Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

Table ronde. Les atouts du club : points forts, prospectives

Le club sportif a-t-il un avenir ?1

Ernest Gibert

Texte intégral

  • 1 Les échanges de cette table ronde ont été retranscrits par Lam Liang. Ils conservent du caractère (...)

Table Ronde animée par Ernest GIBERT
Rouen U.C., Administrateur de l'U.N.C.U.

1Le Club Sportif a-t-il un avenir ? Le club sportif risque-t-il de disparaître ? Notre expérience nous incline évidemment à dire que son existence n'est pas forcément menacée. Sans doute existe-t-il une disparité des clubs, avec des modalités spécifiques de gestion des ressources. De ce fait, dans l'avenir, le paysage des clubs sportifs risque de singulièrement évoluer. Des bénéfices mais également des préjudices seront enregistrés. Dès lors, deux attitudes sont possibles. Nous pouvons éventuellement adopter une attitude passive en raisonnant de la manière suivante : nous, les clubs, avons toujours pu assurer la durée. Nous aurons toujours les moyens de prouver notre efficacité au fur et à mesure que les problèmes surgiront. Il est possible d'envisager une attitude bien moins minimale. Nous pouvons en effet choisir une attitude active, dynamique et sensible aux transformations de la société. Le club sportif doit changer. Comment organiser ses transformations, voire même ses mutations ? Il s'agit, dans le cadre de cette table ronde, de faire le point sur le club sportif aujourd'hui et de formuler un certain nombre de propositions. Ces dernières serviront de canevas pour un projet de club, pour un projet des clubs sportifs, en tenant compte de l'extraordinaire diversité des associations sportives. Nous avons insisté sur la nécessité de mettre en place un Observatoire du Sport, une structure légère, à géométrie variable, ayant pour mission d'observer – pour les comprendre – les phénomènes éthiques, médicaux, économiques, sociaux et politiques, techniques, médiatiques qui traversent le fait sportif. Vous ne serez pas étonnés par le propos puisque c'est, dans une certaine mesure, et avec la modestie requise, la tâche accomplie par l'Université Sportive d'Eté depuis plusieurs années déjà. Je proposerai d'ailleurs que l'Observatoire du Sport soit intégré à l'U.S.E. selon des modalités qu'il conviendra d'examiner.

2La table ronde doit nous permettre de faire l'état des lieux – du club sportif – et de préciser quelques axes prospectifs en ce domaine, pour que les vrais responsables du sport aient les moyens de bien gouverner celui-ci. Mais quels sont les moyens qu'il convient de donner aux responsables pour qu'ils puissent gouverner le sport et assurer son avenir ? L'action, à ce niveau, porte, me semble-t-il, sur trois variables-clés : l'administration, comprise au sens le plus large, la formation, et il ne s'agit pas de se limiter ici à des vœux pieux, la communication enfin, entendue dans son acception la plus complète.

3Voilà les quelques remarques introductives que je voulais rappeler avant de donner la parole à notre hôte Henri Courtine.

4Henri Courtine Je fais partie des optimistes et je pense effectivement que les points forts du club existent. Première qualité du club sportif, c'est un désir et un acte volontaire de personnes qui ont un certain nombre de points communs, qui se réunissent, et un des points forts du club actuellement, c'est bien cette convivialité. La seconde chose, c'est que le fait d'appartenir à un club sportif donne la possibilité de s'exprimer, par la communication extérieure, également par toutes les couches de sociétés que l'on rencontre. Il existe une diversité qu'on ne rencontre nulle part ailleurs, par un spectacle, une activité ou une atmosphère inégalable. C'est un des points forts des associations, et en particulier de l’association sportive. Le pouvoir du sport peut prendre des dimensions extraordinaires ; c'est par exemple par le sport que les deux grandes nations que sont les USA et la Chine ont su renouer des relations diplomatiques. Cette convivialité, la possibilité de pouvoir rencontrer des gens très divers du point de vue social, l'amour d'une même chose, ce sont ces aspects "famille élargie" que l'on doit rencontrer dans un bon club.

5(...)

6Ernest Gibert Mais quand on voit le club de l'extérieur, se présente-t-il comme une famille unie, notamment quand il se conduit en tant que solliciteur ? Vous semble-t-il, vous, monsieur Augé, qui êtes souvent sollicité dans une Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports pour neutraliser les faiblesses, que le club a tout de même des points forts ?

7(...)

8André Augé Je crois que le club, dans les années à venir, aura un rôle de plus en plus important à jouer ; ce qui ne veut pas dire que son avenir soit assuré, car il aura à faire face à de possibles nouvelles structures qui auront une mission comparable. Ce qui nous intéresse, en tant que pouvoir public, dans le club, c'est sa mission de service public, de plus en plus importante. On l'a vu avec les centres d'animation sportive, avec l’aménagement du temps scolaire, avec les contrats bleus. De plus en plus, on est conscient, dans les milieux éducatifs, que le sport ne peut être enseigné que par des sportifs. Nous avons besoin que le sport entre à l'école et cette action en faveur des jeunes est fondamentale. N'oublions pas que les enfants sont fait pour jouer. Les moyens simples que nous avions jadis (une place publique, un balle de tennis ou une boule de chiffons comme ballon...) pour jouer, les enfants courant librement dans la rue, ont disparu. La seule chance maintenant qu'aient les enfants de s'ébattre physiquement est le terrain de sport. Le rôle du club me paraît extrêmement renforcé dans ce domaine ; il y va de la formation, il y va aussi de la joie de nos enfants, ce qui est très important. La deuxième idée, c'est l'idée de progrès et de perfection. C'est l'idée qui domine toute la mentalité sportive. On veut toujours faire mieux, individu ou club. Quand il y a progrès, il y a effort, donc enrichissement, et à partir du moment où le club propose cet enrichissement, cela nous intéresse également, avec comme arrière pensée la représentation au plan national, puisque l'aboutissement des efforts du sportif, c'est de faire partie de l'Equipe de France, de la représenter, même si parfois il s'agit de représenter plus modestement, la région, le département ou simplement son propre club. Ce sont les deux idées essentielles qui nous intéressent dans le club, en tant que pouvoir public, c'est d'une part la mission de service public confiée au club, qui est une marque de confiance, et puis, la mission de formation de l'individu.

9(...)

10Ernest Gibert Jusqu'ici, cette relation qui existe entre le club sportif et l'école est plus un point faible qu’un point fort.(...) Qui n'a pas eu à payer les effets de cette absence de liens clairs entre le club sportif et l’école ? Evoquons simplement le cas du ski. Il peut y avoir des écoles de ski, on peut dans certaines régions faire du ski pendant l’école, peut-on pour autant se passer du club sportif ?

11(...)

12Georges Joubert Alors que tout semblait réuni pour que cette collaboration se fasse, on ne l'a pas vu naître. Pourquoi ? Parce que dans la plupart des cas, le personnel enseignant, bien que se disant favorable, n'y est en fait pas fondamentalement ouvert. Il est bon de rechercher des responsabilités. (...) Le fait qu'il y ait deux ministères, le ministère de l'Education Nationale et le ministère de la Jeunesse et des Sports, maintenant que les professeurs d'éducation physique sont strictement "Education Nationale" alors que le club est resté "Jeunesse et Sports", est une difficulté considérable pour mettre en place tous les projets qui portent sur des années et qui vont naître demain. (...)

