Version classiqueVersion mobile

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

Organisation du club : ressources et structures

Le club, entreprise de sport ? À quelles conditions ? Est-ce souhaitable ?1

Jean Houël

Texte intégral

  • 1 Un thème très proche a fait l'objet d'un travail collectif effectué à l'E.N.A., au début 1988, par (...)

1Quelques précisions préliminaires si vous le permettez.

2N'étant pas vraiment un spécialiste des problèmes de gestion, je ne vais pas vous tenir un discours de "technique de gestion". Ce faisant, je vais peut-être soulever plus de questions que je n'apporterai de réponses.

3Il se peut aussi qu'apparaissent, ça et là, des formules un peu excessives ou provocatrices. C'est intentionnel : lorsqu'un bâton est tordu d'un côté, il est parfois nécessaire de le tordre de l’autre, afin qu'il se retrouve à peu près droit...

4Tentons d'abord de savoir de quoi nous allons parler, dans une question contenant ces trois termes : sport, club, entreprise.

5S'agissant du sport – et pour aller vite – convenons qu'il contient deux aspects très imbriqués, mais qu'il est souhaitable de distinguer. Le sport, c'est donc, selon moi :

6D'une part, la recherche, l'obtention et le classement de performances physiques, par un système de confrontations organisées. A tort ou à raison (ce n'est pas notre débat !) ce système est considéré comme "formateur" pour les individus qui y participent, notamment par l'accroissement de leur potentiel d'action. C'est là le sens "dur" du concept de sport.

7D’autre part, le sport est aussi compris comme un mode d'occupation des loisirs, par la pratique d'exercices physiques dont le contenu, la forme, est influencée et s’inspire du système ci-dessus, mais avec des motivations variées : détente compensatrice, entretien des grandes fonctions, goût du jeu, ou même soucis de "positionnement social".

8Il faut rappeler cette distinction banale car le club, pour sa part, est perçu comme devant contenir ces deux aspects. Or ceux-ci ne supposent pas forcément les mêmes approches, les mêmes stratégies, les mêmes "clientèles" ni les mêmes "retombées". Bref, dans les deux cas, "l'offre" du club sportif ne peut ignorer des différences souvent importantes dans la nature des "demandes” de "produits sportifs".

9Quant à la question posée : "le club, entreprise de sport ?", elle paraît un peu provocante. Elle l'est cependant un peu moins depuis quelques années, car on en entend de plus en plus parler en d'autres domaines, où elle peut aussi surprendre, voire choquer. Par exemple, un hôpital est-il une entreprise ? Une commune est-elle une entreprise ? Et aussi, bien sûr, une université est-elle une entreprise ?

10La formulation de la question est essentielle car elle peut suggérer soit le rapprochement, soit l'identification : "le club sportif est-il une entreprise ?", ou bien "le club sportif peut-il être conçu, organisé, bref, géré comme une entreprise ?" On conviendra que c'est assez différent...

11Personnellement, je pencherais plutôt vers la seconde formulation de cette question. On pressent déjà qu'elle suggère une réponse de normand du type : "oui et non". Pas tant d'ailleurs par "prudence intellectuelle" que parce que l'on se trouve devant un problème classique de définition des termes, avec des phénomènes d'inclusion et/ou d'exclusion réciproque.

12En effet, selon la définition que l'on donne du club sportif – et donc du sport – d'une part, et celle que l'on donne de l'entreprise d'autre part, on obtiendra des rapports différents entre ces deux ensembles, allant de l'exclusion totale à l'identification, en passant par l’interpénétration partielle.

13Mais soyons un peu plus directs : quand on formule ainsi le problème, on sent bien qu'il est d'abord question "d’argent", de flux financiers – qu’ils entrent ou qu’ils sortent –, bref, ce que les économistes appellent la "gestion des ressources rares". Celles-ci ne comprennent pas d'ailleurs que des éléments purement matériels. Les ressources humaines en font aussi partie car, quoiqu'on en dise, elles ont aussi un coût et ne sont pas illimitées.

14Quant aux deux termes "club" et "entreprise", permettez-moi dans cet exposé introductif, une certaine simplification : par club sportif, j'entends une association classique Loi de 1901 affiliée à une ou plusieurs fédérations, et d'une certaine importance (à partir par exemple de 500 adhérents...). Par entreprise, j'entends a priori une société commerciale classique (S.A. ou S.A.R.L. surtout) de dimension moyenne, société productrice de biens ou de services qu'elle vend à des tiers.

