Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Table ronde

Table ronde

Texte intégral

1Michel Rieu Le geste sportif en lui-même n’a aucun intérêt. Par contre, ce qui est important, c’est ce qui entoure le geste sportif : la morale, l’épanouissement. Si la dimension éducative disparaît, le geste n’a plus aucune signification, ni technologique, ni industrielle. Pour le médecin, le sport a trois aspects. D’abord, c’est un outil de prévention et de réduction des risques ; c’est indéniable, surtout que notre génération doit se préoccuper d’un problème sans précédent, la sédentarité.

2Deuxième aspect, c’est le sport en tant qu’adjuvant thérapeutique. C’est un merveilleux moyen de diagnostic, de rééquilibrage, de réinsertion. Or, tout ceci manque complètement d’une infrastructure cohérente dans notre pays.

3Dernier aspect enfin, le médecin doit répondre au sport facteur de morbidité. Car c’est vrai que le sport est à l’origine d’un certain nombre de troubles pathologiques. Il faut y remédier.

4Voici ce qu’est la responsabilité du médecin sportif, sa déontologie, et elle ne doit pas aller au-delà. Le problème se pose évidemment d’en faire l’apprenti-sorcier de la victoire. Et certains l’acceptent ! Le médecin est au carrefour de certaines pressions de la part des athlètes, techniciens, dirigeants, pouvoirs publics, qui font que sa position n’est pas toujours très claire. Se pose également le problème du dopage. Que doit alors faire le médecin ? La question n’est pas simple, et beucoup se la posent. Doit-on éduquer l’athlète qui se dope ? Un athlète dont les résultats conditionnent sa réussite professionnelle ? Et celle de son entraîneur ? Non, illusion, ce n’est qu’une illusion. Doit-on reprendre le dopage pour le réduire et mieux le surveiller ? Il n’y a pas de réponse. C’est un cas de conscience qui se pose aux médecins honnêtes, et nous n’en avons pas la réponse.

5(...)

6Ernest Gibert Il faudrait aussi savoir s’il existe une responsabilité juridique des dirigeants.

7(...)

8Pierre Collomb Etre responsable juridiquement, c’est répondre de ses actes dans l’exercice de ses fonctions. Cela peut provoquer l’inquiétude du dirigeant, mais c’est inéluctable, le dirigeant, même bénévole, doit être responsable, il doit assumer ce qu’il fait.

9Mais les dirigeants ne sont pas préparés à ces responsabilités. Et ils sont otages en cette matière. Ils n’ont pas toujours, dans le cadre de l’exécution de leur mandat, la formation ou les connaissances nécessaires, la possibilité de savoir comment il faut agir pour ne pas encourir une sanction. On leur demande même parfois d’agir contre leurs convictions, de la part de l’entraîneur par exemple, pour faire jouer absolument un joueur blessé. Dans de tels contextes, il peut alors exister une situation d’otage du dirigeant, car il va être amené à prendre des décisions qu’au fond de lui-même il réprouve, mais qu’il ne peut refuser dans certains cas, parce que le club doit avoir des résultats... Il ne faut donc pas voir les choses de manière simpliste.

10(...)

11Daniel Herrero Dans le cas du rugby, la notion d’humanisme est notre seule préoccupation. Dans notre réalité quotidienne, c’est plutôt un certain genre de dirigeants qui nous interpellent car il faut composer avec eux ; or, ils n’ont pas de valeurs humanistes, même s’ils sont représentatifs d’un sponsoring vers lequel le rugby s’ouvre peu à peu, ou qu’ils amènent une gestion économique plus moderne. Nous avons aujourd’hui peur de la science, de son discours et son incompréhension à notre égard, nous, gens de terrain. (...)

12Nous composons donc plus volontiers avec les humanistes. Nous sommes et ne sommes pas otages, respectivement en privilégiant une certaine convivialité et en restant d’autre part particulièrement méfiants envers ceux qui nous menacent.

13(...)

14Ernest Gibert Quant à la responsabilité économique, n’est-elle pas trop lourde à assumer pour les dirigeants et techniciens d’aujourd’hui ? L’Etat peut-il les y aider ?

15(...)

16Philippe Graillot L’évolution du sport vers le partenariat privé s’est faite peu à peu, quand les clubs ont jugé nécessaire d’essayer de trouver ailleurs des moyens financiers que l’Etat ne leur donnait pas en quantité suffisante. A ce moment là, les fédérations et les mouvements sportifs se sont tournés vers les partenaires sponsors et ont cherché à prendre de l’argent sans rien donner en retour ; ils voulaient l’argent du secteur économique, mais refusaient que ce partenaire entre dans le sport. Il y a eu rejet du monde économique. Or, en s’impliquant dans le sport, celui-ci veut un véritable partenariat : il donne de l’argent, il veut en retour que l’argent lui revienne parce qu’il s’agit de rentabilité et du domaine économique. Se pose alors là le problème du respect de l’humanisme. Il faut donc que ce partenariat soit contrôlé véritablement, de façon à ce que les dirigeants restent responsables et ne soient pas otages du mouvement économique.

