Version classiqueVersion mobile

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Quel avenir pour le bénévole, quelle place pour le professionnel ?

Bénévole/professionnel : posons le problème

Jean Houël

Texte intégral

1La formulation de présentation du thème est intéressante : alors “posons le problème”, car c’est loin d’être inutile, à partir de cette question à deux volets : quel avenir pour le bénévole, quelle place pour le professionnel ?

2Le bénévole : serait-il menacé dans le cadre du mouvement sportif ? Lorsque Jacques Ferran posait en séance inaugurale la question “le sport est-il l’avenir du sport ?”, nous avions bien compris : les valeurs fondatrices traditionnelles du sport vont-elles toujours exister et le bénévole sera-t-il l’une des valeurs constitutives du sport dont l’avenir est menacé ? Jacques Ferran nous a d’ailleurs cité une phrase d’Hubert Beuve-Méry sur l’optimisme et le pessimisme. J’en aime bien personnellement une autre, qui est de Bernanos : “L’optimiste est un imbécile heureux, mais le pessimiste est un imbécile malheureux”. A tout prendre, quitte à ne pas savoir où est la vérité, je préfère être un imbécile heureux, qui correspond un peu à ce statut du bénévolat. Je me refuse pour ma part à être réellement pessimiste sur son avenir, car enfin, quel serait l’avenir pour une société dont l’action bénévole - bene vole, d’après l’éthymologie, c’est-à-dire “volonté bonne” - n’aurait plus sa place, où l’individu ne pourrait plus “faire le bien” volontairement, sans y être contraint par une nécessité externe à lui-même ?

3Cependant, dans le monde du sport, il est vrai que nous devons nous demander très sérieusement comment dans l’avenir va pouvoir continuer à s’exprimer ce bénévolat. Quelle forme pourra-t-il et devra-t-il prendre ? Nous en discuterons durant les débats.

4Le professionnel : excusez le truisme, c’est quelqu’un qui exerce une profession, un ensemble de savoir et de savoir-faire dont il tire ses moyens d’existence. On voit tout de suite qu’il y a alors une ambiguité : “la profession” est-elle d’abord l’exercice particulier d’un ensemble de savoir et savoir-faire, acquis plus ou moins difficilement - médecins, entraîneurs, comptables - donc le contenu, le capital technique et intellectuel ; ou bien est-elle surtout ce qui permet d’avoir des revenus pour vivre ? Le langage est ambigu à cet égard. Cela dépend de nos mentalités, de nos cultures, des valeurs personnelles encore.

5Mais attention, ne jetons pas trop vite la pierre ! La mentalité américaine, par exemple, ne dissocie pas ces deux aspects de la réussite professionnelle. D’ailleurs le bénévolat est très répandu aux U.S.A. Alors méfions-nous des raccourcis. Cela montre en tout cas l’ambiguité entre les deux termes de notre interrogation. Car il ne me semble pas qu’on s’éloigne de notre thème. Professionnalisation et bénévolat ne sont peut-être pas aussi antinomiques ou incompatibles qu’on le pense, même si c’est difficile à faire fonctionner. Mais le sens des mots est toujours important. Prenons l’exemple du médecin. Spontanément, on dira que c’est un professionnel, qui a acquis un capital de connaissance technique et de savoir-faire très particulier. Mais le médecin peut aussi exercer bénévolement sa profession, utiliser son outil.

6Si nous voulons en rester sur la seule analyse sémantique du couple de termes : bénévole/professionnel, nous risquons de tourner en rond, même s’il faut quand même retenir cette première approche du problème.

