Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

Post-Scriptum

L'université sportive d'été et son avenir

Jean-Paul Callède

Texte intégral

1Précisons les points qui permettent de penser que l'Université Sportive d'Eté est promise à un avenir certain. Rappelons tout d'abord les principales caractéristiques de la formule actuelle avant d'esquisser quelques remarques plus générales sur les prochaines années.

2Aujourd’hui, ce colloque qu'est l’Université Sportive d'Eté justifie pleinement ses trois qualifications. Il s'agit d'abord d'une université. Lors de la séance inaugurale, Jean-Paul Schneider a souligné l'exigence intellectuelle requise pour la circonstance. Il peut être satisfait car le contrat est rempli. A cet égard, les débats qui se tiennent dans le cadre de l'Université d’Eté montrent un sérieux de l'analyse et une confrontation dialoguée des thèses, tout en nous épargnant les travers de L'académisme" formel et du rite protocolaire.

3Conjointement, c'est une université sportive. Il y a quelques années seulement, l'adjectif qui qualifie ce rassemblement aurait probablement fait sourire. Une Université sportive... Désormais, signe des temps, il est indispensable de penser le sport et de bien le penser : en termes d'administration, de gestion, de formation, de communication, de santé et d'éthique. Les échanges de notre semaine "universitaire" qui s'achève aujourd’hui n'ont fait que confirmer cette actualité du phénomène sportif. Il n'en est pas moins vrai que les gentils organisateurs ont su tirer le meilleur parti des aptitudes de chacun - et de chacune - à alterner avec bonheur plages de travail et plages balnéaires, activités intellectuelles et distractions sportives.

4Enfin, troisième caractéristique, il s'agit d'une université d'été. Peut-on évoquer à ce sujet la fameuse "trêve estivale" ponctuant les saisons sportives ? Oui, si l'on en juge par les bienfaits climatiques du Creps de Boulouris. Nous avons rebronzé nos corps et nos esprits, et probablement notre esprit de corps : celui qui anime le club universitaire. C'est également compte tenu du sens fondamental de la trêve qu'il faut comprendre certaines irrévérences ou critiques formulées à l'encontre de telle ou telle instance, voire institution sportive... En effet, la trêve estivale est bien un moment privilégié puisque l'Université Sportive d'Eté opère comme une "contre-société" analysant objectivement la "société sportive" dans son ensemble. La dernière table ronde, remarquablement animée par Ernest Gibert, illustre fort bien pareille fonction. Sans doute s'agit-il également, selon l'expression forgée par Bernard Jeu, d'une "contre-société contredite"... par les faits, avec un modèle marchand omniprésent, dominé par des critères de rentabilité commerciale pour le moins discutables. Aussi les discutons-nous, avec la plus grande rigueur possible.

5Incontestablement, l’Université Sportive d'Eté apparaît au fil des ans comme un foyer original de réflexion – et de propositions d'action – où le sport est pensé dans ses multiples dimensions : éducative, sanitaire, culturelle, économique, médiatique et sociale. Chacune d'elles est abordée pour ses incidences effectives sur les autres. Le procédé s'avère fécond. Une analyse trop spécialisée, trop exclusive aussi, risquerait au contraire de s’épuiser dans l'économisme, le sociologisme, le technologisme, le juridisme. Autant de travers disciplinaires qui transforment quelquefois les bonnes intentions en mauvaises explications... En outre, la présence active de Jacques Marchand nous rappelle, quand besoin est, aux vertus d'une communication simple pour une information précise et une formation efficace.

6La diffusion des actes, assurée avec brio par Yves Chateaureynaud, apporte depuis quelques années une confirmation supplémentaire du rôle de notre Université.

7La reconnaissance témoignée par les pouvoirs publics est désormais acquise. La crédibilité de l'Université sportive vis-à-vis des collectivités locales s'étend peu à peu. Les responsables de clubs savent qu’ils peuvent y trouver l'explicitation de bon nombre de leurs préoccupations, de leurs inquiétudes et de leurs espoirs.

8Abordons le second point annoncé. Autant par sa forme d'organisation que par la place qu'elle tient désormais au sein des institutions sportives, l'Université Sportive d'Eté a réellement un avenir. Plus encore, elle est porteuse d'avenir pour le sport dans la mesure où elle exprime la sensibilité – et la raison – des clubs, avec leur composante associative. Il serait sans doute présomptueux d'affirmer que le club puisse être à lui seul l'avenir du sport. La diversification constante des cadres et des modalités de la pratique sportive incite à une certaine modestie. Par contre, un sport sans les clubs aurait-il véritablement de l'avenir ? Rien n'est moins sûr.

9L'économie dicte actuellement sa loi et ses conditions, au point de nous laisser croire que la seule issue possible pour le développement sportif tient nécessairement à la prédominance d’un modèle marchand, voire à l'exclusive de celui-ci. Mais à quel prix ? Pour quel(s) bénéfice(s) et pour quel(s) bénéficiaire(s) ?

10Le hasard nous faisait relire récemment un numéro de la revue Economie et Humanisme, datant de mars/avril 1968, et consacré au sport. Jean Bobet, Champion du Monde Universitaire (en 1949), ancien coureur professionnel, chroniqueur sportif au journal Le Monde, s'y interroge sur la place du "sport professionnel" dans la société.

