établit un circuit de tournois (1967) avec des professionnels : le World Championship Tennis. Après bien des péripéties, il se développe, et en 1970, il "rachète" le Tournoi International d'Italie. Certains tournois officiels en subissent le contre-coup : l'organisation fédérale semble perdre tout contrôle sur son sport.

41Une négociation entre Hunt et la Fédération Internationale a lieu en 1972 : celle-ci lui laisse 5 mois dans la saison pour organiser ses tournois, et elle se réserve le reste. Elle essaie de revaloriser ses Grands Prix. Toutefois, en 1974, 96 joueurs sont dans le Championnat de Hunt, avec des prix et des salaires qui grimpent. Le système devenant difficile à gérer, un nouvel accord est conclu en 1978. Hunt ne gardant que 8 créneaux dans le calendrier international.

42En 1980, le système de Hunt est relancé. Comme les joueurs tendent à partir vers le circuit WCT, la Fédération rend obligatoire la participation à un nombre précis de tournois homologués. Cette concurrence entre les deux systèmes produira une hausse des enjeux sans précédent.

43Par ailleurs, d'autres formules d'exhibitions ou de tournois existent dans les années 1970, qui s'éloignent beaucoup du tennis compétitif classique, surtout aux Etats-Unis (les sets successifs disputés par des joueurs différents pour une même équipe : autres règles de tie-break : remplacement autorisé au cours d'un set : possibilité de crier pour le public, etc…). Ces formules, qui captent à leur profit sponsors et médias, déclinent à la fin des années 1970.

Le Jeu de Tennis est maintenu

44A travers des conflits très virulents, des stratégies de torpillage des concurrents, des investissements massifs, puis des négociations, et la mise au point de formules de compromis, l'organisation fédérale du Tennis (Fédération Internationale et Fédérations Nationales) a réussi à maintenir un jeu de tennis relativement conforme à la tradition : et elle a récupéré une bonne part du pouvoir d'organiser des compétitions et de décerner des titres internationaux. Après une phase où il était devenu pertinent de se demander si la Fédération, comme organisation, n'allait pas disparaître, celle-ci est revenue en force dans les années 1980, et conduit une nouvelle phase du développement du tennis mondial.

45Cité d'après B. Heimermann, L'Internationale du Tennis. Paris : Ramsay, 1982.

Chronologie Sportive des Années 1970 et 1980 (document no 2)

46Nouvelles pratiques, nouvelles institutions, nouveaux médias… et nouveaux rapports professionnels.

1961

Création de l'Union Nationale des Footballeurs Professionnels

1960

Expansion des sports
Forte intervention de l'Etat. Plans d'équipement sportif

1971

Basket. : clubs recrutant des étrangers en faillite (Vichy)
Athlétisme :premières courses sur route (en France)

1972

Foot : menace puis grève des joueurs professionnels
Foot : création de l'Institut National du Football
J.O. Munich : attentat anti-israélien
Création du CNOSF (fusion CNS-COF)
Création des BEES des CAS (l'ENSEP devient l'INSEP)
TV : création de FR3
TV : affaire de publicité clandestine et démission des dirigeants de l'ORTF
Apparition du Vol libre (Deltaplane en France)

1975

1er Salon Aménagement de Montagne
TV : Thalassa sur FR3
Loi Mazeaud
Apparition de la Planche à voile

1976

Crise morale du sport amateur de haut niveau (articles dans France-Soir, Le Monde) : projet de statut de l'athlète.
J.O. Montréal : boycott de pays africains (question de l'Afrique du Sud)
TV : TF1 et A2 boycottent les événements sportifs servant à la publicité clandestine (Tour, 24 h du Mans)
Projet de professorat du sport (demandé par CNOSF, les DTN)
Guy Drut radié à vie pour professionnalisme

1977

Projet Min-CNOSF de structure gérant le haut niveau Conflit FF Foot-CNOSF
Presse : revue d'alpinisme Passage (littéraire sciences humaines)
Succès du football (entrées de matches, magazines)
USA : tentative d'implanter le football

1978

Grève des coureurs du Tour de France
Guides de Chamonix : défense de leur monopole contre les indépendants
Auto : 1er Paris-Dakar

1979

TV : Roland-Garros en direct sur TF1
Presse : chroniques Sport dans Libération
Livre : articles sur les sports dans "Encyclopaedia Universalis"
Boom du Tennis

1980

Vogue des salles de gym
Vogue des marathons
TV : "Les Carnets de l'Aventure" sur A2
Ski : dissidence au sein de la Fédération (les Comités "alpins" se séparent des Comités "citadins"), puis crise surmontée
J.O. de Moscou : boycott des USA, etc…

1981

Conventions d’insertion professionnelle pour sportifs de haut niveau
Cinéma "Les Chariots de feu" primé à Cannes
Presse : débuts de la revue de voile Le Chasse-Marée (ethnologie)

1982

Foot : Coupe du Monde en Espagne
TV : "Gym tonic" avec Véronique et Davina

1983

1er Gala de l'Aventure
1er Championnat du Monde d'Athlétisme
Palais Omnisports de Bercy (inauguration)
TV : TF1 met en cause la publicité sur le Tour de France

1984

1er Show de Gymnastique à Bercy (échec)
Bicross International de Bercy
Débuts du Mountain-bike (en France)
J.O. de Los Angeles : boycott de l'URSS, etc…
TV : création de Canal + et parrainage autorisé

1985

1er Jeux Mondiaux Indoor d'athlétisme de Bercy
Loto Sportif
Essoufflement des salles de gym.

1986

2ème show de Gymnastique à Bercy (succès)
Masters de Rugby (organisé par Toulouse)
TV : La 5… la 6… la publicité peut interrompre les émissions
Tapie président de l’Olympique de Marseille
USA développement du vélo

1987

1ère Coupe du Monde de Rugby
Presse : lancement du quotidien Le Sport

1988

J.O. Séoul

1989

Pays de l'Est : débuts du professionnalisme (Perestroïka)

1990

TV : projets de chaînes spécialisées sport (Sport 2/3)

Bibliographie

Bibliographie

HOUEL J., Rôle de l'Etat dans la pratique sociale des A.P.S. (En France, sous la Cinquième République). Paris : Mémoire INSEP, 1979.

PAILLOU N., Les trois enjeux du Sport Français, Paris : Dalloz, 1986.

RAMANANTSOA B., THIERY-BASLE C., Organisation et Fédérations Sportives. Sociologie et Management. Paris : P.U.F., 1989.

SOCIETE FRANÇAISE DE SOCIOLOGIE DU SPORT, Sports et Sociétés contemporaines, VIIo Symposium de l'International Committee of Sport Sociology, Paris. INSEP, 6-10 juillet 1983 (Thème 1 : sports et institutions, communications de Bonnes, Gueldenpfennig, Houël,Winkler, Yerles, etc. : et Thème 4 : conférence de P. Bourdieu)

U.N.C.U-U.S.J.S.F., "Le Club sportif au quotidien. Mythes. Réalité. Projet" (Cahiers de l'Université Sportive d'Eté no 4). Bordeaux : MSH d'Aquitaine, 1989.

U.N.C.U. - U.S.J.S.F., Les Hommes du Club, Dirigeants et Techniciens : Responsables ou Otages ? (Cahiers de l'Université Sportive d'Eté no 5). Bordeaux : MSH d'Aquitaine, 1990.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search