Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Séance de clôture

Discours de clôture

Ernest Gibert

Texte intégral

1Pour la septième fois depuis sa création, l'Université Sportive d'Eté, centre privilégié de réflexion, de proposition et d’action, s’est penchée sur l’évolution du phénomène sportif et sur son avenir. Au moment d’établir son bilan, il convient de se demander sans complaisance si le sujet retenu cette année : “Les hommes du club, Dirigeants et Techniciens, Responsables ou Otages", a été convenablement traité, c’est-à-dire si l’U.S.E. a bien rempli son triple rôle de conscience aigue, de lieu d’émission de propositions raisonnées, et d’éclaireur. Seul Jacques Ferran, qui semblait par avance se poser ces questions, et dont la hauteur des propos a frappé ceux qui ont assisté à sa conférence inaugurale, pourrait nous apporter une réponse sans complaisance. Dire aux hommes du club à quelles conditions devra demain répondre le monde du sport, s’il prétend encore pouvoir être appelé sport, est un exercice dont la difficulté n’avait pas échappé aux organisateurs. Jacques Ferran en était d’ailleurs lui-même conscient pour l’avoir écrit dans un article consacré aux relations entre le football, la passion et l’argent. Parce que, notait-il dans cet article, le sport touche à trop de secteurs-clé de l’activité d’une nation (éducation, santé, loisirs, travail, équipement, spectacle, communication, relations internationales), il est l’une des réalités les plus complexes du monde moderne.

2Au cours des dix années qui nous restent à vivre pour changer de millénaire, le sport du vingt-et-unième siècle va se redessiner à partir des évolutions, et parfois des révolutions, que nous avons connues et que nous continuerons à connaître dans le domaine de la technique, dans celui de l’économie, et dans ceux qui sont liés, de la sociologie et peut-être même de la philosophie. Comme on le souligne souvent, ou bien l’humanisme dans le sport sera préservé, ou bien nous tomberons dans les Jeux du cirque. Dans ce combat essentiel pour la survie du sport, nous avons ici un rôle capital à jouer. Nous n’entrerons pas dans le troisième millénaire à reculons, mais nous combattrons sans relâche pour que soient maintenues, et pour que finissent par s’imposer, des valeurs du sport auxquelles nous sommes indéfectiblement attachés. Le sport du vingt-et-unième siècle sera fondé sur l’éthique ou il ne sera plus.

3L’homme est la première, sinon toujours la seule finalité du sport. Il en constitue aussi la première richesse. Et de tous les hommes du club, les pratiquants sont assurément les plus importants. Nous avons décidé pour cette année de faire porter notre attention sur deux catégories d’acteurs entre lesquels les relations sont parfois ambiguës, les dirigeants et les techniciens. Sont-ils responsables ou sont-ils otages, tel est le thème de réflexion que nous avions proposé. Reconnaissons que cette présentation, qui se voulait au départ un peu provocante nous a finalement un peu dépassés.

4Nous avons constaté, en effet, que dans la réalité des choses, tous les cas de figure méritent d’être envisagés. Il arrive d’abord que les dirigeants et/ou les techniciens ne soient ni responsables, ni otages. Cette situation heureuse se rencontre dans la plupart des associations de petites tailles, associations pour lesquelles la portée des enjeux et la nature des pratiques ne sont pas d’une nature telle qu’ils engagent dangereusement les responsables ou qu’ils mettent les hommes du club sous la pression d’intérêts exorbitants, ou soumis à la tentation de la manipulation.

5A contrario, on connaît des cas où les dirigeants, comme parfois les techniciens, sont otages parce qu’ils sont responsables. Otages et responsables : cette situation peut se rencontrer dans certaines associations de grande dimension pour lesquelles les moyens, notamment les ressources financières, ont une origine externe exclusive, que ces moyens proviennent de la municipalité, du milieu des affaires, ou de l’Etat. Dans ce cas, la stratégie du club est souvent fixée à l’extérieur. Le nombre des degrés de liberté dont disposent les hommes du club est réduit. Ce sont les intérêts économiques, politiques, peut-être demain médiatiques qui s’imposent au phénomène sportif.

