Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

L'éthique du sport

Débats

Texte intégral

1Ernest Gibert L'arrivée de Monsieur le Ministre nous a obligé à quelques modifications dans le déroulement de la matinée. L'échange qui était prévu à la suite de la communication sur l'Olympisme n’a pas pu avoir lieu. Je vous propose que la première partie de nos débats porte sur le thème traité par Pierre Comte-Offenbach.

2Dans un second temps, nous aborderons des questions et des échanges relatifs au thème d'audition placé sous la responsabilité de Jacques Ferran.
(...)

3Jacques Ferran Comme nous sommes ici essentiellement pour débattre et, j'oserais dire, pour ne pas être d'accord, je voudrais soulever deux objections à Pierre Comte-Offenbach que je remercie pour avoir dit des choses si claires et si profondes à la fois. Ces deux objections sont les suivantes : si nous le suivons sur la distinction fondamentale qu'il fait entre les Jeux Olympiques et l'olympisme, n'est-il pas dangereux d'abandonner en quelque sorte ces Jeux Olympiques à leur dégradation ? Et notre effort doit-il tendre à sauver l'olympisme contre les J.O. ou à tout faire pour qu'au contraire les J.O. reprennent leur signification ? Ma tendance, qui s'affirmera tout au cours de ces journées, est d'essayer de sauver le sport dans son ensemble et de ne pas couper certains membres sous prétexte qui sont en train de corrompre l'ensemble du corps. Ma tendance est de dire : ou le sport sera sauvé dans son ensemble ou il périra dans son ensemble ! Le sport finalement ne fait qu’un et le sport de haut niveau, même s'il est soumis à des pressions particulières et même s'il est particulièrement perverti, nous intéresse car, s'il se dégrade c'est l'ensemble du sport qui risque d'en subir les conséquences. La seconde objection concerne l'olympisme lui-même. Pierre Comte-Offenbach nous a dit en quoi il croyait, mais la question que je pose et que j’ai souvent posée est la suivante : y a-t-il une différence réelle entre l'idéal sportif, que nous sommes venus chercher ici à Montpellier (l'éthique sportive, les valeurs, le système des valeurs sur lequel repose le sport) et l'idéal olympique ? Y a-t-il une différence de nature ou degré ? Y a-t-il une différence entre ces deux notions qui me paraissent personnellement très proches l'une de l'autre, jusqu'à se confondre ? Mais si elles ne se confondent pas, je voudrais qu'on essaye de se demander en quoi ces deux notions divergent. Je crois que cette réflexion sur la différence entre idéal olympique et idéal sportif est riche de significations ; nous aurons l'occasion d'y revenir.
(...)

4Pierre Comte-Offenbach Je vais être bref. Je ne me sens aucune vocation de chirurgien à l'endroit des Jeux Olympiques. Les "J.O". sont ce qu'ils sont, ils ne sont pas ce qu'on pouvait espérer qu'ils seraient. Néanmoins, en conservant par exemple l'interdiction de rémunération quelle qu'elle soit et en limitant aux médailles d'or, d'argent et de bronze la reconnaissance de la valeur sportive, les Jeux marquent une évidente différence avec toutes les autres disciplines et toutes les autres compétitions. D'autre part, il ne fait pas de doute que nous avons à nous interroger, et cela est l'objet de notre réunion d’aujourd'hui, comme il le sera dans d'autres circonstances. Il faut que nous sachions s'il y a confusion totale entre l'olympisme proprement dit et quelque chose de plus à cause de l'arrivée des transformations qui marquent le sport.

5René Moustard J'interviendrai à propos du thème d’audition placé sous la responsabilité de Jacques Ferran. Depuis que l'on évoque ce thème, je continue à me demander où est le problème au juste !

6D'un côté, Jacques Ferran, responsable de ce thème, met en évidence une exigence à laquelle on se sent adhérer naturellement, comme militant sportif : c'est l'exigence de ne pas perdre de vue le sens de notre action.

7Le sport est indispensable aux progrès humains, c'est quelque chose qui tire signification du fait qu'il est à la fois un but en lui-même, parce qu’il est inhérent aux besoins humains d'avoir une activité humaine. Il est indissociable de cela et, en tant que réalisation sociale, le sport est un domaine de la société qui a besoin de gérer le rapport qu'il y a entre le sens humain pour lequel il a pris place dans l'histoire humaine et sa logique propre, en référence à toutes les contingences de la logique sociale, dans laquelle il est inséré.

