Version classiqueVersion mobile

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Quel projet éducatif commun à tous ?

Débats

Texte intégral

1Yves Chateaureynaud Je remercie Philippe Graillot et Michel Rieu pour leurs exposés aux idées riches, généreuses et foisonnantes. L’un d’entre vous veut-il y ajouter une vision supplémentaire ?

2(...)

3Maurice Peluchon Au-delà du projet éducatif, il faut énoncer un certain nombre d’évidences. La première des conditions pour qu’il y ait sport, c’est qu’il y ait exercice physique, du mouvement, que soit mise en jeu la fonction motrice. Il existe toutes les nuances, dans le sport mécanique, le tir, ou d’autres.

4Mais puisqu’on se place du point de vue du projet éducatif, il faut d’abord dire que le sport a un rôle dans la société, celui qui a été de tout temps consacré à l’exercice pour construire ce qu’on a appelé la fonction motrice parallèlement à la fonction opératoire et la fonction symbolique. L’exercice physique est à ce niveau incontournable, irremplaçable. C’est déjà le fondement du rôle éducatif de l’exercice physique, pratiqué dans le cadre de la vie domestique, professionnelle, ou pratiqué dans les loisirs, les jeux de l’enfance, ou plus tard, sous forme de sport. Il est évident que l’exercice physique est à la base de la valeur éducative du sport. (...)

5Il est indiscutable que le sport a un rôle fondamental dans la pratique pour tous. Ce n’est pas la société qui est malade du sport, c’est le sport qui est malade de la société. Toutes les déviations dénoncées en ce moment, dopage, violence, introduction de l’argent de manière excessive dans les pratiques, relèvent de défauts constatés dans tous les milieux de la société. Le sport est victime de cette évolution, et je dirais qu’il est moins victime que bien d’autres, car parmi les 13 millions de licenciés et les 20 millions de pratiquants, c’est parmi eux qu’on trouvera à la fois moins de violents et de dopés, parce que le sport est une école de maîtrise de soi, à travers la compétition qui tend sans arrêt à la gestion d’un risque. Cette gestion dans le cadre de règles débouche sur une unification morale incontestable qui a une valeur éducative dans l’action. L’équilibre au niveau de la personnalité de l’individu, qui en est la conséquence, amène à la confiance en soi. (...)

6(...)

7Didier Flament Comment pourra-t-on développer l’esprit de vie associative sans réformer le système éducatif, notamment l’aménagement du rythme de vie, l’intégration et l’ouverture de l’école dans le monde civil ?

8(...)

9Jean Houël Que peut-on définir comme étant un projet éducatif ? Chacun va revendiquer son projet comme étant le bon. Nous entrons dans un débat sur les valeurs qui peut nous entraîner très loin...

10(...)

11André Augé Faut-il parler de projet éducatif, de contrat ou de politique sportive ?

12(...)

13Robert Denel Actuellement, ne donne-t-on pas la priorité au mouvement sportif ? Il existe d’autres forces vives du sport en France, qui contribuent à la démarche du sport. Il y a eu à un moment donné - et il y a toujours - de par la loi, un Conseil National des A.P.S., mais jamais il n’a été réuni. Pourquoi ? Dans le même ordre de question, la décentralisation : comment voulez-vous qu’il y ait un projet éducatif ou un élan au plan régional, s’il n’existe pas une concertation, et entre quels responsables ?

14Enfin, les dirigeants se retrouvent de plus en plus otages et vont vers un certain découragement. Comment l’arrêter ? Il est par ailleurs impensable, à l’époque où le secteur économique a compris toute la valeur du sport, que l’université soit un milieu aussi triste dans ce domaine, qu’elle ne puisse développer la pratique sportive pour les étudiants, qui sont les futurs décideurs de la nation. L’université ne joue pas son rôle d’ouverture et de culture en matière de sport, alors qu’elle pourrait là aussi rassembler et transmettre des choses qui peuvent avoir une valeur dans le sport ; un projet éducatif mobilisant non seulement des dirigeants, des techniciens, mais aussi des politiques, des universitaires, des responsables à tous les niveaux, amenerait un nouvel élan qui n’existe pas à l’heure actuelle. (...)

