Version classiqueVersion mobile

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

Le club: communication interne et externe

Conseils pour l’édition d'un journal de club ou de fédération

Jacques Marchand

Note de l’auteur

Les autres exposés proposés par Jacques Marchand, relatifs aux thèmes suivants : Évolution et situation de la presse écrite en France et Audience de la presse sportive, sont reproduits en fin d’ouvrage.

Texte intégral

1– Bien définir les objectifs : savoir ce que l'on a à dire et à qui le dire.

2– Tout mouvement associatif ressent le besoin d'informer et de communiquer, mais le journal n'est pas le seul moyen de satisfaire ce besoin et il ne constitue pas la formule miracle.

3Il faut se méfier de l'enthousiasme collectif pour faire paraître un journal, sans avoir étudié les moyens techniques et financiers qui lui sont nécessaires, car on risque de le voir disparaître dès le deuxième ou troisième numéro, après avoir creusé un gouffre dans la caisse du club.

Faire un journal, oui ! Mais comment ? Avec qui ? Pour qui ? Avec quels moyens ?

4Donc définir le produit d'abord, ensuite savoir comment le faire imprimer et le faire distribuer, comment le gérer et apprécier le coût de ces différentes opérations.

5C'est seulement quand ces conditions sont remplies que l'on peut aborder les problèmes de la rédaction et de la présentation du journal.

6Il faut tenter de cerner le genre de lecteurs et connaître leur centre d'intérêt. Savoir si l’on veut établir une communication interne à l'entreprise ou l'association, ou une communication externe.

7Le plus souvent, on recherche ou on confond les deux et on mélange les circuits, sans pouvoir satisfaire l'un et l'autre.

8On peut attribuer cinq fonctions principales au journal ou bulletin d'association :

Promouvoir les activités du mouvement associatif

9Ce qui pour le club sportif se traduit par la publication de résultats, de compte-rendu avec parfois des illustrations. Il est indispensable d’assurer l'information service : lieux et heures des rencontres ou manifestations, composition des équipes et autres renseignements techniques.

Favoriser la liaison entre les membres

10Par l'information (chapitre précédent) mais aussi par le reportage, le magazine, le portrait, les potins de vestiaires. Donc donner plus de vie et de personnalité à l’action même du club et un visage humain à ceux qui l'animent.

Diffuser l'opinion des responsables

11C'est le rôle de l'édito, ou du "mot du président". Le journal est un moyen de propagande, il permet de lancer des appels et de faire passer des messages à l'intérieur ou à l'extérieur du mouvement, suivant la cible recherchée.

Assurer la notoriété du club

12Cette quatrième condition est remplie si les trois précédentes le sont. La notoriété du club ou du mouvement associatif se traduit dans la qualité de sa publication, qui reflète toujours une image et traduit un esprit. La revue du club est la photographie du club.

Développer les connaissances

13Cette fonction est déjà plus professionnelle et ne peut être assurée que par des techniciens et des experts, elle réclame des compétences, de la documentation ou des moyens d'investigation et un sens de la pédagogie journalistique.

14Il est donc clair que la qualité d'un journal dépend de ses moyens techniques, financiers et humains.

Techniques

15Faire étudier et évaluer les moyens d'impression qui sont multiples.

Financiers

16Ils proviennent de trois sources possibles : les abonnements (ou ventes au numéro), la publicité (le plus souvent de complaisance) et les subventions.

Humains

17Les collaborateurs volontaires ou sollicités peuvent être nombreux (au début) mais qu'ils soient amateurs ou professionnels, il faudra les diriger.

18La moindre feuille a besoin d’un responsable, c'est-à-dire d'un rédacteur-en-chef qui seul, ou en équipe, décide des choix indispensables : le titre (du journal), les titres des articles, la pagination (en fonction des contingences économiques), la mise en page, et qui établisse un programme (le "chemin de fer" pour reprendre le vocabulaire du métier).

19Le responsable doit intervenir et trancher dans le choix des sujets, fixer le lignage, prévoir l'illustration et la présentation et faire respecter les dates fixées à la remise de copie. Il doit surveiller la rédaction... non seulement pour le style (et à l'occasion pour l'orthographe) mais pour le contenu de l'article, en veillant à ce qu'il réponde au but recherché et qu'il respecte les règles de déontologie et ne soit pas en infraction avec les lois en vigueur (diffamation, respect de l'intimité, etc).

20Le plus important est déjà la critique que tout auteur, aussi modeste soit-il, doit s'imposer à lui-même, en se relisant ou en se faisant relire par d'autres.

21Il faut, dans la communication, d'abord être compris, écrire pour être lu, parler pour être entendu, et pas seulement pour être écouté (radio) ou vu (télévision).

22Si une seule personne ne comprend pas une phrase ou une explication, c'est que la phrase n'est pas clairement et simplement rédigée et que l’explication n’est pas bonne ou qu’elle n’est pas suffisante.

23Il faut partir du principe que le lecteur a toujours raison, il faut donc appliquer vis-à-vis de lui les règles élémentaires de la communication, ne rien négliger, soigner le style, ce qui ne veut surtout pas dire de le compliquer, mais au contraire de le simplifier et rechercher des titres et des intertitres qui soient balises de la lecture.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search