Version classiqueVersion mobile

Pour en finir avec la fabrique des garçons. Volume 2

 | 
Sylvie Ayral
, 
Yves Raibaud

Chapitre 2. Culture, art, traditions : faire l'homme, être homme

Qui est prenda, qui est peão ?

(Re)négocier des corporéités et des subjectivités dans le rodéo du Sud du Brésil1

Miriam Adelman et Leandro Lechacoski

Texte intégral

  • 1 L’équipe remercie le CNPQ pour l’aide et la reconnaissance qui ont rendu possible cette étape de la (...)

1Indépendamment de la longue histoire de l’engagement de femmes et d’hommes avec le cheval, les traditions équestres populaires du Sud du Brésil ont été construites dans l’imaginaire social comme intrinsèquement masculines. La culture équestre, forgée historiquement par l’élevage extensif de bétail dans les pampas, un mode de vie qui s’étend dans la région sud brésilienne et comprend aussi l’Uruguay et l’Argentine, a produit la figure particulière du gaúcho. Le gaúcho est un homme libre, sans foyer ni famille (De le Compte, 2007,) solitaire, conquistador de frontières ou travailleur des champs, dont le plus fidèle compagnon est le cheval.

  • 2 Nous utilisons ici le concept suggéré par la théoricienne queer nord-américaine Eve Kosofsky Sedgwi (...)
  • 3 Il existe une forte opposition entre le gauchisme et les rodéos country d’origine américaine qui ap (...)

2Des groupes d’hommes, soucieux de préserver la tradition, se sont créés à partir de la moitié du xxe siècle dans l’État du Rio Grande do Sul, associant le mythe culturel du gaúcho et l’homosocialibité2 qui le caractérise. Les traditions « gauchistes » se manifestent entre autres à travers la musique, les vêtements, le folklore, la nourriture et les pratiques champêtres. Certains chercheurs les décrivent comme des personnes qui répondent, à leur façon, aux processus d’industrialisation et urbanisation de leur région à cette époque, en tentant de préserver les traditions brésiliennes face à la croissante expansion de la culture nord-américaine3. Un autre élément à souligner est le fait qu’ils sont pour la plupart des urbains, que Martins (in Sopelsa, 2005) appelle des « gaúchos à pied », intéressés pour s’initier à la pratique emblématique de l’équitation. Les discours et les pratiques (artistiques, sportives, de sociabilité) avec lesquels ils construisent leur univers peuvent être analysés comme un exemple de « (ré) invention de la tradition » tel que l’a décrit l’historien Hobsbawn (in Prickett, 2009). On peut simultanément lier ces pratiques à des processus de « sportisation » (Elias et Dunning, 1992) qui transforment des pratiques guerrières ou de travail d’une part, des jeux et des farces des groupes populaires et/ou d’élites d’autre part, jusqu’à leur codification comme « sport » correspondant à une phase de pacification.

  • 4 Équipe initiale : Miriam Adelman et Gabriela Becker ; équipe actuelle composée par les chercheurs/c (...)
  • 5 Noms donné aux personnes nées dans l’état du Paraná, au Brésil.

3Le monde sportif que cible cette recherche est l’héritier plus ou moins direct des pratiques et sociabilités organisées par le Mouvement Traditionnaliste Gaúcho (MTG) et ses entités locales, les Centres de Traditions Gaúchas (CTGs). Dans les dernières décennies, ces centres se sont disséminés partout dans le Brésil et à l’étranger, jusqu’en Europe et aux États-Unis, portés par des immigrants brésiliens soucieux de continuer à cultiver leurs pratiques. Nous ciblons spécifiquement les pratiques équestres des CTGs de l’État du Paraná, proche géographiquement et culturellement du gauchisme de l’État du Rio Grande do Sul, même si le contexte est sensiblement différent (dans l’État du Rio Grande do Sul, les traditions gaúchas font partie des programmes scolaires). Selon la recherche documentée et ethnographique que nous réalisons depuis 20104, nous pouvons affirmer qu’il s’agit d’un mouvement culturel très fort. D’après les observations, ce mouvement en pleine croissance intéresse beaucoup de Brésiliens/Brésiliennes, particulièrement dans l’État de Paraná5. Les adeptes du gauchisme viennent de régions rurales, semi-rurales ou urbaines, et se retrouvent autour d’un nouvel imaginaire traditionnaliste.

