Version classiqueVersion mobile

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

Le club: communication interne et externe

La communication dans le club et par le club

Jean-Louis Piette

Texte intégral

1D'abord, comme nous sommes des gens qui essayons de faire de la communication, c'est avec grand plaisir que je me suis rendu à cette invitation. Je crois que pour communiquer, il faut avoir quelque chose à dire. Et il faut souhaiter avoir quelque chose à entendre. Or l'expérience de Matra en matière de sport, c’est justement une expérience de communication. Mais ce qui, à la lecture de la présentation de votre séminaire, m’a quelque peu troublé, c'est qu'il y manque en permanence un mot : alors qu'on y parle de club sportif, on a l'air de dire qu'il n'y en a qu'un seul possible. Il me semble au contraire qu'il y a au moins deux types, deux mondes totalement opposés, avec d'une part le monde du professionnalisme et de l'autre celui du sport amateur. Je dirai qu'il y a d'un côté la performance, sa recherche pour elle-même et pour des qualités ou des valeurs traditionnelles tout à fait nobles. Et de l’autre côté, ni plus ni moins noble mais simplement très différente, existe la performance envisagée comme un support, un moyen pour d'autres motivations qui sont notamment celles de la communication, comprise au sens le plus large, et pouvant englober des notions comme la publicité, la notoriété et aussi la diffusion de messages d'autre type. Nous reviendrons sur ce dernier aspect au cours de notre exposé.

2Voilà donc ce qui m'a un peu surpris et choqué. De la même façon que lorsque je me heurte à mes confrères présidents de club de football professionnel... Je constate que depuis 1932, aucun d'entre eux ne s'est pratiquement aperçu que le professionnalisme existait. Et les réactions qui font gérer le football français sont plutôt des réactions de dirigeants de clubs amateurs et non de dirigeants-gestionnaires d'entreprises où il y a effectivement des salariés, avec ce que cela veut dire en termes de droit du travail, de droit commercial, par exemple.

3Je reviens directement à mon propos : Matra a besoin de communiquer et d'utiliser le sport. Cette démarche était assez originale, il y a vingt ans, quand nous nous sommes lancés dans cette entreprise. Ensuite, on a vu fleurir d’autres exemples. Cette opération de Matra mérite d'être présentée dans le détail. Je dirai que c'est la partie stratégique de notre communication. Deuxième aspect : il y a la stratégie de cette communication. En quelques mots, comment communiquer, et quoi communiquer ? De plus, il y a des particularismes qu'entraîne la communication. Lorsqu'on fait du sport dans une capitale, par rapport à une ville de province ; lorsqu'on fait du sport avec une identité très spécifique par rapport à toutes les autres, et pour ne citer que ces deux traits.

La stratégie de communication de Matra

4Le président de Matra, Jean-Luc Lagardère, est Président depuis 1962. A l'origine, c'est un sportif et il a toujours considéré que pour une industrie de pointe, qui situe ses activités sur un plan international, le sport constitue un formidable miroir des qualités que les responsables industriels doivent avoir, surtout en ce qui concerne la notion de compétition. La compétition industrielle, pour les grands projets internationaux notamment, est du type de la compétition sportive. Elle exige un certain nombre de qualités. La meilleure façon d'illustrer d'un point de vue commercial ces qualités, c'est encore d'essayer de les démontrer également dans le domaine sportif... Par ailleurs, pour le sport, l'industrie, c'est aussi un remarquable miroir, pour un certain nombre de qualités qui, parfois, manquent : celle de la rigueur et celle de sérieux. Il y a ainsi une sorte de synergie permanente entre le sport d'un côté et l'industrie de l'autre. De fait, le défi est tentant. Pour un industriel, pourquoi ne pas utiliser directement cette synergie, avec leur effet de miroir, pour en faire en sorte que chacun des deux domaines – l'industrie et le sport – soit la vitrine de l'autre ? C'est faire alors un double acte de communication. D'abord un acte de communication interne, en essayant de développer un modèle d’esprit de compétition au sein de l'entreprise, de développer un message commun pour des gens qui accomplissent des tâches différentes. Ensuite, il s'agit d'un acte de communication externe. Là le sport est utilisé comme une vitrine, comme une enseigne démontrant des qualités que l'entreprise peut avoir, au plus haut niveau et donc au niveau international.

