Version classiqueVersion mobile

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

Organisation du club : ressources et structures

Débats

Texte intégral

1Michel Lenguin L'exposé de Jean Houël a bien mis l'accent à la fois sur ce qui distingue les clubs des entreprises et sur ce qui les rapproche. Il faut, me semble-t-il, consacrer une partie du temps des débats au second aspect : ce qui rapproche le club des entreprises. Jean Houël a introduit une distinction astucieuse et précise entre l'entreprise et la société commerciale. L'entreprise produit quelque chose et doit le vendre pour se maintenir en tant qu'entreprise ; la société commerciale quant à elle multiplie le profit et s'inscrit délibérément dans l'esprit mercantile. Il est décisif aujourd'hui de repenser la structure du club et ses ressources par rapport à ces perspectives, et en définissant des limites précises.

2(...)

3Yves Chateaureynaud Si j'ai bien compris le propos de Jean Houël, deux constats s'imposent avec netteté. Premièrement, le sport fait partie intégrante de l'économie sociale ; deuxièmement, le sport, contrairement à d'autres grands secteurs de l'économie sociale, n'a pas manifesté un véritable effort d'adaptation. Les questions de gestion et de finances en sont probablement les illustrations les plus saisissantes.

4(...)

5Robert Denel Jean Houël a dit une chose qui me paraît essentielle. Ce qui distingue la société commerciale du club, c’est que ce dernier appartient à un système fédéral alors que la société commerciale ne dépend pas d'un quelconque regroupement de ce type. Qui plus est, pour les clubs, la logique est descendante.

6Le club a tendance à se placer dans le giron fédéral. Or les fédérations sont organisées d'abord pour la compétition, une modalité qui, avec le haut niveau de pratique, est loin de correspondre aux attentes de la majorité des publics sportifs. En fait, les dirigeants de club sont à la disposition des fédérations. Et dans la mesure où les fédérations ne s'intéressent qu'à la compétition, elles privent les clubs de répondre convenablement à la demande sociale. C'est à ce niveau, me semble-t-il, que les clubs ont pris le plus grand retard. La notion d'« entreprise », qui permet de répondre aux besoins du marché, serait un atout supplémentaire pour les clubs.

7Ce n'est pas tant en termes de "gestion" et de "commerce" mais de "marché à satisfaire" que je m’efforce de raisonner. Cela n'a rien de péjoratif. Pour moi, le débat que nous engageons ne peut pas prendre en compte les fédérations ! C'est fondamental ! Le club est à la remorque des fédérations et l'action fédérale tend à diminuer le club et à ne pas lui donner le sens d’entreprendre.

8Actuellement, au lien de renforcer l'esprit d’entreprise-club, la notion de responsabilité, celle de marché aussi, on a tendance à considérer les clubs comme des instruments – et si j’étais méchant, je parlerais de larbins – pour appliquer une politique définie au sommet. Le club doit alors travailler dans l’ombre, uniquement pour certains objectifs, sans afficher sa propre étiquette (de club)... Par exemple, on dira « Montpellier » pour le M.U.C., et ainsi de suite.

9Bien sûr, je force le propos, mais il me paraît indispensable de replacer les Fédérations dans le débat que nous avons.

10(...)

11Henri Courtine Ayant travaillé pendant plusieurs années dans une fédération que l'on dit "modèle", je dois dire que je partage le propos de Robert Denel. Dans cette Fédération, comme dans bien d’autres, le club est – et reste – un pourvoyeur de licences. De plus, malgré les apparences, les textes, les statuts, les règlements intérieurs, nous savons bien qu’il n’y a rien de moins démocratique que les élections d’un comité directeur de fédération.

12Dans la mesure où on modifiera ce genre d’élection, on aura peut-être une situation plus favorable, il y a bien des assemblées départementales et régionales dans lesquelles les clubs sont censés donner leur avis. Mais, en définitive, dans la pratique, cela joue peu.

