Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

Le club et ses responsabilités

Débats

Texte intégral

1Robert Denel Je pense que l'exposé d'Yves Chateaurcynaud permet d'éclairer de façon précise le type – un type – d'environnement caractéristique dans lequel se situe aujourd'hui le club sportif. Néanmoins, je serais tenté de dire que le club n'a pas toujours su bien prendre en compte ces nouvelles données. Je ne citerai qu'un exemple. Il n'a pas su – et ne sait pas toujours – prendre en compte les nouvelles demandes dans le domaine des pratiques sportives. Et si tel n’était pas le cas, il aurait sans doute accumulé des ressources lui permettant alors de mieux développer, à son initiative, le domaine du haut niveau et de la compétition. (...)

2La contribution de Jean-Louis Maguet nous a permis de comprendre comment et pourquoi les villes ont quelquefois tendance à imposer une certaine hégémonie aux clubs. Il faut le remercier pour son exposé. Mais je pense que les choses se passent relativement bien à Aix-en-Provence. Il est des situations infiniment plus critiques ailleurs.

3(...)

4Didier Isabelle Je donnerai simplement un témoignage. Nous avons vécu à Clermont-Ferrand un problème de municipalisation des installations sportives. (...) Et le club universitaire s'est trouvé non pas interdit d'accès aux équipements, mais obligé d'y accéder moyennant finances et à un coût que le C.U.C. ne pouvait assumer.

5(...)

6Jean-Pierre Lefevre Je voudrais dire quelques mots à propos de l'exposé d'Yves Chateaureynaud. J'ai reconnu la démarche sociologique qui traite de l'évaluation de la demande sociale de pratique et des équipements sportifs qui s’y rapportent. Je me demande si nous ne sommes pas en train de commettre des erreurs. Faute de travaux approfondis, relevant des sciences sociales, on constate qu'il existe une distorsion parfois très importante entre les exigences de la pratique et les équipements souvent très coûteux qui sont proposés à la collectivité. La prospective en ce domaine n'est pas toujours fermement assurée. Pensons au golf. Dans ma région, par exemple, il existe des projets de golf qui naissent un petit peu partout et il n'est pas sûr qu'ils seront tous rentables ni même que ceux qui sont aujourd'hui ouverts le resteront demain.

7(...)

8Henri Courtine (...) Je voudrais ajouter d'abord un complément d'information, en rappelant un certain type de difficultés rencontré par les clubs dans leurs relations avec les municipalités. Je veux parler de l'animation directe. Dans bien des cas, les municipalités elles-mêmes organisent des manifestations sportives, sans que ni les fédérations ni les clubs ne soient réellement impliqués. C'est un enjeu terrible. (...) je peux vous citer un exemple avec les épreuves de triathlon. J'étais responsable au Comité National Olympique du triathlon. On entend parler de plus en plus de ce genre d'épreuve. Les triathlons sont une fête pour les municipalités. Cela ne fait pas de doute. On s'aperçoit que cette activité échappe progressivement au mouvement sportif. Les organisateurs de triathlon travaillent directement avec les marchands et les municipalités. Cela mérite réflexion. (...)

9Second aspect de mon intervention : au sujet de la restructuration des clubs. La relation entre les bénévoles et les professionnels doit être examinée avec précision. A un certain niveau de responsabilité - les statuts et les règlements sont clairs - il y a les élus et il y a les « pros ». Dans l'avenir, il faudra peut-être trouver des solutions originales entre la position des professionnels et la position des élus. (...)

10(...)