15Tenter des rapprochements entre ces deux ensembles, "club sportif et "entreprise", cela entraîne quelques questions subsidiaires, sous-jacentes, mais fondamentales : dans le domaine du sport, est-on en présence d'un marché, c’est-à-dire d'une rencontre entre une offre et une demande ? Sont-elles évolutives, concurrentielles et diversifiées ? Quels sont les coûts-en investissement et fonctionnement-, et surtout comment ces coûts sont-ils financés : qui paye quoi ? Y-a-t-il "vente" d'un produit, si oui, lequel, et surtout comment son prix est-il déterminé ? Ce prix est-il "libre", ou "administré" du fait de contraintes particulières (voir l'exemple du livre) ?

16Essayer de répondre à ces questions n'est pas chose aisée quand on connaît les débats infinis qu’elles suscitent en d'autres domaines. C'est pourquoi ne seront apportés ici que des éléments de réponse, quelques pistes de réflexion pour alimenter le débat.

17Cette intervention va donc être articulée, très banalement, en trois volets : ce qui rapproche le club sportif d'une entreprise ; ce qui, au contraire, semble l'en éloigner et, pour finir, ce que l'on peut retenir de cette confrontation.

CE QUI RAPPROCHE LE CLUB DE L'ENTREPRISE

18C'est un "facteur global" tout d'abord : par son développement même, le sport est devenu un phénomène économique, plus exactement de niveau "macroéconomique". Cela veut dire qu'il génère des systèmes d'échanges, des flux financiers mesurables, par exemple en comptabilité nationale à l’intérieur du P.I.B. De ce fait, il devient essentiel d'analyser les origines, les modalités de gestion et d'utilisation de ces flux économiques. En bref, il devient indispensable de savoir compter, de savoir évaluer, de savoir réguler...

19Trois pointes seront évoqués à ce propos : le club dans cette évolution économique, son fonctionnement interne et les contraintes juridiques.

Place du club dans l'économie du sport

20Les flux financiers qui sous-tendent l’économie du sport peuvent se rattacher à divers éléments : tout d'abord, des équipements et des matériels (fabrication et vente). Pour les économistes, ce poste est capital. Le club sportif, pour sa part, n'est pas une entreprise de fabrication et de vente d’articles de sport : mais ne pourrait-il pas devenir un maillon beaucoup plus important qu'il ne l'est dans le processus de distribution ? C’est une question sur laquelle je ne peux pas m'arrêter ici, mais certainement trop négligée.

21Viennent ensuite deux autres postes essentiels de l'économie du sport, et générateurs de flux financiers importants : la pratique et le spectacle sportifs. Au risque de surprendre certains, je dirai que le club n'est pas, en lui-même, le maître d'œuvre du spectacle sportif, seulement un élément constructif. Mais là aussi, comme en matière de matériel, le club sportif ne pourrait-il pas prendre une meilleure place dans "l'économie" du spectacle sportif ? C’est une seconde question que je ne fais qu'évoquer.

22Il faut s’arrêter en revanche sur le troisième poste essentiel de l'économie du sport : la pratique sportive, qui, au sens large, comprend aussi l'initiation, le conseil, l'encadrement, la formation, le suivi du pratiquant, etc. Autour de cela est apparu ce qu'on appelle "le marché du corps", ou de la "forme", en liaison d'ailleurs avec ce qu'on appelle aussi "le marché de la santé". C'est ici, à coup sûr, que le club sportif pourrait, devrait prendre toute sa place "d'entreprise de service", service de la maîtrise, de la formation, de l'entretien du corps et même, à travers cette activité, service de convivialité, de rencontres et d'échanges, bref de sociabilité... Mais combien de clubs prennent conscience qu'ils sont en fait, ou pourraient devenir, des entreprises de ce type, et surtout en tirent toutes les conséquences ? Une minorité, on le sait.

23Mais quelles sont, quelles seraient alors les implications de cette prise de conscience "entrepreneuriale" ? Tout simplement d'être beaucoup plus à l’écoute du marché, c'est-à-dire des besoins, des attentes des pratiquants potentiels, et de s'efforcer de s'y adapter pour y répondre le mieux possible. Le club ne veut pas le faire, ce n’est pas son rôle. Tiens, mais alors quel est son rôle ? Mais alors d'autres vont le faire à sa place, et en recueilleront évidemment les fruits. C'est déjà fait d'ailleurs en grande partie, comme vous le savez bien. Pourquoi ce retard du club sportif sur ce marché du loisir physique ? Très succintement, une première explication : on est passé d’une sorte d'économie "autarcique", "d'auto-subsistance" du groupe – à l'origine des clubs sportifs du début du siècle – à une économie ouverte, avec possibilité d'échanges "marchands", et une division des tâches, par exemple entre producteurs et consommateurs de services. Enfin et surtout, avec l'évolution des modes de vie et des revenus, est apparue une demande solvable au niveau individuel, dans le domaine de la formation et de l’entretien corporels.

