Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

Conclusion

Synthèse et propositions

Didier Isabelle

Volltext

1Ainsi que je le disais, l’an dernier, lors de la séance de clôture de notre Université Sportive d'Eté, il est toujours dangereux de demander à un physicien de faire l'exposé de synthèse sur un problème social, comme celui que représente le devenir du club sportif. Mais le danger a été aggravé cette année par une phrase prononcée par notre ami Ernest Gibert dans son exposé d’ouverture. Il y comparait le club sportif à un système ouvert. Or, pour le physicien, un système ouvert est régi par les lois de la thermodynamique qui nous apprend qu'un tel système livré à lui-même, ne peut évoluer que vers le chaos. Or, ce n'est certainement pas ce que nous voulons qu'il advienne aux clubs sportifs, même si parfois, nous avons l'impression que leur évolution aurait tendance à suivre les lois de la thermodynamique.

2En thermodynamique, ce sont les échanges d'énergie qui dominent l'évolution d'un système. Dans le cas qui nous intéresse, l'énergie : ce sont les moyens humains et financiers dont disposent les clubs sportifs. Or, ils donnent beaucoup mais reçoivent peu, tout au moins pour la majorité d'entre eux. En effet, nous parlons depuis une semaine du club sportif et nos débats ont souligné que si les clubs sportifs ont une façade commune, ils diffèrent tous par leur taille, leurs objectifs, leurs compositions et par le comportement de leurs dirigeants. Nous devons prendre garde à toute généralisation : une formule bonne dans un club se révélera inadéquate pour son voisin !

3Avant d'aller plus loin et de me lancer dans cette synthèse, je voudrais préciser un point de sémantique. Nous parlons de club sportif mais les activités qui s'y déroulent sont de deux natures : le sport de compétition et les pratiques sportives. Chacun possède sa spécificité : les résultats d'une part, la pratique personnelle d'autre part, pour le plaisir, même si l'esprit de compétition n'est jamais absent. Dans ce qui suit, le terme sport désignera généralement la première pratique.

Que représente le club sportif ?

4La meilleure définition, tout au moins pour le physicien, nous a été donnée par notre ami Jacques Marchand, notre spécialiste ès-communication : le club sportif est un réseau câblé, avec des liaisons internes et externes. Toutefois, il faut remarquer que ce câblage s'est effectué de manière aléatoire et souvent brouillonne au fil des ans et que notre objectif est de voir comment nous pourrions réaliser un plan de câblage cohérent.

5En effet, un club, au sens large du terme, est d'abord un lieu de rencontres et d'échanges entre des personnes ayant des aspirations communes : dans notre cas, la pratique d’activités sportives. Il est intéressant de constater que si notre notion de club s'est vite développée dans toutes les directions chez nos amis anglo-saxons, il n'en a pas été de même dans les pays latins : le club sportif étant peut-être l'exception.

6Un premier atout des clubs, en général, et des clubs sportifs, en particulier, est leur permanence. Chaque club a démontré sa nécessité, il a écrit son histoire, il a créé une culture de club. Nous sommes et nous devons continuer à exister car nous avons démontré que nous répondions à un besoin. De plus, en France, nous avons une mission de service public à remplir que l'Etat nous a confiée. Nous devons préparer les athlètes et organiser les compétitions. Certes, nous avons le sentiment que les fédérations avec leurs ligues ou comités régionaux et départementaux, nous ont dépossédés d'une partie de nos prérogatives ; j'y reviendrai. Mais cette mission de service public a ramené les clubs à devenir un lieu de formation. Il s'agit d'abord de la formation technique, mais aussi, et c'est là une de nos originalités, notre second atout, d'une formation morale et d’une formation à la santé.

7La morale, c'est le respect de l'autre : adversaire, arbitre, et l'honnêteté de comportement : respect des règles en particulier. L'école de Jules Ferry apportait cette formation, mais en cette fin de XXe siècle, c'est principalement dans nos clubs que les jeunes peuvent la recevoir et surtout d'une manière pratique : une pédagogie active, comme diraient certains. Le second volet est la sensibilisation aux problèmes de santé : nécessité d'une bonne hygiène de vie, dangers du dopage et donc introduction aux problèmes de la drogue. Cette éthique du sport est ensuite transposée dans la vie professionnelle ; nous n’en voulons pour preuve que l'importance attachée par les responsables industriels au rôle de la pratique sportive dans la formation de leur personnel. D’ailleurs, la vie au sein d'une équipe sportive est une bonne préparation au travail professionnel en équipe. Je ferai au passage une petite remarque personnelle pour m'étonner de la difficulté qu'ont beaucoup de dirigeants sportifs à développer le travail en équipe dans la gestion de leurs clubs, sans doute, la majorité d’entre eux pratiquaient-ils des sports individuels !

