Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

L'éthique du sport

Le sport repose sur un système de valeurs

Synthèse des auditions

Jacques Ferran

Texte intégral

1Les propos que je vais tenir devant vous, à l'orée de nos débats Montpelliérains, doivent l'importance qu'avec un peu de présomption je leur accorde à deux raisons :

  1. ils constituent le point de départ et peut-être même la pierre angulaire de toute notre réflexion ;
  2. ils sont essentiellement nourris de la pensée et des observations d'hommes hautement qualifiés, que j'ai eu le loisir d'interroger longuement et dont on peut dire qu'ils participeront étroitement à nos discussions.

21) Premier point. Je vous rappelle de quelles remarques préliminaires nous avons marqué les travaux de cette Université : "Le développement du phénomène sportif depuis un siècle, et notamment depuis une vingtaine d'années, s'est réalisé de manière trop souvent anarchique et sans que soient définies et affirmées les conditions auxquelles le sport doit répondre pour rester fidèle à ses ambitions éducatives et culturelles. Les notions d'indépendance et de désintéressement, qui paraissent indispensables à sa survie, sont aujourd'hui largement battues en brèche. Si bien qu’apparaît nécessaire une analyse moderne de la finalité du sport, susceptible de déboucher sur une remise en ordre de ses structures". J'insiste sur ces quelques phrases et notamment sur la dernière ("Si bien qu'apparaît…"). Car nous verrons au centre de quel maelstrom intellectuel elles ont fini par l'emporter.

3Je vous rappelle également l'énoncé du thème no 1 qui m'a été confié : "Peut-on parler de valeurs spécifiques du sport ? Comment définir la notion d'éthique sportive ? Est-elle différente de l'olympisme ? A qui appartiendra le sport de demain ?" C'est dit avec brutalité et certains pourraient nous accuser de passer du coq à l'âne. Mais ils ont bien lu : c'est à partir de l'idée fondamentale que le sport repose sur un système de valeur que nous envisageons le problème de ses structures. Et je crois bien que c'est de ce postulat que relève l'ensemble des travaux que nous avons entrepris.

42) Deuxième point. C'est à partir de ces idées de base que je me suis livré à la série d'entretiens que j'avais projetée. Quatre des personnalités pressenties ont bien voulu répondre à mes interrogations. Quatre : cela semble peu. Mais vous allez voir combien ces quatre-là, par l'importance, le poids, l'originalité de leurs propos, suffiront à donner matière à nos délibérations.

Bernard Jeu, professeur à l'Université de Lille.
Michel Bouet, professeur à l'Université de Rennes.
Jacques Julliard, Directeur-adjoint du Nouvel Observateur.
Jean-Pierre Courcol, Directeur général de L'Equipe.

5Deux philosophes et deux journalistes que je vais vous présenter brièvement :

6* Bernard Jeu, professeur à l'Université de Lille, où il anime un groupe de réflexion avec des ouvrages de référence sur le contenu historique et sociologique du sport. Bernard Jeu est également président d'une fédération française de sport, celle de tennis de table. A tous ces titres, il a été chargé par le C.N.O.S.F. de diriger un "séminaire permanent" marqué d'une "recherche sur l'identité olympique et sportive" en vue du Congrès Olympique qui se tiendra à Paris en 1994. Sur les travaux de ce séminaire, Pierre Comte-Offenbach et moi-même pourrons, si vous le jugez utile, vous éclairer, puisque Bernard Jeu nous a conviés à y participer. Nous aurons d'ailleurs tout loisir de nous interroger sur les relations à mettre en place entre la Commission Bernard Jeu et notre propre recherche. Devons-nous collaborer ou travailler parallèlement ? C'est à voir. En attendant, il est bon de savoir que le professeur Bernard Jeu est en quelque sorte l'actuel dépositaire de la pensée du mouvement olympique et sportif français en matière de "philosophie sportive".

7*Michel Bouet, le second de mes interlocuteurs, c'est un peu, nous le verrons, l'anti-Jeu. Son maître-livre, publié voici une trentaine d'années, intitulé "La Signification du Sport", a été longtemps considéré comme l'ouvrage de référence, porteur d'une analyse à la fois cohérente et méticuleuse de toutes les figures du sport. Peu de temps après la publication de sa thèse, M. Bouet devenait membre du bureau de l'International Committee for the Sociology of Sport. Et si les Etats-Unis lui manifestaient leur reconnaissance, en France il était pratiquement tenu à l'écart. La grosse thèse de Michel Bouet, dont il ressortait précisément que le sport reposait sur une certaine idée de lui-même, s'est trouvée, au fil des ans, oubliée, voire brocardée par ceux qu'il appelle lui-même les "nouveaux philosophes" du sport, au premier rang desquels se place naturellement Bernard Jeu. Michel Bouet avait pris un peu ses distances avec la recherche sportive, pour s'adonner au vol à voile auquel il a consacré récemment un livre passionnant.

8Je suis heureux de lui avoir donné l'occasion (grâce à un long entretien enregistré et à une importante lettre qu'il a bien voulu m'adresser) de manifester une pensée dont j'estime qu’elle n'a rien perdu de son efficacité et qui, vous le verrez, épouse remarquablement les contours de notre propre recherche.

9* De Jacques Julliard, mon troisième interlocuteur, je dirai peu de choses. Directeur-adjoint du Nouvel Observateur, on le considère comme un de nos plus éminents spécialistes en sociologie politique et économique. Mais c'est parce qu'il a consacré à plusieurs reprises un éditorial à des questions de sport qu'il m'a paru bon de lui demander son analyse. J'ai souvent cité, dans des débats sur la violence dans le sport, son article intitulé : "Le sport cannibale", dont la thèse exprimait qu'un sport comme le football était en quelque sorte voué à la violence et donc condamné à l'autodestruction. "Il n'y a aucune raison, concluait-il, pour que la violence, alimentée par le cannibalisme du spectacle, régresse sur les stades. Pour le maintenir à un niveau supportable par l'opinion publique, il y faudra chaque fois un peu plus de répression. Pour que l'athlète continue d'aller "plus vite, plus haut, plus fort", il faudra que le flic tape plus souvent, plus longtemps, plus dur". De tels propos signifiaient-ils que Julliard détestait le sport ? Mon entretien m'a apporté la preuve que c'était le contraire. Il l'aime assez pour s'émouvoir des dangers qu'il court. "Le sport, m'a dit Julliard, fait partie de la beauté. Il est même une des faces les plus accessibles de la beauté. Il m'est arrivé de pleurer en voyant certains essais de rugby".

10* Quant à Jean-Pierre Courcol, si son message nous intéresse, c'est que cet ancien joueur de tennis de haut niveau, passé par la publicité avant de devenir directeur-général de L'Equipe et du groupe de presse Philippe Amaury, est aussi, du même coup, responsable du Tour de France et des principales épreuves cyclistes organisées dans notre pays. Comment concilie-t-il ces diverses responsabilités avec l'éthique sportive ? C'est à quoi il m'a paru intéressant de l'amener à réfléchir et à se prononcer.

11C'est donc de la pensée de ces quatre hommes que je vais vous entretenir en essayant de n'être ni trop abondant ni trop schématique ; et en m'efforçant également de rattacher à chaque instant cette pensée à nos propres objectifs. Rien ne m'empêchera par ailleurs de faire état de tel ou tel de leurs jugements au cours de l'ensemble de nos débats de la semaine. (On trouvera à la suite de mon rapport le questionnaire que j'ai utilisé pour les auditions). Je compléterai ces comptes rendus en exprimant l'essentiel de ma propre pensée sur le sujet.

I - La pensée de Bernard Jeu

12Importance de cette pensée. Elle est systématique, structurée, extrêmement élaborée et sans cesse enrichie. Elle tend à devenir celle du C.N.O.S.F. en prévision du Congrès Olympique de 1994.

