Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Table ronde

Les hommes du club, dirigeants et techniciens : responsables ou otages ?

Pierre Comte-Offenbach

Texte intégral

1Voulez-vous me permettre d’abord de vous faire connaître mon sentiment sur l’intitulé du thème proposé à notre réflexion : Les hommes du club, dirigeants et techniciens, responsables ou otages ?

2Le second terme de l’alternative, celui d'otages, me paraît devoir être récusé d’entrée de jeu. En effet, de quel terrorisme intellectuel ou physique les hommes du club pourraient-ils être menacés, voire même victimes ? Dans notre pays, ni les pouvoirs publics ni les pouvoirs privés ne peuvent prendre les dirigeants du sport en otages. Si l’on veut absolument conserver une qualification de coloration carcérale, on pourrait les dire “prisonniers”, prisonniers heureux de tous leurs souvenirs sportifs, heureux de leur donner un prolongement et heureux de se dévouer. Les liens qui les rattachent à leur club sont toujours très forts, même si le sport qu’ils ont pratiqué ne l’a pas été au plus haut niveau.

3Le premier terme de l’alternative est responsables. Avant même toute discussion, on peut avancer sans risque de se tromper que les hommes du club se sentent tout à fait responsables, à des degrés évidemment divers selon leur fonction ou leur emploi.

4Le thème de réflexion qui nous est proposé est donc allègrement provocateur et ne saurait, selon moi, être pris en totalité au pied de la lettre.

5Pour situer les responsabilités des dirigeants et des techniciens des clubs, il faut d’abord refaire un certain nombre d’observations.

6Ainsi, n’est-il pas inutile de rappeler la distinction à faire absolument entre le sport et les activités physiques. Le sport implique la compétition, même au niveau le moins élevé. Les activités physiques sont, elles, beaucoup moins contraignantes et impliquent les notions de loisir et de détente. D’autre part, c’est une évidence que, depuis quelques années, le sport ainsi que les activités physiques ont déclenché une commercialisation à outrance. Hier encore, on souhaitait faire faire du sport aux Français ou leur procurer des activités physiques bénéfiques pour leur détente et leur santé. Et on recherchait l’argent nécessaire pour satisfaire ces besoins. Aujourd’hui, on cherche à faire de l’argent et on utilise le sport et les activités physiques pour en obtenir. Hier on servait le sport, aujourd’hui on s’en sert.

7Désormais, le club qui est, par essence, destiné à faire faire du sport à ses membres, doit s’apprêter à être concurrencé par le secteur privé. Il doit donc s’organiser en conséquence.

8Or, la mise en bonne condition physique des Français implique que le club soit un terrain d’accueil, attractif non seulement pour les jeunes et les adolescents, mais pour les adultes de tout âge et même pour les vétérans. Les hommes et les femmes doivent dans le club pouvoir s’initier, se former et accéder à la pratique de la compétition à tous les niveaux.

9Il est bien certain qu’il existe une très grande diversité entre les clubs, depuis ceux qui ne se consacrent qu’à un seul sport, jusqu’à ceux multisports qui disposent d’une organisation spécifique pour chaque discipline. Il faut rappeler que la plus récente statistique indique que douze millions de Français et de Françaises ont en poche une licence. Même si l’on tient compte que quelques-uns en ont deux ou trois parce qu’ils pratiquent plusieurs sports, on voit que dans notre société, les pratiquants sportifs représentent 20 % de la population totale. On mesure ainsi l’importance de la tâche dévolue aux clubs.

10Pour définir les responsabilités qui découlent de la nature propre du club, il convient de faire une première distinction entre les dirigeants et les techniciens. Elle s’impose autant à l’esprit que dans les faits. Les premiers ont vocation de diriger le ou les sports pratiqués dans le club. Les seconds d’initier, de former, d’entraîner. Les dirigeants sont encore aujourd’hui dans leur immense majorité des bénévoles. Ils sont un million. Cette grande cohorte doit, selon moi, être extrêmement préservée, c’est-à-dire fortement soutenue dans ses efforts désintéressés. L’action des bénévoles procède d’un état d’esprit qui donne tout leur prix à leurs contributions gratuites. Le sport perdrait à coup sûr une partie de son âme si l’on en venait à fonctionnariser le sport.

11Mais, pour indispensables que soient les bénévoles dans l’organigramme du sport français, il n’en est pas moins vrai qu’il faut leur demander de faire un travail particulier de formation, de recyclage, compte-tenu de l’évolution et du progrès de certaines technologies. Il faut d’ailleurs constater que certains aspects de la gestion administrative ou financière impliquent tant de nouvelles connaissances que cela conduit à l’engagement dans le club de personnels spécialisés et par conséquent permanents et rétribués.

12Ce n’est pas parce que des bénévoles manifestent certaines incompétences que leur rôle général peut être pour autant sérieusement amoindri. La personnalité du dirigeant bénévole est en effet caractérisée par le fait qu’il dispose d’un temps de liberté qu’il peut consacrer au sport et qu’il a également les moyens financiers lui permettant de vivre. Il est à noter que sur ce dernier plan, le bénévole est de plus en plus épaulé, car la pratique actuelle est le remboursement total de ses frais réels.

13Afin de limiter ma communication, je laisse à d’autres d’entre vous le soin de déterminer les multiples responsabilités des dirigeants et des techniciens. Mais j’en retiens une souvent passée sous silence, voire complètement ignorée aussi bien par les analystes que par les dirigeants et les techniciens. C’est la responsabilité d'enseignement à tous les membres du club, des valeurs morales qui fondent le véritable humanisme du sport, tel que le définissait Pierre de Coubertin.

14Tout se passe en effet comme si le souci de ces valeurs n’était pas à placer au premier rang des devoirs des dirigeants et des techniciens. L’appel à la loyauté, au refus du dopage, au respect scrupuleux des règles de compétition, au respect de l’arbitre, au respect des adversaires (joueur et public), et parfois même au respect des partenaires, autant d’obligations d’une grande portée morale que les dirigeants et les techniciens doivent inculquer et parfois s’imposer à eux-mêmes. Mais dirigeants et techniciens sont confrontés avec une redoutable exigence : il faut qu’en compétition le club obtienne des succès. Cette épée de Damoclès est en permanence suspendue au-dessus de leur tête. Alors, avec sinon le refus, au moins le silence sur ces prescriptions morales, on en vient à admettre, voire à encourager la victoire à tout prix. C’est là que dirigeants et techniciens doivent passer avec les athlètes un pacte courageux condamnant sans réserve toute tricherie et toute violence. L’acceptation de la défaite est sans doute d’une pratique difficile, mais elle est indispensable.

15Par la parole comme par Faction, tout doit être fait pour que le sport ne soit jamais un objet de culte, mais toujours un moyen de culture. La sauvegarde de l’éthique du sport est la condition même de sa survie. C’est pourquoi j’ai voulu souligner cette responsabilité que je tiens pour majeure et qui n’a été jusqu’à présent ni suffisamment affirmée, ni suffisamment assumée.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.