15(...)

16Georges Joubert Posons aussi la question du qualificatif “éducatif’ du projet. Pour nous, le terme est riche de sens, mais correspond-il à ce que tous recherchent ? Ensuite, nous voulons définir un projet éducatif, mais peut-être faudrait-il d’abord préciser quel est notre objectif en définissant ce projet. Or, ceci ne me semble pas encore clair. (...) Pourtant, il faut que notre projet, partant d’un point de vue moral, puisse avoir des débouchés pratiques. Peut-être l’étiquette est-elle à reprendre, en tout cas, il faut définir précisément quel est notre but.

17(...)

18Ernest Gibert J’ai cru comprendre, après l’exposé de Philippe Graillot, qu’il ne pourrait y avoir de projet éducatif commun à tous. Et je m’interroge sur l’existence envisageable d’une véritable politique sportive dans ce pays. On peut rappeler trois termes qui n’ont pas le même sens, mais qui sont cependant liés : le projet éducatif, c’est ce qui prendrait naissance au sein du club ; la politique sportive, elle, est l’émanation des pouvoirs publics ; et le contrat, c’est ce qui permet d’associer les premiers aux seconds. Vous avez évoqué la nécessité d’un projet éducatif dans les clubs, c’est vrai, mais à aucun moment pourtant, vous ne nous avez dit ce que pourraient être, ce que devraient être, dans le cadre d’une politique sportive nationale, les grandes lignes d’un tel projet.

19(...)

20Maurice Jacqueline Je suis président du Rouen U.C. Dans notre ville, une partie des installations où nous pratiquons est à notre charge, c’est-à-dire que nous avons réalisé des installations sportives sur un terrain qui nous a été confié par le département. Nous essayons d’avoir un projet, mais les difficultés premières pour un club sont de survivre et d’assurer son équilibre financier. Or, lorsque vous voulez vous occuper de nombreux jeunes, il faut embaucher des éducateurs. Ce sont des étudiants qualifiés qu’il faut rémunérer, car on ne peut exiger qu’ils s’occupent d’enfants pendant tout un mercredi sans contrepartie. Il existe également des professeurs d’éducation physique qui travaillent à un tarif très raisonnable pour participer à l’entraînement des jeunes, mais faut-il encore les rétribuer. Et à la fin du trimestre arrivent les charges sociales correspondant à la moitié de la somme mise dans l’animation. Cela crée des contraintes invraisemblables pour certains sports, ou alors on choisit de les réserver à une certaine catégorie bourgeoise et on est dissuasif envers les enfants moins privilégiés, pour qui les tarifs pratiqués sont trop élevés. Le club meurt ainsi par les charges qu’il doit supporter.

21Autre exemple : lorsque nous allons pratiquer un sport sur une installation universitaire, nous devons louer les salles ! Etant un club universitaire, nous sommes intégrés à l’université. Si nous devions nous en détacher et en abandonner l’esprit, nous deviendrons un club comme les autres clubs de la ville de Rouen, et nous aurions les salles gratuites ! Mais comme nous avons l’esprit universitaire et que nous voulons le garder, nous avons le “privilège” de payer les installations ! (...) Les dirigeants qui se battent avec idéal sont usés par toutes ces difficultés financières et le projet éducatif s’en trouve repoussé en arrière plan car s’il n’y a pas d’argent, il n’y a pas de club et donc pas besoin de projet éducatif.

22(...)

23Didier Isabelle Je voudrais simplement souligner qu’il existe d’autres formes associatives que le club sportif, des mouvements dans lesquels peut donc se former une vie associative en dehors du sport, tels le scoutisme ou autres ; mouvements nés à la fin du dix-neuvième siècle, de la même époque que la création du club sportif.

