Version classiqueVersion mobile

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Quel projet éducatif commun à tous ?

Quel projet éducatif commun à tous ?

Philippe Graillot

Texte intégral

1L’idée de rattacher la pratique sportive à un projet éducatif est très fréquemment affirmée dans l’histoire du sport, ce qui montre d’emblée la liaison entre ces deux concepts. Toutefois, cette tendance a toujours été contestée dans l’analyse objective de la réalité.

2Ainsi, les structures ministérielles ont été longtemps différentes (Ministère de la Jeunesse et des Sports et Education Nationale) ce qui écartelait cette aspiration à rattacher pratique sportive et projet éducatif.

3De plus, les intervenants sur la même matière, les A.P.S. dans les différentes structures (établissements scolaires, mouvement sportif) se sont souvent opposés.

4En outre, le contenu du projet sportif a beaucoup été modifié dans le temps, comme cela a été expliqué par l’intervenant précédent.

5Enfin, et c’est le dernier point que je voulais souligner pour vous montrer qu’il n’est pas simple de rapprocher les deux concepts. Vous savez qu’il y a eu des courants de pensée qui ont tout simplement nié et rejeté l’idée que le sport pouvait avoir une valeur éducative et que cette thèse a fleuri dans l’ensemble du système éducatif, des activités physiques et sportives ainsi que dans certains centres de formation de cadres.

6Ce “projet éducatif commun” apparaissait plus nettement jadis lorsque dans la mouvance de Coubertin, le sport était décrit comme facteur d’élévation morale, vivant l’âge de la nécessaire idéalisation.

7Aujourd’hui, l’extension de la pratique sportive a quelque peu évacué le discours sur les mérites du sport (sauf peut-être sur un plan de la santé) et son succès le condamne à subir des critiques - méritées - sur ses excès.

8L’idéal un peu désincarné et un peu coupé des réalités sociales d’un sport qualifié de “pur” s’est trouvé de plus en plus contesté avec l’accroissement de la pratique sportive, sa démocratisation, ses aspirations très diversifiées, et ses problèmes de financement qui ont abouti à intégrer de plus en plus l’activité sportive et son image dans la sphère de l’économie et des activités quotidiennes.

9C’est dans cette logique que le club sportif apparaît comme un système composite exprimant des intérêts divers et parfois contradictoires - Yves Chateaureynaud ayant évoqué précédemment les différents éléments qui renforcent cet émiettement ou cet éclatement, je n’y reviendrai pas.

10Cette situation nouvelle est ambiguë car elle exprime à la fois la maturité d’une pratique sportive qui renonce aux grands mythes de son enfance et un certain désarroi devant des comportement qui révèlent un effritement des valeurs humanistes dans lesquelles sa légitimité vacille.

11La tricherie, la violence, le mépris de l’adversaire ou du public, le dopage, atteignent l’image du sport même s’ils se réfèrent souvent au sport de haut niveau plus facilement traversé par des enjeux ou des pressions multiples.

12Mais on ne saurait condamner dans le même élan l’évolution vers le club et les nouvelles exigences pour des animateurs bénévoles parfois mal préparés.

13Le temps où il suffisait d’invoquer les valeurs prestigieuses était plus commode, mais il est démodé, pour ne pas dire révolu. Les exercices incantatoires sont désormais vains. Même si la réalité nous déçoit parfois, il faut l’admettre et prôner la nécessaire conciliation entre les exigences économiques et celles du sport. C’est un objectif qui reste encore à atteindre, un combat qui n’est pas encore gagné.

14Alors pouvons-nous encore concilier pratique sportive et projet d’éducation en 1989 ? Le club est-il la structure qui convient à cette hypothétique harmonie ?

15Aujourd’hui, la difficulté de trouver un vrai projet éducatif est à la mesure des ambitions sportives. Si celles-ci sont modestes ou limitées, il demeure possible de faire prévaloir un “état d’esprit”, une “éthique” qui, le cas échéant, l’emportera sur l’objectif de la performance à tout prix. En revanche, au plus haut niveau, “le” projet commun qui fédère les énergies et rapproche les hommes est le plus souvent le résultat d’un club. Les moyens utilisés pour l’obtenir et l’état d’esprit pouvant alors devenir des éléments secondaires.

16L’exemple donné par le haut niveau à cet égard tend à se diffuser dans la pratique de masse où les intérêts financiers sont pourtant moins évidents. Cette multiplication des déviances est extrêmement préoccupante.

17Plus que la pratique elle-même, la victoire, le défi, le risque tendent à devenir les vrais objectifs et les valeurs qui sous-tendent l’engouement pour le sport. Parallèlement, le développement des pratiques d’entretien corporel dans les salles commerciales ou dans les structures “ouvertes” témoigne à la fois d’un goût prononcé pour l’effort physique et d’une distance vis-à-vis du club traditionnel.