4Mais il y a aussi dans tout cela une histoire de genre qui doit être racontée car elle oriente notre travail depuis son commencement.

Femmes et filles qui montent à cheval : postmodernité et tradition

  • 6 Cette question exige une plus grande enquête historique, ce qui fait partie de notre projet actuel.

5D’après des informations obtenues des personnes interviewées (Adelman et Becker, 2013), la participation des femmes avant les années 1990 était nulle dans les épreuves « champêtres » promues par le MTG. Les femmes étaient de fait exclues des protocoles et règlements sportifs, alors que la pratique informelle par les femmes du sport et du loisir équestre (mais aussi du travail dans les champs) était une réalité au Sud du Brésil6. Dans l’univers de la tradition re-signifié par le MTG, la femme est une créature fragile, vertueuse, soignante, apte à l’entretien du foyer et aux arts et savoir-faire qui s’y ajustent. On encourageait donc les femmes à participer à des présentations artistiques, parfois avec des partenaires de sexe masculin, ainsi qu’à des activités liées à la gastronomie et l’artisanat traditionnels.

  • 7 Prenda est le nom donné à la femme « de bonne morale », « pure, honnête, naïve » dans la région sud (...)
  • 8 Type de pantalon très large porté dans la région des pampas. NdT

6Les changements qui s’intensifient au Brésil dans les années 1990 (entrée des femmes dans le marché de travail, scolarisation croissante, dissémination des idées féministes) arrivent jusqu’au champ des loisirs, du sport et des sociabilités au Sud du Brésil. Les prendas7 s’engagent dans les pratiques équestres, portent la pantalón bombacha8 masculine, attrapent des bœufs au lasso et participent aux compétitions équestres, parfois même comme jockeys de cheval sauvage (rodéo). Plusieurs années de travail ethnographique montrent l’arrivée de nouvelles générations de femmes, devenues des participantes ravies de processus qui bouleversent binarismes et frontières de genre. D’après nos données elles le font en étant conscientes de leur transgression. Cela ne les libère pas pour autant des processus de normalisation : leurs activités et performances ont un potentiel déstabilisant qui active l’anxiété culturelle sur le fait de savoir ce qu’est être une fille ou un garçon.

  • 9 Il vaudrait la peine de penser davantage aux technologies équestres comme un concept à être dévelop (...)

7L’étape précédente de notre recherche ethnographique, des entretiens par échantillon, montrait comment les femmes – que nous considérons comme les principales protagonistes de ce changement – construisaient leurs identités/corporalités/subjectivités en dialogue avec de nouveaux et anciens discours, et à partir de leur insertion pratique dans les activités équestres et champêtres, et leurs technologies respectives9. Nous nous étions aussi intéressés à identifier les oppositions entre rural et urbain. Nous constatons aujourd’hui que ces catégories sont complexes et peu efficaces. Il n’apparaît pas de division claire entre les participantes de classe moyenne urbaine ou rurale, de quartiers populaires ou résidentiels, de professions et d’occupations diverses et de différents niveaux de « capital culturel ».

8Les interviews formelles que nous avons réussi à réaliser avec des hommes (pour l’instant cinq adultes de différentes générations) ont ouvert en revanche la possibilité d’étudier le rapport que les hommes ont avec cette participation féminine croissante. Nous repérons déjà des attitudes variées. Des parents, maris et compagnons sont contents d’une nouvelle forme de partenariat familial dans le milieu du rodéo. D’autres ont peur de l’arrivée des femmes dans des domaines marqués par l’homosociabilité. Pour l’instant, déchiffrer l’évolution des attitudes, comportements et idéologies de genre (et sexualité) de la population masculine jeune de ce milieu – un grand nombre de garçons, adolescents et jeunes adultes – demeure un défi. Comment construisent-ils, à travers le gauchisme, leur masculinité, encore socialement exigée en termes binaires et hétéronormatifs ? Comment acceptent-ils la présence féminine dans ce champ qui est, aujourd’hui, moins homosocial ? Y en a-t-il parmi eux qui expérimentent d’autres manières d’être homme, dans le discours ou dans la pratique ?

