Version classiqueVersion mobile

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

Le club et ses responsabilités

Aspects médicaux. Les multiples facettes du médecin dans un club

Dirigeant. Responsable du suivi médical de l'entraînement. Conseiller pour les bobos ?

Jean-Pierre Clarac

Texte intégral

QUELQUES REFLEXIONS GENERALES SUR LA OU LES MEDECINES DU SPORT

1En France, il n'y a pratiquement pas de médecin qui se consacre entièrement, à temps plein, au sport sauf dans quelques administrations. C'est peut-être parce qu'il n’existe pas vraiment de Médecine Générale du Sport ou du sportif.

2En effet, un sportif, surtout s’il est de haut niveau, peut avoir besoin d'un médecin de haut niveau : il doit aller dans chaque spécialité chercher l’homme providentiel de cette spécialité médicale qui, entre autres, s'intéresse aux sportifs et approche bien leurs problèmes.

3A côté de cela, ce médecin est peut-être un sportif encore ou récemment en activité : il entrera alors souvent dans la structure d'un club ou d'un comité voire d'une fédération.

4Or, notre ami Gibert a bien dit qu'on retrouve dans le club le loisir, l'économique, le social. Sur le plan du loisir, le médecin est confronté à un problème, car douleur, maladie vont mal avec loisir, joie, impulsion euphorisante du sport.

5Sur le plan économique, le médecin sera souvent bénévole, mais dès qu’on fait des examens complémentaires des soins, cela coûte cher et la prévention coûte encore plus cher. Notons que dans certains pays (U.S.A. notamment) la notion de professionnalisme domine et le bénévole n'est pas pris au sérieux (conclusion d'une tournée de M. Galibert, kiné de l'équipe de France de rugby en voyage dans le monde des professionnels du football américain).

6Sur le plan social, l'aspect financier, la notion d'emploi pour le sportif priment sur l'action que pourrait avoir le médecin.

LE MÉDECIN DIRIGEANT DE CLUB

7J'ai personnellement été président de club (Division Nationale Rugby) et j'estime cette expérience enrichissante. Le prestige et une certaine auréole de la profession peuvent rendre fiers les membres du club... le jour de l'Assemblée Générale.

8Pour le reste, on a les mêmes problèmes que tous les présidents, c'est-à-dire beaucoup et on doit donner son avis (surtout si on est traumatologue comme moi) sur les joueurs blessés tout particulièrement les "vedettes" de l'équipe première. Cet avis sera suivi s'il "colle" à celui des autres notamment l'entraîneur et pose problème s’il n’y a pas consensus, car on sait très bien que "Dimanche, on ne peut pas jouer sans Untel" qui est irremplaçable malgré sa tendinite d'Achille ou ses blocages méniscaux à répétition...

9Je n'insiste pas sur ces problèmes connus et n'évoquerai pas la diététique d'après match ni le fonctionnement diabolique de la "commission médicale" que tout club désire avoir dans son organigramme, mais quand les conseils dérangent... !!!

LE MEDECIN DU SPORT ET LE CLUB

10Il faut dépister les contre-indications complètes ou partielles, définitives ou passagères et assurer le suivi de l'entraînement.

La recherche de la "contre-indication"

11Elle peut se faire dans différentes conditions selon le niveau du club, le niveau du sportif, les possibilités du médecin.

12Il fut un temps assez bref où le médecin devait être titulaire du C.E.S. (Certificat d'Etudes Spéciales) en Biologie et Médecine du Sport, mais cela ne tenait pas compte des situations de fait et écartait certains bénévoles indispensables... qui "tournèrent" la loi en étant cooptés par leur Fédération.

13En fait, à un petit niveau, il faut quelques notions simplistes et rechercher les risques de mort subite par... l'interrogatoire sur les antécédents familiaux et quelques tests surtout à visée cardio-vasculaire.

14Cela peut se faire au cabinet médical, au centre médico-sportif, à un office municipal : c'est simple.

15Mais suivre les sportifs de niveau plus élevé, pratiquant souvent et à un niveau important demande des compétences et des moyens très différents que l'on trouvera en centre médico-sportif s'il existe ou dans certains centres (parfois de club comme Nantes, Saint-Etienne, etc...) Régionaux, Fédéraux, voire dans les Centres Hospitalo-Universitaires (C.H.U.). Là, on aura des lapis roulants, des bicyclettes spéciales, de multiples capteurs, enregistreurs, ordinateurs et des spécialistes de physiologie, cardiologie ou autres qui demanderont des stages biochimiques. Les Vo2Max et autres résultats sont enregistrés, jaugés et surtout comparés pour le même athlète : on pourra alors dresser de véritables courbes individuelles de tests personnels pour chaque sportif. Bien entendu, il y aura un lien avec l'entraîneur dûment confronté aux résultats et qui va modeler les efforts, la préparation en fonction des diverses courbes et analyses.