24(...)

25Yvon Gaborit On parle de valoriser, pour les gens de bonne intention l’esprit de vie associative, notamment à travers l’école. Mais donne-t-on vraiment les moyens pour que cette vie associative fonctionne ? Va-t-on arriver à un véritable aménagement du temps scolaire, de façon à ce que tout le monde ait sa place, qu'il y ait complémentarité dans la gestion de ce temps et non pas concurrence ? La valorisation de l’esprit associatif ne passe-t-elle pas également par la mise en valeur des gens qui fonctionnent à ce niveau ?

26(...)

27Pierre Collomb Le débat s’annonce très riche et la question est d’importance. Elle est à mon avis au cœur de l’université d’été cette année.

28D’abord, je voudrais faire quelques rappels historiques. En Grèce, le gymnase est avant tout un lieu d’éducation. L’activité physique ne s’est historiquement jamais développée en tant que telle et pour elle-même. Philippe Graillot parlait d’un sport qui n’était pas une finalité, mais un moyen. Je crois que toute l’histoire le montre. En France, le sport moderne se développe après la guerre de 1870 : dans un premier temps, par son aspect de préparation militaire, forme d’éducation patriotique, la gymnastique et le tir y trouvent leurs origines ; ensuite, avec Coubertin, c’est la référence au sport anglais et à Thomas Arnold, qui reprend en Angleterre l’éducation à la grecque. Le sport anglais est donc lié à la dimension éducative. Sous la Troisième République, c’est le combat de la laïcité, et le développement du sport français est dû au patronage laïc et au patronage catholique, un combat idéologique. Le sport ouvrier et travailliste qui apparaît en 1907, l’Union Sportive des Partis Socialistes, s’appelait la S.F.G.T. à l’origine. Il fallait être socialiste et il était officiel que dans le cadre sportif, l’idéologie tenait une grande place. Il y avait donc toujours un produit d’accompagnement et les gens qui s’y intégraient savaient pourquoi ils le faisaient.

29Ensuite, on a fait la paix, mais, et ne voyez pas en moi un nostalgique de l’époque, on a fait alors du sport pour le sport, mais son produit d’accompagnement, son élan philosophique a été supprimé et n’a pas été remplacé. Et si le sport est aujourd’hui commercialisé, investi par l’argent, je voudrais en renverser la problématique : je ne dis pas que l’argent a chassé les vertus du sport, mais je me demande si ces vertus n’ont pas été insuffisamment mises en évidence pour que, la nature ne supportant pas le vide, l’argent soit arrivé et prenne la place des vertus sportives. Or, j’en viens là au projet éducatif, s’il n’y a rien, comment lui donner un contenu, c’est extrêmement difficile. Car si on ne creuse pas ces vertus du sport, c’est qu’elles sont souvent contradictoires. L’histoire le montre, le sport est un moyen qui permet d’obtenir certains résultats. On peut en obtenir de multiples vertus ou défauts, selon ce qu’on veut en faire, qui sont opposés. Il faut fatalement faire des choix qui vont peut-être séparer les gens. Alors projet éducatif commun à tous, là est le problème, c’est certain. Savoir où l’on veut aller : le sport est porteur de valeurs, lesquelles doit-on choisir ? C’est fondamental.

30(...)

31Jean-Pierre Clarac Il ne faut pas oublier une chose : c’est sur le corps qu’on agit. Et toutes les fois qu’on touche au corps, c’est théoriquement la supériorité de l’espèce humaine, on remonte au cerveau, à l’idée. En tant que chirurgien orthopédiste et formateur de médecins du sport, dans la foulée de ce que Pierre Collomb vient de dire, je ne peux qu’être préoccupé car le mot d’éthique a été peu prononcé. Vous avez parlé de l’établissement d’une vertu, laquelle ? Pour moi, ce doit être l’honnêteté. Si on ne fait pas de sport avec des règles morales, il ne peut y avoir de sport. Et du point de vue du corps, ce qui m’importe, c’est son intégrité. Il faut établir des règles d’honnêteté pour que cette éducation conduise à une utilisation honnête du corps. C’est l’élimination du dopage. En faisant du sport normalement, on fait en même temps de l’éducation qui n’est pas que gestuelle, mais aussi morale. Nous sommes au centre du débat. Il faut être prudent avec l’enfant, ne pas hypertrophier ni son cerveau, ni son corps.