11Jean-Pierre Clarac Une petite réflexion, si vous le permettez, sur les clubs universitaires. Le club universitaire me paraît avoir des difficultés à s'adapter à l'évolution de la société elle-même. J'appartiens à une époque où les étudiants, dits "à études longues", faisaient partie du petit monde fermé, élististe même, des étudiants. Le "monde étudiant" n'était pas très nombreux. Aujourd'hui, le monde étudiant s'est élargi, et c'est une bonne chose, et les études supérieures sont quelquefois plus courtes. Les moyens de communication ont progressé. Ils se sont diversifiés. De ce fait, les étudiants impliqués dans la pratique de compétition restent volontiers dans leur club d'origine. De ce fait, ils ne s'inscrivent pas au club universitaire. Par ailleurs, tous les licenciés en club universitaire ne sont pas forcément des étudiants. Ces deux aspects sont révélateurs, me semble-t-il, d’une certaine ambiguïté du « club universitaire ». Je crois qu'il faut prendre en compte cette réalité, de façon à mieux penser l'avenir du club universitaire.

12(...)

13Ernest Gibert C'est vrai que c'est de la confrontation d'un certain nombre de points de vue que peuvent naître des propositions concrètes. Et c'est bien l'ambition de cette Université d'Eté. Evidemment, il n'est pas question que cette université se limite, dans son programme, à la seule question du club universitaire.

14Pour ma part, il me semble que les clubs universitaires, avec bien sûr leurs particularités, sont des clubs comme les autres et avec les autres. Si malaise il y a, c'est peut-être le fait des universitaires plus que des clubs universitaires. Ces derniers ont une attitude cohérente. Le club universitaire est une fenêtre. Elle permet à l'extérieur de voir ce qui se passe à l'intérieur de l'université ; elle permet également à l'université de s'ouvrir sur l'environnement extérieur.

15Ceci étant dit, j'élargirai mon propos en relation plus directe avec l'exposé d'Yves Chateaureynaud. Je ne voudrais pas que nous prenions vis-à-vis de l'extérieur une position strictement défensive qui me paraît négative. Nelson Paillou évalue le poids financier du bénévolat à partir du SMIC... Il y a lieu d'être choqué à propos de ce choix car il revient à admettre que la contribution du bénévole – ou du bénévolat – est la plus faible qui soit. Pensez-vous que l’apport des clubs sportifs dans leur ensemble soit de l'ordre de cette évaluation minimale ? Je ne le pense pas. Et dans les relations : clubs/municipalités, il importe d'adopter une attitude autre que la logique défensive. En adoptant une formule simplifiée, je dirais : « Il faut se faire connaître et se faire reconnaître autrement » !

16De ce point de vue, je me montrerai moins pessimiste que notre ami Clarac. Il ne me paraît pas qu'il y ait aujourd'hui une ambigüité du club universitaire.

17(...)

18Robert Denel Les clubs universitaires ne sont plus des clubs étudiants : ils sont des clubs universitaires. C'est clair. Un club étudiant ne serait que corporatif. Un club universitaire correspond au fait que l'Université manifeste une volonté d'ouverture sur l'environnement social, sur la cité.

19(...)

20André Camilli Je suis président d'un club de gymnastique. Notre club s'est largement ouvert sur l’extérieur depuis plusieurs années. Nous avons fait le pari de nous ouvrir sur d'autres activités et, en cinq ans, l'effectif du club est passé de 250 à 1000 adhérents. Cinq emplois ont été créés. Nous avons évidemment rencontré les problèmes classiques dont nous débattons ici, mais dans l'ensemble, tout se passe maintenant très bien. Dans certains cas, les professionnels font peur aux bénévoles. Ces derniers ont peur que les professionnels prennent le pouvoir au sein du club. J'ai pu me rendre compte à plusieurs reprises de cette appréhension. Il faut qu'un meilleur dialogue s'établisse entre ces deux types d'acteurs. Voilà en bref le témoignage que je peux apporter. (...)

