Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Séance inaugurale

Une Université historique

Roger Bambuck

Texte intégral

1Si j'ai voulu à tout prix être, pour la première fois, à cette Université d'Eté, ce n'est pas que les sujets qui ont été traités les années passées, n'étaient pas importants, c'est simplement que j'estime que cette Université peut être une Université historique. Historique en ce sens qu'elle prélude à l'organisation en 1991 des Assises Nationales du Sport. Il est nécessaire qu'après de nombreuses années d'existence, de travail, de conflits même, de nombreuses années d'évolution des mentalités, des situations politiques nationales et internationales, le sport puisse faire le point à propos de sa place, de son rôle, dans les sociétés nationales et internationales, mais aussi de son rôle et de sa place dans l'évolution de l’homme.

2Nous n'avons malheureusement pas eu suffisamment d’occasions de faire le point d'une manière exhaustive, et j'insiste sur ce terme : exhaustive. Souvent, des mises au point ponctuelles ont été faites. On peut citer le travail qui a été accompli par les Fédérations Nationales, les Offices Municipaux des Sports. On peut citer le travail que vous avez fait vous-mêmes dans les différentes Universités d'Eté que vous avez organisées et où, ponctuellement, sur une partie de ce vaste champ de réflexion qui nous est proposé, vous avez conduit des investigations approfondies. Mais pour avoir une idée complète de ce qu'est la réalité du sport aujourd'hui et de son évolution future, il est nécessaire que se fasse une réflexion d'ensemble en organisant l'année prochaine des Assises Nationales du Sport, dont vous allez travailler à la préparation.

3Nous aussi, État, nous sommes obligés, nous sommes tenus de faire périodiquement le point de l'évolution de l'environnement du sport et de la demande de pratique du sport. C'est ainsi que je vais, enfin, respecter la loi de 1984 sur les activités sportives en convoquant le Conseil National des Activités Physiques et Sportives qui, depuis sa création, depuis la publication des décrets désignant ses membres, n'a jamais été convoqué. Le C.N.A.P.S. peut, à mon avis, jouer un rôle important, puisqu'il a deux vocations principales. La première est d'avoir un rôle consultatif sur tous les projets de loi et les décrets concernant le sport et les activités physiques. Actuellement, le rôle de consultation est joué, d'une part par le C.N.O.S.F., d'autre part par le Conseil d'État. Il faut que nous ayons une instance unique qui couvre le champ dans sa totalité, pour donner son avis sur ce qu'elle croit devoir être nécessaire pour l'évolution du sport. L'autre rôle du C.N.A.P.S., devait être de publier, tous les deux ans, un rapport sur la situation du sport en France, et je dois vous avouer que si nous avions pu nous appuyer sur un tel rapport, bien des situations déplaisantes auraient été évitées. Nous nous serions engagés sur le chemin d'une manière beaucoup plus résolue en sachant que nos décisions s'appuyaient sur un rapport pensé, réfléchi, prenant en compte l'évolution du sport et de son environnement. Donc, nous allons participer nous aussi à cette nécessaire prise en compte du besoin de sport qui se manifeste de manière différente un peu partout.

4D'autre part, vous savez qu'il existe une Commission d'Évaluation des Politiques Publiques, qui est rattachée au Ministère du Plan, et j'ai l'intention de lui demander de faire une intervention sur le financement de l'État dans l'exécution des Politiques Sportives en France. J'investis beaucoup d’espoir dans ce travail qui devrait être effectué au plus tard au début de l’année prochaine. Ainsi serait-il peut-être possible de savoir quelle est l’utilisation faite des deniers publics dans la mise en œuvre des différentes politiques sportives. Cela sera de nature à clarifier les relations entre nos différents partenaires et il sera précieux de voir, de la sorte, comment l’État peut jouer son rôle d’une manière beaucoup plus affirmée dans ce sens : premièrement au niveau de l’application d'une politique, deuxièmement à celui de l'épanouissement de tout un chacun, parce que chacun, quelles que soient ses origines et quelles que soient ses ambitions, a droit au sport et au sport de son choix.