5Nous avons d'abord utilisé cette idée dans le secteur de l'automobile. C'était plus facile pour nous, à l'époque, compte tenu des opportunités du moment. Mais ce n'était pas pour autant un choix purement technologique. Il s'agissait alors d’un choix relevant d'une analyse précise et conjoncturelle. Quels sont les sports susceptibles aussi de ne pas nous exposer à une trop forte concurrence au niveau des images collectives (les municipalités ou les entreprises, en l'occurrence) ? la Formule 1 en automobile et le football, comme sports d'équipe et d'écurie, sont préférables à des sports individuels qui, s'ils sont médiatiques au plan international, posent des problèmes dans la mesure où il n'y a pas véritablement convergence d'intérêt entre le champion et son sponsor : le tennis, la boxe, le golf...

6Matra s'est donc tourné vers l'automobile d'abord dans l'intention d’utiliser un certain savoir faire, de démontrer également des qualités d'organisation et de compétition dans ce secteur sportif et d’utiliser ce sport comme une vitrine vis-à-vis de toute la gamme des spécialités internationales. Formule 3, F.2, F.l, Sport Prototype, 24 heures du Mans... Tout y est passé ! Pour la petite histoire rappelons sportivement que nous avons cassé plus de voitures, que nous en avons abandonné plus sur le bas-côté des routes, que nous avons eu de victoires. Néanmoins, il est arrivé un moment où nous n'avions plus que des victoires. Pourtant, parce que le risque que nous prenions d'un point de vue financier ne valait pas la gloire ou l'intérêt que nous pouvions en retirer, à l'époque, notamment avec l’abandon de Ford, d'une façon générale, celui de Ferrari dans Sport Prototype, qui avaient été entraînés par la supériorité de nos moteurs, de nos pilotes. Qu'on se souvienne de Jacky Stewart et de l'école française de pilotage dans cette période. Comme pour le football aujourd'hui, le président de Matra avait analysé la situation comme un challenge. Le président de Matra est nationaliste et désireux ainsi d'œuvrer pour son pays. Il avait considéré le challenge suivant : une industrie automobile française forte (c'était l'époque de la gloire de Citroën, de Peugeot et de Renault dans les années soixante) et une industrie sportive automobile nulle (il n'y avait aucune équipe française à l'époque) et des références sportives en matière de palmarès tout aussi nulles (Trintignant avait peu de références face aux plus grands) et dans les rallyes, il n'existait strictement rien à l'époque : pas de pilotes français. De la sorte, il y avait un challenge national à relever. Ceci permettrait sans nul doute d'aider plus encore cette stratégie de communication et, dirais-je, de notoriété pour Matra.

7Pourquoi l'entreprise Matra cherche-t-elle aussi à faire passer à travers le sport un message de notoriété, voire même un message institutionnel sur elle-même ? Cela a été évoqué dans votre présentation de la journée de l'Université d'Eté. Matra ne fait pas que des téléphones. Nous faisons surtout des produits qui ne sont pas vendables au grand public : satellites, fusées, ordinateurs très sophistiqués, composants électroniques de haut niveau servant dans des applications spécifiques... Bref, nous avons effectivement peu de produits dits "grand public". De ce fait, nous avons peu besoin de publicité directive sur un produit. Par contre, on a un énorme besoin de toucher les gouvernants, les institutions de tous les pays du monde et de faire tout simplement connaître notre marque à cette échelle. C'est un problème presque analogue à celui que rencontrent les entreprises désormais interdites de publicité (pensez à Pernod, Ricard ou Malboro) ou à d’autres qui n'ont pas de produit "grand public" du tout et qui sont pourtant obligés de faire connaître leur marque...