32Enfin, pour les adultes, où s’arrêtent les bornes de l’honnêteté vis-à-vis de la physiologie du corps ? Que peut-on développer et à partir de quel moment triche-t-on ? C’est en fait le débat vers lequel va nous conduire la volonté d’éduquer.

33(...)

34Pierre Collomb Dans le droit fil de ce que vous signifiez sur le plan physique, il faut rappeler que c’est l’unité profonde de l’éducation physique et de l’éducation morale associées qui est majeure. Pour que l’esprit soit sain, le corps doit l’être. On a trop souvent séparé les deux.

35(...)

36Yves Chateaureynaud Sur le problème concernant un vrai sport pour tous, exprimé dans l’exposé de Michel Rieu, nous avons essayé à Bordeaux, au sein du Bordeaux E.C., de monter une section pour les coronariens. Elle a fonctionné un certain temps, avec des cadres spécialisés, mais nous nous sommes vite heurtés à un problème d’équipement. A qui devions-nous donner la priorité d’accès dans les gymnases nécessaires à ce type de pratique ? Aux coronariens ou à nos équipes de compétition ? Et le problème se pose dans les mêmes termes pour accéder à un sport pour tous ou à la portée de tous. Il semble que nous soyons encore loin du compte, malgré les progrès réalisés, afin que tout le monde puisse avoir une activité physique, tout au moins dans des structures couvertes. C’était une précision que je voulais apporter.

37Je propose maintenant de demander à Philippe Graillot des précisions quant à ce qui touche l’aménagement des rythmes scolaires.

38(...)

39Philippe Graillot Nous devons nous poser non seulement la question des rythmes scolaires mais également celle des rythmes de vie du citoyen en général, car s’il existe surabondance de sport dans des équipements à des moments donnés, à d’autres moments, ces installations restent vides. Une meilleure optimalisation de l’utilisation de ces équipements serait une solution.

40En ce qui concerne les enfants, toutes les études ont conclu à la nécessité d’un réaménagement, mais une volonté politique, une volonté consensuelle de la part des pouvoirs publics, de la part des partenaires qui interviennent dans ce domaine et qui sont les enseignants, de la part des parents, et enfin une organisation sociale différente qui permette aux collectivités locales et aux milieux les plus défavorisés - car c’est là qu’il y a grand problème - à ce que l’enfant ne soit pas livré à lui-même, mais encadré et éduqué au bon sens du terme, sont absolument nécessaires. Le Secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports y croit énormément et se bat dans ce sens ; cela montre bien qu’il y a une prise de conscience de ce fait de la part de l’Etat.

41Pourtant, cela ne change pas aussi vite qu’on souhaiterait. Pourquoi ? Avons-nous les moyens de le faire à la Jeunesse et aux Sports ? Je crois que la prise de conscience doit venir du système éducatif lui-même, et que le relais soit pris par l’Education Nationale, sinon... Nous pourrons changer des choses, maintenir une pression, mais sans un projet global national, nous resterons en marge. Il faut alors avoir un consensus avec les enseignants. Or, quand on leur parle de changements d’emploi du temps, de charge de service, de rythme des journées, cela devient plus compliqué. De même, les parents qui sont pris professionnellement peuvent difficilement intervenir aux côtés des éducateurs.

42La prise de conscience se fait aujourd’hui, mais acceptons-nous tous de nous remettre véritablement en cause pour réaliser ce projet ?

43(...)

