Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le club sportif au quotidien

 | 
Jean-Paul Callède

Séance inaugurale

Le club sportif au quotidien : mythes, réalités, projet

Ernest Gibert

Testo integrale

1"Les rites sont dans le temps, ce que les demeures sont à l'espace".

2L'Université Sportive d'Eté pourrait assurément faire sienne cette maxime de Saint-Exupery. En dépit de sa jeunesse, il lui a fallu peu de temps pour s'installer dans une logique pernicieuse. D'une session à l'autre, les sujets de réflexion proposés conduisent à une perplexité directement liée à la simplicité apparente de leur formulation. Quoi de plus logique, en effet, après s'être intéressés aux mutations qui traversent le sport, de s'interroger sur la raison d'être et le devenir de la cellule associative ?

3La question mérite bien d'être posée, et il est d’ailleurs étonnant qu'elle ne l'ait pas été plus tôt. Sans doute parce qu'elle apparaît trop banale, ou que la mode est passée de succomber à l'inquiétude métaphysique. Le sous-titre proposé (mythes, réalités, projet) me fait cependant penser à l'éternelle triple question évoquée par Pierre Dac. Vous me permettrez, je l'espère, au nom de la bienséance, de ne pas reproduire ici sa réponse... Mythes, réalités, projet, (les deux premiers au pluriel, le dernier au singulier), le temps semble avoir servi de repère. Comme si la césure était nette entre les mythes du passé, le présent de la dure réalité quotidienne, et l'espérance du projet d'avenir. Là encore, la distinction est trop simple car nous discernons mal quelle est l'influence du temps sur notre vie individuelle et dans le fonctionnement social.

4Distinguant entre temps circulaire et temps rectiligne, Roger Caillois soulignait que le temps présentait des propriétés variables selon les diverses conceptions du monde. Pour le sujet qui nous intéresse, je ne suis pas sûr que mythes, réalités et projet se succèdent et que doive s'imposer une conception du temps "historique, linéaire et irréversible". Il n'est pas dit que l'on ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve. La prise de conscience de ses difficultés ne fait que renforcer l'intérêt du thème de réflexion qui nous est proposé. Comme souvent, celui-ci peut être appréhendé à un triple niveau : historique, théorique et pratique.

  • Intérêt historique, parce que le Club Sportif et la fonction de dirigeant ont connu – et connaîtront – des changements substantiels. Dans son remarquable "essai sur le développement associatif de la culture sportive", Jean-Paul Callède montre bien que de l'émergence de l’idée sportive, au milieu du XIXe siècle, à son organisation (facilitée par la loi de 1901 sur les associations), puis son investissement par les forces culturelles, politiques, sociales et économiques, le mouvement a été à la fois long et complexe.
  • Intérêt théorique, parce qu'une meilleure connaissance des mécanismes de création, de fonctionnement et de disparition des clubs, une perception améliorée des modalités d'exercice du pouvoir à l'intérieur et à l'extérieur des associations, sont susceptibles de faire progresser la théorie des organisations et notre compréhension des phénomènes de domination sans parler de l'économie du sport.
  • Intérêt pratique, enfin, auquel vous serez – sans doute – plus sensibles. Il suffit, pour s'en convaincre d'évoquer quelques chiffres. De 1970 à 1986, le nombre des licenciés des fédérations sportives a plus que doublé, passant de 6 millions à près de 13 millions. Si l'on ajoute environ 8 millions de non licenciés (chiffre sujet à caution), on parvient à un effectif voisin du total de la population active occupée. Il existe plus de 150 000 associations sportives qui utilisent le travail d’un million de bénévoles ; et le marché du sport est évalué en France à 1 % du produit national brut (environ 30 milliards).

5Décidément le sujet n'est pas près de perdre sa force d’attraction. Encore faudrait-il s'entendre sur le contenu du champ d'investigation, c'est-à-dire sur le concept même de club sportif.

6Idée saugrenue, sans doute, pour vous qui êtes intimement mêlés aux réalités quotidiennes du club, que de succomber à la représentation abstraite d'une entité en apparence simple. Pourtant l'idée n'est peut-être pas entièrement inutile dans la mesure où elle est susceptible de nous aider à en mieux comprendre et guider le système de pilotage d’un club.