13L'acte de base était de lier davantage le mouvement sportif associatif et le sport à l'école. J'ai dit que la première chose était de réunir les acteurs dans le mouvement Jeunesse et Sports, sinon il était absolument impossible de supposer que le milieu associatif puisse demain collaborer avec le milieu scolaire. Disons que je suis pessimiste. Prenons l'exemple du ski. Il n'est pas pensable qu'il n'y ait pas symbiose totale entre le club de sport local et l'école primaire du coin ; c'est incroyable, alors que les sports d'hiver sont les seuls qu'on peut pratiquer les trois-quarts de l'année ! Si on ne peut réussir là, c'est que des choses se passent, dont nous connaissons d'ailleurs les raisons et qui sont faciles à analyser. Ensuite, ce qui me rend également pessimiste, c'est qu'un sport non intégré dans l’Education nationale peut évidemment 'difficilement aboutir, et qu'un sport enseigné dans les établissements scolaires, intégré dans l'Education nationale alors que le reste du sport ne l'est pas, me semble une piètre solution. En Autriche, où le sport est dans l'Education nationale, cela crée un série de réalisations extrêmement intéressantes. Dans tous les villages, la symbiose est infiniment plus grande que chez nous. Alors, de par mon expérience et sur la question précise qui m'a été posée, je suis assez pessimiste.

14(...)

15Ernest Gibert Ce qui devrait être un point fort se révèle donc un point faible. Ce n'est pas un constat suffisant pour renoncer aux éventuelles mesures qui pourraient être envisagées. Quant à celles qui existent aujourd'hui, nous y reviendrons. Cette constatation que des forces sont en même temps des faiblesses, on la fait souvent dans le domaine séparé et à la fois impliqué de l'économique et du social. Si les entreprises, et il n'y a pas qu'elles, écoutent de temps en temps les dirigeants du sport lorsqu'ils se présentent devant elles en mendiant, c'est probablement qu’existent dans le club sportif des points forts. Desquels peut-il s'agir ?

16(...)

17Jean Houël Qu'engendre l'activité sportive ? Des produits, à plusieurs aspects. La pratique sportive génère des bienfaits, des bénéfices, des retombées différentes, à la fois matérielles et immatérielles, facilement chiffrables en termes économiques. On sait que tel sport peut engendrer tant de spectateurs donc tant de rentrées, donc des ressources, ou qu'il peut engendrer tant de "clients" ou tant d'adhérents payants, tant de cotisations, de droits de pratique, de formation, d'initiation, etc..., tout cela est facilement chiffrable. Et puis, il y a aussi les produits beaucoup plus difficilement chiffrables, mais que chacun ressent comme réels, même s'ils sont un peu immatériels pour l'individu : des retombées d'ordre psychologiques, physiologiques, un mieux-être, des sensations d’augmentation de ses capacités, mais surtout aussi pour les organismes et les institutions. Des produits, s’agissant de la cohésion interne du groupe, d'un positionnement par rapport aux autres groupes, d'un sentiment d'appartenance, toutes choses difficilement chiffrables économiquement mais fondamentales. On ne sait trop en mesurer l'impact, mais on sait qu'il y a un impact. Et on s'est aperçu qu'économiquement, les entreprises qui s'inscrivent dans une dynamique de développement savent maintenant qu’il leur est indispensable d'intégrer cet élément immatériel qu'est la motivation, qui donne du sens, qui permet aux gens d'avoir l'impression de se réaliser, c’est le moteur finalement.

18Tout ces produits de l’activité sportive sont-ils demandés ? Qui cela intéresse-t-il et par qui sont-ils susceptibles d'être offerts ? On se trouve alors devant une multiplicité de cas de figures. Reste qu'il y a une structure originelle qui est le club sportif. Cette structure est-elle la meilleure pour engendrer et proposer ces produits-là de la meilleure façon ? C'est très difficile d'être totalement affirmatif ; pour rejoindre Henri Courtine, je dirai que le point fort du club, c'est son crédit historique. Quand on parle de pratique ou performance sportive, on revient toujours à la notion de club, même si derrière on s'aperçoit que cela peut être parfois autre chose, l'Etat au sens maximal dans les pays de l'Est, ou encore une entreprise privée avec le modèle américain, mais curieusement, les uns et les autres veulent garder quand même l'appellation, la façade. On peut s'interroger sur les raisons. Et c'est cela le point fort ! Dans le domaine de la pratique sportive, on est dans le domaine de la contradiction quotidienne à gérer. C'est significatif.(...) Il faut faire preuve d'humilité. Je reste persuadé que le club sportif, à condition de faire son auto-analyse, est de par son existence même son propre point fort. Apparemment, personne ne veut s'en passer. Alors, il faudra que les gens, qui ont le plus d'engagement historique dans cette structure, fassent ce qui est nécessaire pour que la réalité rejoigne l'image collective dont on crédite toujours le club sportif. Il est encore temps de ne pas laisser dilapider ce crédit symbolique fondamental.

19(...)

20Ernest Gibert Le club sportif a donc des points forts, avec au moins deux aspects, c'est un rassembleur et un utilisateur de richesses tenant au capital humain du club sportif. Il crée aussi des richesses, dans le domaine de la consommation, il crée des emplois. Dans une période où nombre des secteurs économiques traditionnels perdent des emplois, le club sportif, lui, dans le champ du tertiaire, crée des emplois, mais des emplois souvent de mauvaise qualité. Néanmoins, il y a lieu de s'interroger sur ce qui peut être adapté. Bref, le club sportif est. Ce n'est pas une formule, il faudrait évaluer son importance. C'est un élément du capital économique, un élément essentiel aujourd'hui. Est-ce un élément du capital social ? Culture et club sportif ; c'est un vieux débat. La culture, c’est l'héritage social des individus. Cette formule est un peu en liaison avec ce qui a été dit du crédit historique. Dans le capital social d’une nation, dans son héritage, le club sportif est-il un trait constitutif du patrimoine et un atout majeur pour le sport de demain ?

21(...)

22Jean-Paul Callède Je vais tâcher de répondre à votre question, mais il me semble que les interventions précédentes laissaient déjà entrevoir la réponse. Oui, le club sportif est bien un élément important du patrimoine culturel et social. Sa structure associative, les possibilités de formation de la personne, les apprentissages, les prises de responsabilité, la maîtrise et le perfectionnement des techniques d'expression corporelle, l'émotion collective propre à la compétition sportive en sont autant de traits caractéristiques.

23Je me suis demandé lorsque m'a été faite la proposition de participer à cette table ronde si un sociologue avait quelque chose à répondre à la question : le club sportif a-t-il un avenir ? Se lancer dans la prospective comporte toujours une part de hasard. On peut verser dans l'illusion romanesque. Et, lorsque le futur devient le présent, l'écart enregistré entre le projeté et le réel, entre le réalisable et le réalisé, n’a même pas l'attrait du roman d'anticipation. C'est un échec du raisonnement... Pourtant, la question appelle une réponse affirmative, mais c'est vrai qu'aujourd'hui la mode, en matière d’environnement sportif, est à l'entreprise et au sport spectacle ; il n'est pas sûr en fait que ce soit le degré maximum de la culture sportive. De même, je me demande si, quelquefois, on n'a pas trop tendance à décrire la partie pour le tout. Je crois qu'il y a une réalité associative et culturelle du sport qui, aujourd'hui, n'est pas peut-être placée au premier plan dans la mesure où elle est occultée par les moyens de communication de masse et par certains de mes confrères. La mode de la sociologie du sport est aujourd'hui aux "socio-styles", c'est à dire aux modes d'accès individualistes à la pratique sportive et à leur célébration. Il n'est pas sûr que cela corresponde au poids réel qu'occupent ces pratiques individuelles dans le domaine des activités sportives.

24Il y a peut-être moyen de formuler deux sous-interrogations pour éclaircir le débat. La première serait : le club est-il l'avenir du sport ? Et par rapport aux prestations de service dont on parlait tout à l'heure, je crois qu'il faudrait raisonner en termes de relativisme, fût-il provisoire, et essayer de mieux connaître la dynamique, l'environnement social, culturel et économique de notre société, pour voir comment s’articule le club ou les clubs dans cette réalité sociale. Et une autre question nous amènerait à retrouver la problématique de Jean Houël : un sport sans club a-t-il de l'avenir ? Et là, l'optimisme doit être tempéré, parce qu'il y a sans doute à actualiser le projet du club, mais en même temps le club est une réalité sociale incontournable. (...)