8D'un côté il faut réaffirmer la nécessité de ne pas perdre le sens des choses, de l'autre, on se sent un peu démuni : on se demande pourquoi au juste on a besoin de réactiver cela.

9Qu'est-ce qui génère le fait que ce n'est pas évident, tout simplement, de le réécrire au haut du fronton, et en pensant que tout va aller de soi ?

10A mon avis, il s'est passé quelque chose que l’on a déjà évoqué. Le discours humaniste sur le sport perd de sa signification parce qu'il ne colle pas avec beaucoup des faits qui se passent dans les comportements sur les terrains, dans les stades, dans les médias, dans la vie sociale du sport lui-même. Il y a décalage. On a appelé cela débordement. Cela fait douter.

11Si j'interviens, c'est pour donner une piste. Que faire ? S'il y a problème, il faut l'identifier. A mon avis, il faut réfléchir pour aller plus loin dans la réévaluation des rapports entre le sport et la société. Ce n'est pas la réaffirmation elle-même qu'il faut faire, cela viendra après, c'est un retour par la réévaluation de l'état des rapports entre le sport et la société, le sport et les individus.

12Alors il me semble que pour être pertinents, il faut progresser sur deux plans. Le premier plan est avancé : c'est le plan de la réaffirmation. "Redonner à l'éthique la place qui doit être la sienne dans la manière de poser les problèmes du sport". C'est vrai que cette exigence là grandit, parce qu'il y a eu une tendance dans les dix dernières années, soit à confondre éthique avec sport dépassé, soit à considérer comme allant de soi la nouvelle éthique qui nous est proposée, et que le sport n'accepte pas comme étant la sienne, parce qu'elle lui est suggérée par l'extérieur.

13L'éthique de la rationalité économique, pour reprendre ce que j’ai dit hier. Confondre le sport avec une activité comme les autres, du point de vue du champ social, l'appréhender comme une occupation de gestion, qui perd son autonomie, sa spécificité, son originalité, ne colle pas quelque part avec le sport.

14Il y a donc un problème de réaffirmation.

15Mais, voici le deuxième plan sur lequel je pense qu'il faudrait faire quelque chose, dans le sens du projet de travail à venir.

16Je pense qu'il y a un problème de modernisation de l’éthique sportive. Modernisation, non au sens du mot passe-partout, qui confond moderne avec actuel ou avec ce qui est nouveau. Pour moi, être moderne, à toutes les époques de l'histoire, c'est être en bonne adéquation avec le sens de la vie, qui n'est pas écrit une fois pour toute. C'est quelque chose qui a besoin sans cesse d’être refondé en fonction de l'évolution dans laquelle il se développe. Être moderne, c'est être en bonne adéquation avec le sens de la vie, qui à mon avis, aujourd'hui, pose le problème avec force et comme il ne s'était jamais posé de la même manière dans les époques antérieures.

17Les individus ont besoin aujourd’hui d'être les acteurs eux-mêmes de leur vie, c'est-à-dire d'être possesseurs à leur manière d'un certain nombre de conditions qu'ils considèrent pour eux-mêmes comme étant ce qui va garantir le sens de leur vie. Alors que dans les époques antérieures, on dictait aux individus, y compris par le moyen de l’éducation et de la morale, le sens qu'il fallait qu'ils donnent eux-mêmes à leur vie, il y avait ambiguïté (...). Il y a une contradiction naissante dans cela. A terme, ceci donne naissance à une forme d'individualité, mais non d'individualisme, selon moi. L'individualisme, c'est régresser par rapport à cela, mais une forme d'individualité nouvelle me semble au contraire positive.

18Alors, il faut peut-être mettre en correspondance l'éthique sportive comme une des formes du développement du sens de la vie moderne.
(...)

19Ernest Gibert Merci à René Moustard pour sa présentation argumentée. Si l'un ou l'autre d'entre vous souhaite prendre la parole pour exprimer rapidement une réflexion importante, c'est le moment. Nous engagerons ensuite le débat proprement dit.
(...)