5Je souhaite que ces Assises Nationales du Sport qui se tiendront l'année prochaine, et dont vous allez "débroussailler" le terrain, puissent enfin mettre un terme à tous ces débats accessoires qui ont encombré nos esprits, au cours des années passées : débat entre le sport de compétition et le sport pour tous ; débat actuel entre le sport de loisirs et le sport de compétition ; débat concernant les responsabilités exactes de l'État, trop interventionniste pour certains, pas assez pour d'autres. Il faut que la confrontation des opinions entre les différents acteurs et partenaires du sport, permette de clarifier quel est le rôle des différentes institutions qui prennent en charge le sport et la part qui est réservée à l'État.

6L'État a un rôle régulateur visant à ce que, dans l'application d'une politique, il n'y ait aucun français qui reste sur le bas-côté de la route et que chacun ait droit au sport de son choix. Ce rôle de régulateur, mon intention est de le faire fonctionner le plus fermement possible et de ne pas me laisser entraîner dans des directions visant à développer en exclusivité, soit une politique de sport de haut niveau, soit une politique de sport pour tous. D'ailleurs, ce vocable même du sport pour tous montre très bien son "obsolescence" puisque le sport ne peut être que pour tous. On ne peut pas dire le sport pour tous d'un côté, le sport de haut niveau de l'autre. Le sport ne peut être que pour tous. Si à un moment donné de notre vie sociale, nous avons éprouvé le besoin de définir un concept "sport de haut niveau" opposé au "sport pour tous", l'évolution actuelle de notre environnement général ne permet plus d'avoir une attitude aussi tranchée.

7Il me paraît très important que vous puissiez aborder ces problèmes, vous verrez que si, il y a quelques dizaines d'années de cela, il était parfaitement possible de segmenter une approche du sport, il n'en est plus de même aujourd'hui.

8Examinez donc nos résultats statistiques. On nous annonce 13 millions de français licenciés dans les clubs, au sein des fédérations, et au côté de cela, on nous annonce également 22 voire 23 millions de français affirmant avoir une pratique sportive régulière. Une enquête récente portant sur plus de 3.000 personnes a montré que 75 % des français annoncent une pratique annuelle circonstanciée, mais une activité sportive tout de même.

9A la lumière de tous ces faits, comment peut-on agir pour le développement du sport ? Comment chacun peut-il trouver sa place dans ce monde mal défini et complexe ? Le passé historique et culturel pèse lourd. Le sport est parti, en ce qui concerne l'Europe industrielle, d'une pratique sociale bien cantonnée à une catégorie d'individus qui grâce aux activités sportives pouvaient mieux affirmer la part et prédominance de leur classe. Heureusement, le sport s'est popularisé et est en voie de démocratisation. La charge culturelle, la charge historique du sport n'est plus contestée, mais commence à être l'objet d'interrogations dynamiques.

10Actuellement, nous sommes confrontés à une espèce de débat sur l'éthique du sport et sur ses valeurs. Pour certains, c'est la politique de la table rase. L'éthique, telle qu'elle est présentée, est une valeur strictement conservatrice et il faut, devant l'évolution et la pression du monde extérieur, la reformuler. D’autres voudraient que l'éthique soit effectivement une valeur très conservatrice et à laquelle on ne peut toucher sans faire un acte sacrilège parce qu'on ne touche pas au sacré. Je crois qu'il y a une voie qui consiste à considérer l'éthique comme étant une nécessité de la pratique sportive à tous les niveaux, mais que l'éthique aussi doit évoluer afin de retrouver son essence même. Non pas seulement l'essence du sport, mais celle de l'homme et de ce qui fait la nécessité de l'organisation dans une société qui respecte l'autre.