25Il existe plusieurs modalités de demande sociale en matière de sport. Il y a sûrement aussi plusieurs modalités possibles d'offres. Il n'est peut-être pas question que le club réponde à l’ensemble ces demandes, Monsieur le Directeur Régional de la Jeunesse et des Sports nous disait qu’il risquait de s'écrouler en fait sous cette tâche. Je pense qu'il faut à tout prix envisager cette diversité sociale des formes de pratique sportive en termes de connaissance et d'information, justement pour essayer d'actualiser le projet du club. Et la proposition de participer à un Observatoire du Sport me paraît importante, car elle se placerait fermement sur le plan de la connaissance et non pas directement sur le plan de la concurrence par rapport à des instances locales, régionales ou nationales qui existent déjà et qui ont, du moins le prétendent-elles, vocation pour les problèmes d'organisation du sport.

26(...)

27Ernest Gibert C'est une excellente transition pour le problème suivant, car en évoquant les points forts du club, en même temps, nous avons traité l'essentiel de la première question : les finalités pour le club sportif demain. (...) Je vais me tourner vers Jacques Marchand. Qu'il nous dise ce qu'il pense de l'idée selon laquelle, dans le domaine de la communication, au sens le plus large, le club sportif dispose là aussi de quelques points forts.

28(...)

29Jacques Marchand Sport et communication semblent faits l’un pour l'autre. J'ajouterai même qu'ils existent l'un par l'autre. Cela devrait être un point fort, cela pourrait être un point fort ; c'est tout de même un problème. Pourquoi ? D'abord pour toutes les raisons qui ont été énoncées, le sport est communication. A partir du moment où il y a convivialité, il y a un moyen d'expression, diversité dans les contacts humains et partage de la passion. Alors, vous avez là, indiscutablement, communication. Le club constitue une sorte de réseau câblé de communication, il n’y a pas meilleur véhicule. En revanche, la question qu'on peut se poser est la suivante : disposant de ce réseau câblé, que fait-on passer dans le réseau ? C'est là le problème qui m'inquiète. Le point fort devient point faible dès lors qu'on se sert de ce réseau pour faire passer des ambitions, des résultats à n'importe quel prix, par n'importe quel moyen, alors qu'il devrait être utilisé pour faire passer des valeurs réelles du sport, y compris la formation. Quel est l'endroit plus favorable que le club pour essayer d'éduquer déjà non seulement les gens du sport lui-même, mais aussi pour faire du civisme. Et là, on ne devrait pas seulement se préoccuper d'obtenir des résultats sportifs, mais il faudrait penser un peu à l'avenir des jeunes, en les aidant, par exemple pour leurs études, en les aidant à trouver des situations décentes ; et ceux qui veulent conserver des athlètes de haut niveau dans leur club trouvent toujours les moyens d'apporter des solutions à ces aspects. Or, réunir les gens d'un même club, et leur dire « nous avons des jeunes à notre disposition, essayez au moins de les aider », c'est là que se tisse le véritable lien. Il peut y avoir une communication intense, et ce doit être un objectif pour nous. Et pour répondre à votre question, je dis, oui, effectivement, le club peut être un merveilleux moyen de communication. (...) Le réseau est posé ; au club de bien l'utiliser.

30(...)

31Caroline Carpentier Je crois que le point fort du club, c'est avant tout la compétence technique, où l'on trouve vraiment tous les éléments nécessaires, au-delà de l'éducation physique à l'école, pour poursuivre un sport. Actuellement, c'est le club qui propose les plus grandes compétences, compte tenu des exigences techniques d'un sport.

32(...)

33Jean-Pierre Lefèvre Je voudrais ajouter certains éléments et répondre par quelques remarques à notre éminent collègue Georges Joubert. Pour le mode de sociabilité qui tourne autour du club, mode d'intégration sociale des individus, de circulation des valeurs de la démocratie, etc..., l'associativité semble une valeur profonde attachée au système éducatif. Il y a là une "relance" avec l'école qui me paraît complètement évidente. Peut-être a-t-on oublié aussi, dans ce que les sociologues appellent la crise des reliances, le fait que le club peut, face à un certain éclatement de la famille, face à de nouveaux ancrages que l'individu recherche dans ses liens affectifs (entre autres, le poste de télévision est une des nouvelles reliances), jouer un rôle extrêmement important. L'association permet l'expression de la diversité, des différences ; nous savons qu'au sein même du club sportif existe la tendance compétition, la tendance convivialité, la tendance libertaire. Pour en revenir au pessimisme de Georges Joubert, lorsqu'il évoque les liens entre le sport et l'école, il me semble que l'Université a raté historiquement le sport. Elle a refusé le sport au début du siècle ; Coubertin l'avait pressenti et regretté, mais c'est un fait. Alors, on peut se poser la question de savoir pourquoi il en est ainsi. J'avancerai prudemment que les valeurs du sport n’étaient pas dignes de l'Université, enfermée dans sa suffisance très académique. Si on n’insiste pas sur ce problème des valeurs, nous ne nous relierons pas à l’école, car l’école se veut le lieu par excellence de construction des valeurs pour une société. (...)

34Yves Chateaureynaud Il y a peut-être des points forts et faibles que nous n’avons pas souligné suffisamment. Il est difficile de passer sous silence que le club constitue, qu'on le veuille ou non, un relais de reproduction des inégalités sociales. Il est banal de dire que le public qui pratique dans les clubs de boules et celui qui pratique dans les clubs de golf n’est pas tout à fait le même... Il ne faut pas toujours chercher à justifier un modèle idéal quand on retrouve ces clivages sociaux jusqu'à l'intérieur des clubs eux-mêmes. La seconde remarque que je voulais faire, c'est que la retenue de certains éducateurs, et notamment des professeurs d'éducation physique, s'explique aussi par un aspect qu'on a complètement passé sous silence : celui de la recherche de haute performance, où il y a tout de même des dangers pour les jeunes qu'il faut bien souligner. Ce sont des aspects dont il faut tenir compte.

35(...)

36Ernest Gibert Certainement, surtout au moment où nous devons cerner quels seront les activités que devra offrir le club sportif demain, s'il veut avoir un avenir. (...) Je souhaiterais poser une question à Daniel Herrero. Si l'on considère que la Fédération Française de Rugby est un club, le club a-t-il un avenir ?

37(...)

38Daniel Herrero Nous n’avons pas l'impression qu'elle mérite le label de club, dans le sens de : lieu d'échange, lieu de réflexion, lieu où l'on envisage l'humain dans la dimension de son épanouissement. Nous avons par contre le sentiment que notre fédération, dans son mode de fonctionnement, bloque un tant soit peu l'effervescence intellectuelle et morale des hommes. Mais, au demeurant, nous avons aussi, et je le dis sincèrement, la sensation des difficultés que rencontre notre jeu à l'heure actuelle, le jeu de rugby – nous le percevons comme encore original dans le monde du sport français, original par rapport à son histoire, à sa culture, à sa philosophie, à son éthique, à sa morale bien sûr. Ce qui fait que nous aimerions avoir autour de nous des exemples d'une évolution sportive saine, sans équivoque, à l'intérieur de laquelle l'argent ne perturbe pas, ne pervertisse pas, à l'intérieur de laquelle les problématiques, les pressions sociales, culturelles, économiques soient claires. Aujourd'hui le rugby s'interroge de façon troublante, car nous connaissons de l'extérieur des fédérations qui souhaitent garder notre éthique et morale sans se pencher sur l'évolution du monde de cette fin du siècle, alors que nous avons, à l'intérieur de la F.F.R. des gens qui souhaitent le faire et qui, fatalement, sont perturbés par les dangers que nous risquons alors de courir !

39(...)