44Yves Chateaureynaud Autre question, quelle possible valorisation du travail social mené par les dirigeants sportifs, cadres, au profit des athlètes pour leur donner le meilleur aménagement possible permettant une production du plus haut niveau pour tout un chacun ?

45(...)

46Philippe Graillot J’ai franchement de grandes interrogations en ce domaine. Les présidents des fédérations ont tant de charges en la matière qu’il faudrait qu’ils soient complètement délestés du reste. Ce statut de l’élu social devrait démarrer au moins à ce niveau. Mais immédiatement je me pose la question : bénévole ou non ? Ne va-t-on pas professionnaliser à partir du niveau national celui des clubs ? Et n’aura-t-on pas un effet pervers de prise de pouvoir plus important encore ? Je suis convaincu que les présidents des fédérations doivent devenir des responsables à part entière et puissent ne faire que cela pendant la période de leur mandat. Mais faut-il aller plus loin ? En avons-nous les moyens financiers et est-ce souhaitable en regard de l'effet pervers précédemment évoqué ?

47(...)

48Yves Chateaureynaud La décentralisation a été évoquée tout à l’heure et sur ce point, je demanderai à Pierre Collomb de nous donner son sentiment.

49(...)

50Pierre Collomb Une petite remarque auparavant. Il me semble que dans notre débat, existent des aspects qualitatifs et des aspects quantitatifs. Or l’aspect qualitatif est peut-être resté en deçà lors de la discussion. Quelle éducation par le sport donner aux gens ? C’est peut-être la question la plus délicate. Par quelles valeurs le sport peut-il participer à l’éducation ? Elles se posent en terme de choix, différents selon les individus, et ce n’est que par cette analyse que nous pouvons déboucher vers des solutions pour le projet éducatif. Le débat a été centré sur l’aptitude d’un projet éducatif à attirer des jeunes dans un club : celui de s’occuper de tous, même des moins doués. Or, le thème de l’université d’été concerne les hommes du club. Il serait intéressant de réfléchir sur le projet éducatif susceptible également d’amener au club des dirigeants bénévoles - en période de crise du bénévolat - pouvant s’occuper des jeunes. Il faut aussi que le projet éducatif soit motivant pour eux.

51En ce qui concerne la décentralisation, un colloque a été tenu à Nice voilà deux ans. Les conclusions qui en ont été dégagées me semblent avoir été vérifiées par la pratique ultérieure, à savoir le risque en est que des politiques sportives se mettent en place qui ne soient pas les mêmes partout. Dans la mesure où il n’y a pas de politique sportive nationale réelle, au plan départemental chacun fait un peu ce qu’il veut, et cela débouche sur une déviation du sport. Car il faut le dire, le sport est politique par nature, mais il ne doit pas être politisé, il doit trouver sa place dans la société civile, surtout dans son projet éducatif, être unifié.

52Mais il peut être récupéré quelquefois par les politiciens, et c’est une déviation. C’est le risque de la décentralisation dans la mesure où des régions et plus particulièrement des départements mettent en place des politiques sportives autonomes qui font que dans certains cas, les abus sont possibles et réels.

53(...)

54Robert Denel En matière de décentralisation, aucun texte n’existe pour stipuler les rôles de chacun. Cela fait des années qu’un tel texte est réclamé ; or un pouvoir politique est quand même en place, il doit agir. On parle de consensus, mais ce n’est qu’un moyen, non un objectif, et les structures existant pour atteindre ce consensus ne sont pas réunies. Que fait le pouvoir politique ?

55(...)

56Philippe Graillot Il faut accepter cette réalité et plutôt, tel est mon cas en tant que directeur national des Sports, essayer de définir les missions de chacun des partenaires, poser le problème de savoir qui fait quoi en matière de sport, à tous les niveaux. Il faut définir les missions car nous sommes, nous, au niveau de l’Etat, les garants de l’éthique, et en tant que tels, devons veiller à ce que toutes les déviances soient sanctionnées, veiller à être “moteur” en ce domaine, comme nous le sommes sur le plan européen, au niveau du dopage, etc...