21Les débats animés par Robert Denel portent ensuite sur quelques cas, rapportés par les intervenants, où le maire de la commune est "président de droit" du club local. Il peut y avoir évidemment hégémonie du pouvoir municipal sur l'activité du club sportif. Quelques participants soulignent qu'il faut bien distinguer entre action politique et action municipale. Il peut y avoir développement du sport à l'échelon de la commune, sans qu'il y ait pour autant ingérence politique. Même constat, d'une certaine façon, en ce qui concerne la fusion des clubs. « Tout est dans la démarche », il ne s'agit pas de confondre "coup de force" avec "promotion des clubs sportifs", ne manquent pas de rappeler plusieurs intervenants, dans le cours du débat. Par ailleurs, il existe un « lieu de rencontre » entre le pouvoir associatif et le pouvoir municipal, notent quelques personnes, en évoquant la place que tiennent les offices municipaux des sports, rassemblés dans le cadre de la F.N.O.M.S.

22(...)

23Robert Denel Pour prolonger notre réflexion sur le thème du jour : le club et son environnement, il me semble important d'évoquer la question des subventions municipales attribuées aux clubs sportifs. On entend souvent, chez les élus politiques locaux, un discours qui consiste à mettre en avant la prétendue "nécessité" de "savoir à quoi sert effectivement la subvention attribuée au club". Ce type d'exigence me paraît dangereux. Il faut mettre les municipalités en garde et leur dire : "Attention à ne pas tuer les clubs !". La vie civique et l'engagement associatif des personnes ne doivent pas être négligés. Tous les membres de clubs ne s'impliquent pas facilement à ce niveau. C'est évident. Ne me faites pas dire ce que je ne dis pas. Il n'est pas question de laisser entendre que tout membre de club se trouve dans de telles dispositions. Ce serait utopique. Pourtant, le véritable danger est de transformer les gens – tous les gens – en de simples consommateurs. Le club, au contraire, permet d'élaborer des itinéraires, des démarches qui font que les participants adhèrent s'ils le souhaitent à un projet collectif, à l'esprit club.

24Ce n'est pas tant un problème d'argent que d'engagement dans le cadre du club. Et n'allez pas nous faire croire qu'il est possible de remplacer les clubs sportifs par le système marchand de la consommation. On connaît beaucoup d'initiatives commerciales dans le domaine du sport. Celles qui ont compris qu'il fallait privilégier la convivialité et les rapports humains sont probablement les mieux fréquentées. Les autres ont souvent disparu... faute de communication.

25Attention à ne pas faire le chemin à contre-sens, dans les clubs. En voulant trop systématiquement la rigueur d'entreprise, nous risquons de perdre la dimension humaine et conviviale.(...)

26(...)

27Jean-Michel Martin Deux points de détail à propos de ce qui a été avancé concernant les rapports entre les municipalités et les clubs. On a dit que les membres d'un club ne jouaient jamais un rôle déterminant lors des élections locales. Peut-être. Le club ne fait pas la différence électorale. Par contre, un renversement électoral, cela existe. Néanmoins, lorsqu'un maire est mis en demeure de choisir entre la construction d'une prison ou celle d'un gymnase, s'il bénéficie de la pression d'un club, il pourra en tirer parti...

28Deuxième point, au sujet de la circulation de l'information au sein du club. Les membres d’une grande association peuvent ignorer le travail qui est accompli par les dirigeants, en particulier en matière de négociation. Pour notre part, et de façon à améliorer la communication dans le club, nous avons mis en pratique un « flash-infos ». Mais la question de la communication n'est pas simple, puisque des membres nous disent alors :"A quoi ça sert ? " "Ce sont toujours les mêmes qui font !"

29(...)

30Quelques intervenants rappellent que le mouvement sportif a mal pris en compte les formes de pratique non compétitives. Ceci explique, pour une part, le rôle pris par les municipalités dans l'animation sportive de la commune.

31(...)

32Ernest Gibert Il me semble indispensable de revenir sur les relations qui existent entre les municipalités et les associations. Le service des sports (de la municipalité) et le club sportif n'ont pas la même finalité. Que chacun remplisse son rôle ! L'un et l'autre n'ont pas le même objectif. Le service des sports est d'abord un service technique. On distribue des subventions dont on considère par ailleurs, quelquefois, que les clubs en font un mauvais usage.