40Ernest Gibert Vous allez tout à fait dans le sens des questions que nous nous posons. Sans les appliquer à un cas particulier, votre interrogation reprend bien la plupart de nos préoccupations avec le souci d’articuler tout cela sur l'évolution du monde, et d'essayer, mais c'est sans doute extrêmement ambitieux, de faire apparaître quelques points d'ancrage pour dégager un projet d'action.

41La deuxième question que nous allons nous poser, en relation directe avec ce qu’a énoncé Daniel Herrero, est la suivante. Quelles seront demain les activités que devra assumer le club sportif ? Donc, quelles prestations ?

42(...)

43Jean-Paul Callède N'oublions pas cependant la grande diversité des associations sportives : taille, effectif de licenciés, localisation géographique, réseau d'influences, etc..., dont ne rend pas compte l’expression générique de "club". Il convient d'être plus précis en évoquant les différents postes de responsabilité que comprend un club. Il y a des dirigeants, des entraîneurs, des athlètes, et je pense qu’on ne peut aborder la question des prestations de service du club sans évoquer cela. La nature des prestations dépend directement des ressources réelles ou effectivement mobilisables... Je crois que c'est en termes de contrat avec la collectivité locale qu'il faudrait essayer de trouver des pistes de recherche. Yves Chateaureynaud avait démontré dans son exposé qu'il fallait en fait définir des contrats sur la base d'une loyauté saine entre, d'une part, des clubs qui apportent un modèle pédagoqique, éducatif, sportif, et d'autre part les collectivités locales, qui fournissent dans la plupart des cas les équipements et les subventions. A mon avis, c'est autour de cette perspective qu'il faut tenter d’engager la réflexion. (...)

44(...)

45Ernest Gibert Quelqu'un a souligné également, si l'on voulait développer certaines parties, la nécessité de prendre des mesures économiques et fiscales. Par exemple, l'utilité qu'il y aurait à abaisser les taux de T.V.A., qui concerne soit les pratiques, soit les produits - afin d'en faciliter la consommation-, ce qui serait sûrement un moyen d’ouvrir le monde des consommateurs. Alors, toute TVA spécifique à des types d'activités particulières ou pour des biens de consommation sportive particuliers résoudrait sûrement bien des problèmes. Deuxième possibilité, la notion de contrats entre le club et un certains nombre de partenaires, en particulier les collectivités locales.

46(...)

47Daniel Herrero La priorité reste : comment le dynamisme interne pourra-t-il s'effectuer de la façon la plus optimale sans trop se pervertir avec l'argent ? Aujourd'hui, nous sommes une structure qui dépend essentiellement du financement municipal, nous allons tous en quête, vers des structures qui pourraient augmenter notre potentiel financier : une quête vers l'argent qui nous angoisse ! C'est un point fondamental pour nous. Et puis maintenant, s'ajoute un autre aspect : comment nous brancherons-nous avec le monde du sponsoring, avec cette identité à ne pas perdre, cette générosité à conserver, cette indépendance féroce à laquelle nous sommes profondément attachés, tout en sachant qu’un volume d'argent supplémentaire nous permettrait de mieux travailler, et qu'il peut influencer notre niveau de pratique, notre niveau de performance. Voilà à l'heure actuelle, les interrogations qui sont fondamentalement les nôtres. Et puis, aussi, en gardant l’exemple du rugby, comment pouvons-nous contribuer à l'évolution de nos enfants, en tant que personnes humaines, et avec la perspective d'un avenir sportif ? Notre objet actuel c'est essayer d'être complémentaire de l'école, de renforcer par l'intermédiaire du club une structure d’évolution personnelle, scolaire, intellectuelle et morale, que le club soit ce lieu de vie dans lequel toutes ces dimensions peuvent se combiner et se compléter.

48(...)

49Yves Chateaureynaud Il faut rappeler qu’un des points forts, sinon le point fort, d'un point de vue historique et quasiment jusqu'à aujourd'hui, c'est le fait que les clubs étaient les seuls détenteurs de l'ordre en matière sportive, fondé sur le sport-compétition. Hors de la compétition, point de salut ! Ce qui fait qu'il y a aujourd'hui une menace, un risque : c'est notre incapacité jusqu'à ce jour à avoir su intégrer efficacement d'autres modèles que celui fondé exclusivement sur la compétition. Alors, quelle que soit l'évolution des pratiques, notre problème majeur est de savoir comment, au travers du modèle convivial, nous allons pouvoir intégrer d’autres catégories de pratiquants qui n’ont pas comme point de référence exclusivement la compétition. (...) Il existe une différence entre ce qu'on souhaite au niveau de l'épanouissement de la personne humaine et la modalité exclusive que le club sportif a adoptée : la compétition. Pour caricaturer et provoquer, il est facile de démontrer que la compétition aujourd'hui est un dispositif qui vise à éliminer systématiquement les plus faibles. Et si l'on prend des éléments statistiques dans nos propres clubs, quand on voit le nombre d'enfants qui passent entre nos mains jusqu'à l'âge de dix à douze ans et ce qu'il en reste cinq ans plus tard, on peut effectivement s’interroger, même en terme de démocratisation, sur le bien-fondé de notre action ! Voilà pour le caricatural mais le taux de fuite qui existe est sans doute lié, au moins pour une part, au fait que nous ne répondons pas à toutes les attentes des enfants et des plus jeunes au travers d'un système qui vise à hiérarchiser la pratique sportive.

50(...)

51André Augé Il existe, me semble-t-il, d'autres raisons dans cette fuite des jeunes. Mais cela dépasse le thème de la table ronde. Ce qui est important, c'est qu'ils aient connu le sport. Par contre, il convient de porter l'effort sur toute la jeunesse qui n’a pas fait l'expérience associative du sport.

52(...)

53Monique Tocquer Si le club sportif veut subsister, et je le rapprocherai ici de l'activité économique, il faut qu'il fasse de la qualité. Je crois que c'est essentiel. Il faut arrêter de bricoler dans nos clubs ; il faut commencer par faire de la qualité pour être compétitif sur le marché. La question à se poser, c'est : comment faire cette qualité ? Quels sont ses fondements ? Je voudrais mettre deux idées en avant. D'abord, pour être compétitif, il faut avoir des dirigeants de qualité. Choisissons-les bien et formons-les s'ils ne sont pas assez qualifiés. Car un dirigeant est un leader. Pour être leader, il faut avoir des qualités fondamentales. On peut les avoir mais on peut également les acquérir au travers d'une formation. Deuxième chose importante, il faut donner au club les moyens d'être compétitifs et aux encadreurs la possibilité de s'exprimer. Il est indispensable de donner les moyens à ces personnes d'être payées, d'être rémunérées. Je crois qu'il faut faire une croix sur le bénévolat... Il faut que le service sportif soit rémunéré à son juste titre ; il faut donner à la prestation sportive et à l'enseignement sportif sa valeur sur le plan économique, pour toute compétence humaine et pour toute compétence du club, ce dernier doit avoir les moyens matériels de répondre aux besoins des clients, qui ont une passion mais qui viennent également se perfectionner.

54(...)

55Daniel Dartois Je veux faire des propositions au vu d'un constat. Les clubs manquent de moyens financiers pour bien travailler. Comme le mouvement sportif est rassembleur, même si nous avons des dirigeants et des gens qui pensent différemment, ne peut-on pas, au terme de notre Université, faire des propositions précises, en demandant aux gens responsables de notre pays, de notre jeunesse, d’instaurer un certain nombre de propositions qui seraient légiférées ?

56(...)

