Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

Le club et ses responsabilités

Débats

Texte intégral

1Gérard Barreau Je vous propose de reprendre pour la discussion les thèmes dans l'ordre proposé par le docteur Clarac : le rôle du médecin dans l'institution sportive, le dopage, la déontologie, l'éthique morale du médecin et la conclusion sur l'avenir du club. Tout d'abord, nous avons évoqué quels pouvaient être les différents rôles du médecin dans le club sportif. Mais quel rôle de conseil, le médecin peut-il jouer vis-à-vis des dirigeants de clubs ?

2(...)

3Jean-Pierre Clarac L'animation d'une commission médicale, quand c'est possible, est une bonne chose. Elle prend en charge le suivi des athlètes. Quand le médecin n’est pas toujours là, il est important de former des gens autour de lui, de faire distribuer une circulaire pour respecter des règles élémentaires, comme connaître avant le match le numéro du médecin de garde ou celui du service des ambulances. S'assurer de tout cela est primordial. Essayer également de donner une formation de secouriste aux animateurs me paraît une initiative souhaitable.

4(...)

5Colette Andrusyszin La grande difficulté, c'est d'avoir ce médecin-conseil dans le club. Le solliciter au cours des matchs pour les blessures, c'est bien. Mais pouvoir le solliciter à propos de l'entraînement de l'athlète devient plus compliqué car il y a en particulier un rapport médecin-entraîneur à assumer. Psychologiquement, la démarche est très difficile. Faire se rencontrer la commission médicale et celle des entraîneurs reste factice, formel, car derrière les rencontres mises en place sur les thèmes classiques, comme la fatigue, la diététique, on s'est rendu compte que les rapports n’arrivaient pas à s'instaurer. Pourtant, l'entraîneur a besoin du médecin et vice-versa ; ce dialogue doit donc avoir lieu. Une information et une formation de l'athlète permettraient de mieux le préparer à solliciter le médecin autant que l'entraîneur.

6(...)

7Jean-Pierre Clarac C'est valable actuellement pour le sportif de haut niveau individuel. Mais cette approche de la réussite est beaucoup plus difficile à cerner, avec une démarche médicale tellement plus délicate, pour les sports collectifs. (...) Un sportif de jeu collectif peut être utile à son équipe même si sa condition physique est amoindrie ; ce qui n'est pas le cas d'un athlète dans un sport individuel, qui doit toujours donner sa pleine mesure. Dans le premier cas, les priorités, les responsabilités et les choix sont plus difficiles à définir.

8(...)

9Christian Ferrand Je suis d'accord avec vous, mais le facteur physiologique, pour une équipe ou un athlète, est toujours important. Encore faut-il que les tests puissent servir lors des entraînements ; d'où une nécessaire liaison entre l'entraîneur, qui n'est pas forcément au fait des méthodes médicales et le médecin qui, lui, n'est pas toujours au fait des différents types d'entraînement. Et c’est là qu'est la difficulté de relation.

10(...)

11Jean-Michel Martin Il est clair que la nécessité du médecin est notoire aujourd'hui. On touche à l'éducation de l'enfant et à ses relations avec l'entraînement. Pour certains médecins, il existe un manque de formation spécifique ; la médecine est pour eux la guérison de la maladie et jamais la prévention de la santé. Et c'est grave. Si on faisait une éducation qui permette d'être en meilleure santé au contact de la médecine, peut-être aurons-nous de vrais contacts entre athlètes et médecins.

12(...)

13Henri Courtine En ce qui concerne les relations entre le médecin et l'entraîneur, on a ressenti très vite cette nécessité pour les liens de la pratique sportive. Difficile à faire accepter, car l'athlète se méfie, non pas du kinésithérapeute, mais du médecin, et l'entraîneur a tendance, lui, à se méfier des deux. Cela commence à s'arranger, car il y a une meilleure formation scientifique des entraîneurs aujourd’hui. Je pense que, dans les générations futures, ces problèmes disparaîtront.

14(...)

15Jean-Pierre Clarac Je remercie M. Courtine pour son témoignage, car le judo a été la première à reconnaître cette nécessité de médecins spécialisés à l'adaptation de ce sport. Et je pense que les résultats sont là maintenant pour l'attester ; c'est une fédération qui marche bien. Je ne suis pas sûr qu’on puisse généraliser ce constat sans un examen critique approfondi...

16(...)