8Le passé des clubs sportifs plaide en leur faveur. Aujourd'hui, nous entendons bien dire que pour répondre aux demandes nouvelles de la société, les clubs doivent être crédibles, qu'ils doivent offrir des produits de qualité. Cette crédibilité, cette qualité, nous les avons déjà largement démontrées dans le cadre de notre mission de service public. Quelle meilleure garantie pour nos nouveaux partenaires que les résultats obtenus par nos athlètes, grâce au travail de leurs entraîneurs, et ce malgré des conditions matérielles souvent difficiles ?

9Dans cette synthèse, nous allons analyser successivement les différentes ressources du club : ressources humaines, financières, en équipement, puis nous discuterons du problème des relations entre le club et ses divers partenaires. Mais nous n’aborderons pas le problème des structures internes du club, qui à lui seul pourrait être le thème d'une Université Sportive d’Eté.

Le club : des hommes !

10Pour qu'un club obtienne des résultats sportifs, il faut qu'il réunisse des athlètes qui sont des experts dans leur discipline. Mais ces athlètes ont besoin d'entraîneurs pour les former et de dirigeants pour s'occuper de l'organisation des épreuves et du fonctionnement du club.

11Si nous considérons tout d’abord les dirigeants, il apparaît que le temps des dirigeants nombrilistes et auto-désignés est révolu. Aujourd'hui, il faut des hommes et des femmes compétents et ayant une capacité d'expertise, en bref, des professionnels, au sens anglo-saxon du terme.

12Mais nous nous trouvons confrontés au fait que nos dirigeants, qui sont des bénévoles, ne sont pas toujours disponibles. Les bénévoles payent souvent de leur personne et de leur poche pour recevoir souvent plus de remontrances que de remerciements. Il nous faut trouver les moyens de fidéliser les bénévoles. Pour ce faire, nous devons leur confier des tâches valorisantes et des responsabilités, en tenant compte de leurs goûts et de leurs aptitudes. Ainsi le développement de la bureautique et de la comptabilité informatisée implique des utilisateurs compétents et nous avons souvent dans nos clubs de telles compétences inutilisées. Il est bien évident qu'ils ne peuvent recevoir aucun dédommagement financier pour leur activité, mais ils devraient au moins être remboursé des frais qu'ils engagent pour exercer leur bénévolat. De plus, le club pourrait organiser chaque année un déplacement à caractère socio-culturel auquel il inviterait tous les bénévoles.

13Une autre proposition a été présentée au cours de nos discussions : le secrétaire-général du club pourrait être élu, mais appointé à plein temps par le club. Elle mériterait d'être étudiée plus en détail.

14Une deuxième catégorie de dirigeants est constituée par les techniciens du sport : entraîneurs, initiateurs, médecins, kinés... La question se pose alors de savoir si lors du choix de ces techniciens, on doit se fonder sur les diplômes ou sur la compétence. Les diplômes sont obligatoires bien entendu pour les médecins et les techniciens paramédicaux. Ils sont indispensables aussi pour tous ceux qui sont chargé de la formation des jeunes, où les risques d'accidents ou de malformations sont alors importants. Pour l'entraînement des athlètes seniors, il apparaît que la compétence doit l'emporter sur les diplômes, tout en conservant un contrôle médical adéquat. C'est pourquoi nous avons besoins de véritables médecins du sport conscients du fait que les problèmes posés par les athlètes de haut niveau ne sont pas ceux des pratiquants de base.

15Mais la compétence se paye et les techniciens du sport doivent être rémunérés à leur juste valeur. Ceci implique que le club devienne un employeur, au même titre qu'une entreprise, avec tout ce que cela entraîne au niveau du droit et de la fiscalité du travail. L'amateurisme de la gestion n'est plus possible aujourd’hui. Mais ceci implique que les dirigeants bénéficient d'un statut et que leur formation soit assurée. Le bénévolat doit être conservé mais valorisé. Le mode de sélection des dirigeants doit aussi être reconsidéré. C'est certainement dans ce domaine que la plus grande réflexion doit être menée rapidement si nous voulons que les clubs puissent continuer à bien fonctionner.

16En conclusion, il faut donner un statut aux dirigeants pour attirer les compétences indispensables au bon fonctionnement du club.

