Version classiqueVersion mobile

Pour en finir avec la fabrique des garçons. Volume 2

 | 
Sylvie Ayral
, 
Yves Raibaud

Chapitre 2. Culture, art, traditions : faire l'homme, être homme

La pratique des arts plastiques en école d’art : une activité périscolaire marquée sexuellement

Frédérique Joly

Texte intégral

1Cet article se propose de s’interroger sur la place des garçons inscrits dans les écoles d’art communales et dans les écoles d’art supérieures des régions Nord - Pas-de-Calais et Île-de-France. À partir de deux études de terrain, nous présenterons une partie des résultats obtenus ainsi que les questions que ces dernières polarisent quant à la place des garçons dans les écoles d’art ainsi que le rôle joué par les pères et les mères.

  • 1 Raymonde Moulin signalait déjà à travers une enquête réalisée dans les années 1980, dans son ouvra (...)

2Au regard des études réalisées sur l’insertion professionnelle des étudiants diplômés des écoles d’art supérieures (Galodé et Danner, 2006), il apparaît que les garçons montrent moins de difficultés que les filles à s’insérer professionnellement avec des temps d’insertion plus courts et des contrats professionnels plus favorables. Paradoxalement, les chiffres actuels prouvent que les garçons sont moins nombreux en école d’art et présentent des parcours scolaires souvent plus chaotiques. Que se passe-t-il pour que les filles, plus nombreuses et avec un meilleur parcours scolaire que les garçons, se retrouvent autant défavorisées à la sortie du cursus ? Comment expliquer cette « aporie » entre une prédominance en nombre et en performance, et de réelles difficultés à la sortie des écoles d’art1 ? À partir d’un constat évident d’une différence d’effectifs entre filles et garçons, nous nous sommes interrogée, à travers cette étude, sur la possibilité d’une différence de comportements entre ces derniers et sur les incidences supposées qui en découlaient. Des entretiens avec des étudiants inscrits en écoles d’art supérieures viendront éclairer en partie ces problématiques, même s’ils n’épuisent pas l’ensemble des possibilités d’explication des comportements.

Méthodologie

3Dix écoles d’art de pratiques amateurs accueillant des adolescents ainsi que sept écoles supérieures d’art destinées à de jeunes adultes ont été sélectionnées dans la région Nord - Pas-de-Calais et dans la région Île-de-France pour mener cette étude de terrain sur le public des écoles d’art.

4627 adolescents de 11 à 16 ans des écoles de pratiques amateurs ont répondu à un questionnaire, ainsi que 208 familles d’élèves. Du côté des écoles d’art supérieures, nous avons recueilli 172 questionnaires étudiants complétés par 12 entretiens qualitatifs.

5L’étude de terrain a débuté en mai 2010 par la distribution à chaque adolescent de deux questionnaires : l’un qu’il devait remplir durant le cours avec l’aide de son enseignant, le deuxième qu’il devait donner à ses parents, dès son retour au domicile. Les parents étaient invités à le remplir puis à le déposer à l’accueil de l’école d’art de leur enfant.

6Les questionnaires réservés aux adolescents ainsi qu’à leurs parents comportaient plusieurs rubriques sur les déterminants sociologiques classiques, leur rapport à l’école d’art, leur scolarité et leurs pratiques artistiques et culturelles.

7Du côté des étudiants, le questionnaire comportait des rubriques similaires complétées de questions plus étoffées sur leur parcours et leurs pratiques artistiques.

8Enfin, afin d’assurer le lien entre les deux populations étudiées, une douzaine d’entretiens ont été menés avec des étudiants ayant suivi des cours périscolaires avant d’entrer en école d’art supérieure.

9La deuxième partie de l’étude de terrain a débuté en janvier 2011 par la rencontre avec les responsables des écoles d’art supérieures puis par la mise en place de deux temps propices à la rencontre avec les étudiants. Le premier était consacré à un questionnaire, le deuxième consistait en un entretien individuel. Les étudiants sélectionnés pour les entretiens ont tous fréquentés une école d’art communale avant d’intégrer leur école d’art supérieure.

Un premier indicateur important : la répartition des effectifs par sexe

10La sensibilisation aux arts plastiques/arts actuels en école de pratiques amateurs est incontestablement, chez les adolescents âgés entre 11 et 16 ans, une pratique genrée (Fougeyrollas-Schwebel et alii, 2003, p. 16 et 205).