17Gérard Barreau En effet, ce n'est pas le cas partout. Il y a beaucoup de fédérations où c'est même difficile de trouver des médecins de la discipline. Faut-il ajouter aussi dans les études spécialisées de médecine du sport la nécessité d'une pratique de l'activité, d'une spécialisation par discipline sportive ?

18(...)

19Jean-Pierre Clarac Dans l'enseignement de la médecine du sport que nous faisons jusqu'à maintenant sous forme de C.E.S., mais qui va changer, nous avons jugé important que les médecins reçoivent une formation concernant les sports, malheureusement trop courte et superficielle. Mais nous avons le souci d'une information élargie, dans la mesure du possible, à ce sujet. A propos du kinésithérapeute, qui est un homme plus près du terrain, je voudrais prendre l'exemple du kiné de l'équipe de France de rugby qui est allé faire un stage aux U.S.A., sur le football américain. Il en a ramené des enseignements sur la confiance réciproque des joueurs et du secteur médical. Ils ne tiennent pas compte en Amérique des tests physiologiques mais ils vont sur les problèmes dès que ceux-ci semblent apparaître. Il a été très écouté, lui aussi, mais sa côte a chuté brusquement dès lors qu'il a dit qu'il n'était pas un professionnel des soins de l'équipe de France de rugby car, là-bas, ce sont des professionnels qui interviennent. Nous sommes très loin de ce type de comportement, et cela veut dire qu'il va être difficile de négocier le cas échéant des contrats à l'étranger. C'est alors un problème économique.

20(...)

21Gérard Barreau Pour en revenir au cas du club, c'est vrai que la venue du médecin pose aussi un problème économique pour le club. Alors, comment peut-on s'en sortir ? Quels sont les moyens les plus simples pour le club ou l'entraîneur d’aller quérir un médecin spécialiste ou même simplement d'aller à son contact, s'il en a le désir ?

22(...)

23Yves Chateaureynaud Je pense qu’il faut différencier le sport de haut niveau, où le médecin est indispensable, du sport où se mêlent toutes les pratiques de compétitions infra-nationales, qui nécessite effectivement plus de prévention au départ, mais dont les risques encourus ensuite font partie des risques acceptés. Si demain, on nous dit qu'il faut voir le médecin pour chaque match de pupilles, benjamins, etc..., dans n'importe quel sport, ce sera impossible. Il ne faut pas tomber d’un excès dans un autre.

24(...)

25Georges Joubert Dans l'idéal, l'indispensable besoin médical, c'est très joli. Dans la réalité des faits, que peut actuellement apporter le médecin à l'athlète de haut niveau ? Dans le ski, jusqu'à maintenant, cela n'a aucune importance. Si le médecin a été un athlète de haut niveau, son acquis peut être profitable aux méthodes d'entraînement. Hors de cela, je ne vois pas à l'heure actuelle en quoi il peut y avoir dialogue entre un médecin, même s'il s’intéresse au sport, et un entraîneur, qui a pris la peine de compiler tout ce qui a été publié en France dans le domaine de la programmation. Il faudrait déjà que le médecin s'impose ce travail de l'entraîneur pour arriver à son niveau de discussion. Est-ce à dire que le médecin doit être éliminé ? Pas du tout. Je connais des médecins qui savent tout ce qui a été publié sur les méthodes d'entraînement. Mais peut-il nous apporter quelque chose, quand il est analphabète dans ce domaine ? Non. Nous n'avons pas de complexes à avoir ; nous, entraîneurs, avons fait beaucoup plus d'efforts que n'en a fait la médecine du sport, et, puisque c’est nous qui sommes souvent accusés, je crois qu'il faudrait faire porter la responsabilité à un certain nombre de personnes, y compris dans le domaine du doping.

26(...)

27Yves Chateaureynaud Quand cinq ou six athlètes d'envergure internationale dans divers sports font régulièrement le voyage à Bordeaux pour aller consulter un médecin du sport que nous connaissons tous ici, ce n'est pas un hasard.

28(...)

