Version classiqueVersion mobile

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Séance inaugurale

L'Olympisme est une philosophie de l'effort

Pierre Comte-Offenbach

Texte intégral

Pierre Comte-Offenbach vient de disparaître, laissant un vide douloureux dans la grande famille olympique et sportive. Pour son intervention, dans le cadre de l'Université Sportive d'Eté, il avait souhaité se montrer "un peu provocateur" de façon à "favoriser les échanges de points de vue". "Je vais lancer un brûlot" avait-il également confié aux organisateurs. Bien sûr, son intention était de revoir la transcription de son exposé pour la publication des actes. Le destin en a jugé autrement. Il n'a pas permis à l'auteur de se consacrer à cette tâche. La communication qui suit garde ainsi les traits de l'oral. C'est aussi notre manière de rendre un hommage à la riche personnalité de Pierre Comte-Offenbach, qui fut incontestablement un des principaux animateurs de l'U.S.E. tenue à Montpellier.

1Monsieur le Ministre,
Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

2Je remercie bien chaleureusement ceux qui ont eu l'idée amicale de me demander d'intervenir dans le cadre de votre Université Sportive d'Eté.

3Depuis le temps que je réfléchis à ces problèmes, les choses se sont si bien accélérées, que nous sommes, comme vient de le rappeler le Professeur Gibert à l'instant, à une période où se détermineront, pour les dix ou vingt années qui vont suivre, les chances du sport français en particulier et du sport international en général.

4Je n'ai pas voulu manquer cette occasion qui m'était offerte de parler devant des hommes, des femmes parfaitement avertis de l'ensemble du problème, et je me suis livré à la fois à une autocritique et à une réflexion personnelle, qui auront, je l'espère, le bénéfice de surprendre quelques-uns d'entre vous, car en allant très au fond des choses on arrive à découvrir des points qui sont névralgiques et qui ont pu passer inaperçus. Il y a dans le temps présent une nécessité, a rappelé le Président Gibert, de parler clair, de parler juste, assez haut, pour être bien entendu d'une manière générale, de dire et de ne retenir que l'essentiel pour en faire une arme, un moyen de combat au profit du sport, car il ne peut être question pour nous d’abandonner des positions qui ont été celles de la louange du sport, sans parler clairement des déviations dont nous sommes aussi les témoins.

5En rappelant les quatre questions qui nous sont posées pour l'animation de cette première partie de vos travaux, il s'agit notamment de reconnaître si l'éthique sportive est différente de l'olympisme ou non. J'ai laissé au vestiaire les thuriféraires inconditionnels avec leur petite brosse à reluire. J'ai demandé également que ne viennent pas au débat ce que j'appellerai les actualisateurs, parce qu'il s'est dessiné comme une certaine mode, ici ou là, sur le plan national ou international, de penser à actualiser les choses. Je vous apporterai la preuve que ces actualisateurs avec leur petit plumeau peuvent eux aussi rester au vestiaire.

6En définitive, il s'agit entre nous de reconnaître si Pierre de Coubertin et l'Olympisme, les Jeux Olympiques sont en état de demeurer ce qu'ils sont.

7Je vais d'abord vous demander instamment comme je le fais depuis déjà de nombreuses années, de faire une distinction capitale entre les Jeux Olympiques et l'olympisme. Les Jeux Olympiques sont une vitrine ; l'olympisme est une philosophie à large base éthique, et nous verrons ce qu'il faut en penser à la fin de mon exposé.

8Les Jeux Olympiques, sont, je dirai, un amas de symboles. J'emploie à dessein ce mot à la fois un peu irrespectueux et significatif parce que lorsque l'on analyse les dix derniers Jeux Olympiques, on constate une dégradation de plus en plus importante de la valeur intrinsèque de ces principes tels que les souhaitait mis en œuvre Pierre de Coubertin.

9Prenons les sans ordre. Vous avez la flamme ; elle n'est pas de lui. Il n’en n'a pas imaginé la création, le transport, et on en arrive à se demander parfois si le feu est bien essence de pureté. Le feu c'est souvent dramatique, et je doute fort que ceux qui sont les spectateurs soient très sensibles à l’idée philosophique que contient cette flamme.

10Vous avez l'envol des colombes. On est si peu préparé à ce bel envol, qui devrait être inspirateur de paix, qu'on finit par se brûler les ailes, et l’on a vu hélas rôtir une des colombes à Séoul, à notre plus grand regret.

11Autre symbole, celui-là assez clair, des cinq anneaux du drapeau olympique. Vous savez par ailleurs le programme et l'ambition des Jeux Olympiques en ce qui concerne la paix et la fraternité. Paradoxalement, ce sont finalement les athlètes eux-mêmes qui ont créé le point fort de la rencontre. Il est la création de tous ces athlètes d'exception : le défilé final dans le désordre le plus total, sans aucune forme précise, mais le plus amical et le plus coopératif, celui qui rend compte de la vraie fraternité des stades. C'est là qu'on a retrouvé le lanceur de poids Canadien, avec le sauteur en longueur Néozélandais et le champion du 100 mètres Britannique.