57Henri Courtine Nous parlions tout à l'heure des activités du club pour demain. Moi, je dirais plutôt, quelles activités va-t-on nous laisser ? Je pense qu'il faut lutter contre la fausse distinction sport de compétition / sport de loisirs, qui sont complémentaires et pas du tout en opposition. S'il s’est monté des officines pour faire ce que l’on appelle du "sport pour tous", c’est parce que, dans l'esprit des gens, le club sportif est la compétition, et rien d'autre. Un des enjeux, dans la décennie qui vient, c'est de changer cette image, et que chacun sache que, dans un club sportif, il y a du sport pour tous, selon ses affinités, son talent, et qu'il y a aussi l'équipe de compétition qui est un peu la locomotive dans le club. (...) Une vie réussie sur le plan sportif, qui n'est pas basée sur une dizaine d'années de sport de compétition ; c'est de commencer tôt et de finir Dès tard. C'est avant tout un état d'esprit. Voilà un autre enjeu du club !

58(...)

59Jean Houël Cette remarque est juste, mais je voudrais cependant la nuancer. Pas d'opposition sans doute, mais une filiation, interne. Quand on parle de sport, c'est synonyme de logique, d'amélioration, de perfectionnement de son potentiel personnel, même à un niveau modeste. Mais, et c'est en cela que je veux nuancer, le problème du club sportif est effectivement de ne pas rester sur un acquis, sur un produit allant de soi. Il faut avoir une démarche plus ouverte, savoir ce que le nouvel adhérent souhaite(rait). Il faut bien avoir à l'esprit cette démarche : logique sous-jacente commune ? Oui, mais en répondant à des attentes relativement différentes. Alors, on –se– cherche entre les pratiques individuelles ou collectives, nautiques ou autres, compétitives ou de détente, selon des formules très diverses. C'est là qu'une structure de club sportif omnisport est la plus intéressante. C'est un débat qu'on peut avoir.

60Une dernière idée que je veux reprendre : service de qualité, adapté aux évolutions, aux souhaits, d'accord mais il faut conjointement s'interroger sur les coûts, accepter de s'interroger sur le juste coût. Une idée s’impose depuis toujours : le sport doit être gratuit. Or, les sports qui se sont le plus développé ne sont pas ceux qui étaient les moins chers : les exemples ne manquent pas avec le ski, le tennis, ou encore le judo. Quand on veut un produit de qualité, on accepte de l'acheter ; je crois qu'il faut s'interroger là-dessus et creuser dans ce sens des propositions. A la limite, le sport gratuit est illégitime, car cela fait financer le sport par ceux qui n'en font pas. C'est sûr, la collectivité doit prendre en compte et financer. Mais jusqu'où ? Il ne faut pas renverser la problématique. Le club sportif aujourd'hui doit s'interroger d’abord sur la qualité de son produit, adapter son produit aux demandes et, à partir du moment où il prend conscience qu'il propose un produit de qualité, en exiger une juste rémunération.

61(...)

62Ernest Gibert La question qui s'impose est donc : comment assurer l'adéquation entre l'homme et la demande sportive lorsqu’on est dans un club ? Est-ce raisonnable de fournir une offre sans tenir compte de la demande ni de certains éléments difficiles à passer sous silence, telle la nature des coûts à supporter ? Question complémentaire : peut-on les faire supporter à d’autres comme c'est le cas pour des clubs privilégiés ?

63(...)

64Georges Joubert Juste quelques remarques. D'abord, il est vrai que le club a un énorme privilège, celui du monopole de la compétition. Par conséquent, c'est porteur, mais il y a tout de même des quantités de clubs qui se sont développés hors de la compétition. Ensuite, la preuve que les clubs qui ne s'occupent pas de compétition, qui s'occupent par exemple des activités en plein air, portaient en eux-même quelque chose de riche, c'est que des organisations comme le CA.G. par exemple, ont cherché à prendre la couleur club. Ils n'étaient pas compétents, c'est-à-dire que la convivialité qui existe automatiquement dans un club a été très difficile à créer, et ces organismes parasociaux qui ont pris la forme de club, très souvent, se sont plantés. En fait, tout réside dans la qualité des dirigeants. On parle de club, mais un club, c’est l’action de ses dirigeants. Au delà de la convivialité, une certaine catégorie d’animateurs apparaît. Apparaît aussi une deuxième catégorie d'animateurs, c'est le technicien. Alors, qualité du dirigeant, mais aussi qualité de la technicité ; c’est extrêmement important. Premièrement, le dirigeant, va-t-on le former ? A mon avis, on ne peut lui donner les qualités indispensables pour qu'il réussisse dans ce domaine. Il faut qu’on les prenne ailleurs. Et nous ne les aurons que si on leur offre un cadre dans lequel ces gens de qualité peuvent s'exprimer. Trouver un moyen de faire en sorte que son travail ne sera pas un travail ingrat. Deuxièmement, c'est dans un club que s'expriment à leur plus haut niveau les techniciens. Pourquoi ? Parce que : liberté d'action, liberté d’intervention.

65(...)

66Jacques Marchand Nous avons achoppé déjà sur la définition du mot sport. Pour certains, on ne saurait définir le sport sans compétition. Or il existe une expression qu'on n'emploie pas beaucoup, c’est celle d'activité physique. La définition du sport comporte les deux dimensions que sont l'activité sportive et l'activité physique. Cette dernière est souvent oubliée.

67(...)

68Henri Courtine Certes, il n'y a pas de sport sans compétition, mais quelle définition devons-nous proposer de la compétition ? A tous niveaux, il faut se mettre d'accord là-dessus, car il n’existe pas que le haut niveau de compétition.

69(...)

70Jean-Michel Martin Je reviendrai simplement sur trois termes qui ont été évoqués : qualité, offre, demande. Le terme de qualité est très important. C'est quelque chose que nous devons imposer ; dans le produit que le club fournit, ce produit, dans sa qualité, devra en permanence tenir compte de l'offre et de la demande. Une demande aléatoire par rapport à laquelle il faudra donc proposer un produit de qualité, et donc, c'est mon avis, des dirigeants de qualité.

71(...)

72Maité Riou On peut citer de nombreux exemples qui montrent que les clubs ne sont pas adaptés à la prise en compte de la diversification des demandes ni même à l'évolution des mentalités y compris dans le cadre de la compétition. Ces clubs perdent des licenciés et des licenciés potentiels. Or, l'intérêt pour la pratique compétitive existe. Il s’agit de repenser sérieusement l'animation autour de la compétition de niveau moyen en s'efforçant de comprendre les itinéraires sportifs et les logiques de participation des athlètes.

73(...)

74Dans le club traditionnel, j'ai trouvé personnellement un manque : le réseau de communication ne fonctionne pas. En athlétisme, nous sommes un peu des chevaux de course ; c'est tout. Seul le résultat compte ; l'intérêt à court terme également. Les abandons en cours de saison sont significatifs. Ensuite, l'encadrement a beau jeu de conclure, sans se remettre en cause, en disant : « untel ou unetelle ne s'intéresse pas à l'athlétisme ». Toujours est-il que dirigeants et entraîneurs ont de plus en plus de difficultés à présenter aujourd'hui une équipe complète d'interclubs...

75(...)

76André Augé Je voudrais revenir sur les marchés qui se proposent au club. Il y a d'abord le marché des jeunes, le club y joue son rôle. L'accueil des jeunes se fait bien dans le club. Le club joue aussi un rôle, au plan social, dans les vacances sportives. Le club également doit s'occuper des personnes de plus de trente ans, hors mais aussi dans la compétition, je tiens à le dire, même s'il s’agit d'une autre forme de compétition. C'est un marché important que tous ceux qui ont dépassé la trentaine. Il y a aussi le développement de l’activité sportive des femmes qu'il faut revoir. Ce ne sera pas facile, car il y aura cohabitation au sein du club. Une grande difficulté oppose les tenants de l'activité physique sport pour tous et ceux de compétition, dans une même structure, car la vedette est le club de compétition, qu’on le veuille ou non. Il y a aussi une concurrence pour le club : toutes les installations des associations privées qui se sont mises en place, c'est un marché qui sera difficile à saisir. Ensuite, un mot sur la qualité. On a parlé de la qualité technique ; c'est bien, mais c'est loin d’être suffisant. Car c'est le problème de la qualité de l’enseignement qui fera rester les gens au club, c'est avec l'amour qu'on porte qu'on enseigne. Il faut aussi un animateur au sein du club, qui mette les gens en relation, une relation qui n'est pas évidente au vu des différents niveaux sociaux existant dans le club. Enfin et surtout, il va falloir des équipements adaptés à ces nouvelles pratiques ; c'est extrêmement important. Nous n’avons pas actuellement ces équipements spécialisés en suffisance, presque pour tous les sports. Ce qui veut dire que l'effort de l'Etat et des collectivités locales ne va pas s'arrêter, car les besoins en équipements sportifs vont être de plus en plus importants. Et je tiens absolument à ce qu'il y ait une participation financière des pouvoirs publics, et que le contribuable paie aussi pour que les gens fassent du sport. Il y va de la valorisation du sport. L'éducation et le sport sont un peu la même chose. L'Etat doit donc intervenir financièrement.