11C'est un débat qui est d'autant plus important qu'on ne le présente souvent que sous des formes très tronquées et fragmentaires. On nous présente le sport et l'argent et souvent le sport contre l'argent. Sans vouloir prendre la défense de Monsieur Courcol, il me semble qu'il a une approche qui est suffisamment pertinente pour que nous soyons un peu plus prudents quant à nos affirmations péremptoires qui visent à opposer le sport et l'argent. L'argent est nécessairement lié au développement du sport, ou plutôt, si nous voulons élargir le débat et ne pas rester dans des réflexions sordides, nous parlerons du pouvoir économique face au sport.

12Aussi loin que l'on remonte dans l'histoire du sport, le pouvoir économique est intervenu dans le sport. Alors, le problème qui nous est posé n'est pas de travailler en les opposant, mais en les liant, en sachant ce que l'un apporte à l'autre. Malgré le bon rapport que l'ami Jacques Ferran a fait de son entretien avec Monsieur Courcol, je considère que ce serait une erreur profonde de penser que Courcol seul avec ses amis financiers peuvent permettre une évolution et un développement du sport quel qu'il soit. Si le sport lui-même, si les pratiquants, si les partenaires, si les initiateurs du sport ne sont pas eux-mêmes convaincus de l'ensemble des valeurs humanistes qu'ils détiennent et qu'ils sont chargés de promouvoir, bien sûr on se livrera aux mains du monde financier avec les perversions et les risques que cela peut entraîner. Ce sont deux mondes qui, quelquefois se croisent, mais qui n'ont pas les mêmes objectifs. L'un c'est la promotion de l’homme, l'autre c'est la promotion de son pouvoir économique et la multiplication de ses profits.

13Cela doit être dit, car nous devons éviter de nous enliser dans des débats visant à démontrer que l'argent va tuer le sport. L'argent est une nécessité dans le sport, mais c'est toujours le sport qui doit être placé avant l'apport d'argent ou la création de profits financiers. Et comme Monsieur Ferran le disait tout à l'heure, "le football est autophage, pour ne pas avoir fait lui-même cette analyse approfondie". Il a en partie, perdu le contrôle des rênes et des leviers sur lesquels il doit peser pour conserver, ce qui est sa vocation, le pouvoir du sport contre l'intrusion de l'argent. S'installent alors des relations sans scrupules qui ne prennent en compte ni la défense de l'homme, ni celle de la société et de ses activités. Il n'y a plus, dans cette relation, qu'une manière exclusive, et je dis bien exclusive, de dégager du profit pour encore mieux asseoir le pouvoir financier.

14C'est un débat aussi qui vise à définir les relations de l'État et du monde sportif. Certes l'État ne peut pas tout faire et comme dirait un de mes amis, "l'État, son rôle n'est pas de fabriquer des casseroles", mais l'État ne peut pas ignorer la responsabilité qui est la sienne, dans le développement du sport. Si l'État venait à se retirer, cela signifierait que dans un effet de régulation normal, le pouvoir économique, qui est toujours nécessaire au développement d'une activité quelle qu'elle soit, serait transféré à des privés, en exclusivité, avec leurs propres objectifs, qu'ils soient honorables ou qu'ils ne le soient pas. L'État a ce rôle de régulation.

15A aucun moment mon intention est de minorer l'intervention de l'État par rapport aux évolutions que nous constatons dans le monde, au contraire. Je crois que dès maintenant, l’intervention de l'État doit être beaucoup plus qualitative ; nous devons prendre en compte les besoins de tous les français désireux de pratiquer les sports les plus divers, y compris les plus défavorisés. Si l'État, d’un seul coup, d'un seul geste se désengageait, nous nous trouverions là aussi dans une situation de pratique sportive à deux vitesses. Vous savez très bien et nous le disons à chacune de nos réunions, que la pratique sportive au sein des clubs est une nécessité pour tous. C'est grâce à l'apport de l'État que l'on peut abaisser le coût d'accès au sport pour tous. Si demain, on devait faire payer à chacun le véritable coût du sport, nous aurions deux catégories d'individus, ceux qui ont les moyens de le faire et ceux qui ne les ont pas. Nous reviendrions de la sorte à une situation qui a été celle de la pratique sportive jusqu'aux années 1920. Le sport était alors organisé autour d'une certaine aristocratie, avec des entreprises qui pour des raisons fort paternalistes, permettaient à leurs ouvriers de faire du sport. Leurs intentions n'avaient strictement rien de généreux ou d'humaniste, mais visaient à mieux dominer les hommes dont ils avaient besoin.

