Version classiqueVersion mobile

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Quelle union syndicale pour les dirigeants sportifs ?

Débats

Texte intégral

1Jacques Marchand Nous venons de bénéficier d'analyses précises, étayées juridiquement, et même sur le plan philosophique. Merci donc à Pierre Collomb et à Jean-Bernard Paillisser pour leurs interventions. Je voudrais donner maintenant la parole à Jacques Donnadieu, qui par son expérience, peut nous amener son éclairage.

2(...)

3Jacques Donnadieu Les problèmes des petits clubs ne sont pas les mêmes que ceux des grandes fédérations, pour lesquelles on demandera, outre des compétences de gestion, des qualités de disponibilité qui sont incompatibles avec une vie professionnelle normale. Là, on peut assister à une déviation, à un recrutement des présidents de fédérations vers des fonctionnaires mis à disposition par l’Etat parce qu’ils auront au moins la disponibilité. Nous en avons déjà quelques uns en place et nous verrons peut-être alors une déviation qui n’est pas souhaitable, c’est une interrogation que je me pose, ou encore des gens en fin de carrière sur le plan professionnel, que je qualifierai de vieux dirigeants, chez lesquels on ne trouvera pas toujours les idées novatrices nécessaires à la direction et l’évolution de ligues ou fédérations. Je crois qu’il faut aborder ces problèmes de différence au niveau d’intervention de la part des dirigeants, afin que chacun, à ce stade, retrouve les points d’ancrage qu’il souhaite.

4Un point important que j’ai pu constater dans mes contacts avec les dirigeants est l’absence de formation. Je pensais que le C.N.O.S.F., au niveau de ses structures régionales et nationales, avait pris à bras le corps ce problème, mais peut-être qu’entre les missions dévolues à chaque niveau d’intervention, de gestion de la ligue ou de fédération, ces mêmes dirigeants, avec leur profession, n’ont pas toujours le temps de suivre la formation requise. Et en temps que technicien du sport, je constate un décalage de plus en plus important entre les demandes formulées par notre Ministère sur les performances demandées maintenant aux techniciens du sport - après les Brevets d’Etat a été créé le professorat du sport qui tend à mieux former les cadres techniques du sport français - alors qu’on n’assiste jamais à la prise en considération de la nécessité absolue maintenant pour un dirigeant sportif d’avoir une formation solide. Gérer une fédération, cela ne s’invente pas. Or, certains dirigeants gèrent mal des fédérations puisqu’on assiste à des découverts énormes ; si ces gens étaient dans le privé, ils seraient déjà en prison, alors qu’on assiste à une aide du Ministère pour éponger leur déficit : cela me choque un peu car je crois qu’on ne peut dépenser que ce que l’on a, sinon l'on est passible de sanctions. Nous assistons par exemple dans la fédération d’athlétisme ou de ski à des dépassements qui me paraissent difficiles à accepter. Alors, désir des responsabilités, oui certainement, mais en fin de parcours, pas trop ! Il n’y a qu’à voir certains dirigeants de clubs professionnels qui vont demander une rallonge au maire afin de combler un déficit... Le problème de la responsabilité se pose entièrement.

5Ce ne sont que quelques idées, plutôt un témoignage de technicien du sport au contact de certains dirigeants sportifs.

6(...)

7Jacques Forestier (...) Il existerait peut-être des difficultés à la création d’une union syndicale de dirigeants sportifs. En premier lieu, il existe en France 13 000 clubs et leurs dirigeants, ce qui fait beaucoup de monde et une structure lourde et difficile à gérer. A l’inverse, si vous ne regroupez qu’une certaine partie des dirigeants, le mouvement perd de son efficacité représentative. Ne faudrait-il pas alors commencer par une union moins importante, un échelon intermédiaire, demander par exemple un regroupement des clubs universitaires, avant de l’étendre par la suite à d’autres, si l’évolution du mouvement est possible ?

8Autre obstacle à la création de cette union qui a pour base les présidents de clubs, c'est le risque de se mettre en conflit avec les structures existantes, surtout les fédérations et en particulier celles représentées par des présidents “dictateurs”.

9(...)

10Jacques Marchand Je voudrais parler de l’Union Syndicale des Journalistes Sportifs Français : elle fut la fusion de l’Union des Journalistes Sportifs de France créée par Félix Lévitan avec un syndicat existant, le Syndicat de la Presse Sportive et Touristique. Nous avons tout de suite mis l’accent sur une ouverture à tous, quelles que soient leurs positions, afin de pouvoir engager un dialogue réel et indispensable. Nous avons voulu signifier ce que devait être notre action, sans empiéter sur celle des syndicats existants, c’est-à-dire revaloriser notre spécialité de journalistes sportifs, et donc notre image ; la première mesure fut alors de prendre en main notre formation. Pour la réussite du mouvement, ce fut essentiel. Nous avons ensuite amélioré nos moyens matériels de travail ; enfin nous avons établi des rapports avec les gens extérieurs pour être leurs interlocuteurs. Nous sommes maintenant reconnus, en particulier par les fédérations.