20Jean-Paul Callède Je souhaiterais faire une petite rectification en m'adressant à Jacques Ferran. Il me paraît inexact de considérer que Michel Bouet ait été tenu à l'écart en France. M. Bouet me paraît sous-estimer son rôle majeur au sein de la communauté scientifique. A l'écart par qui ? Et à l'écart de quoi ? Je m'interroge. Il a toujours occupé une place importante dans les milieux universitaires. Dans son bon ouvrage Sociologie du Sport, qui date de 1987, Raymond Thomas insiste d'ailleurs sur ce point. Vous avez évoqué l'implication du Professeur Bouet au sein de l'I.C.S.S. Rappelons que le Symposium 1983 organisé par ce prestigieux comité s'est tenu à Paris, à l'I.N.S.E.P., et que Michel Bouet y a prononcé la conférence de clôture. De même, en 1987, il avait en charge la synthèse des journées d'études de l'Université de Strasbourg organisées sur le thème : Sciences sociales et Sport. C'est montrer combien Michel Bouet est une personnalité universitaire de première importance et reconnue comme telle, aussi avenante au plan humain qu'exigeante au plan scientifique. Sa contribution à l'analyse du fait sportif est reconnue comme étant capitale.
(...)

21Ernest Gibert Bien. Passons maintenant au débat.
Qui veut intervenir ?
(...)

22Pierre Collomb Je vais être à la fois concis et clair. Je vais d'abord remercier M. Comte-Offenbach et, si je peux me permettre, le féliciter, parce que je crois qu'il y a quelque courage ou audace à dire au fond que les Jeux ne sont plus Olympiques. Seulement, au delà du constat, puisque vous dites qu'il faut maintenir l'Olympisme, au delà de la déviation que sont devenus les Jeux Olympiques, je m'interroge parce que je me demande ce que peut devenir l'Olympisme sans une manifestation du type "Jeux Olympiques". Que serait le C.I.O sans les jeux ? Historiquement, les jeux sont morts de la mort de l'Olympisme. Ils sont devenus les jeux du cirque. On est passé des grecs aux romains en passant des Jeux Olympiques aux jeux du cirque, avec un radical changement de nature des jeux. C'est ce qui a fait leur disparition, et c'est aussi une démonstration du sport cannibale. Que peut être l’Olympisme sans une manifestation de support ? La référence de l'Olympisme sera-t-elle alors différente de la notion d'éthique sportive ?

23Car je suis très embarrassé quand j'entends dire avec Bernard Jeu que, finalement, il faut s’intéresser simplement au sport tel qu'il est et ne pas rechercher, au fond, ses valeurs, toutes les valeurs étant bonnes. Cette forme de positivisme, qui s'intéresse simplement au phénomène, peut être dangereuse parce que, si l'on adopte une telle attitude, qu'est ce qui fait qu'on va sanctionner la déloyauté, la tricherie, le dopage ? Au nom de quoi ? Or malgré tout, on sent bien que c'est une nécessité, il existe donc des valeurs nécessaires. Je suis un peu gêné aussi dans la présentation des idées de Michel Bouet, notamment de son opposition entre l'éthique et la morale. Est-ce si simple que ça, l'éthique étant ce qui est nécessaire, la morale un système de contraintes ? Je crois qu’il y a là encore une présentation un peu péjorative, dépréciative de la morale, parce que si la morale est un système de contraintes aujourd'hui, surtout pour ceux qui ne le partagent pas, c'est à l'origine un sentiment obligatoire qui fait la morale. Il y a un sentiment d’obligation. Quand il disparaît, il reste la contrainte du gendarme : on ne retrouve plus que l’aspect contrainte. Je serais heureux si on pouvait arriver à donner un contenu à l’éthique du sport, et dire : il y a une éthique du sport. Mais je suis un peu sceptique et j'ai peur qu'il y ait toujours un choix à faire, car y a-t-il une éthique ou des éthiques du sport ? Ceci pour donner un exemple de difficultés. M. Comte-Offenbach nous a rappelé que dans la pensée de Pierre de Coubertin, la compétition se trouve au tout premier plan, la compétition exploitable, la compétition avec les autres. Or nous connaissons des philosophes qui considèrent que la compétition est une perversion du sport et pourtant, ce sont des gens qui sont aussi à leur manière des défenseurs de l’éthique... Donc j'ai peur que l'on ait beaucoup de mal à donner un contenu commun à l'éthique du sport, parce que, ce mot d'éthique qui resurgit aujourd'hui, je me demande s'il n’est pas le succédané de la morale à une époque où finalement les morales se dispersent, sont éclatées... On retrouve alors un souci de l'éthique qui serait le plus petit commun dénominateur entre les différentes morales. On sait très bien aussi que les décisions du Comité d'Éthique sont pour certains trop restrictives, pour d'autres trop laxistes. L'éthique est devenue la recherche de la communion d'idées au sein d'une société dans laquelle on essaie de gommer les différences. Or, il y a malgré tout d’importantes différences dans la conception du sport. L'Éthique viserait donc à atteindre un dénominateur commun. Est-ce facile. Je ne sais pas, c’est un problème qui n'est pas spécifique au sport. Le problème de l'éthique du sport est exactement le problème que l'on a, dans mon domaine, c'est-à-dire dans le droit, à définir certaines notions, notamment la justice. Il y a cent définitions du droit. Sont-elles toutes aussi bonnes les unes que les autres ? Depuis que le monde est monde, on n'a pas réussi à dégager une notion de justice, et j'ai peur que l'éthique du sport ait un peu les même problèmes. Il y a des choix à faire et je ne crois pas que l'éthique du sport soit déterminable objectivement.
(...)