77(...)

78Ernest Gibert Les prises de parole qui viennent d'avoir lieu permettent de mieux cerner, de mieux comprendre aussi, les enjeux du club aujourd'hui. Envisageons plus résolument le futur. Quel est l'avenir du monde du sport ? Quelle organisation pour le club demain ?

79(...)

80Yvon Gaborit Il faut d’abord que les gens aient une bonne image du club qui doit normalement retranscrire une micro-société. Mais tout le monde se dispute les gens, entre sections, oubliant l'unité du club. Ensuite, Il ne faut pas poser la relation entre l'école et le club comme une rivalité, c'est important. Les clubs doivent apprendre la démocratie. On peut trouver un lien entre le club et l'école, dans le sens que l’un peut être conseillé par l'autre. Cela devient alors une bonne complémentarité. Mais cela pose alors un autre problème : l'aménagement du temps scolaire. Une restructuration de la semaine scolaire permettrait peut-être une solution valable. Que valent par exemple des résultats sportifs sans résultats scolaires ?

81(...)

82Monique Tocquer Tout le monde est d’accord pour donner de la qualité au sein des prestations, mais c’est actuellement la mouvance des besoins que l'on perçoit directement. Donc, les directives de la qualité sont également d'être à l'écoute de la demande et de l’évolution, et je dirai même plus, d'anticiper sur cette évolution. Et il faut s'adapter à tout cela. Si l'on veut être réellement efficace, on doit connaître les besoins exprimés et ensuite essayer de les satisfaire le plus possible et du mieux possible.

83(...)

84Yves Chateaureynaud Je crois que parfois, nous ne parlons pas de la même chose. Il faudrait peut-être revenir aux bonne vieilles formules arithmétiques ; aujourd'hui, semble-t-il, le modèle sportif implique trois conditions ; qu'il y ait mise en action du corps, qu'il y ait compétition et qu'il y ait institution. Et si ces trois vocables ne sont pas réunis, on peut dire que nous sommes dans le champ des activités physiques. Si cette définition, après ce que l'on a dit, pouvait être acceptée, peut-être aurait-on alors moins de mal à se mettre d'accord.

85(....)

86Marc Nogaro (...) Quelle que soit la structure du club qui est mise en place, quels que soient les moyens qui sont obtenus, nous n’avons pas les moyens d'investir dans des infrastructures sportives.

87(...)

88Ernest Gibert Il est évident qu'il y a des mesures à prendre au niveau des pouvoirs publics pour favoriser l'investissement sportif. Il ne suffit pas de le dire pour le faire mais nous avons déjà insisté sur les formes du partenariat et sur les types de contrat que doit développer le club.

89(...)

90Georges Joubert Et nous devons poser la question des structures propres au club, aussi. Car, que se passe-t-il la plupart du temps en France ? Plusieurs clubs utilisent une même installation. Difficile alors pour un club d'avoir une âme et pour les athlètes d'avoir l'habitude de s'entraîner dans un même lieu dès lors que l'installation n'est pas appropriée par le club. Cela aussi est important.

91(...)

92André Augé Une discussion formulée en termes économiques est-elle suffisante ? Se calquer sur une entreprise ? On oublie alors la dimension humaine. Nous semblons reprocher au club une certaine inadéquation entre ce qu'il propose et les aspirations plus ou moins formulées des demandes. Or, un club sportif est toujours dirigé par des bénévoles, non par des commerçants. C'est toute la différence entre le sport-compétition et le sport de loisir. La démarche du dirigeant sportif est alors plutôt une démarche de missionnaire. Il propose quelque chose qui lui plaît et il va essayer de convaincre les gens que ce qu'il propose est valable, avec bien sûr une exigence de qualité. En revanche, le sport-loisir, qui va s'en occuper ? Il va être récupéré par le commerce, sans option personnelle, sans a priori philosophique. Le commercial va proposer un produit qui colle à la réalité, au goût du jour. Cela explique qu'il faut peut-être, certes, s’adapter à un marché concret, mais cela montre aussi que le dirigeant sportif ne doit pas toujours s'adapter ; il va essayer de convaincre le marché de la valeur de ce qu'il aime. Il a ses options, ses préférences, et il serait regrettable qu'il subordonne son action aux fluctuations de la mode et de l'activité marchande...

93(...)

94Daniel Herrero La tribune polémique peut avoir des inconvénients majeurs mais, à un moment, vous ne pouvez pas l'éviter. Le problème majeur pour moi, c'est, je crois, que l'homme doit rester prioritaire dans la structure ; c'est le pratiquant qu’il faut respecter. A partir de là, tout le conflit naît. La grande aventure du sport, c'est pour celui qui le pratique. (...) Nous, joueurs, pouvons devenir aujourd’hui une denrée périssable, qu'on jettera le moment venu sans un minimum de décence. Quel est le plus important, celui qui gère, ou celui qui agit, tout en sachant que celui qui gère agit aussi ? Mais l'acte prioritaire de la vie du club, c'est la pratique. Chaque fois que le pouvoir de la structure devient excessif, dans le conditionnement de la pensée ou par une démarche qui va inhiber le bonheur du pratiquant, alors nous nous insurgeons. (...) Nous ne pouvons percevoir le dirigeant que comme une aide, pour contribuer au bonheur du pratiquant, pour promouvoir l'image de l’homme, dans le sens de l’épanouissement. Jamais il ne doit se concevoir comme le patron. Il n'est que quelqu'un qui, à un moment donné, doit gérer de l'argent et doit impulser un dynamisme, bref être le garant de notre morale. L'enthousiasme, la tonicité, sont prioritaires sur l'ordre, la rigueur, la méthode.

95(...)

96Ernest Gibert Vous insistez sur la dimension humaine, et vous dégagez toute la difficulté et l'ambiguïté des problèmes de pouvoir, en particulier lorsqu'il s’agit d'une association sportive. Il ne faut pas de structure excessive ! Facile à dire, plus difficile à faire. (...) Il y a un certain gaspillage dans le club ; la richesse humaine est mal utilisée. (...) Cependant, il faudra toujours des dirigeants. Il est donc nécessaire de trouver une solution concrète, valable pour tous les clubs.

97(...)

98Henri Courtine J'ai pu mesurer les difficultés de contact avec les élus pendant les nombreuses années où j'ai travaillé avec la Fédération Française de Judo, en tant que D.T.N. ou Directeur Général. Car il y a incontestablement une situation conflictuelle potentielle entre le permanent disponible et l'élu qui n'a pas suffisamment de temps pour se consacrer à sa tâche. Cela ne peut se régler vraiment qu'avec des relations affectives, personnelles entre eux. De ce fait, je suis pour un poste de secrétaire général élu, mais payé, avec une permanence, un intérêt financier. Je crois que ce pourrait être une solution, non sans danger quelquefois, mais pratique pour une réelle disponibilité du dirigeant. Allons de l'avant, avant de subir l'événement. (...)

99(...)