11Cela correspond un peu à ce que l’on veut pour les dirigeants sportifs, qui ont besoin de revaloriser leur image, qui est mal perçue, ce qui crée un malaise.

12(...)

13Yves Chateaureynaud Aujourd’hui, le décalage entre le dirigeant de base et le monde fédéral s’est accru. On peut peut-être analyser la création d’un groupement comme le Groupement National des Clubs Omnisports, qui vise aujourd’hui à se transformer en fédération, comme une sorte de réponse à ce malaise des dirigeants, qui ne se sont pas sentis appuyés par l’organisme de tutelle dont ils espéraient dans ce domaine beaucoup, à savoir le C.N.O.S.F., lequel a longtemps ignoré ce type de problème. Il ne s’y est penché qu’à la suite de travaux de quelques dirigeants du G.N.C.O. - dont il s’est d’ailleurs approprié le fruit du travail.

14Alors effectivement, il y a malaise et il y aura certainement conflit avec le monde fédéral qui ne pourra pas appréhender cette création autrement que par une perte de pouvoir, et certainement également avec le C.N.O.S.F., qui se veut une structure transversale - celle qui manque dans le fond au niveau du sport français - mais qui, de par ses structures, qu’on le veuille ou non, participe au cloisonnement étroit et pyramidal.

15(...)

16Georges Joubert Ne faudrait-il pas d’abord définir l’étiquette de l’union syndicale afin de ne pas accueillir des dirigeants douteux ?

17(...)

18Didier Isabelle Pour ma part, je ne suis pas convaincu de la nécessité de cette union syndicale et je crois qu’il faut arrêter de la comparer à l’U.S.J.S.F. L’Union Syndicale de Dirigeants Sportifs ne doit pas être un syndicat. Elle doit s’orienter vers l’information, la communication et la formation essentiellement. C’est plutôt un “lobby” qu’il faudrait créer, et que les organismes qui existent déjà se décident enfin à mettre en place des formations.

19(...)

20Jean-Pierre Clarac La formation de dirigeants peut les empêcher d’être trop otages. Mais on peut se demander quel doit être le comportement normal pour un dirigeant. C’est pourquoi il faut définir l’enseignement qui est à leur donner.

21(...)

22Henri Courtine Même si l’information passe mal, je crois qu’il faut investir dans les structures existantes, il faut les utiliser vraiment. Quant à la formation, est-elle bien perçue ? La formation des dirigeants est très récente, à peine une dizaine d’années. Peut-être la génération actuelle des dirigeants ne profite-t-elle pas assez suffisamment des cours qui sont organisés un peu partout, il faut le dire. Le Comité Olympique dépense beaucoup d’argent pour cette formation, cela ne paraît pas très efficace, c’est vrai, mais il existe des publications régulières, avec des mises à jour ; tout cela est-il bien utilisé, je n’en ai pas l’impression, et il faut travailler dans ce sens. En ce qui concerne la représentation ès-qualité d’une union syndicale de dirigeants dans des instances déjà existantes, je n’y crois pas du tout. Il y aura une opposition telle à ces structures qu'elles seront vouées à l’échec. Il vaut mieux travailler vers l’intérieur, améliorer les structures qui existent, la circulation de l’information. Pour la formation, il faut prendre son temps et enfoncer le clou ; ce n’est que dans quelques années que n’importe quel dirigeant aura la sensation de ne pouvoir être dirigeant s’il ne se forme pas.

23(...)

24Yves Chateaureynaud Je ne suis pas certain qu’on puisse exclusivement ramener le problème qui nous préoccupe aujourd’hui à une meilleure formation des dirigeants. Il me semble que des dimensions y échappent. D’abord, la première forme d’organisation d’association sportive dans ce pays a été à la fin du siècle dernier des associations qui ont été et sont encore omnisports. Or c’est actuellement une dimension dans l’organisation du sport en France qui n’est reprise nulle part. Ses responsabilités spécifiques existent pourtant, notamment celle d’un président de club omnisports qui en est le seul responsable, et qui peut avoir à ce titre des divergences d’opinion - et c’est un doux euphémisme - avec la volonté d’une mise en place de politique fédérale par exemple. Or, il ne peut absolument pas être entendu par une fédération qui l’ignore. Il faut alors trouver une structure de représentation de club ou de président de club ès-qualité par rapport aux fédérations.