13Ses sources . 1) Un document capital et méconnu : "de la vraie nature du sport" (par le Centre Lillois de recherche en analyse du sport sous la direction de Bernard Jeu) ; 2) deux communications adressées au C.N.O.S.F. en vue d'une "recherche identitaire" sur l'olympisme et le sport ; 3) le résultat de plusieurs entretiens.

14Son originalité . Celle d'un penseur éminent qui est en même temps président d'une fédération sportive. Cette ambivalence peut-être idéale (joignant l'abstrait et le concret) entraîne néanmoins certains "partis pris" : au centre de ce système-message sont l'institution sportive et son autonomie, à la fois fondements du sport et garanties de sa morale. Le sport ne se conçoit pas en dehors de ses dirigeants (notre approche étant plutôt : le sport, plus important que l'institution sportive, peut lui survivre).

15Son objet . "Un savoir objectif sur la nature du sport" : donc constat et analyse plutôt que critique et programme d'action. Il se méfie d'ailleurs de tout "ce qui porte condamnation ou fait état de menaces". Cf. cette phrase caractéristique : "On ne se perd pas dans la nostalgie du devoir être, mais on cherche à comprendre des mécanismes qui nous donnent prise sur les développements du futur".

16Bernard Jeu reste cependant ouvert à toutes les formes de collaboration et même de contradiction.

17En préliminaire , il établit une distinction qui lui semble capitale (sur laquelle il m'a demandé d'insister) entre l'éducation physique et le sport associatif, autrement dit entre ce qui relève de l'éducation et ce qui relève de la culture. Il s'agit de deux domaines fondamentalement différents du point de vue logique, moral et politique (voir les pages 10 à 12 de son opuscule).

18B. Jeu refuse par ailleurs de partir d'une définition du sport. "Car", dit-il, "on ne choisit jamais sa définition de manière innocente". Ne pas enfermer le sport dans une définition forcément réductrice ou lourde d'arrière-pensées. Son conseil : "Donner raison à tout le monde !".

19Pour lui, il préfère une image : le sport figuré comme une ellipse dont les foyers seraient la compétition et le sport.

20Le cheminement de cette pensée.

211) Au départ donc, non pas une réflexion sur le "concept", mais sur le "fait d'expérience" : ce qui est constitutif du sport, c'est le club et la compétition. Donc priorité au fonctionnement du sport comme donnée de base.

222) Le sport est de nature associative (c'est-à-dire différent du sport de consommation ou d'assistance). Le sport associatif est "celui que la population se donne à elle-même". Il ne peut exister que dans le cadre de l'autonomie (différente de l'indépendance, ce qui est source de malentendus).

23Sa source est dans le libre engagement : le bénévolat des dirigeants répondant à l'amateurisme des pratiquants (la professionnalisation en est une conséquence qui n'efface ni en droit ni en fait bénévolat et amateurisme).

24Son mode d'expression est la compétition pour laquelle le monde du sport affirme sa spécificité (la haute compétition n'en étant qu'un cas particulier).

253) Si on passe de la logique du sport à son esprit on parle de morale. "L'esprit sportif consiste pour le sportif à rester logique avec lui-même dans l'établissement de ses devoirs" (envers lui-même, envers les autres, avec la règle).

  1. Il remarque sans prendre parti que la morale du sport est "l'enjeu de contreverses idéologiques" : c'est le problème des valeurs. Ou bien on s'interroge de manière radicale sur cette valeur (vision optimiste et naïve ou brutalement pessimiste), ou bien "il peut s’agir de l’usage, bon ou mauvais, que l'on fait dans le sport des valeurs traditionnellement admises dans la société" : l'on déclare alors l'esprit du sport trahi par toutes les formes de violence, le dopage, etc… et le désintéressement est mis en doute. "Là, dit-il, les points d'articulation de la controverse se construisent autour des thèmes du discours antifédéral classique".
  2. Ici parenthèse sur l'olympisme, qui est à la fois "du sport plus" (tendance au mondialisme, référence éducative) et "du sport moins" (il y a des "ostracisés").
  3. B. Jeu affirme que "finalement il existe une pluralité de morales du sport possibles et légitimes, fondées sur les discours extérieurs au sport lui-même : morale de la sympathie, du plaisir, de l'intérêt.
  4. Mais c'est le principe d'autonomie qui concilie obligation et liberté : "La vraie nature du sport, c'est-à-dire sa morale authentique se situe dans le respect conjoint de la loi, des autres et de soi-même". "Et c'est peut-être dans la réalité du sport civil associatif qu'il faudrait chercher la vérité morale du sport".

26Il achève donc ces considérations, comme il les a commencées, par une adéquation parfaite entre morale du sport et système associatif. Il n'y a pas de morale en soi : le système associatif étant nécessaire et suffisant, en tant que condition et que finalité.

274) Mais le sport existe dans la cité : d'où "jeux d'interaction entre société sportive et société globale" ou "politique du sport".

28Il constate que l’autonomie du sport n'échappe ni aux contraintes ni aux influences, mais affirme que la société sportive est irréductible à la société globale. D'où rapports ambigus.

29Cela suppose l'émergence du dirigeant sportif à la dimension politique. Avec, pour la cohérence, des contrats.

30Il apparaît la difficile notion d'humanisme : au delà des immédialités politiques.

315) A partir de cette réalité, B. Jeu dégage avec force le contenu émotionnel du sport.

32a) Esthétique du sport d'abord (comprendre ce qui est beau dans le sport) en distinguant des esthétiques inessentielles (plastique ou chorégraphique, éthique : le beau geste, l'exigence rationnelle) et des esthétiques essentielles : le tragique (qui est une violence inéluctable d'où la mort doit résulter. La violence est rituelle et la mort symbolique, mais elles sont très prises au sérieux).

33L'organisation de la compétition doit tendre à développer ce tragique et cet écho lyrique (à travers poésie et journalisme).

34Rapports à la violence ambigus : trop toucher à la violence serait édulcorer le sport. D'ailleurs il n'y a pas de culture si violence, mais pas davantage de culture si pas de violence. La culture est une violence dépassée.

35b) Symbolique du sport. Tout y est symbole, image, jeu. Car touchant à l'imaginaire.

36c) Archéologie du sport. Ses racines plongent dans la tribalité (cf. jeux populaires, mythologie et modèle plus général : jeu de la mort). "La marque d'une fonction culturelle dépassant la modernité".

376) Le dernier aspect : historique et prospectif.

38a) Histoire. Envisager comment on est passé des compétitions rituelles au sport moderne. Etude poussée des Jeux antiques et de leur évolution. Introduction de l'argent et de la raison d'Etat.

39Trois grandes périodes de la Grèce classique à nos jours. Retenir cette phrase : "L'idée olympique (et coubertinienne) est un mixte variable de réminiscences culturelles, de militantisme éducatif et de croyances idéalistes aux vertus du sport".

40b) Sociologie. "Examiner la société sportive au présent".

  • ne pas réduire le sport à une sociologie politique ("il doit être analysé comme une réalité à part entière et comme un objet subordonné").
  • autre risque : verser dans le moralisme ("le discours valorisant tend à exiger du sport qu’il soit meilleur que la société elle-même").
  • objet propre d'une sociologie du sport : découvrir le réel au delà des apparences. Cf. le travail sur les hooligans qui remarque un ordre au sein du désordre, une réinvention inattendue des intentions primitives et une complicité jusque dans les antagonismes. D'autres exemples personnels : la ruse, la faute (assimilée à la règle), l'héroïsme (Achille qui préférait une vie courte et glorieuse à une vie longue et sans gloire se serait dopé). "Tout cela existe", dit Bernard Jeu, qui propose comme étude : "De la vraie et de la fausse morale du sport".
  • le sport comme contre-société contredite.