8Autre aspect, les sports que nous avons choisis : la Formule 1, et plus récemment le football, ont l'avantage d'être universels, de réunir dans leurs tribunes ou dans leurs circuits tout le monde, depuis les milieux les plus populaires jusqu'aux gouvernants, et jusqu'aux décideurs de l'économie. "Tout le monde, selon l'expression consacrée, se sent concerné", passionné par des sports comme le "foot" ou l'automobile, alors que c'est moins vrai pour des sports plus spécifiques. Dans le cas du football comme dans celui de la Formule 1, il y a véritablement universalité. Par conséquence, passer un message à travers le sport, faire de la communication grâce au sport, c'est toucher le grand public et les décideurs dans tous les pays. Voilà en quelques mots la raison de notre volonté d'utiliser le sport. Il ne peut s'agir que du sport professionnel car c'est le sport spectacle qui nous intéresse directement. La performance pour l'utiliser à nos fins, mais suivant des normes rigoureuses. Le professionnalisme est largement reconnu. Il est défini, caractérisé. Il intègre des salariés (et leur protection) ; il faut en même temps des moyens de financement. Bref, c'est de la production de spectacles à travers l'utilisation de la performance sportive que réalisent des athlètes ou des équipes sur la scène sportive. Et cela, que ce soit pour une collectivité locale ou pour une collectivité industrielle, c'est quelque chose de formidable ! Voilà donc pourquoi Matra s'intéresse au sport de haut niveau.

Le choix du football et de Paris

9Après l'abandon de la Formule 1, le Président Lagardère a cherché un sport nouveau. Seul le football est apparu remplir les conditions que je viens de rappeler. Il paraissait particulièrement bien se prêter à une communication efficace. Deuxième aspect de la réflexion, pour un groupe qui se veut avoir une audience internationale, il n'était pas cohérent de faire un choix localisé en province. De toute évidence, l'image d'une ville de province est sans comparaison possible avec l'image de Paris. Peut-on penser que le Football Club de Nantes puisse mettre réellement en avant son sponsor ou son propriétaire s'il devenait propriété privée de Peugeot, de Matra ou d'autre ? Or Jean-Luc Lagardère était déjà le sponsor du F.C. Nantes à travers Europe 1 et du Racing Club de Lens. En clair, le football, il connaissait. Sa démarche a été dans un premier temps d'ordre individuel. Il s’agissait pour lui de tester le foot et de vérifier si Matra pouvait y avoir un réel intérêt. Son expérience du domaine et l'observation minutieuse venue la compléter l'ont conduit à constater l’extraordinaire force que sont les entités locales, en province, et l'extraordinaire faiblesse que représentait Paris, surtout à cette époque. On comprend que le choix se soit porté sur Paris. Il fallait attendre l'opportunité de fonder un club professionnel à part entière. L'occasion s'est présentée en 1982 avec la faillite du Paris Football Club. Redescendu en deuxième division, il devait disparaître au bout d'une saison, après une faillite monumentale. Jean-Luc Lagardère a repris la section professionnelle tout en préservant la section amateur. Actuellement c'est d'ailleurs un des meilleurs clubs amateurs jeunes de la région parisienne : le Paris Football-Club 83. Il faut dire aussi qu'en France il est obligatoire d'avoir des amateurs pour évoluer en championnat professionnel. C'est à la fois pour rendre plus efficace la communication et de façon à "dégéographiser" le club, pour ainsi dire, que le Paris F.C. professionnel a été marié avec la très vieille section amateur du Racing Club de France. Il s'agissait des restes de la section du Racing Club de Paris, disparu en 1967, à la suite de sa fusion malheureuse avec Sedan, et qui avait été un des plus grands clubs professionnels. Cela a donné le Racing Paris i Pour des raisons de communication, nous l'avons appelé le Racing Club de Paris, en utilisant les célèbres couleurs ciel et blanc du fameux "Racing". Le hasard de la compétition a fait que nous sommes montés en première division. Puis nous sommes malheureusement redescendus. Cet épisode a montré deux choses à J.L. Lagardère. L'épisode en première division a confirmé l’extraordinaire haut-parleur que constitue le football d'élite dès lors qu'on évolue dans ce contexte. Il a permis de vérifier l'impossibilité de se maintenir à ce niveau avec un budget sentimental, sans tenir compte des exigences du sport professionnel, du spectacle et de Paris. Il est peut-être possible, à la rigueur, de tourner avec un budget relativement modeste à Laval, pour ne prendre qu'une illustration. A Paris, c'est tout à fait impossible.

Le sport de haut niveau exige des moyens adaptés

10L'objectif du Président Lagardère s'est inspiré de ces deux enseignements. Il voulait remonter rapidement en première division en s'appuyant sur une grosse équipe, de manière à pouvoir se maintenir au plus haut niveau. A cette étape, il fallait que Matra intervienne directement. Jean-Luc Lagardère en tant que personne cédait la place. L'intervention d'un sponsor et d'un propriétaire, disposant d'une bonne capacité d'investissement, étaient indispensables.