13(...)

14Georges Joubert Je voudrais ajouter qu’il existe des situations dans lesquelles les fédérations occupent même une position de concurrence par rapport aux clubs. Je pense évidemment au cas du ski. Dans les vingt dernières années, nous avons progressivement perdu toutes nos ressources au bénéfice de l’échelon national. Un signe typique, à ce sujet, est l’attitude des sponsors. Maintenant, les sponsors ne s'intéressent plus au(x) club(s). Ils ne s'intéressent plus qu'à l'organisation nationale ou à l'organisation internationale... Et dans le contexte du ski, cette possibilité commerciale dont nous parlons, le club ne peut pas l'avoir ni l’élaborer. Si l'on ne va pas vers une réforme fédérale, je ne vois pas comment pourrait évoluer la situation. L’Etat préfère n’avoir qu'un interlocuteur, de type fédéral pour le plan national ou au niveau régional avec les C.R.O.S.F. en particulier.

15Si les mentalités et le système actuel n'évoluent pas radicalement, le club sera condamné par l’institution.

16(...)

17Jean-Michel Martin Je donnerai simplement un exemple frappant de l'autorité fédérale : dans ma région, la Ligue d'Equitation qui prend l’argent provenant des cartes de cavaliers, demande que les chèques soient libellés directement au nom de la ligue. Le club disparaît ; il n'a même pas la maîtrise de ses membres licenciés.

18(...)

19Didier Isabelle D'accord... Mais je vais me faire un peu l'avocat du diable. Nous disons : « les clubs n'existent pas ». Mais la faute à qui ? Les clubs ont approuvé les règlements des fédérations. Dans les assemblées générales de ligues ou de comités, auxquelles nous participons tous, combien de fois la place du président est-elle à pourvoir, sans que des candidatures se manifestent vraiment ? (...) On a les élus que l'on mérite ! Faute de temps, nous nous déchargeons sur des élus qui ne sont peut-être pas les meilleurs pour les postes à pourvoir.

20Plusieurs aspects doivent être rappelés. Ils conduisent à la formulation d'une conclusion relativement terrible. Les clubs se trouvaient jadis en situation de monopole pour la pratique du sport et on avançait l'idée – ou l'exigence – de neutralité du sport par rapport au domaine de la politique. Aujourd'hui, ce n’est plus le cas. Et je pense que ces deux aspects : "monopole" d'un côté et "neutralité" de l'autre, ont engendré une sorte de naïveté béate, que nous payons aujourd'hui très cher. Il faut faire le même raisonnement par rapport aux fédérations. Les clubs se sont montrés naïfs à l'égard de celles-ci, jusqu’à se faire dévorer...

21(...)

22Denis Fumex Je voudrais intervenir pour apporter des éléments supplémentaires à ce dont nous débattons depuis le début de notre discussion. Permettez-moi d'évoquer le domaine du ski. La fédération se structure elle-même dans une sorte de quasi-ignorance de l'action propre des clubs. La structure fédérale, qui s'occupe de niveau international, a créé une structure de type comité régional. A l'intérieur de ce dispositif, on a ajouté les districts... Quel est le rôle du club aujourd'hui ? Il est de récupérer des enfants, de commencer à les faire skier et dès que l'un d'eux se distingue, il est intégré par les districts et ainsi de suite. Le club devient alors essentiellement une garderie. S'il s'emploie à outrepasser les fonctions qui lui sont assignées, c'est fini : on l'ignore, on l'élimine. Le sportif – je veux parler de l'athlète – est alors partagé entre son entraîneur de club d'un côté, et de l'autre, son entraîneur de district, de comité...

23Didier Isabelle disait tout à l'heure qu’on a de fait les élus dont on a bien voulu et qu’on mérite. Je pense qu'il incomberait aussi à l'Etat de prendre position par rapport à ce dédoublement de structures. Des dispositions plus rationnelles pourraient être prises.

24(...)

