Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Quel avenir pour le bénévole, quelle place pour le professionnel ?

Débats1

Texte intégral

  • 1 La formule des débats permet de mieux restituer l’ambiance des échanges autant que l’effort déploy (...)

1Colette Andrusyszyn Dans la distinction du bénévole par rapport au professionnel, sur le plan du statut, une chose semble importante à rappeler au niveau du contrat les liant au club : pour le bénévole, c’est un contrat moral ; le professionnel a, lui, un contrat de travail. Tant que la motivation est identique chez l’un comme chez l’autre, la différence est minime. Il n’y a problème que lorsque les motivations divergent. (...)

2(...)

3Claude Rinck Il faut savoir fixer ses objectifs dans la finalité du club, fixer un contrat dans lequel évoluer. Car nous allons vers une évolution de clubs à deux vitesses entre le sport-loisir, la moyenne compétition et la haute compétition. Dans le milieu sportif plus qu’ailleurs, nous nous trouvons confrontés à la limite des compétences. Or, il faut nous demander si nous avons les moyens humains et matériels de faire de la haute compétition. A partir de là, les personnes en place se trouveront plus à l’aise pour s’exprimer. Dans le cas où l’on se fixe le haut niveau comme projet, il faut alors aller vers un professionnalisme, au sens noble du terme, de l’encadrement.

4(...)

5Jacques Vandenbucke Mais vers quoi les fédérations poussent-elles les clubs ? Car on peut parler là aussi de plusieurs niveaux. Je crois que les fédérations - j’en fais partie en tant que président du Comité départemental de basket, mais je les subis en tant que président de club du basket du N.U.C.-oublient l’aspect bénévole et poussent vers le professionnalisme. Hélas, cette poussée se retourne contre les petits clubs. Une des réflexions doit se situer au niveau fédéral lui-même, pour inciter les clubs à savoir où ils vont, quelles sont les structures dont ils ont besoin à tel ou tel niveau. Ne pas oublier que la vie de la base, dont de très nombreux bénévoles font partie, est très importante.

6(...)

7Didier Isabelle Il existe un problème général du bénévolat dans la société ; cependant, dans le monde associatif sportif, cette tendance à une diminution n’existerait pas encore. D’après le Conseil Economique et Social, les chiffres seraient :entre 1970 et 1977, près de 25 000 associations créées, 30 000 de 1977 à 1980, et de 1982 à 1988,40 000. Le nombre des clubs est de plus en plus nombreux, on peut donc supposer que celui des bénévoles est encore important.

8(...)

9Jean-Pierre Biliat Pour compléter ces informations, si on se réfère au rapport publié par le C.E.S., on estime à 600 000 en France le nombre d’associations existantes, avec environ 50 000 créées par an, toutes confondues, sport compris. Il y aurait ensuite deux à quatre millions de personnes, dont des bénévoles, y assumant des responsabilités. L’évaluation est donc très approximative et prouve la très mauvaise connaissance statistique de ce phénomène du bénévolat, l’une des réflexions de ce rapport étant d’ailleurs qu’il faudrait s’inquiéter de connaître exactement ce terme de bénévolat, en dehors des estimations fantaisistes que l’on peut faire.

10(...)

11Georges Joubert Quand on parle de bénévolat dans les clubs, il y a deux grandes divisions à faire. Entre bénévoles qui constituent la véritable base des clubs et les bénévoles occasionnels. Autant suis-je convaincu qu’il y a une crise au sein des bénévoles très engagés, autant il demeure facile d’obtenir des gens qu’ils donnent un coup de main de temps en temps. Une recherche statistique ne voudra donc pas dire grand chose. (...) Autrement dit, il y a dégradation progressive dans la qualité qu’on peut exiger des bénévoles, peut-être parce qu’ils ont moins de temps, ou que tout devient plus complexe, tout simplement parce que l’individualisme est en progression constante. Il conduit nombre de petits groupes à créer des associations, on assiste ainsi à un dangereux émiettement. Alors, attention au nombre grandissant de créations d’associations, peut-être au détriment de celles exitant déjà. (...) La force liée à la masse rend plus positif dans l’action entreprise.

12(...)