16De cela, nous n'en voulons pas.

17Il y a seulement une huitaine d'années, la décentralisation n'existait pas. Maintenant les Conseils Généraux, les Conseils Régionaux ont une politique sportive qu'ils mettent en œuvre.

18Elle tient compte, d'abord des orientations politiques de la majorité en place, ensuite de l'histoire et de la culture sociale propres à chaque région ou à chaque département. Cette mise en œuvre de politique strictement régionale n'est pas forcément en harmonie, ni en parallèle avec le besoin de pratique de sport par tous. C'est pour cela que l'État doit jouer un rôle de régulateur avec ses partenaires les Conseils Généraux, les Conseils Régionaux. Il doit intervenir là où il y a une défaillance dans la politique sportive régionale ou départementale, en soutien, pour que l'ensemble de la population de notre territoire ait accès à tous les sports. Cela est valable aussi pour les maires qui doivent répondre aux besoins propres à leur commune. On ne peut pas tout faire pour tout le monde parce que les besoins financiers, les besoins matériels, les besoins logistiques sont tels qu'une collectivité territoriale ou locale, ne peut pas, toute seule, mettre en œuvre cette politique généreuse qui est nécessaire : donner accès à tous, à tous les sports.

19Autrefois, c'était une question qui se posait uniquement au travers du filtre de l'État. Maintenant nos partenaires ont d’autres prérogatives, ont d'autres moyens. Il faut réfléchir et surtout, faire apparaître la vérité sur la nature des relations entre les collectivités territoriales et l'État, pour la mise en œuvre d'une politique sportive. On éviterait alors de se lancer dans des débats stériles tels que "l'État doit financer seul les équipements sportifs" alors que les collectivités locales savent très bien que, du fait de la décentralisation, ce n'est plus son rôle. Cela encombre le débat politique et même le débat philosophique sur le développement du sport. Il faut arriver, à partir de données concrètes, à parler des relations entre le sport et la puissance publique. Il est important que vous puissiez le faire.

20Autre rôle de l'État et qui touche à un domaine qui est sacré pour le sport : comment peut-on concilier la nécessaire réglementation du sport international avec nos droits nationaux, notamment en ce qui touche à la nationalité par filiation ou acquise ? Vous savez que le sport international est régi suivant le mode associatif et que les nations n'ont pas leur mot à dire sur sa réglementation. Il y a parfois conflit direct entre la défense de nos intérêts nationaux et le respect des règlements internationaux du sport. C'est une situation particulièrement épineuse et difficile à aborder. Les problèmes étant mal posés au départ, nos discussions sont affectives et donc improductives.

21Vous avez suivi dans la presse le débat sur la situation des naturalisés et des non naturalisés, parmi les sélectionnables. Ne croyez-vous pas qu'en cette fin de XXème siècle, il soit temps de trouver la possibilité de concilier nos intérêts nationaux et la règlementation sportive ?