25Ensuite, l’aspect professionnel de syndicat a été évoqué. Il y a là contradiction car les associations, de par leur statut, n’échappent pas aux règles professionnelles ; or, on nous demande d’être responsable comme des chefs d’entreprise. Alors pourquoi refuser un organisme qui nous représenterait, comme cela se fait ailleurs ?

26(...)

27Robert Denel On dit : “il n’y a qu’à faire” de la formation... Le problème est que ce n’est pas fait ! Les fédérations et le mouvement sportif ne s’intéressent qu’à une seule chose, la promotion de leur sport ; et de temps en temps, ils se penchent sur la formation des dirigeants. J’ajouterai que le rôle d’une Union Syndicale des Dirigeants, c’est de réclamer les conditions qui permettent de la faire et de défendre les dirigeants. Alors, j’ai envie de me battre pour faire pression et obtenir le droit à cette formation ; c’est cela qui m’intéresse dans l’union syndicale, je veux pouvoir bénéficier des droits et des moyens dont j’ai besoin pour être un bon dirigeant, qui soit capable d’être responsable et non otage. Car actuellement, nous ne pouvons nous appuyer sur rien ; peu d’avocats connaissent réellement le problème associatif. Qui peut donc nous défendre valablement ? Encore une fois, personne. (...)

28Je précise qu’en aucun cas, l’U.N.C.U. n’amandat pour organiser une Union Syndicale de Dirigeants Sportifs ; simplement nous posons le problème et voulons débattre du fond, et non de la stratégie à mettre en place.

29(...)

30Jacques Donnadieu En parlant de droit, il faut aussi parler de devoir. Or, il faut souligner que le C.N.O.S.F. et les fédérations n’ont toujours fait que des règlements allant à l’encontre des sportifs, des cadres techniques, mais jamais à l’encontre de leurs propres mandants. C’est une lacune importante qu’il n’y ait pas de sanctions à ce niveau-là.

31(...)

32Colette Andrusyzin Quel que soit le nom donné à cett union de dirigeants, le plus important est qu’on retienne la reconnaissance ès-qualité des dirigeants, afin de nourrir et échanger des questions et des propositions.

33(...)

34Pierre Collomb (...) Une observation : la formation doit être reçue comme une certaine connaissance, mais non comme toute la connaissance. Le dirigeant devra continuer à se former, il saura simplement dans quelle direction chercher pour trouver la solution plus vite qu’auparavant. La formation ne doit pas être reçue comme la panacée, le remède à tout.

35(...)

36Maurice Jacqueline Pour en venir à l’intitulé de l’union, je crois qu’il est très important. Le terme de syndicat est à bannir, car il représente un mouvement de lutte et peut ainsi éloigner certaines personnes du mouvement ; je préférerais le terme de groupement, qui permettrait sûrement de rassembler plus de monde car, de par la notion de défense qu’il représente, les gens se sentiraient plus concernés. La qualification qui me semble d’ailleurs le mieux convenir dans son état final est “Groupement de Présidents d’Associations”, afin de mieux équilibrer chaque club dans l’union, évitant en cela une trop grande représentation de dirigeants d’un club par rapport à un autre.

37(...)

38Henri Courtine Pendant la période où j’ai travaillé à la Fédération Française de Judo, j’ai assisté à des assemblées... Quand on voit le désintérêt de certains dirigeants de clubs qui ne se déplacent même pas aux assemblées générales de comités départementaux, comment voulez-vous qu’ils sachent s’informer et soient formés ? (...)

39(...)

40Robert Denel Quel que soit le nom donné à cette union de dirigeants, il est important de ne pas faire la confusion entre la personne morale et la personne physique. C’est cette dernière qui compte.

41(...)

42Jacques Marchand Laissons maintenant la parole à Ernest Gibert pour la conclusion du débat.

43(...)

44Ernest Gibert On peut s’interroger sur l’opportunité de créer une union syndicale de dirigeants sportifs. Il y a quelques raisons de le faire et elles méritent qu’on s’y intéresse.

45D’abord, l’image négative des syndicats ; ensuite la diminution générale de l’intérêt pour la syndicalisation. Sommes-nous de taille à monter un mouvement par ailleurs à la baisse ? J’ajouterai encore que le choix d’une union syndicale peut paraître frileuse, défensive et corporatiste. C’est ainsi qu’aujourd’hui se conduisent certains des nouveaux syndicats. Risque également de se heurter à l’hostilité de ce qui existe déjà, à commencer par celle des deux organismes suprêmes : réaction de blocage de la part des pouvoirs publics, dont ce n’est ni le rôle ni la mission, qui pourraient nous faire valoir d’une façon ou d’une autre que cette décision est inopportune ; réaction de défense du C.N.O.S.F., organisme “remarquable” qui n’est pas tout à fait une gérontocratie, mais qui “mériterait” de le devenir, défense encore de la part des techniciens qui ont parfois leur propre syndicat et qui pourraient se sentir menacés. Voilà les éléments purements négatifs. Faut-il un syndicat pour faire de la formation, avec le risque de se trouver en face de formation de formateurs ?