11En effet, les filles sont les plus nombreuses à fréquenter les dix écoles de pratiques amateurs faisant partie de l’étude, puisqu’elles représentent près de 68 % des élèves inscrits pour 32 % de garçons. Ces chiffres restent nettement supérieurs à ceux de la pratique musicale puisque les filles représentent dans les conservatoires à rayonnement régional (CRR) ou départemental (CRD) 55,2 % des élèves en musique (Dietsch et Sotto, 2010).

12Par ailleurs, il n’existe pas de différences par tranches d’âges puisqu’à tous les âges les filles dominent largement par le nombre d’inscriptions.

13Néanmoins, nous remarquons dans quatre écoles de pratiques amateurs sur sept un certain regain d’intérêt chez les garçons pour les cours d’arts plastiques à partir de 16 ans. En effet, c’est dans cette tranche d’âge que les écarts sont les moins importants : 60 % de filles contre 40 % de garçons, voire une certaine parité dans certaines écoles, et une prédominance des garçons dans certains cours : la bande-dessinée, la vidéo à partir de 14-15 ans. Les explications peuvent être nombreuses : nous pouvons envisager davantage d’inscriptions de la part des garçons mais aussi une tendance à la désaffection de la part des filles. Ce rééquilibrage de la répartition entre filles et garçons semble lié autant à des phénomènes de socialisation qu’à des propositions pédagogiques spécifiques.

  • 2 Historiquement, nous savons que les femmes évoluaient dans la sphère privée et les hommes dans la (...)

14Par ailleurs, nous constatons une demande de sociabilité plus importante de la part des garçons. En effet, nous avons remarqué dans notre enquête qu’un certain nombre de garçons de 16 ans exprimaient, à la question des éléments de motivation à leur inscription en école d’art, le désir de vouloir partager un moment agréable avec d’autres élèves du même âge. La socialisation des adolescents étant en constante évolution et interstructuration avec leur personnalité et leur développement, il semble ici que les garçons expriment le besoin d’une socialisation accrue dès l’âge de 16 ans : les écoles d’art deviennent le lieu propice aux rencontres et échanges. Inversement, nous pourrions également être amenés à penser que les parents préfèrent orienter les pratiques culturelles de leurs enfants, et notamment de leurs filles jusqu’à l’âge de l’adolescence, vers des pratiques où l’espace de socialisation reste fermement marqué entre l’extérieur et l’intérieur du domicile. Les filles, en grandissant, accèdent peu à peu à des univers qui leur étaient jusqu’alors peu indiqués par la famille. Elles semblent gagner en autonomie et entrevoient la possibilité de s’investir dans des activités d’extérieur. De fait, elles se trouvent, pour une part d’entre elles, tentées de s’inscrire dans d’autres activités, moins marquées par leur aspect confiné. Il y a dans la fréquentation par les filles de lieux clos et surveillés une part de contrôle et de garantie de sécurité qui semble rassurer les parents. Cette dichotomie entre espace familial/intérieur et espace public/extérieur semble guider encore aujourd’hui en filigrane les choix, par les parents, des pratiques artistiques de leurs enfants. La distinction entre le domestique féminin et l’extérieur, masculin2 semble loin d’avoir disparu et présente en école d’art communale un aspect encore vivace de son influence.

15Comme le précise Régine Boyer (1999, p. 251), le temps de l’adolescence est surtout celui des rencontres et à partir de 15-16 ans, grâce à l’acquisition d’une certaine autonomie ou indépendance, les activités qui les amènent à sortir de chez eux sont privilégiées. La sociabilité avec les pairs tient une place prioritaire dans le prolongement de la scolarité.

16De même, les activités périscolaires seront choisies, non seulement pour leurs qualités propres, mais aussi parce que ces activités sont en étroite relation avec la rencontre d’autres adolescents de leur âge. C’est également à cette période, quand l’adolescent se situe à une période essentielle de construction de soi, que la confrontation avec les autres est recherchée, de même que les activités qui permettent l’expression de soi. Les arts plastiques, comme la musique, deviennent des domaines privilégiés pour augmenter les effets de sociabilité et c’est ce que semblent rechercher les garçons de notre étude.

  • 3 Les élèves inscrits en école d’art supérieure peuvent choisir entre trois options : Art, Design et (...)
  • 4 Chiffre finalement assez proche des dernières études réalisées du côté des formations artistiques (...)

17Du côté des écoles d’art supérieures, la répartition semble a priori mieux équilibrée. C’est en tout cas ce que nous indiquent les chiffres de l’étude réalisée par Magali Danner et Gilles Galodé (2006, p. 33, 83, 92). La répartition nationale entre filles et garçons en école d’art supérieure serait de 55 % de filles contre 45 % de garçons, toutes options confondues3. Dans l’étude qui nous intéresse ici, la répartition semble sensiblement différente : les filles représentent 62 %4 des inscrits pour 38 % de garçons.