Être gaúcho : pédagogies de genre dans les CGTs

  • 10 Peão est le nom donné à l’employé de mineure gradation dans la fonction rurale.

9À l’école les enfants et les jeunes apprennent à être ce que la société attend d’eux. Depuis la « microphysique du pouvoir » de Michel Foucault nous savons que les pédagogies de genre se disséminent et s’instaurent dans les espaces sociaux les plus divers. Les Centres de Traditions Gaúchas, depuis leur création au milieu du xxe siècle, ont eux aussi implémenté une pédagogie de genre, dans laquelle apprendre à être gaúcho signifie apprendre à être homme (garçon, jeune homme), c’est-à-dire peão10 tout en apprenant aux femmes (fille, jeune fille) à être prenda.

  • 11 Le terme gaúcho apparaît pour la première fois dans la littérature brésilienne à la fin du xviiie s (...)
  • 12 Le travail de Renata Sopelsa (2005) sur le premier CTG créé en dehors du Rio Grande do Sul, précisé (...)
  • 13 Mate ou chimarrão : espèce de thé bu à partir d’un récipient spécial conçu à cet effet, très répand (...)
  • 14 « Le cheval est un des éléments (matériel et symbolique) qui offre cette interface entre ces deux m (...)
  • 15 Pacheco (2004) analyse les documents fondamentaux du Mouvement Traditionnaliste Gaúcho, et y discut (...)

10Les jeunes hommes fondateurs du MTG, des étudiants de classe moyenne arrivés à Porto Alegre depuis leurs villages de la campagne, ont voulu préserver un quotidien qui évoquait leurs lieux d’origine. Comme d’autres jeunes « modernes » ailleurs dans le monde, ils se sont construit une sociabilité publique qui a du sens pour eux, dans une culture qui invisibilise le féminin. Ils ont eu accès pour cela à un fort héritage historique sud-américain (brésilien et argentin, surtout) qui « romantise » le « gauchó du passé »11. Dans ce cas concret, la communauté qu’ils ont imaginée et qu’ils ont cherché à (re)construire se référait à un univers rural qu’ils voyaient menacé, en voie de disparition. Ce mode de vie était basé sur des activités pastorales, produisant des relations interpersonnelles fortes entre hommes. Comme la plupart de ces « communautés imaginées » (cf. Anderson, 2006) qui élaborent des discours à partir d’intérêts peu explicites (et pas toujours compris et conscients), ils avaient un agenda pas seulement culturel, mais aussi politique, sous-jacent, conjuguant des éléments de classe, race et genre12. Les rituels qui ont été décrits entre ces groupes d’amis – boire le maté (chimarrão13), raconter des histoires, jouer et chanter, dans l’espace du ranch, et aussi monter à cheval – sont devenus l’expression de ce que signifie être gaúcho. Les pratiques champêtres, centrées sur le cheval, ont aussi été, et toujours, un axe fondamental de ces identités et pratiques, éléments clés pour la construction de ce pont entre le rural et l’urbain, à travers, comme nous l’avons proposé ci-dessus, un processus particulier lié à la fois à la sportisation des pratiques et au cheval comme lien avec le passé14. Le discours initial des CGTs, d’un positivisme très marqué, incitait ouvertement une éducation morale, focalisée sur les garçons15. Ainsi, on peut discerner que le mouvement maintenait une pédagogie stricto sensu, préoccupée par ce qu’elle transmettrait aux nouvelles générations qui devraient fréquenter les activités des CTG depuis le jeune âge et encouragées par leur famille. Le Programme Piá 21 avait pour but de transformer les CTGs en centres de loisirs afin de s’occuper d’eux pendant la journée où ils ne sont pas à l’école. L’objectif était de transmettre aux enfants la formation de la citoyenneté et de rendre possible l’étude, la connaissance et l’expérience de la culture gaúcha par l’initiation : « l’étude des habitudes et attitudes sociales, habitudes de bonne conduite et éducation, habitudes d’hygiène et santé et aussi des valeurs civiques ». Derrière tout cela il n’est pas difficile de percevoir les idéologies conservatrices et les binarismes de genre qui leurs sont généralement attachés.

