Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Quel projet éducatif commun à tous ?

Présentation

Yves Chateaureynaud

Texte intégral

1Le problème qui nous préoccupe ce matin, c’est de savoir si, dans le système ouvert constitué par le club, qui agrège des hommes aux personnalités diverses, variées, et devant ces tendances à l’éclatement, un projet éducatif commun à tous permettrait de retrouver une unité qui, semble-t-il, a tendance à s’effondrer.

2Poser cette question, c’est admettre implicitement que ce projet éducatif n’est peut-être pas, ou peut-être plus, partagé par tous les hommes qui pratiquent et qui travaillent pour le club. Autrement dit, si on pouvait penser il y a quelques années encore que tous les acteurs du système club adhéraient à la même philosophie, il semblerait qu’aujourd’hui les attentes ne soient plus tout à fait les mêmes. Et cela commence à poser des problèmes. Au travers des mutations du sport que nous avons signalées les années précédentes, ont été remarquées des modifications de comportement sensibles, et d’autres approches permettent de conforter cette idée ; l’introduction des sciences humaines, qui prenant le sport comme objet d’étude, a depuis quelques années démonté l’unanimisme des positions tenues en cette matière, sur le sujet. Je voudrais d’abord rapidement préciser le contexte. Nous sommes des clubs universitaires et donc des clubs omnisports. Et malgré ce double titre, nous n’échappons pas, selon moi en tout cas, au mouvement général qui touche ce type de structure, à savoir un affaiblissement de notre unité initiale. Il me semble que c’est un point crucial. Il conviendra donc d’examiner les positions ou les attitudes des hommes du club devant cet état de fait et de s’interroger sur la validité d’une solution fondée sur la mise en place d’un véritable projet éducatif commun à tous. Permettez-moi de rappeler quelques uns des éléments qui concourent à cet affaiblissement substantiel.

3Il y en a de deux ordres : des éléments intrinsèques, propres à la logique même du club, et des éléments extrinsèques, qui dépendent de nos partenaires extérieurs. Pour les éléments intrinsèques :

  • la multiplicité des pratiques tend à favoriser l’expression des particularismes, et cela, au sein même quelquefois d’une spécialité qui se diversifie.
  • la diversité et l’éparpillement des lieux de pratiques, qui renforce la tendance précédente de l’expression des particularismes et ne permet plus la convivialité indispensable au bon fonctionnement d’un modèle club traditionnel.
  • ensuite, il y a une logique interne particulière à chaque sport, qui tend à amener, notamment en période de récession budgétaire (qui sont celles que connaissent les clubs d’aujourd’hui), un repli sur soi au détriment de la solution omnisports et de son organisation.
  • enfin, la crise du bénévolat, qui amène inéluctablement un nouveau type de dirigeants, et un nouveau type de pouvoir, et j’utilise le mot à dessein, avec toutes les connotations qu’on a déjà pu lui donner : c’est celui du dirigeant salarié.

4Voilà, me semble-t-il, énoncées rapidement les raisons internes au club.

5Pour ce qui concerne maintenant l’extérieur, il y a évidemment un certain nombre d’autres éléments qui sont loin d’être négligeables et parmi lesquels on peut citer :

  • la municipalisation du sport : dire qu’aujourd’hui (cf. Nelson Paillou dans son remarquable rapport au C.E.S.) la commune est le premier partenaire du club est un constat, mais aux conséquences non négligeables. Ce premier partenaire du mouvement sportif, tend au travers de ses choix budgétaires à orienter peu ou prou les politiques de club.
  • deuxièmement, les fédérations sportives, qui bien souvent ne reconnaissent pas la dimension du club, en tout cas du club omnisports, et considèrent ce même club exclusivement comme un organisme pourvoyeur d’athlètes et/ou pourvoyeur de fonds.
  • troisièmement, les sponsors dont la logique d’action, si elle permet parfois d’apporter de l’argent, ne recoupe pas, loin s’en faut, toutes les finalités poursuivies par le club.

6Tous ces éléments concourent à faire du club, et dans une perspective volontairement provocatrice, voire un peu pessimiste, un système juxtaposant des unités très hétérogènes, les sections sportives, qui sont de ce fait associées mais rivales, associées au sein d’une même structure, mais rivales dans la mesure où elles tendent à l’expression de leur particularisme et sont à même, dans les cas de crises un peu aiguës de se replier sur elles-mêmes, voire à rechercher une scission vis-à-vis de la structure omnisports. Face à cette situation, les dirigeants de section se montrent donc plutôt méfiants vis-à-vis de la sphère omnisports, et ne chercheront à obtenir de cette organisation qu’un maximum de profit au bénéfice de leur section. C’est un cas de figure qu’on connaît relativement bien et qui se produit souvent. Il est alors tout naturel de voir surgir au sein des clubs des tendances à l’oligarchie qui reflètent très vite les lignes de conflit entre les diverses parties prenantes et l’absence réelle de vie démocratique.

7Il nous reste donc en conséquence à définir un projet (et nous nous situons dans la suite logique de la dernière Université Sportive d'Eté) :

  • éducatif : c’est la dimension et la revendication universitaire qui sont les nôtres.
  • commun à tous : dirigeants, cadres techniques et athlètes.
  • et enfin susceptible d’affermir et de réaffirmer l’unité de nos clubs et de notre fédération, gage de notre force et de notre présence dans le mouvement sportif de demain. Car si nous n’avons plus demain de projet éducatif qui “tienne la route”, je pense que le sport aura perdu beaucoup. Voilà pour ma présentation, je donne maintenant la parole à Philippe Graillot qui nous donnera certainement quelques éléments de réflexion à ce sujet.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.