Le club : des moyens financiers

17La première source de revenus du club est constituée par les cotisations de ses membres. La cotisation constitue l'acte premier d’adhésion au club, donc l'engagement du membre à s'associer à la vie du club. Il est choquant de constater que certains athlètes sont dispensés de payer une cotisation, souvent minime, sous prétexte qu’ils apportent des résultats sportifs.

18Toutefois, un club ne peut plus se contenter des cotisations pour vivre et il doit faire appel à d'autres ressources. Nous ne considérons pas ici le cas des clubs professionnels qui sont de véritables entreprises, tout en restant conscients du fait que leurs expériences doivent être analysées pour en tirer d'éventuelles solutions à certains de nos problèmes. Pour la grande majorité des clubs, nous pouvons envisager deux axes d'activités : d'une part le sport gratuit à caractère social, d'autre part le sport payant qui sera bien entendu sélectif. En effet, certaines activités sportives sont peu coûteuses et répondent à la première définition. Mais il en est d'autres qui sont chères et il est alors nécessaire d'évaluer le coût réel de la prestation de service et de le faire payer aux usagers. De plus, ces revenus permettraient d'offrir le bénéfice de ces activités sportives aux pratiquants issus de milieux plus défavorisés.

19Une deuxième source de revenus est constituée par les subventions nationales, régionales ou municipales. Bien souvent, les clubs se considèrent comme des assistés alors qu'ils sont en fait des prestataires de service. Les subventions de l'Etat sont justifiées par la mission de service public remplies par les clubs. Il serait indispensable que les modes de répartition soient revus car souvent ces subventions ne descendent pas jusqu'aux clubs. Les subventions municipales sont justifiées par toutes les raisons déjà mentionnées, mais aussi par le fait que le club participe à la vie municipale et sociale et contribue à l'image de marque de la ville. Certains départements et certaines régions ont très bien compris le bon apport publicitaire apporté par le sport : malheureusement, elles consacrent leurs crédits plus au sport spectacle qu'au sport de base.

20Le "sponsoring" constitue une troisième source de revenus. Mais les sponsors sont essentiellement intéressés, et c'est normal, par les retombées médiatiques des événements, et en particulier les passages à la télévision. Nous constatons que, pour la majorité des clubs, la recherche des sponsors est une opération qui demande beaucoup de temps pour des résultats souvent pénibles. Il apparaît qu'une telle forme de financement offre peu d'espoir pour l'avenir.

21Il n'en est pas de même du développement des recettes propres du club. Certes nous avons tous vendu des maillots, des calendriers, des cartes de membres honoraires... mais là encore beaucoup de travail pour un faible rendement. Des nouvelles recettes propres doivent être imaginées car elles constituent une quatrième source de revenus permettant au club sportif de conserver son âme, tout en faisant fructifier le capital que constitue la compétence de ses membres. Le club sportif peut devenir un prestataire de services : création de centres de vacances ou de centres de jeunes, accueillant enfants et adolescents les jours de congés et pendant les périodes de vacances (formule utilisée par de nombreux clubs, le Lille U.C., par exemple). Mise en place de séances d'activités sportives ouvertes à tout le public et encadrées par des personnels compétents (comme c'est le cas d'un club de gymnastique de Lyon). Une autre source de revenus peut être obtenue en exploitant les spécialités locales : ainsi un club de basket-ball commercialise du foie gras ! Nous pourrions multiplier les exemples, mais nous sommes sûrs que nos camarades, responsables de club, sauront trouver des solutions originales à ce problème. Une telle source de revenus présente aussi l'avantage de permettre à tous les membres du club de se sentir concernés.

Le club sportif : des équipements

22Nos clubs sportifs sont, pour la plupart, tributaires d'installations sportives mises à leur disposition par les municipalités et par l'Etat. Cette solution serait admissible si le choix des équipements à construire tenait compte des besoins réels des demandeurs. Or il en est rarement ainsi. Il faudrait que s'installe une meilleure coordination entre promoteurs et usagers : c'est-à-dire les clubs qui sont ceux qui connaissent les demandes formulées par les pratiquants.

23Bien entendu, l'idéal serait pour un club de posséder ses propres installations sportives, mais il lui faut alors trouver les moyens de financement. Des aides de l'Etat sont possibles, mais elles ne couvrent pas la totalité des dépenses. Peut-être pourrait-on imaginer des méthodes fiscales, tels que le 1 % à la construction payé par les employeurs. Quel que soit le taux qui serait fixé, nous devons être conscients que cela serait une nouvelle charge fiscale difficilement supportable par les entreprises et présentant des dangers, comme le sponsoring. Enfin, nous pourrions envisager un auto-financement de nouvelles installations par les clubs faisant des emprunts auprès des banques. De tels emprunts leur sont généralement refusés, car un club sportif est considéré comme ne présentant pas de garanties bancaires. Mais de tels emprunts sont obtenus par des entreprises privées (salle de squash, par exemple) dont le nombre de faillites est important !