24Pierre Comte-Offenbach Les Jeux Olympiques n'ont plus la mission initiale que leur rénovateur pensait qu’ils pourraient avoir. Il y a un moyen d'échapper à la difficulté qui consiste à abandonner à son sort un "grand machin" qui s'appelle les Jeux Olympiques. C'est de poser en exigence no 1 de notre appareil de raisonnement et de réflexion sur nos jeunes, la question de la valeur de cette symbolique qu'est l'éthique. C'est-à-dire qu’on va demander à des jeunes de huit, dix, douze, quartorze ans, dans le langage qui leur convient, d’adhérer à cette proposition philosophique qui consiste à aimer l'effort, l'effort aussi bien vis-à-vis de soi-même que vis-à-vis des autres. C'est par l'enseignement qu’il est possible de transformer une nation entière, et les jeunes qui représentent ses chances d'avenir. C'est à nous de leur insuffler cet enthousiasme, de leur proposer et les faire réfléchir sur l'intérêt qu’il y a de percevoir leur vie de cette manière. Ainsi nous laissons aux Jeux Olympiques, par la force des choses, l'illustration peu ou trop spectaculaire, en général considérablement spectaculaire, de leur action tous les quatre ans, sans avoir les illusions que nous avions.

25Le dernier Président du C.I.O., alors même qu'il venait d'être élu, m’a demandé ce qu'il fallait enseigner, car il y a un mouvement à développer ; il faut créer une véritable action psychologique à mener vis-à-vis des jeunes. Voilà pourquoi très brièvement je vous réponds que je demeure très optimiste.
(...)

26Ernest Gibert Je voudrais remercier le Président Comte-Offenbach et Jacques Ferran de l’exercice périlleux auquel ils ont accepté de se livrer. Monsieur le Président, vous avez montré avec brio comment les colombes risquaient d'être transformées en pigeons, et Jacques Ferran s'est attaché à montrer, à partir des contributions qu'il avait réunies, comment il existait aussi quelques espoirs que le vol du pigeon finisse par s'apparenter à celui de la colombe, même s'il aura perdu cependant de sa blancheur. Ces questions là demeurent ; alors continuons la réflexion.
(...)

27Jacques Ferran Il nous faut trouver quelque chose de fondamental sur lequel nous devrons nous appuyer et appuyer la suite de nos propositions. Il n'y a pas d'autre moyen de fonder le sport que l'éthique ou la morale.