41c) Prospective enfin.

  • réduire les dimensions de l’incertitude (système, équipement, encadrement) ;
  • "les destins possibles du sport sont autant de versions de l'humanisme" (Giraudoux ou Huizinga : "le sport comme fonction stérile de la culture") ;
  • tous les possibles imaginables ;
  • une "doctrine du sport est à constituer". Son contenu également ;
  • pour transmettre au futur les conditions de sa liberté".

Ma conclusion

42La pensée de Bernard Jeu doit nous aider à clarifier et à étayer notre propre pensée, même si c'est en désaccord avec la sienne.

43Retenons essentiellement :

  • la confiance absolue faite au sport associatif et à son autonomie ;
  • son relativisme en matière de morale ;
  • le refus de poser le problème en terme de menaces ou de perversions ;
  • les relations ambiguës entre sport et olympisme ;
  • tout ce qui conforte l'irréductibilité du sport de la société (voire à l'éducation et à la culture).

II - La pensée de Michel Bouet

44A travers des textes divers qu'il m’a communiqués (articles, bilans, synthèses, etc), une longue et précieuse lettre, un entretien enregistré.

451) L'essentiel d'abord me semble porter sur l'idée que M. Bouet se fait du sport et de sa nature, prioritaire à ses yeux par rapport à l'analyse sociologique qui l'accepte tel qu'il est.

46Voici les passages les plus caractéristiques :

47"Ces questions (interrogations à propos de l'éthique) ne paraissent pas retenir les psycho-sociologues du sport. Et je dirais même que les problèmes qu'ils posent, les aspects du sport qu'ils analysent non seulement ne sont pas ceux-là, mais que la volonté d'objectivité, de mise-à-plat qui est la leur dans les questions qu'ils posent tend à mettre entre parenthèses l'interrogation sur les valeurs. Certes le discours sur le sport a été trop longtemps réduit à l'apologie morale (qui a pris souvent la forme d'une "Coubertinologie"). Comme on l'a dit : "Faute de pouvoir dire ce qu'est le sport, on a glosé sur ce qu'il doit être. Mais maintenant à l'inverse : faute de dire ce que doit être le sport, on passe son temps à analyser ce qu'il est. Complicité avec ce qui est en place sous couvert d'objectivité. Le normal et le pathologique dans le même sac.

48On m'a reproché d'avoir donné une idée partialement noble du sport, et d'avoir écrit comme s'il était une forme idéale, une essence indivisible et pure, une entéléchie universelle, intemporelle et invariable, par rapport à laquelle ses réalisations apparaissent comme des approximations plus ou moins fidèles ou dégradées.

49Je crois qu'on a beaucoup exagéré. Et un lecteur fidèle ne peut manquer de voir que niveaux, degrés, pluralité des spécialistes, des formes reçoivent ma constante considération.

50Cela dit, je persiste à penser que, sous la diversité et la variabilité, il y a plus que l'unité d'un nom…

51Il s'agit de savoir, même en admettant le caractère éventuellement transitoire de l'aventure humaine, si l'humanité n'a pas un certain nombre de constantes, sinon intemporelles, du moins transtemporelles, qui la définissent dans son mouvement : même constantes qui sont en jeu et péril de son avenir même, qu'elles commandent et règlent. La sportivité, sinon le sport, serait de ces constantes et aurait un certain contenu conceptuel identifiable.

522) Peut-on dans ces conditions parler de valeurs sous-tendues par ce sport et d'une éthique spécifique et fondamentale ?

53Certainement, dit Bouet qui construit ainsi son raisonnement :

54a) L'éthique apparaît en premier lieu comme "nécessaire à la santé humaine et sociale".

55Dans toutes les formes d'activité se posent des problèmes d'éthique entendue comme "ce qui rend possible que des choses puissent se faire par un homme avec d'autres hommes". L'éthique comme condition de survie.

56b) Différente de la morale. La morale est "un système de contraintes qui s'imposent pour vivre en société et pour se conformer à certains modèles". L'éthique est plutôt un "système de valeurs qui sont l'objet d'aspirations et qui engendrent des lignes de conduite suivant lesquelles l'existence peut se construire". "Je vois l'éthique comme un ressort. Quelque chose qui soutient l'effort". "Quelque chose qui fonde et non qui oblige".

57c) Mais le sport peut moins que d'autres activités se passer d'éthique : condition sine qua non de son existence même. "L'éthique est consubstantielle au sport pour faire du sport autre chose qu'une manifestation d'agressivité". Différent de l'art, où on a le sentiment que l'éthique n'est pas nécessaire et peut-être même opposée à la création. En sport on ne peut pas dire que le non-respect de l'éthique est nécessaire à la liberté. L'éthique est nécessaire à la liberté du sport. Il est curieux que l'instance morale se réalise aussi profondément au sein d'une activité qui tient autant de la nature. "On ne peut pas sans lui enlever son sens ne pas respecter une certaine éthique".

58d) Il ajoute (et c'est très important à ses yeux), que, même dans des sports où le lien (l'affrontement) n'existe qu'entre l'homme et le milieu naturel (vol à voile, canoë-cayak, par exemple) il y a aussi une éthique fondamentale à respecter : ne pas se lancer dans des risques inconsidérés (pour soi-même et pour autrui). La sécurité comme forme d'éthique.

59e) Il n'est donc pas possible de maintenir l'ensemble du sport comme "figure de la culture" sans cette dimension éthique entendue comme "valeur cultivée, poursuivie" et comme "moteur de comportement". L'éthique du sport n'étant pas "du côté de la répression, mais de l'aspiration".

60f) Que serait d'ailleurs un sport sans éthique, un sport permissif ? Cf les prétendus exploits réalisés dans les sports d'aventure ou de pleine nature (ce qu'il appelle "l'aventure à l'estomac"), dégradants pour leurs auteurs. Et en football : les coups bas, la douleur simulée, la tricherie, qui n'avilissent pas seulement sur le plan moral, mais qui entraînent une dégradation de l'activité elle-même. Si cela s'aggravait, on en arriverait à une vision apocalyptique du sport (type roller-ball ou jeux du cirque). Mais cette évolution paraît amorcée.

61g) Bouet observe cependant que ceux qui rompent avec l'éthique sportive se croient forcés de transformer leurs usages en obligations. On finit par prôner en ce qui doit être ce qui est. Tout comportement humain revient ainsi à énoncer les règles qui le justifient d'être ce qu'il est. Donc la tricherie deviendrait la loi. On n'échappe pas à l'éthique.

623) Cette analyse de l'éthique doit être complétée par les vues pénétrantes de M. Bouet sur "les deux morales du sport" ou ce qu'il appelle "les interactions entre la morale du sport et l’état des mœurs ambiantes".

63a) Historiquement, quand le sport s’est dessiné et codifié, les valeurs sociales traditionnelles lui ont sauté dessus : "tiens, ça ressemble à ce que que l'on désire". Alors, le sport s'est trouvé surchargé, en même temps qu'auréolé, par une morale qui n'était pas la sienne. Il a porté un fardeau et une espèce de chapeau.

64b) Aujourd'hui encore il est paradoxal de constater que, dans ce monde social dominé par le libéralisme économique et la démocratie politique, la référence du sport comme exprimant un code de bonne conduite (progrès, pugnacité, solidarité, fraternité) est fréquente. On pourrait presque dire que le sport sert d'ersatz, de modèle morale, d'alibi à une société qui tend à évacuer la morale. Et qui se refait une conscience morale par vertus sportives interposées.