33Il n'est pas opportun, me semble-t-il, de chercher précisément à repérer ce que la vie sportive locale doit à l'un plus qu'à l'autre. On risque de se renvoyer exemples et contre-exemples, sans fournir une vision claire de la situation...

34Attention à la manière dont nous posons les uns et les autres le problème du sport, avec le rôle du club et celui de la municipalité. Sans quoi, nous risquons de proposer de fausses réponses.

35(...)

36Jean-Paul Callède Il ne faut pas sous-estimer la complexité associative du sport envisagé dans le cadre communal. Une telle complexité est d'autant plus nette que le poids démographique des villes et/ou des communes d'agglomération est fort. Dès lors, plusieurs aspects doivent être rappelés. Les clubs sportifs n'ont plus forcément le monopole de la prestation sociale et pédagogique autour du prétexte sportif. Il existe des formes de pratique sportive associative - et j'insiste sur le fait qu'il s'agit ici d'associations, au même titre que les clubs - qui se développent avec succès : activités d'entretien, pratiques conviviales, sorties de groupe, tournois et coupes de quartier.

37Lorsque les associations socio-culturelles ou du cadre de vie ne s'intéressent pas à la dimension « sportive » des activités d'expression physique, et lorsque les clubs sont uniquement préoccupés par les engagements en championnats, les municipalités sont amenées à satisfaire une demande sociale réelle. Dans le cas de figure que je présente rapidement, ni les clubs ni les autres associations locales ne manifestent la volonté de s'ouvrir à ces publics potentiels.

38C’est vrai que bien des municipalités en viennent à organiser leurs propres manifestations sportives et leur propre animation par le sport. "C’est dangereux", diront des responsables de clubs. Sans doute. Encore faut-il distinguer soigneusement entre, d'une part, un calendrier de manifestations – initiatives bienvenues au plan électoraliste – qui conduit à une sorte de "dédoublement" – suspect – dans l'organisation locale du sport et, d'autre part, la définition d'une sphère d'animation sportive d'urgence, municipalisée sans doute, mais conçue comme préparatoire pour une pratique associative ultérieure.

39Il ne faut pas perdre de vue que la plupart des dispositifs municipaux ou péri-municipaux d'animation sportive correspondent à un "créneau" souvent négligé par les clubs. Reconnaissons qu'il était quelquefois même méprisé par ces derniers, jusqu'à ces dernières années. Ceci étant dit, une municipalité qui prendrait sur elle d'organiser à sa seule façon le sport local, à partir d'un service des sports omniprésent par son personnel communal d’animation, par ses manifestations et/ou à partir de l'exclusivité accordée au club municipal affaiblirait considérablement la communication sociale et le contrat démocratique autour du thème sportif.

40Dans son exposé inaugural, Ernest Gibert évoquait le développement d'un individualisme sportif de masse. Ce modèle de pratique va évoluer, me semble-t-il, vers une « démocratisation » de la performance : une pratique compétitive – de confrontation à autrui et à soi-même – avec un niveau de performance relativement modeste. Les formules courses pédestres ou épreuves combinées illustrent cette tendance. Il me paraît indispensable que les clubs sportifs réfléchissent à cette évolution probable du fait sportif. Si le club ne répond pas directement à cette demande, doit-on s'étonner que la municipalité propose sans plus attendre une réponse appropriée ? Encore faut-il qu'il y ait concertation préalable entre municipalité et associations autour de ces nouveaux espaces d'animation et de pratique. (...)

41(...)

42Yves Chateaureynaud Il faudrait dire quelques mots au sujet des contrats d'objectifs qui ont pour finalité de recenser les besoins. Elus politiques et dirigeants sportifs, en se concertant, peuvent se répartir les tâches, les priorités et préciser les formes d'échange et de partenariat autour des pratiques organisées.(...)

43(...)