28Tout ce sur quoi le sport semblait se reposer depuis sa naissance : l'indépendance du mouvement sportif, le désintéressement des athlètes et des clubs, ou des notions plus générales de bienfait sur lequel l'idéologie sportive courbertienne a vécu, la fraternité, la santé, de grandes idées qui faisaient du sport une espèce de religion ; tout cela s'est peu à peu effrité... Mais si nous sommes ici, c'est qu'au delà des perversions qui sont apparues, il reste quelque chose qui fait que le sport continue à nous intéresser. C'est ce qu'on peut appeler sa spécificité, ses valeurs, son éthique, ce qu'il contient en effet d'original, ce qui fait qu'il est sport, ce qui le fonde en tant que sport. On sent la véracité du contenu de cette spécificité lorsqu'elle n'a pas lieu, comme par exemple dans les matches arrangés du catch, où l'incertitude du résultat n'existe pas. Or la crédibilité du sport doit rester entière. Voyons pour le dopage. En d'autres domaines, on dira que c'est affaire personnelle de l'individu dopé, alors qu'en sport, si un athlète se dope alors que son adversaire ne l'est pas, quelque chose d'essentiel n'est plus. L'égalité des chances, qui apparaît contenue dans la spécificité du sport, n'existe alors plus. Il faut donc empêcher le sportif de se doper.

29(...) Alors, ou on laisse le sport aller, comme il semble le faire, vers une suite de dégradation et de perte de substance, ou alors il faut tenir bon parce qu'on croit à cette éthique. Là est le problème. Soit l’Université Sportive d’Eté y croit, et l'ensemble des sujets qu'elle va proposer et mettre à l'étude, cette volonté d'affirmer la valeur du sport, sera le fil conducteur de toute notre réflexion, soit l'U.S.E. considère que cette éthique est dangereuse pour le sport, et il nous faudra trouver autre chose pour assurer la finalité du sport. Ce débat est absolument fondamental. Peut-être d'ailleurs faut-il revenir à une vieille idée de création d'un Comité d'éthique du sport constitué de personnes indépendantes.
(...)

30Jean-Paul Callède Il conviendrait, me semble-t-il, de faire preuve d'une réelle vigilance critique à l’égard des thèses qui sont avancées. Pourquoi ? (...) Je m'explique. En fait, les formulations proposées autour de l'éthique renvoient à des cas de figure que tout apprenti philosophe doit savoir identifier : l'essence (de l'olympisme) contre l'existence (des Jeux Olympiques) ; l'idéalisme qui simplifie en abstraction contre le réalisme qui relativise ou encore contre le pragmatisme jugé constitutif de l'activité sportive ; l'hétéronomie (de l'individu auquel on assigne une règle plus ou moins arbitraire) ou l'autonomie (de la personne qui oriente son action propre) ; une évolution historique associée à l'idée d’une dégradation progressive contre une modernisation historique visant à la gradation du sport (en titres de noblesse !) ; la volonté affirmée de retrouver l'unité fondatrice sous la diversité dissipatrice, etc, etc... Toutes ces constructions mentales ont une propriété commune. Elles sont élaborées sous une forme dichotomique.

31De même, on peut repérer un autre "procédé", susceptible de se combiner éventuellement avec les registres précédents. Il consiste à établir en fonction des circonstances une distinction de principe entre deux plans : l'esprit (du sport) et la réalité (du sport)... Un processus d'idéalisation peut être activé dès lors que la réalité sportive devient gênante : tricherie, violence, récupération politique, dessous-de-table, affairisme... Le procédé est fort commode. La "valeur" du sport reste sauve puisque les exactions constatées sont considérées comme extérieures au domaine sportif proprement dit. Pourtant, on comprend aisément que l'idéalisme fait fausse route puisqu'il nie l'importance de la réalité matérielle du phénomène sportif (...) Or il y a lieu d'examiner sans détour la réalité sociale du sport, sans pour autant lui nier sa valeur ! Mais cette valeur ne peut être identifiée qu'au niveau des expressions sociales du sport.

32Ne risquent-elles pas de conduire à des apories, à des impasses ? Comment se fait-il que les questions d’éthique - sportive ou autre - soient systématiquement élaborées en fonction d'un dédoublement de perspective, à partir duquel se développent nombre de variantes, plus ou moins savantes, s'employant à caractériser la "valeur" du sport ? Il est indispensable d'engager un sérieux travail d'objectivation de ce mode de pensée, de façon à en démonter la rhétorique. Cet exercice de philosophie critique nous permettra sûrement d'y voir plus clair, pour la suite à donner à nos travaux.
(...)