25Yves Chateaureynaud N'oublions pas non plus qu'il existe aujourd'hui des structures commerciales qui préparent à la compétition. Les stages "Jackie Chazalon" pour le basket-ball, les "Cap Giresse" pour le football, les exemples qui se multiplient dans le domaine du tennis, etc... montrent que la concurrence risque d'être de plus en plus difficile à affronter.

26(...)

27Robert Denel Il me paraît indispensable de distinguer les hommes et les structures, en l'occurrence les fédérations. Au moment de la préparation de cette Université d’Eté, nous pensions inviter André Leclerq ; il n’était pas libre. C'est un homme qui a des valeurs. Il est le Président de la Fédération Française de Volley-ball. Il y a trois ou quatre ans, il défendait nos valeurs. Par la suite, il a mis en place un plan fédéral pour le volley-ball, avec un dispositif comparable à celui que décrivait Denis Fumex. Je me résume. Ce n'est pas l'homme qu'il faut critiquer, à mon avis, mais le système – fédéral – dans lequel il se trouve. Il y a des hommes bien dans les fédérations mais il y a conjointement un système fédéral qui fait peu de cas des clubs.

28(...)

29Jean Houël Je voudrais apporter mon point de vue sur ces aspects. J'appartiens à une petite fédération, j'y exerce des responsabilités, et je n'ai pas l'impression de participer actuellement à une action qui se ferait au détriment de la vie des clubs. Maintenant, j'ajoute qu’il s'agit d'une petite et jeune fédération. (...)

30D'une façon plus générale, c'est le système sportif lui-même qui génère cela. Il faut être clair. Le système sportif, dans sa formule simplifiée est un système de détection et de classement. Il permet de dire qui est le meilleur ou la meilleure dans une modalité d'exercice physique.

31C’est l'Etat qui a dit en 1945 : "les titres de champion de France, le ministre en a le monopole et les délègue". Avec ce texte, les fédérations se sont trouvées confortées de par cette "nationalisation" – entre guillemets –. Elles ont acquis alors "une prérogative de puissance publique", c'est-à-dire un pouvoir détourné avec les conséquences qui en découlent. A la limite, une fédération est un outil de détection. La mission que celles-ci reçoivent du ministre pour organiser les compétitions et délivrer les titres a été formulée à l’Etat lui-même. Il n'y a pas de doute. Dans un tel contexte, les clubs apparaissent évidemment comme des pourvoyeurs d'athlètes.(...)

32On a parlé également de structures autres qui s'intéressent à la compétition. Prenons par exemple le cas du cyclisme. Ce n'est pas la F.F.C. qui a la charge de l'organisation du Tour de France, mais une Société des Amis du Tour de France. Dans la boxe, vous avez plusieurs organisations qui délivrent le titre mondial. Au niveau de l'athlétisme, du tennis, il y a eu des tentatives engagées dans ce même sens. (...)

33Il faut s'interroger sur le rapport clubs/fédération dans le cadre du système sportif envisagé dans son ensemble, et ceci, sans vouloir a priori donner des leçons. (...)

34(...)

35Plusieurs intervenants conviennent qu'il ne s'agit pas d'engager une polémique avec les instances fédérales. Là n'est pas le propos de l'Université Sportive. Ils sont unanimes à constater qu'un véritable dialogue doit s'engager entre clubs et fédération.

36(...)

37Georges Joubert Il me paraît important de dire quelques mots au sujet du financement sportif. Pour la répartition de l'argent du loto sportif, on constate que les clubs arrivent en dernière position et qu'ils sont les plus mal servis. Pourquoi ? L'Etat préfère avoir une seule instance – si possible nationale – pour interlocuteur. Par ailleurs l'Etat a opté pour l'intervention du C.T.R. et du C.T.D. C'est un fait relativement nouveau. Auparavant, la qualité des clubs était d'avoir des techniciens de haut niveau ; les clubs avaient l'entière compétence technique. Ce n'est plus le cas... Et je fais l'hypothèse que si on avait aujourd'hui vingt clubs comme le Racing Club de France, nous aurions peut-être d’autres résultats au plan international !

