Desktop versionMobile version

Les hommes du club, dirigeants et techniciens

 | 
Jean-Paul Callède

Séance inaugurale

Conférence introductive

Jacques Ferran

Full text

1Parmi les multiples raisons que j’ai d’éprouver du bonheur à me trouver ici parmi vous, je voudrais en dégager trois qui reposent sur l’amitié, sur l’environnement et sur l’espérance :

2L'amitié que je ressens pour les hommes rassemblés en ce lieu – tels que Henri Courtine, notre hôte, Ernest Gibert, Jacques Marchand, Fernand Sastre, Marc Jacqueline, Richard Conte – et pour ceux qui y sont en quelque sorte par médiation – Pierre Rostini et Georges Bertellotti – est à mes yeux la garantie d’un travail non seulement agréable, mais fructueux. Car rien n’est pire pour avancer dans une entreprise qu’un climat de défiance ou d’hostilité.

3– Et quel meilleur environnement trouver pour cette complicité dans le travail que cette Côte d’Azur où le combat pour une certaine idée du sport semble avoir décidément découvert sa terre de prédilection. C’est tout près d’ici que je suis venu, il n’y a pas si longtemps, invité en même temps par l’Université de Nice et le club professionnel de football de l'AS Cannes qui désiraient faire la démonstration que rien d’irréductible ne les séparait. Et le soir, au stade de La Bocca, je m’émerveillais de voir des élèves de l’UEREPS de Nice utiliser un instrument de mesure qu’ils avaient mis au point et qui permettait de désigner, parmi ces 22 acteurs d’un match de football, celui qui avait incarné le plus parfaitement l’esprit du sport. Et je me rappelle encore de quel air étonné, mais attentif, un jeune joueur de Saint-Etienne, qui pensait n’avoir fait que son devoir, avait appris dans les vestiaires, de quel trophée insolite et probablement sans lendemain il était bénéficiaire.

4C’est à peine un peu plus loin à Nice que le club de supporteurs de l’OGC Nice nous a récemment prié, Fernand Sastre et moi, de venir réfléchir avec lui sur le meilleur moyen de lutter contre le fanatisme dans les stades. C’est le journal de cette région, Nice-Matin, qui vient d’obtenir de l’UNESCO un des trophées internationaux du Fair Play destinés à récompenser l’organe de presse qui s’est montré le plus coopératif en matière de lutte contre la violence dans le sport. Et vous n’ignorez pas sans doute qu’un peu plus loin encore réside, sous la haute bienveillance du Prince Rainier de Monaco, le siège de notre Association Internationale.

5Allez prétendre maintenant que c’est par hasard que les travaux de votre Université d’Eté ont trouvé sur cette Côte leur point d’ancrage !

6– La raison la plus profonde cependant que j’ai d’attendre du bonheur de ces journées, c’est l'ambition que vous manifestez en vous retrouvant ici, que nous manifestons, devrai-je dire, puisque l’Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France à laquelle m’attachent des liens indéfectibles s’y trouve également impliquée.

7Cette ambition, affirmée à voix haute et intelligible aussi bien au cours des sessions précédentes et notamment ici même en 1988 que lors de l’Assemblée Générale de l’Union Nationale des Clubs Universitaires le 10 Décembre dernier, en quoi consiste-t-elle ?

8A faire de l’Université d’Eté un lieu privilégié de réflexion, de proposition et éventuellement d’action en ce qui concerne l’évolution du phénomène sportif et son avenir. Cette mission que vous vous êtes fixée, non seulement vous en avez – comme le prouvent tous les documents que j’ai pu consulter – une conscience “aigue”, mais elle vous a été en quelque sorte reconnue par le mouvement sportif lui-même, ainsi qu’en témoigne l’intervention du Président Nelson Paillou au cours de votre dernière Assemblée. C’est au point que ce rôle que se sont attribués les clubs universitaires peut apparaître non pas comme une déviation accessoire et ponctuelle de leur rôle premier, qui est de donner au sport universitaire la place qui lui revient, mais comme une besogne fondamentale et qui pourrait en quelque sorte, et comme par la bande, ressourcer votre mouvement.