D'un point de vue fonctionnel, le club sportif peut aussi être rapproché d'une entreprise

24Pour employer une formule un peu facile, je dirai qu'il faut passer d'un club sportif "présidé" à un club sportif "managé".

Le club sportif, précurseur de la notion de "culture d’entreprise" ?

25Incontestablement, ce que les entreprises les plus dynamiques recherchent aujourd'hui, c’est la création d'un "esprit d'équipe", d'une mobilisation collective autour de divers projets, tendances dont on découvre aujourd'hui qu'elles constituent une richesse essentielle, le ressort fondamental du développement d'une entreprise. Or n'est-ce pas cela qui a souvent constitué, historiquement, l’une des principales caractéristiques du club sportif ? Or, par un curieux retournement, l'entreprise traditionnelle semble découvrir ce que le club, quelquefois et même souvent semble avoir oublié : pour réussir, c'est-à-dire s'inscrire dans une logique de développement, le club comme l’entreprise doivent être des organismes où les gens ont le sentiment de se réaliser, d'adhérer à des valeurs communes, bref, "l'aspect" relationnel redevient essentiel.

26Pour cela, les techniques dites de "management des ressources humaines" commencent à être bien connues de certains chefs d’entreprises : participation et consultation, délégation de pouvoir, prise de responsabilité, système clair de sanction et de gratifications, etc. Encore une fois, tout cela devrait trouver un terrain éminemment favorable dans le club sportif. Pourquoi ? Parce que, pour la plupart, ces principes ne sont pas, en tout cas pas directement, liés à des considérations purement monétaires pour l'individu. Est-ce à dire que le club n'a pas de préoccupations financières ? Au contraire, mais ici c'est lui qui doit rejoindre l'entreprise : il doit apprendre à mieux gérer ses ressources financières.

La nécessité d'une gestion financière plus rigoureuse

27Sauf à être totalement déconnecté de ce nouveau champ économique, déjà évoqué, tout club sportif, dès qu’il atteint une certaine dimension, est conduit à adopter des méthodes d'évaluation cl de prévision de ses ressources, beaucoup plus fiables et complètes qu'auparavant. Par exemple, une simple comptabilité de ménage, en recettes et dépenses, est totalement insuffisante. Le renouvellement de certains matériels implique d'inclure les techniques d'amortissement, de gestion de stocks. De même, apprendre à gérer les fluctuations de sa trésorerie constitue un avantage précieux, que les entreprises ne négligent plus.

28Mais ces rapprochements avec l'entreprise, peut-on objecter, ne sont-ils pas surtout des vœux pieux, purement dépendants de l'existence de "bons" ou de "moins bons" dirigeants ? Nullement, car, qu'il le veuille ou non, le club se voit déjà considéré comme une entreprise, par des tiers, qui en appellent au juge en cas de conflit.

Les évolutions juridiques

29Durant ces deux dernières décennies, les clubs sportifs ont découvert – souvent non sans désagréments – que leur structure associative ne les mettaient nullement à l'abri de se voir appliquer les règles régissant l'entreprise, qu'il s’agisse de droit social, fiscal ou commercial.

Le droit social

30Dès que le club atteint une certaine dimension, il fait appel à divers personnels et se trouve ainsi soumis à toutes les règles du droit du travail et de la sécurité sociale. Evolution difficile, dans un univers sportif historiquement constitué et s'appuyant encore sur le bénévolat. Mais si le bénévolat reste une dimension fondamentale du mouvement sportif, il est tout aussi évident que l'évolution contemporaine appelle une relative "professionnalisation" de certaines fonctions, avec ses conséquences au regard du droit social.

Le droit fiscal

31Là aussi, l'augmentation de la "surface économique" du club sportif conduit parfois à le soumettre aux mêmes impôts qu'une entreprise classique, par exemple à la T.V.A. ou à l'impôt sur les sociétés. Certes, les spécialistes sont très partagés à ce propos, car tout le débat repose sur la notion de "but lucratif. Qu'il y ait lucrativité, c'est souvent indiscutable. Mais est-ce la finalité ? Nous allons retrouver cette question un peu plus loin.