7Admettons donc, au nom de l'efficacité, quelques vérités simples.

8D'abord qu'il n'y a pas un modèle uniforme de club. Il y a sur le terrain une diversité de type d'associations, du club professionnel à l'association sportive municipale, du patronage au club doyen ayant accolé son nom à celui d'une entreprise à vocation internationale. Tous ne visent pas des objectifs analogues, ne présentent pas les mêmes facultés d'adaptation et n'offrent pas des chances de survie identiques.

9Une vérité appelle l'autre. Le club sportif n’est pas une entité close car l'acte sportif n'est pas une fin en soi. Le club ne peut se concevoir, ni s'examiner de façon autonome. On ne peut analyser les conduites de ses membres ou formuler de jugement sur les décisions qu'ils prennent sans tenir compte de facteurs externes de tous ordres : économiques, mais aussi politiques, culturels, sociaux, voire technologiques. Tout nous amène donc à considérer aujourd'hui le club sportif comme un système ouvert en interaction constante avec le milieu extérieur.

10Le club sportif est un système, c'est-à-dire qu'il doit être saisi comme une organisation, composée de parties indépendantes associées selon une structure propre. Pour comprendre le système, il importe de saisir l'organisation dans sa totalité, sa complexité et sa dynamique, sans négliger pour autant le rôle des interrelations avec des systèmes différents ou plus larges.

11Le club sportif est un système ouvert, parce que l'organisation s’adapte, consciemment du fait des décisions prises par ses dirigeants et de l'activité de ses membres, aux variations du milieu extérieur. Encore convient-il de savoir finaliser, organiser et animer correctement les actions de tous les acteurs du système.

12Ces quelques idées vous auront probablement semblées abstraites. Elles sont cependant nécessaires pour justifier les raisons qui conduisent à inscrire l'étude du club sportif dans le cadre d’une perspective dynamique et multiforme. Elles sont aussi utiles pour qui voudrait s'efforcer de brosser sommairement quelle est la nature du club sportif et les fonctions qu'il accomplit avant de tenter, par la prospective, de repérer ses lignes d'évolution futures dans le champ des possibles.

Quelle est la réalité quotidienne du club sportif et quel est son rôle ?

13Que l'on en soit encore à se poser cette question – et obligé de constater qu'il est très difficile de lui apporter une réponse – donne une idée de l'importance des progrès qui restent à accomplir dans le domaine de l'étude du monde du sport.

14Pour expliquer les difficultés rencontrées, deux raisons peuvent être – à juste titre – avancées. La première tient à la diversité, déjà évoquée, des diverses formes d'organisations réunies sous la même appellation. Extrême diversité, profonde hétérogénéité, frontières floues, sont les caractéristiques principales des clubs sportifs tels que nous les connaissons. La globalisation masque la profondeur des différences internes. Il sera donc nécessaire, dans l’avenir, d'abandonner l'approche globale pour une présentation plus fine, tentant de repérer des sous-ensembles homogènes et saisissant le phénomène sous différents éclairages.

15A l'hétérogénéité du phénomène s’ajoute, en second lieu, la faiblesse des instruments de mesure et d'interprétation. Tous les spécialistes s'accordent à reconnaître, et à déplorer, l'absence de sources d'informations homogènes et unifiées. La mise en place d'un observatoire du sport, précédant l’établissement d'un compte satellite, pourrait constituer l'une des propositions de cette Université Sportive d'Eté.

16Dans ces conditions, il est, à l'heure actuelle, particulièrement difficile de formuler un diagnostic précis et fiable sur l'état des clubs sportifs en France. Si l'on était à la recherche d'une justification, cette situation suffirait pour que l'on s'en tienne à l'énoncé de quelques généralités (à régénérer comme : les raisons d'être du club, le club sportif entendu comme une entreprise de sport et l'enjeu culturel majeur que représente aujourd'hui le club sportif).

17En dépit de leur diversité, liée à des facteurs comme la taille, la nature de leurs activités ou le style de gouvernement pratiqué par les dirigeants qui les animent, tous les clubs sportifs assurent simultanément trois fonctions (de loisirs, économique, sociale).