22Si vous posez correctement les problèmes, vous verrez que cela résulte d'une approche économique mal maîtrisée du sport. Pourquoi avons-nous autant de difficultés à faire respecter nos droits de nation ? Par ce qu'il y a eu une appropriation par la puissance financière de la compétition internationale. Si les ressortissants des pays du sud, en matière de football par exemple, viennent chez nous, prennent la nationalité française bien qu’ils connaissent le règlement international qui leur interdira de jouer dans l'équipe de France, c'est parce que l'attrait pécuniaire est beaucoup plus fort que dans les pays du sud. Si le hockey sur glace a résolu son problème de naturalisés, c'est parce que nous, pays européen, nous nous trouvons dans une situation défavorisée sur le plan financier et sportif par rapport aux pays de l'Amérique du Nord.

23Ainsi, vous voyez que l'équipe nationale autrichienne de hockey sur glace est composée à 80 % de ressortissants tchèques ayant acquis la nationalité autrichienne. Alors, pourquoi une solution pour les uns et pas pour les autres ? Même le mouvement olympique, les Jeux Olympiques, chers au Président Comte-Offenbach, sont rentrés dans la danse puisqu'un athlète qui a participé aux Jeux Olympiques sous une bannière nationale, ne peut pas le faire aux Jeux Olympiques suivants sous une autre bannière nationale. Alors que la situation d'équilibre avait été trouvée. Il y a quelques années en effet on avait vu un athlète, Colombo pour ne pas le citer, être médaillé aux Jeux Olympiques sous les couleurs anglaises, pour ensuite gagner de nouvelles médailles olympiques sous les couleurs françaises ; personne n'avait rien trouvé à redire. Alors, il faut que dans vos débats, vous puissiez approfondir cette question : la responsabilité des nations dans la défense de leurs droits tout en respectant la règlementation internationale des fédérations. Je suis attentif à vos conclusions. Le débat sportif est souvent perverti parce que l’on confond les intérêts, on confond les pouvoirs et nous nous trouvons dans une situation d'impuissance : je me vois mal dire devant l'Assemblée Nationale que les fédérations doivent respecter les règles des fédérations internationales. Où allons-nous ? Où irions-nous si demain une fédération internationale décidait, ce qui est son droit le plus strict, d'ouvrir sa compétition aux hommes de 1,80 m minimum, avec les cheveux blonds et les yeux bleus ? Qu'allons-nous dire à cela ? Il faut que l'on puisse réfléchir, et trouver des solutions qui permettront la mise en œuvre d'une politique dans laquelle les intérêts de notre nation vont être préservés.

24En ce qui concerne l'éthique, il y a là aussi une très grande réflexion et c'est pour cela que j'ai installé aux côtés de mon Cabinet une mission concernée par l'étude et la promotion de l'éthique du sport ; mission à laquelle certains d'entre vous appartiennent, comme MM. Ferran, Marchand et bien d'autres. Il faut pouvoir apprendre à tous les sportifs, licenciés ou non, ce qu'est l'éthique du sport. Cette éthique du sport se rapproche beaucoup de l'éthique que l'on doit avoir par rapport au corps. On ne peut pas laisser se développer par exemple ce mal que nous connaissons et contre lequel nous luttons avec beaucoup de détermination : le dopage. Nous savons qu'une des raisons de son développement actuel est dûe à une mauvaise assimilation de l'éthique du sport, de la valeur et de la place de l'homme dans la société. L'homme doit s'épanouir en pratiquant un sport. On ne peut plus se contenter maintenant, en parlant d'éthique, de dire que le sport, c'est une école de la vie. Bien sûr, c’est une école de la vie, mais pas seulement parce que c'est un lieu où les hommes et les femmes se rencontrent et obéissent à une même règle. Le sport est école de la vie parce que c'est l'école du respect de soi, du respect des autres, et de l'épanouissement personnel.