L'application de certaines règles du droit commercial

32Venant après certaines décisions de redressement prises par l'U.R.S.S.A.F. ou l'administration fiscale, et confirmées souvent par la justice, le jugement du T.G.I. de Thionville en 1982, n'a fait que confirmer cette tendance à assimiler, en certaines cironstances, club sportif et entreprise privée. En l'espèce, le juge condamne des dirigeants bénévoles à combler une partie du passif de l’association mise en liquidation, comme cela peut se passer pour une entreprise commerciale, selon la loi de 1967 relative au règlement judiciaire.

33On sait d'ailleurs que deux autres lois récentes, celle du 1er mars 1984 sur les entreprises en difficulté, et celle du 25 janvier 1985 sur le redressement judiciaire, pourraient s'appliquer à des clubs sportifs d'une certaine importance. Enfin, la loi du 7 décembre 1987 ("Loi Bergelin") modifiant la loi du 16 juillet 1984 sur le sport ("Loi Avice") oblige désormais certains clubs sportifs employant des professionnels à se doter d'instrument de gestion et de contrôle propres aux entreprises de droit privé, même en gardant un statut associatif.

34Reste que l'on voit bien, a contrario, qu'en dépit de toutes ces évolutions convergentes, le club sportif n'est pas vraiment – ne peut pas être ? – une entreprise commerciale classique. En quoi s'en distingue-t-il ?

CE QUI SEPARE LE CLUB SPORTIF DE L’ENTREPRISE

35Pour employer encore une fois une formule rapide, on peut dire que si le présent rapproche le club de l'entreprise, le passé l'en éloigne. Et cette histoire du sport, sociale et institutionnelle, pèse très lourd.

36Globalement, le club sportif se sépare de l'entreprise privée pour deux catégories de raisons : ses valeurs institutives d'une part, le rôle et la place qu'y tiennent les pouvoirs publics d'autre part.

Le club sportif s'est historiquement constitué des valeurs différentes de celles d'une société commerciale

37Cette distance est très clairement inscrite dans les textes fondateurs, qui paraissent effectivement opposés. Le club se veut une association, dont les membres se rassemblent, dit la loi de 1901, "dans un but autre que le partage des bénéfices". L’article 1832 du Code Civil relatif à la société dispose, au contraire, que ses membres la fondent "dans le but de partager le bénéfice qui pourra en résulter".

38Tout découle, semble-t-il, de cette différence de finalité, notamment le processus d’organisation et de fonctionnement du sport, avec l'élection des dirigeants et leur statut de bénévoles. La recherche d'un profit à se partager n'étant pas la finalité première d'un club sportif, il en découle, quasi naturellement, sinon un moindre souci de ses ressources, du moins d'évaluation, de comparaison des coûts et des résultats. D'où cette opinion, assez répandue il faut bien le dire, chez certains dirigeants sportifs : "je suis bénévole, je ne suis pas financièrement intéressé, donc pas responsable". On comprend qu'un tel raisonnement ne soit pas vraiment un facteur de développement...

39Un autre élément tend également à ce que le club sportif ne puisse être, en général, une simple entreprise privée de prestation de services, même de services de "loisirs corporels" comme, par exemple, le Club Méditerranée ou encore l'U.C.P.A. C'est que, par essence, le "produit sportif, donc le "résultat" de l'activité du club, c'est aussi la recherche et l’obtention de la "performance" physique même à un niveau modeste. Quelque part, on peut dire que le résultat d’un club sportif, c'est d'abord son palmarès, plus que le solde financier.

40De plus, c'est précisément cette recherche de la performance physique par la confrontation – avec sa dimension fondamentale d'incertitude – qui constitue toute l'originalité du spectacle sportif. C'est ce qui différencie radicalement, par exemple, les prestations des Harlem Globe Trotters ou d'Holiday On Ice, des finales olympiques de basket ou de patinage artistique.

41C'est cela qui explique aussi la surprise et la perplexité de Bernard Tapie, lors de ses débuts dans le monde du football, lui pourtant très au fait de toutes les techniques de gestion financière. Il a bien dû reconnaître qu'en ce domaine, le "gros budget" ne suffit pas, car résultat sportif et engagements financiers ne sont pas directement superposables ; ils sont d'une autre nature. Enfin, le fait que le sport soit un système de détection, de confrontation et de classement des valeurs explique le rôle irremplaçable d'une structure fédérative. Le club sportif est évidemment obligé de s'insérer dans cette instance organisationnelle et d'en accepter certaines contraintes. Cela aussi est spécifique par rapport à une entreprise classique, dont l'adhésion à une chambre de commerce et d'industrie par exemple n'a pas du tout le même caractère. Ceci étant dit, le "palmarès” sportif n'est évidemment pas sans effets induits, effets économiques bien sûr, mais aussi effets socio-idéologiques. Ce qui explique aussi la place particulière prise par les collectivités publiques dans le sport. De ce fait encore, le club sportif n'est pas purement assimilable à une entreprise privée.