38(...)

39André Augé C'est en qualité de Directeur Régional de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs que je voudrais apporter quelques précisions. Qu'est-ce qui justifie l'intervention de l’Etat ? Tout d'abord, le sport est considéré comme un important moyen d'éducation. Je n'entre pas dans les détails, mais je vous rappelle que l'Etat a aussi la charge de cette mission d’éducation. Deuxième aspect, l'Etat s'intéresse aussi à la représentation nationale au sein des compétitions internationales, il faut donc sélectionner les meilleurs. Les champions représentent la France. Pourquoi a-t-il été mis en place ce qu'il faut considérer comme la "colonne vertébrale" du sport français : D.T.N., C.T.R., C.T.D... ? Pensez au lendemain des Jeux Olympiques de Rome, en 1960 : un véritable désastre pour la France. L'intervention plus ferme de l'Etat à ce niveau date de cette époque. Je vous renvoie au dessin de Faisant, paru dans le Figaro de l'époque, avec le général De Gaulle disant : "il faut décidément que je m'occupe de tout !" C'est à partir de ce moment-là que l'Etat a pris les choses en main car il y allait de l'intérêt national. Faire, au nom des clubs, une critique des D.T.N., C.T.R. et C.T.D. est possible. Encore faut-il que les clubs aient objectivement les moyens d'amener au haut niveau les athlètes qu’il licencie. Vaste débat. (...)

40L'Etat a intérêt à ce que le pouvoir fédéral existe. Car, si tel n’était pas le cas, qu’en serait-il du sport de compétition ? Nous parlions tout à l'heure de la boxe ou du cyclisme. Mais qui croit raisonnablement, aujourd'hui, aux Championnats du Monde de Boxe ? Les fédérations sont indispensables, il y va de la crédibilité du sport et de ses valeurs. (...)

41(...)

42Michel Lenguin Encore une intervention, si vous êtes d’accord, sur le premier grand point des débats : les constats à propos de la situation des clubs. Nous passerons ensuite aux propositions.

43(...)

44Marc Nogaro Je me situe principalement en tant que cadre technique. Je ne peux pas laisser dire ou sous-entendre que les clubs n'ont pas les structures pour pouvoir entraîner les meilleurs athlètes. C'est faux. Il existe des structures qui possèdent les moyens indispensables. Nous sommes au P.E.C. une structure d'athlétisme : 250 adhérents qui disposent de 9 professionnels - professeurs d'éducation physique diplômés 3ème degré F.F.A. C'est d'ailleurs nous-mêmes qui avons formé les C.T.D. et C.T.R., etc. La Fédération va implanter localement un Centre d’entraînement. Que font les cadres techniques responsables, ils font la chasse aux meilleurs.(...) Ce Centre dispose de 80 000 francs pour gérer 18 athlètes. Moi, avec la même somme, il me faut gérer la totalité de 250 athlètes. Je dois gérer des bénévoles. Je dois prélever dans cette somme la part de frais fédéraux. J'ai demandé aux athlètes disputant les Championnats de France de payer évidemment la cotisation, une part sur l'achat du maillot ; s'ils sont contactés par le centre d'entraînement, on leur dit "viens chez nous, tu seras sponsorisé, tu auras un suivi médical" (que nous avons, soit dit en passant), etc. Quant à mes entraîneurs "profs de gym”, qui animent bénévolement, ils finiront par me dire : "autant rester à la maison, puisque nous perdons progressivement les jeunes que nous formons". Voilà la situation que vit mon club. (...)

45Dernier point, sous forme de boutade. Il semble que les résultats, en matière de palmarès sportif, soient meilleurs avec la solution de l’économie dirigée plutôt que celle de l'économie libérale. Faut-il concevoir notre "entreprise-sport" en termes d'économie dirigée ? Quelles propositions peut-on avancer ?