  • 16 Nom utilisé à la campagne au sud du Brésil pour désigner un petite propriété rurale ou semi-rurale (...)

11L’éducation apparaît ainsi comme un moyen de préservation des coutumes et de la culture. Dans l’État du Rio Grande do Sul, le traditionalisme s’est introduit dans l’agenda politique, culturel et social global. Dans les régions périphériques la socialisation ne se passe pas seulement dans les événements formels et organisés, mais aussi dans le quotidien des cabanhas16, dans les fêtes et dans les espaces de rodéo que nous étudions. Dans ces endroits, la proximité avec des équidés et des bovidés implique d’apprendre à se salir, afin de ressembler au peão de estancia, transformé en figure valorisée du peão traditionnaliste. L’éducation se faisait par mimétisme pour les garçons, une tradition transmise de père en fils et assurant la construction de la virilité. Aujourd’hui, les frontières sont rendues plus floues par la coprésence de garçons et filles dans ces espaces. La plupart des hommes avec lesquels nous avons parlé semblent favorables à la pratique champêtre féminine, jusqu’à accepter que les filles s’habillent en pantalon bombacha (vêtement traditionnellement masculin propre pour l’usage en monture et dont l’usage par les femmes a créé, à un certain moment, tension et polémique). Voici l’avis d’un de nos informateurs, un homme d’origine populaire et rurale :

La fille accompagne toujours, alors elles viennent le dimanche pour déjeuner… et normalement elle dit « papa, moi aussi je voudrais monter à cheval ». Au début tu trouves ça gênant, « non, non, non... » mais parce qu’elle a déjà tout vu à côté, la fille arrive « papa, j’ai bien fait ma monture », « tu as fait ça ma fille ? », « oui ». Alors tout le monde arrive et elles le veulent aussi, et l’émotion de voir la famille là-bas et la fille qui utilise le lasso… alors très vite le père la met à faire du laçage… […] C’est quasiment égal… et c’est ce que je voudrais… parce que c’est seulement moi qui travaillais à la maison, maintenant la femme m’aide (rires)… […] si bien que de la part de l’homme, on a peur de ça… parce que, juste pour que tu aies une idée, notre présidente déjà… (rires). Les femmes assurent la direction, elles entrent résolument, elles ont raison, n’est-ce pas ? Il n’y a pas d’erreur. (Olavo, 44 ans)

  • 17 À l’exception des épreuves par équipe, qui peuvent être mixtes.

12Pour autant les pratiques corporelles et sportives du monde du rodéo n’ont pas abandonné tous les binarismes de genre et les performances qui leur sont associées. Comme partout, l’ambiguïté crée de l’anxiété lorsque les frontières se mélangent. Un certain nombre de personnes sont alors à la recherche de marqueurs stables, marquant des repères entre les sexes. Les épreuves en général se divisent par sexes comme par exemple le lasso17. L’hégémonie masculine se maintient par la proportion bien plus grande de compétiteurs masculins, et, de façon évidente, dans le discours des speakers qui annoncent joyeusement le début des épreuves féminines avec des allusions au « lasso parfumé », à « celles qui rendent beau le spectacle », sans que les spectateurs hommes et femmes n’y trouvent rien à redire, car les femmes sont implicitement contraintes à prendre soin d’elles et à cultiver leur apparence pour ne pas « se masculiniser » aux yeux du public.

Entre lieux ? : homosociabilité, hétéronormativité et masculinité dans le quotidien des cabanhas