Répartition Filles/Garçons

Répartition Filles/Garçons
  • 5 « Les femmes qui choisissent la carrière d’artiste ont moins de chances que les hommes d’atteindre (...)

18Lors des entretiens, nous avons interrogé les étudiants sur la question de la répartition filles/garçons. Les étudiants semblent étonnés par la question mais avouent néanmoins qu’ils n’ont pu faire autrement que de remarquer ce déséquilibre numérique. À partir de cette différence d’effectifs entre filles et garçons, nous avons alors eu envie de poursuivre les entretiens en basant une partie de nos questions sur le comportement des filles et des garçons en écoles d’art et sur les problèmes d’insertion professionnelle après l’obtention notamment du DNSEP5. Il nous semblait, en effet, intéressant de creuser la question du genre en termes de comportements ou de pratiques à partir d’un simple constat de disproportion d’effectifs. Nous aboutissons à des constats fort édifiants, proches parfois des grands stéréotypes sur le comportement de chaque sexe à l’école.

19Les uns évoquent des différences d’approches techniques entre filles et garçons, d’autres des différences méthodologiques en opposant les filles théoriciennes aux garçons plus spontanés dans la pratique, d’autres encore font prévaloir des différences de sensibilité pour les unes face à des comportements plus combatifs pour les autres. Certains étudiants se posent même la question d’un art « féminin » (Lloze, 2007, p. 92).

20Christelle, par exemple, nous donne une explication technique quant à la différence de comportement entre les filles et les garçons inscrits en école d’art supérieure :

Dans le travail, on n’a pas la même approche, les filles travaillent plus sur la minutie, les petites choses, les garçons vont vers des choses plus larges, les pinceaux sont plus gros, les filles utilisent les petits pinceaux… ça vient peut-être de l’influence de la société… Les filles vont plus facilement vers les petits outils…

21Chloé abonde dans le même sens : « Je pense que les filles sont plus studieuses, plus soignées, alors que les garçons moins, on observe ici que les filles vont avoir tendance à avoir plus de patience, elles vont être plus minutieuses… Je pense que c’est peut-être rattaché au caractère féminin… ».

22Chez Anaïs, la différence se situe davantage du côté théorique : « On a peut-être une approche différente, quand on a un sujet, on le décortique plus, on s’occupe plus du fond pour après pratiquer alors que les garçons vont comme ça, ils foncent vraiment, on réfléchit plus », tout comme Léa qui a besoin de théoriser sa création avant de commencer à travailler les aspects pratiques :

Je pense que les filles sont plus proches de la théorie. Je trouve les garçons plus dans la pratique, la technique, ils produisent beaucoup, ils ont besoin de faire, de produire… Les filles, elles ont plus besoin de théories pour justifier leur travail… C’est peut-être un besoin de justifier, de légitimer notre travail, même à nos yeux… Les garçons seraient plus instinctifs et eux, ils théorisent après (rires)… ça pourrait être une des raisons pour lesquelles on n’a plus de mal à percer en tant que femmes, on a plus de mal à y aller franco car on est davantage dans l’introspection… On a peut-être plus peur de présenter son travail après l’école… Les garçons se posent moins de questions…

23Ce constat pourrait être le fruit d’une prédéfinition au genre puisque les interviewées sont des filles. Pourtant, du côté des garçons, nous trouvons le même type d’arguments, notamment chez Hugo :

Cela dépend des filles, elles sont plus réfléchies, je pense, elles réfléchissent à leurs sujets avant de se lancer, alors que nous, les garçons, on se jette dans la production, on fait des trucs à l’arrache et après, on y colle notre discours, alors que les filles sont plus soignées, elles pensent l’ensemble avant de produire, elles font des croquis…

24ou du côté de Victor :

J’ai fait en quatrième année un stage de 5 mois en Finlande et là, c’est clair qu’il y avait largement plus de filles que de garçons dans les cursus artistiques… Je pense que les filles travaillent peut-être différemment par rapport aux thématiques abordées, elles sont plus dans l’intime, dans le travail sur le corps, sur les sentiments… Je ne sais pas s’il y a un art plus masculin, c’est difficile à dire, c’est peut-être moins flagrant.