65Tout s'est passé comme si en vertu de sa dimension éthique intrinsèque l'activité sportive avait fait l'objet d'une annexion de la part des moralistes de tout poids, et que sur l'éthique du sport ils avaient plaqué leur morale (même s'ils ne faisaient pas de sport et n'avaient pas de morale !). Le sport s'est trouvé ainsi à avoir des comptes à rendre au tribunal de la morale. Voyez comment on accuse facilement un joueur d'être trop payé, un artiste d'être vendu, etc…

66c) Cette morale-là, dont on a chargé le sport abusivement (et dont il est trop facile de dire qu'il ne la respecte pas), il est clair qu'il est incapable de l'assumer. Il doit mieux dégager sa morale propre, celle qui est irremplaçable et qui le fait sport (qui fait du sportif un "être culturel" autonome par rapport à l'artiste, au savant, et qui lui confère une dimension à travers laquelle l'homme s'exprime, se réalise). Il ne peut le faire ailleurs de cette façon-là. (Cf. les concours de musique par exemple : ça ressemble au sport, mais ça n'en est pas).

67d) Peu à peu cependant il semble que la dégradation morale générale a transpiré sur le sport, dont, dit Bouet, "l'éthique autonome n’avait plus assez d'indépendance pour subsister". Si bien que l'immoralité ambiante et le règne du fric-roi ont pénétré certains domaines du sport (notamment les plus en vue).

68Finalement, le combat entrepris "confronte à des causes sociales d’un poids énorme :

  1. la dictature de l'économie ;
  2. la dérive de la conscience morale.

69Le sport à tout le moins n'est pas directement responsable. Mais il est bien mal armé pour se défendre ".

70e) Bouet éclaire ces considérations sur les "deux morales" du sport par l'exemple du dopage. Si la loi commune n'intervient contre un étudiant ou un artiste qui se dopent, la loi sportive intervient avec force car le dopage contrevient à une des règles les plus impératives de l'éthique sportives : l'égalité des chances.

714) Quelques autres points de la pensée de Michel Bouet.

  • les secteurs menacés du sport sont le très haut niveau, mais aussi le très bas (envahi et maîtrisé par les marchands qui vendent n'importe quoi aux "sportifs") : "on finit des deux côtés par oublier complètement ce qu'est le sport" ;
  • dans le haut niveau, le danger émane d'une professionnalisation à outrance qui enlève tout leur sens à ces valeurs (voir le témoignage de Courcol). Je pense que le sport-spectacle doit subvenir à son organisation ;
  • Bouet a fait sienne une formule américaine : be all you can be (sois tout ce que tu peut-être) ;
  • il insiste sur la responsabilité, considérable à ses yeux, des médias ;
  • sur l'olympisme (l'idéal olympique est-il autre chose que l'idéal sportif ? ;
    • sur le fond, c'est la même chose : il n’y a pas de super-éthique,
    • mais l'olympisme a une dimension spéciale qu'on pourrait dire religieuse (cérémonie, commémoration, rite). Ce qui relie les hommes entre eux, aux dieux, à la nature (cf. également la conclusion de son étude particulière sur l’olympisme) ;
    • et utilisation du sport aux fins de perfectionnement de l'être humain et de l'espèce humaine. "Or, dit Bouet, je crois en un sport non utilisable : qui n'a pas besoin de justification".

Ma conclusion

72On voit qu'avec M. Bouet on se trouve au cœur même de la réflexion sur l'éthique : -sur ce que le sport affirme en disant qu'il est sport ;

  • sur la primauté de ce concept (par opposition à B. Jeu) ;
  • sur la dégradation dont ces valeurs sont l'objet et qui menacent l'existence même du sport et ses "valeurs sociales" ;
  • sur la mise en cause de ses structures actuelles (dirigeants) et peut-être plus encore de son environnement (médias) ;
  • sur la complexité du problème et son encouragement à "y aller".

III - La pensée de Jacques Julliard

73En réponse à mon questionnaire sur les valeurs, Jacques Julliard :

741) Enonce d'abord ce qu'il appelle une banalité : le sport qui fait scandale ne représente qu'une "toute petite tranche" du sport. La pratique de masse, qui se développe énormément, n'est pas "rattachée aux valeurs coubertiennes". Elle commence cependant à être touchée par des phénomènes qui ont commencé aux sommets.

752) Cependant le "consommateur" a fondamentalement besoin de croire au respect des valeurs sportives. "Si la combine s'étalait, le sport serait mort". Un match ouvertement truqué ne peut avoir lieu ; et si l'on avait su Ben Johnson drogué, il n'aurait pas pu courir. Les gens sont donc "implicitement attachés à la loyauté du sport, et même davantage". Et même si le sport "développe (ou exorcise) certaine agressivité", il doit dans l'opinion rester loyal. "Même sous ses formes les plus aberrantes, le sport a besoin de rester dans des formes réglées et suppose la loyauté".

763) Le sport par ailleurs demeure un tout. Il n'est que de voir l'effet d'entraînement d'un Noah. "Si le sport de haut niveau est infidèle à son éthique, tout le sport est menacé". Surtout avec l'effet télévision.

774) Puisque les gens ont besoin d'y croire, faut-il leur cacher les tares du sport ? - Non - Il faut absolument les dénoncer. Car ils les sauront de toute façon. Cf. les derniers J.O. "Que sur la plus haute compétition du sport dans le monde pèse pareille suspicion : il n'est pas sûr qu'elle y résiste".

78Julliard a été un moment partisan de la suppression des Jeux (quand ils se sont déroulés à Moscou au moment de l'intervention soviétique en Afghanistan) ; un peu de provocation ! Mais il pensait qu'une globalisation excessive aboutissait à exagérer tous les risques (cf. le rugby qui se défend mieux contre la corruption, car il est plus discret, même si la Coupe du Monde va le tirer vers les mêmes excès). Il souhaite voir examiner ce dangereux phénomène de mondialisation, par opposition à un sport de proximité (allusion à ce qui se passe en musique où le fait de pouvoir voir Isaac Stern chez soi décourage et défavorise tous les violonistes). C'est une menace pour la pratique intermédiaire du sport. Du danger de l'excellence !

795) L'auto-destruction du sport est-elle fatale ?

80- Certains sports comme le football sont effectivement en train de s'auto-détruire. Un signe évident : le football n'est plus maître de ce qu'il fait. La F.I.F.A., l'U.E.F.A., les joueurs sont "pris en otage par la violence" et ne peuvent plus y échapper. Il faut donc trouver des "formes de remplacement", car on ne saurait aller plus loin.

816) La notion d'éthique comme essence du sport.

82"Si le sport tombe dans l'hypocrisie absolue et ne met pas en pratique les valeurs qu'il est censé exalter, il perd non seulement l'essentiel de sa dignité mais son caractère spectaculaire". Qu'est-ce qui fait que le sport est quelque chose de miraculeux, d'exceptionnel ? C'est que précisément il n'obéit pas à la même logique (à la même éthique) que le reste des activités humaines. Nous sommes dominés par la loi du profit, la logique économique. C'est bien si cela entraîne une vie meilleure (lutte contre la famine, progrès technique, etc…). Mais nous avons besoin de quelque chose de gratuit. Si le sport cesse d'être ludique pour devenir une activité comme une autre, il perd sa spécificité (comme l'amour tarifié perd sa spécificité). Du jour où le sport devient une entreprise comme une autre (catch), il n'a plus rien à voir avec le sport et la fascination qu'il continue d'exercer.

83Car l'intérêt pour le sport de haut niveau vient certes de son côté spectaculaire (accentué par la télévision), mais aussi de ce qu'il est "la seule contrepartie du caractère rationnel de l'existence". "S'il ne contient pas un peu de folie, s'il cesse d'être un jeu, il disparaît au profit des… Blue Bell Girls !".

847) Sport et culture.

85Malraux avait tort de prétendre qu'il regrettait "qu’il y eût plus de monde dans les stades que dans les musées". Mais il avait tendance à nier l'existence ce de qui ne l'intéressait pas (comme la musique). A la même époque, il y a de plus en plus de monde et dans les stades et dans les musées. Et je ne crois pas que la pratique sportive éloigne de l'art.