12Les Jeux Olympiques sont devenus en tout et pour tout un énorme spectacle médiatisé. Même ceux qui y participent comme nous-mêmes et qui interrogeons les spectacteurs du pays, nous voudrions entendre des réponses marquant que dix, quinze, vingt, trente mille spectateurs sur place sont saisis par l'ambiance qu'ils ont énormément appréciée... Pourtant, le show n'a rien à voir avec la paix universelle, ni avec les chances que l'on pouvait espérer que le sport donnerait à l'humanité.

13Alors, c'est le Président du Comité Pierre de Coubertin qui vous dit, au risque de vous surprendre, qu'il ne faut pas compter que les Jeux Olympiques changent la nature des choses. La rencontre parfaitement pacifique garde une valeur esthétique, parce que c'est beau de voir sauter plus de 6 mètres à la perche et parce que l'emballage final d'un 100 mètres de rêve est évidemment une vision, mais du point de vue éthique, elle ne portera pas ses fruits. Ceci étant, il y aura un à deux milliards, demain trois milliards de gens qui devant leur petit écran apprécieront jusqu'où l'homme et la femme peuvent aller dans le domaine de la performance.

14Ainsi, je suis appelé à vous dire que ce n'est pas sur ces Jeux Olympiques qu'il faut compter pour l'avenir, pour la chance du sport en France et en général.

15Je voudrais vous proposer de distinguer trois sports. Le mot sport couvre des tas de choses. J'ajoute qu'en cernant bien notre domaine on comprendra mieux où il faut agir, et sur quel point névralgique il faut particulièrement être attentif :

  • le sport jeu,
  • le sport culture physique, psychologique, mentale et morale,
  • le sport enjeu.

16Vous me permettrez de ne pas évoquer ici le sport jeu (...).

17On a souvent opposé les deux mots : jeu et enjeu. Ce qui est important à mon point de vue c'est de bien reconnaître ce qui nous préoccupe essentiellement : c'est le numéro 2, autrement dit le sport culture.

18Nous voulons affirmer qu'il est possible de développer des notions éthiques (...).

19Pour ce qui est du sport enjeu, il est là avec son cortège qu'a si bien décrit mon ami Ferran, son cortège de combinaisons commerciales, de médias, de prix à payer, de situations délicates parfois pour l'athlète qui est naturellement devenu professionnel. J'ouvre là-dessus une parenthèse. Je vous adjure de dire et de répéter que Pierre de Coubertin a condamné un amateurisme qui, selon ses propres termes, ne pouvait pas exister. C'est donc bien dire, avec cette vision prophétique qui était la sienne, qu'il a compris que l'évolution vers une société libérale obligerait à satisfaire les besoins financiers des athlètes de haut niveau.

20A la tribune de l'Assemblée Nationale, il y a quarante ans, j'ai lancé, j'ai dit, je crois le premier en France, au nom de quel principe moral, au nom de quel principe éthique moral, interdirait-on à un athlète exceptionnellement doué et qui a été amené au top niveau, de profiter de ce capital qui s'étend sur une durée d’un nombre d'années très restreint. A telle enseigne qu'à partir de la trentaine il n'y a plus qu'à ranger ses raquettes, ranger sa paire de skis ou continuer à en faire pour promener sa femme ou ses enfants.

21Il y a donc là un point grave sur lequel nous aurons à revenir dans le cadre du débat.

22J'aborde maintenant le sport enjeu.

23Dès l'instant où l'enjeu est assimilable à la victoire à tout prix, il doit être surveillé de très près et l'on doit faire les efforts qui s'imposent pour que disparaissent les traces évidentes de tricheries. Là encore, Pierre de Coubertin a formulé et écrit des choses essentielles sur la tricherie.

24C'est dire ce que, sans extrapoler exagérément, le dopage était dans l'esprit de Pierre de Coubertin, puisqu'il disait avec vigueur : "Ah ! que sera la situation de celui qui serait convaincu d'avoir triché, d'avoir utilisé les procédés anormaux, pour vaincre les autres". On est bien dans le sport 3, que j'ai appelé le sport enjeu.

25Ainsi, ces Jeux Olympiques ont été admirablement conçus au départ. Et là je vous demande toute votre attention, vous verrez la cohésion de l'action de Pierre de Coubertin, la cohérence de sa pensée, quand je vous aurai rappelé trois points fondamentaux :

  1. il a fait ces jeux pour l'athlète et non pour la Nation dont il est le sujet,
  2. il a encore poussé la précision jusqu'à demander, voire exiger, que ce soit une ville qui accueille ces Jeux Olympiques et non pas la Nation,
  3. il a exalté la notion de patrie, que l'on ressuscite en ce moment pour des raisons et des causes avouables ou non.