13Maurice Jacqueline La force des clubs se voit surtout lorsque ce sont des clubs omnisports. Car désormais, il faut de nombreux dirigeants et des spécialistes dans chaque domaine. Aujourd’hui, nous avons besoin de juristes, d'économistes, de comptables, de publicistes, etc... Il apparait donc qu’un bon conseil d’administration doit savoir rassembler des gens de milieux différents, compétents et spécialisés, qui pourront orienter les décisions du C.A. C’est de plus en plus un travail collectif et un changement radical sans lequel les clubs sont voués à l’insuccès.

14(...)

15Daniel Bonzoms Mais peut-être faudrait-il revenir à l’individu lui-même : il possède dans sa vie un temps qui peut se diviser en temps de travail et temps libéré. Ce temps libéré peut être utilisé pour prendre un statut de bénévole dans un club. On peut alors envisager soit qu’il prenne un rôle de bénévole dans lequel il met au service des autres une compétence professionnelle qu’il a déjà acquise, soit qu’il vienne faire dans le club quelque chose d’entièrement différent de son action dans sa vie professionnelle, et c’est tout à fait différent. Cela peut prêter à des ambiguités et des frictions.

16(...)

17Jean-Michel Martin Sur le sujet de la formation des bénévoles, un des moyens n’a pas été cité : la formation professionnelle.

18(...)

19Jean-Pierre Billat L’argent réservé à la formation professionnelle est orienté vers les professions. C’est vrai qu’il reste encore au bénévolat à y trouver une place... Peut-être les milliers d’associations de bénévoles pourraient s’organiser et cotiser, permettant par cette manne financière une formation professionnelle.

20(...)

21Geneviève Hichard Vous avez parlé dans votre exposé de congéreprésentation. Y a-t-il déjà eu un avant-projet ?

22(...)

23Jean-Pierre Billat Non. C’est une idée qui a été avancée, mais il reste tout à faire pour la concrétiser. Car si certaines personnes, à certains moments, sont mises en congé de leur contrat de travail pour exercer des responsabilités bénévoles, se pose ensuite la question de la reprise du contrat de travail, de l’indemnisation pendant le temps où ces personnes ne sont plus en fonction dans l’entreprise ou l’administration. Dans le fonctionnariat, car il existe des bénévoles qui consacrent beaucoup de temps au bénévolat, c’est une véritable mise à disposition par l’Etat de fonctionnaires qui est faite. C’est donc une idée qu’il faut bâtir plus généralement. (...)

24(...)

25Robert Denel La question est : quel avenir pour le bénévole ? On pense qu’il n’a d’avenir que s’il est formé. Se pose alors un problème : le bénévole doit-il être quelqu’un qui doit être formé et compétent pour remplir des tâches professionnelles, ou quelqu’un qui doit savoir travailler avec des professionnels ? La réponse à cette question permettrait d’y voir plus clair. A mon avis, le bénévole est quelqu’un qui adhère à un projet, et pour prendre des décisions, il faut certes qu’il soit formé ; mais formé à travailler avec des professionnels, formé à trouver des ressources pour cela. Or la formation qui existe me choque : on veut tout faire apprendre au bénévole ! Mais un bon dirigeant d’entreprise est quelqu’un qui sait s’entourer, non celui qui fait tout. Alors que dans sa formation actuelle, on veut faire du bénévole à la fois un comptable, un juriste, etc... Certains bénévoles sont même choisis en raison de leur compétence professionnelle, alors qu’ils devraient d’abord être acceptés parce qu’ils adhèrent à un projet ; ensuite, peut-être peuvent-ils apporter une compétence particulière du fait du caractère de leur profession. L’important est de savoir quel type de formation doit être suivie et la raison pour laquelle l’individu est bénévole.

26(...)

27Jean-Pierre Billat Je réponds personnellement : il faut avoir des bénévoles qui sachent travailler avec des professionnels. Mais le bénévole doit quand même être un “bon généraliste” pour lui donner ainsi l’esprit d’entreprise au bon sens du terme, afin qu’il puisse rassembler des forces vives autour d’un projet. Il aura recours au spécialiste fiscal ou social par consultation, pour tenter de trouver des solutions préventives aux problèmes pouvant se poser au club.

28(...)