86Il est bon au contraire que l'on ait le souci de son corps. Si la vieillesse n'est plus ce qu'elle était, c'est qu'à travers le sport on aperçoit mieux l’image d'un corps qui se dégrade.

87Le sport est composante de culture. Il est, comme disait Vinci de la peinture, cosa mentale. Il est opération de l'esprit, et pas seulement du corps.

88Puis il fait partie de la beauté. C'est même "une des faces les plus accessibles de la beauté". Et si l'idéal de camaraderie (de fraternité) de Coubertin est sans doute ce qui a le plus souffert, le sport reste un "instrument de culture", c'est-à-dire "d'action de soi-même sur soi-même". Car il n'y a pas de culture sans souci de soi. Il fait donc partie de notre patrimoine actuel.

898) Comment protéger ces valeurs ?

90a) La presse sportive. C'est la plus influente et elle est loin de faire son travail. Il existe une complicité, hélas inévitable, avec le sport (les journalistes parlementaires ne maudissent pas le parlement ; les journalistes économiques ne poussent pas à vendre les actions de telle entreprise, etc…). Mais l'éthique des journalistes de sport a une importance particulière. Et on lit sur le visage de ceux que l'on connaît s'ils ont gardé le sens de l'éthique ou s'ils sont corrompus et font partie de cet immense cirque.

91Car le sport ne s'en tirera qu'en faisant la lumière la plus totale. Cf. les Jeux de Séoul : si l'on a retiré sa médaille au champion le plus prestigieux de la manifestation la plus prestigieuse, cela n'est pas par un brusque retour de moralité. C'est parce que les Jeux étaient menacés. Ce fut un sursaut contre l'auto-destruction.

92b) Responsabilité de l'ensemble des élites. Le langage sportif est partout utilisé. Les hommes politiques se montrent à Roland Garros et au Parc. Cette élite devrait être plus exigeante à l'égard du sport au lieu d'être complaisante pour ses formes les plus dégradées. Car le sport est devenu un fait de la société elle-même ; et il dépend de cette société à partir du moment où elle s'empare du sport comme un moyen de promotion et de profit.

93c) Il en est de même de la publicité lorsqu'elle exalte exclusivement la victoire aux dépends des autres valeurs : elle pousse le sport vers sa dégradation.

94d) Pour les structures, c'est un vaste problème. Les dirigeants n'ont pas toujours su négocier le virage et sont passés trop souvent directement "de la virginité à la prostitution".

95Il demeure partisan d'un système associatif, mais pense que le mode de désignation des dirigeants est à revoir. Avec plus de démocratie et une plus grande participation des athlètes.

96e) Il pense enfin que l'idée du Haut Comité d'Ethique est excellente. Il devrait, pour avoir de l'influence, comprendre, en dehors de dirigeants respectés, des sportifs de haut niveau à grand prestige et des personnalités dont le nom n'est pas attaché au sport, mais qui, compte tenu de l'emprise du sport sur la société et de tout ce qu'il représente comme échappatoire à la vie quotidienne, méritent d'y figurer : savants, poètes, écrivains, politiques, religieux…". Qu'ils aient suffisamment d'autorité pour empêcher le sport d'aller dans le décor !

Ma conclusion

97Il me semble plus que jamais souhaitable d'attacher à notre projet des personnalités de ce niveau, non directement impliquées dans la vie du sport, mais susceptibles d'apporter à notre réflexion un souffle plus large.

98Bien noter l'inquiétude (qui rejoint la nôtre) d'un "amoureux" du sport tel que Jacques Julliard.

99Ainsi que les développements très précieux sur "sport et éthique", "sport et culture".

IV - La pensée de Jean-Pierre Courcol

100Impression première de J-P. Courcol : l'importance "gigantesque" du sujet proposé, impossible à traiter en quelques instants. "Tout y est".

101Il résume ainsi spontanément sa pensée :

  1. Il croit profondément aux valeurs et aux bienfaits du sport : c'est un optimiste en matière sportive. Seulement, en prenant de l'importance dans la vie des gens, le sport est devenu un phénomène de société, soumis aux mêmes problèmes que les autres. Il est victime soit de son succès, soit de ses faiblesse chroniques.
  2. Pas de hiatus entre sport de masse et sport de compétition : pyramide fondamentale. Tout ce qui la brise nuit aux deux parties. Mais la gestion n'est pas la même. "On ne raisonne pas de la même manière au 1er et au 80ème étage, mais on prend le même ascenseur".
  3. Soyons pragmatistes. Cessons les grands discours et les beaux sentiments. Il y a de la place pour tout le monde (bénévoles et "pros"). Il s'agit seulement de bien respecter les règles du jeu et de sauvegarder la pyramide.

102Evolution de raisonnement sous formes de questions et de réponses.

1031) Comment sauvegarder l'éthique sportive si souvent malmenée ?

104- Considérons "l'histoire" d'un sportif, d'un joueur de tennis. Il a dix ans : le sport lui apporte l'exercice, le jeu de son corps et le sens de la compétition (école de vie, honnêteté, respect des règles) et du dépassement de soi. S'il en reste là, c'est un facteur d'équilibre et un outil d'éducation.

105S'il est plus doué, il franchira insensiblement des échelons. Il aura des spectateurs, des sponsors, toute une spirale professionnelle. Et un jour, il aura un choix : le sport étant synonyme d'excellence, il est naturel qu'on aille au bout de soi-même, tout en demeurant exemplaire. Le tennis étant au plus haut niveau un spectacle, il passera peu à peu d'un statut à un autre. Il subira alors des tentations : drogue, tricherie, politisation… Il est nécessaire alors que les systèmes en place soient des garde-fous suffisants.

1062) Pourra-t-il au plus haut niveau conserver intactes ces valeurs ?

107- Oui, conviction totale. Ne pas être trop pessimiste là dessus : les vrais champions sont rarement des tricheurs. Mais c'est vrai qu'il y a une dérive, récemment accentuée, et qu'il faut être vigilant.

108A ce sujet, la "main" de Maradona, dont ce dernier se vante, constitue une "perversion phénoménale", pire que la drogue.

109- Mais, en tennis par exemple, des champions tels que Becker, Wilander, Forget, Noah, Evert, Graf, Navratilova, sont admirables à tout point de vue.

110Il est indispensable de maintenir ces valeurs. Et si en tennis elles sont plus présentes qu'en football (où règnent hélas la brutalité, le cynisme, la tricherie), c'est que l’autorité y est plus affirmée.

1113) La pyramide pourra-t-elle subsister ? L'exemple américain n’est-il pas inquiétant ?

112- Il n'est pas certain qu'il n'y a pas de pyramide sportive aux U.S.A. : la gestion change de main d'un étage à l'autre, mais ça ne brise par la continuité. C'est comme une fusée à trois étages :

  1. : la high school. Bénévolat. Mais déjà présence d'entraîneurs professionnels.
  2. : l'université : système intermédiaire entre entraîneurs et professionnels.
  3. : un sport professionnel totalement privé, mais dont l'organisation (arbitres, épreuves, etc…) est exemplaire. Le respect des règles est mieux assuré, car ce sont des professionnels qui gèrent.

113L'éthique reste constamment présente, car elle est dans l'esprit anglo-américain. La drogue ? Certes, comme partout aux U.S.A. Mais comment penser que des bénévoles la combattraient plus efficacement ?

114Cependant je ne suis pas d'avis qu'il faille, ici, adopter le système américain.

1154) Quel système alors ? Quelles structures ?

116- C'est un grand problème ! Le pouvoir fédéral est incapable de contrôler les dérapages, mais, ce qui est plus grave, de gérer le sport de haut niveau en tant que sport.