11La remontée au plus haut niveau a été immédiate et J.L. Lagardère a appelé quelqu'un de chez Matra, moi-même, pour prendre la présidence du club. Ma réaction a été d'amener des gens de Matra aux finances, en marketing et dans le secteur commercial, tout en laissant évidemment les sportifs à la direction des affaires sportives. On a marqué de ce fait la nette séparation entre les deux domaines, de façon à ce qu'il n'y ait pas d'ingérence des responsables du premier au sein du second. Il faut être clair. Notre démarche ne consiste pas à copier les sportifs. Tout ceci est une entreprise. Dans sa logique, elle admet donc l'idée de l'échec. L'échec se juge évidemment après coup. Pour le moment, nous en sommes aux ambitions. Notre objectif est bien de démontrer, avec notre identité, notre capacité à générer le sport. C'est sans doute pour cela que nous sommes fort jaloux de notre identité, avec le souci de l'affirmer pleinement.

12Beaucoup nous reprochent notre identité industrielle. Pourtant, c'est bien notre démarche que d'être des industriels venant dans le sport. La communication, la stratégie de notoriété que nous recherchons au travers du sport n'auraient pas le moindre sens si, une fois dans le domaine sportif, nous perdions notre identité d'industriels. Nous sommes ingénieurs et nous le restons fermement dans le sport. Mais nous ne sommes pas pour autant des joueurs de football ou des entraîneurs. De même, nous ne sommes pas des médecins ou des "kinés". Il y a par ailleurs des médecins et des "kinés" dans le club. Par contre, nous sommes des gestionnaires. Nous avons des hommes, spécialistes commerciaux, de marketing, de communication. Voilà les deux secteurs. Nous donnons les objectifs. La production est donnée par les sportifs, véritables spécialistes de la production. Nos réflexes d'industriels nous amènent à faire des choix qui peuvent troubler un certain ordonnancement de l'opinion publique. En France, cette dernière est très protectionniste, très traditionnaliste. De la même façon, quand on a vu qu'il n'y avait pas en France de pilotes automobiles, nous avons fait venir le meilleur au monde, pour lui dire plus tard merci, lorsque de nouveaux pilotes ont été formés. Alain Prost sait très bien ce qu’il doit à Matra et à Jacky Stewart. Et à travers lui, Beltoise et tous ceux qui ont fait l'école de Formule 1 d'aujourd’hui, sans doute la meilleure au monde et qui, je vous le rappelle, n'existait pas en 1960. Nous sommes allés chercher J. Stewart comme maintenant un entraîneur étranger. Si demain, il était malade, il n'y aurait pas un entraîneur français disponible. Il en existe de bons, mais ils opèrent déjà dans des clubs.

13On nous dit quelquefois que ces entraîneurs étrangers ne sont pas titulaires du Brevet d'Etat. Oui, bien sûr, mais ils ont des références ! Tandis que nos entraîneurs français, qui possèdent un brevet d'état, aucun pays ne les demande. Et c'est là le problème... Il vaut probablement mieux être champion du monde qu'avoir un troisième degré, tout au moins pour gagner sa vie en Italie, en Angleterre, en Allemagne, en Espagne et ailleurs. Sauf en France ! On ne saurait l'ignorer...