25De son côté, Safia évoque cette opposition filles/garçons entre théorie vs pratique, mais condamne également le fait d’en parler et engage le débat sans fin de la révélation des stéréotypes qui pourraient engendrer et conforter une certaine légitimité aux mêmes stéréotypes :

Alors, la dernière fois, on a discuté entre nous pour savoir s’il y avait un art masculin et un art féminin, d’un côté, un art sensible, doux, organisé… Je ne suis pas d’accord, chez les garçons, on aurait des choses plus carrées, plus froides, plus référencées… Ce serait dramatique s’il existait encore une différence entre hommes et femmes… Par contre, c’est vrai que les nanas sont plus bosseuses en système scolaire, mais il paraît selon les études que, si on continue de dire ce genre de choses, on va finalement conforter les garçons dans ce rôle d’assistés. Si on dit que les filles, c’est des bosseuses et des garçons qu’ils ont plus de problèmes à se concentrer et à s’investir, on risque encore plus de vouloir les aider…

26Safia invoque également l’idée que les filles seraient davantage sur leur réserve :

J’ai remarqué avec un professeur la dernière fois, quand on parlait du travail des élèves, que les filles se lâchaient moins que les garçons, qu’elles avaient peur de se lâcher, peut-être justement parce qu’elles sont trop cadrées par leur forme de système de travail qui reste scolaire, elles restent dans la sûreté, elles ne vont pas jusqu’au bout, on reste dans le réglo, alors que mon copain Jo, il s’en fout, il y va, elles semblent moins libres, les filles, enfin, ça dépend de la maturité de certaines…

27Cette disparité dans les comportements entre les filles et les garçons des écoles supérieures d’art nous amène à nous interroger également sur ce qui pourrait être considéré comme les attendus implicites destinés aux garçons. En effet, les filles revendiquent davantage de travail préparatoire et théorique avant de se lancer dans la production de leur travail artistique. Elles effectuent des recherches en bibliothèque, référencent leur sujet par des lectures et freinent par conséquent la spontanéité et la liberté qui pourraient les guider dans la créativité. Cela pourrait ensuite leur être reproché en justifiant une dominance masculine du côté de la spontanéité dans la création. Les garçons apparaîtraient alors davantage créatifs que les filles, qualité qu’on leur attribue plutôt « naturellement » puisqu’ils s’avèrent moins disciplinés et moins scolaires que les filles.

28De fait, cet énergie que dépensent les filles dans une approche plus scolaire et théorisée de leur travail nourrirait un temps leur travail artistique pour, au final, les discréditer sur le plan créatif.

29Les garçons garderaient ainsi leur première place, dans le champ des productions plastiques.

Du côté des enseignants en école d’art

30Certains étudiants soulignent toutefois, et à juste raison, que si les effectifs du côté des étudiants semblent déséquilibrés, la répartition par sexe du côté des enseignants ne semble pas plus équitable. Si l’on fait le point sur chacune des écoles concernées par l’étude, nous observons, en effet, un large déséquilibre dans la représentation féminine aux postes d’enseignement. Les hommes occupent 58 % des postes dans les écoles de pratiques amateurs contre 42 % chez les femmes. Le déséquilibre se révèle encore plus flagrant dans les écoles d’art supérieures, puisque les hommes représentent 72 % des enseignants contre 28 % chez les femmes.

Répartition par sexe chez les enseignants

Répartition par sexe chez les enseignants

31Toutefois, ces chiffres peuvent être comparés à ceux obtenus par Hyacinthe Ravet (2011) dans le domaine musical :

En 2008-2009, dans les seules écoles contrôlées par le ministère de la Culture à savoir les 137 établissements classés (CRR et CRD), les hommes sont un peu plus représentés (54 %) que les femmes parmi les enseignants de musique. Pour les moins de 30 ans, en revanche, la proportion est inversée (56 % de femmes). Les dernières enquêtes semblent aller vers une féminisation progressive de la profession. En revanche, au niveau des conservatoires supérieurs, les femmes enseignantes sont minoritaires. En 2010-2011, elles sont 36,6 % dans les équipes pédagogiques à Paris et 38,8 % à Lyon.

32Le constat semble similaire entre les écoles d’art et les conservatoires de musique. Plus les postes sont importants et prestigieux, moins les femmes sont représentées.

33En réalité, plus les écoles de formation artistique apparaissent associées aux pratiques amateurs, plus nous y trouvons de femmes enseignantes et, inversement, plus ces écoles sont vouées à former professionnellement et à délivrer des diplômes et plus nous y trouvons d’hommes aux postes prestigieux liés à la pédagogie.