18Le club sportif remplit d'abord une fonction de loisirs. C'est probablement ce qui explique notre peu de hâte à l'intégration dans le champ de nos préoccupations scientifiques. Cette méconnaissance, généralement suivie d'une méfiance, a une raison très profonde évoquée par A. Cotta dans son remarquable ouvrage sur la société ludique. Elle tient à ce que le travail a toujours été - et est encore - considéré comme une valeur, peut-être même la valeur essentielle de nos systèmes éthiques. Partant de là, le loisir devient synonyme de non travail c'est-à-dire d'inactivité. Il est presque une pratique condamnable (confusion naturellement contestable).

19Avec le temps, la signification du loisir a acquis un contenu hétérogène. Il y a une dizaine d'années, J. Dumazedier a souligné justement que le loisir exerçait trois fonctions solidaires :

  • une fonction de délassement, qui délivre de la fatigue,
  • une fonction de divertissement, qui délivre de l'ennui,
  • une fonction de développement de la personnalité, qui délivre des automatismes de la pensée et de l'action quotidienne.

20De ces trois fonctions, solidement imbriquées même quand il leur arrive de s'opposer, il serait bon que les clubs sportifs se souviennent au moment de proposer leurs activités au public.

21Le club sportif remplit aussi une fonction économique. Il lui a fallu du temps avant de la découvrir, puis de l’accepter. Mais l’accélération est devenue dans certains cas foudroyante. Qui d'entre nous n'a pas rencontré des dirigeants sportifs qui se prennent pour des entrepreneurs, des entrepreneurs réels ou de pacotille qui croient être des dirigeants, sans oublier les besogneux qui confondent la gestion d'une organisation sportive avec l'économie ménagère.

22Le club sportif est un agent essentiel dans l'économie du sport. Or l'importance de sa contribution est rarement mentionnée. Il faut dire qu'elle est souvent (le bénévolat en constitue un exemple) difficile à valoriser.

23Depuis quelque temps, il de bon ton de considérer le clubs sportif comme une entreprise de sport. Le rapprochement est sans doute heureux, mais précaire. Certes, Monsieur J.P. Heifer nous l'avait magistralement démontré il y a deux ans, gérer une entreprise c'est du sport, mais gérer le sport quelle entreprise ! Dans un rapport sans complaisance, quelques élèves de l'E.N.A. de la promotion 1986 se sont intéressés à l'Association sportive entendue comme entreprise de sport. Ce fut pour constater que le club sportif constituait une forme d'entreprise à part, bien qu'assujettie à la plupart des contraintes qui réglementent la vie des entreprises "classiques", et qu'il restait, dans bien des cas, une entreprise peu performante.

24Pour que l'association club sportif = entreprise de sport demeure valide, il conviendrait de procéder à une analyse comparée de la nature des objectifs poursuivis, de l'étendue et de la gamme des moyens employés, des modes d'administration respectifs, ainsi que des modalités d'exercice du pouvoir. S'il existe, sur chacun de ces points, des éléments de convergence, ils sont à l'heure actuelle moins marqués qu'ils le seront probablement dans l'avenir. Il n'en demeure pas moins que clubs sportifs et entreprises ont tout intérêt à poursuivre leur rapprochement afin de mieux renforcer leurs points forts et de neutraliser leurs faiblesses. A cet égard, la G.H.R. peut constituer, par exemple, un sujet de réflexion commun.

25Lieu organisé des échanges, le club sportif est encore un lieu social, telle est sa troisième et dernière fonction. Comme l'entreprise d’ailleurs, il est désormais une cellule de base de notre société et se situe au cœur des rapports économiques, sociaux et politiques de notre époque. Il ne suffit pas d’observer le fait pour énoncer benoîtement que le club sportif est toujours placé au service de l’homme. Il est cependant possible d’affirmer qu’il est progressivement devenu un agent non négligeable de l’évolution sociale.

26Comme il existe une culture d'entreprise, il est permis de considérer qu'il existe aussi une culture de club. Celle-ci tient à la force de combinaison de plusieurs facteurs. D'abord au fait que le club sportif, qui a une histoire, représente une valeur collective, possède une image interne et externe dont les contours ne coïncident pas nécessairement avec le contenu que lui prêtent chacun de ses membres. Ensuite à ce que le club sportif doit être considéré comme une institution sociale, dotée d’un double système de communication et de dévolution du pouvoir.