6Le troisième cas est le plus fréquent ; les hommes du club sont otages parce qu’ils se conduisent, quelquefois depuis longtemps, de manière irresponsable. Leur méconnaissance, quand ce n’est pas leur mépris, des mécanismes de fonctionnement de ce système ouvert complexe que constitue l’association, les amène à mésestimer les règles d’un gouvernement sage. L’improvisation, l’incurie, le bricolage constituent les avatars d’un même ensemble catégoriel. Les discours l’emportent sur l’action, les hommes du club cherchent à se protéger en cachant le lamentable derrière les lamentations.

7Il reste une quatrième et dernière éventualité, qui est sans doute la plus convenable. C’est celle où dirigeants et techniciens verront se réduire les risques d’être pris en otages parce qu’ils se seront donnés les moyens d’être enfin responsables. Raisonnable ne veut pas dire simple, surtout à un moment où le sport est entré dans un nouvel âge, celui des débordements, où il devient une proie facile pour ceux que Daniel Herrero a appelé avec une verve imagée “les goinfres embusqués”.

8Pour faciliter notre démarche, nous avons abordé successivement cinq sujets : Quel avenir pour le bénévole, quelle place pour le professionnel ? Quels rapports entre dirigeants et techniciens ? Quels rapports entre le permanent et l’élu ? Quel projet éducatif commun à tous ? Enfin, quelle union syndicale pour les dirigeants sportifs ? L’honnêteté m’oblige à dire qu’il n’est pas sûr que nous ayons toujours répondu avec la précision nécessaire à chacune de ces cinq questions. Ni même que nous ayons identifié clairement la totalité des éléments de réponse. L’exercice était difficile, mais il n’a échappé à personne, je l’espère, que les sujets abordés les trois premiers jours avaient pour principal objectif d’éclairer ceux qui devaient être traités lors des deux dernières journées.

9Si toutes les choses allaient bien, il n’y aurait pas lieu de débattre sur les trois premières questions. L’avenir du bénévole et la place du professionnel seraient assurés, les rapports entre dirigeants et techniciens seraient équilibrés, permanents et élus collaboreraient sans qu’il soit utile de s’interroger innocemment sur leurs rapports.

10Que l’on soit amené à réfléchir en profondeur et à débattre de ces questions est, Pierre Collomb l’a justement souligné, la traduction d’un certain malaise chez les dirigeants d’aujourd’hui. Entre le bénévole et le professionnel, le dirigeant et le technicien, le permanent et l’élu, les rapports devraient être à la fois de collaboration et de complémentarité. Or, nous constatons trop souvent qu’ils prennent un caractère conflictuel. Pourtant, en être surpris et essayer, lorsqu’on appartient à l’une de ces catégories, de rejeter la responsabilité des désharmonies sur l’autre, est une naïveté et un manque de lucidité dont nombre de nos associations, des clubs aux fédérations, paient à l’heure actuelle un prix excessif. Il y a derrière les cas de dysfonctionnement et la manifestation de ces tensions une seule cause : ces incompréhensions qui se transforment en antagonismes ont une origine bien connue de tous ceux qui s’intéressent à la nature des relations entre les hommes pour en assurer l’équilibre et l’efficacité.