29Ernest Gibert Il y a des choses qu'il ne faut pas faire dire aux spécialistes, aussi je m'empare de la parole. Et puis je voudrais servir de trait d'union pour pouvoir vous mettre d'accord. On finit par évoquer un nom et ce nom est connu depuis longtemps. A tous les niveaux, on sait ce qu'il fait, comment il le fait ; il est le seul à savoir lire la liste des produits interdits. Même les dirigeants sportifs en sont incapables. Lui peut vous dire quels produits prendre tout en restant dans la légalité. Tout le monde le sait, et il faut donc mettre tout le monde au même niveau. Les médecins qui donnent des leçons, les entraîneurs qui en ont assez de prendre des coups, surtout que c'est souvent eux qui trinquent, car il n'y a pas beaucoup de médecins incriminés. Tout le monde connaît le docteur Bellocq car j’ai bien compris qu'il s'agissait de lui. Pourtant, à mon avis, un seul journaliste a écrit la vérité sur lui. Et il a écrit qu'il avait personnellement honte. Nous pouvons tous avoir honte avec lui, si nous acceptons qu'un personnage comme le docteur Bellocq joue un rôle dans le monde du sport.

30(...)

31Jean-Pierre Clarac Dans ce débat, vous avez à la fois tort et raison. Raison quand vous évoquez ces exemples dont vous parlez. Ce qui est extrêmement difficile, c'est de trouver des gens qui soient vraiment compétents, avec une solide compétence sur la physiologie, qui soient à même aussi de conduire une démarche médicale, c'est-à-dire de voir l'athlète et d'essayer de comprendre ce qui peut lui convenir. Et c’est un diagnostic individuel, parce qu’on retombe dans les cas particuliers d'aptitude et autres de chaque athlète. Il y a malheureusement en France extrêmement peu de médecins correspondant à ce profil, y en a-t-il même ? Je viens d'évoquer la compétence. Le problème de Bellocq, c’est qu’il a fait des études médicales, sans spécialisation, ni en physiologie, ni nulle part. Par contre, il a un passé un peu chargé ; il a été le médecin de l'équipe Peugeot de cyclisme, qui l'a viré pour dopage mal adapté ; que, depuis, il ait appris à mieux manipuler les drogues et à connaître les listes, c'est possible ; mais il ne faut pas le présenter comme le représentant de la médecine sportive à Bordeaux. Avec quel laboratoire travaille-il ? Dans quel institut fait-il des tests ? Quelles sont les données biologiques, physiologiques de ce qu'il fait ? On ne le sait.

32(...)

33Daniel Dartois Je me demande, à travers les informations que je reçois aujourd’hui, si dans le domaine de la santé, nous n'avons pas toute une population d'analphabètes de la santé. (...) Je suis ensuite étonné qu’on en vienne à citer des noms de docteurs et j'ai l'impression finalement qu'on n'en a pas beaucoup qui fassent autorité. Nous avons besoin d'un corps médical au service du club pour garantir les jeunes contre les dangers des produits. J'ai l'impression que nous sommes dans un terrible désert.

34(...)

35Dominique Daumaille Il existe des sections qui s'appellent Sport et Santé et dont l'objectif est de permettre d'apprendre aux éducateurs, aux enseignants, aux kinésithérapeutes, aux médecins, ce qu'est la prévention en matière de sport et d'apprendre à utiliser le "bon vocabulaire" entre entraîneurs et médecins. Dans mon propre club, au cours de cette formation qui dure trois ans, une fois par semaine, on assiste à des cours de diététique, de psychologie, d'anatomie, de physiologie, mais surtout, on fait des stages pratiques auprès de médecins qui sont versés dans la médecine du sport, cardiologues, radiologues, même chirurgiens, ce qui me permet en tant qu'entraîneur d’avoir une attitude de prévention par rapport au types d'entraînement que je dirige, et surtout d'avoir une réaction saine face à un traumatisme qui peut arriver sur le terrain. Il m'est facile d'aiguiller tout de suite mon athlète vers le médecin ou vers le kiné. C'est un bien qui permet de lier l'entraîneur et le médecin par l'acquisition d'un vocabulaire somme toute commun. Il existe d'ailleurs d’autres formations de ce genre, comme à Limoges, par exemple.

36(...)

37Jean-Louis Maguet Je suis très pessimiste. Au niveau d'Aix-en-Provence, nous avons la chance d'avoir un centre médico-sportif, dont le directeur est le médecin de la Fédération Française d'Escrime, qui possède des médecins et une équipe de kinés. Ces gens sont disponibles gratuitement pour tous les clubs et nous l'avons fait savoir. Or, après les rentrées de septembre, à part quelques cas isolés, il n’y a absolument plus personne qui vient. De la même façon, dans un autre domaine, le sport de haut niveau, Aix a la chance d'avoir un centre de médecine très important, avec un bon encadrement. On essayé d'intéresser les sportifs de haut niveau pour leur faire profiter de cet équipement. Or, pour l'instant, de toutes les consultations faites, pas un club relevant du sport de haut niveau n'a répondu. Alors je suis très sceptique, car l'information a été diffusée et bien. Le résultat est désespérant et navrant.