117Pourquoi ? A cause du système électoral des bénévoles qui impose les plus médiocres. Comment une fédération bénévole pourrait-elle, hormis certaines exceptions, gérer un puissant secteur pro ? Deux conceptions éloquentes : Chatrier (qui se contente pour vivre de presque rien) et Sastre, haut fonctionnaire détaché. Mais après eux ?

118Je préconise donc un système mixte à mi-chemin entre les USA (qui vont trop loin dans le privé) et nous (qui allons trop loin dans l'associatif et dont les dirigeants se font dévorer par tout le monde).

119Ma solution : des dirigeants mieux formés (à qui on impose une formation multiple), mais qui cèdent actuellement le secteur pro à des pros à qui sont imposées des règles.

120Je crois donc à une saine compétition comme en cyclisme où chacun est à sa place. L'amateurisme est laissé à la Fédération (qui l’organise d'ailleurs de mieux en mieux et avec qui nous collaborons. Cf. les Masters pour lesquels l'U.C.I a fait appel à nous.

121Et nous expliquons scrupuleusement les règles sportives : c'est la charte de base, qui est intangible, et donc améliorons l'application d'année en année.

122Pourquoi le faisons-nous ? On pourrait répondre par morale, mais ce serait un paravent, un alibi. En fait, c'est pour des raisons d'évidence économique. Car, dans ce domaine comme dans les autres, on peut agir sur cinq ou bien sur vingt ans. Si on veut faire "juter" une affaire, on la tue. Mais pour gagner vraiment de l'argent, il faut jouer le long terme : investir, assainir, développer. La logique économique vient donc au secours de la logique sportive.

123Qu'est-ce qui fait la valeur du Tour de France par comparaison avec le Tour d'Italie ? En Italie, on supprime les cols pour faire gagner Moser ; on annule des étapes. Mais le Tour est en haut et le Giro en bas. Les Italiens eux-mêmes le reconnaissent. C'est la seule raison.

124Si nous n’avions pas ce respect, le Tour de France serait mort.

125Mais si le Tour disparaissait ainsi, qui pourrait intervenir ?

126- C'est le risque ! Mais on courait le même avec le bénévolat.

127Cf. La Coupe du Monde de ski : créée à l'initiative de L'Equipe, c'était une excellente idée. Gérée par la F.I. de ski, c'est devenu "une usine à gaz". Et tout le sport alpin en souffre. Qui ferait courir le plus de risque à cette épreuve ? Un organisme privé ou la F.I. actuelle ?

128Ma solution : confier les grandes épreuves soit à des organismes privés, soit, si elles en sont capables grâce à des gens de qualité, aux fédérations. Il faut de la souplesse. Dans certains cas, l'opération est trop complexe pour la confier à des bénévoles. Dans d'autres cas, ça fonctionne (les Jeux Olympiques). La Coupe du Monde de Football ? Cela n'est pas mal, mais attention à marcher avec son temps.

129Au total je crois en une saine émulation, sans a priori, entre le sportif et le privé. En tennis, Chatrier est plus fort que le privé, mais la plupart des grands tournois régionaux sont organisés par l'A.T.P. Tour. De cette compétition naît la réussite.

130Il faut donc une complémentarité, car le pouvoir sportif ne peut tout assumer.

131Même dans le football, il devrait y avoir partage. D'ailleurs la F.I.F.A. a signé un contrat avec un organisme privé (I.S.L.) pour ne pas courir de risque.

132En France, la Coupe et le Championnat doivent rester à la F.F.F. Mais les clubs devraient, pour être mieux gérés, se convertir en sociétés anonymes. Le problème des subventions serait résolu autrement. A Bordeaux, par exemple, la municipalité ayant un budget en communication de 100 Frs en accorderait 20 par exemple aux Girondins pour ce qu'ils apportent de promotion à la ville, sans contre partie. Avec pareil budget, si le club est en faillite, bonsoir.

133Ces clubs privés auraient simplement dans leurs statuts l'obligation de disputer les compétitions fédérales. Le risque de les voir quitter le giron fédéral ne serait pas plus grand qu'aujourd'hui si MM. Tapie et Bez s'entendaient pour le quitter !

134En fait, en ce qui concerne l'autorité fédérale, un mouvement pendulaire se produit. Chatrier a eu, avec sa commission tripartite (fédération, joueurs, organisateurs), raison pendant vingt ans. Un jour, les joueurs ont voulu le pouvoir et Chatrier a été bousculé. Aujourd’hui il est redevenu le maître.

Ma conclusion

135C'est un exposé extrêmement significatif d'un courant qui devrait prendre de l'ampleur dans l’avenir.

136A noter :

  • l'importance extrême attachée aux valeurs sportives ;
  • la nécessaire continuité du sport de masse au sport d'élite (affirmée également par tous nos autres interlocuteurs) ;
  • la très sévère critique adressée aux pouvoir sportifs amateurs ;
  • la "démonstration", paradoxale, mais très instructive et bien étayée, selon laquelle l'intérêt économique protège mieux la valeur sportive que le pouvoir associatif bénévole.

137On ne pourra plus ne pas examiner attentivement le "système mixte" proposé par le directeur de L'Equipe et du Tour de France.

V - Qu'entend-on par valeurs spécifiques du sport ?

138Sont-elles différentes des valeurs de l'Olympisme ? A qui appartiendra le sport demain ?

139J’ai à maintes reprises, au cours des Universités Sportives d'Eté précédentes et dans toutes les occasions de prendre la parole qui m'ont été données, essayé de faire passer l'idée selon laquelle il n'y aurait plus de sport (au sens que nous persistons à donner à ce mot) si les valeurs spécifiques sur lesquelles il repose n'étaient pas respectées.

140Cette affirmation requiert les explications suivantes :

1411) Ce que nous entendons par sport.

142Toute notre "démonstration" est en effet subordonnée à une acception du sport qu'on est libre d'accepter ou de rejeter. Si, comme le prétendent certains sociologues, il existe de multiples définitions du sport, toutes valables, et par conséquent un grand nombre de "clés" susceptibles d'éclairer sa compréhension, tout notre échafaudage s'écroule et il n'est plus possible d'affirmer que le sport est fondé sur des valeurs originales sans lesquelles il courra des dangers majeurs de perversion.

143Ce qui nous paraît fondamental dans l'aventure du sport moderne, par contraste avec ce qu'on appelait "sport" jusque-là, c'est précisément l'affirmation de règles et de valeurs qui n'étaient pas tenues, auparavant, pour nécessaires. Toute l'histoire de la compétition sportive, aussi bien dans l'antiquité que dans les diverses formes de civilisation qui ont précédé la nôtre, mériterait d'être examinée sous cet angle. Mais il semble bien qu'un désir exacerbé de victoire, allant jusqu'à menacer la vie de l'adversaire, caractérisait l’immense majorité de ces manifestations "barbares", tant grecques que romaines (pancrace, courses de char, jeux du cirque), tant mexicaines (jeux de balle) qu'occidentales (tournois, soûle, etc…)

144Les origines du sport américain au cours du XIXème siècle sont également significatives. On vit se développer, à côté d'activités sportives non violentes, toute une série de disciplines sanguinaires : combats d'animaux entraînant la mort, gouging (lutte inhumaine dans les régions frontalières), boxe sans gants et au finish. Les paris sur les résultats, le recours à la strychnine comme dopage intervenaient dans une sorte de "marathon" où tous les coups étaient permis (cf. en Italie les épreuves du "palio" de Sienne où sont également acceptées la tricherie, la corruption, la violence, etc…). Quant au football américain, il ne cessait de dégénérer au point qu'en 1901 six étudiants trouvèrent la mort en jouant.