L’importance des financements publics

  • 2 Quant au plan étatique et national, voir par exemple notre intervention aux journées d'études de St (...)

42Activité purement "privée" ou "civile" à l'origine, on sait que le sport s'est trouvé de plus en plus étroitement lié aux collectivités publiques, et cela surtout à partir de la seconde guerre mondiale. Arrêtons-nous surtout ici sur les aspects locaux de ce phénomène et à ses conséquences sur la gestion des groupements sportifs.2

Le sport, activité d'intérêt public

43La reconnaissance d'un "service public du sport" assuré par les fédérations sportives est désormais un fait acquis. A tel point qu'au niveau national, le fonctionnement fédéral tend parfois à devenir "para-administratif, l'Etat ayant une forte influence par les moyens qu'il accorde, et le cadre réglementaire qu'il édicte.

44S'agissant du club sportif, ses interlocuteurs privilégiés sont les collectivités locales (communes, départements, régions). Ainsi, l’activité sportive est devenue une pratique sociale où les financements publics sont très importants, tant en fonctionnement qu'en investissements. A ce propos, on peut faire remarquer que c'est parfois aussi le cas de certaines entreprises privées. Mais est-ce là, en général, de "bons exemples" ? Je n'en suis pas sûr.

45Dans le cas d'un club sportif, on se heurte cependant à ce phénomène déjà évoqué : le "produit" de cette "entreprise", à savoir les performances de ses membres, ne sont généralement pas directement rentables : quel club de natation par exemple, même en formant des champions, en aurait assez "de retombées financières" pour s'offrir sa propre piscine olympique, et la rentabiliser ?

46Il s'agit donc d'un choix "politique" au sens large de ce terme : si les autorités publiques estiment que le "palmarès sportif" entraîne des retombées sociales, indirectes peut-être, mais certaines (santé publique, notoriété, image), il faut accepter d’en payer le coût, en soutenant financièrement le système sportif. Mais cette "socialisation", en partie nécessaire, n’est pas sans inconvénients, que l'on ne doit surtout pas feindre d'ignorer.

Les effets pervers des subventionnements publics

47Tout d'abord, le coût-réel de la pratique sportive devient assez difficile à déterminer. Certains clubs et pratiquants s'en préoccupent d’ailleurs assez peu, une certaine opacité en ce domaine n'étant pas forcément désavantageuse pout tout le monde.

48Fait plus gênant, la pratique sportive ôtant fortement solvabilisée par des aides publiques, il s'est répandu une opinion selon laquelle "le sport, ça ne doit pas coûter cher", voire même "ça doit être gratuit". Bon, on peut défendre cela... mais qui, dans la réalité statistique des enquêtes sociologiques, pratique le sport ? Et qui, de ce fait, bénéficie le plus de ce sport financé sur fonds publics ? Curieuse redistribution sociale. Il faut le dire clairement : il n'y a rien de "gratuit". Ce qu'on appelle gratuit est ce qui est payé par d’autres ; peut-être à juste titre, mais il vaut mieux le dire, et le chiffrer.

49D’un autre côté, cette mise totalement "hors marché" du sport aboutit aussi, paradoxalement, à une forme de "paupérisation" de certaines pratiques sportives, assimilées en quelque sorte au "secteur social". Prenons-y garde : là comme en d'autres domaines, quand un secteur commence à mal se porter, au point d'en appeler à une part toujours croissante de financements publics (voir la sidérurgie), deux voies s’ouvrent : celle de la modernisation, ou celle de la "clochardisation".

50S’il est vrai qu'une part de financements publics reste indispensable dans le sport, cela ne doit pas avoir un effet anesthésiant qui entraîne des comportements d'assistance et de dépendance. Les rapports avec les collectivités publiques doivent être fondées sur des notions d'échanges, de mutuelles contreparties. C'est alors, mais seulement alors, que le club sportif peut vraiment envisager une démarche d'entreprise.

LE CLUB SPORTIF : UNE ENTREPRISE, MAIS D’UN NOUVEAU TYPE ?