7On peut alors le prendre par un autre côté, celui du club et de son ensemble. Qu’est-ce qu’un club sportif ? C’est une personne morale constituée sous forme d’association. Le club est donc une entité, un être particulier qui a une personnalité juridique. Mais le club sportif, personne morale, ne se manifeste qu’à travers des personnes physiques, des individus qui le font vivre, qui le gèrent et l’administrent, qui assurent son existence, son fonctionnement en tant que personne juridique. Et ces personnes physiques ont elles aussi une personnalité juridique. Chacune est porteur d’un ensemble particulier de droits et d’obligations, bref d’un “statut” en tant que personne physique. La difficulté va donc être de faire vivre, se développer cette entité qui a sa personnalité, le club sportif, à travers un ensemble de personnes physiques aux statuts et aux personnalités juridiques chacune très souvent différente. C’est la première difficulté, peut-être plus facilement surmontable au début de l’histoire du sport, parce que les rôles et les statuts étaient beaucoup plus aisément interchangeables, on passait plus rapidement d’une fonction à une autre : athlète, entraîneur, dirigeant.

8Mais tout organisme qui se développe génère un phénomène inéluctable : la complexité, donc une spécialisation, une division du travail et des tâches, et les rôles deviennent de plus en plus difficilement interchangeables. Cela rend le fonctionnement global plus délicat, mais aussi plus performant.

9Pourrait-on alors identifier bénévolat et tâche facile, pas très technique ? Et de l’autre côté, travail professionnel et mise en œuvre d’un capital technique, spécialisé ? Ce n’est pas une position intellectuellement tenable : un entraîneur peut avoir le même comportement (et la même compétence) avec un statut de bénévole ou de professionnel. Ce n’est donc pas la complexité de la tâche, mais peut-être la multiplicité des rôles à l’intérieur de l’organisme qui est en cause. On sent alors qu’un autre critère va intervenir, en quelque sorte pour les séparer : le temps ! C’est un point capital, dont il faudra aussi débattre.

10On parle du club comme personne, définie par son but et son objet social. Nous connaissons la définition de l’association : “convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun de façon permanente leur connaissance ou leur activité dans un but autre que partager les bénéfices”. 11 faut donc poser le problème, non en terme de position individuelle des personnes physiques les unes par rapport aux autres, dans une sorte de multiplicité, de comparaison bilatérale isolée : entraîneur/D.T.N., entraîneur/président, médecin/entraîneur, etc... avec de surcroît sur chacun d’entre eux une étiquette” bénévole” ou “non-bénévole” - on ne pourrait alors pas s’en sortir, ce serait une impasse-, mais plutôt en terme de position de chacun, œuvrant au sein du club, par rapport aux buts, aux finalités, à l’objet social de la personne morale qu’est le club, ce pourquoi il existe. Quelle finalité ? La loi de 1901 dit ce qu’elle ne doit pas être : un partage des bénéfices entre les associés. La finalité positive, quant à elle, se trouve dans les statuts. C’est la seule référence qui puisse situer le rôle de chacun des acteurs, de donner une exacte signification à ces tâches.

11Après tout, d’autres entités, d’autres groupes sociaux, humains existent, où doivent cohabiter des gens qui ont des rôles et des statuts différents. Je peux en citer deux, fondamentaux dans la société : la famille et l’entreprise. Il ne faut donc pas s’effrayer qu’il soit difficile de faire cohabiter au sein d’une même personne morale des gens aux statuts différents. Cela est très fréquent. Il faut alors que chacun des acteurs puisse se situer dans la finalité de “l’entreprise” club de sport. Donc, développer un sentiment d’appartenance à une finalité commune, et ce sentiment sera alors source de motivation dans les tâches de chacun, quelles que soient ces tâches et la façon dont elles sont effectuées.

12J’en terminerai là : qui se sent partie prenante de la finalité du club sportif ? Tout le monde ? Une partie ? Seulement les “bénévoles” ? Jamais les “rémunérés” ? Je crois que chacun peut et/ou doit participer à la finalité, et c’est à partir de cet axe de réflexion qu’il faut essayer - car je n’ai fait ici que poser la question - de répondre à cette interrogation : quel avenir pour le bénévole, quelle place pour le professionnel ?

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search