17Chacun doit garder ses responsabilités, en particulier les dirigeants sportifs et les entraîneurs, qui ne doivent jamais laisser à l’économie la responsabilité pédagogique, la responsabilité de compétition, qui sont leurs. Il faut savoir refuser l’aspect interventionniste du sponsor ou partenaire privé dans le domaine sportif afin d’être responsables sans être otages. Sinon les partenaires économiques développeraient des pratiques sportives en dehors du monde sportif proprement dit, et nous risquons ainsi toutes les déviations possibles. L’Etat doit alors jouer pleinement son rôle pour aider le mouvement sportif en lui donnant plus de moyens. Parce que c’est un enjeu de société, l’Etat doit s’y impliquer.

18(...)

19Ernest Gibert L’importance des médias dans ce milieu n’est pas négligeable. Que peuvent-ils faire ? Comment pouvons-nous, hommes des clubs et médias, être complémentaires ?

20(...)

21Jacques Marchand Je voudrais revenir sur l’importance du mot “éthique”. Il a été longtemps oublié, sinon banni du monde du sport. Or, il semble avoir été retrouvé depuis la révélation des déviations du sport. Celui-ci n’a-t-il pas besoin aujourd’hui d’un comité d’éthique, de moralisateurs, comme la médecine a le sien ?

22(...) N’y aurait-il pas aussi aujourd’hui nécessité d’un consensus pour réclamer une réflexion nationale sur le sport vers un projet éducatif, qui ne viendrait pas seulement de l’université, mais qui serait une prise de conscience par l’ensemble du mouvement sportif et des dirigeants afin de passer du stade de la réflexion à Faction. L’U.S.E. ne pourrait-elle accueillir des Etats généraux du Sport ?

23(...)

24Marc Jacqueline Je voudrais poser une question à Pierre Collomb. Vous avez parlé de la notion de formation de dirigeants au niveau du droit du sport. Or, vous êtes à la base de la création d’une "infothèque" du droit du sport. A quand la naissance de cette informatisation de tous les droits du sport, et surtout, à quand les stages de formation de formateurs ?

25(...)

26Pierre Collomb Dans le prolongement des propos de tout à l’heure, je crois que les dirigeants ont peur des responsabilités parce qu’ils n’ont pas à leur disposition les solutions convenables pour rester en conformité avec les règles. Pourtant, ces solutions existent, il faut donc leur donner la possibilité de se les procurer, et seul l’informatique à l’heure actuelle peut permettre de répondre à leurs interrogations. C’est pourquoi nous avons un projet de mission informatique relatif aux textes et à la jurisprudence dans ce domaine.

27A propos de la formation de dirigeants, je crois qu’il faudra à long terme mettre sur pied des formations dans le cadre universitaire. Nous avons à Nice un projet en cours d'élaboration permettant de donner une formation universitaire aux sportifs, pour créer des filières qui feront se joindre cette formation universitaire et la compétition de haut niveau ; ces projets existent, nous avons à les réaliser, nous devons les soumettre à nos partenaires. S’ils y sont favorables, ces projets verront le jour.

28(...)

29Ernest Gibert Pour l’avenir du sport, nous devons prendre des responsabilités, nous devons mieux connaître les règles et devons monter un projet. L’an passé, nous avons proposé, ce qui n’avait pas reçu l’écho escompté, la création d’un Observatoire du Sport qui, au-delà des phénomènes économiques, tenterait de mettre en place un système d’analyses et d’études prospectives des phénomènes économiques, éthiques, médicaux, médiatiques, juridiques, qui concernent le monde du sport. Il est temps de réfléchir à l’oportunité de le mettre en place et l’ambition de cette septième U.S.E. est qu’apparaisse enfin un projet, fondé sur des objectifs d’éthique et de réflexion, un projet éducatif.

30Il est vraisemblable que des Etats Généraux du Sport soient nécessaires, avec une volonté, quelles que soient les parties en cause, d’agir en commission. Les sport est aujourd’hui menacé, à force de le dire, on finira par le tuer. Il est temps que l’éthique reprenne sa place et, paraphrasant un homme qui ne manquait pas d’un certain talent, je dirai : “Le sport du vingt-et-unième siècle sera fondé sur l’éthique ou il ne sera pas”.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540