27Ce qui ne signifie pas que tous les clubs sportifs, notamment ceux dans lesquels le style de conduite charismatique l'emporte, puissent être cités comme des modèles de démocratie.

28Parce qu’il remplit ces trois fonctions, il nous faudra bien finir par admettre que le club sportif représente un enjeu culturel majeur. Il ne restera plus qu'à doter les acteurs des moyens qui leur permettront de devenir plus créatifs et plus libres.

Le club sportif, demain...

29Examiner les perspectives d'évolution du club sportif devient un exercice naturel à partir du moment où celui-ci a été conçu comme un système dynamique ouvert. Naturel ne signifie pas facile. En partie parce que, pour imaginer le club sportif de demain, il est d'abord nécessaire de dévoiler, d’observer et de comprendre son apparence du présent.

30Le club sportif change dans un monde où ses relations avec l’environnement économique, social et politique sont elles-même en transformation continue. Les problèmes que rencontre le club sportif ne peuvent être dissociés de ceux de son environnement. Or celui-ci fait sentir de façon accrue son emprise, en même temps que s'étend son champ d'influence. Il n’est d'ailleurs pas impossible que le concept même de club apparaisse de moins en moins adapté aux usages et aux besoins sociaux à mesure que se transformeront les frontières entre le travail d'un côté, les loisirs et la vie sociale de l'autre.

31Essayer de cerner les contours diffus et lointains des possibles est un jeu avec le brouillard qui n'est pas sans dangers. Dans cet exercice difficile, trois voies sont possibles :

  • la première est celle du recours à l’imagination et au rêve inspiré des augures, toujours utile dans les périodes de doute ;
  • la deuxième, plus raffinée, consiste à extrapoler les tendances et à établir des projections ;
  • la troisième est une interrogation renouvelée sur les formes de réflexion et les modalités d'action portant sur l'avenir.

32Vous avez reconnu les trois voies de la prédiction, de la prévision et de la prospective.

33Pour le sujet qui nous intéresse, c'est la voie de la prospective qui convient, car à la recherche des invariants et à l'extrapolation éventuelle, elle ajoute l'imagination (afin de repérer les futurs possibles). Qu'il s'agisse de maîtriser le vraisemblable et de gérer l'imprévisible, la prospective ne se coupe jamais du concret. Elle cherche à mieux percevoir l'avenir pour mieux agir sur lui et concerne à la fois la réflexion et l'action.

34Les éléments à prendre en compte dans une approche prospective sont déjà présents dans les tendances actuelles. Il est vraisemblable que quelques évolutions déjà amorcées marqueront, quoiqu'il arrive, la transformation des pratiques sportives jusqu'à la fin de ce siècle. Elles tiennent à l'évolution démographique, aux modifications de structure dans les budgets de dépense et aux mutations que connaissent nos systèmes de valeur. Pour assurer la croissance, ou simplement la survie du club sportif, ses dirigeants devront demain relever au moins trois défis : le défi de la démographie, un défi économique, un défi social.

35Le défi démographique n'est pas le moins redoutable ; il n'est pourtant pas évalué à sa juste mesure. D'ici l'an 2000, la population française s'accroîtra de 3 ou 4 millions. Les plus de 60 ans seront 12 millions contre 10 millions actuellement. La population en âge d'activité, plus nombreuse qu'aujourd'hui, sera une population vieillie. A partir de l'année 2003, le nombre d'actifs devrait même commencer à baisser. Les actifs seront aussi plus vieux : un actif sur deux aura plus de 40 ans en l'an 2005. De plus, la charge des retraités pèsera plus lourdement sur eux.

36Tout ceci pourrait bien influer sur le niveau de revenu et le mode de consommation, notamment des dépenses de loisirs pourtant projetées croissants mais où les arbitrages internes devraient se faire plus serrés. Rien ne dit que ceux-ci s'opéreront au bénéfice des pratiques sportives.

37Les français disposeront de plus de temps libre. On sait qu'en matière de loisir, les dépenses sont indissociables du temps que l'on peut y consacrer. L'augmentation du nombre des inactifs, l'abaissement de l’âge de la retraite, la diminution de la durée du travail font que la part du temps libre s'accroît. Mais les français disposeront-ils, à la fin de ce siècle, de revenus suffisants pour occuper leur temps de loisirs ? Ne seront-ils pas tentés de préférer le jardinage et le bricolage aux pratiques sportives ? Les dirigeants feraient bien de réfléchir à ces questions avant de définir le choix de leurs prestations.

