Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Séance inaugurale

Allocution

René Blanchet

Texte intégral

1Un recteur, aujourd’hui, ne saurait rester indifférent à vos travaux, non pas seulement parce qu’il est universitaire, Chancelier des Universités, mais, simplement, parce que le sport occupe dans l’Education Nationale une place privilégiée puisqu’il concerne pratiquement tous les élèves, quel que soit leur niveau. L’Association sportive dans les établissements est d’autre part une réalité vivante où, à une autre échelle, sans doute, se retrouvent quelques-uns des problèmes qui vous préoccupent.

2“La Société des Loisirs”, “La gestion des loisirs” annoncées par Dumazedier il y a plus de vingt ans, prend corps, générant la nécessité de nouvelles structures.

3Horaires de travaux mobiles, cinquième semaine de congé, développement des crèches et des écoles maternelles, temps partiel... autorisent plus de disponibilité de la part des adultes. Celle-ci est utilisée par nombre d’entre eux pour s’adonner aux plaisirs sportifs et culturels, soit en tant que pratiquant, soit en tant qu’entraîneur, soit encore en tant que dirigeant.

4L’école, quant à elle, prépare plus et mieux qu’auparavant les enfants à cette vie associative, en développant, dès le plus jeune âge, par le biais des aménagements de rythme de vie de l’enfant, leurs goûts de pratique polyvalente. Plus tard, en collège et au lycée, l’enseignement de l’E.P.S. et l’U.N.S.S. leur apprendront à organiser et à gérer la vie de groupe et à se responsabiliser. Ainsi l’association sportive initie-telle les scolaires aux “arcanes” des conseils d’administration et bureaux directeurs, comme elle les initie aux fonctions d’arbitre et de juge par la multiplication de stages de formation.

5Les examens d’E.P.S., quant à eux, intègrent les dimensions “Connaissances et Investissement” dans les notes finales.

6C’est pourquoi, au-delà de l’intérêt immédiat et concret que l’on peut porter à nombre de thèmes de réflexion proposés par ce colloque, F un d’entre eux attire tout naturellement et tout particulièrement notre attention : c’est celui du projet éducatif commun.

7Il y a en effet quelque chose d’inattendu dans cette question à laquelle vous allez consacrer votre journée de jeudi : “Quel projet éducatif commun à tous ?”, tous, c’est-à-dire les hommes et les femmes des clubs sportifs, dirigeants, techniciens, personnels médicaux, athlètes.

8Naïvement, peut-être, je m’imaginais que l’objectif premier du club sportif, des hommes qui s’y rassemblent et qui l’animent, c’était la performance ou la réussite dans la compétition. Au-delà du résultat proprement dit, votre visée serait donc aussi peut-être même d’abord éducative, et vous comprendrez qu’un responsable de l’éducation ne peut se désintéresser des réflexions qui seront développées ce jour-là.

9Comment amener en effet des gens issus de milieux et de formations différentes, aux motivations diverses et parfois contradictoires, pas, peu ou totalement rémunérés pour leurs travaux nombreux en clubs de niveau local ou national, à œuvrer ensemble, dans un cadre et pour des orientations répondant à l’essentiel de leurs attentes ?

Comment faire coopérer le Bénévole et le Professionnel ?
le Dirigeant et le Technicien ?
le Permanent et l’Elu ?
l’Entraîneur du club amateur de sixième série
et celui de l’équipe professionnelle ?
Comment défendre les droits de chacun juridiquement ?

10Autant de questions qui font l’objet du colloque. Bénévole, professionnel, dirigeant, technicien, permanent, élu, enseignants, parents, journalistes. Quels que soient les niveaux et qualités d’intervention, ou les fonctions, tous font partie intégrante de ce qu’on appelle “la Communauté éducative” !

11A ce titre, ils doivent repenser leurs problèmes en fonction, non pas de leur qualité, mais en fonction de la qualité de l’enfant, de l’athlète, du joueur, du groupe qui leur sont confiés, qui eux, ne peuvent être découpés dans le moment ou dans le temps. Il convient alors de rechercher, à travers le projet éducatif commun, le rôle et la responsabilité de chacun, à tous les niveaux du cursus, et de saisir les rapports de complémentarité, de continuité, et bien sûr, de cohérence qui tient entre elles les “interventions pratiquées” sur l’athlète, depuis son enfance jusqu’à l’âge adulte et son épanouissement.

12Quels objectifs éducatifs nous proposons-nous d’atteindre à travers ce projet et quels moyens sommes-nous assurés de pouvoir mettre en place propres à satisfaire les exigences de ce projet ? L’école, l’université, les clubs peuvent-ils et veulent-ils y contribuer ?

13Il faut éduquer les jeunes à la vie associative et aux rôles sociaux. Il faut amener le pratiquant à se prendre en charge et l’amener à s’accomplir dans la prise en charge des autres.

14Mais il convient aussi d’admettre que le niveau qualitatif de l’intervention requiert certaines compétences peu communes, comme il convient d’admettre que le “travail dans l’ombre” avec le “tout venant” requiert pas mal de disponibilité, de dévouement, et donc de considération.

15Il convient de dire que l’entraîneur technicien ne peut suffire à tout, mais aussi que le dirigeant très actif ne saurait se substituer à l’entraîneur.

16Enfin il faut quand même, à regret, déplorer les excès du mercantilisme, de l’exploit à tout prix, qui sollicitent pratiquants et dirigeants.

17C’est pourquoi, avant de définir ce projet commun, peut-être serait-il nécessaire de définir une éthique de la vie associative, une sorte de déclaration des droits et devoirs du sportif et dirigeant, sorte de charte collective qui deviendrait l’essence commune à toute fédération d’une éducation sportive scolaire, périscolaire ou extra-scolaire.

18Sur ce point déjà, il ne saurait y avoir divergences !

19Après, en fonction des objectifs fixés pour chacun et par chacun, il conviendra de mettre en place des structures qui seront à même de faire fonctionner le système à tous les niveaux, ce système s’alimentant toujours des convergences et s’enrichissant des différences des parties prenantes.

20N’est-ce point là la source du progrès et de l’évolution, mais aussi la condition sine qua non d’une harmonisation des interventions utilisant le plus efficacement la qualité et la quantité des forces déployées jusqu’à présent pour la promotion du sport, mais aussi surtout de nos enfants ?

Auteur

Recteur de l’Académie de Nice et Chancelier des Universités, représentant le Ministre de l'Education Nationale et le Secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.