46(...)

47Georges Joubert J’ajouterai qu’actuellement, on a beau jeu de dire que les clubs ne peuvent pas prétendre obtenir les résultats de tel ou tel centre d'entraînement fédéral. On a littéralement achevé les clubs. C'est très clair...(...) Je pense personnellement qu'on aurait pu concevoir un tout autre rôle pour les cadres départementaux ou régionaux. (...) Et puis, vous savez, pour le haut niveau, qu'a-t-on véritablement gagné par rapport à 1960 ? Je voudrais bien que quelqu’un me l'explique !

48(...)

49Michel Lenguin Il nous reste relativement peu de temps. Je propose que nous abordions maintenant le second point du débat : les propositions. Avec en premier lieu, ce que pourrait être le club-entreprise.

50(...)

51Jean Houël La structure associative est-elle toujours crédible ? Ce n'est pas forcément évident, surtout dans le domaine du sport. Différentes associations et autres organismes associatifs (je pense au tourisme social) ont su créer des montages juridiques – satellite – type S.A.R.L. Là, on peut avoir le moyen de professionnaliser des bénévoles. Bien sûr, il conviendrait d'approfondir la dimension juridique des dispositifs mis en place.(...)

52Souvent, ce n'est pas tant un problème de non compétence des cadres ou de l'encadrement que de non disponibilité qui se trouve posé. (...)

53(...)

54Henri Courtine Dans la Fédération de Judo, il a été créé une S.A.R.L. qui traite tous les problèmes de publicité, de sponsoring et autres gestions liées à l'économique, et dont les membres fondateurs sont les membres de l'exécutif fédéral. Cette S.A.R.L. a évidemment pignon sur rue. Cela a été mis en place pour court-circuiter les prestataires de service qui traitent les marchés en prenant généralement 30 % des budgets engagés.

55(...)

56Michel Lenguin Y-a-t-il des personnes qui veulent présenter des exemples de coopérative ou même donner leur opinion sur ce genre de dispositif ?

57(...)

58André Camilli Effectivement, on peut développer une coopérative au sein du club. On prend aussi le risque de perdre de l'argent et, dans la mesure où l'on fait du commerce, on est obligé de payer les taxes. Nous avons examiné ces points lors de la première journée, lundi dernier. (...) Avec une S.A.R.L., on garantit l'association ; elle n'aura pas à éponger les déficits. (...)

59Ce qui me gêne un peu, c'est l'opposition que l'on tient quelquefois à souligner entre l'esprit d'entreprise et l'esprit associatif. Pour ma part, je dirai qu'il n'y a pas incompatibilité. C'est même l'avenir des clubs. De même, il ne faut pas opposer les bénévoles et les professionnels. Ce serait un faux débat. (...)

60Les clubs ont un certain retard par rapport à ce que nous évoquons. Il faut embaucher non seulement des techniciens mais également des managers, c'est-à-dire des gens qui soient capables de faire la gestion au niveau des clubs. Peut-être y aurait-il là une réponse partielle aux problèmes du chômage des jeunes.

61(...)

62Robert Denel Il faut effectivement embaucher des techniciens mais je pense que le rôle de manager doit rester au dirigeant. Direction, coordination, relation doivent demeurer aux dirigeants. Dans notre club, nos efforts sont orientés dans ce sens. Embaucher ou mettre à contribution des techniciens ; faire en sorte que les dirigeants sachent utiliser les compétences qui existent. Je pense aux étudiants. Les clubs ont intérêt à utiliser les compétences des étudiants, dans le cadre de stages d'insertion ou de formation par lesquels ils doivent compléter leur cursus. Il faut pour cela que les clubs soient perçus comme des structures crédibles pour les responsables d'universités, d'instituts et autres écoles supérieures de commerce. Yves Olivereau, qui est chez nous, au L.U.C., a fait une école supérieure de commerce et de gestion. Il pourra vous décrire son expérience à ce sujet. (...) Il faudrait examiner également les ressources qu'offre actuellement la Formation en alternance.(...) Nous ne voulons pas embaucher des managers, nous voulons être des managers.