14Voilà, en résumé, les problèmes de la communication vus au travers de prismes différents. Ce sont des prismes, ils sont quelque peu déformants et chacun y met aussi ce qui lui plaît. Pour notre part, il s'agit de faire respecter notre propre identité. L'échec est possible, on le sait, c’est ce qui fait d'ailleurs le challenge. C'est en même temps ce qui fait qu’on prend des risques. Maintenant, il faut tout de même voir que le risque est intéressant. Si l'on faisait aujourd'hui de la Formule 1, ce sont des budgets d'environ 700 millions de francs par an qu'il faudrait mettre pour avoir une chance. Le football, pour Matra, c'est moins de 100 millions de francs par an. Or, quand je suis arrivé dans le football, il y avait exclusivement "Matra" sur le maillot, et puis il y avait "Matra" dans les bureaux, mais il n'y avait pas "Matra" dans les journaux et dans la presse sportive. Ce simple fait nous mettait d'abord en porte-à-faux avec les moyens investis et l'idée que le fisc s'en fait... A partir du moment où il s'agissait de continuer à investir 60, 70 millions de francs par an, pour simplement l'apparence d'avoir un maillot, seul moyen de communication, il fallait espérer qu'il y ait une télévision qui passe par là. N'importe quel inspecteur du fisc dirait qu'il y a "gestion anormale". Nous tombons dans un domaine que le sport devrait rencontrer, en particulier le sport de haut niveau. Les lois Bergelin et Avice ont parfaitement montré qu'il y a un risque quand le niveau du sport-spectacle est en jeu, avec les grands investissements qu'il nécessite. Pour ma part, j'ai prévenu le Conseil d'administration de Matra que si l'on ne pouvait pas s'appeler Matra, il fallait immédiatement fermer boutique. La première année de ma gestion correspondait à la première année du club en première division. Elle a été essentiellement consacrée à négocier avec la Fédération et avec la Ligue Nationale l'appellation Matra. Etre nous-mêmes ! C'était vital pour nous de pouvoir dire notre identité au monde entier. Sinon, il fallait arrêter. Nous avons pu obtenir l'appellation actuelle de Matra Racing Club de Paris. Nous sommes dans l'obligation de nous appeler avec un nom géographique. La Ligue nationale l'exige. Nous avons choisi Matra Racing de Paris par amitié pour le club-mère : le Racing Club de France et son prête-nom professionnel le Racing Club de Paris, dans les années soixante. Le mot "club" a été supprimé pour que Paris soit plus valorisé. Ce sont des relations d'amitié qui nous lient au Racing Club de France. Il nous permet d’utiliser aujourd'hui ses couleurs. Je précise cependant qu'il n'existe pas de lien organique entre le Racing Club de France et notre club. Nous ne sommes pas la "section football" du R.C.F.

Matra racing : un support de communication

15Si demain nous ne pouvions plus nous appeler Matra, par définition nous ne pourrions pas rester dans le football. Aujourd'hui, le football est incontestablement universel. De ce point de vue, nous nous inscrivons dans un cadre souhaité. Il reste bien à franchir quelques obstacles en ce qui concerne la compréhension des autorités françaises, mais cela devrait s'arranger sans trop de problèmes...

16Notre démarche se veut européenne car elle tient à favoriser la compétition européenne. C'est le seul sens qu'il faut donner à des indemnités T.V., à des indemnités publicitaires, à une reconnaissance internationale du football français. Aujourd'hui, on voit poindre des luttes plutôt conservatrices contre cette idée-là. C'est assez grave à l'heure où l'Europe se fait ; et elle se fera de toute façon. Avec l'Italie, avec Berlusconi, avec le Real Madrid, avec Liverpool, mais elle pourrait bien se faire sans Parc des Princes, sans grand club français. Et c'est quelque chose qui pourrait être très dommageable au football français tout entier. Il faut en être conscient. Notre communication avec les médias français se justifie pleinement ainsi que l'insistance, non pas sur nos performances mais sur la nécessité que le football français ait de l'ambition et s'ouvre, et ouvre ses frontières. D'autant que les spectateurs français du foot sont moins intéressés par la carte d'identité des entraîneurs ou des joueurs que par leur talent. Aujourd'hui, le désert qui caractérise les tribunes de stades s'illustre plus par la pauvreté du football français que par le fait que les cartes d'identité des joueurs ne seraient pas... françaises.

17Que dire maintenant de l'utilisation directe des moyens, et en particulier des médias, pour notre communication ? Premier succès : l'appellation elle-même. Des panneaux sportifs retranscrivant, partout dans le monde, les résultats des championnats, mentionnant le nom du club. Et de manière quasi-gratuite, serait-on tenté de dire. Que peut-on espérer de mieux ? Matra existe, y compris dans et par le sport. Peu importe de savoir s’il s'agit d’un club de football ou d'un fabricant de satellites. Le nom est connu. Je vais vous citer une anecdote qui montre la puissance de ce genre de clef commerciale. Il existe des pays où vous rencontrez des ministres qui croient que Matra est encore "champion du Monde de Formule 1". C'est vous dire l'extraordinaire puissance de l'image d'une réussite sportive et des transféras qui opèrent à partir des références sportives. Certes, l'investissement de départ est lourd mais les retombées peuvent être elles-mêmes importantes, fortes et, d'une centaine manière, durables. Il s'agit d'un investissement de communication fondamental. Pourquoi faudrait-il alors s'en priver ?