18Faut-il pour autant en conclure une rupture progressive et inexorable entre le club et ses valeurs traditionnelles, le goût pour l’adhésion, la participation, l’associativité, et l’état d’esprit que nous venons de décrire ? Ce n’est pas certain.

19Faut-il rechercher dans le club d’aujourd’hui, plus marqué que jadis par les contradictions, un projet unique autour duquel les hommes puissent se réunir ? Ce n’est pas là non plus une certitude. Le projet éducatif commun prend corps assez spontanément dans des pratiques ou des espaces qui s’y prêtent par leur mission, l’école, l’université, ou bien par les affinités morales ou idéologiques qui constituent a priori un facteur d’unité.

20Le club possède-t-il les ingrédients pour être à la fois ouvert, capable d’agréger des personnalités diverses aux intérêts différents et parfois contradictoires, sans tomber dans la banalisation, les tensions, voire l’éclatement ?

21Avant d’essayer de répondre à cette question, ce qui est sûr, c’est que s’il y a projet commun, il doit trouver son origine au niveau le plus décentralisé, au niveau de la cellule de base, cellule qui peut s’agréger pour s’étendre à un niveau national, voire international et non pas suivre le trajet inverse. Il conviendra d’avoir une évaluation continuelle pour vérifier la pertinence, l’adéquation entre les “projets locaux” et les propositions d’action des instances nationales. Nous verrons que c’est une des causes de non adhésion, ou de moindre adhésion, d’un certain nombre de pratiquants au sein des clubs. Ce constat de déperdition dû à une non-évaluation des besoins locaux et à l’imposition de directives très descendantes est un élément très important à prendre en compte pour l’avenir.

22Dans ce constat, la bonne volonté n’est pas en cause, mais simplement la tentative jacobine de toute structure qui se développe.

23Au regard de la réalité sportive française d’aujourd’hui, mais nous pourrions l’étendre aux pays anglo-saxons, nous constatons une grande diversité d’approches pour doter le club d’un projet éducatif commun à tous ses membres ; projet qui peut être très varié d’un club à l’autre, projet explicité ou au contraire induit par les formes de recrutement, les coûts de participation, d’organisation, d’animation mises en place.

24Quelques exemples :

  • projet élitiste unisport : nous entrons dans un système de “caste” (quelques clubs de golf, parrainage, prix dissuasif...) ;
  • club unisport (football) ;
  • club affinitaire ;
  • club multisports s’il n’est pas simplement la somme sans valeur ajoutée des “clubs” unisport.

25Projets divers mais projet dans chaque cas, plus ou moins complexes selon qu’ils sont plus diversifiés dans leurs finalités et leurs composantes.

26Le sport n’échappant pas au système concurrentiel de la société française d’aujourd’hui, les projets ont évolué, entraînant des modifications dérèglement des clubs, pour essayer de répondre à une masse de plus en plus diversifiée des aspirations et pour conserver ou accroître le nombre de ses pratiquants pour des raisons économiques. D’un système plus ou moins ouvert, l’évolution semble aller vers un système de plus en plus ouvert pour intégrer ces diverses formes de pratiques. N’y aura-t-il à terme le risque d’une contradiction entre cette ouverture et le maintien d’un projet éducatif commun ? La tendance peut conduire un club à avoir plusieurs projets éducatifs, ce qui peut nuire à son unité, sa cohésion ou au contraire enrichir son projet de plusieurs sous-ensembles pour l’élargir et le rendre plus global.

27Il reste que dans le domaine de l’association des hommes visant à définir un projet commun, il incombe à la société civile de définir ses propres objectifs.

28L’Etat, s’il doit intervenir, n’a pas à le faire dans la définition du projet du club, dans la définition des structures, sinon nous arrivons à un pouvoir extrêmement centralisé et autoritaire, qui me poserait problème en terme d’éthique personnelle.

29Donc la société civile et les clubs doivent pouvoir définir eux-même leur projet ; l’Etat doit se borner, et ce n’est pas un moindre rôle, à assurer une certaine régulation pour corriger les déséquilibres les plus évidents, prévenir les déviances et garantir le respect des règles.

30Dans le domaine du sport aussi, la décentralisation doit devenir le mode normal de développement des initiatives offrant un éventail de ressources très supérieur à ce qu’offrent les solutions imposées “d’en haut”. C’est au club d’expérimenter et d’offrir des exemples. A la décentralisation doit s’ajouter naturellement la concertation, bien préférable à la tentative de quelques dirigeants d’imposer un projet commun, si séduisant soit-il. Plutôt donc la frustration devant des projets intellectuellement imparfaits mais réellement concertés que de laisser la vie associative, comme l’a dénoncé naguère la Cour des Comptes, dans de trop nombreuses circonstances, se soumettre au pouvoir peu démocratique d’un petit nombre.