38Le défi économique est inséparable du précédent. Il concerne le club sportif à plusieurs niveaux. D'abord parce que, dans les prochaines années, dans le budget des ménages, ce sont les dépenses de loisirs qui devraient s'accroître le plus (+ 4,6 % par personne et par an). Ne vous réjouissez pas trop vite. Dans le poste global des loisirs, c’est l'électronique domestique qui devrait connaître la croissance la plus spectaculaire. Elle représentait déjà, en 1985, 30 % des dépenses de loisirs. Oui, regarder la TV est devenu le principal loisir des français. Un loisir qui consomme du temps, puisque la durée d'écoute est en moyenne d’un peu plus de 2 heures par jour, chiffre comparable aux autres pays européens, mais très inférieurs aux quatre heures d'écoute quotidienne des américains. Les français consommeront leurs loisirs assis, et ceux-ci seront en grande partie liés à l'information et à la consommation passives. A vous, dirigeants sportifs, de leur proposer des activités pour les remettre debouts.

39Le défi économique s'accompagne d'un défi gestionnaire. Fini pour les dirigeants du sport, parfois même pour les pouvoirs publics, le bricolage sponsoriste. Le club sportif devra faire preuve de sa crédibilité ; celle-ci passe par une rigueur dans la gestion qui suppose que l'on ne mésestime plus les techniques modernes du management. En particulier, il faudra apprendre à mieux gérer les ressources humaines afin d'utiliser au mieux les aptitudes de chacun et le potentiel humain de l'ensemble de l'organisation. Cette recherche de l'efficacité économique sera inséparable d'une meilleure efficience sociale.

40Reste à évoquer le troisième défi : celui de l’évolution sociale et humaine. De tous, le défi social n'est pas le moins important. De nombreuses études nous montrent que les attitudes et les mentalités à l'égard des nécessités matérielles de l'entreprise, et vis à vis du travail qui permet de les satisfaire, ont changé de façon sensible. Cette évolution s'accentuera probablement dans les années à venir. Ce mouvement des idées s'accompagne d'une mutation profonde dans les styles de vie et dans les comportements. Peut-être annonce-t-il la naissance d'une société nouvelle, fondée sur des valeurs différentes de celles qui ont prévalu dans le passé.

41Le club sportif est concerné par ce phénomène. Il devra rendre des comptes, à ses membres et à la collectivité, sur son efficacité sociale dans des domaines aussi divers que la création d'emplois à la formation par exemple. On lui demandera, en outre, de créer de nouveaux rapports entre les individus, de remettre en cause ses modèles d'autorité, de contribuer à l'épanouissement des hommes. Comment faire ? Procédera-t-on par intégration ou par manipulation ?

42Il serait tentant, si le temps ne nous était compté, de recourir à la méthode des scénarios. On serait alors surpris de découvrir quelques schémas valables aussi pour les sujets des U.S.E. précédentes.

43Je me souviens, par exemple, du thème de l'université 1986. Je me souviens de la remarquable contribution de J.P. Schneider à la définition de la performance sportive. Je me souviens de G. Perer qu'il avait évoqué ce jour là et de "W ou le souvenir d'enfance", ensemble de deux textes entrelacés que nous pourrions relire avec profit en cette période olympique. Il décrit l'un des scénarios limites, celui de l'univers concentrationnaire, dans lequel pourrait succomber l'organisation du club sportif. A moins que nous ayons le courage de ne pas effacer le souvenir de la nuit dans le brouillard de notre mémoire.

44Il existe d'autres versions moins hideuses. Il vous appartient de les élaborer et de faire en sorte qu'elles se transforment en réalité. Mais en vérité le temps presse, si vous ne voulez pas que le club sportif ne soit bientôt plus qu'une histoire défraichie. Le moment est venu de construire pour le club sportif un projet. Cette sixième U.S.E. en est, à l'évidence, l'occasion. Il est possible qu'elle n'y suffise pas. Prolongez, sur ce sujet, votre capacité de réflexion, de proposition et d'action. Rassurez-vous, même lorsque le temps est compté, l'avenir dure longtemps.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1989

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540