18Actuellement, la Formule 1 est pratiquement hors de portée de n'importe quelle écurie française. Vous savez que Renault veut revenir au premier plan dans ce domaine. Peut-on véritablement rivaliser aujourd'hui avec Honda ? Rien n'est moins évident, et on peut se demander dans quelle aventure risque de se lancer la Régie Renault. Par contre, le football correspond à un domaine mieux contrôlable. Cela reste économiquement raisonnable et ce malgré l'envie de deux ou trois gros sponsors. Il est possible de se lancer dans une politique de communication, à travers ce sport, à une échelle mondiale. Encore faut-il avoir des résultats, autrement dit réussir !

19Quels sont néanmoins les risques négatifs, en dehors d'une mise d’argent que ne permet pas de recueillir les effets escomptés ? A l'échelle de Matra, il n'y a pratiquement pas de risque. Si l'équipe perd à Metz ou à Toulouse demain, cela ne remettra en cause aucun contrat français. Matra est connu et il n'y a aucun risque dans cette éventualité qu'est la contre-performance d'un match. Par contre, où que l'entreprise aille dans le monde, on constate que notre entreprise marche. L'argent investi dans le sport vaut n'importe quelle campagne d'affichage sur les autoroutes allemandes ou japonaises ou n'importe quelle campagne de publicité dans un magazine américain. Voilà les aspects majeurs de la stratégie de communication de Matra à travers le sport.

Paris : un contexte sans véritable environnement local

20Je voudrais maintenir revenir sur quelques points. Nous avons choisi Paris parce que c'était en fait une nécessité. Grâce à Paris, nous bénéficions sans conteste d'un "haut-parleur" efficace. Qui plus est, le football professionnel, c'est-à-dire le sport-spectacle, dès lors qu'il s'agit de la capitale, revêt une intensité dramatique sans pareille. Pour autant, le propre d'une capitale comme Paris, c'est visiblement de ne pas disposer d'une presse régionale. Or la presse régionale, par rapport au sport de haut niveau (et d'ailleurs de moindre niveau), joue un rôle fondamental. Elle resserre les liens entre tous les acteurs du sport. Sa fonction d'information, d'analyse du fait sportif est décisive. La cohésion réelle ou simplement affective et symbolique, qui lie joueurs, entraîneurs, spectateurs, supporters et responsables économiques, se nourrit largement de la presse locale. Or, à Paris, ville-capitale par définition, il n'existe pas de presse régionale ! C'est en fait l’une des rares capitales du monde à se trouver dans cette situation. Il s’agit d'une situation fort pénalisante pour le sport : pour le Paris Saint Germain, pour nous, pour le Racing Club de France en rugby. Il faudra bien un jour ou l'autre résoudre ce problème. Pour notre part, et compte tenu de nos moyens, nous essayons de faire en sorte que le journal Le Parisien s'ouvre à une audience plus régionale. Il faut que ses pages sportives puissent parler du club, de ses réussites, de ses interrogations, de façon à mettre à contribution le lecteur. En termes de "vie du club" et de dynamisme sportif c'est essentiel. La carence en matière de presse régionale parisienne explique, au moins pour une part, bien des déboires qu'ont connus les clubs parisiens à travers les âges. Devoir exister sans presse régionale est très difficile. Sans compter qu'il faut déjà exister depuis un certain temps, dans le paysage sportif, pour s'imposer avec efficacité. Si vous n'existez pas longtemps, vous n'arrivez pas à créer cette implantation au sein d'une population et d'une aire géographique. Regardons ce qui se passe dans la plupart des clubs prestigieux. L'Inter de Milan ou le F.C. Porto 75. Dans ce dernier club, on ne compte pas moins d'une trentaine de sections, des centaines de nouveaux licenciés, dont le renouvellement de l'effectif entraîne aussi des adhésions familiales, de voisins, d'amis... De même, lorsqu'une personne naît à Buenos-Aires, elle n'est pas prédestinée à tel ou tel parti politique. Par contre, on sait que 90 % de la population de la ville, jeunes ou moins jeunes, s'identifie à l'un des grands clubs locaux. Pour Milan, c'est la même chose avec les délimitations que dessinent l'A.C. Milan et l'Inter de Milan dans leurs aires d'influence respectives. Citons encore un exemple espagnol avec l’émulation entre le Real Madrid et l'Athletico de Madrid.