16Naturellement, il n'y a pas là un médecin unique qui sait tout mais toute une gamme de spécialistes physiologistes, cardiologues, biologistes...

17Il en est de même pour la réparation et l'entretien des muscles et des articulations. Parmi les orthopédistes, il y a l'arthroscopiste qui voit tous les recoins d'un genou ou d'une épaule, celui qui opère l’épaule, le coude, la hanche ou le rachis : ce n'est pas souvent le même car nous avons naturellement nos spécialistes parmi les spécialistes que nous sommes.

18Bien entendu, pour ce corps consommateur d'énergie, il y aura le diététicien véritable metteur au point du "carburant" nécessaire. On comprend qu'à ce point le corps de l'athlète est un genre de Formule 1. Pour les voitures, on raisonne de façon purement scientifique. Pour l’homme, on fait tout cela mais il s'y ajoute très souvent l'action de un ou plusieurs "gourous" car l'Esprit domine l'Homme et le plus scientifique a son petit secteur mystique quelque part dans le cerveau... ce qui peut conduire à la négation de données objectives contraignantes et la recherche de méthodes "parallèles" dont certaines sont chimiques et... discutables.

Le problème de l'enfant sportif

19Ce problème nous préoccupe beaucoup. En effet, le surmenage d'un corps en croissance peut imprimer tout particulièrement aux articulations des stigmates qui feront du jeune champion précoce un futur "vilain vieux".

20On sait en effet que l'os de l'enfant fracturé consolide plus vite et mieux que l'adulte car il a un pouvoir de réparation supérieur et surtout un pouvoir de remodelage du fait du non achèvement de la croissance.

21Cette croissance osseuse est presque totalement commandée par des éléments cartilagineux situés aux extrémités des os longs. Cette structure ultra-précieuse est fragile, son atteinte peut perturber la croissance d'autant plus fortement que l'enfant est plus jeune.

22On est adulte non à 21 ans ou 18 ans mais quand ces cartilages ont disparu, laissant à l'os sa forme définitive.

23La conclusion d'une de nos Universités d'Eté à Poitiers sur l'Enfant et le Sport avait été : "l'enfant n'est pas un adulte en réduction".

24Faut-il lui interdire le sport et la compétition ?

25Certainement pas, mais la progression sera irrégulière comme la croissance : prodigieuse par moments, ralentie à d'autres, ce qui oblige à un "suivi" attentif pour détecter les réactions d'alarme de l'enfant et la nécessité de "lever le pied" par périodes.

L'athlète sportif face au médecin du sport

26C'est en principe un individu "achevé" physiquement et intellectuellement, donc responsable de lui-même.

27Mais le médecin de club est souvent sollicité pour les avis concernant les incidents de santé et de sport, ce qui est normal, mais il faudra donner son avis sur le transport de l'équipe (attention aux voitures individuelles !) et donner quelques conseils pour les "troisièmes mi-temps" assombries de perspectives absentes il y a quelques décennies : drogue, SIDA, etc...

28Le médecin sera en outre impliqué dans la vie de son club : si celui-ci est un grand dans un sport très médiatique, cela peut entraîner des "turbulences".

29On sait bien qu'un grand club de football est investi du prestige d'une Ville voire d'une Région, en tout cas, de très gros intérêts financiers et que le poids de l'argent est énorme.

30L’achat d'un joueur est une décision majeure et coûteuse. Le médecin sera donc appelé à savoir si le transfert n'est pas lié à un vice caché, une blessure plus ou moins dissimulée par exemple.

31A Bordeaux, a-t-on pris un avis médical lors de l'achat (ô combien coûteux !) d'un certain Chalana, qui n'a pratiquement jamais joué : combien coûte alors la minute de présence de ce joueur sur le terrain ??? On peut se heurter à la déontologie, en particulier au secret médical et plus encore si le problème est d'ordre psychologique. Et pourtant, que penser du transfert de Cantona dont la presse connaît les difficultés relationnelles probablement anciennes mais délicates à gérer dans le cadre d’un sport collectif ?

32Le médecin pourra quelquefois jouer à l'avocat avec certains sportifs obligés "d'être au point" souvent, comme les vedettes de spectacle qu'ils sont, donc "soutenus" artificiellement.