46Chacune de ces raisons a son importance. Mais il y a plus grave encore. Quelle représentabilité ? Faut-il un ordre ? Tels ceux des médecins ou des avocats ? Ils jouent un rôle qui n’est pas celui que nous souhaitons jouer. Il pourrait d’ailleurs arriver que des ambitieux prennent le pouvoir et que cet instrument que nous aurions créé nous échappe... Et puis quels moyens pour faire fonctionner ce syndicat ? Allons-nous demander une subvention aux pouvoirs publics, allons-nous demander aux adhérents de cotiser eux-mêmes ? Oui, c’est logique, mais nous n’aurons que peu de volontaires.

47Faut-il conclure de tout cela qu’il ne faut surtout pas une union de dirigeants sportifs ? Si je me suis permis d’être aussi long, c’est parce que je pense que la réponse est négative. En dépit de toutes ces raisons énoncées, il faut la faire ! Et Robert Denel me pardonnera de ne pas partager entièrement ses raisons ; bien sûr, un syndicat, c’est un “lobby”, un instrument de pression. Mais il n’est pas raisonnable de penser que nous serons dès le début une force de pression. De surcroît, on ne crée pas un syndicat quand on est faible, mais parce qu’on est fort : en ce moment, les dirigeants sont plutôt faibles que forts.

48Il faut donc la faire, mais dans un cadre plus large et avec d’autres. Peut-être faudra-t-il changer l’appellation. Il serait peut-être plus opportun de mettre en place une association de dirigeants jouant le rôle d’un syndicat qui serait un vrai syndicat, correspondant à ce que nous souhaitons faire, et qui ferait dès le début la preuve que ceux qui s’y rassemblent sont unis, qu’ils ont quelque chose en commun à dire, des idées communes à défendre, des éléments de base d’un projet. Une association pour se défendre si nécessaire, mais plutôt une association pour agir ; au point où nous en sommes, c’est la seule voie susceptible - on peut prendre une position plus radicale-, et raisonnable : s’associer aux autres, constituer une association de dirigeants qui deviendrait de facto un instrument de défense par son poids, qu’elle aurait justifié par ce sentiment d’union, de collaboration et de projet commun. Afin d’y parvenir, nous devons avoir des idées précises sur ce que devrait être ce projet.

49(...)

50Jacques Marchand Il faut d’ailleurs préciser - ce que j’aurais dû faire d’entrée - que le terme d’union syndicale n’a jamais été dans notre esprit un titre que nous proposions, mais simplement le moyen d’émettre une idée sur laquelle débattre - et un peu provoquer.

51(...)

52Robert Denel Je souhaiterais intervenir une dernière fois avant de clore la discussion. Je ne suis pas d’accord avec Ernest Gibert, car je crois qu’après avoir entendu tout ce qui s’est dit, il y aura des personnes qui, avec le soutien - déclaré ou non - d’un certain nombre d’organismes, feront quelque chose. Or, si nous donnons l’impression qu’un organisme est créé, qui que ce soit qui le mette en place, les clubs ou d’autres, il sera perçu à l’extérieur non pas comme le rassemblement de personnes physiques et de dirigeants, c’est-à-dire une action complètement transversale, mais comme un contre-pouvoir des clubs. La mission d’organisme sera alors mise en avant, et je ne veux pas voir une telle chose. Si je sors d’ici convaincu que je dois avec d’autres lancer cette idée, je veux le faire en tant que dirigeant, personnellement, non avec l’étiquette d’union des clubs. C’est la raison pour laquelle je me permets de dire que si je suis en accord avec le commentaire d’Ernest Gibert, je suis beaucoup plus réservé sur sa conclusion. Mais peut-être nous sommes-nous mal compris et je ne voudrais pas que la fin du débat soit confuse, surtout sur une question aussi importante.

53(...)

54Ernest Gibert C’est peut-être alors que je me suis mal exprimé. Je tiens à souligner que l’U.N.C.U. ne se défilera certainement pas sur une idée qu’elle a avancée avec d’autres et qu’elle y collaborera. Mais, j’ai eu le tort de ne pas le dire, il n’est aucunement dans notre intention d’utiliser son sigle, je voyais simplement dans cette association de dirigeant un développement pour une action concrète de ce qui paraissait être l’avantage central et essentiel : l’intérêt moral.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search