25Tout ceci est contenu dans l'éthique, mais il faut le dire. Cela fait suite aux valeurs éducatives contenues dans le sport et qui doivent être mises en œuvre dans la pratique sportive. Alors quand M. Bernard Jeu, pour qui j'ai un très grand respect, oppose l’éducation physique au sport associatif, je crois qu'il y a là matière à débat, et à débat sérieux. On ne peut pas trancher comme cela, et l'histoire nous apprend le mal qui a été fait par la coupure entre l'éducation physique et le sport associatif. L'un est le prolongement de l'autre. On ne peut pas concevoir que les dirigeants d'un club aient une attitude visant à promouvoir leur sport au détriment de l'homme ; on ne peut pas concevoir que soit exclue toute la partie éducative qui existe dans une pratique sportive et que l'éducation physique soit le seul lieu où l'éducation soit dispensée. Le débat doit être lancé et des conclusions, des orientations, des cheminements doivent être proposés pour sortir de débats simplistes opposant deux idées l'une à l'autre. Le sport est beaucoup plus complexe que ça. Je souhaiterais que dans vos conclusions, vous puissiez dire à ceux qui croient que le sport est une pratique simple et futile, que c’est faux. Le sport est un milieu extrêmement complexe qui ne peut en aucun cas être abordé d'une manière simple, et d'une manière segmentée. On doit le dire, on doit le démontrer s'il en est besoin, et on doit revendiquer la place du sport dans le développement de la société. Il faut que vous puissiez parler de sport et de politique. Ce thème n'est pas abordé dans votre programme.

26Le passé nous a appris que le sport ne peut jamais se séparer de la politique. Les premiers Jeux Olympiques de l'Antiquité ont été mis en place pour des raisons strictement politiques. Nos deux derniers Jeux Olympiques modernes ont eu le support des nations également pour des raisons politiques. Le sport a un rôle politique à jouer dans le développement des sociétés, dans le développement des mondes, dans le développement des collectivités, et dans le développement des hommes. Chaque action menée n'est pas forcément une action politique mais la globalité de l'action est une action politique.

27Il ne faut avoir aucune honte à cela. Il faut se rappeler que dans un passé récent, aucun athlète, quel qu'il soit, ne pouvait prendre position pour une ligne politique qui lui était proposée par les partis politiques, sans risquer d'encourir les foudres de sa fédération.

28Heureusement, les choses ont évolué, et les athlètes sont pris actuellement dans la vie politique, non pas seulement comme des faire valoir pour leur notoriété, mais aussi parce que ce sont des gens qui ont une expérience irremplaçable de la vie et qui peuvent apporter leur contribution à l'évolution de la vie politique de leur pays. Je m'en réjouis et trouve cela tout à fait normal. Le sportif ne peut pas être un homme partiel auquel on demande de faire des performances, sans tenir compte de ses opinions. Les sportifs auront de plus en plus leur mot à dire dans l'évolution de leur Société, devenant ainsi des hommes à part entière.

29J’étais venu ici pour vous parler pendant cinq minutes, et puis à mon arrivée, M. Marchand, Président de l’U.S.J.S.F. m'a dit : "il faut faire trois quarts d'heure". Alors j'ai tenu trois quarts d'heure, non pas pour faire du remplissable, mais pour vous dire les choses auxquelles je crois. Je vous ai donné mes priorités, en vous invitant à ouvrir très largement le débat, à ne pas avoir de sujets tabous. De cette Université d'Eté vont sortir les lignes de forces, les lignes directrices qui pourront nous permettre l'année prochaine d'avoir de vraies Assises Nationales du Sport. Elles permettront à tout un chacun, à quelque place qu'il soit dans l'organisation de la Société, de pouvoir apporter sa contribution et surtout, avant tout, de pouvoir pratiquer le sport comme il le souhaite, comme il le veut pour son épanouissement personnel, et pour une meilleure cohésion de la Société à laquelle nous appartenons.

30Bien sûr, j'aurais pu vous parler du rôle et de la place de la science qui est un sujet fort important. Le fait de l'avoir souligné dans vos thèmes vous permettra de l'aborder d'une manière exhaustive. Là aussi, il y a des recouvrements qui sont importants et qui permettront justement de faire œuvre éducative vis-à-vis des jeunes, en leur montrant, par exemple, que des sujets complexes pour le commun des mortels ou même pour les spécialistes, telles que les manipulations génétiques, par exemple, touchent également le sport. Nous devons, là aussi, avoir une grande vigilance.