11C’est donc le problème du pouvoir qui était au cœur des trois premières journées. Ce problème touche à la fois à sa légitimité et à son usage. Nous savons tous, quelle que soit l’organisation à laquelle nous appartenons, qu’il existe souvent dans les faits un décalage entre la légitimité et la pratique. Cet écart entre pouvoir réel et pouvoir formel s’accroît habituellement avec le temps ; à mesure que le temps passe, l’exercice du pouvoir devient de plus en plus difficile et il est de plus en plus contesté. J’ajoute que le phénomène se trouve aggravé par le fait que le contenu des termes utilisés, bénévole, professionnel, dirigeant, technicien, permanent, élu, est susceptible de changer avec le temps, comme d’ailleurs leur signification symbolique et le sens que nous leur donnons. A mesure que les années passent, que les expériences vécues se multiplient, surtout que les changements traversent le monde du sport, sans qu’il puisse vraiment bien les gouverner, sémantique et étymologie se séparent. Il est donc nécessaire à un moment donné du temps de s’entendre sur le sens donné aux mots. C’est une condition nécessaire, mais c’est loin d’être une condition suffisante pour conduire à un équilibre harmonieux dans les relations qui unissent les hommes du club.

12Cette remarque qui portait sur le premier sujet, mais aussi, lorsqu’on s’interroge, sur les autres, touche d’abord les rapports entre bénévoles et professionnels. Entre eux, la frontière devient de plus en plus floue et les risques d’antagonisme de plus en plus marqués. Il n’est pas assuré que la disparition progressive de la première catégorie entraîne automatiquement l’augmentation du nombre et de l’influence de la deuxième. Sur ce sujet, pour expliquer et réduire les différences, le recours à l’étymologie est encore plus désuet que pour tous les autres sujets. Comment ne pas admettre en effet que bénévoles et professionnels nourrissent au départ la même ambition : faire du bien et le faire bien. Après avoir rappelé quelle était aujourd’hui encore l’importance de la contribution des bénévoles dans le monde du sport, même si nous ne savons pas l’évaluer, Jean-Pierre Billat a défendu l’idée que nous allons vers un bénévolat qui se professionnalise, qui nécessite davantage d’expertise, ce qui pose entre autres le problème de sa formation. Si l’on admet que la catégorie des bénévoles devient de plus en plus hétérogène, on peut être conscient de ce qu’est l’ampleur et la complexité du problème, qui est celui de l’établissement d’une politique de formation destinée aux bénévoles. Jean-Pierre Billat a également souligné l’importance du facteur temps et des moyens à mettre en œuvre pour que le bénévolat se maintienne et si possible s’épanouisse. Un récent rapport a été présenté au Conseil Economique et Social, il ne fait pas preuve, me semble-t-il, d’une imagination débridée ; il manque de réalisme sur les conséquences financières des propositions qui sont avancées. Il faut pourtant faire un effort pour qu’au départ, le bénévole puisse offrir au club la totalité du capital humain qui est le sien. Il est un des éléments de la compétence dans une association. Etre bénévole n’est pas une fin en soi, il faut que le bénévole se conduise en professionnel ; symétriquement, peut-être faut-il que le professionnel conserve l’esprit du bénévole. Voilà une belle formule, l’énoncer, c’est succomber à la facilité. En fait, la clé du problème est ailleurs. Elle a été évoquée par Gérard Enault : pour que la complémentarité l’emporte sur l’antagonisme dans les relations entre bénévoles et professionnels, il faut que soit conçu, mis en place, piloté dans le club un projet, et un projet précis.

13Redonner au sport un projet, à quelque niveau que ce soit, du club aux fédérations et à F Etat, est une exigence qui s’impose sur ce sujet, mais aussi pour tous les autres. C’est une conclusion sur laquelle je reviendrais bientôt. Elle s’impose, en particulier lorsqu’on s’attache, comme l’a fait Georges Joubert, à examiner les rapports entre les dirigeants et les techniciens.