57Deuxième secteur qui me semble être du domaine de l’Etat, c’est la formation des cadres, de façon incontournable, car il faut garantir la sécurité des usagers. L’intégrité physique des gens qui pratiquent le sport doit être garantie par une formation de qualité.

58Troisième élément, la régulation, c’est-à-dire intervenir quand on constate des déséquilibres à un moment donné. La multiplication des fédérations de boxe en est un exemple, de tels excès doivent être régulés, le domaine économique en ce domaine a trop de puissance et l’Etat doit pouvoir l’interdire.

59Quatrième domaine, nous devons être innovateur à certains moments. Pour les équipements, nous devons avoir la volonté de développer des plans d’équipement qui répondent aux besoins de projets éducatifs de clubs. Si l’Etat ne le fait pas, je ne suis pas convaincu que d’autres le prennent en charge.

60Voilà quatre secteurs importants dans lesquels l’Etat a un rôle primordial à jouer.

61(...)

62Jean Houël Je suis encore un peu insatisfait quant à la réponse que l’on se pose dans ce débat : quel projet éducatif pour le club sportif ? Quand peut-on qualifier le projet d’un club sportif d’éducatif ? Un club sportif qui se définit comme faisant tel ou tel sport ne définit pas une pratique éducative. Pour moi, il y a projet éducatif dans la mesure où le club sportif est un lieu de socialisation, de rencontres, où l’individu va s’intégrer, se reconnaître, se réaliser à travers la pratique corporelle particulière qu’est la pratique sportive. On peut le faire à travers d’autres pratiques sociales. J’estime que le club sportif peut être un haut lieu où les gens se rencontrent et se réalisent, un lieu de fierté, d’appartenance sociale et de dignité. Le choix d’un projet éducatif doit favoriser une plus grande compréhension entre les groupes sociaux, une meilleure réalisation des gens et peut-être moins d’exclusive, voire d’exclusion sociale.

63Il faut évoquer là les moyens donnés à l’association, au groupement en général, où les choix doivent se faire. Les ressources publiques issues de l’ensemble de la communauté nationale ou les ressources locales vont-elles servir à favoriser des pratiques qui vont renfermer certains groupes sociaux sur eux-mêmes, ou bien aller en sens inverse ? Ce sont des choix que l’autorité publique ne peut ignorer dans la qualification d’éducatif de certains projets.

64(...)

65Michel Rieu Brièvement, j’ajouterai que le sport en tant que tel est déjà lui-même un projet éducatif. Le sport est le loisir, le bien-être, c’est aussi l’apprentissage de la maîtrise de soi, ce peut être également le dépassement de soi-même. Je crois que les clubs ne doivent avoir qu’un seul objectif, mais qui n’est pas simple : se méfier des déviances. C’est essentiel. Les dirigeants du sport n’en sont-ils pas complices malgré eux, et peuvent-ils les limiter ? Le sport est une école d’exigence, il peut être le modèle de rigueur et d’éthique par rapport à ces déviances. Quant à un projet, le sport et les clubs doivent être le moteur d’une politique de santé publique. (...) Le mouvement sportif doit faire une réelle politique de prévention et sur laquelle l’Etat doit s’appuyer. Il faut amorcer le mouvement par une politique volontariste, une politique tout court. (...)

66(...)

67Colette Andrusyszin J’ai la chance de faire partie d’un club qui essaie d’avoir un projet éducatif réunissant certaines des valeurs que nous avons évoquées. Nous avons aussi un projet pour le haut niveau, et si on ne parle pas du phénomène de professionnalisation (institutionnalisée ou de fait) du sport, nous passerons à côté d’un aspect qu’un club finit par rencontrer. Il faut être réaliste, car on ne peut parler de projet éducatif de club sans cette dimension de professionnalisation. C’est l’image du sport que l’on donne aux enfants, ce peut être aussi une aspiration de réalisation sociale. Les leurre-t-on ou est-ce une réalité ? Ne pas se le cacher et l’analyser sans le dénigrer, chercher à le valoriser en le moralisant, en le normalisant, arriverons-nous à l’intégrer dans un projet éducatif ? Ou alors il faudra dire que c’est un autre sport qui n’est pas inclus dans notre projet de club ; mais il faut véritablement poser le problème.