24En conclusion, nous pouvons faire deux recommandations dans ce domaine :

  • meilleure concertation entre constructeurs institutionnels et usagers.
  • recherche de nouvelles formules de financement, en liaison avec des spécialistes.

Le club et ses partenaires

25Les partenaires du club sportif sont nombreux : Etat, municipalités, fédérations sportives, entreprises, médias, monde de l'éducation, public...

26Nous avons déjà abordé les relations du club sportif avec l'Etat, les municipalités et les entreprises. Nous n'avons certes pas été exhaustifs mais ces problèmes ont été souvent discutés et nous n’y reviendrons pas. Au contraire, notre Université Sportive d'Eté a permis de faire ressortir des points importants concernant les autres relations.

27Considérons tout d'abord les relations entre les clubs et les fédérations. Nous constatons un assujettissement de plus en plus important des clubs aux fédérations. Chaque fédération a ses propres règles et un club omnisport se trouve confronté à des documents, des questionnaires, des modes de répartition de subventions différents pour chaque sport, sans parler de la variété des coûts des licences fédérales. De plus, certaines fédérations, telles celles des sports de glace ou des sports équestres, sont constituées chacune de plusieurs sous-fédérations !

28Pour obtenir une meilleure liaison entre clubs et fédérations, il serait nécessaire que les dirigeants fédéraux soient élus directement par les clubs et non plus au deuxième ou troisième degré par les ligues ou les comités régionaux. Si les dirigeants fédéraux étaient plus conscients des problèmes de la base, ils se rendraient sans doute mieux compte que la plupart des fédérations n’ont pas suivi l’évolution sociale et que rares sont celles qui prévoient l'évolution future. Certaines fédérations, telles que celles du cyclisme et de la boxe, ont perdu toute crédibilité. D'autres n'ont pas su profiter de l'éclosion de pratiques nouvelles, c'est le cas de l'athlétisme et de la voile.

29Un exemple à suivre est celui de la fédération de tennis qui a mis en place des formules attractives pour tous les niveaux de pratique. Rien n'empêche d’autres fédérations d’en faire autant : un championnat de troisième division en athlétisme permettrait à des athlètes aux performance faibles ou moyennes de se faire plaisir en participant à des compétitions officielles. Il faut trouver des formules favorisant le développement de la pratique sportive à tous les âges. D'autant que pour les sports collectifs, les adultes sont capables de s'organiser eux-mêmes.

30Si les fédérations ne veulent (ou ne savent) pas faire preuve d’imagination, les clubs se doivent de prendre des initiatives pour le développement de nouvelles pratiques. Le cas du triathlon est un bon exemple d’activité nouvelle attirant de très nombreux pratiquants, mais n'ayant jamais reçu l'aval d'aucune fédération, ce qui a conduit à la création de clubs spécialisés dans cette seule discipline. Pour de telles activités, les clubs devraient être épaulés par les instances fédérales au niveau départemental ou régional, et en cas de carences de celles-ci, des unions de clubs devraient être créées. Rappelons au passage le rôle historique des clubs universitaires dans le développement de certains sports, tel le rugby. Ils conservent ce rôle aujourd'hui avec certains sports, tel le base-ball, considérés comme folklorique par les milieux officiels, mais qui deviendront les pratiques de demain.

- Le club et le monde de l'éducation

31Les clubs sportifs jouent un rôle éminent dans la formation des jeunes, ainsi que nous l'avons déjà souligné. Malheureusement, nous constatons actuellement en France une situation de quasi-rejet de la part de l'Education Nationale : situation absolument anormale et inadmissible. Le fait que l'Education Nationale et la Jeunesse et les Sports ont été récemment réunis en un grand ministère, nous a donné des espoirs de voir la situation s'améliorer. Mais un renversement de tendance ne pourra se produire que si les autorités ministérielles veulent bien reconnaître que les initiatives viennent plus souvent des clubs que des fédérations et c’est au niveau de la base que la coopération doit commencer entre enseignants et dirigeants sportifs. Un long chemin reste à parcourir et nous devons promouvoir une réflexion à ce sujet afin de proposer des actions.