34Dominique Pasquier (1983, p. 421) a également eu l’opportunité de constater cette distorsion quant à la représentation des femmes dans le domaine de l’enseignement artistique : « Les artistes enseignants d’art dans le cycle secondaire sont près d’une fois sur deux des femmes ; la part qu’elles représentent dans le corps professoral de l’enseignement artistique supérieur est par contre extrêmement faible. »

35Ce déséquilibre du côté de l’enseignement (Ferrer, 2007, p. 89) a suscité dans notre étude de multiples réactions du côté des étudiants et notamment chez Céline :

C’est vrai qu’il y a plus de filles en école d’art mais chez les professeurs, il y a aussi plus d’hommes, notamment chez les profs qui s’occupent de la recherche, il n’y a ici qu’une femme qui s’occupe de la recherche et encore en premier cycle, les autres s’occupent plus de culture générale comme l’histoire de l’art, l’anglais, la philosophie, la vidéo… Le côté technique est gardé par les hommes.

36Chloé, de son côté, formule ses inquiétudes qui justifieraient en partie, et en partie seulement, la part de difficultés que rencontrent les femmes lors de leur insertion professionnelle :

Pour mon bilan de fin d’année, je travaille sur la place des femmes dans la société à travers leur corps et mon professeur de photo, qui aime bien mon travail, m’a quand même conseillé de bien préparer mon oral car je risquais de rencontrer des réticences face au sujet, dans le jury… Il m’a dit : « Tu vas avoir affaire principalement à des hommes dans le jury, alors d’avance, il faut te préparer à le défendre, ton sujet »… Dès qu’on travaille sur le sujet de la place des femmes dans la société ou le nu et bien, ça bloque…

37À partir d’un déséquilibre des effectifs, nous sommes arrivée au constat d’une véritable différence de comportement entre filles et garçons en école d’art. Ces différences de comportement attachées au genre nous éclairent sur la façon dont les garçons et les filles envisagent la création artistique mais aussi dévoilent déjà en filigrane les difficultés futures que chacun sera amené à rencontrer.

38Quant à la question du pourquoi de la prédominance de filles inscrites en école d’art, il faut à nouveau se tourner vers leurs trajectoires adolescentes afin de cerner les influences qui ont pu les décider davantage dans le choix d’une formation artistique.

39Est-ce que la pratique des arts plastiques est davantage réservée ou proposée aux petites filles puis aux adolescentes par les parents ? Est-ce qu’une mère va plus facilement proposer à sa fille qu’à son fils de s’inscrire en école d’art ? Est-ce que ce sont les parents qui créent des comportements sexués ou ne font-ils qu’en renforcer certains, comme le souligne Geneviève Bergonnier-Dupuy (1999, p. 71) ?

Le rôle des mères

40Il s’agissait, ici, de distinguer ce que Sylvie Octobre nomme (2005, p. 6) l’éducation volontaire de ce qui relève de l’imprégnation tout en faisant jouer la notion de genre. En effet, nous savons que les comportements associés au sexe sont en premier lieu renforcés par les parents dans le choix des jouets (Brougère, 1999, p. 210), des vêtements, des prénoms. Mais qu’en est-il du choix d’une pratique artistique ?

41Nous pouvons à ce propos constater le rôle prépondérant des mères en tant que prescriptrices à l’inscription de leurs enfants en école de pratiques amateurs, car à côté d’un nombre important de réponses confirmant chez la plupart des élèves une volonté personnelle de s’inscrire, soit 70 % des réponses, les mères obtiennent le chiffre conséquent de 32 %. Les mères joueraient alors un rôle de premier ordre dans le choix des activités artistiques de leurs enfants. Incitent-elles davantage leurs filles que leurs fils à s’inscrire en école d’art ? Les arts plastiques représentent-ils, pour les mères, une pratique artistique que l’on conseille davantage aux filles, nécessitant concentration, habileté et patience, qualités que l’on attribue davantage aux filles ?

42Par ailleurs, quand nous interrogeons à leur tour les parents de ces adolescents sur leur part de responsabilité dans l’inscription de leur enfant en école d’art, ils sont, cette fois-ci, plus nombreux, et notamment plus nombreuses, à se considérer comme l’agent principal prescripteur à cette inscription. Les mères se disent pour 50 % d’entre elles à l’origine du choix de cette activité artistique pour leur enfant, alors que les pères obtiennent 18 % des réponses et les amis de l’adolescent un petit 3 %.

Qui a eu l'idée de t'inscrire à l'école d'art ?

Qui a eu l'idée de t'inscrire à l'école d'art ?