9Pourquoi cette mission est-elle à mes yeux si capitale ? Parce que ce que je retiens de plus clair de quarante années d’observation du sport dans notre pays, c’est le divorce patent, et que je suis parfois tenté de considérer comme irrémédiable, entre la pratique sportive, l’institution sportive, le phénomène sportif d’un côté et de l’autre la réflexion, l’analyse, l’éducation, la recherche. Non seulement l’indifférence ou le mépris à l’égard du sport ne se sont jamais mieux portés dans les sphères intellectuelles ou enseignantes de notre pays. Non seulement le souhait public d’André Malraux (“qu’il y ait plus de monde dans les musées et moins de monde dans les stades”) semble avoir été entendu et avalisé par ses successeurs. Non seulement le sport civil et le sport scolaire continuent à s’ignorer ou à se maudire. Non seulement la plupart des médias persistent à ne percevoir et à ne rendre compte du sport que sous l’angle de l’exploit, de la vedette ou du scandale. Mais parmi les éducateurs sportifs eux-mêmes subsiste de la méfiance, voire de l’agressivité à l’égard des réalités sportives d’aujourd’hui. Non seulement aucune pénétration intime du sport par l’intelligence ne s’est réalisée depuis un siècle, malgré les promesses de Coubertin, mais il est des sportifs de plus en plus nombreux que certaines colorations du sport moderne – ceux qui découlent notamment de la compétition et de l’argent – effrayent et découragent. Il en est ici même aujourd’hui, j’en suis sûr. De sorte que l’incompréhension demeure ; que le fossé se creuse. Et que s’affiche l'incapacité de la pensée française à assumer le phénomène sportif dans toute son ampleur.

10Or, vous êtes des universitaires et vous prétendez vous y essayer. Vous prétendez remuer des idées et des concepts, et vous intéresser tout de même au sport. Comme s’il était justiciable de votre analyse. Comme si vous le revendiquiez. Et loin de le tenir pour une entité purement abstraite qui ne soit qu’un prétexte à philosopher, vous tentez de jeter enfin des passerelles en direction du sport réel, du sport tel qu’il est. Lorsque se mêlent à vos travaux Daniel Herrero ou Jean-Marie Piette, c’est au cœur du sport vivant, du sport nu et du sport-problème que vous plongez. Oser regarder le sport en face et, sans le condamner ni le béatifier, l’observer avec méthode et rigueur, examiner ses orientations, ses perversions et ses fêtes avec la passion du chercheur et non pas celle du supporteur, établir un pont entre ce phénomène aveuglant et inconnu et le savoir, tenter de déboucher enfin sur des propositions concrètes qui permettent de sauvegarder du sport ce que nous persistons à aimer en lui, quel programme et quelle ambition !

11Vous remarquerez cependant que ce que j’applaudis si fort ici, ce ne sont point encore les résultats de votre entreprise, mais seulement ses intentions. J’ai connu trop d’initiatives d’un type similaire tourner en rond et s’essoufler faute d’obstination, de hauteur de vue et de véritable exigence. Etes-vous sûrs que le thème choisi pour cette année permette de franchir un palier décisif par rapport au thème de 1988 ? Etes-vous sûrs que participeront à vos travaux les hommes susceptibles de leur apporter l’approfondissement nécessaire ? Comment aller plus loin ? Comment répondre à ce besoin immense ? Tel pourrait être un sujet capital de réflexion. Je me permettrai de vous livrer, à la fin de mon exposé, une suggestion à ce sujet.

12Les quelques idées que je me propose de développer maintenant devant vous ne vont pas à première vue répondre aux préoccupations qui ont été les vôtres en choisissant le thème de cette université. Je n’ai pas en effet pris le parti de nourrir directement par avance le débat sur : le dirigeant bénévole ou professionnel, permanent ou élu, gestionnaire ou technicien ; mais de poser devant vous la question-clé qui me semble devoir être celle du sport de F An 2000. Cette question, j’aimerais, avec quelque provocation, la poser en me référant à celle sur laquelle s’achevaient vos débats de l’an dernier. Vous vous demandiez en effet si le club était encore l'avenir du sport. Autrement dit si les structures qui ont permis durant un siècle au sport de s’installer et de proliférer étaient encore d’actualité. Et s’il n’était pas opportun de songer d’ores et déjà à d’autres formules. Peut-être même à d’autres valeurs.

13Ma question à moi sera donc la suivante : le sport est-il encore l'avenir du sport ?

14Pour caractériser l’état d’incertitude et souvent même de désarroi, où il m’apparaît que se trouve l’institution sportive aujourd’hui, jouons, si vous le voulez bien, à chercher ce qui subsiste de ses prétentions et de ses affirmations anciennes. On comprendra mieux du même coup à quel point l’édifice sportif tremble sur ses bases et recherche désespérement sur quelle conception solide et sur quelles structures neuves s’appuyer.