- Le Club et le Public

32Les clubs sportifs doivent être conscients de leur rôle de courroie de transmission entre le public des pratiquants et les responsables des instances fédérales à tous les niveaux, car ils sont les plus à même de percevoir les besoins de la population. D'autre part, celle-ci fait souvent preuve d'un certain chauvinisme pour les couleurs de sa ville ou de son village. Nous pouvons tirer bénéfice de cet état d'esprit, mais en éduquant les supporters pour éviter les excès.

33Il est une autre direction dans laquelle les clubs sportifs se doivent de s'engager plus avant, celle du sport adapté aux minorités. On parle plus souvent du sport pour tous mais il faudrait dire pour tous les gens normaux. Malgré les efforts louables de certaines associations, nous constatons une certaine ségrégation vis-à-vis de certains groupes sociaux, tels les handicapés. Il est regrettable qu'ils soient cantonnés dans des institutions spécialisées. Pour les aider à surmonter les difficultés morales liées à leur handicap, nous nous devons de les accueillir dans nos clubs pour "normaux". Nous devons étudier l'adaptation de nos pratiques sportives à leur cas particulier. Nous pourrions essayer de trouver de nouvelles pratiques sportives qui leur soient propres. Mais là encore, nous devons nous comporter en professionnels, c'est-à-dire concevoir nos produits avec l'aide des médecins et des éducateurs spécialisés.

- Le club et les médias

34Il serait ridicule de ma part de vouloir parodier notre ami Jacques Marchand et je me contente de vous rappeler quelques idées fortes. Il nous faut tout d'abord être conscients que les médias ont autant besoin de nous, que nous d'eux : nous leur fournissons de l'information et du spectacle. Nous ne devons pas nous considérer comme leurs débiteurs, mais les amener à nous respecter, comme nous sommes prêts à les respecter. Mais pour avoir un dialogue fructueux, nous devons apprendre à nos dirigeants à communiquer. Ils doivent acquérir une capacité d'expertise dans ce domaine, comme dans les autres. Ils pourront alors mettre en place des outils permettant d'assurer la communication tant à l'intérieur du club que vers l'extérieur.

35Nous arrivons au terme de cette synthèse. Elle ne peut être qu'incomplète car les contributions des conférenciers et des participants à cette Université Sportive d'Eté ont toujours été nombreuses et très riches. Ils doivent tous être remerciés pour la qualité de leurs interventions et je leur demande de bien vouloir m'excuser si dans ce rapport de synthèse, j'ai omis quelques idées, chères à certains. Il ne faut y voir qu'une défaillance de ma mémoire. Nous avons certes passé beaucoup de temps à discuter des mythes et des réalités. Il me semble que cette analyse du passé et du présent, base de notre culture de club, n'était pas superflue. Elle nous a permis de mieux cerner les points clés du réseau câblé que constitue le club. Nous avons été conduits à élaborer nombre de propositions que nous devons maintenant nous attacher à faire germer en les défendant dans toutes les instances.

36Pour mieux définir le câblage du réseau et pour le mettre en œuvre, il faut que nous disposions d'un organisme reconnu par toutes les instances sportives et disposant de moyens d'action. Je terminerai donc en reprenant la proposition faite par Ernest Gibert, dans sa conférence d'ouverture : à savoir, la création d'un observatoire prospectif du sport. Il aurait deux objectifs principaux :

  • d’une part prévoir l'évolution des problèmes éthiques, médicaux, juridiques, sociologiques, techniques et médiatiques ;
  • d'autre part fournir au monde sportif des conseils sur l'administration des clubs, la formation des hommes et la communication pour aider les clubs à mieux se gouverner.

37Nous avons du pain sur la planche, mais la tâche est exaltante et nous sommes certains que l’Université Sportive d'Eté, lieu privilégié de réflexion, jouera un rôle important au sein de cet observatoire. Il pourra bénéficier des travaux des précédentes sessions. Et dans l'avenir, il pourra lui confier de nouvelles missions.

38Merci à tous et à l'année prochaine.

Remerciements

39Nous devons d'abord remercier le Directeur et le Personnel du CREPS de Boulouris pour leur accueil. Nous avons apprécié l'aide qu'ils nous ont apporté et surtout pour avoir su aménager en faveur des indisciplinés de l'Université Sportive, les règles habituelles du Centre. Le secrétariat de l'Union Nationale des Clubs Universitaires a effectué un énorme travail tant pour la préparation que pendant le déroulement de cette Université Sportive d'Été et nous tenons à remercier tout particulièrement Pascale Dubois. Sans elle, nous n’aurions pas eu les excellentes conditions de travail que furent les nôtres. Enfin, nous tenons à exprimer nos remerciements à tous les intervenants, conférenciers et participants ainsi qu’à la presse locale.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.