100Ernest Gibert Voilà qui est clair. En ce qui concerne le dirigeant, on peut se demander comment il sera désigné.

101(...)

102André Augé Il y a plusieurs types de dirigeants comme il y a plusieurs types de pratiquants. Il y a les acteurs, les consommateurs et les employés. C'est par là que le dirigeant exerce son pouvoir. Il faudrait peut-être revoir les modes d'élection, avec une réglementation plus précise. Il y a deux types de dirigeants, le dirigeant de club, qui remplit généralement bien sa tâche, et qui accède très difficilement au pouvoir fédéral, pris par son travail et son implication dans club, et qui n'a ni envie ni le temps de remplir des fonctions au plan fédéral. Et c'est à partir de cette situation que les représentants des districts, des comités régionaux, départementaux et même des fédérations, créent un véritable corps de dirigeants qui se coupent des clubs et n'ont plus rien à voir avec eux. Quand un club a le malheur d'élever la voix dans une assemblée générale, on lui dit : « prenez ma place » ; et comme, bien sûr, il ne la prend pas, c'est toujours l'autorité en place qui a raison. Je ne sais quelle solution apporter mais, ce qui est sûr, c'est que tout doit être fait pour le pratiquant ; mais ce n'est pas lui qui doit avoir le pouvoir. Il place certes le dirigeant devant certaines obligations ; cependant le rôle de ce dernier est tout de même plus important que Daniel Herrero semble le dire.

103(...)

104Daniel Dartois Des idées concrètes pourraient nous permettre d'avancer. A travers le statut du bénévole, par exemple. Reconnaître au bénévole un statut, c'est lui témoigner une reconnaissance officielle ; c'est important pour lui-même, pour son assurance et son rayonnement. Comment le réaliser ? Cela reste à déterminer. Il y a des raisons aussi qui font qu'un certain nombre de bénévoles nous quittent, c'est la pression économique. Si on arrivait à obtenir une exonération d'impôt pour eux, cela permettrait peut-être de concourir à en garder un certain nombre. (...) Dans le cas des installations sportives, pourquoi ne pas demander un "un pour cent" à la construction sportive, comme cela a été fait pour les entreprises, puisque cela devient pour nous une priorité. A partir de là, il y a des choix à faire qui nous dépassent, sans doute dans la mesure où cela représente de l'argent. Mais pour nous, c'est clair, la priorité, c'est la jeunesse, la santé, l'éducation, la qualité de la vie, des secteurs auxquels il ne faut pas toucher.

105(...)

106Jacques Marchand Il y a quand même une différence entre le statut du dirigeant et celui du bénévole. D'abord, le bénévole est une catégorie beaucoup plus large ; il n'y a pas que le sport qui est concerné par le bénévolat. Or, c'est le statut de dirigeant que nous voulons obtenir, pas celui de bénévole dont le statut qui nous échappe quelque peu.

107(...)

108Pierre Collomb La rémunération de certains, c'est le cumul des fonctions de secrétaire et de salarié du club, et c'est parfaitement acceptable. Mais je m'interroge sur le plan de carrière de ce type de salariés. Est-ce que, de manière générale, dans le cadre associatif de la loi 1901, il est intéressant pour quelqu'un d'engager son avenir professionnel dans une fonction qui peut être révocable assez facilement ?

109(...)

110Jean Houël Pour ce problème : élu rémunéré ou non, et jusqu'où ?, l'avis du Conseil d'État date de 1970. Mais il dit bien que, dans le cadre de la loi de 1901, rien ne précise explicitement qu'un élu ne peut pas être rémunéré. Mais avec nuance : il ne faut pas que cet élu, s'il est rémunéré, soit celui qui exerce le pouvoir principal ; car on reconnaît alors la philosophie de la loi de 1901 dont la pierre angulaire est le non partage des bénéfices. Et on se trouve avec un dirigeant "qui se paye lui-même", qui est donc juge et partie, s'attribuant alors une part des bénéfices. Mais l'avis du Conseil d'Etat n'en dit pas plus. Alors, il faut arrêter là l'hypocrisie ! Par exemple, pour les clubs administratifs, les ASPTT, tous les présidents sont des fonctionnaires du ministère des PTT. Et le président du Comité National Olympique, Nelson Paillou, perçoit son traitement de professeur de lettres par l'Etat. Il n'est certainement dit dans aucun texte que Monsieur Paillou est rémunéré pour être président du C.N.O.S.F. Evidemment, on ne va pas l'écrire. Mais de quoi vit-il ? De son traitement de professeur, et il n'enseigne pas. Et je trouve cela tout à fait normal ; sinon, il ne pourrait pas exercer sa fonction. Alors que les instance sportives travaillent pour faire cesser cette hypocrisie, et qu'on élabore enfin clairement un texte permettant à la fois d'être élu et payé. Il faut débloquer ce système car, encore une fois, l'hypocrisie avantage les plus forts. Dans des structures où une collectivité publique, où une entreprise privée ont les moyens de rémunérer l'un des leurs pour qu'il puisse à plein temps assurer sa fonction d'élu "bénévole", ce sont bien ceux-là qui sont avantagés.

111(...)

112Ernest Gibert La question n'est pas aujourd'hui de constituer un syndicat de dirigeants du sport. Ni de constituer une espèce de commission mixte qui serait chargée un jour de se pencher sur ce problème. Il s'agit de s'interroger sur l'opportunité de proposer dans un avenu proche que soit constituée une structure qui aura pour mission de réfléchir sur un statut du dirigeant sportif. Un sous-ensemble, celui du dirigeant sportif élu et rémunéré serait envisagé comme un cas particulier important du phénomène plus général. Ce serait déjà un progrès de s'en tenir seulement à l'élu rémunéré. Nous pouvons lancer le mouvement, faire ce qui est en notre pouvoir, en utilisant éventuellement d'autres relais pour que cette idée avance. Si nous mettons en place quelque chose de nouveau, que ce soit un schéma clair. Or Toutes les situations que nous connaissons aujourd'hui sont des situations ambiguës, qui, pour certaines, les rendent tout à fait condamnables. Je crois que c'est en faisant cette distinction que nous devons nous orienter. Il est évident que ni les uns ni les autres n'avons toutes les connaissances requises pour élaborer cette loi. Et dans le même temps, le statut du dirigeant n'a de sens que si ce dirigeant est véritablement représentatif. D'où l'absolue nécessité de dire comment il convient d’être désigné pour être dirigeant. Peut-être le moment est-il venu de s'adresser aux instances supérieures et de demander pour les fédérations qui sont intéressées, que les dirigeants du sport soient élus par ceux qu'ils représentent, c’est-à-dire au niveau des clubs. C'est assez difficile mais pas si irréaliste que cela. Demander que soit mise en place une structure allégée pour établir un statut du dirigeant dans lequel un cas particulier serait un dirigeant salarié et, dans le même moment, engager une action pour que les dirigeants, aux différents niveaux, soient élus d'une manière qui les rendent plus proches des clubs sportifs.

113(...)

114Henri Courtine Beaucoup de clubs se désintéressent de ces questions dans la mesure où on ne leur donne pas un réel pouvoir et il importe que les élus ne soient pas coupés d'eux. Cela permettrait aussi aux clubs de se responsabiliser à propos d'une politique générale et donc d'avoir un certain pouvoir.

115(...)

116Jean Houël Nous sommes passés d'une situation d'assemblée générale composée des représentants de chaque club à un système à plusieurs degrés, car matériellement ce n'était pas possible de continuer sous cette forme compte tenu de la multitude de clubs existant.

117(...)

118Pierre Collomb Et cela arrange bien les fédérations, qui contrôlent ainsi beaucoup mieux les ligues, les comités. Il ne faut pas s'y tromper.

119(...)

120Didier Isabelle Il existe quand même un moyen simple pour faire de la démocratie directe : c'est le vote par correspondance. Si on veut que les clubs soient considérés comme majeurs et puissent s'exprimer librement. Et ce moyen existe et fonctionne parfaitement ailleurs.

