Versione classicaVersione mobile

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

Le club et ses responsabilités

Le club et ses partenaires extérieurs

Jean-Louis Maguet

Testo integrale

Le point de vue du technicien municipal

1Je voudrais proposer un éclairage différent et complémentaire de l'exposé d'Yves Chateaureynaud. Il ne s'agit pas de le contredire mais d'apporter des précisions qui me paraissent importantes.

2On a dit que les municipalités exercent un véritable pouvoir à l'égard des clubs. En fait, les clubs apportent "tout cuit" ce pouvoir aux municipalités ! Quand on sait que les municipalités interviennent souvent à hauteur de 30 % du budget des clubs, on peut considérer qu'il y a municipalisation du sport.

3Par ailleurs, il est évident qu'un contrat municipal – avec les citoyens – impose une véritable politique sportive. Parmi les services municipaux, il faut savoir que le service des sports est le plus en relation avec la population locale. Il est donc normal qu'une municipalité s'appuie sur le domaine sportif.

4Prenons maintenant le coût des activités. Celui-ci est généralement dérisoire par rapport à la prestation – sportive – offerte. De fait, il est évident que les clubs manquent d'argent et ne font pas toujours l'effort nécessaire dans la recherche de ressources ou dans l'organisation matérielle de grandes manifestations. Les clubs sont des "assistés". Cela est lié aussi, en partie au moins, à l'organisation des compétitions. Comment cela se passe-t-il concrètement ? Les dirigeants viennent voir le maire et lui soumettent leur projet, après le feu vert de la fédération concernée. Une fois que c'est acquis, ce sont les services municipaux qui s'occupent de l'organisation de la manifestation... Et il est compréhensible que les municipalités cherchent à tirer un bénéfice symbolique de ces actions.

5Un point encore sur lequel Yves Chateaureynaud n'a rien dit. Il existe des structures de concertation, avec la F.N.O.M.S. en particulier, et donc les Offices Municipaux des Sports dans les villes qui permettent l'échange de points de vue et la discussion. Evidemment, il naît quelquefois des conflits, par exemple lorsqu’une municipalité transforme cette structure en un "Office des sports", qui n'a plus rien à voir avec l'éthique de la FNOMS. Mais dans la plupart des cas, cela se passe bien.

6Quelques mots aussi sur le thème des subventions. Il me paraît légitime qu'une municipalité veuille contrôler les sommes attribuées aux associations sportives. Ne serait-ce que pour rendre compte aux administrés de l'action municipale, par exemple tous les six ans, à l'occasion des échéances électorales. Par ailleurs, une "politique sportive municipale" bien conduite peut amener une municipalité à s’ingérer dans la création ou dans la fusion de clubs pratiquant la même activité (ne serait-ce que pour une bonne gestion des I.S.M.). Par contre, je ne crois pas que des conflits club / municipalité soient de nature à modifier le résultat d'une élection locale, tout au moins dans une ville de quelque importance. Généralement, les relations ville / club sont très personnalisées et au niveau de la base, au sein des clubs, les relations mairie / club sont en fait mal perçues ou mal connues.

7La bonne solution me semble être le "contrat d'objectifs", liant contractuellement l'association et la ville.

Autore

Directeur des Sports d'Aix-en-Provence

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search