(Journal de recherche, février 2013). Après un peu plus d’une heure montée sur Billy, je commence à avoir faim et je me rappelle l’invitation que les gens m’ont faite, de partager, encore une fois, le barbecue improvisé. Cela sert de déjeuner, un jour férié, les personnes viennent et s’en vont, surgissent à n’importe quelle heure et restent le temps qu’elles veulent. Je change la bride contre le licou et laisse mon alezan attaché à la poudrière, pensant qu’il me sera possible monter encore un peu, plus tard. Quand je m’approche du groupe – cinq hommes relativement jeunes et un garçon de 15 ans – j’entends cette conversation :
— Ah là là, vous auriez dû voir ça, c’est une femme parfaite… super corps, de ces femmes bonnes note 20 sur 20, que tu choppes facilement… mais elle a une tête d’homme !
— Tu es sûr que c’est pas un travesti ?
— Travesti, pas du tout ! Je la connais, c’est une amie, Alessandra, je la connais depuis l’âge de 12 ans…
Ils continuent à parler avec un ton blagueur sur le thème « travesti » et se lancent des défis, du genre « Je veux te voir danser avec un travesti dans un bal ! »
— Oublie ça, je danserai jamais avec un de ceux-là… !
— Moi si, si tu me le payais…
— Combien ?
— Ah, il y avait un pédé, on a dit qu’on donnerait une moto à la personne qui traverserait la place bras dessous bras dessus avec lui…
— Dans ce cas j’y vais, j’y vais pour de vrai…
— Une fois dans le bal, il y avait un mec qui est arrivé là-bas, il embêtait notre ami, un qui était vraiment pédé assumé, genre l’autre dansait près de lui, bougeait les fesses… Alors L. lui a donné un coup de point dans le visage (tout le monde rit).
— Mais vous savez, pour moi il y a pas ça… je veux dire, cette chose d’orientation sexuelle est une chose de chacun, il faut respecter, c’est plus comme avant, notre milieu était très machiste, mais il faut respecter, moi je respecte… (R)
À ce moment, quelques-uns se taisent, d’autres font oui de la tête, un peu obligés d’être d’accord, la conversation finit, j’ai un trait de sourire que je ne cache pas, changement de sujet…

13Railleries, blagues et discussions sur l’homosexualité masculine sont fréquentes à l’intérieur de ces espaces, les cabanhas, où le quotidien du monde du rodéo se développe. Il s’agit d’espaces majoritairement masculins, amicaux, où se construisent de réseaux qui permettent l’achat et la vente des animaux jusqu’à l’obtention de certains types d’emploi (surtout pour ceux qui dépendent du travail manuel, formel ou informel). Ce sont des espaces où les garçons sont socialisés de façon assez spontanée en ce qui signifie « être gaúcho », ce que ne perturbe pas la présence minoritaire des filles qui bénéficient d’un traitement différencié. Dans ce contexte, nous analysons que les références bravaches aux gays (pédés, tapettes) révèlent le degré d’anxiété associé aux relations homosociales, possiblement augmentées lors de périodes de changement sociétaux du type de ceux que l’on connaît aujourd’hui (mariage homosexuel). Ces références semblent représenter le besoin de tester les autres, tester les frontières du permis et de l’interdit. On peut penser qu’elles ne doivent pas être exactement ce qu’elles étaient « avant », comme le montre l’extrait ci-dessus. Ce sont des propos qui sont tenus en l’absence des personnes de sexe féminin, mais pas nécessairement.

14Dans la mesure où la présence féminine augmente, ces attitudes se métamorphosent. Nous observons, par exemple, dans une cabanha où il y a une petite école d’équitation, fréquentée par des filles (pour la plupart) et des garçons, que les enfants et adolescents des deux sexes participent de façons très semblables aux activités, avec des attitudes similaires autant pour le défi physique de monter que pour les pratiques de s’occuper de leurs montures.

15Il faut ajouter que les hommes ne sont pas seuls à reproduire des attitudes machistes et des classifications binaires. Même si le fantasme de la « masculinisation des filles » a été dénoncé clairement, après des critiques émises contre une des pionnières de la participation féminine aux rodéos du Paraná (ce qu’elle a relaté elle-même), les préoccupations de certains leaders des CTGs, pour « préserver la féminité » des filles, continue de faire écho, soutenue par certaines jeunes filles elles-mêmes. Nous pouvons même entendre dans des espaces de cabanha ou rodéo des jeunes femmes qui se plaignent d’autres femmes qui veulent être un peão, arrivent comme un homme en disant « je suis le gaúcho ».

  • 18 Comme, par exemple, la croissante influence de fondamentalistes évangéliques (extrêmement homophobi (...)