145Par comparaison avec ses origines belliqueuses, le sport moderne, tel qu'il s'est codifié et régulé au XXème siècle, nous apparaît comme une volonté de rupture radicale avec ces pratiques rudimentaires. Il est né d'une "euphémisation" de la violence. Et il s'est efforcé pour mériter son nom de répondre à un certain nombre d'exigences communes qui sont les valeurs dont nous parlons et qui le fondent en tant que sport.

146Nous appelons donc valeurs ou éthique du sport tout ce qui fait que le sport est le sport (qui le rend irremplaçable en tant que lui-même). Les remarques de nos principaux interlocuteurs nous semblent parfaitement éclairantes à ce sujet. Ils insistent tous sur l'absolue nécessité où se trouve le sport - s’il ne veut pas s'autodétruire - à reconnaître, puis à protéger ses valeurs, c'est-à-dire ce qui le fait lui. On notera en revanche avec intérêt qu'un chercheur aussi éminent que Bernard Jeu semble avoir du sport une vision beaucoup plus ouverte et tolérante et l'accepter tel qu'il est (avec tous ses possibles) plutôt que d'insister sur ce qu'il doit être.

147Voici, à propos de ce chapitre, le paragraphe consacré à cette définition dans l'exposé des motifs soumis au Secrétaire d'Etat aux Sports en vue de la création d'un Comité d'Ethique national :

148"Le sport apparaît comme une activité humaine qui, moins qu'une autre, peut se passer d'impératifs moraux. On pourrait même dire de lui que son éthique lui est consubstantielle ou encore qu'il est moral par définition ou par essence. Ici, il ne suffit pas de punir ou de réprimer, il faut apprendre à respecter, car si le sport est compétition affrontement, opposition, il est compétition codifiée, affrontement symbolique, opposition ritualisée. La rivalité sportive est soumise à des règles précises, écrites, mais aussi non écrites (esprit sportif, fair-play) selon lesquelles l'adversaire est aussi un partenaire, l’arbitre un collaborateur respecté. La victoire ne peut être obtenue à n’importe quel prix (égalité des chances) et la défaite n'entraîne aucune déchéance. C'est cette "vision" du sport qui lui confère une valeur éducative et culturelle qui, sans elle, n'existerait pas. Un sport sans morale est condamné à n'être plus du sport, du moins au sens où nous l'entendons et où nous tenons à lui. Affirmer cela, énoncer les conditions auxquelles le sport doit répondre pour demeurer du sport, ce n'est pas tenir un discours naïf et angélique, mais réaliste. Car cette conception seule peut permettre au sport de rester fidèle à lui-même et d'interrompre un processus, déjà entamé, d'auto-destruction".

1492) Ce qu'implique cette définition.

150Reconnaître et scruter la profonde spécificité du sport. Car le sport de plus en plus a tendance à être mis à toutes les sauces et à remplir dans nos sociétés des fonctions si importantes qu'elles brouillent parfois son image : qu'il s'agisse d'éducation, de santé, de travail, de loisir, de spectacle, d'urbanisme, de communication, de publicité, de relations internationales.

151Or, toutes ces fonctions du sport et tous les rôles auxquels il peut prétendre, nous croyons fermement qu'il ne les assumera que dans la mesure où ce qu'il a de spécifique et d'irréductible sera préservé. Il sera formation et non déformation, hygiène et non délabrement, fête et non tragédie, fraternité et non haine, beauté et non violence, libération et non aliénation que si l'accent est mis sans relâche sur le respect fondamental du sport à sa propre éthique. Seul un sport en harmonie et en règle avec lui-même de surcroît rendra les services qu'on lui réclame.

1523) Globalité et universalité.

153Revenir aux sources du sport - à ce qu'il est par opposition à tout le reste - c'est aussi, d'après nous, le revendiquer tout entier. C'est-à-dire refuser de rejeter certains de ses rameaux sous prétexte qu’ils sont plus atteints que les autres. C'est affirmer que du sport scolaire et du sport de masse jusqu'à la compétition la plus élevée circulent la même sève et la même exigence. Car la tentation est grande parfois d'abandonner une partie du sport à ses démons comme on coupe un membre menacé de gangrène. Le sport professionnel par exemple : comme si tout le sport de haut niveau n'était pas peu ou prou professionnel ! Ou la haute compétition elle-même (et les Jeux Olympiques pour commencer !) en proie à tous les dangers de commercialisation, de robotisation, de dopage, de nationalisme ou de violence. Ces tares de la haute compétition - nées de son succès même - sont certes si graves qu'elles menacent l'image et la crédibilité du sport tout entier. Si bien que l'honnêteté et l’exemplarité du sport de compétition apparaissent comme indispensables à la survie du sport lui-même. Ou la haute compétition et le champion sont exemplaires, ou ils risquent de corrompre le sport tout entier.

154Il me semble par ailleurs important d'affirmer le sport en tant que "bien culturel" commun à tous les hommes. Les sociologues modernes n'insistent pas assez sur cette universalité du message sportif. Un de nos philosophes à la mode, Alain Finkielkraut, a même fondé la thèse d'un de ses derniers ouvrages, "la défaite de la pensée", sur deux constats principaux :

  1. Il n'y a plus de culture universelle (la Culture est remplacée par les cultures),
  2. Il n'y a plus de hiérarchie dans l'ordre culturel, c'est-à-dire, d'après notre penseur, dans l'ordre de la pensée.

155A ces deux assertions, le sport peut apporter sa contradiction :

  1. Si, il existe encore un langage, donc une culture commune à l'humanité : le sport,
  2. Si, il existe une culture où le corps tient sa place, en étroite relation d'ailleurs avec l'intelligence : le sport.

156Il est par ailleurs remarquable, comme l'ont affirmé tous les participants à la dernière réunion des ministres et hauts responsables du sport du monde entier organisée à Moscou par l'UNESCO, que le système de valeurs sur lequel repose le sport est globalement reconnu par tous ceux qui, sur la planète, ont à voir avec le sport.

157(A noter que sur ce chapitre de la "globalité" du sport tous les interlocuteurs que nous avons rencontrés partagent le même point de vue).

1584) Une distinction délicate, mais capitale.

159Ces valeurs spécifiques du sport (celles qui font que, sans elles, il ne serait pas du sport) ne doivent pas être confondues avec les valeurs morales que le sport est censé développer (comme la solidarité, l'honnêteté, la combativité, l'esprit de compétition, la camaraderie, la loyauté, etc…). Ces "vertus", s'il est souhaitable qu'elles appartiennent au sportif et s'il est permis d'escompter que la pratique sportive permet de les manifester, ne sont pas en elles-mêmes "fondatrices" de l'acte sportif. Ce sont en quelque sorte des "valeurs ajoutées", dont on doit se féliciter qu'elles existent - quand elles existent - mais qu'on ne doit pas exiger à tout prix du sportif (car ce serait alors, comme le dit Bouet, demander au sport "de rendre des comptes au tribunal de la morale", et ce serait l'accabler exagérément).

160Affirmer les valeurs fondamentales et intrinsèques du sport, c'est donc à nos yeux le débarrasser de ses valeurs illusoires et ne pas lui demander plus qu'il ne peut donner. C'est le débarrasser d'une idéologie encombrante, qui a fini par se retourner contre lui. C'est affirmer qu'il n'a ni valeur magique ni pouvoir divin, et qu'il n'est en soi, comme toute activité humaine, ni bon, ni mauvais. Il existe. Il répond à des tendances et à des besoins profonds de l'homme. Mais il est à la merci de notre société.

1615) Le contenu de ces valeurs.

162S'il est un chapitre sur lequel devrait s'exercer une réflexion approfondie, c'est bien celui-là. Je ne peux ici esquisser que quelques pistes.