43Nous entrevoyons dans cette première partie d’étude le rôle prépondérant que jouent les mères dans le choix d’une pratique artistique, notamment quand l’adolescent est une adolescente. Ces écarts parfois importants entre les réponses des enfants et les réponses des parents nous confirment que l’enfant peut avoir, d’une part, surestimé son rôle dans son inscription, et d’autre part, sous-estimé celui de ses parents et notamment celui de la mère.

44Du côté des pères, le premier constat qui se présente à la lecture des chiffres confirme qu’ils fréquentent très peu les écoles d’art dans l’histoire de ces familles, puisqu’ils représentent entre 2 % et 4 %. Ces résultats viennent confirmer que la figure du père ne joue pas un rôle central en termes de fréquentation des écoles d’art ainsi que le caractère genré de la pratique en amateur des arts plastiques. Ces résultats confirment également que les adolescents restent très autonomes face à cette pratique des arts plastiques et qu’elle n’est pas ou très peu partagée avec d’autres membres de la famille. Si cela doit être le cas, elle sera de préférence plus largement partagée avec les mères ou les sœurs qu’avec la gent masculine de la famille.

45Si l’on pose aux étudiants des écoles supérieures d’art, la question de l’influence familiale sur leur inscription en école d’art, voici ce que certains et certaines répondent :

46Chez Chloé : « Ma mère ne pouvait pas me faire garder, alors elle m’emmenait avec elle dans les studios photo et donc, j’ai baigné là-dedans… sinon on s’entraide tous les trois à la maison, pas plus maman que papa… ». Chez Emmanuelle aussi :

Ma mère était elle aussi inscrite dans cette école communale, elle suivait les cours de peinture à l’huile, et à présent, c’est le modelage. Elle connaissait déjà bien les gens qui dirigeaient cette école au moment où elle m’y a inscrite et je pense qu’elle m’a incitée à y aller. Ma mère a une certaine affinité avec l’art, même si elle l’a beaucoup moins approfondie que moi… Je crois que, quelque part, ma mère a trouvé dommage qu’on ne lui ait pas donné cette opportunité étant plus jeune…

47Du côté des garçons interviewés, les résultats s’avèrent comparables bien qu’ils semblent moins gênés que les filles à avouer le rôle prépondérant qu’a joué leur mère dans leur choix d’orientation.

48Comme chez Hugo : « Ma mère a de toute évidence eu une grande influence sur moi car déjà tout petit, elle m’emmenait voir des expos, elle m’achetait des magazines, des bouquins, c’est dans la famille… » ou comme Victor :

C’est sûr que ma mère m’a influencé puisque c’est elle qui m’a donné l’idée de m’inscrire aux Beaux-arts… Ma grand-mère aussi, elle était contente de voir ce que je faisais en dessin… Ma sœur aussi m’a encouragé, elle est très intéressée par tout ce qui est artistique, très concert, musée et puis mon frère aussi qui fait une école de théâtre, on baigne un peu dedans… Ma mère fait toujours de la peinture en amateur.

49D’autres étudiantes, après avoir révélé le rôle important de leur mère au moment de la première inscription en école d’art, parlent volontiers de phénomène de rétro-transmission comme chez Céline :

Ma mère a suivi aussi des cours aux ateliers… C’est en fait un peu moi qui lui ai donné envie, elle m’a inscrite et, quelques années après, elle s’est inscrite… C’est comme en musique, elle avait toujours rêvé d’en faire et, maintenant, elle en fait depuis 3 ans, c’est un peu grâce à moi…

50ou comme chez Léa : « Ce serait plutôt moi qui ai fait la transmission inverse car, depuis que je suis dans le milieu artistique, mes parents s’intéressent davantage à l’art et à ce que je fais… »

  • 6 Moulin C., 2005, p. 101 : « Interrogées sur l’image de féminité incarnée par la mère, les filles o (...)

51L’influence des mères reste variable, certains étudiants l’assument totalement, d’autres beaucoup moins. Certains étudiants interviewés ont bien des difficultés à concevoir une quelconque relation entre leur inscription en école d’art et le rôle qu’a pu jouer leur mère. Nous nous trouvons face à une sorte de déni maternel, parfois loin de la réalité. Cela n’est pas sans rappeler les propos de Caroline Moulin dans son étude sur les féminités adolescentes6.

Conclusion

52L’enquête a permis d’interroger la question du « genre » à partir d’une différence d’effectifs entre les filles et les garçons inscrits en école d’art. Cette étude a également permis de révéler des différences de comportements entre les filles et les garçons inscrits en école supérieure d’art. De même, cette étude nous a permis de mettre en évidence la place primordiale des mères dans le choix et la poursuite d’une pratique artistique.