31C’est le vrai problème de l’associativité des clubs, de la réelle associativité de toutes les structures sportives françaises. C’est un débat très important où les enjeux se situent au niveau des clubs. Dans un projet éducatif, en particulier au niveau des clubs scolaires, l’apprentissage de l’associativité dans ces clubs scolaires me semble être l’originalité et la véritable richesse de la pratique sportive scolaire. Cela est très important pour le devenir des clubs tout court, et le club scolaire devrait avoir comme première ambition d’apprendre aux jeunes à vivre l’associativité dans le système péri-scolaire ou dans le système d’environnement éducatif. Bien sûr une pratique sportive réelle doit demeurer, mais elle ne devrait être que le moyen d’apprentissage de la vie associative et non pas une finalité. C’est à ce niveau d’apprentissage dans les structures successives que sont l’USEP, l’UNSS et la FNSU que l’on devrait mener une action. Une première sensibilisation dans le cadre des clubs de l’USEP, une première véritable intégration et prise de responsabilité et formation dans le cadre de l’UNSS pour arriver au niveau universitaire à une responsabilité totale de la part de ces jeunes. Nous avons sans doute là un accrochage et une originalité du sport scolaire dans le domaine éducatif au bénéfice de la pratique sportive fédérale.

32La vie associative dans les clubs sportifs, malgré la meilleure volonté, malgré le meilleur état d’esprit des dirigeants quels qu’ils soient, est souvent un leurre. Rappelez-vous combien de participants viennent aux assemblées générales voter, mêmes dans les clubs les plus volontaristes en la matière. Combien y a-t-il de véritables participants pour combien “d’assistés” ? Combien de projets sont véritablement définis par l’ensemble des adhérents de ces clubs et combien de clubs sont confisqués par des dirigeants pour des raisons de pouvoir ou pour d’autres raisons ? Alors permettez-moi d’insister, car j’y crois énormément : au niveau du projet éducatif des clubs de jeunes en particulier, cette volonté d’apprentissage de l’associativité est une des clés d’un développement.

33Ce qui est au fond essentiel dans cette démarche, c’est de susciter une réflexion à l’intérieur du club sur ce qu’il doit être et sur le rôle de chacun. C’est aussi de veiller au respect des hommes et des engagements qu’ils prennent les uns envers les autres. L’évolution du sport mérite cette réflexion à la base, que l’Etat ne peut conduire à la place des clubs. Il faut résoudre à son niveau avec les hommes du terrain les contradictions entre la pratique de loisir et la compétition, entre l’éthique et l’économie, entre l’exutoire physique et le respect des adversaires.

34Le monde associatif est peut-être prêt, en réaction contre ces certaines déviances du sport, à rechercher des projets éducatifs communs à toutes ses composantes. Mais il faudra montrer pour ce faire un esprit d’ouverture et de compromis, de tolérance qui pourrait déboucher sur l’idée de contrat.

35Imaginons une sorte de contrat de club qui définisse les responsabilités, les engagements et les attentes des différentes composantes du club et qui assure son assise pour plusieurs années, tout en procédant périodiquement à l’examen de ce qui a été réalisé.

36S’il n’appartient pas aux pouvoirs publics et notamment à l’Etat de définir ne serait-ce que le cadre d’un projet commun, il est difficile de savoir si de telles initiatives peuvent aujourd’hui émerger dans les clubs. Mais nous savons que pour concevoir ces projets, il faut que les clubs vivent et trouvent les moyens économiques de leur existence.

37Il est donc clair que les clubs sportifs connaissent aujourd’hui une crise relative qui fait que le sport associatif ne profite pas pleinement du fort engouement enregistré ces dernières années par la pratique sportive. Le club a-t-il capacité à absorber les nouveaux publics ? Cela varie d’une discipline à l’autre, mais globalement les sociologues concluent à la difficulté pour les clubs traditionnels d’agréger la population féminine et la population des plus de quarante ans dont les attentes ne sont pas nécessairement satisfaites par les clubs. Il existe donc à la fois ce problème et cette volonté d’accueillir tous les publics dans les clubs, et ce à tous les niveaux de pratique. Il faut que ces personnes trouvent une réalité d’accueil et d’expression, ce qui n’est pas toujours le cas dans certains clubs, qu’ils soient unisport ou multisports.

38Il me semble qu’il y a là un défi et un enjeu peut-être vital pour les clubs sportifs de proposer un cadre d’accueil propice à la pratique d’un plus grand nombre. Il ne serait pas exclu d’ailleurs dans cette perspective qu’une communauté mieux ouverte aux deux sexes et aux pratiquants plus âgés soit mieux à même de construire l’avenir de la pratique sportive sur des bases éducatives.