51On peut rêver : le club sportif pourrait constituer une forme exemplaire "d'entreprise d'économie mixte", avec des partenaires publics. Sous quelles formes ? Nous l'évoquerons brièvement pour finir, mais, au préalable, mesurons biens les enjeux et leurs conséquences.

L’enjeu majeur : un système sportif avec ou sans les clubs...

Un risque croissant de "paupérisation" et d'éviction

52J'ai déjà évoqué ce problème de façon provocante en parlant de "clochardisation". En certains endroits, c’est à peine exagéré, quand on voit le délabrement, la tristesse de certains équipements "traditionnels". Mais à ce vieillissement s'ajoute celui des structures de fonctionnement, des modes de relations, de l'encadrement : tout cela forme un ensemble souvent peu incitatif !...

53Ainsi, on s'aperçoit que dans ce champ aujourd'hui économiquement très élargi de la "culture du corps", les clubs sportifs ont, dans leur ensemble, déjà perdu d'énormes "parts de marché”. D’où ce paradoxe : une sorte "d'éviction douce" des clubs du marché du sport, leur marginalisation progressive des pôles les plus dynamiques. Les deux principaux types de "produits" sportifs, le spectacle et la pratique individuelle sont déjà "offerts" en d'autres lieux et par d'autres structures que par des clubs de sport classique. Parfois très ouvertement : Matra Racing, Paris-Dakar, Gymnase club, Club Méd, U.C.P.A. Parfois de façon plus camouflée, la structure associative du club n'étant qu'une façade purement formelle, derrière laquelle s'abrite en fait une collectivité publique ou une entreprise. Dans les deux cas, la réalité est la même : une éviction des clubs de la réalité du pouvoir sportif. Pour stopper ce processus, une seule voie possible pour les clubs, redevenir crédibles, en étant "plus performants".

Accepter l'évaluation et ses conséquences

54S'il veut redevenir le lieu "incontournable" de la "production" sportive, le club doit donc accepter de se doter de divers "critères" d'évaluation, pour apprécier sa rentabilité. Pas seulement, précisons-le, une rentabilité purement financière, nous avons déjà dit pourquoi. Mais il n’empêche, les indicateurs économiques sont précieux, comme révélateurs de certains modes de fonctionnement. Ils peuvent, par exemple, montrer si un organisme génère plus ou moins de richesse qu'il n'en consomme, et pourquoi. Cela peut inciter à changer certaines méthodes, à moderniser des matériels, à créer de nouvelles formes d'activités, un autre mode d'encadrement, de rémunérations, etc... Bref, on va aussi vers un certain "professionnalisme" du système.

55Ce souci d'un meilleur "rendement social", d'une nouvelle attractivité du club implique inévitablement certaines évolutions, tant au niveau des hommes que des coûts. S'agissant des dirigeants, la compétence passe d'abord et surtout par la disponibilité. D'où le problème central du bénévolat et de ses contradictions. De deux choses l'une : ou un organisme est véritablement "dirigé" (y a-t-il un pilote dans l'avion ?) et il peut devenu dynamique et performant, ou il ne l'est pas, et il s'étiole ou se fait marginaliser. Mais être un véritable dirigeant exige un investissement complet, c'est-à-dire des moyens d'existence, une rémunération, si possible fournis par la structure elle-même. Est-ce convenable ? Surtout, est-ce possible sans qu'il se produise, là aussi, un phénomène "d'éviction" de toute une catégorie de dirigeants bénévoles par une génération de "professionnels" ? C'est évidemment une crainte sous-jacente dans les milieux sportifs aujourd'hui. On rétorquera, bien sûr, que cela serait contraire à la tradition et aux règles associatives. Mais il faudra bien trouver une solution, en essayant d'éviter l'extension d'une sorte de "bénévolat marron" de certains dirigeants, phénomène qui commence à apparaître ça et là. Après tout, il existe bien une catégorie d'organismes "sans but lucratif, où les dirigeants sont élus et rémunérés, à savoir les syndicats. Mais les clubs sportifs ont-ils la capacité financière de "rétribuer" leurs dirigeants ? Peut-être, à condition de s'en donner les moyens.

56On en arrive tout naturellement à la question des prix et des coûts du sport. Répétons-le : un certain discours "social" sur le sport – d'ailleurs sincère et généreux – aboutit à une forme de "misérabilisme sportif" tout à fait contraire à une dynamique de développement. Mais il est clair qu'une démarche plus entrepreneuriale des clubs sportifs entraînera souvent une élévation des coûts de la "tarification", des prestations, absolument indispensable à leur plus grande qualité et attractivité.