21A Paris, la situation est bien différente. Aucun club n'a duré plus de 25 ans. Bien sûr, il y a eu le Red Star mais c'est le R.C.P. qui a duré le plus longtemps. Compte tenu de l'interruption due à la seconde guerre, sa plus longue période d'activité s'étend de 1946 à 1963. Bravo au P.S.G. d'avoir atteint la deuxième moyenne avec déjà quinze ans d’existence. Quant aux autres clubs, ils n'ont jamais réussi à atteindre la quinzaine d'années consécutives. Compte tenu de ce manque de stabilité et de durée, il n'est pas possible d'avoir véritablement des affiliés, des associés. En résumé, on ne peut pas bien communiquer avec ceux qui peuvent – ou qui pourraient – vous supporter car ils n'existent pas ! Et dès lors qu’il n'y a pas de presse régionale pour faciliter la tâche du club, les handicaps sont cumulatifs. On découvre alors que le club sportif, dont une des raisons d'être est la communication vers l'extérieur, n'a pas de réseau de communication. A tel point d'ailleurs que sa vie même peut sembler quelque peu artificielle. Et ce n'est pas parce qu'il s'appelle Matra qu'il est artificiel mais plus simplement parce qu'il s'inscrit dans l’environnement que je viens de vous décrire. Ce sont les conditions d'ensemble qui le rendent artificiel.

22Tant que l'on n’aura pas résolu, soit par la patience et par des moyens financiers, soit par l’invention d'une véritable presse régionale, ce genre de problème, il paraît bien difficile d'avoir un réel effet de mobilisation autour du Matra Racing. Faute de quoi, il n'est pas possible de réussir durablement dans le sport à Paris, j'en suis entièrement convaincu. Et plus encore quand il s'agit de football de haut niveau et de sport-spectacle.

Le rôle de la communication interne

23Il me reste à évoquer un dernier aspect, et non des moins importants. Je veux parler de la communication interne. Je vais envisager cette perspective au niveau club et groupe Matra.

24La communication interne remplit essentiellement deux fonctions. Il s'agit de convaincre les propriétaires, et dans notre cas ce sont les salariés et les dirigeants de Matra (dans un autre cas il s'agirait des élus de Paris), de l'utilité. Second point, il est fondamental pour Matra de créer une communication interne, un langage de communication. Pour des gens qui font des téléphones, des voitures, de l'informatique, des missiles, des satellites, pour des gens qui se trouvent à Toulouse, à Nantes, à Toulon, à Paris, il est indispensable de créer "une aventure commune". Un langage commun va les rapprocher et susciter un esprit d'entreprise. C’est fondamental si l’on a en mémoire qu’il y a 25 centres de production, 15 entreprises différentes et peut-être 150 métiers eux-mêmes différents. L'expérience sportive avec l'automobile a merveilleusement réussi. Depuis la fameuse époque des années soixante-dix, on parle volontiers de "l’esprit Matra" et c'est vrai que la compétition automobile a contribué fortement à définir cet esprit. Aujourd'hui, le football est destiné à jouer un rôle analogue. Sujet d'approbation ou de discussion critique, il apparaît pleinement comme un prétexte commun de discussion et de communication entre tous les salariés (pas moins de 40 000 personnes !). A partir de là, nous disposons d'un langage et d'un support de communication. Le football est désormais un moyen fantastique pour développer l'esprit d'entreprise.

25Cette dynamique d'ensemble peut être perçue dans d'autres clubs. Ce que je viens de dire à propos de Matra se retrouverait dans d'autres contextes, Laval ou Auxerre, par exemple. Le sport professionnel de haut niveau contribue à l'élaboration d'un langage commun, autour d'une aventure commune. Ce langage, cette communication sont destinés à tous ceux qui évoluent dans l'environnement du club. De ce point de vue, on retrouve ainsi l'unité du sport, qu’il soit professionnel ou amateur : c'est la réunion des hommes !

26Voilà ce que je tenais à vous communiquer, pour reprendre un langage cher à Matra, à propos de notre expérience dans le football de haut niveau et du rôle majeur que peut tenir un club comme le Matra Racing dans le contexte sportif d'aujourd'hui.

Auteur

Directeur Général du Matra-Racing de Paris

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search