Versione classicaVersione mobile

Pour des assises nationales du sport

 | 
Jean-Paul Callède

Séance inaugurale

Présentation

Ernest Gibert

Testo integrale

1Monsieur le Président,
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers Amis,
Il arrive que les sportifs, même lorsqu'ils sont journalistes ou universitaires, tiennent leurs engagements. Il y a un an, au terme de la 7ème Université Sportive d'Eté, après nous être demandés si les hommes du club étaient devenus les otages d'enjeux qui les dépassaient ou s'ils avaient encore quelques chances de demeurer responsables de leur propre destin, nous avons souligné la nécessité de redonner à l'éthique la dimension qui devrait être la sienne dans le sport ; la nécessité aussi de construire pour le sport un projet ambitieux et réaliste qui soit à la mesure des enjeux du XXIème siècle, afin de restituer à l'éthique sa véritable place et de donner au sport en France les éléments d'un projet éducatif cohérent.

2Nous avons alors proposé que la 8ème Université Sportive d'Eté se consacre, avec la collaboration de tous ceux qui le souhaiteraient, à la préparation d'Assises Nationales du Sport.

3D'autres que nous, à commencer par la F.N.O.M.S., avaient ressenti le même besoin. Ainsi s'explique le thème de la 8ème Université Sportive d'Eté : "Pour des Assises Nationales du Sport". Ce n'est donc pas sans une certaine émotion que je suis amené, aujourd'hui, à prononcer ces quelques mots d'introduction. Émotion parce que je suis porteur du travail de tous ceux qui se sont engagés dans cette aventure qui n'était pas facile. Une telle opération est difficile à réussir. Émotion aussi devant la qualité de l'accueil qui nous est offert et l'engagement de tous ceux qui ont mis leurs moyens en œuvre pour que nous réussissions dans notre entreprise.

4Le moment des remerciements définitifs n'est pas encore tout à fait venu, mais je ne peux pas, au moment de débuter, ne pas dire combien nous avons été touchés par les efforts accomplis par le Conseil Général, par la qualité des installations matérielles qui nous permettent de travailler dans des conditions extrêmement satisfaisantes, surtout par la gentillesse de l'accueil de tous ceux qui les font fonctionner.

5Merci à tous ceux qui ont accepté de nous accompagner dans cette opération un peu délicate.

6Nous sommes entrés dans une nouvelle ère qui est celle des célébrations. En effet, vous savez qu'on fêtera en juin 1994 à Paris le centenaire de la création du Comité International Olympique. Vous savez aussi que le mouvement avait été lancé par Pierre de Coubertin dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne en 1892, et que 1992 sera un autre centenaire. Entre les deux il reste une année disponible, 1993.

7Il serait souhaitable qu'il n'y ait pas de célébration pour 1993. En effet, c'est en 393 après Jésus-Christ que Théodose 1er a supprimé les Jeux Olympiques. Faisons en sorte qu’on ne fête pas le seizième centenaire de la suppression des Jeux Olympiques et ce, d'autant plus que cette suppression n’avait pas provoqué un grand émoi. Notre rôle est d'essayer de réaliser que le sport tel que nous l'aimons, tel que nous le concevons existe encore au début du XXIème siècle. C'est un pari un peu difficile parce que l'aube radieuse du sport enfin épanouie n'est peut-être pas sur le point de s'accomplir. Nous sommes entrés dans un temps nouveau qui est le temps des débordements. Il y en a de positifs lorsque le sport s’étend, s'élargit à tous les peuples ou lorsque de nouvelles disciplines apparaissent.

8Débordements, hélas, dans la mesure où le sport est destiné à jouer le rôle de soupape de sécurité dans la société. Débordements sous tous ses travers que nous connaissons bien aujourd'hui : perversions éthiques, manipulations idéologiques, formes diverses de la violence, utilisation du sportif comme objet, exploitation du champion à des fins mercantiles ou politiques. C'est dire qu’à 15 siècles d'existence, le sport est de nouveau envahi, menacé par l'argent, par le dopage, par la violence. Pourtant il y a des lueurs d'espérance parce que le sport est le moyen de retourner notre propre égoïsme.