15Indépendance, désintéressement, bienfaits en tout genre : telles étaient les idées-force sur lesquelles il plaisait au sport, il n’y a pas si longtemps, de se fonder.

16Indépendance. Dieu sait si le mouvement sportif, qu’il s’agisse des clubs, des fédérations nationales et, sur le plan international, du CIO et des fédérations internationales, ont pendant longtemps revendiqué et tenu pour cruciale cette indépendance. Le sport seul, le sport autonome, libre de se gérer à sa guise sans soumission au politique ni à la politique. Cette conception avait beau recouvrir pas mal d’hypocrisie, elle était cultivée soigneusement, amoureusement, comme un indice indispensable d’efficacité. Du moins dans nos démocraties occidentales. Elle s’est peu à peu transformée en fiction pure et simple et vous remarquerez qu’elle ne figure même plus dans les revendications du parti communiste ni dans les discours de fin de banquet. L’histoire de ces trente années est celle d’une intervention de plus en plus pressante de l’Etat, mais aussi des collectivités territoriales, dans le financement, et même dans le fonctionnement et la gestion du sport. Je n’ai pas besoin d’insister sur les détails, mais il me semble que tout se passe comme si le phénomène sportif, avec toutes les implications éducatives, sociales, économiques, médiatiques, relationnelles, représentatives, sécuritaires, diplomatiques, etc, était devenu trop important pour être laissé aux clubs, aux fédérations, aux dirigeants. Et lorsque il y a quelques mois, notre Secrétaire d’Etat aux Sports a estimé que le football français, victime de la faiblesse de ses dirigeants pourtant régulièrement élus, courait à sa dégénérescence, il a appelé autoritairement d’autres dirigeants chargés, sous son contrôle, de remettre les choses en place. Or, qu’avons-nous vu ? L’opinion s’indigner et le mouvement sportif hurler à l’indépendance bafouée ? Pas du tout. On a vu le Comité Olympique et Sportif se féliciter publiquement de cette ingérence. On a vu le président de la Fédération et celui de la Ligue Professionnelle courber l’échine et accepter comme une médecine salutaire cette main mise d’une autorité supérieure. C’est finalement au nom des intérêts bien compris du football lui-même que la mise en échec de ses responsables a été réalisée. Entre le respect de l’autorité fédérale et le bien du premier sport français, on a préféré – et l’on peut ajouter à juste titre – donner le coup de pied de l’âne au mythe de l’indépendance. Mais du coup l’extrême vulnérabilité des structures fédérales actuelles est apparue en pleine lumière. Et la question : à qui appartient le sport aujourd’hui ?, est devenue, reconnaissez-le, d’une brillante actualité.

17Désintéressement. Il y a moins de vingt ans, après les Jeux de Munich, Guy Drut, champion olympique, était radié à vie pour avoir simplement reconnu qu’il avait touché un peu d’argent. Aujourd’hui, les étoiles de l’athlétisme renoncent d’elles-mêmes à disputer le championnat national afin de monnayer plus avantageusement leur participation à un célèbre meeting international organisé par une société privée à l’aide de sponsors et de télévision. Il y a moins de dix ans, l’ensemble du sport français, professionnalisme compris, reposait sur le régime de l’association sans but lucratif. Aujourd’hui, les clubs de football et de basket à section professionnelle peuvent choisir de se transformer en Sociétés d’Economie Mixte, de plus en plus étroitement soumises aux municipalités, ou Sociétés à Objet Sportif, qui ne dissimulent plus leur objectif commercial. Comment cette infiltration de l’argent à tous les niveaux du sport ne le transformerait-il pas peu à peu ? N’a-t-on pas pu dire avec quelque apparence de vérité que l’homme fort du football français, celui qui, parce qu’il lui procurait d’énormes ressources, disposait de pouvoirs plus étendus que ses dirigeants, était un publicitaire de grand renom que je n’ai pas besoin de vous citer ? Et quand on félicite à juste titre un président de fédération comme Philippe Chatrier de maintenir “son” Roland-Garros à l’abri de l’appétit des commerçants, oublie-t-on que, sur le plan international, il a dû abandonner la grande majorité des tournois de tennis au syndicat des joueurs professionnels qui s’est empressé de les céder à Mc Cormack. Ce même Mc Cormack dont l’ombre purement vénale se profile à Albertville derrière la figure sans tache de Jean-Claude Killy. Je répète donc ma question : à qui appartient le sport aujourd’hui ? Au monde des affaires ou à la collectivité nationale ? Aux enfants ou aux marchands ? Et quand René Moustard, président de la FSGT, se demande dans un document récent si “le modèle sportif humaniste construit à partir de l’articulation entre sport éducatif et sport associatif n’est pas en train de céder la place à un modèle construit à partir de la logique commercialisation-production de l’argent”, qui pourrait se moquer de son inquiétude ? Voilà un homme en tout cas susceptible d’enrichir nos débats.