39Il faut reconnaître qu’entre la pratique de compétitions et ce que nous appelons le sport pour tous - plutôt que le sport de loisir - les passerelles ne sont pas encore jetées. Il est bien difficile de faire fusionner en un seul deux projets qui parfois s’excluent dans les mentalités.

40En outre, le sport est aujourd’hui marqué par des transformations si rapides et par un tel foisonnement de pratiques que sa perception dans l’opinion est très hétérogène. Le développement des disciplines d’aventure fondées sur le défi et l’émotion forte ne s’inscrit pas nécessairement dans un projet qui s’inspirerait de pratiques de sports collectifs.

41Cette richesse des pratiques et cette variété des conditions psychologiques dans lesquelles elles s’exercent, est un phénomène un peu récent dont on n’a sans doute pas tiré toutes les conséquences. La pratique sportive doit être une multitude de projets individuels taillés à la mesure de chacun.

42Ce n’est pas là bien entendu nier les racines communes à toute pratique sportive, prôner un individualisme exacerbé ou s’incliner devant une logique purement économique.

43Il faut seulement gérer cette évolution et reconnaître que là où un projet commun existe au sein du club, il tourne souvent autour des valeurs de l’entreprise, de la compétence des hommes, du succès commun. Cette compétence des animateurs et des dirigeants est une des autres clés de la réussite.

44Sans nier l’apport de cette évolution à certains égards, il faut admettre que le balancier poussé un peu loin devrait revenir dans une position plus médiane où les sportifs et les animateurs bénévoles retrouveraient plus facilement leurs marques.

45Il appartient au mouvement associatif de démontrer sa capacité à mobiliser les hommes sur des principes qui lui sont plus spécifiques.

46Il faut une prise en compte par le système fédéral de ces aspirations sportives diversifiées et non pas qu’elles se réalisent en dehors du système fédéral, car nous irions alors vers l’émiettement, vers la “balkanisation” absolue. A ce propos, je voudrais faire une première remarque visant en particulier les clubs universitaires, où cette notion est restée vive. La notion de fête, de convivialité, de rencontre doit absolument être réactivée dans le monde sportif et les clubs sportifs. Quoi de plus déplorable qu’un sport triste. Il doit être épanouissant, y compris au plus haut niveau. Ma deuxième remarque se rapporte aux problèmes d’équipement. Les clubs sportifs ont été construits pour être, pour l’essentiel, des lieux de préparation à la compétition, et non pas des lieux de vie et de rencontre pour l’ensemble de la famille, pour l’ensemble des pratiques. Nous constatons une déperdition de la pratique sportive vers l’âge de l’adolescence. Il y a certes des raisons sociologiques en France (d’autres aspirations, d’autres centres d’intérêt) mais je crois qu’à un moment, il peut arriver que les jeunes ne se retrouvent plus dans le projet du club. Pour diverses raisons, il ne veulent plus provisoirement faire de compétition, mais veulent rester dans le milieu sportif convivial. Peu de possibilités leur sont offertes. Il en est ainsi lors d’une blessure : un jeune sportif blessé peut complètement disparaître du sport parce que durant cette blessure, il ne sera pas revenu au club, où rien et aucun projet ne l’attachait. Il faut que nous repensions les équipements sportifs pour que la pratique compétitive puisse s’exprimer complètement, mais aussi pour qu’à côté il y ait une autre réalité, une structure de rencontre et un projet beaucoup plus global.

47Il lui est aussi bien difficile de fondre les espoirs et les ambitions dans le creuset d’un projet éducatif unique. S’il faut un projet, nous disons un contrat. Un contrat social en quelque sorte, qui prendrai t en compte la pénétration du phénomène sportif dans les grands débats de la cité.

48En conclusion, il faut que nous prenions tous conscience que si nous voulons un projet éducatif au sein du club, il faut réaliser que le développement de la pratique sportive dans les clubs soit une pratique qui doit concerner tous les niveaux, toutes les aspirations, qu’il y ait des équipements qui répondent à ces besoins. Il faut qu’il soit véritablement ouvert sur la convivialité et la vie, mais qu’il soit également tourné vers la pratique compétitive sérieuse et organisée. Il faut que nous fassions prendre conscience qu’il s’agit d’un enjeu de société qu’il convient de gagner, car au-delà de la pratique et du projet éducatif dans un club, il s’agit tout simplement de l’éducation et de la rencontre de citoyens par lesquelles le club peut être un moyen d’échanges privilégiés qu’il faut développer. Quand nous constatons la compétitivité qui prévaut dans la vie moderne, la montée des égoïsmes, la montée des exclusions dans les sociétés quelles qu’elles soient, nous sommes face à un véritable enjeu de société. Il faut faire prendre conscience aux responsables quels qu’ils soient, que cet enjeu dépasse largement la pratique sportive.

Auteur

Directeur des Sports au Secrétariat d'Etat à la Jeunesse et aux Sports

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search