33Michel Rieu Je voudrais intervenir d'abord sur le problème du dopage. Il ne faut pas en faire un thème philosophique. C'est une forme de tricherie qui est particulière aux sportifs (chaque activité humaine a sa forme de tricherie). Il y a une autre dimension du dopage dans le sport, c'est celle qui renvoie à la notion de santé publique. A la limite, le dopage organise, s'il était considéré comme licite - on peut l'imaginer - ne serait plus une tricherie. Mais il resterait l'aspect de la santé. Or, dans les structures du sport, si l'on peut contrôler d'un point de vue médical et scientifique l'absorption de médicaments sur une élite sélectionnée au plus haut niveau, on se retrouve aussi avec plusieurs millions de sujets à qui l'on aurait inculqué la notion : "hors du médicament, point de victoire !", et c'est cette base, la masse des sportifs, qui utiliserait de façon sauvage, sans contrôle, n'importe quoi donné par n'importe qui, courant les plus grands risques (...). Enfin, je pense que médicaliser une société ne me paraît pas une excellente solution. Envisagé sous cet angle, il ne saurait y avoir d'éducation médicale. Autrement dit, même si le dopage devenait licite dans le cadre des structures internationales du sport, je crierais au danger par rapport aux conséquences que cela aurait sur la santé publique par simple processus rétrograde. Donc le dopage est un problème très clair et précis qu'il ne faut pas éluder.

34Un autre aspect retient mon attention : la spécificité du sport. Le sport est une activité humaine identifiée, et qui a ses particularités. Entre autres, le sport est l'activité sublimée, c’est une façon de réguler certains comportements archaïques qui sont des comportements d'agressivité, par rapport aux autres comme par rapport à soi-même ; il est indispensable que ce germe d'instinct de mort soit régulé. Là où je ne suis pas d'accord, c'est quand j'entends dire que la violence fait partie du sport.
(...)

35Jean-Michel Delaplace Celte entreprise qui consiste à envisager de mettre en place un Comité d'Éthique du sport est tout à fait séduisante, mais je crois qu’en ce qui concerne la pratique sportive, il y a énormément d'ambiguïtés, de paradoxes. A la limite, je me demande s'il n'y a pas déviation de l'éthique sportive par rapport à l'éthique sociale qui fonctionnerait à des niveaux différents.

36A propos de la violence, si nous prenons un sport comme la boxe, la finalité sportive de cette spécialité est "une entreprise de démolition" de l'adversaire, mais régie par des règlements, par l’éthique, c'est-à-dire qu'on ne va pas jusqu’à la mort. Quand elle survient, c'est accidentel, - mais quand on tape sur quelqu'un, c'est envisageable - on n'a pas le droit de taper derrière la tête par raison de sécurité, mais quand on tape devant, ce n’est pas mieux, cl il y a beaucoup d'études sur les traumatismes dus à la boxe ; or il est évident que ce qui est permis par le sport "boxe" est totalement répréhensible dans la rue. Il y a donc là des ambiguïtés. Je ne veux pas dire qu'il n'y a pas de sport sans violence. Simplement, à un moment donné, ce que d'aucuns appellent la logique interne des sports génère des comportements qui ne s'accommodent pas facilement de l'éthique sociale. Alors, ne pensez-vous pas qu'un Comité d'éthique, s'il existait, plutôt que de se pencher sur des aspects très fonctionnels, (du genre : pour ou contre la violence dans les stades, etc...) qui renvoient à des problèmes de société, ne devrait-il pas se pencher sur les problèmes d’ambiguïté, sur les limites entre ce qu'une société peut permettre dans la vie courante et ce qu'elle ne permet pas, et sur ce qu'elle tolère dans le sport, et ne tolère pas ? Le problème du dopage en est d'ailleurs, à ce niveau, un bon exemple.
(...)

37Jacques Ferran C'est en effet le nœud de la question : faut-il, au nom de la liberté, laisser faire le sportif et le sport, mais alors c'est la porte ouverte à des choses que nous estimons dangereuses pour la survie d'une certaine idée du sport, ou bien faut-il affirmer cette certaine idée du sport, et on défend le sport contre ses perversions ? Car au lieu de considérer le problème depuis la société, je voudrais essayer de le considérer à partir du sport, car il me semble que le sport ne s'est pas assez affirmé et assumé en tant que tel (...). Essayer de dire à quelles conditions le sport doit demeurer du sport. Ceci doit être l'objectif d'une Comité d'Éthique (...). Le sport est ce que nous en ferons.
(...)