14Dans le monde d’aujourd’hui, le pouvoir est passé à la technocratie, si on veut bien donner au mot son sens véritable. Dans le milieu du sport, comme ailleurs, les techniciens tentent donc de s’approprier le pouvoir, et les relations avec les dirigeants deviennent rapidement conflictuelles, quand elles ne sont pas ingérables. Le fond du problème est, là aussi, identique à celui qui prévalait sur le sujet précédent : qui détient vraiment l’autorité ? Le dirigeant ou le technicien ? Et qui l’assume ? Je ne suis pas persuadé que le problème se pose de la même manière à tous les niveaux, à celui des clubs ou à celui des fédérations. Pourtant, le même constat est fait un peu partout : dirigeants et techniciens ont souvent des préoccupations, des intérêts, voire des objectifs différents. Quelquefois même contradictoires. Il en résulte une méconnaissance réciproque, et la communication pourrait jouer un rôle utile d’atténuateur des tensions. Là aussi, les choses ne sont pas simples. Jacques Marchand a rappelé avec pertinence que le dirigeant, c’est le politique, c’est-à-dire l’homme qui doit fixer les objectifs et qui doit prendre les décisions. Encore faut-il qu’il le fasse et qu’il ait un projet. C’est en fonction de leur projet que les dirigeants doivent choisir les techniciens ; dès lors, le technicien doit se voir accorder la confiance, le dirigeant ne doit pas s’immiscer dans ses attributions, le technicien sera jugé à ses résultats.

15Plus chaud encore que les deux autres est le débat sur les rapports entre permanents et élus. Là encore, il n’est pas naturel de considérer a priori que le conflit soit une éventualité inéluctable. Mais le club sportif est une école pratique des relations humaines, et le réalisme doit l’emporter sur l’angélisme. Cherchons pourquoi ces deux fonctions dirigeantes, permanents et élus, pouvaient arriver en conflit. Jean Houël s’est attaché avec minutie et rigueur à examiner les raisons des différences importantes qui existent dans une association entre pouvoir réel et pouvoir formel. L’une des raisons qu’il a avancées m’a semblé d’une importance capitale. Sous l’effet conjugué de plusieurs facteurs qu’il faudrait analyser, la professionnalisation du sport a entraîné une baisse de l’importance de la fonction élective et une augmentation du pouvoir de l’expert. Le problème est assez facile à résoudre lorsqu’il porte sur des relations purement administratives. En revanche, il est plus compliqué à aborder lorsqu’il concerne des problèmes relatifs à la technique sportive. Là aussi, pour éviter des conflits, on peut proposer des solutions faciles, mais coûteuses, ce sont celles avancées par le C.E.S., dont j’ai déjà parlé. Jean Houël a pris une position réaliste qui me paraît plus intéressante. Il préconise le respect de deux règles chargées de bon sens. D’abord, s’attacher à préciser clairement les champs de compétence respectifs, et commencer par cela. Ensuite, c’est sage du point de vue de la gestion, mieux définir les procédures de décision. Tout cela exige comme précédemment que soit défini un projet clair.

16Vous remarquez que les dysfonctionnements qui apparaissent dans les rapports entre les hommes du club résultent presque toujours de la même cause : l’absence d’un projet véritable. Définir un projet clair, en contrôler la réalisation, est une tâche qui appartient indiscutablement aux élus. Il serait temps qu’il commencent à l’assumer effectivement. Nous en sommes encore loin, et c’est probablement ce qui explique, en dehors des limites d’analyse et d’imagination qui nous sont propres, les difficultés que nous avons rencontrées au moment d’aborder les sujets des deux derniers jours. Il faut dire aussi que la barre avait été placée assez haut. Quel projet éducatif commun à tous ? Quelle union syndicale pour les dirigeants sportifs ? La volonté de rassemblement du premier thème le disputait à la malice du second. Sur l’un et l’autre sujet, les éléments de réflexion nous manquent. L’Observatoire du Sport, que nous avons fermement demandé l’année dernière, aurait sans doute contribué à nous donner des éléments de jugement plus concrets, plus précis.

17Pour situer l’importance de l'enjeu d'un projet éducatif à son niveau véritable, nous avions convié le Directeur National des Sports à en traiter devant nous. Avec courage, faisant état de ses propres doutes, de ses interrogations, mais, fonction oblige, aussi de ses certitudes, Philippe Graillot ne s’est pas dérobé devant l’exercice difficile que nous lui avions proposé.

