Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Table ronde

Présentation

Ernest Gibert

Texte intégral

1L’entêtement fait que le sujet de cette année s’inscrit dans la continuité de ce qui fut notre thème de réflexion l’année dernière : le club sportif au quotidien, mythes, réalités, projet. Et nous avons décidé cette année de parler des hommes du club, dirigeants ou techniciens, professionnels ou bénévoles, responsables ou otages.

2Pourquoi les hommes du club ? D’abord parce qu’il s’agit de gestes d’hommes. Ensuite, parce qu’après s’être intéressé à la structure, le moment est venu de s’interroger sur ce qu’est le club. Mais les hommes du club sont très différents, vous l’avez constaté, et nous avons choisi de traiter deux attitudes uniquement, qui sont celles des dirigeants et celles des techniciens. Ce ne sont certainement pas les plus importantes, la catégorie essentielle étant de toute évidence les pratiquants, mais il faut en parler. Les hommes du club, responsables ou otages ? Il est tentant de voir les cas de figure possibles : ils peuvent n’être d’abord ni responsables ni otages. C’est la situation qu’on rencontre dans la plupart des associations quand elles sont de petite taille et quand la nature des enjeux engagés n’est pas telle qu’elle mette en cause directement la responsabilité ou qu’elle conduise à la situation d’otages. En revanche, quand les dirigeants et techniciens sont otages, quand ils sont responsables, c’est le cas de certaines associations où inévitablement les ressources ne peuvent provenir d’une même source limitée. Il peut s’agir d’une municipalité, du milieu des affaires, mais encore des pouvoirs publics, des associations, des fédérations. Dans cette éventualité, le degré de liberté dont disposent dirigeants et techniciens est nécessairement plus limité. Ils doivent rendre des comptes qui sont à la mesure des moyens qu’on leur a attribués, et ils doivent un peu réfléchir aux objectifs qui leur sont quelquefois imposés. Je crois qu’assez souvent, les dirigeants sont des otages parce qu’ils ne sont pas responsables, ou parce qu’ils ont méconnaissance des mécanismes de fonctionnement d’un système complexe ouvert ; parfois leur mépris du fonctionnement d’un tel système fait que leur règle de gouvernement est le discours et l’improvisation. On constate fréquemment que les lamentations de discours ne cachent maladroitement que le lamentable. Au fond, la seule éventualité qui existe est que les dirigeants et techniciens ne soient pas des otages parce qu’ils ont délibérément choisi de se comporter de façon responsable.

3Qu’est-ce que cela veut dire ? Responsables de quoi ? De qui ? Devant qui ? Comment peut-on être responsable ? C’est à ces questions simples que nous allons essayer de trouver modestement des éléments de réponse. La mesure de responsabilité est complexe, ambiguë. On peut en effet évoquer la responsabilité de l’éthique, et c’est sans doute par elle qu’il faut commencer, la responsabilité juridique, la responsabilité économique. Voilà quelques pistes, un canevas souple et modifiable sur lequel nous pouvons réfléchir et débattre. Commençons par le plus important : à mesure que les années passent, le sport et l’éthique sont devenus un couple tellement boiteux que certains leurs conseillent de se séparer définitivement. Y a-t-il encore aujourd’hui une place pour l’éthique dans le sport ? Ou le sport peut-il encore servir de référence pour l’éthique ?

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.