11"Les dangers du mécénat sportif sont connus. Le mécène sportif « entretient » une équipe sportive comme un autre « s'offre le luxe » d'une danseuse. Ce genre d'exploitation, parce qu'honorable et désintéressé en apparence, est le plus dangereux car il ne repose sur aucune base solide d'administration" (p. 35).

12Autre inquiétude exprimée par Jean Bobet, et que soulève le problème du dopage.

13"Le procès du dopage constituerait à lui seul un chapitre volumineux, contentons-nous ici de mentionner et de regretter que le plus célèbre des professionnels français, Jacques Anquetil, ait pris publiquement position en faveur du dopage. « Il est impossible », écrit Jacques Anquetil, « de courir 250 jours par an sans se doper ». Mais est-il indispensable de courir 250 jours par an ?" (p. 36).

14Les propos de Jean Bobet datent d'une vingtaine d'années. A l’époque, ils esquissaient avec lucidité les prémices d'un sport qui appartient maintenant à la réalité. La réflexion doit être poursuivie, à propos du sport d'aujourd'hui, pour lui-même évidemment, mais également parce qu'il prépare sans aucun doute le sport de demain. Que restera-t-il de certains "grands clubs" lorsque la baguette magique – et capricieuse – des entrepreneurs et autres capitaines d’industrie se posera sur d'autres objets que le sport ? Avec quels yeux faudra-t-il regarder les champions, hier fiers et « gonflés » à bloc, traînant désormais leur retraite prématurée dans quelque "pavillon des cancéreux" ?

15L'Université Sportive d'Eté examine, anticipe, prévient et envisage des scénarios futurs qui peuvent être d'avenir pour le sport... Certes, les différentes spécialités sportives ont une organisation spécifique, liée à l'héritage historique ou au niveau atteint par l'élite internationale. Cette diversité ne doit pas nous dispenser de formuler des interrogations fondamentales. Le financement du sport peut-il raisonnablement s'accommoder d'un désengagement massif de l’Etat ? Non. Le statut social du champion n'exige-t-il pas que soient garantis le libre arbitre et l’autonomie de l'athlète par rapport aux groupes de pression que sont les firmes commerciales et les organismes financiers ? Si. Des travaux scientifiques ont montré le pouvoir de persuasion dont jouit l'entraîneur auprès de l'athlète entraîné(e) dans le cadre du sport de haut niveau. Ne faut-il pas que sportifs et sportives disposent de repères objectifs pour discerner le "raisonnable" de l'"ambigu", le "bon conseil" du "mauvais prétexte" ? Si. Il y va de leur responsabilité. Faute de quoi, qu'en serait-il du prétendu rôle éducatif et exemplaire du sport pour les plus jeunes ? Simplement une mystification et un trompe-l’œil. Encore faudrait-il permettre au sport scolaire et universitaire de s'épanouir dans le respect de ses valeurs constitutives. Et cela suppose un Service public fort !

16Ajoutons que les clubs sportifs, ceux auxquels nous appartenons, sont susceptibles de peser dans la balance, et du bon côté. Le développement du sport, est-il besoin de le rappeler, ne passe pas exclusivement par les clubs, encore que les clubs amateurs produisent l'essentiel de l’élite sportive dans bon nombre de disciplines. Sans doute, la démultiplication abusive des clubs et des sections de club finit-elle quelquefois par desservir le sport, à son meilleur niveau de pratique comme dans son environnement local le plus favorable. Peut-être est-ce lié à ce trait de caractère bien français qui veut qu'en chacun de nous sommeille – au moins – un président d'association... Néanmoins, le club joue toujours un rôle important d’interpellation des pouvoirs publics, à l’échelon local et au niveau national, et par le canal des fédérations ou des unions.

17Complémentaire de l'Université Sportive d’Eté, la mise en place d'un Observatoire du Sport, social et prospectif, pourrait être une fenêtre ouverte au quotidien sur le monde sportif contemporain. N’en déplaise à certains, un tel Observatoire n'existe pas encore. Qui plus est, l'observation ne saurait s'exercer comme un monopole ; elle n'est tributaire que de... l’élévation du point de vue. La logique militaire du Manuel du gradé rejoint ici la sagesse des anciens : « Late patet prospectus »...

18Il nous faut maintenant conclure. L’Université Sportive d’Eté est un lieu de réflexion dont le modèle associatif fut inauguré par les clubs du Siècle des Lumières. Elle est un foyer égalitaire d’apprentissage des responsabilités et d'expression des libertés. En bref, il s'agit d'une composante non négligeable de la modernité démocratique. Autant de principes définis par la Révolution Française, dont le "programme" devait se réaliser au cours des décennies suivantes. Jusqu'au projet de constituer un Observatoire du sport qui n'est pas sans rappeler l'ambitieux dessein de la très distinguée Société des Observateurs de l’Homme, fille de la grande révolution des pensées, s'appliquant à comprendre comment l'égalité anthropologique se fonde réellement sur la diversité culturelle, sociale et ethnique.

19Mais, direz-vous, si la comparaison n'est pas trop forcée, l'Université Sportive d'Eté n'aurait-elle rien à proposer, de véritablement original, en cette année fameuse de Bicentenaire ? Ne faudrait-il pas œuvrer par exemple pour une convocation des Etats Généraux du Sport, façon 1989 ? L'avenir du sport se décide aujourd'hui.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540