Version classiqueVersion mobile

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

En marge de l'université d'été

L'audience de la presse sportive

Jacques Marchand

Texte intégral

1La presse sportive épouse toutes les formes de presse, elle peut être quotidienne, hebdomadaire, mensuelle, etc, elle est écrite, radiophonique et télévisée.

2On distinguera toutefois la presse spécialisée donc exclusivement sportive, et la presse sportive intégrée à l'information, sous forme d'une rubrique sportive dans pratiquement tous les quotidiens et certains hebdomadaires, ou de bulletins et émissions sportives dans les radios et les télévisions.

3La presse sportive spécialisée dispose de plus de 70 titres. Vingt-cinq sont des journaux omnisports, dont un quotidien L'Équipe (auquel il faut ajouter Le Sport durant sa parution entre septembre 1987 et juin 1988), deux hebdomadaires : La Voix des Sports (supplément sportif de La Voix du Nord paraissant le lundi) et Midi Olympique, publié à Toulouse. Les autres "omnisports" sont le plus souvent des journaux régionaux et des revues de clubs. Parmi les journaux spécialisés par discipline, l’auto et les sports mécaniques comptent le plus de titres : environ douze, les sports de ballon : neuf, les sports nautiques : huit, le cyclisme : trois, le tennis : quatre, le ski : deux, le jogging : deux...

4Ces chiffres subissent de fréquentes fluctuations car, dans ce genre de publications, des titres nouveaux apparaissent et d'autres disparaissent à peu près chaque mois.

5La presse sportive intégrée à l'information générale complète très largement la presse spécialisée et même est plus importante par son audience, comme en témoigne une statistique de l'I.P.S.O.P. publiée en 1988 pour le compte de la P.O. (Préparation Olympique).

61) Êtes-vous lecteur d’un journal sportif ou d'une revue sportive ?

7oui : 12 %

8non : 88 %

92) Avez-vous l'habitude de lire régulièrement la rubrique sportive de votre quotidien ?

10oui : 36 %

11non : 64 %

12Les 12 % de lecteurs de presse spécialisée sont ceux de L'Équipe, de son concurrent Le Sport durant sa période de parution et de toutes les revues sportives.

13Les seuls lecteurs de L'Équipe capables de répondre affirmativement à la question posée sont de l'ordre de 500 000 entre ceux qui sont des lecteurs réguliers et ceux qui deviennent lecteurs en fonction d'un événement de grande notoriété. En effet, L'Équipe a un tirage moyen de 250 000 par jour avec des pointes de 500 000 et plus pour les points chauds de l'activité sportive. Or un journal comme L'Équipe, vendu plus de 5F le samedi et le lundi a sans doute deux à trois fois plus de lecteurs que d'acheteurs, ce qui justifie les chiffres avancés. Comme le lecteur sportif est en général un passionné, il ne se contente pas d'un journal, aussi complet que puisse être un quotidien spécialisé, donc les clientèles de tous les journaux sportifs ne s'ajoutent pas, mais se recoupent le plus souvent et son total ne peut guère dépasser 2 millions de lecteurs plus ou moins réguliers auxquels peuvent s'ajouter peut-être 1 million ou 1 500 000 de lecteurs occasionnels pour une actualité sportive exceptionnelle.

14Que représentent en comparaison les 36 % de lecteurs sportifs des quotidiens d'informations ?

15Pour un tirage quotidien en gros de 11 millions d'exemplaires, en réunissant nationaux (2 800 000), régionaux (7 000 000) et départementaux (1 200 000), total sur lequel on peut retirer au minimum 2 millions d'invendus, pour se fier à une mise en circulation quotidienne de 9 millions de quotidiens, et en supposant que chaque numéro a au moins deux lecteurs, nous pouvons poser l’équation suivante : 36 % de 18 millions = 6 480 000. Donc le sport est plus suivi à travers la presse quotidienne d’information qu'à travers la presse spécialisée, d’autant plus qu'un pourcentage appréciable de lecteurs (ou lectrices) se réfèrent à l’une et à l'autre. En plus, ces lecteurs fourniront aussi les pourcentages d’auditeurs ou de téléspectateurs qui s'intéressent à la radio et à la télévision.

16Il est à remarquer que même en évaluant à six, sept et même huit millions le nombre de lecteurs "sportifs", on n'atteint pas le nombre de licenciés du mouvement sportif qui est de l'ordre actuellement de onze millions. Faut-il en déduire que certains pratiquants de sport ne lisent jamais de commentaires sur le sport ? C'est possible et même probable.

17Pourtant la clientèle sportive n'est pas négligeable pour les éditeurs ou pour les responsables des chaînes de presse audiovisuelle. Si elle l’était, les premiers ne consacreraient pas entre 1/8 et 1/4 (le lundi) de la surface de leur journal pour la rubrique sportive et les seconds n’affecteraient pas une partie aussi importante de leur budget à des retransmissions d'événements sportifs et ne négocieraient pas, parfois à prix d'or, les exclusivités des rencontres de football, de rugby, de tennis comme le tournoi de Roland-Garros, et de cyclisme comme le Tour de France.

18Le spectacle de sport fait vendre, il attire les sponsors et les contrats publicitaires, il assure une audience qui est très sensible sur la vente des journaux (le lundi en particulier pour la P.Q.R. (Presse Quotidienne Régionale) ou au lendemain d'un événement qui a consacré la performance d'un athlète français ou d'une équipe de France dans une discipline populaire).

19Si l'on reprend la notion de 36 % de Français qui déclarent être intéressés régulièrement ou occasionnellement par l’actualité sportive et qu'on l'applique aux 35 millions de téléspectateurs et téléspectatrices, on obtient un résultat (12 600 000) encore plus flatteur que pour la presse écrite. L'AUDIMAT répond d'ailleurs de façon plus précise : le grand événement sportif permet d’atteindre une audience entre 25 et 30 %. Il faut tenir compte de la relativité et d’une certaine banalisation de la compétition sportive. Une émission consacrée à un championnat de France, à une bonne heure d'écoute, se situe entre 15 et 10 % pour le football, mais plafonne entre 8 et 4 % au mieux pour une autre discipline.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search