18Pour lui, le titre n’est pas vraiment bien choisi - il ne l’a pas dit, mais c’était transparent - car il n’est pas sûr qu’on doive rechercher un projet unique, un projet commun. Il faut tenir compte du fait que le club sportif est un système composite complexe dans lequel s’expriment des intérêts différents, quelquefois contradictoires. Philippe Graillot a donc défendu l’idée que le projet commun devait trouver son origine au niveau le plus décentralisé. Ce projet, selon lui, ne peut être défini que par la société civile et non par l’Etat. C’est donc au club d’expérimenter et d’offrir des exemples, l’apprentissage de l’associativité devient alors un atout essentiel. Parce que cet apprentissage doit se faire le plus tôt possible, se pose à nouveau le problème de la pratique sportive dans sa finalité, dans sa nature, en milieu scolaire, et, me semble-t-il, même en milieu universitaire.

19Faire du sport pour le sport n’a pas beaucoup de sens en soi, il faut revenir aux valeurs d’origine, et la discussion qui a suivi l’exposé étayé et sincère du Directeur des Sports l’a montré. Parler des valeurs, c’est bien. Encore faudrait-il que nous nous interrogions plus profondément sur les valeurs en question. Telle devrait être la première tâche de ceux qui souhaitent un projet éducatif, car s’il n’y a pas de projet sans objectif, les objectifs font référence aux valeurs.

20Une interrogation au moins demeure. Démarrer au niveau décentralisé des clubs, c’est raisonnable, lucide, conforme à notre tournure d’esprit. Mais comment réaliser l’articulation entre le niveau des clubs et celui de l’Etat ? Là-dessus, je dois dire que nous n’avons pas reçu d’explication qui soit vraiment convaincante. Pourtant, il serait à la fois vain et inélégant de chercher des boucs émissaires. Il faut bien le dire, il a toujours manqué une volonté politique, à tous les niveaux et quelque soit le temps. Force est de convenir avec le professeur Michel Rieu qu’il n’y a pas de projet au niveau des clubs, qu’il n’y en a pas plus au niveau des fédérations. Dès lors, ne soyons pas surpris qu’on considère que la question n’est pas urgente au niveau de l’Etat. Il est temps de réfléchir à ce que devrait être l'éducation par le sport, et de se donner les moyens d’intervention de le faire. L’Observatoire du Sport dont l’installation avait été préconisée par la sixième U.S.E. est plus que jamais nécessaire. Il est nécessaire, mais il ne suffit pas. Le recours à l’imagination raisonnée sur le contenu de ce que Philippe Graillot a appelé un projet de citoyenneté est aussi indispensable. Sur le projet éducatif, comme on pouvait le penser au départ, des progrès restent à faire. Il est urgent de ne pas attendre.

21Quelle union syndicale pour les dirigeants sportifs ? En ouvrant le sujet, Jacques Marchand a insisté sur le fait que l’idée d’un regroupement de dirigeants, quelle que soit leur origine, afin de promouvoir et de faire vivre les idées qui les préoccupent, était beaucoup plus importante que le choix de l’étiquette qu’on appliquerait à l’organisme qui en serait le support. C’est dire une dernière fois combien le choix du titre était délibérément provocateur. Ce thème eut pu à lui seul constituer le sujet d’une U.S.E. entière. Il s’agissait ici de favoriser l’émergence de l’idée et de préparer les bases de sa concrétisation. Il existe certes des éléments qui ne vont pas dans le sens d’une telle démarche, à commencer par l’image souvent négative que le mot “syndicat” évoque, à tort, dans l’esprit de ceux qui constituent la majorité de l’opinion publique. Au demeurant, le taux de syndicalisation diminue partout, en France, en Europe, aux Etats-Unis. Nous ne sommes peut-être pas suffisamment forts pour ambitionner de faire remonter la moyenne. Parler de syndicat, c’est aussi prendre le risque d’ajouter une structure nouvelle à un ensemble déjà chargé, composite, complexe. Danger encore de provoquer un réflexe de défense, voire d’hostilité de la part des organisations installées : instances gouvernementales, fédérales, syndicats divers, etc. Pourraient se poser aussi des problèmes de représentativité et non de légitimité. Pourrait se poser encore la question de savoir comment financer en gardant son indépendance. Malgré le manque de sérieux qui nous caractérise en apparence, tout cela n’avait pas échappé à la perspicacité des organisateurs de l’U.S.E. Leurs propositions de réflexion sur un intitulé tel que celui-là n’était pas destiné à créer un “lobby” ou un groupe de pression. Au surplus, on ne crée pas un syndicat parce qu’on est faible, mais parce qu’on veut être fort.