38(...)

39Jean-Michel Martin Aujourd'hui, ne me parlez pas des médecins sportifs ; c'est une espèce en voie de disparition. Et je dirais que si on ne met pas les bouchées doubles sur la formation des médecins, c'est fini. Peu d'étudiants en médecine actuellement s’intéressent au sport.

40(...)

41Jean-Pierre Clarac Vous voulez parler des étudiants. Il y a une raison simple, les études de médecine sont devenues tellement difficiles que les étudiants n'ont pas le temps de faire du sport et de pratiquer dans des équipes universitaires. En dix ans de temps, on a tout gâché. Le sport en faculté de médecine est mort et enterré. Et la conséquence s'en révèle très grave, car les jeunes médecins qui sortent ne connaissent et ne pratiquent plus le sport, sinon le golf...

42(...)

43Pierre Collomb Pour en revenir à la disparité des opinions constatée à propos du débat de tout à l'heure, il faut faire la différence entre médecine du sport et médecine de club. A un haut niveau, le ménage à trois dont on parlait est sûrement essentiel ; mais au niveau du médecin du club, c’est autre chose. L'intérêt du club et celui de l’athlète ne sont pas toujours concordants. Dans un club, si le meilleur joueur d'une équipe est malade, on le fera peut-être jouer tout de même. La question du conseil est plus délicate, ainsi que les problèmes de la responsabilité. Quelle est cette médecine, et n'est-elle pas dangereuse, à sa façon ?

44Jean-Pierre Clarac Je suis d’accord avec vous, mais là, se pose alors la question de la liberté individuelle, de la responsabilité de l'entraîneur et du médecin, et par là-même celle du club.

45(...)

46Pierre Collomb Cette expression de liberté individuelle est à manier avec des pincettes. Ce n'est pas si simple. Il y a en vérité, par-dessus le choix de l'individu, un cumul de fautes, l'engagement de responsabilités qui le dépassent. (...)

47Gérard Barreau Et dans ce cas précis, même la décharge de responsabilité écrite ne vaut rien devant un tribunal.

48(...)

49Pierre Collomb Il faut faire attention à ce genre de choses, parce que c'est une défense classique : une prétendue acceptation du risque par l'individu. Mais le risque n'enlève pas la faute.

50(...)

51Gérard Barreau Nous avons glissé judicieusement sur l'aspect de la déontologie du médecin, nous pourrions donc embrayer sur ce sujet de façon plus directe.

52(...)

53Yves Chateaureynaud Il me semble que le problème de cette déontologie se pose de façon encore plus aiguë pour les enfants, par exemple pour le passage de l'enfance à l'adolescence, avec toutes les réticences, les cassures profondes, physiologiques, psychiques vis-à-vis de l'entraîneur et de la spécialité pratiquée. Là, il est évident qu'à côté des entraîneurs, il y a quand même des médecins qui ont des responsabilités énormes. La section sport-études gymnastique de l'I.N.S.E.P. a été fermée, il y a quelques années, pour cause d'accidents répétitifs. Le risque pour un enfant n'est pas accepté, et c'est encore pire que pour un adulte.

54(...)

55Gérard Barreau Est-ce que le rôle minimal du médecin dans le club n'est pas de tirer la sonnette d’alarme ? C'est vrai qu'au niveau du club, on peut essayer de faire évoluer les choses par la formation. Nous avons évoqué la formation du médecin, celle aussi des entraîneurs ; c'est par plusieurs volets qu’on arrivera sans doute à faire se rencontrer deux mondes qui sont quand même destinés à se rencontrer, et c'est le club qui est le premier lieu de rencontre. Donc ce rôle de sonnette d'alarme peut être important, et il touche également à la déontologie en ce sens que tout le monde doit en tenir compte. Alors quelles sont et pourraient être les mesures préventives pouvant être menées par les médecins et entraîneurs sous forme d'éducation à l'intérieur des clubs ou du système scolaire, de telle façon que les abus qui ont été souvent démontrés dans certaines pratiques du sport ne se perpétuent pas ?