26Ce trinôme représente l'intention profonde de Pierre de Coubertin.

27Je suis désolé d'allumer ce brûlot, mais que reste-t-il exactement de cet espoir ?

28Aucun athlète ne s'inscrit à titre individuel et il en a le droit. Tous passent par une classification et par un choix qui est fait par le pouvoir sportif lui-même, en vertu d'une délégation en France qui donne pouvoir à ses Fédérations de déclencher le processus olympique.

29De la même manière, il y a dans l'idée maîtresse des Jeux Olympiques une aspiration à la Paix. Que je sache, les Jeux Olympiques n'ont rien apporté sur ce plan et, tous les quatre ans, ils vont leur chemin et continueront en dehors de cette préoccupation pacifique, car le monde continue à être en ébullition. Et ce n'est pas parce que la coïncidence fait que l'affaire du Golfe nous interpelle ce matin, (...) que l’on doit avoir l'illusion que les Jeux Olympiques ont apporté un progrès exceptionnel en la matière.

30C'est donc bien dire que les illusions ou les espoirs de Pierre de Coubertin sont battus en brèche. Ce qui reste intact, et qui a toute sa valeur, pour l’action que nous avons menée, c'est l'Olympisme.

31L'olympisme est une philosophie de l'effort. D'abord, l'effort sur soi-même ; un effort qui conduit très légitimement à la confrontation avec autrui, avec l'adversaire. Dans les deux cas, il y a un mouvement de l'esprit et du corps qui fait que l'on peut proposer comme pédagogie utilitaire l'olympisme, de manière à acquérir chacun cette notion capitale, que nous avons le devoir de faire des efforts pour nous dépasser nous-mêmes et que les efforts que nous faisons en toute loyauté pour vaincre l'adversaire sont des conditions qu'il y a lieu de remplir.

32Voilà comment la doctrine et la philosophie Coubertiniennes prennent à nos yeux une place considérable. Il y a en effet dans cette expression de la valeur philosophique de l'olympisme, une source intarissable de chances, à la fois individuelle et collective.

33Lorsque nous en viendrons à examiner le point névralgique, qui est celui d'une très grave question puisqu'il s'agit de celle de l'altruisme, vous verrez à l'instant même que Pierre de Coubertin a philosophiquement posé le problème. Il a dit : "nous ne sommes pas au monde pour y vivre notre vie, mais pour y vivre celle des autres".

34Voilà bien la marque d'une inspiration qui peut et doit être conservée fidèlement. Il ajoute : "la joie égoïste n'est qu'un soleil intermittent, la joie altruiste est une aurore perpétuelle". Vous voyez ce que recèle cette philosophie active qui demande à l'homme de faire un effort car il n'est pas dans la nature des choses qu'on se force au mouvement (...).

35C'est donc dire que le capital santé, que l'on considère comme parfois contestable parce qu'il y a des excès faits par les uns et les autres dans l'application de leur capacité physique, est un problème essentiel, et la philosophie Coubertinienne prend admirablement compte de ces possibilités. Cela mériterait des développements, vous vous en doutez bien, pour chaque chapitre et sous-chapitre.

36Mais déjà, ce matin, vous me rendriez particulièrement heureux, si j'avais pu avoir la chance de vous faire entendre que les Jeux Olympiques s'en vont sur leur avenir comme des manifestations de sauts, d'exploits, de spectacles formidables, mais ils ne peuvent pas être pris en compte pour eux-mêmes car ils se déroulent seulement tous les quatre ans d'abord (que fait-on dans les trois années intervalles !) et ils ne peuvent pas être considérés comme des points d'appui sérieux.

37Jusqu'à présent un certain nombre de Coubertiniens pensaient à la valeur des symboles. Ils sont selon eux signifiants alors que selon moi ils ont perdu, à l'égard du monde en général et des français en particulier, toute signification autre que celle du spectacle.

38A coup sûr, il y a là matière à discussion, mais lorsque vous reviendrez à ces questions comme base de réflexion, on détachera dans les valeurs spécifiques du sport, dans l'éthique sportive, tout ce qui a chance de redresser des déviations qui malheureusement accablent le sport.

39Et je le dis pour terminer, Pierre de Coubertin avait tout prévu : le commercialisme, le professionnalisme nécessaire.

40Il a également prédit qu'il n’y aurait pas de chance pour le sport s’il cesse d'être un moyen éducatif. J'ai gardé le mot capital pour la fin : le sport éducatif représente la chance réelle du sport en général et du sport français en particulier.

41Je vous remercie.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search