16De nos jours, la société brésilienne est impliquée, comme jamais auparavant, dans les luttes symboliques autour du sens d’être fille ou garçon, femme ou homme mais aussi, comme les notes des carnets de terrain, quelque chose d’autre. L’hétérosexualité n’est plus a simple taken for granted notion, dans ce pays où les mouvements LGBT occupent l’espace et l’agenda public, et obtiennent d’importantes avancées mais également des retours en arrière18. Le milieu – peut-être « rurbain » – des rodéos CTG n’est certainement pas l’espace privilégié de ces disputes, mais sans aucun doute, il y participe. La déconstruction des attitudes et pratiques binaires et hétéronormatives et l’évolution vers des attitudes et activités qui « défont le genre » dépendront du comportement des hommes du milieu gaúcho, qui ont tendance à résister au changement. Cela se fera aussi grâce à une nouvelle génération de garçons qui peuvent obtenir aujourd’hui une socialisation différente dans des espaces mieux partagés. Les femmes et filles jouent également un grand rôle car elles peuvent aussi bien jouer comme des égales dans le monde du cheval que préserver une position de celles qui sont plus fragiles, moins compétentes, ou plus préoccupées de leur apparence physique, ceci bien sûr avec l’approbation de la plus grande partie des hommes.

Bibliographie

Bibliographie

Adelman Miriam e Becker Gabriela (2013), « Tradition and transgression : women who ride the rodeo in Southern Brazil », in Adelman, Miriam e Knijnik, Jorge, Gender in Equestrian Sport : Riding Around the World, Heidelberg, Springer.

Adelman Miriam (em édition), « Riding for our lives », Saumur, Institut Français du Cheval.

Anderson Benedict (2006), Imagined Communities : Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, New York/Londres, Verso.

Costa Simone Pereira da (2003), Estrada da vida : A organização do mundo dos rodeios no Brasil, Thèse de doctorat, Universidade do Estado Rio de Janeiro.

De Le Comte Mónica Gloria Hoss (2007), El Gaucho, Buenos Aires, Maizal.

Elias Norbert et Dunning Eric (1992), Quest for Excitement : Sport and Leisure in the Civilizing Process, Hoboken, Blackwell Publishing.

Neto Guilherme H. (2009), De bota e bombacha : um estudo antropológico sobre as identidades gaúchas e o tradicionalismo. 133f. Thèse de Maîtrise, Programa de Pós-graduação em Ciências Sociais, Centro de Ciências Sociais e Humanas, Universidade Federal de Santa Maria, Santa Maria.

Pacheco Luis Orestes (2003), Como o tradicionalismo gaúcho ensina sobre masculinidade, Porto Alegre, Universidade Federal do Rio Grande do Sul, Thèse de Maîtrise, Programa de Pós-graduação em Educação, Faculdade de Educação, Universidade Federal do Rio Grande do Sul.

Pires André (2007), Ruralidades em transformação : agricultores, caseiros e moradores de condomínio, São Paulo, Annablume.

Prickett Stephen (2009), Modernity and the Reinvention of Tradition : Backing into the Future, Cambridge, Cambridge University Press.

Sedgwick Eve Kosofsky (1985), Between Men : English Literature and Male Homosocial Desire, New York, Columbia University Press (Gender & Culture Series).

Sopelsa Renata (2005), Aquerenciados em um novo rincão : migrantes e o culto às tradições gaúchas na cidade de Ponta Grossa – Pr (1958-1968), Thèse de Maîtrise, Programa de Pós-graduação em História, Universidade Federal do Paraná.

Notes

1 L’équipe remercie le CNPQ pour l’aide et la reconnaissance qui ont rendu possible cette étape de la recherche (Recherche financée à travers la publication 32/2012 Femmes, Genre et Féminismes).

2 Nous utilisons ici le concept suggéré par la théoricienne queer nord-américaine Eve Kosofsky Sedgwick dans son livre Between Men : English Literature and Male Homosocial Desire (1985), où elle analyse les relations prioritaires et parfois exclusives des hommes entre eux dans le travail, la vie politique, la vie sociale et les loisirs.

3 Il existe une forte opposition entre le gauchisme et les rodéos country d’origine américaine qui apparaissent dans l’État de Sao Paulo dans les années 1950 sous la forme de grands spectacles médiatiques et commerciaux (Costa, 2003).