57Agiter ici le spectre de la "ségrégation sociale" par les prix dans le sport n'est pas très raisonnable, et pour deux raisons. En premier lieu, la "société sportive duale" existe déjà, elle se développe sous nos yeux, et précisément à cause de l'incapacité du système sportif traditionnel à se moderniser. Si bien qu’il est délaissé par toutes sortes de couches sociales, justement celles qui sont très "solvables" : à elles les pratiques "branchées", les sports "clean", "nouveaux", "écolos", etc (mais plus chers !...) et aux autres les pratiques "ringardes", "tristes", "normalisées"..., mais "bon marché". Et chacun de camper sur des positions idéologiques : "nous, nous faisons du social, eux du commercial". Mais surtout et en second lieu, un simple examen des évolutions permet d'évacuer cette querelle : quelles sont, ces trente dernières années, les pratiques sportives qui se sont le plus développées, et celles qui stagnent ou régressent ? Dans le premier cas, citons par exemple le tennis, le ski, le judo, la voile, et dans le second cas par exemple l'athlétisme, la natation, la lutte, le hand-ball (hors système scolaire). Le paradoxe est flagrant, quoiqu'un peu amer : ce ne sont nullement les pratiques "les moins chères" qui se développent, au contraire ! Le "prix" n’est donc pas un facteur déterminant de développement, en tout cas certainement pas le facteur premier. Voyons la réalité en face : si les gens se détournent de certaines pratiques, c'est d'abord et surtout que "le produit" qu’on leur propose ne les attire pas, même s'il est bon marché, voire gratuit ! Si au contraire, le produit est séduisant, adapté à l'évolution des goûts, les "clients" potentiels accepteront de le payer plus cher : c'est du marketing élémentaire... On en revient à l'enjeu évoqué initialement pour les clubs : être "in" ou être "ouf. Reste que pour entreprendre une telle "révolution culturelle", ils ont certainement, par ailleurs, un problème de structures.

Le club "entreprise de sport" doit pouvoir dépasser le seul cadre associatif traditionnel

58Nous serons ici très brefs, car il faudrait entrer dans des considérations techniques et juridiques assez complexes. Le principe serait le suivant : conserver des finalités "d'intérêt général" – donc associer étroitement les collectivités publiques au développement sportif – sans refuser pour autant certains impératifs économiques. Remarquons d'ailleurs qu'à cet égard, le système sportif est très attardé à l'intérieur même de "l'univers associatif : beaucoup d'associations, dans divers secteurs, tout en conservant leurs valeurs, ont pris depuis longtemps le "virage" de l'économie sociale.

59On peut donc fort bien imaginer un système dont le principe serait une sorte "d'actionnariat" des collectivités publiques, un rôle "d'apporteur de capitaux", principe à partir duquel une grande diversité de structures sont concevables. Dans ce dispositif, il serait évidemment essentiel – mais certes pas très facile – que le "club-association loi de 1901" reste le "noyau dur" du pouvoir d'orientation et de décision.

Le rôle des collectivités publiques locales

60On a vu qu'en terme d'investissement, d’opérations immobilières, de dotations d'équipements lourds, les organismes publics locaux ont un rôle irremplaçable à jouer. Mais doit-on aller, comme on le voit déjà en maints endroits, vers une "municipalisation du sport", qui serait d'ailleurs le pendant d'une étatisation au niveau national ? Ce n'est ni réaliste, ni souhaitable. Pas réaliste, par rapport aux orientations générales de la gestion municipale actuelle, qui tendent à "faire-faire" plutôt qu'à "faire" en régie directe. Augmenter toujours les effectifs des fonctionnaires locaux, en l'occurrence ceux des services sportifs municipaux, ne pourrait qu'accroître la fiscalité locale, déjà lourde. Pas souhaitable ensuite, car ici comme dans toutes les pratiques culturelles au sens large, un "sport municipal" n'est guère plus souhaitable qu'un "sport d'Etat". En revanche, comme il le fait souvent avec d'autres entreprises au sens large, le pouvoir municipal peut soutenir très activement "l'entreprise de sport". Ici, toutes sortes de modalités existent, voire sont encore à inventer.

L’imagination au pouvoir...

61Le fil directeur de la démarche, répétons-le, devrait être celui-ci : faire en sorte que, quels que soient les liens entre la collectivité publique et le club, ce dernier conserve d'une part l'essentiel du "pouvoir sportif', et soit tenu d'autre part d'adopter une "démarche d'entreprise", à savoir une évaluation permanente de ses résultats, en prise sur un "marché" ouvert : la population locale. Les textes particuliers sur le sport proposent déjà certaines structures, mais on peut en imaginer d'autres.