33Il faut manifestement aider une Jeannie Longo piégée aux U.S.A. dont les règles sont particulières et bien lire les différents règlements qui permettent à Delgado d'être "correct" pour certains et "dopé" pour d'autres.

LE DOPAGE

34C'est un terrain sur lequel le médecin est sollicité très souvent mais avec réticence et parfois sans sincérité car on cherche souvent à lui masquer quelque chose. Il devra donc être prudent et informé. En effet, il y a cinq types de produits considérés comme dopants, en fait très différents.

Les stimulants

35Par exemple, les amphétamines, mais leur excès lié à l'accoutumance, une déshydratation non corrigée de l'athlète, certains facteurs défavorables peuvent entraîner la mort (Tom Simpson, Tour de France).

Les calmants

36De prime abord, cela peut paraître surprenant mais en fait, lors d'efforts particulièrement durs, les calmants peuvent permettre à l'athlète de se surpasser artificiellement : on peut utiliser cortisone, calmants divers et même aller jusqu'aux drogues dures (morphine, cocaïne). On sait que les cyclistes ont souvent atténué leur souffrance de cette façon.

Les stéroïdes et hormones

37La cortisone (Eddy Merckx) a été citée ci-dessus mais dans la même famille chimique, il y a des produits comme les hormones sexuelles ou des molécules voisines qui ont un rôle sur la "construction musculaire" : on parle d'anabolisants. Le drame ici est que les effets secondaires "utiles" apparaissent lentement donc après des semaines ou des mois d'entraînement. Quant aux effets secondaires ultra-dangereux, ils sont encore plus tardifs : ruptures tendineuses, mais surtout diabète, hypertension, impuissance sexuelle, cancers (prostate en particulier).

38On comprend combien il est difficile de convaincre les athlètes car, même sous de lourds traitements au moment de leur splendeur athlétique, on ne voit que la superbe morphologie et les superbes résultats (Ben Johnson) mais gare aux conséquences dans 5 ou 10 ans !!!

Les B bloquants (bêta bloquants)

39Ces produits peuvent inhiber certains produits secrétés par les endocrines, par exemple l'adrénaline qui augmente dans les situations émotionnelles, donc de compétition, donc de stress. On peut ainsi lutter contre le tremblement (tireurs, escrimeurs mais aussi hommes politiques, bridgeurs, chirurgiens, etc...) et... avoir des effets secondaires cardiaques...

Les diurétiques

40Ce sont des produits qui augmentent l'élimination rénale de l'eau. L'intérêt c'est la lutte contre la rétention hydrique et l'œdème de certains malades cardiaques, mais les sportifs sont tentés de les utiliser quand ils veulent ajuster à la baisse leur poids pour lutter, boxer, tirer au judo dans la catégorie juste inférieure à la leur... ce qui n'est pas honnête ni sain pour le corps... car les mécanismes normaux de sudation-hydratation peuvent être perturbés.

41J'ajouterai pour mémoire les autotransfusions (Viren, 5000 m, 10 000 m) qui consistent à prélever quelques semaines avant un effort important du sang à un athlète. Celui-ci refait normalement ses globules et si on lui réinjecte ceux qui ont été conservés, on peut ainsi augmenter ses transporteurs d'oxygène donc son aptitude théorique à l’effort pour quelques jours. Mais c'est compliqué, techniquement lourd et si on le répète souvent, on peut créer des anticorps contre le propre sang de l'athlète.

42Je terminerai ces propos en précisant que chaque fois que l'on a connaissance d'un mode de dopage, une lutte pour la détection se met en place. Mais les tricheurs ont toujours une longueur d'avance car, actuellement, les chimistes savent greffer sur les molécules "illégales" des radicaux qui laissent à la drogue son "efficacité" (ou même peuvent l'améliorer !) et mettent en échec la technique d'analyse du moment, si bien qu'il faut trouver une nouvelle méthode de recherche et qu'alors on met sur le marché, une molécule nouvelle, et ainsi de suite...

43Le dopage existait dans l'Antiquité et n’est pas prêt de disparaître...

Tentative de perspective sur le dopage

44On parle beaucoup d'un livre "à sortie différée" des 100 médicaments pour se surpasser. Mais ceux qui veulent vraiment utiliser ces méthodes trouveront hors de ce livre les gens et les produits nécessaires puisque certains médecins dont certains très connus se chargent de "médicaliser" la chose.

45En fait, le médecin peut être amené à jouer le rôle d'expert près de l’athlète. Delgado avait par exemple avec lui certainement quelqu’un connaissant parfaitement les différences entre la "liste C.I.O." et la "liste U.C.I.". Compte tenu des intérêts financiers en jeu...