29Gérard Enault (...) Si l’on veut véritablement faire avancer le sport, chacun, à son niveau, doit cesser de se pencher sur des compromis et définir plutôt des projets réels, pour son sport ou son club. Ce n’est qu’à partir du moment où ces projets seront clairement définis qu’il pourra alors s’entourer des personnes, bénévoles ou permanents, pour faire aboutir le projet. Je ne crois pas que la solution soit dans une formation technique du bénévole, ce serait à mon sens aller dans le but contraire à celui recherché.

30(...)

31Colette Andrusyszyn L’autre partie de notre interrogation était : quelle place pour le professionnel ? Mais quels moyens ont les clubs et les associations pour payer des professionnels ? Quels financements sont envisageables ? C’est prioritaire pour les bénévoles s’ils souhaitent professionnaliser leur entourage. (...) Enfin, de quels types de professionnels les associations ont-elles besoin ? Et est-ce en fonction des besoins des clubs que la formation de professionnels est faite ?

32(...)

33Jean-Pierre Billat Une vaste enquête est en cours pour connaître les besoins à couvrir. Nous aurons en fin d’année les résultats de cette étude ; nous saurons ainsi si les gens mis sur le marché, titulaires des brevets d’Etat, répondent à ces besoins, et quelles modifications il convient d'apporter aux formations.

34Au sujet du financement, vu le budget de Jeunesse et Sports, le mouvement sportif bénévole ne peut tout attendre de l’Etat, il lui faut trouver une part de financements privés.

35(...)

36Ernest Gibert Y a-t-il donc un avenir pour le bénévole avec le professionnel ? Antinomie ou complémentarité ? Il ne faut pas confondre étymologie et sémantique. Si l’étymologie ne bouge pas, le sens des mots change. Cette évolution s’applique surtout au sens du mot bénévole. Parce qu’aujourd’hui, nous ne savons pas vraiment ce qu’est le bénévole. Quelle est sa vraie conception ? De plus en plus confuse. Avec le temps, cette catégorie de bénévole s’étend et devient hétérogène. Nous devons, une fois pour toutes, nous mettre d’accord sur le même sens à attribuer au mot. Et il faudra alors savoir ce que nous voulons en faire, ce qu’il peut faire.

37La formation n’est pas non plus la même selon que le bénévole doive prendre des décisions ou qu’il les applique. Alors, oui, il faut une politique de formation, mais surtout il faut savoir à qui elle s’adresse, pour quoi faire, et dans quel horizon ?

38(...)

39André Augé Ainsi, le bénévolat est-il en danger. Des menaces pèsent sur l’avenir du sport et sur le bénévole, car s’il n’existe plus de bénévoles, il n’y a plus de sport. Menaces également sur la valeur éducative du sport, pour laquelle le bénévole est motivé. Enfin, quel rôle pour celui-ci ? Doit-il se consacrer aux tâches mineures, au sein d’une structure très spécialisée ? Quelle doit-être sa compétence ? D’abord, il doit être formé, un consensus s’est dégagé dans ce domaine. Mais formé à quoi ? A une compétence technique qui lui permettra d’intervenir dans n’importe quel secteur, ou doit-il être amené à travailler avec des professionnels et formé pour cela ? La seconde solution semble être la meilleure.

40Ensuite, le problème de temps : résolu par des congés de représentation ou de formation ? Problème également d’argent : indemnisation ou déduction du revenu imposable des frais engagés par le bénévole, valorisation du travail gratuit, autorisations d’absence par les entreprises ? Il y aura des difficultés d’application... Le fonds du problème est évidemment d’avoir ce temps et cet argent.

41En outre, la conception du bénévolat est extrêmement diffuse. Il faut définir exactement quel sens se cache derrière le mot bénévole.

42Enfin, la formation : à qui, pourquoi, en vue de quel avenir ? Il apparait que c’est une solution qui doit être apportée à la fois par l’Etat et par le mouvement sportif.

Notes

1 La formule des débats permet de mieux restituer l’ambiance des échanges autant que l’effort déployé pour conduire une véritable réflexion collective. Les propos conservent évidemment le style de l’oral. Les coupes, notées (...), correspondent à des problèmes techniques d’enregistrement (interventions et passages inaudibles) ou, plus rarement, à des redites.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.