62La loi Avice de 1984, modifiée par M. Bergelin en 1987, propose trois structures particulières pour le club, au-delà de l'association classique : la société à objet sportif (S.O.S.), la société d'économie mixte sportive locale (S.E.M.S.L.) et "l'association aménagée". Dans les deux premiers cas, on bascule dans la société, la finalité commerciale devient en quelque sorte "naturelle", mais un certain nombre de garde-fous juridiques doivent empêcher la recherche exclusive du profit financier. Dans le troisième cas, "l'aménagement" consiste, à l'inverse, à obliger l'association à accepter un minimum de rigueur et de contrôle dans sa gestion. Il est encore trop tôt pour apprécier le développement de ces formules. On peut dire cependant qu'elles ne paraissent guère susciter d'enthousiasme, peut-être parce qu'elles impliquent une remise en cause d’habitudes bien ancrées ? Ou bien encore parce que les textes proposés présentent certaines insuffisances.

63D'autres structures peuvent également se concevoir, à la fois plus dynamiques et plus exigeantes quant à leur gestion, que la traditionnelle "mise à disposition" d'équipements publics. Rappelons aussi cette évidence : le club peut établir de multiples liens, pas seulement avec la commune, mais avec toutes sortes de personnes publiques, notamment des établissements publics, qu'ils soient scientifiques ou culturels (universités, grandes écoles), industriels et commerciaux (transports, énergie, assainissement...). D’ailleurs, ne pourrait-on concevoir, dans certains cas, la gestion sportive comme un service public certes, mais de nature "industrielle et commerciale", s'agissant de divers équipements lourds ? La formule de la "concession de service public" (ou sa variante, l'affermage) qui existe déjà pour certaines piscines, pourrait être étudiée de plus près.

64Il existe encore (essentiellement sur le papier !) la formule du groupement d'intérêt public (G.I.P.) assez oubliée alors qu'elle figure dans la loi de 1984. Enfin, toute une stratégie de "filialisation" autour d’un club-association serait à étudier. Par exemple, pour certaines de ses activités, la création de S.A.R.L., au capital contrôlé par le club, peut être envisagée. Cela permet à "l'entreprise de sport" de mieux distinguer ce qui relève d'une pure pratique commerciale, de ce qui est plus à vocation sociale ou éducative. Bref, comme on le voit, ce ne sont pas les formules qui manquent pour permettre au club de devenir une entreprise originale. Mais, pour une telle évolution, encore faut-il qu'existent le désir et la volonté.

65En conclusion, on peut bien sûr s'interroger : et les valeurs morales et humanistes du sport, que deviennent-elles dans tout cela ? Ce parfum de commercialité n'est-il pas celui du diable, avec qui on ne doit dîner qu'avec une grande cuillère ? Il semble pourtant qu'on a guère le choix : chez certains dirigeants, le discours farouchement "anti-commercial" cache mal une angoisse de se trouver déstabilisés et de perdre leurs pouvoirs traditionnels. Pour d'autres, sincèrement attachés à leur idéal, ils risquent de se retrouver dans la situation de tous ceux qui, ne voulant pas "se salir les mains" n'ont en fait plus de mains, et la machine finira par tourner sans eux. Si un mouvement qui se veut humaniste ne dispose d'aucune puissance matérielle, comment peut-il espérer être écouté ? L'Eglise catholique par exemple a très bien compris qu'on ne peut être une puissance spirituelle sans l'appui d'une certaine puissance financière, celle-ci mise au service de celle-là.

66Il est donc urgent, nous semble-t-il, que le mouvement sportif abandonne l'adage : "ne cherchons surtout pas à faire des profits, car l'on défend des valeurs humanistes", et le remplace par la question : "comment apprendre à faire des profits afin que ces valeurs puissent, encore, être défendues ?"

Notes

1 Un thème très proche a fait l'objet d'un travail collectif effectué à l'E.N.A., au début 1988, par un groupe de six élèves, dont l'auteur de cet exposé. Un certain nombre d'idées émises ici en sont issues.

2 Quant au plan étatique et national, voir par exemple notre intervention aux journées d'études de Strasbourg "Sciences sociales et sport" de novembre 1987, sur le thème Politiques du sport, Actes publiés par l'U.F.R.-S.T.A.P.S. en 1988.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search