  • Insister sur ce que cette analyse doit avoir de concret et de réaliste. Il ne s'agit pas de définir des valeurs idéales, utopiques, mais de fournir au sport vivant des raisons claires, immédiatement perceptibles, de rester fidèle à ce qu'il prétend être.
  • Se demander dans quelle mesure le système de valeurs sur lequel repose le sport a évolué au cours de son siècle d'existence ; s'il est des valeurs traditionnelles dont il puisse aujourd'hui faire l'économie, et jusqu'à quel point ce "continu éthique" peut être rénové, mis au goût du jour, sans perdre ce qui est fondamental. -Reconnaître que les valeurs du sport se ressentent souvent mieux qu'elles ne se définissent. Qui n'a pas éprouvé, en assistant à une finale de "grand chelem" entre Christ Evert et Martina Navratilova, le sentiment qu'il était au cœur de ce que "l'acte sportif" a de plus authentique et, du même coup, de plus émouvant ?
  • S'apercevoir qu'il est peut-être plus facile de déceler les valeurs du sport en creux, c'est-à-dire par rapport à des manifestations auxquelles le nom de sport ne saurait être accordé : un combat de catch, un ballet, un concours d'interprètes musicaux, une corrida, une "équipée sauvage". Tout ce qui ressemble au sport (peut se réclamer du sport), mais n'est pas du sport.
  • S'efforcer enfin de dresser un inventaire de ces valeurs irréductibles, telles que : égalité des chances, respect des règles, de l'arbitre, de l'adversaire, acceptation de la défaite, respect de son corps et de l'acte sportif.

1636) Les valeurs du sport et celles de l'olympisme.

164Cette comparaison mériterait également une recherche poussée afin d'en finir avec une confusion entretenue autour de l'idée olympique. Ce qu'on appelle "olympisme" constitue-t-il un plus par rapport à "l'esprit du sport" ? Faut-il se montrer plus exigeant à l'égard d'un sélectionné olympique qu’à l'égard d'un pratiquant sportif ordinaire ? Et si les deux notions coïncident, pourquoi continuer à parler d'olympisme (surtout au moment où le plus "coubertinien" de nos penseurs, Pierre Comte-Offenbach, affirme que les Jeux Olympiques en sont arrivés à trahir pour l'essentiel les valeurs de "l'olympisme") ?

165Je n’aperçois pas pour ma part de distinction fondamentale à faire entre les valeurs de l’olympisme et celles du sport, sauf que les tenants de l’olympisme, et Coubertin le premier, me paraissent insister sur une notion à leurs yeux essentielle : celle du perfectionnement humain. Comme si pour eux le sport était moins une fin en soi ("un bonheur injustifiable") - ce qu'il est à mes yeux - qu'un outil au service de l'épanouissement, de l'éducation de l'homme. L'olympisme en ce sens représenterait une fonction (particulièrement noble, il est vrai) du sport plutôt que le sport lui-même.

1667) Une clé de voûte et un fil conducteur.

167Chercher à savoir ce que nous entendons fondamentalement par sport, nous demander à quelles conditions le sport tel que nous l'entendons demeurera du sport et préférer ce postulat de départ à tout autre signifie qu'à nos yeux toute la réflexion projetée sur les rapports du sport avec la société et sur les structures qui doivent être les siennes ne peut être qu'induite à partir de cette priorité.

168Qu'on parle de droit ("comment mieux affirmer la spécificité du sport dans les texte juridique ?"), de science ("comment peut-elle améliorer le sport sans entamer sa spécificité ?"), d'éducation ("comment mettre le sport au service de l'éducation pour que l'école aide le sport à affirmer sa spécificité ?"), de médias ("comment veiller à ce que le succès médiatique du sport n’accentue pas les déformations qui le menacent ?") ou d'économie ("comment faire pour que la logique marchande ne l'emporte pas sur la logique sportive ?"), on est frappé par la cohérence du raisonnement autour de ce fil conducteur que constitue la spécificité sportive.

169Il en est de même lorsqu'on aborde l’institution sportive et ses rapports avec les pouvoirs publics ou avec le secteur privé. On n'échappera pas notamment, lorsqu'on abordera le chapitre crucial du partage des pouvoirs, à la question posée par l'organisateur du Tour de France, à savoir : le professionnalisme des organisateurs et la finalité commerciale ne sont-ils pas des meilleurs garants de l'éthique sportive que le bénévolat ?

170Affirmer que tout tourne autour des valeurs du sport, est-ce juste, est-ce raisonnable, est-ce positif ? Ce sont des réponses à ces questions que j'attends de notre Université Sportive et de ses prolongements.

L'éthique du sport : questionnaire utilisé

(Peut-on parler de valeurs spécifiques du sport ? Comment définir la notion d'éthique sportive ? Est-elle différente de l'Olympisme ? A qui appartiendra le sport de demain ?)

171Le développement du phénomène sportif depuis un siècle, et notamment depuis une vingtaine d'années, s'est réalisé de manière trop souvent anarchique et sans que soit définies et affirmées les conditions auxquelles le sport doit répondre pour rester fidèle à ses ambitions éducatives et culturelles. Les notions d'indépendance et de désintéressement, qui paraissaient indispensables à sa survie, sont aujourd'hui largement battues en brèche. Si bien qu'apparaît nécessaire une analyse moderne de la finalité du sport, susceptible de déboucher sur une remise en ordre de ses structures.

172C'est à cette vaste réflexion qu'a décidé de se consacrer - en vue de l'organisation d'Assises Nationales - la prochaine Université Sportive d’Eté.

173Le thème no 1 qu'il s'agit d'explorer avec vous pose le problème de base :

  1. Peut-on aujourd'hui encore parler des valeurs sous-tendues par le sport ? La fausse idéologie (religion) du sport, longtemps proclamée aveuglément (le sport-santé, le sport-paix et fraternité, le sport-indépendance, le sport-désintéressement, le sport-apolitisme, etc…) ne s'est-elle pas retournée contre lui quand on a constaté qu'elle était loin d'être "immanquable" (cf. les risques physiques du sport, le dopage, la violence, la tricherie, la politisation, le contrôle public, la commercialisation, etc…) ?
  2. Que reste-t-il donc de la morale sportive ? Et est-il encore possible de parler d'éthique en termes réalistes ? Vous apparaît-elle plus que jamais indispensable - parce que plus que jamais menacée de perversion - ou bien pensez-vous qu’on doive en faire l'économie ? Sur quoi, dans ce dernier cas, peut-on fonder l'existence du phénomène sportif ? Et que peut-on dire de sa finalité ?
  3. Y aurait-il deux sortes de sport ? L'un qui ne peut pas se passer d'exigence morale et l'autre qui n'en a que faire ? Un sport à valeur éducative humaniste, culturelle et un sport-spectacle sans référence à l'éthique ?
  4. Faites-vous, à ce propos, une distinction entre idéal sportif et idéal olympique ? Si l'olympisme constitue un plus par rapport au sport, comment définissez-vous ce plus ?
  5. La notion de fair-play est-elle supérieure, marginale, consubstantielle à la notion d'éthique ?
  6. Dans quelle mesure cette réflexion sur les fondements éthiques du sport peut-elle (doit-elle) aboutir à des propositions sur l'avenir du sport et de ses structures ? Peut-on notamment laisser le sport de haut niveau glisser hors de l'emprise associative et fédérale, vers un contrôle accru des pouvoirs publics ou de l’argent ? La conception d'un sport professionnel à l'américaine, sans attache avec l'autorité fédérale, est-elle incompatible avec nos habitudes et nos convictions ? Autrement dit, de manière plus générale :

174le sport est-il l'avenir du sport ?

Auteur

Président de l'Association Internationale contre la Violence dans le Sport
Une partie de l'exposé a été prononcée par Jacques Ferran en présence de Monsieur Roger Bambuck. Ceci explique certains commentaires développés par le Secrétaire d'État à la Jeunesse et aux Sports dans son allocution.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.