Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Quelle union syndicale pour les dirigeants sportifs ?

Présentation

Jacques Marchand

Texte intégral

1Quelle union syndicale pour les dirigeants sportifs ? Avant d’entrer dans le détail et vous dire pourquoi nous avons finalement retenu cette expression, je tiens d’abord à vous présenter ceux qui seront nos conférenciers et intervenants : Pierre Collomb, Directeur du Centre de Droit de Nice, qui va poser le problème ; ensuite, les interventions de Jacques Donnadieu, Directeur du C.R.E.P.S. de Vichy, qui a été l’animateur et le D.T.N. de l’escrime pendant très longtemps, de Jacques Forestier, ancien chef des sports à Europe 1, militant syndicaliste, ancien président de l’U.S.J.S.F. Nous attendons également Jean-Louis Levreau, rédacteur en chef du Provençal. Nous avons aussi Jean-Bernard Paillisser, chargé de mission au Secrétariat à la Jeunesse et aux Sports, auteur notamment d’un ouvrage intitulé “le droit social du sport”.

2Alors, quelle union syndicale pour les dirigeants sportifs ? Dirigeants sportifs de 13 000 clubs, assumant les responsabilités morales, économiques, techniques, médicales, juridiques et médiatiques. Nous pouvons constater et déplorer que le dirigeant se retrouve seul devant les difficultés, qu’il se trouve confronté pour son club au fisc, à l’U.R.S.S.A.F. et autres problèmes juridiques, qu’il peut même faire l’objet de poursuites judiciaires. Ses sacrifices personnels sur le plan du travail, de la vie familiale et de ses propres loisirs n’ont guère de compensation et ne sont pris en compte par personne. L’élu associatif ne dispose pas d’un statut particulier, contrairement à l’élu local ou au représentant syndical. Les dirigeants sportifs doivent-ils s’unir et s’organiser pour assurer leur formation, leur promotion, leur défense ? Doivent-ils simplement se réunir pour mieux se connaître, pour communiquer, échanger leurs préoccupations et leurs expériences, donc simplement pour se renseigner ? Si la réponse à cet ensemble de questions est oui, alors il nous faudra étudier la nature de l’organisme qui peut assurer leur protection ou leur formation, et les aider à établir un projet éducatif de club et à le faire respecter. Cet organisme existe-t-il déjà, peut-il être pris en charge par les O.M.S., par les C.R.O.S.F., ce qui implique évidemment au niveau national un rattachement soit à la Fédération des O.M.S., soit au C.R.O.S.F., donc d’obtenir pour le moins leur soutien et leur accord ? Ou bien faut-il créer un organisme nouveau, indépendant et supplémentaire, donc une structure s’ajoutant aux autres structures ? D’où le titre de notre étude : Quelle union syndicale pour les dirigeants sportifs ? Ce titre, nous l’avons voulu, est un peu provocateur. Nous l’assumons car il dit bien ce qu’il veut dire, mais il n’en dit pas plus. J’entends par là qu’une union syndicale n’est pas un syndicat. Alors ne discutons pas d’un terme de “syndicat” opportun, de savoir s’il ne se prête pas à des tentatives de récupération politique, c’est un procès que nous n’acceptons et ne méritons pas. L’Université Sportive d’Eté est trop jalouse de son indépendance pour avoir sur ce sujet la moindre arrière-pensée.

3Ensuite, je le répète, une union syndicale n’a jamais voulu dire syndicat. C’est une union pour défendre des intérêts moraux et non matériels, communs à des gens qui font le même travail, ont les mêmes préoccupations, ont à peu près la même fonction, mais qui ne font pas le même métier, puisque diriger un club n’est pas un métier. Donc pas de revendications salariales, pas de lutte contre le patronat, mais simplement défense de droits moraux. Le dirigeant demande à être respecté parce qu’il est un bénévole, un élu associatif et le plus souvent, je reprendrai alors cette phrase de Nelson Paillou : “Avant tout, un dirigeant, c’est un militant”. Je dirai que c’est le militant historiquement indispensable à la création et à l’organisation, au développement du sport, et cela depuis près d’un siècle. Et encore aujourd’hui, indispensable au fonctionnement de l’activité sportive. Donc, sans dirigeants, sans arbitres, sans juges, sans entraîneurs et sans techniciens, le sport, tout au moins dans sa forme actuelle, parfois discutable mais finalement acceptable et d’ailleurs acceptée, ce sport n’existerait plus. Ces militants ont droit à notre respect, même si nous avons parfois des critiques à leur adresser.

4Union syndicale, cela nous a paru être de nature à répondre à un besoin. Mais nous n’avons pas qualité d’auteur, on peut trouver un autre titre, et de toute façon, on peut toujours s’arranger avec les mots. Mais avant de parler de titre, il faut se mettre d’accord sur les principes. Et ce sont ces principes qui vont nous être exposés maintenant par Pierre Collomb.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.