56(...)

57Jean-Pierre Clarac C'est très difficile, car le médecin du club ne peut pas tout savoir, être à la fois physiologiste, diététicien, traumatologue, spécialiste du dopage, médecin-conseil, etc... Il peut être plutôt, comme le médecin généraliste, un orienteur. Ou bien il prend sur son propre compte des soins qu'il estime simples, ou bien il va orienter vers un spécialiste plus compétent. Le médecin de club est obligé de fonctionner comme cela, d’être le généraliste des médecins du sport. Il n'y aura donc pas de ménage à trois, mais à bien plus, car il faudra faire appel à plusieurs compétences médicales.

58(...)

59Didier Isabelle Je crois qu’il y a deux aspects différents : la triplette médecin-entraîneur-athlète et le problème du médecin du club, sujet qui nous préoccupe tous ici. Quel doit être son rôle, en particulier son rôle de formateur sur la santé ? Et c'est peut-être un de nos rôles de club que d'apporter cette formation qui rejoindra celle de l'information, concernant la sensibilisation au problème du dopage et bien d'autres préventions. C’est un volet dont il faut tenir compte, avec celui de la triplette.

60(...)

61Colette Andrusyszin Où qu’il soit, le médecin a besoin d'une crédibilité. Et celle-ci ne passera qu’avec l'entraîneur, car les athlètes écouteront les conseils, à condition que l'entraîneur les écoute aussi. C'est toute une démarche d'éducation, de formation qui s'adresse aux gens du club. Il faut apprendre à écouter et à côtoyer le médecin. La réciprocité est bien sûr nécessaire. C'est un travail de long terme.

62Je voulais ajouter un point, qu'on peut peut-être simplement citer ; le sport-loisir, où il n'y a aucune application du contrôle médical. Et pourtant il arrive des accidents graves. Au niveau de la loi, le club n’est pas responsable, puisqu'il n'y avait pas compétition. Mais notre responsabilité morale de dirigeants du club, quand on a amené dans un système de compétition amicale, de défis, car c'est quand même cela le sport de loisir, doit nous amener à nous poser des questions à propos de ce problème. On en revient là au médecin de club et au contrôle médical. Car le club propose une pratique du sport structurée, qui doit donner des conseils et aider les personnes dans ces pratiques.

63(...)

64Pierre Collomb Il y a responsabilité quand il existe un règlement qui impose un contrôle médical. Mais il en existe d'autres, lorsqu'est commise une imprudence ou une négligence. Même lorsqu'il n'y a pas d'obligation légale de faire un examen médical, cela ne veut pas dire que l'organisateur sera dégagé d'une responsabilité en tout état de cause. Ce sera discuté évidemment, dans l'appréciation de l'imprudence selon le droit français. Personnellement, je crois qu'il est possible qu'un jour un problème se pose, et qu'on nous dise qu'il est imprudent d'organiser certaines pratiques sportives non compétitives, même en l'absence d'obligation légale. C'est une possibilité tout à fait réalisable.

65(...)

66Ernest Gibert Nous avons parlé du médecin du club, mais c'est un luxe que seuls quelques clubs peuvent s'offrir. Ce dont nous devons parler, c'est plus globalement du médecin hors club, qui donne une portée plus générale à notre débat, et de ce qui pourrait être fait pour qu’il y ait des progrès dans ce domaine. C'est nécessairement une œuvre de longue haleine, passant par une action portant sur plusieurs acteurs : les médecins, les entraîneurs, les athlètes et les dirigeants. C'est forcément une action de formation et de communication, il est capital qu'on continue à faire des efforts pour la formation des entraîneurs. L'empirisme a toujours sa place, mais un certain nombre de connaissances de base doivent être diffusées, car nous sommes très loin de ce qui pourrait être fait, bien fait. Un effort doit être également accompli par les dirigeants pour trouver des finalités à plus long terme que les résultats sur l’année sportive, pour s’intéresser ensuite aux responsabilités juridiques. Un effort doit aussi être fait plus en faveur des médecins que par les médecins eux-mêmes. Les futurs médecins sont effectivement de plus en plus déconnectés du monde du sport. Comment les en rapprocher ? On peut modifier le contenu des programmes de leurs études, mais il ne faut pas trop rêver. Par contre, on peut les inciter à faire des stages ou une partie de leurs stages dans des clubs sportifs. C’est par une action combinée de ce genre de facteurs, mais la liste n'est pas exhaustive, qu'on pourra améliorer la relation entre club et médecine dans les années qui viennent. Mais c’est aussi un paradoxe, car depuis quinze ans que dure cette crise, les deux postes d’efforts, sur lesquels nous avons mobilisé tout notre potentiel économique, sont les dépenses de loisirs et celles de santé. Et il a été suffisant d’une journée pour constater qu’il y a d’énormes gaspillages.