22Faut-il renoncer à l’idée au moment de conclure ? Assurément non ! Car il convient de promouvoir et de renforcer la fonction de dirigeant. La mise en place d’une association de dirigeants présente, comme l’a montré Pierre Collomb dans une analyse marquée du sceau du réalisme et de l’objectivité, un intérêt moral, qui est de tous les avantages de loin le plus important. Au moment où l’éthique est affaiblie par l’action, où elle ne réapparaît qu’à l’instant du discours, il est temps que les hommes du club se réveillent. Sans discuter pour le moment du libellé de l’étiquette, il faut commencer à élaborer et à faire vivre un contenu qui ne soit pas dirigé contre les autres, mais qui assure les voix d’une collaboration plus claire et plus fructueuse avec tous les partenaires du monde sportif.

23Cette conclusion est à la fois angélique et légère. Une fois de plus, l’intention n’aura pas débouché sur l’action. Mais nous comptons aller plus loin. Au terme de cette septième université d’été, nous sommes convaincus de la justesse de nos idées. Il faut redonner à l’éthique la dimension qui doit être la sienne dans le sport. Il est urgent de construire un projet éducatif ambitieux et réaliste, à la mesure des enjeux du vingt-et-unième siècle. Il est indispensable que les dirigeants se dotent d’une instance nouvelle qui assure leur reconnaissance, les appuie dans une marche vers une responsabilisation accrue parce que comprise et acceptée.

24Nous n’avons ni le monopole de la réflexion, ni celui de la proposition. Il est cependant naturel que les idées qui sont nées ici y trouvent un terrain d’envol. Associons donc efficacement la persévérance au souci d’ouverture. Les idées qui ont été exprimées ici ne doivent pas être enfermées dans un recueil de contributions. Il nous faut les faire grandir dans un cadre plus large et avec d’autres.

25C’est pourquoi nous proposons que la huitième Université Sportive d’Eté, avec la collaboration de tous ceux qui le souhaitent, à commencer par ceux qui en ont exprimé d’abord le désir, se constitue en instance de conception et de préparation des Etats Généraux du Sport. L’occasion serait alors fournie de restituer à l’éthique sa véritable place, de donner au sport français les éléments d’un projet éducatif cohérent, applicable à tous les niveaux, d’affirmer la responsabilité des dirigeants. Notre appel s’adresse à tous ceux qui voudront bien nous rejoindre. Si l’écho de notre appel n’était pas à la mesure de nos espérances, il va de soi que nous ne renoncerions pas. Nous prenons donc l’engagement de poursuivre, en tout état de cause, au cours des mois qui viennent, notre action. Nous le ferons, dans cette éventualité, dans le cadre de l’U.S.E. Mais nous souhaitons faire plus et avec plus de monde : c’est le but de la préparation des Etats Généraux du Sport. Nous devons rester fidèles à ce qui constitue notre mission principale, qui correspond assez bien à la règle de conduite qu’aimait rappeler Hubert Beuve-Mery : “faire en sorte que nos moyens de vivre ne compromettent pas nos raisons d’exister”.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.