38Christian Garrabos Je voudrais revenir sur un problème important, à savoir que nous parlons indifféremment d'éthique, de morale, etc... On a pourtant dit quelque chose d'essentiel, c'est que les mots ne sont pas neutres. Or, personnellement le mot de "morale" me gêne énormément, dans le sens que je vais définir et qui pourrait être un ensemble de perceptions vraies, immuables, intemporelles. Je n'adhère pas du tout à cette morale et je préfère l'éthique ou l'esthétique qui représente un art de se comporter dans une situation donnée face à des personnes et des règles qui ne vont pas être vraies en tout temps et en tout lieu.

39En ce qui concerne le dopage, les propos du professeur Rieu sont tout à fait intéressants et pertinents pour cet aspect d'éthique et non de morale. Mais je souhaiterais y faire un complément. Effectivement le sport a des règles qu'il faut accepter, cependant qu’est-ce qu'un sportif ? C’est quelqu'un qui a volonté d'aller au delà des contraintes qui lui sont données par les dieux, par lui-même, par la société, etc... Le sportif est donc un briseur de barrières. A partir de ce moment-là les règles générales, la morale générale peuvent-elles y être adaptées ? Je n'en suis pas sûr du tout. Mais en tout cas je suis sûr qu'il ne faut pas créer un absolu, surtout au sens judéo-chrétien du terme, que je qualifierai ainsi : "qui est d'abord un bien absolu, à côté de cela une faute, et enfin une culpabilisation". Et le sport pour moi, est tout-à-fait son inverse, c'est la capacité de s'épanouir au mieux, d'aller toujours plus loin, et pour son bien propre.

40Il faut certes définir ce bien propre et comment une personne va pouvoir l'adapter à elle-même, il y a là une prise de conscience à faire, les gens doivent devenir matures sur beaucoup de points et eux-mêmes définir leur éthique ou esthétique.

41Enfin, je dirai qu'il n'y a pas de bonne règle en soi. Il faut seulement essayer qu’elle puisse être acceptée par les autres, car il existe beaucoup de règles et de lois qui ne le sont pas (le code de la route est une bonne règle, mais souvent transgressée et donc pas toujours acceptée). Alors, à partir de là, ce ne sont peut-être pas de bonnes lois. Dans ce domaine, le sport ne doit pas faire des règles qui ne puissent être acceptées par les autres.
(...)

42Pierre Collomb Nous sommes tous d'accord pour considérer le sport comme une manière d'être, de faire, de se conduire. Comme on le sait, la violence dans le sport n'est certes pas absente, mais elle est maîtrisée. Cela pour dire que si on cherche à définir le sport, j'ai peur que dans un premier temps, on ne puisse identifier que des valeurs relativement générales. M. Rieu évoquait l'activité sublimée. Je suis en accord avec cette référence, c'est la représentation du héros antique. Mais à partir de là, on ne va déboucher que sur des notions d'honneur ou de maîtrise de soi, mais on ne pourra pas pousser plus loin les définitions. Est-ce grave ? Et nous louchons là un problème de méthode. En droit, le Code Civil emploie l'expression de "bon père de famille". Or, s'il fallait la définir, on aurait bien du mal à le faire, à cause des mêmes obstacles que ceux sur lesquels nous nous heurtons avec le sport. Ce sont des genres de notions qui se sentent, se conçoivent, surtout dans les moments où elles ne sont pas respectées. Dans la définition de cette éthique du monde du sport, on ne pourra pas aller très loin. En revanche, ce qui est important, c'est d'avoir une autorité chargée de dire ce qu'est l'éthique du sport dans des situations concrètes, exactement comme il y a des juridictions pour dire ce qui est la conduite du "bon père de famille" dans les situations quotidiennes qui font contentieux. La question de cette autorité est délicate, car il faut d'abord qu'elle soit indépendante. Ensuite quels pouvoirs ? Et quelle autorité aura-t-elle ? Mais c'est en tout cas, du point de vue de la méthode, une question que je souligne, car je ne crois pas qu'on puisse aller très loin dans une définition précise de l'éthique, qui se perçoit plus qu'elle ne se définit.
(...)

43Ernest Gibert Je vous propose de clore nos débats, ou plus exactement de les suspendre sur cette redoutable interrogation que vient de formuler Pierre Collomb.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.