67(...)

68Jean-Pierre Clarac Malgré sa vocation, je ne crois pas que c’est le médecin qui sauvera le club. Ceci étant, si le club évolue et se transforme, le médecin fera de la médecine - sportive - comme il la fait vis-à-vis des malades, et le médecin ne peut que s’adapter à cette réalité évolutive qu’est le club et qu’est le sport. C’est une étape modeste que je propose.

69(...)

70Jacques Marchand Nous discutons du médecin du sport depuis près de deux heures, et je me souviens que Jean-Pierre Clarac nous disait qu’il n’y avait de toute façon pas de médecin du sport. Je crois qu’il faut surtout se demander ce que représente pour le public le médecin du sport. En réalité, il y a énormément de diversité.

71Nous connaissons les médecins de terrain, qui sont les médecins "réparateurs", qui viennent soigner des athlètes en danger, et pour lesquels nous avons beaucoup d’estime. Ils ont une belle image médiatique puisqu'ils interviennent sur l’événement. Et puis, il y a une deuxième catégorie de médecins ; ce sont les grands spécialistes, que l’on va consulter pour un genou, etc... ; c’est une catégorie qu’il ne faut pas oublier. Et puis, il y a des médecins dont on n’entend jamais parler, ce sont les médecins de clubs. Nous parlons, nous, à la rigueur, des médecins de fédérations, mais le médecin du club, c’est, comme vous l’avez si bien dit, le généraliste, le médecin de famille. Et c’est lui qui doit diriger l’athlète du club vers les autres catégories de médecins que nous avons évoquées. Il y a également le médecin dont on parle beaucoup, qui est, ou le médecin-miracle, ayant bâti sa réputation sur la guérison de blessures graves, ou le médecin qu'il faut éduquer, car il a été responsable d'incidents ou qu'il se conduit avec irresponsabilité. Enfin, il y a le médecin personnel, le médecin d'athlète, et cela pose un problème d'éthique et de déontologie.

72Pour en revenir au docteur Bellocq, il a fallu un Delgado naïf ou "angélique" pour prononcer son nom. Dans ce système que nous ne comprenons pas, que nous n'admettons pas, on n'a jamais parlé du médecin de club et il a fallu que ce soit Delgado qui révèle naïvement que Bellocq lui avait fait prendre, non un produit dopant, mais un produit qui lui permette de dépasser les autres ! De tels personnages sont pourtant des gens médiatisés, en bien ou en mal, avec des réserves sans doute, mais médiatisés. Et si nous en portons, nous, la presse, une certaine responsabilité, notre action d'information du public reste limitée. Depuis qu'il y a des analyses, il nous est interdit pratiquement, de par la loi, de parler de dopage, tant qu'il n'y a pas eu un contrôle positif, et après expertise. S'il n'y avait pas eu, dans l'affaire Delgado, une indiscrétion de la part des contrôleurs médicaux, nous n’aurions jamais su que la première analyse avait été positive, et nous n'aurions eu que les résultats de l'expertise. Nous sommes tenus à certaines règles. Légalement, nous ne pouvons accuser quelqu'un de dopage sans preuve. Et je ne sais même pas, si Delgado avait engagé un procès contre Antenne 2, qui a révélé l'affaire entre les deux analyses, s'il ne l'aurait pas gagné. Voilà une image que l'on peut avoir du médecin, image très néfaste à vrai dire. Ce n'est assurément pas celle qu'il convient de cultiver ou de promouvoir aujourd'hui, dans le cadre de l'Université Sportive.

73(...)

74Gérard Barreau Il nous reste à remercier le docteur Clarac pour son exposé illustré par une magistrale série de diapositives. La place du médecin de club, du médecin dans le club est plus que jamais un problème d'actualité. Remercions aussi Jacques Marchand, dont la typologie qu'il vient d'esquisser servira de conclusion provisoire à nos débats.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540