63(...)

64Jean-Michel Martin A Reims, il a fallu que les enseignants se battent pour faire accepter que les étudiants des Instituts Universitaires de Technologie fassent des stages chez nous. Par la suite, ils ne l'ont pas regretté et ils ont reconnu que le travail et l’implication personnelle y étaient fort bénéfiques.

65(...)

66Michel Lenguin Retenons que les clubs sont "pris" par leur image... La crédibilité du club universitaire doit se construire contre une image, sympathique sans doute, avec l’esprit potache et estudiantin, mais qui nuit au club. Du moins dans le contexte actuel. Nous devons nous départir d'une image fantaisiste... (...)

67Ne peut-on dire quelques mots sur le thème de la Formation ? Il me semble que cette notion est apparue à plusieurs reprises dans nos échanges. Notre conférencier aurait-il des commentaires à proposer ?

68(...)

69Jean Houël La loi du 24 février 1984, concernant la réforme des textes sur la formation professionnelle, a inclus la formation des dirigeants bénévoles du secteur associatif au titre de la formation professionnelle. Quatre fédérations, dont le Judo et la Lutte, ont créé un organisme de formation professionnelle qui perçoit des fonds pour alimenter la formation des dirigeants. C'est quelque chose d'important - et peut-être d'indispensable - pour le secteur associatif. Il faut en être conscient.

70(...)

71Par la suite, quelques participants pensent que le C.N.O.S.F. ne remplit pas véritablement son rôle dans le domaine de la formation.

72(...)

73Michel Baltzer Je suis Directeur Départemental de la Jeunesse et des Sports du Var. Je voudrais dire très modestement ce qu'il en est de la formation des dirigeants au plan régional et départemental. Le C.R.O.S.F. et le C.D.O.S.F. ont entrepris des sessions de formation pour les cadres bénévoles. Une subvention de la Région est acquise. Ces opérations bénéficient du soutien de la Direction Départementale. Ensuite, un petit bulletin, trimestriel autant que je me souvienne, est diffusé auprès de toutes les associations sportives du Var.

74(...)

75Henri Courtine Je voudrais intervenir, s'il vous plaît, sur deux points. Premier point, d’ordre général : au Comité Olympique, il existe un département de la formation, qui dispose de gens compétents. Cependant, il n'y a pas toujours continuité entre l'émission de l'information et ses conditions de réception au niveau des clubs et de leur équipe dirigeante. C'est là que nous avons beaucoup de problèmes. Il y a un grand nombre d'actions entreprises mais c'est quelquefois un peu décousu.

76Pourquoi la Fédération de Judo a-t-elle fait une école de dirigeants ? C'est le second point de mon intervention. Elle intervient dans le même sens que le Comité Olympique, et de fait, cela pourrait surprendre. Or, la raison en est fort simple. Pour nous, le judo doit être dirigé par des judokas. Dans la formation des dirigeants, il y a donc une "teinture" judo. Par exemple, dans un stage, il y aura chaque jour une heure de judo sur le tatami, en plus des connaissances générales. Les gens qui estiment devoir ou pouvoir diriger le judo à un haut niveau ne peuvent pas faire l'économie de cette pratique : ils doivent passer aussi par le tatami ! Nous estimons ainsi avoir le meilleur contact entre les dirigeants et les pratiquants. Un des grands problèmes du sport français réside trop souvent dans la séparation entre ces deux niveaux qui s’ignorent l'un l'autre...

77(...)

78Michel Lenguin Il nous reste à aborder un autre aspect particulièrement important pour le club. Je veux parler de l'organisation d’une grande manifestation sportive.