53Mais le chaînage des déterminations genrées semble plus complexe : qu’en est-il de l’avis des enseignants, de leur formation, de leur façon d’enseigner, que pensent-ils de la possibilité ou non d’un art féminin vs un art masculin ? Ont-ils une part de responsabilité dans les comportements de leurs élèves ? Entretiennent-ils des stéréotypes de genre ou les combattent-ils ?

54Est-ce que les femmes artistes reconnues aujourd’hui sur la scène nationale ou internationale procurent des modèles renouvelés de création mais aussi d’identité féminine aux étudiantes des écoles d’art supérieures ?

  • 7 Moulin C., 2005, p. 40 : « Le genderism qualifie un ensemble des manières de faire et d’agir en ta (...)

55En posant la question de la différence, n’avons-nous pas versé un peu trop vite dans le genderism7 ?

56Par ailleurs, force est de constater que les écoles d’art supérieures invitent leurs étudiants, qu’ils soient filles ou garçons à laisser s’exprimer leur créativité toute personnelle et que, pour ce faire, les étudiants sont obligés très tôt de mettre en œuvre une construction identitaire singulière. De fait, est-ce que les filles des écoles d’art n’ont pas inventé une nouvelle forme de construction identitaire féminine, moins dans les normes, plus à la marge ? Par l’effet croisé d’une incitation de l’école d’art à la singularité et le refus de verser dans les stéréotypes de genre associés à la création féminine – pour éviter de faire de l’art de « fifille » – n’assiste-t-on pas à la naissance d’une nouvelle forme de féminité, à un brouillage des frontières entre le féminin et le masculin (Quemener, 2011) ?

57Une étude plus approfondie de la question du genre en école d’art pourrait permettre de répondre en partie à ces questions.

Bibliographie

Bibliographie

Bergonnier-Dupuy Geneviève (1999), « Pratiques éducatives parentales auprès de jeunes enfants », in Lemel Yannick et Roudet Bernard (coord.), Filles et garçons jusqu’à l’adolescence. Socialisations différentielles, Paris, L’Harmattan, p. 57-84.

Boyer Régine, « Le temps libre des collégiens et lycéens », in Lemel Yannick et Roudet Bernard (coord.), Filles et garçons jusqu’à l’adolescence. Socialisations différentielles, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 249-268.

Brougère Gilles, « Les expériences ludiques des filles et des garçons », in Lemel Yannick et Roudet Bernard (coord.), Filles et garçons jusqu’à l’adolescence. Socialisations différentielles, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 199-222.

Buscatto Marie et Léontsini Mary (dir.) (2011), Les Pratiques artistiques au prisme des stéréotypes de genre, Paris, L’Harmattan.

Cardon Dominique et Granjon Fabien (2003), « Éléments pour une approche des pratiques culturelles par les réseaux de sociabilité », in Donnat Oliver et Tolila Paul (dir.), Le(s) public(s) de la culture, vol. II, Politiques publiques et équipements culturels, Paris, Presses de Sciences Po, p. 93-103.

Dietsch Bruno et Sotto Marie-Françoise (2010), « L’enseignement spécialisé de la musique, de la danse et de l’art dramatique en 2008-2009 », Culture chiffres, no 4, DEPS.

Ferrer Mathilde et Mainardi Patricia)(2007), « De chaque côté de l’Atlantique, deux parcours féministes en art », in Sofio Séverine, Emel Yavuz Perin, Molinier Pascale (coordonné par), « Genre, féminisme et valeur de l’art », Cahiers du genre, no 43, L’Harmattan, p. 89, p. 71-94.

Fize Michel (2006), L’adolescent est une personne… normale. Pour en finir avec le mythe de la crise de l’adolescence, Paris, Le Seuil.

Fougeyrollas-Schwebel Dominique, Planté Christine, Riot-Sarcey Michèle et Zaidman Claude (dir.) (2003), Le Genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, Paris, L’Harmattan.

Galodé Gilles et Danner Magali (2006), « L’insertion professionnelle des diplômés DNSEP 2003. Enquête nationale trente mois après le diplôme », IREDU, Ministère de la Culture et de la Communication. Délégations aux arts plastiques, juin.

Lloze Évelyne (2007), « Éléments de réflexion sur la question du genre dans la poésie moderne et contemporaine », in Naudier Delphine et Rollet Brigitte (dir.), Genre et légitimité culturelle. Quelle reconnaissance pour les femmes ?, Paris, L’Harmattan, p. 75-98.