9Il doit permettre à l'homme de mettre sa propre violence à distance, et c'est cela qui peut nous rapprocher. Il est donc temps de tirer les leçons de l'histoire ; il faut cesser de se lamenter.

10Mais soyons réalistes : à l'heure actuelle, le sport file par les deux bouts. Rassurons-nous cependant, l'histoire ne repasse jamais deux fois à la même place. Encore faut-il être capable d'analyser le phénomène tel que nous le vivons, capable aussi de se livrer à une analyse enfin prospective : c'est l'ambition de la 8ème Université Sportive d'Eté.

11Qu'on ne s'y trompe pas, nous ne sommes pas ici pour rédiger ensemble les cahiers de doléances du sport, mais pour établir un contact aussi précis que possible, pour établir un diagnostic, pour élaborer des propositions concrètes.

12Nous ne sommes pas là non plus pour faire les Assises avant les Assises. Nous devons rassembler, présenter les éléments de réflexion qui seront livrés à votre jugement.

13La plupart de ces éléments ont été recueillis par des commissions d'audition depuis plusieurs mois. Le travail sur lequel nous pouvons nous appuyer est considérable. Il ne devra pas être négligé et n'a que le sens d'une information préalable. Ce ne sont pas des conclusions avant la lettre.

14Les conclusions vous appartiennement et les Assises auront lieu plus tard. Il s'agit de mettre en œuvre les conditions les plus propices à la réalisation des Assises.

15Nous sommes ici pour que les choses bougent et en cela l'Université Sportive d'Eté sera fidèle à la vocation qu'elle s'est toujours donnée : être un centre de réflexion, de proposition, et d'action. Le mouvement, à la fin de la semaine, doit s'enclencher et n'aura de sens que si d'autres nous rejoignent.

16Il faut, sans préjuger de ce que pourront être les Assises, que nous fournissions des éléments de réflexion pour que soit mis en place, pour le Sport en France, un projet clair, ambitieux et réaliste. C'est notre responsabilité, c'est la vôtre ; elle est lourde.

17Au moment de commencer à travailler, il était bon de le rappeler.

18Je ne voudrais pas mobiliser un temps qui nous est précieusement compté. C'est pourquoi nous allons entrer dès maintenant dans le vif du sujet et aborder le premier thème.

19Parce que nous ne sommes pas de ceux qui pensent que la morale est la faiblesse de la cervelle, il nous a semblé indispensable de commencer par évoquer l'éthique. Ce sera donc notre premier sujet de réflexion.

20Peut-on parler de valeurs spécifiques au sport ? Comment définir la notion d'éthique sportive ? Est-elle différente des autres ? L'éthique sportive diffère-t-elle ou non de l’olympisme ? Questions qui ne sont pas innocentes, car elles permettent peut-être de répondre à la question de savoir à qui appartiendra le sport demain.

21La présence de ceux qui sont ici en tribune allait de soi, et ce n’est pas par un hasard, si nous avons la chance d’avoir parmi nous ce matin le Président Pierre Comte-Offenbach et Jacques Ferrari. Nul mieux qu'eux-mêmes ne peut parler de l'éthique de manière positive, réaliste, prospective. Monsieur le Président Pierre Comte-Offenbach, vous savez, nous savons, pourquoi vous êtes ici. Nous sommes particulièrement sensibles à votre présence. Certes, vous représentez un organisme éminent : le Comité Pierre de Coubertin, mais ce n'est pas seulement pour cela que nous avons souhaité votre présence. Nous l'avons souhaitée pour vous-même, parce qu'en dehors des diverses fonctions que vous occupez, vous avez toujours, sur ces sujets, pris des positions claires, ambitieuses et réalistes. Par conséquent, si vous voulez bien, dès maintenant, je vous cède le soin d’animer le débat.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search