79Monsieur Jean-Louis Duval, secrétaire du Nice U.C., est parmi nous. Son club est à l'origine du prestigieux meeting d'athlétisme Nikaïa. Je souhaiterais qu’il nous présente les grands traits de cette manifestation.

80(...)

81Jean-Louis Duval Le Nice-Université-Club est effectivement impliqué dans l'organisation du Nikaïa. Or, en cette occasion, il faut reconnaître que l’on parle beaucoup de Nice et très peu du N.U.C., dans les retombées médiatiques. Cette manifestation a vu le jour en 1976. Son appellation joue sur deux mots grecs, l’un étant l'appellation de Nice en langue grecque et l'autre sur le mot, également grec, signifiant victoire. Aujourd'hui, le Nikaïa est sans doute au quatrième ou cinquième rang des grands rendez-vous européens des meetings de l'athlétisme.

82Au départ, son projet est effectivement parti de la section athlétisme du Nice-Université-Club. Nous avions – et nous avons toujours – un trésorier, pour cette section, qui est devenu depuis le Directeur des Sports de la Ville de Nice. Il a eu l'idée d'organiser ce meeting. Il s'est appuyé au départ sur les gens du Nice U.C., et ce, bien au-delà de la seule section d'athlétisme.

83La Municipalité a été tout de suite impliquée dans l’organisation, pour de multiples raisons. Première raison : Finances. Vous savez très bien que les athlètes qui font le déplacement pour participer à ce genre de manifestation ne le font pas pour une coupe ou une médaille... Qui dit finances dit subvention municipale. Une fois que celle-ci est acquise, il faut penser organisation. Dès lors, il faut pouvoir compter sur du monde, et du monde disponible. Le noyau stable se compose de la Municipalité, de l'Animation sportive Municipale, un service de la Ville qui emploie des moniteurs municipaux et les bénévoles qui appartiennent au N.U.C. ou qui sont des officiels fédéraux de la F.F.A. Nous faisons également appel aux jeunes athlètes, sur le stade. C'est pour eux une récompense que de côtoyer les plus grands champions mondiaux, à cette occasion.

84En personnes, cela ne coûte rien à la Ville. 70 % des personnes impliquées appartiennent au club et les 30 autres à la Ville. Mais sans le N.U.C., la Ville ne pourrait pas organiser la manifestation. Elle ne dispose pas des spécialistes indispensables. Pourtant, sur le plan des retombées médiatiques, on ne parle jamais du N.U.C. Dans les compte-rendus, c'est toujours « La Municipalité de Nice » qui organise...

85Nous organisions également, et tous les ans, le Cross Nice-Matin, Nice-Martin étant comme vous le savez le quotidien régional. Là encore, il a été fait appel aux dirigeants du N.U.C. pour organiser l'épreuve. Nous l’avons fait pendant trois ans. Cette année, par contre, nous avons décliné la proposition car l'opération ne nous rapporte rien, strictement rien. (...)

86Pour le Nikaïa, le volume financier est de l'ordre de 5 millions. La subvention de la Ville est de 4 millions. La recette entre en ligne de compte. Malheureusement, cette année, nous n'avons eu que 15 000 spectateurs. Avec une ville de 400(XX) habitants, au mois de juillet... Le public français se déplace difficilement pour de l'athlétisme. (...) Les sponsors sont évidemment présents. Antenne 2 a l'exclusivité de la retransmission du meeting. Cela pose d’ailleurs un grand problème car la chaine de télévision nous impose un horaire. Cette année, nous avons été obligés de faire débuter les épreuves à 17 heures sous une chaleur écrasante... Il y a également les panneaux publicitaires, disposés sur le stade. Une organisation s'occupe de leur location, un panneau sur le stade coûte entre 20 (XX) et 25 000 francs. Mais nous nous sommes réservés un certain nombre de panneaux. Dans ce dernier cas, il s'agit de sponsors que nous connaissons bien personnellement.