68(...)

69Yves Chateaureynaud Cette méfiance vis-à-vis des pratiques maximalistes, qu’elle s’exprime dans le domaine du sport ou des études, est partagée par le monde fédéral, qui refuse que les athlètes de haut niveau entament ou poursuivent des études. On ne peut mettre en cause un seul des deux systèmes, il faut s’interroger à la fois sur ce manque de souplesse du monde universitaire, mais aussi sur ce monde fédéral qui voit les choses par le petit bout de la lorgnette. Quand on donne à une fédération sportive un monopole, celui de l’organisation d’une pratique sportive et ce qui s’ensuit, et qu’on arrive à ce type de situation, il est nécessaire qu’il y ait intervention prégnante et dirigiste de l’Etat qui ne doit pas permettre ce genre de politique.

70(...)

71Ernest Gibert J’étais venu plein d’espoirs, et j’ai peur de repartir plein de déceptions. Nous avons discuté longtemps sur un sujet sur lequel nous étions d’accord : il faut un projet éducatif. Mais à aucun moment, il n’y a eu de propositions sur le contenu du projet lui-même. Si nous poursuivons dans cette voie, non seulement la fraction du budget dont disposent les activités physiques et sportives sera le reflet de l’intérêt que lui porte l’opinion publique, mais on pourra dire qu’il est encore excessif. On peut évoquer la formation - il existe des commissions mises en place, depuis plusieurs années pour certaines-, or il ne s’est encore rien passé. Il y a cependant des lueurs d’espoir. Philippe Graillot a insisté sur l’opportunité de repenser notre formation, sur les métiers du sport en général. Il est enfin temps d’engager une réflexion prospective suivie de propositions concrètes sur leur avenir, de réfléchir sur le contenu des formations autrement que par des généralités, en nous demandant : quelle éducation par le sport ? En établissant quelques principes simples, nous aurons quelques idées concrètes à proposer sur la nature des formations qui doivent être mises en place. Michel Rieu a dit pudiquement qu’il n’existe pas de volonté politique, pas plus que de projets au niveau des clubs. C’est un constat dont il faut sortir, d’abord à notre niveau ; avant de réclamer un projet, construisons-en les bases.

72(...)

73Philippe Graillot (...) La diversité des besoins est un grave problème aujourd’hui. De quelle manière pouvons-nous y répondre afin que le projet éducatif du club soit la réalisation, l’épanouissement de chaque personne qui y entre, dans tous les domaines, et pour que ce soit un projet de citoyenneté ? Comment le réaliser ? Ce n’est pas simple, mais il faut avoir le courage de dire que nous sommes concurrentiels, et qu’il faut chercher une cohérence dans le choix des propositions de pratiques sportives, selon les clubs, selon les niveaux, afin d’être plutôt complémentaires.

74Les clubs ne se retrouvent plus dans les fédérations, ils les perçoivent parfois comme des pompes à finances qui ne leur amènent rien sinon des contraintes et des exigences. Pourtant, le monopole des fédérations est nécessaire pour ne pas se disperser. Mais il faut que l’Etat joue son rôle de tutelle et intervienne afin que les fédérations fassent leur autocritique et qu’elles évoluent, puisqu’elles reçoivent délégation de pouvoir de la part de l’Etat.

75Il faut pouvoir permettre à des jeunes d’aller jusqu’au plus haut niveau, sous réserve que ce soit en pleine conscience, en visant l’épanouissement de l’intéressé selon ses capacités physiques et intellectuelles. Pour le bien-être de l’individu, n’allons pas plus loin, et surtout, ne les leurrons pas.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search