18Quant aux valeurs et aux bienfaits du sport, si ces notions résistent mieux à la vague déferlante qui menace tout l’édifice, c’est sans doute parce que le grand rêve intérieur que nous portons en nous et cet amour inaltérable que nous persistons à vouer à la magie sportive nous empêchent de regarder en face ce qu’elle est trop souvent devenue. Le sport-santé, le sport-hygiène ? Parlez en aux dopés en tout genre. A ceux que l’hyper-compétition rend infirme. Aux parents de certains enfants champions. Le sport-fraternité, le sport-fête ? Allez en discuter avec les spectateurs du Heysel ou de Sheffield, mais aussi du Parc des Princes, de Marseille, de Bastia certains soirs. Le sport-harmonie, le sport-loyauté ? Discutez-en avec les arbitres insultés ou molestés. Ecoutez ces dirigeants qui s’insultent, ces entraîneurs qui se battent, ces joueurs qui se haïssent. Si bien que, devant ce tableau dont je reconnais que je l’ai volontairement noirci, les contempteurs du sport, ceux qui ont décidé qu’il était fatalement, par essence pourrait-on dire, porteur de violence et de déséquilibre, n’ont pas à se forcer pour condamner pêle-mêle la compétition sportive, le spectacle sportif, l’institution sportive et tout leur attirail. “A bas le sport cannibale”, s’écriait récemment dans le Nouvel Observateur un des analystes les plus lucides de notre vie politique et sociale, Jacques Julliard. Encore un dont l’argumentation ici nous serait précieuse.

19Le sport ainsi ballotté et trop souvent défiguré, le sport qu’on pourrait dire dépossédé de lui-même, porte-t-il en germe sa propre destruction ? A peine vieux d’un siècle est-il condamné soit à mourir, soit à se transformer en autre chose qui équivaudrait, pour ceux qui ont cru en ses valeurs, à une espèce de mort ?

20L’impuissance du pouvoir sportif à maîtriser son évolution en canalisant ses débordements est-elle annonciatrice d’une ère nouvelle qui verra le phénomène sportif ne plus dépendre, comme le théatre par exemple, que des pouvoirs publics ou du secteur privé ?

21Le sport de haut niveau, obligatoirement professionnalisé, va-t-il comme un fruit trop mûr se détacher du sport de masse et, comme aux Etats-Unis, être géré par de véritables entreprises ayant comme seule divinité le profit ? Mais n’est-il pas à cet égard significatif que ce sport hyper-commercialisé fasse, en ce qui concerne la tenue, la régularité et même l’enthousiasme, figure de référence par rapport au laxisme et aux excès de nos propres compétitions ? Le Tour de France et les grandes épreuves de cyclisme souffrent-ils dans leur exigence sportive de n’être pas organisés par une fédération ? Mais ne constate-t-on pas à l’autre extrémité à quelles regrettables combinaisons donne lieu un sport comme la boxe presque entièrement débarrassé de la tutelle fédérale ?

22Faut-il donc, pour que le sport retrouve son âme et sa crédibilité, maintenir et renforcer coûte que coûte le pouvoir fédéral et celui du mouvement associatif ; ou faut-il qu’ils s’écroulent définitivement ? Comment par ailleurs rendre compte de cette perte d’autorité de l’institution sportive ? Est-elle victime des coups injustifiés que lui portent, par méfiance ou par intérêt, le secteur public et les puissances économiques ? Ou périt-elle parce qu’elle n’a pas su s’adapter à notre temps, apprendre les nouvelles règles du jeu, rajeunir en un mot et se démocratiser ? Questions capitales, vous en conviendrez.

23Mais par delà ces problèmes de structure, on n’échappera pas à la question de savoir si, au cours de cet ébranlement considérable, n’est pas également remise en question la notion même, à laquelle nous nous accrochons comme à une bouée, d’un sport à valeur culturelle, éducative et humaniste et si, comme se l’est demandé Jean-Paul Callède, le concept “d’esprit sportif’ a encore un sens aujourd’hui.