31En conclusion, dans votre thème n° 1, vous avez posé la question : "A qui appartiendra le sport demain ?".

32Je crois que c'est une question qu'il faut poser pour s'empresser de l'oublier. Le sport ne peut appartenir à qui que ce soit. Le sport est une valeur qui évolue avec la Société, et non une valeur figée. Si on considère qu'il appartient à quelqu'un, à un groupe, ou à une idée, c'est qu'on le considère comme étant une valeur figée.

33Le sport est un phénomène qui évolue sans cesse parce qu'il s'adresse à l'Homme et à la Société, or l'Homme et les Sociétés évoluent sans cesse. Le sport, doit être réhabilité dans sa réalité quotidienne, dans sa réalité sociale. Il ne faut plus le laisser dans un ghetto. Il faut que le sport devienne, par essence même, l’activité transversale qui participe au développement de l'Homme et au développement des Sociétés. Donc, il ne peut appartenir à personne, il est la propriété de la collectivité, il est la propriété du genre humain lui-même.

34Nous avons vu trop souvent des Colloques, des Universités se faire sur des thèmes généreux et forts, conduisant à des conclusions très riches qui sont restées lettre morte. Je souhaite que dans vos conclusions vous puissiez mettre en place un calendrier permettant de faire vivre toutes les contributions qui auront été les vôtres au cours de cette Université d'Eté. Je concluerai définitivement, en vous rappelant l'importance que revêt cette Université d'Eté, pour deux associations : l'U.S.J.S.F. et l'U.N.C.U. La première s'occupe de communications et de témoignages. Les journalistes sont des témoins qui connaissent énormément de choses sur le sport, malheureusement, pris dans la logique du sport, ils oublient quelquefois de porter témoignage là où il faudrait qu'ils le portent, et de ce fait, ils se montrent quelquefois complices d’un certain nombre de difficultés existant dans le sport. La communication dans le sport, c'est aussi faire évoluer la notion même de pratique sportive qui va vers un plus grand nombre.

35Il en va de même pour les clubs universitaires. Ils ont été des piliers du sport français, et nous avons tous en mémoire les grandes pages écrites, que ce soit par le P.U.C., que ce soit par le B.E.C., et je ne viendrai pas ici sans citer le Montpellier-Université-Club, qui en matière de volley-ball, entre autres, a été un des grands clubs français.

36Les clubs universitaires s'intéressent à une population particulière : celle des étudiants, c'est-à-dire, celle de nos cadres de demain. Ils doivent avoir une vision, une présentation du sport, non pas telle qu'elle est en 1990, mais telle qu'elle sera au XXIème siècle, et c'est une bonne chose que l'U.N.C.U. se soit réunie pour poser les prémisses de ces Assises Nationales du Sport qui se tiendront l'année prochaine. Cela montre ainsi que l'U.N.C.U. n'est pas une association, une Union comme son nom l'indique, qui veut se préoccuper essentiellement de sa clientèle mais que l'U.N.C.U. est aussi préoccupée des grands débats qui agitent le sport et est prête à apporter sa contribution. Les travaux de votre Université sont le fruit d'une action qui a été lancée depuis près d'une année. Beaucoup d'associations, que ce soient les syndicats, ou la Fédération Nationale des Offices Municipaux des Sports, se sont lancées dans ce débroussaillage pour vous apporter de la matière et faire qu'aujourd'hui et demain, vous soyiez le point de départ d'une action dont je voudrais qu'elle soit historique. Elle le sera si ces Assises Nationales du Sport, par leur organisation, permettent une réflexion approfondie et authentique de la place et du rôle du Sport dans notre Société.

37Bon courage à tous, merci de votre accueil et je m'excuse d'avoir été si long et si bref à la fois.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.