4 Équipe initiale : Miriam Adelman et Gabriela Becker ; équipe actuelle composée par les chercheurs/chercheuses Miriam Adelman, Gabriela Becker, Andressa Fontana, Camila Mariane de Souza, Leandro Lechacoski, Mara Ferreira, Cleusa Gomes, Tiemi Costa et Luzinete Pereira da Silva.

5 Noms donné aux personnes nées dans l’état du Paraná, au Brésil.

6 Cette question exige une plus grande enquête historique, ce qui fait partie de notre projet actuel.

7 Prenda est le nom donné à la femme « de bonne morale », « pure, honnête, naïve » dans la région sud du Brésil.

8 Type de pantalon très large porté dans la région des pampas. NdT

9 Il vaudrait la peine de penser davantage aux technologies équestres comme un concept à être développé dans son rapport avec le genre.

10 Peão est le nom donné à l’employé de mineure gradation dans la fonction rurale.

11 Le terme gaúcho apparaît pour la première fois dans la littérature brésilienne à la fin du xviiie siècle – à l’époque où commençait à surgir la propriété privée et la clôture de terres dans les pampas – pour désigner un type social caractérisé par sa vie itinérante, sa distance par rapport aux formes naissantes de travail. Le gaúcho vit grâce au cheptel sauvage qui parcourt les pampas), il est parfois considéré comme déviant, marginal, sans loi. Au Brésil, la figure du gaúcho a eu cette image jusqu’à sa réhabilitation à l’occasion de la Révolution Farroupilha et la réorganisation politique des estancias au sud du Brésil. Il devient alors un héros, le guerrier d’une nation gaúcha distincte des autres régions du Brésil. Le MTG reprend cette légende à son compte et crée une nouvelle identité, portée par des hommes urbains plus visibles que les « vrais peões », qui habitent toujours les estancias de l’intérieur du Rio Grande do Sul. Il y a cependant une relation d’échange et de circularité entre traditionnalistes et peões de estancia, à travers laquelle les deux groupes contribuent aux constructions et reconstructions de sens d’être gaúcho.

12 Le travail de Renata Sopelsa (2005) sur le premier CTG créé en dehors du Rio Grande do Sul, précisément à l’État du Paraná, fourni un fascinant compte rendu des conflits de groupes et classes sociales (élites de la ville de Ponta Grossa, migrants du Rio Grande do Sul, fermiers du Paraná et travailleurs ruraux déplacés, de plusieurs origines) et de genre. Quant à ce dernier, nous voyons comment, à un moment donné, les femmes sont intégrées aux activités du CTG, dans les activités comprises comme les plus adéquates au rôle féminin (la participation artistique, principalement), restant éloignées des activités champêtres et sans jamais « passer les rênes » (de l’organisation du CTG et sa structure administrative bureaucratique, ainsi que ses ressources symboliques les plus importantes) pour elles.

13 Mate ou chimarrão : espèce de thé bu à partir d’un récipient spécial conçu à cet effet, très répandu dans la région des pampas. NdT

14 « Le cheval est un des éléments (matériel et symbolique) qui offre cette interface entre ces deux mondes, l’urbain et le rural. Cet élément est fondamental dans la constitution du peão de estancia, dans la vie de l’homme de la campagne comme son instrument de travail, de grande utilité et efficacité pour l’activité économique qu’il développe […]. Le cheval est aussi très important pour la constitution de l’identité du traditionnaliste urbain comme ornement, complément et instrument » (Howes Neto, 2009, p. 28).

15 Pacheco (2004) analyse les documents fondamentaux du Mouvement Traditionnaliste Gaúcho, et y discute les forts binarismes de genre qu’il promeut, tout un projet d’éducation morale et civique.

16 Nom utilisé à la campagne au sud du Brésil pour désigner un petite propriété rurale ou semi-rurale destinée au soin de cheval, aux loisirs équestres et à la sociabilité campeira.

17 À l’exception des épreuves par équipe, qui peuvent être mixtes.

18 Comme, par exemple, la croissante influence de fondamentalistes évangéliques (extrêmement homophobiques et machistes) dans le répertoire politique national.

Auteurs

Universidade Federal do Paraná Brésil

Universidade Federal do Paraná Brésil

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search