87En résumé, on arrive à équilibrer les comptes, mais avec la subvention de la ville. Sans subvention, le meeting est inorganisable. C'est évident.

88(...)

89Robert Denel Entreprendre, pour un club sportif, est quelque chose de fondamental. Encore faut-il qu’il ait la possibilité d'agir dans son propre intérêt et dans celui de ses responsabilités. L'exemple que vient de détailler notre ami Jean-Louis Duval est tout à fait éclairant. L'opération qu'il a décrite profite largement, sur le plan médiatique, à la Ville de Nice, au partenaire du club. Et la contribution du club est passée sous silence... Au Lille Université Club, nous sommes attentifs à ces aspects.

90(...)

91Colette Andrusyszyn Le L.U.C. organise dans les prochains jours le marathon - et le semi-marathon - de Lille, dans le cadre d'une immense braderie. Nous sommes liés à cette grande manifestation mais, en même temps, nous nous montrons sceptiques sur l’expérience. Je m'explique. Cette expérience va nécessiter la mobilisation de 600 bénévoles. Deux clubs les fourniront. Les retombées pour ces bénévoles vont être nulles, y compris pour leur club respectif. Nous voudrions au contraire qu’elles soient bénéfiques sur le plan de la notoriété. Si nous avions les retombées que vont avoir La Redoute, La Voix du Nord et la banque qui ont négocié contractuellement les retombées de cette épreuve, nous serions très heureux. Or, nous n'arrivons pas à faire admettre à nos partenaires sponsors que les 17 millions de centimes que représente la mise à disposition des bénévoles, auxquels s'ajoutent les 25 millions de centimes d'autres contributions – selon notre estimation – soient reconnus en tant que tels dans le champ médiatique. Le club disparaît complètement dans l’anonymat. Entreprendre, c'est bien mais il faut savoir que les circonstances jouent souvent en la défaveur des clubs.

92(...)

93Didier Isabelle D'accord, mais une question vient alors à l'esprit. Qu'est-ce qui vous oblige à organiser cela si vous considérez que vous n'y retrouvez pas, voire même jamais, votre compte ? Ne faudrait-il pas d'abord établir un contrat et, dans un second temps, passer à l'œuvre ? Souvent, on constate que c'est l'inverse qui se passe. Le club s'implique dans l'organisation, et c'est plus tard qu'il demande une reconnaissance...

94(...)

95Robert Denel Je pense qu'il y aurait deux inconvénients majeurs à se désengager par rapport à ce type de contribution. Premier point, la municipalité pourra dire : « Attention aux subventions ! ». Si le N.U.C. ou le L.U.C. se retirent de l'organisation des manifestations dont on vient de parler, que va-t-il advenir des subventions municipales pour ces deux clubs ? Second point, si nous retirons nos troupes, ce genre de manifestation risque d’être systématiquement repris par le secteur commercial. (...)

96(...)

97Jacques Marchand Je souhaiterais revenir sur un point qui me paraît de première importance. je veux parler du choix du titre. Vous avez opté pour le Nikaïa. Désormais, la presse a retenu ce nom. De même, le Cross du Figaro est appelé « le Figaro ». La désignation du club est absente. Une fois que les choses sont en place, il est toujours difficile de rajouter un sous-titre. La presse va au plus court et au plus simple. Il me semble que le choix d'un titre, pour ce genre d'épreuve sportive, est quelque chose de fondamental. C'est souvent après coup que son importance s'impose à l'évidence...

98(...)

99Michel Lenguin Nous arrivons au terme de notre journée. Il nous reste à remercier Jean Houël pour sa conférence : "L'organisation du club, ressources et structures". Les débats ont permis d'aborder différents aspects. "Entreprendre" et "entreprise" doivent faire partie du vocabulaire des dirigeants de club. Ce vocabulaire doit se traduire par des actions concrètes. Il faut désormais s'employer à exploiter la plupart des propositions qui ont été formulées et discutées dans ces débats.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search