Versione classicaVersione mobile

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Quel projet éducatif commun à tous ?

Promotion de la santé par le sport

Michel Rieu

Testo integrale

1En quoi le sport en tant que tel apporte-t-il quelque chose à l’espèce humaine ? Une question que l’on peut se poser après tout ! Qu’est-ce que l’espèce humaine a à faire, pour prendre l’exemple du très haut niveau, à ce qu’un individu saute six ou dix mètres à la perche, qu’il coure le cent mètres en dix secondes ou moins ? Aucun intérêt ! Actuellement, les moyens techniques de l’homme, l’outil qu’il s’est forgé, qui sont ses prolongements grâce à sa compétence et sa pugnacité intellectuelle, sont maintenant bien au delà de ces “petits résultats”, qui pouvaient avoir un sens à l’époque où l’homme courait après le lapin pour le prendre et le manger cru, ou à la limite, lancer le javelot le plus loin possible, si l’on s’en réfère aux héros de Homère, mais actuellement cela n’a aucun intérêt. Le seul intérêt effectif du sport, c’est le dépassement de l’homme par lui-même, c’est le développement de l’esprit collectif, de la convivialité, c’est-à-dire effectivement le projet, un projet, des projets éducatifs. Si on vide le sport de ce constat, c’est irrévocable. Il reste alors le spectacle, c’est une autre affaire, une affaire tout court et que je ne néglige pas, et puis il reste le jeu, le loisir, ce qui n’est pas négligeable non plus.

2Après cette réflexion générale, parlons des aspects plus concrets. Vous ne vous étonnerez pas si, dans le projet éducatif, je ne prends que la partie qui me concerne, de ma compétence, et qui est l’extraordinaire rôle que doit jouer l’activité physique et sportive dans l’équilibre de la santé de l’individu. Depuis plusieurs années, nos sociétés très urbanisées sont confrontées à un problème très original : la sédentarité. Quand on calcule ce qu’un individu dépense sur le plan énergétique dans une journée de notre société, nous arrivons devant des phénomènes et des résultats tout à fait dérisoires. Ce qui n’est pas sans conséquence sur l’équilibre interne du fonctionnement de l’organisme. Alors, l’activité physique et sportive devient une réaction naturelle de l’espèce. C’est pour cela que je crois que son développement va très au-delà d’une mode, c’est une réaction profonde de l’espèce qu’il faut prendre en considération et ne pas voir là quelques aspects d’un snobisme national ou international.

3L’activité des clubs doit donc prendre aussi cette dimension en compte dans le cadre d’un projet qui n’est pas seulement un projet de club, mais un projet de politique nationale, non seulement de promotion sportive, mais également de promotion de la santé. Voilà des années qu’on nous parle de prévention, d’éducation pour la santé, et à l’encontre d’un certain nombre de pays plus avancés que nous dans le domaine, nous n’avons jamais su faire la jonction entre la promotion des activités physiques et sportives et l’éducation pour la santé. C’est pourtant prouvé scientifiquement et expérimentalement, le sport est un vecteur d’hygiène de vie beaucoup plus important que les campagnes de presse qui peuvent être faites contre le tabac ou l’alcool, dont je ne nie certes pas l’intérêt, mais dont je nie l’efficacité à moyen et à long terme. Cette notion demande évidemment une politique d’ensemble qui mette en rapport, sur un plan interministériel, non seulement l’Education Nationale, non seulement la Jeunesse et les Sports, mais aussi la Santé. Encore faut-il qu’y soient abordés les problèmes d’accueil.

4Dans ce sens, il existe dans mon service tout un secteur d’activités où nous nous intéressons à la réadaptation de l’effort des diabétiques et des greffés cardiaques. Nous intervenons en deuxième intention, c’est-à-dire, pour prendre l’exemple du greffé cardiaque, une fois que celui-ci a reçu son cœur transplanté, il part en maison de convalescence et nous le récupérons ensuite, de manière à lui réapprendre à pratiquer une activité physique, non pas pour faire de la haute compétition, mais afin que ces gens se sentent tout à fait réintégrés dans la vie professionnelle, la vie normale, et puissent être amenés à faire du sport, car maintenant beaucoup font du sport. Notre approche, qui va de la réadaptation programmée à l’effort tant sur le plan cardio-vasculaire que moteur, et qui débouche sur un apprentissage de l’auto-évaluation, très importante pour ces populations, ne trouve ensuite aucune structure d’accueil dans les clubs. Ces gens s’adressent alors, soit à des plus ou moins “marchands de soupe” privés, soit font une activité autonome, vélo, jogging, sans qu’il y ait de convivialité réelle, et ils restent encore un peu marginaux, tel le cas des handicapés physiques.

5C’est également vrai pour le sédentaire confirmé. Il se lève le matin, prend l’ascenseur, prend sa voiture, va au bureau, s’assied à son bureau, et le soir, reprend sa voiture, l’ascenseur, regarde la télévision et va se coucher. Il a en général un métabolisme de base de 2000 calories quotidiennes, c’est-à-dire le minimum. Ils en sont conscients et beaucoup aimeraient reprendre une activité physique. Mais ils ne trouvent aucune structure d’accueil. A aucun moment, ils ne sont ni compris ni admis. Et même les clubs qui souhaiteraient mener une telle politique n’ont pas l’encadrement technique qui le permettrait. On a créé dans le domaine de la formation une filière universitaire pour l’éducation physique et sportive, jusqu’à un troisième cycle de recherche par la recherche. Mais il faut alors faire de la recherche fondamentale, moderne, et en arriver à la recherche en biologie moléculaire. C’est une forme de recherche ; par contre rien n’a été mis en place qui corresponde à ce que j’appellerai les anciens D.E.S.S., c’est-à-dire des certificats de troisième cycle spécialisés qui amènent à former des cadres techniques de haut niveau, orientés soit vers la prévention et l’éducation pour la santé, soit vers le sport et l’entraînement sportif. Ceci n’existe pas et c’est très dommage.

6Je voudrais pour finir, dire qu’il manque une volonté politique, et elle manque parce qu’il n’y a pas de projet à l’échelon des clubs, mais aussi pas de projet ambitieux au niveau des sphères dirigeantes de l’Etat. Je crois qu’il est important que nous profitions d’opportunités qui existent à l’heure actuelle pour définir un vrai sport pour tous, qui ne soit pas seulement un mot, mais des orientations précises : mise en place de formations, possibilités données aux clubs car les clubs auront une clientèle, soyez-en persuadés ! Car, vues les sommes extravagantes que certains de nos patients payent pour aller faire chez des "marchands de soupe" quelques mouvements que je n’ose même pas appeler mouvements de gymnastique, le marché reste ouvert aux clubs qui voudront bien s'en donner la peine.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search