Lornage Carine (2008), « Rapport d’enquête sur les diplômés des écoles d’art de la région Nord - Pas-de-Calais – Promotions 2002 à 2006 », enquête commanditée par l’AREA (Association Régionale des Écoles d’Art du Nord - Pas-de-Calais), avril.

Lutinier Bruno, Dietsch Bruno et Sotto Marie-Françoise (2011), « Formations artistiques, culturelles et en communication en 2009 : 155 000 étudiants dans des filières très diversifiées », Culture chiffres, no 5, DEPS. Moulin Caroline (2005), Féminités adolescentes. Itinéraires personnels et fabrication des identités sexuées, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Moulin Raymonde (1992), L’Artiste, l’Institution et le Marché, Paris, Flammarion.

Octobre Sylvie (2004), Les Loisirs culturels des 6-14 ans, Paris, La documentation Française.

——— (2005), « La fabrique sexuée des goûts culturels : construire son identité de fille ou de garçon à travers les activités culturelles », Développement culturel, no 150, décembre, p. 1-10.

——— (dir.) (2010a), Enfance et Culture. Transmission, appropriation et représentation, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, DEPS.

———, Détrez Christine, Mercklé Pierre, Barthomier Nathalie (2010b), L’Enfance des loisirs. Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, DEPS.

Pasquier Dominique (1983), « Carrières de femmes : l’art et la manière », Sociologie du travail n ° 4, p. 418-431.

Quemener Nelly (2011), « Ces femmes qui font rire : du stéréotype féminin aux “nouvelles féminités” dans les talk-shows en France », in Buscatto Marie et Léontsini Mary (dir.), Les Pratiques artistiques au prisme des stéréotypes de genre, Paris, L’Harmattan, p. 14-30.

Quemin Alain (2001), Le Rôle des pays prescripteurs sur le marché et dans le monde de l’art contemporain, Paris, ministère des Affaires étrangères.

——— (2009), « Femmes et artistes : la difficile voie du succès dans le secteur de l’art contemporain », Catalogue en ligne de l’accrochage « Elles », Centre Pompidou, juin.

Ravet Hyacinthe, Musiciennes. Enquête sur les femmes et la musique, Paris, Éditions Autrement, 2011.

Segré Monique (1993), L’Art comme institution, L’École des Beaux-Arts 19e-20e siècle, Cachan, Éditions de l’ENS-Cachan.

Singly François de (1989), Lire à 12 ans. Une enquête sur les lectures des adolescents, Paris, Nathan.

Sofio Séverine, Emel Yavuz Perin, Molinier Pascale (coordonné par) (2007), « Genre, féminisme et valeur de l’art », Cahiers du genre, no 43, L’Harmattan.

Notes

1 Raymonde Moulin signalait déjà à travers une enquête réalisée dans les années 1980, dans son ouvrage L’Artiste, l’Institution et le Marché (1992), que les femmes étaient sous-représentées par rapport aux hommes parmi la population des artistes français et d’autant plus si l’on s’intéressait à leur succès. De même, Alain Quemin qui s’est penché sur la place des femmes dans le secteur de l’art contemporain constate que, même si l’on observe une certaine progression depuis les années 1990, les femmes peinent à accéder à une très forte visibilité ainsi qu’à atteindre des produits de ventes identiques à ceux des hommes.

2 Historiquement, nous savons que les femmes évoluaient dans la sphère privée et les hommes dans la sphère publique. Cette notion a également été largement abordée par de Singly (1989).

3 Les élèves inscrits en école d’art supérieure peuvent choisir entre trois options : Art, Design et Communication.

4 Chiffre finalement assez proche des dernières études réalisées du côté des formations artistiques et culturelles : Lutinier, Dietsch et Sotto, 2011.

5 « Les femmes qui choisissent la carrière d’artiste ont moins de chances que les hommes d’atteindre une forte visibilité. » (Pasquier, 1983)

6 Moulin C., 2005, p. 101 : « Interrogées sur l’image de féminité incarnée par la mère, les filles ont tendance à vouloir occulter la déterminance du modèle sexué à travers lequel elles se sont socialisées dans la relation à leur mère… », p. 177 : « Même si les filles rencontrées privilégient, et semblent vouloir valoriser une autonomie symbolique vis-à-vis de la culture familiale, notamment maternelle, celle-ci ne paraît pas sans effet sur le mode de construction et d’expression de la féminité adolescente... ».

7 Moulin C., 2005, p. 40 : « Le genderism qualifie un ensemble des manières de faire et d’agir en tant que filles ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Répartition Filles/Garçons
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Répartition par sexe chez les enseignants
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Qui a eu l'idée de t'inscrire à l'école d'art ?
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search