24Si j’avais le sentiment de ne marcher au milieu du sport que comme à travers des décombres, si je pensais qu’était en train de s’évanouir tout ce qui nous avait permis de croire au sport et de 1’aimer, si le pessimisme destructeur que certains reprocheront à mes propos devait avoir le dernier mot, je ne serais pas aujourd’hui parmi vous. Mais vous connaissez peut-être le mot de Gramsci, cité récemment après la disparition du maître-journaliste que fut Hubert Beuve-Méry, selon lequel il convient de professer un “pessimisme de l’intelligence et un optimisme de la volonté”.

25Le tort que nous aurions assurément, lorsque nous constatons l’inquiétant délabrement du phénomène sportif, ce serait d’associer nécessairement le sport à ce qui apparaissait hier comme fondamental pour sa survie : l’indépendance, le désintéressement et la vertu. L’effort difficile que nous avons à tenter c’est de l’abstraire de ces notions et d’imaginer que ce qui est en train de sombrer, ce sont sans doute des structures sclérosées, des idées préconçues sur l’argent, une idéologie trop satisfaite d’elle-même et pour tout dire les oripeaux dont s’était revêtu le sport plutôt que le sport lui-même.

26Seulement lorsque, suivant la méthode cartésienne, nous aurons fait table rase de tout ce qui nous semblait jusqu’ici consubstantiel au sport et qui est en train de s’effondrer, il nous faudra bien essayer de définir dans quelle voie désormais devront s’engager l’idée et la pratique sportives. Et dire à quelles conditions devra demain répondre le sport s'il prétend encore pouvoir être appelé sport.

27C’est finalement sur le thème de cette vaste reconstruction que je rêverais de voir se pencher ardemment et avec optimisme notre université.

28Peut-être pour terminer pourrais-je vous donner connaissance d’un paragraphe que j’ai récemment rédigé à l’intention de notre Secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports pour l’aider à justifier la création en France d’un Comité National d’Ethique du Sport destiné à “rechercher et à proposer toutes les mesures susceptibles de protéger l’image et la pratique du sport”.

29“Le sport (ai-je écrit) apparaît comme une activité humaine qui, moins qu’une autre, peut se passer d’impératifs moraux. On pourrait même dire de lui que son éthique lui est consubstantielle ou encore qu’il est moral par définition ou par essence. Ici, il ne suffit pas de punir ou de réprimer, il faut apprendre à respecter, car si le sport est compétition, affrontement, bataille, il est compétition codifiée, affrontement symbolique, bataille ritualisée. La rivalité sportive est soumise à des règles précises, écrites, mais aussi non écrites, selon lesquelles l’adversaire est aussi un partenaire, l’arbitre un collaborateur respecté. La victoire ne peut être obtenue à n’importe quel prix et la défaite n’entraîne aucune déchéance. C’est cette “vision” du sport – et elle seule – qui lui confère une valeur éducative et culturelle qui, sans elle, n’existerait pas. Un sport sans morale est condamné à n’être plus du sport, du moins au sens où nous l’entendons et où nous tenons à lui. Affirmer cela, énoncer les conditions auxquelles doit répondre le sport pour demeurer du sport, ce n’est pas tenir un discours naïf et angélique, mais réaliste. Car seule cette conception peut permettre au sport de rester fidèle à lui-même et d’interrompre un processus, déjà entamé, d’autodestruction”.

30Le sport, si vous m’avez suivi jusque là, pourrait donc à mes yeux se passer d’autonomie, de désintéressement et d’exemplarité, mais il ne saurait, sans se transformer en autre chose qu’on pourrait par exemple appeler Jeux du Cirque, trahir sa fondamentale et incontournable essence morale.

31L’éthique sportive, me semble-t-il, c’est l’ultime refuge où se tiennent encore ceux qui refusent de voir s’écrouler tout ce en quoi ils croyaient. Mais c’est aussi le point de départ (notre “cogito” à nous) d’une totale reconstruction : de l’institution sportive, de son fonctionnement, de sa représentativité, de son efficacité et de ses relations avec les pouvoirs publics, avec le secteur privé, avec les pratiquants.

32N’y a-t-il pas là, pour notre Université d’Eté et pour tout ce qu’elle charrie d’ambition et de possibilités, un immense et passionnant champ d’expérience ? A condition bien sûr que se joignent à elle tous ceux qui partagent cette analyse et approuvent ce grand projet.

33Et enfin ne pensez-vous pas – et il s’agit là de la suggestion que je vous avais promise – qu’il pourrait bientôt s’avérer indispensable d’étendre cette recherche à d’autres pays d’Europe, soumis aux mêmes difficultés que les nôtres, et dont l’expérience pourrait enrichir nos propres investigations ?

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search