Version classiqueVersion mobile

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

Le club: communication interne et externe

Débats

Texte intégral

1Didier Isabelle A tout seigneur, tout honneur ! Monsieur Marchand, vous avez la parole.

2Jacques Marchand J’abonde dans votre sens à propos de ce que vous avez développé au sujet de la presse régionale qui fait cruellement défaut à Paris. Ce qui est parisien est automatiquement national ! Et si le groupe Matra voulait un jour prochain jouer un rôle dans la constitution d'une presse locale parisienne, nous avons nos camarades du Sport qui seraient les premiers intéressés par ce projet.

3Entre le sport et la presse, on compte un siècle de services rendus et réciproques. La presse a toujours accordé une place importante au sport, tandis que le sport apportait une matière d'information pour une presse de plus en plus spécialisée. De la part de la presse, il s'agissait d'un service gratuit. Par la suite, l'intervention de la télévision a quelque peu brouillé les cartes. Aujourd'hui, l’information télédiffusée se conçoit de manière différente.

4Vous avez parfaitement raison de dire que sport et communication sont étroitement liés. Leurs destins sont effectivement liés.

5Je trouve cependant que vous n'avez pas beaucoup évoqué dans votre exposé les relations avec les journalistes. J’aimerais que vous vous prononciez à ce sujet. Quelle est la stratégie de Matra ? Monsieur Lagardère n'est pas tout à fait étranger aux activités des médias, et en particulier par rapport à une grande chaîne de radio. Le Matra Racing a quelque possibilité de se faire entendre s'il le souhaite.

6(...)

7Jean-Louis Piette Je vais aborder les deux questions que vous m'adressez : les relations avec les médias et l’utilisation qu'on souhaiterait en faire.

8Sur le premier aspect, il me semble que la presse est une nécessité. Je respecte le travail de la presse et je souhaite son existence. Et croyez que je regrette la disparition du Journal concurrent pour nous, « Le Sport ». Sachez que nous avons un programme au Matra Racing de Paris qui est un important moyen de communication, et que nous utilisons quelques journalistes du Journal « Le Sport » qui recherchent actuellement un travail.

9C'est vrai que nous sommes à travers Hachette et le groupe Europe 1 en particulier pratiquement le premier groupe français et le quatrième du monde en matière de communication. Ce n'est pas neutre du tout, évidemment.

10Nous sommes aussi actionnaires principaux du Parisien, de l'Equipe, de France-Football et d’un certain nombre d'organes de presse. Premier principe, la non-ingérence de la direction ou de Jean-Luc Lagardère dans le travail des journalistes. Cela dit, le fait d’être juge et partie, d’être propriétaire d'entreprises qui produisent de la communication, suscite chez les journalistes un malaise. J'ai eu des discussions avec les journalistes de L'Equipe, au début, qui m’ont confirmé avoir eu des craintes considérables que je ne sois armé d’un bras de censure, "lagardérienne" ou autre. Je vais vous citer une petite anecdote. Lorsque Jean-Luc Lagardère a pris la direction de L'Equipe, il a invité tous les journalistes à un repas. Au lieu de prendre cela comme une marque d’amitié – et c’était effectivement le cas –, ils ont cru qu’il s'agissait d'une prise en main...

11(...)

12Jacques Marchand C'est tout à fait exact.

13(...)

14Jean-Louis Piette Et lorsque Lagardère leur a dit, en cette occasion, qu'il avait été lui-même footballeur amateur et qu'il connaissait bien ce sport, les journalistes présents n'ont pas pu s'empêcher de penser : « Il va nous apprendre notre travail ! ». A partir de là, il y a eu une sorte de rejet de Lagardère. Dès lors, L'Equipe n’a pas cessé de nous attaquer, marquant ainsi son indépendance. Mais je dirais qu’il s'agissait à mon sens d’une sorte de censure à l'envers. (...) Par la suite, ce contexte a heureusement évolué et bien évolué.

15Deuxième point concernant l’utilisation de la presse. C'est très clair. Europe 1 a une stratégie qui lui est propre. Les gens d'Europe 1 ont des relations d'amitié avec Nantes, avec Lens, avec Marseille dont ils ont pris le maillot en Coupe d'Europe. Il est évident que je n'interviendrai jamais vis-à-vis des choix de la station de radio. Par contre, la seule intervention que je me permets revient au raisonnement suivant : « J'ai un lien privilégié en ce qui concerne la véracité des informations. Par définition, je suis plus sensible à la rumeur, à la fausse information à propos de notre équipe si elles proviennent des journaux qui nous sont proches, d'autant plus qu’ils peuvent facilement vérifier l'information sur un simple coup de téléphone ». (...)

16Les médias sportifs ne pratiquent pas assez ce que la presse industrielle met en œuvre quotidiennement ; je veux parler de la vérification d’information. Bien sûr, il y a une dimension d'urgence, dans le sport, qui est très difficile à gérer par les médias et par les journalistes. J'ai donc une sorte d'idéal, au moins pour la presse qui nous est proche : qu'elle soit pressante, exigeante sans doute mais en même temps, pour ne dire que le vrai.

