Version classiqueVersion mobile

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Quel avenir pour le bénévole, quelle place pour le professionnel ?

Bénévolat et médecine sportive

Jean-François Pinault

Texte intégral

1Le danger d’un club sportif est d’oublier qu’il ne possède pas que des dirigeants mais aussi des sportifs de base. Le fait même que le club sportif existe est que ces sportifs de base exercent le sport. Et nous, dirigeants, bénévoles ou professionnels, ne sommes que l’émanation des sportifs dans le club.

2C’est à partir de cette constatation que nous nous sommes posés la question avec mes amis de la commission médicale du Nice Université Club : que faut-il faire ? Nous n’avons pas d’argent, il existe à Nice des structures extraordinaires pour le haut niveau, donc ce ne sera pas notre propos, nous le laisserons aux professionnels qui ne font pas partie du club. Nous nous sommes alors dit : faisons de la médecine de masse, de la prévention de masse auprès des dix-sept sections que nous possédons.

3Il est difficile de dire que nous avons un rôle de prévention. Je crois pourtant que c’est là le rôle le plus important du bénévolat dans la médecine sportive - je parle et des médecins et des para-médicaux -, nous devons faire de la prévention, nous devons faire de l'hygiène et nous devons également faire du soin. Le soin que nous pratiquons n’est pas un soin de cabinet, mais un soin à faire sur place, qui n’est que palliatif, précaire, autorisant l’évacuation vers des lieux de soins beaucoup plus adaptés. Il est hors de question pour nous, médecins, de pratiquer un acte médical, quel qu’il soit ; nous nous efforçons de le réserver à nos confrères hospitaliers. Mais je me demande si nous n’avons pas des limites, de trois ordres.

4D’abord, la possibilité du don de soi : jusqu’où peut-on donner ? De son temps, de son argent, de ses relations professionnelles ou politiques ? Ce qui nous amène à la deuxième réserve : quelles sont nos possibilités d’imagination pour mieux faire marcher un club et le plus vite possible ? Enfin, un troisième élément très important qui est la pierre d’achoppement entre certains dirigeants techniques et d’autres dirigeants techniques : l’acceptation du bénévolat. Il peut ici y avoir refus de la personne, on peut la changer. Mais il existe parfois un refus de la fonction et de la technicité. Cela est beaucoup plus grave. Un refus des idées et des initiatives, qui se passerait plutôt du côté du comité directeur, peut également se faire sentir. Ou encore une résistance psychosociale, parce que dans certains clubs on a pris de telles habitudes qu’on ne permet pas que d’autres veuillent les faire évoluer... C’est très important, car en définitive, il arrive quelquefois que le bénévolat se heurte à des obstacles tels qu’il ne ressent plus que lassitude et envie d’abandon. Combien de bénévoles ont ainsi été relégués à l’arrière-plan dans des clubs, alors qu’il suffisait peut-être de les écouter ?

5En fait, le problème du bénévole, c’est qu’il a tout à faire en très peu de temps et le mieux possible. Il faut que le bénévole soit un professionnel dans le domaine qu’il occupe dans le club, mais qu’il soit aussi plus professionnel que le professionnel lui-même. C’est un problème de temps, Jean Houël l’a bien dit, nous, bénévoles, devons en faire le maximum dans un temps minimum. Or, il est très difficile de pouvoir agir ainsi. Cet inconvénient, le professionnel ne l’a pas. Il est rémunéré, il a donc tout son temps pour faire. C’est un grand avantage, il peut poursuivre une action très longtemps ; s’il est pugnace et tenace, il peut obtenir des choses qu’un bénévole ne pourra pas avoir. Par contre, ayant tout son temps, il y a des choses qu’on voudrait voir faire plus vite et qui sont faites lentement.

6Une autre difficulté du bénévolat, c’est également le problème de 1’information. Pour exemple, depuis cinq ans que je suis médecin général du N.U.C., je peux vous dire qu’on voit encore des sportifs de base qui ne savent même pas qu’il existe une commission médicale au N.U.C. ! Nous ne sommes sûrement pas le seul club dans ce cas, et c’est dommage, car si l’action bénévole était répercutée à la base, nous aurions certainement plus de bénévoles dans le club.

7Enfin, le bénévole est, a priori et malheureusement, le plus souvent un dirigeant, alors qu’il serait plus intéressant qu’il devienne un permanent. Se poserait certes le problème du travail, de la vie familiale et autres ; c’est la raison pour laquelle je voudrais vous proposer une idée qui me tient à cœur : il existe des retraités qui recherchent du travail bénévole, pourquoi ne pas alors mettre de jeunes retraités comme permanents administratifs dans un club ?

8Ce sont quelques réflexions personnelles de base que m’a apportée l’expérience de la vie médicale dans un club sportif, je souhaite qu’elles puissent permettre d’éclairer un peu la discussion sur les problèmes touchant les dirigeants bénévoles et dont nous débattons aujourd’hui.

Auteur

Médecine sportive Nice Université Club

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search