44Daniel Dartois Si l'on n'est pas force de proposition, on prend le risque de rester sur des positions défensives et vaines. Il me semble d'autre part que l'on a tendance à privilégier trop souvent le fonctionnement de l'animation sportive dans la plupart des débats et des discussions. Coinjointement, il me semble qu'on oublie quelque peu l’individu. Essayons aussi de penser le sport par rapport aux personnes. L'objectif d'une municipalité est d'être au service des individus, qui peuvent exprimer des besoins très différents, et la dualité club/municipalité n'est pas toujours en rapport avec le souci de la personne et de son bien-être.

45(...)

46André Augé Il y a une demande importante de pratique sportive dans notre société contemporaine. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il n'y a pas désaffection pour la compétition mais celle-ci a pris des expressions très diversifiées. Je me demande s'il ne faudrait pas que le mouvement sportif réfléchisse sur les formes de compétition à promouvoir. Le tennis a mis en place des classements qui permettent à des pratiquants très moyens d’intégrer l'échelle de la compétition et ils s'en trouvent très heureux. D'autres sports pourraient s'inspirer de cet exemple. Le football y a pensé.(...) On ne s'intéresse pas assez aux pratiquants sportifs âgés, ou qui avancent en âge, pas plus que l’on ne s'intéresse aux personnes qui pratiquent le sport à un modeste niveau. Or, tous ces publics sportifs peuvent avoir un projet de progression et de progrès par la compétition.

47(...)

48Jean-Pierre Lefèvre Je ne suis pas tout à fait d'accord avec un certain nombre de choses qui ont été dites. Il y a dans l'associativité et dans l'activité sportive de club des valeurs incontestables qui nous imposent d'avoir un projet véritablement ambitieux.

49La mission de service public que nous avons tient au fait que nous sommes porteur d'un projet ambitieux : politique, social et éducatif. Il n'est pas souhaitable d'aller dans le sens de la facilité et de développer des formules d'animation qui singent l'offre commerciale. Cette dernière est souvent très en deçà des ambitions nobles du club. (...)

50(...)

51Yvon Gaborit Je souhaiterais revenir sur le thème du bénévolat. Le bénévolat me semble aujourd'hui assez malmené. On parle de gestion et de gestionnaires, de techniques de communication, de professionnels, etc... Que deviennent les bénévoles ? Y a-t-il désormais plusieurs formes de bénévolat ? Et plusieurs niveaux d'implication bénévole ? Quelle est la place du bénévolat dans le projet du club dont nous a parlé Yves Chateaureynaud ?

52(...)

53Yves Chateaureynaud Je vais essayer de proposer quelques éléments de réponse. Il y a une mutation sportive qui se vérifie au moins à deux niveaux majeurs : au niveau des cadres techniques d'une part, et au niveau des dirigeants d'autre part.

54Aujourd'hui, on oppose assez souvent la haute qualification technique au simple statut de bénévole. L'Etat a donné des cadres techniques – aux fédérations – et ceux-ci se trouvent souvent en "décalage" par rapport aux cadres techniques, formés par l’expérience acquise, qui évoluent en club.

55Pour les dirigeants, le problème majeur concerne, me semble-t-il, la taille des clubs. Le dirigeant d’un grand club omnisport est confronté à des problèmes d'administration et de gestion comparables à ceux d'une entreprise : tout un travail pour lequel il n'a pas été nécessairement formé.

56(...)

57La suite des débats porte sur l'évolution du bénévolat et un rapprochement est établi entre l'évolution récente du tourisme associatif et ce qui se passe actuellement dans les clubs sportifs.

58(...)

59La fin des échanges est consacrée non plus aux relations qui prévalent entre municipalités et clubs mais surtout entre logique de club et logique fédérale.(...)

60Le problème des regroupements de l'élite sportive, par décision fédérale, risque de menacer les clubs et de démotiver leurs équipes dirigeantes. La majorité des participants reconnaît qu'une telle question déborde l'ordre du jour, mais quelle mériterait incontestablement d'être reprise et approfondie à l'occasion d'une prochaine Université d’Eté.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.