17La presse est nécessaire. Il faut l'aider, il faut la faire travailler pour qu'elle permette de développer le sport. J'en viens maintenant à ma philosophie personnelle. Quand j'écoute, quand je lis la presse française, et que je la compare par exemple à la presse italienne, je trouve qu'elle est beaucoup plus respectueuse des droits de l'homme, des faits et de l'information ; ceci n'est pas contestable. Mais est-ce qu'elle a entièrement raison ? Et j'avance cela sans faire allusion à des petits journaux à sensation, à scandale plus qu’à information. Prenons L'Equipe. C'est me semble-t-il une sorte de « Journal Officiel » du sport, qui donne une vision académique. Problème ! C'est qu'avec le football professionnel, il faut remplir les stades. Sinon, on va également vider les lectorats – en deux mots – des journaux. L'Italie est folle, la presse italienne est folle, le football est complètement fou, mais il y a 50 000 personnes en moyenne dans les stades et il y a quatre fois plus de journaux sportifs... Le journaliste italien va démolir l’entraîneur, le joueur, le club avec comme conclusion : « Venez au stade pour manifester votre mécontentement ». Un journaliste français, à propos d’une même situation, conclura : « Ce n'est pas la peine d'aller au stade pour voir ça ». Et c'est une très grosse différence. Bien sûr, je caricature mais la logique globale est de cet ordre. (...)

  • 1 Jean-Louis Piette fait allusion à Claude Bez, « patron » des Girondins de Bordeaux, également invi (...)

18Pour ma part, j'évite d'intervenir dans la presse pour ne pas que cela devienne un événement national. Le fait d'être quinzième du championnat incite également au devoir de réserve... Mais après tout, je n'ai peut-être pas une logique très différente de celle de mon cher et tendre ami prévu cet après-midi.1 Il vous dira : « Tant que je suis premier du championnat, je peux vous dire merde ». Un jour, il sera quinzième. Alors, on verra. Il faut dire qu'étant d'abord quinzième, j'ai appris à être modeste. Et si un jour, je deviens premier, j'espère rester humble. Si j'avais commencé par être premier, je serais peut-être comme lui. Aussi, je lui pardonne bien volontiers. (....)

19J'ai créé depuis cette année au Parc des Princes, un système de fonctionnement pour la presse, comme cela se fait à Madrid, à Barcelone, à Milan, etc..., et l'interdiction des vestiaires. Il y a une salle de presse et le dialogue est établi. (...)

20(...)

21Jacques Marchand Je me permets de reprendre la parole, si vous le permettez. J'ai été sensible à la manière dont vous avez rappelé la fameuse anecdote du « déjeuner de Lagardère », avec beaucoup d'honnêteté et d'objectivité. Cela prouve, me semble-t-il, combien la presse sportive tient à son autonomie. Vous venez d'évoquer un point fondamental, avec la distinction entre la presse italienne – ou espagnole d’ailleurs – et la presse française. C’est une question éthique majeure. Je suis très fier d'être aujourd'hui encore à la tête de l'Union Syndicale des Journalistes Sportifs Français. En France, nous avons un double souci de modération et de sobriété. Ce scrupule relève d'une culture spécifique ; j'entends d'une culture journalistique spécifique. La presse française ne peut pas "suivre" les supporters ; elle ne peut pas toujours "suivre" les spectateurs... Mais je prends tout de même comme une boutade votre idée qu'une simple phrase de journaliste peut vider un stade entier. (...)

22(...)

23Jacques Forestier Je voudrais faire une petite rectification. Lorsqu’on parle du football à Paris, il ne faut pas oublier le Red Star qui s'est maintenu à un haut niveau pendant longtemps. Il a dû gagner la Coupe de France vers 1920-1921 et ce club est resté en première division à peu près jusqu'en 1950. Ce qui constitue tout de même un petit exploit.

24(...)

25Une dernière série de questions est directement posée à Jean-Louis Piette. Elle concerne un possible retrait de Matra, si les résultats sportifs du Matra Racing Club de Paris sont mauvais. Jean-Louis Piette évoque différentes éventualités. Il y a un sponsor, un propriétaire et, de fait, une image de marque à défendre. Mais rien, selon lui, ne laisse augurer un changement de stratégie.

26(...)

27Ensuite, Henri Seine, journaliste à Nice-Matin, présente un rapide aperçu sur la presse locale et régionale. La situation est assez comparable à ce qu'on trouve dans la plupart des régions françaises. Les participants le confirment.

28(...)

29Plusieurs intervenants évoquent la trop grande spécialisation de l'information sportive, qui se résume souvent au football et au rugby. Ce constat leur paraît regrettable et dommageable. Un journaliste de l'A.F.P. présent rappelle pourtant une évidence : les lecteurs demandent essentiellement du football et, dans une moindre mesure, des sports mécaniques.

30(...)

31Des participants, qui appartiennent à l’Union des Clubs Universitaires, soulignent que le thème : "Communication interne et communication externe", doit être rapporté à la réalité des petits clubs. Le Matra Racing de Paris s'inscrit dans une toute autre échelle de grandeur. Dans ce cas, le Journal du club n'est-il pas aussi un bon vecteur de communication ? Sans doute, mais les spécialistes journalistes présents sont unanimes à constater qu'il faut maîtriser les techniques de la presse écrite si l'on veut faire véritablement acte de communication grâce à ce support.

32Didier Isabelle Nous n'aurons pas la prétention de penser que des solutions nouvelles ont émergé de ces exposés et de ces discussions. Mais nous avons le sentiment que les participants ont su communiquer entre eux ; c'est-à-dire se parler, mais aussi s'écouter. Espérons que ces expériences leur ont permis d'améliorer la communication au sein de leur club.

Notes

1 Jean-Louis Piette fait allusion à Claude Bez, « patron » des Girondins de Bordeaux, également invité à l'Université Sportive d'Eté, mais qui a oublié le rendez-vous fixé.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search