46Personnellement, je ne sais pas comment travaille Carl Lewis, mais sa grande longévité athlétique au plus haut niveau, ses prises de position (très dangereuses pour lui si on le prenait en défaut) font penser qu'il y a moyen de rester dans la légalité (avec une morphologie qui ne se modifie pas comme celle de Ben Johnson). Ceci suppose tout un travail d’équipe comprenant plusieurs médecins, chacun très spécialiste, l'un pour la diététique, l'autre pour l'appareil locomoteur, un autre pour le suivi et les tests nécessaires...

47La machine humaine n'a pas fini de livrer ses secrets, l'athlète est un laboratoire vivant passionnant : le tout est de respecter l'Homme et de l'aider, ce qui est la mission du médecin, quelle que soit sa spécialité.

48L'avenir de notre humanité dite civilisée est vers l'augmentation des "vieux" ou "jeunes vieux", retraités, chômeurs, donc l'augmentation du nombre de gens à distraire : le spectacle sportif est un élément porteur important pour cette distraction et aussi pour la publicité, l'information, voire la politique...

TENTATIVE DE PERSPECTIVE SUR LE MEDECIN DANS LE CLUB

49Le médecin généraliste de la médecine sportive existera toujours : au niveau des "petits clubs” c'est certain, et au niveau des grands, il jouera un rôle de coordinateur, voire de dirigeant.

50Le médecin du sport sera très souvent et de plus en plus un spécialiste très connu et performant dans sa spécialité.

51Par exemple, pour l'appareil locomoteur, il y aura :

  • le médecin de rééducation connaissant le geste sportif, la pathologie tendineuse et musculaire, les techniques nouvelles, les explorations modernes, et branché avec une équipe chirurgicale ;

  • l'orthopédiste arthroscopiste qui explorera genou, épaule...

  • l'othopédiste réparateur de tendons, surfaces articulaires, ligaments...

  • l'orthopédiste du rachis récupérateur de hernie discale, stabilisateur de vertèbres...

52Il y a de même des cardiologues sportifs, des physiologistes, de l’effort, de la respiration, des chimistes en tous genres.

53La liste est loin d’être complexe et moins encore fixe.

54Les progrès constants posent le problème de dopage invoqué plus haut et celui de l'expérimentation sur l'être humain. On touche alors aux problèmes déontologiques de la profession médicale.

55Notre déontologie repose sur le respect absolu de la vie et de l'être humain. On doit donc tendre à respecter le désir de l'Homme de se sentir mieux, mais si ce mieux-être met en danger son avenir ? L'athlète est-il responsable de lui-même ?

56Le médecin pourra avoir une éthique "naturiste" et refuser ce qu'il croit incertain ou dangereux, mais l'athlète s'adressera à d'autres...

57Le médecin pourra considérer que l'athlète "souffre" de manière intolérable quand il ne réussit pas ses performances et qu'il faut donc l'aider même s'il existe quelques risques : la dégradation redoutée est-elle certaine, ne pourra-t-elle elle-même être corrigée par des progrès futurs ? ? Le médecin obéira à une éthique beaucoup plus "activiste" revendicatrice de recherche, de progrès...

58Que de questions... éternelles ?

59Le médecin peut-il être un dirigeant, voire le président d'un club ?

60Oui, bien sûr, mais il aura de la difficulté à séparer les deux fonctions.

61Dans un club, le médecin suivra l'évolution : si le club doit mourir, le médecin n'y pourra rien ; comme pour le malade, la mort est inéluctable, on peut la masquer, la retarder, c'est tout.

62Face au sportif et au club qui est derrière lui, le médecin sera un généraliste conseiller, voire expert, ou un spécialiste.

63Ce médecin, quel qu'il soit, sera confronté à un problème déontologique de difficulté variable selon la demande de l'athlète seul ou de ceux qui l'entourent.

64Heureusement, dans la plupart des cas, il s'agira de décisions d'ordre techniques pour apporter à l'athlète les meilleurs soins, en mieux adaptés à la pratique sportive.

65Parfois, une volonté très forte de dépassement fera hésiter, discuter selon la déontologie et aussi l'éthique personnelle pour l'interpréter.

66Le sport fait des progrès, la médecine aussi. Ni le sportif ni le médecin ne peuvent rester isolés : actuellement, le club joue un rôle important dans cette rencontre dont il peut rester le lien privilégié, mais cela suppose que le club ou une structure de nature comparable vive et reste dynamique.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search