121(...)

122Monique Tocquer Pour en revenir à la question : comment s’organiser pour être efficace ?, l'ensemble des argumentations prennent fait d'un important prétexte, le manque d'argent. Mais en même temps, il semble sous-jacent dans la discussion que les clubs ne doivent absolument pas penser à gérer les ressources propres. Pour moi, il peut y avoir des solutions. Premièrement, que certaines entreprises paient moins d'impôts mais, en contrepartie, cet impôt ira dans les caisses du sport, plutôt que de dire que le gouvernement finance telle ou telle installation. Ce qui pour moi est la même chose : on ne va pas parler d'impôt mais cet impôt va ailleurs. L'Etat ne subventionne pas directement, mais la part du budget est trouvée de cette manière. Deuxièmement, on demande une augmentation du budget national du sport et une décentralisation réelle au niveau du sport, tel que cela a pu se faire dans d'autres budgets. Ou encore, troisième solution, générer le club en dégageant sainement des bénéfices propres et en les réinvestissant. On ne peut toujours "pomper" dans les caisses des entreprises, compter sur le sponsoring, même si celui-ci marche bien en ce moment. Sans cela, et sans argent, le sport ne trouvera jamais une dimension pour s'épanouir. (...)

123Ernest Gibert Soulignons cependant que, dans les propositions qui ont été faites, il y a bien des choses qui ne coûtent rien et d'autres qui coûtent peu. Il ne s'agit pas seulement d'aller voir les pouvoirs publics pour leur réclamer un peu plus d'argent. Nous demandons quelque chose qui ne se traduit pas par des demandes financières supplémentaires ne faisant qu'accroître les charges des pouvoirs publics.

124(...)

125Daniel Herrero Une série de remarques, des impressions pratiques, si vous me permettez. La moyenne d'âge des membres de notre fédération est de 69 ans. Je respecte ces responsables, mais on voit qu'il est difficile pour les plus jeunes de gérer la jeunesse. Par principe, c'est quelque chose qui relève d'une anomalie de structure. Pourquoi un jeune de 25 ans ne pourrait-il gérer un club ? Simplement parce que, pour le faire, il faut probablement avoir de l'argent. On est bénévole et on ne peut en vivre. Alors il me semble que la démarche consiste à dire que si la pratique sportive doit s'installer comme quelque chose de porteur et d'intelligent, il faut qu'elle soit gérée par des professionnels, car cela demande du temps à lui consacrer. Il existe des couches sociales et des tranches d'âge qui ne peuvent gérer le sport, car ce fait est réservé, de par leur niveau social, salaires et liberté de temps, à des personnes bénévoles qui ont toutes ces possibilités, ces facilités. Et pourquoi faut-il fondamentalement être âgé pour gérer un club ? C'est quelque chose que je ne peux comprendre. Autre chose, comment faire pour trouver de l'argent ? C'est vrai que si l’on est trop tributaire de la structure locale, ce sont des pressions difficiles. Si l'on se tourne vers le sponsoring, ce sont alors des pressions économiques. Il faut que nous gérions notre quotidien, un volume d'argent financé, autogéré par nous-mêmes, et qui soit complètement indépendant de structures qui montrent souvent beaucoup de générosité, mais qui exercent parfois des pressions suspectes. Il est fondamental que nous ayons des gens qui fassent de la gestion du sport un beau métier et qui gagnent de l'argent correctement. Nous devons tout faire pour que ce soit possible.

126(...)

127Ernest Gibert Le moment est venu de mettre en place un projet clair pour un statut dirigeant qui réponde à nos préoccupations. Comment donner de l'efficacité au club sportif ? Peut-on envisager cette question sans parler de la formation ? Celle de tous, des techniciens comme des dirigeants. Il faut être conscient que tout cela n'a de sens que si nous nous posons les problèmes relatifs à la formation dans le sport, une formation qui n’est peut-être pas assez poussée aujourd'hui.

128(...)

129André Augé Les sportifs qui passent ces examens ne sont pas tout à fait d'accord avec vous, ni les fédérations d'ailleurs.

130(...)

131Pierre Collomb Il faut voir les choses de manière évolutive. Au début, c'était assez facile ; maintenant, les gens ont le sentiment que c'est relativement difficile de réussir dans les formations sanctionnées par un diplôme. Le danger serait celui d'un corporatisme dans ce domaine et de demander à l'homme de terrain des connaissances par trop intellectualistes.

132Ernest Gibert Mais nous sommes tout de même nombreux ici à vouloir insister sur l'importance de la formation, de faire en sorte que son contenu soit défini de telle manière qu'il corresponde aux nécessités des associations sportives et que ses modalités de présentation et de sanction des qualifications soient claires, qu'elles ne paraissent pas dissuasives à ceux qui ont un potentiel qui pourrait être utile à l'association. Nous nous sommes posés ce problème maintes fois de façon dépassionnée. Il n’y a pas d’exercice du pouvoir, quelles que soient ses formes, sans un effort orienté dans le domaine de la formation, de l'éducation. Je tenais à ce que la question soit posée. Le club doit être un "carrefour" sportif permettant de faire le lien entre les thèmes que nous avons abordés. (...)

133Un dernier problème, la communication. Comment mieux développer, comment constituer un réseau efficace et mieux communiquer dans le club sportif ?

134(...)

135Jacques Marchand Il est bien évident que le club est un tissu communicatif en lui-même. A partir du moment où l'on rassemble des gens pour leur faire partager une même passion, la communication commence dès ce niveau. Reste à savoir comment l'alimenter ; là est le problème. Nous devons aider les clubs sur ce problème comme pour celui de l'administration ou celui de la formation. Tout dépendra de la presse, il faut qu'elle en parle, si nous lui proposons des conclusions claires.

136Il faut maintenant prendre une décision sur la façon dont nous allons présenter la formule : proposer un Observatoire du Sport qui mette en place une structure à géométrie variable pour observer, et ce doit être le but de l’Université Sportive d’Eté, les phénomènes sociologiques, éthiques, techniques, médicaux, économiques, juridiques et médiatiques du sport. Dans un premier temps, cette année, l’Université d'Eté a étudié dans une volonté de progression des connaissances trois domaines essentiels : l'administration, la formation et la communication. L’U.S.E. est également force de proposition. En particulier, cet Observatoire pourrait être saisi rapidement, à la suite des travaux de l'Université, d'un projet de statut du dirigeant qui comporterait une étude sur les problèmes que nous avons ciblés, la rétribution éventuelle d'un secrétaire général élu, la question d'une révision du système électoral, etc. Si nous pouvons résumer ainsi notre projet d'une façon très claire, alors oui, la communication peut être gagnante. Voilà aussi ce qu'est la communication, avant tout savoir ce que nous voulons, l'exprimer clairement et brièvement.

137(...)

138Ernest Gibert Cette présentation est bonne, car elle a deux avantages, celui de la clarté, et celui de répondre ensuite à la majorité de nos préoccupations. Jean-Paul Callède avait posé les deux questions essentielles. D'abord : « le club est-il l'avenir du sport ? ». Assurément. Tout comme la femme est l'avenir de l'homme, et c'est dans ce sens là qu'on peut répondre positivement à sa demande. Ensuite : « un sport sans club a-t-il de l'avenir ? ». Peut-être, en un sens, mais ce ne peut pas être « le » sport, tout au plus une expression déformée du sport. Alors, continuons tout à l'heure, demain, ici et ailleurs, à nous battre pour poursuivre cette réflexion concrète sur le Mouvement sportif et sur le sport en général et, assurément, la vie sera belle.

Notes

1 Les échanges de cette table ronde ont été retranscrits par Lam Liang. Ils conservent du caractère oral bien des traits qu'il a été jugé utile de ne pas modifier pour la publication.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.