Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Mutations médicales

Réflexions sur les mutations

Didier Isabelle

Texte intégral

1Certains seront sans doute surpris de constater que la charge du rapport de synthèse ait été confiée à un physicien et non à un spécialiste des sciences humaines ou à un économiste. Mes amis du Comité d'Organisation ont sans doute pensé qu'un physicien nucléaire, qui a étudié les transmutations spontanées ou provoquées dans les noyaux atomiques, est prêt à aborder les mutations du monde sportif. De plus le physicien doit aussi être conscient des débordements qui peuvent accompagner les utilisations des techniques nouvelles dérivées des découvertes scientifiques. Alors les débordements du sport ne devraient pas l'effrayer.

2Mais il est difficile pour un spécialiste des sciences exactes, et surtout d'une science dite "dure", d'aborder les problèmes qui nous ont occupés tout au long de cette Université Sportive d'Eté. Nous avons l’habitude d'étudier des phénomènes rigoureux, dépendant d'un petit nombre de paramètres et relevant de lois mathématiques. Or dans les sciences humaines et sociales les paramètres sont multiples et souvent interdépendants. Nous devons donc être très prudents dans nos analyses et nous "méfier" des modèles proposés dans la littérature.

3Les sciences de la vie nous démontrent que les évolutions des systèmes vivants sont très lentes. En effet les mutations se produisent au niveau cellulaire, structure simple, mais un être vivant est une structure complexe : la multiplicité des formes, dues aux mutations, s'accroît avec la complexité des êtres. Multiplicité des formes physiologiques, mais aussi des comportements psychologiques.

4Donc, des études faites sur de petits échantillons de l'espèce humaine, nous ne pouvons prétendre établir des lois, tout au plus nous pouvons dégager des tendances. Nous devons donc nous méfier des affirmations énoncées par certains auteurs. Dans les pages qui suivent je vais tenter de dégager les tendances que j'ai perçues au cours de ces journées et me garderais bien de tirer des conclusions, tout au plus des propositions.

5Sommes nous particulièrement dans une période de mutations et de débordements, mots clés du programme de cette université ? Ayant des ancêtres normands, je répondrais à la fois par la négative et par l'affirmative.

6Non, car les évolutions du sport ont toujours existé comme nous le rappelait J.P. Schneider dans son exposé d'ouverture de la précédente Université d'Eté. Chez les grecs aux concours "sacrés”, auxquels les athlètes participaient pour la gloire et la couronne de lauriers, ont succédé les concours dotés de prix matériels destinés à attirer les gloires. La dualité amateur-professionnel ne date pas d'hier ! Puis on a pu observer une évolution des pratiques individuelles vers des pratiques collectives. Le sport suivait déjà l’évolution de la société. Plus près de nous, à la fin du XIXème siècle et au début du nôtre, on observa, dans le cadre de la société industrielle, la naissance des clubs et associations sportives et le développement des sports collectifs. Aujourd'hui l'homme est isolé dans la société et nous avons vu réapparaître les pratiques individuelles. Elles correspondent d'ailleurs plus souvent à de nouvelles pratiques de sports anciens qu'à des sports réellement nouveaux : nouvelles pratiques rendues souvent possibles par des développements technologiques en matière d'équipement ou provoquées par le besoin d'une pratique contrôlée du risque absent de notre vie quotidienne.

7Oui, parce que du fait de l'accroissement de nos connaissances de la physiologie de l’être humain et du développement des moyens de communication nous vivons une période perturbée. Les moyens modernes de communication nous permettent de vivre l’événement à l’instant où il se produit. Le pâtre de Macédoine n’avait pas connaissance de la performance du vainqueur d'un concours dans le Péloponnese, ni de la valeur du prix qu’il avait reçu. Aujourd'hui nous connaissons les revenus des champions et pouvons les comparer aux nôtres, en oubliant souvent que la gloire sportive est éphémère. Il en résulte une distorsion des finalités du sport ; regardez le comportement de certains parents dont nous pourrions penser qu’ils espèrent assurer leurs vieux jours en faisant de leur enfant un champion de tennis ou de ski !

8Les hommes des médias ont un rôle d'informateur, mais ils doivent être conscients de la perte de leurs messages. J'ai mentionné plus haut le progrès de nos connaissances en physiologie humaine. Là encore l'information est nécessaire. Mais elle ne doit pas être parcellaire, elle doit toujours être présentée dans son contexte.

9Finalement nous sommes dans une période d'évolution, que je me permettrai de qualifier de normale, mais nous la vivons trop vite et parfois plus vite qu'elle ne se produit. Or les évolutions sont des phénomènes lents dans le temps et qui demandent un mûrissement qui n'existe plus de nos jours. C'est sans doute un des intérêts de nos universités sportives d'été de permettre de faire une pause, de prendre du recul, de nous obliger à nous poser des questions. Nous pourrons ainsi peut-être essayer de résister aux modes qui sont un trait caractéristique de notre société. Nous ne referons pas la société d'un coup de baguette magique, mais voyons si nous avons des éléments permettant de participer à son évolution puisque le sport est devenu un des composants de la société, même s'il n'est pas toujours reconnu comme tel.

10Nous avons tous apprécié que dans leurs exposés les conférenciers reviennent toujours à l'homme, composant essentiel de la pratique sportive.

11Nous avons entendu les exposés passionnants tant sur les mutations technologiques dans les équipements que sur leur influence sur la pratique sportive. Je n'y reviendrai pas mais je voudrai tirer deux observations.

  • Tout d'abord nous observons un passage de l'empirisme à une conception scientifique des essais. C'est là, à mes yeux, une évolution positive. L'ingénieur joue un rôle important dans la conception des engins. Il utilise l'informatique, il met en oeuvre des matériels nouveaux, il dispose de moyens sophistiqués d’essais, mais c'est l'athlète qui, en final, sera son meilleur essayeur, car il est le seul à pouvoir traduire les sensations perçues avec divers équipements.
  • D'autre part nous constatons le début du travail en équipe pluridisciplinaire, associant ingénieurs de diverses disciplines, médecins, athlètes,... Ceci me paraît fondamental car le centre de la pratique sportive est l’athlète, donc une biomécanique associée à un psychisme, qui va utiliser les équipements. Pour que tous les paramètres puissent être intégrés, il faut que des spécialistes de toutes les disciplines collaborent au projet.

12Une expérience de trente années de recherche m'ont convaincu que la recherche individuelle est aujourd'hui l'exception. Ce sont les équipes qui sont performantes. Mais là encore dans le domaine sportif nous ne voyons que le début de la mutation. Dans une équipe de recherche tous les partenaires sont complémentaires, mais aucun n'est plus important que l'autre. La recherche est une école de modestie ; on ne fait pas de la bonne recherche avec pour objectif la gloire ou des avantages matériels. Les hommes de terrain doivent poser les problèmes aux scientifiques susceptibles de les aider à les résoudre, ensemble ils élaboreront un programme de recherche, mais celui-ci ne peut être imposé par des autorités supérieures.

13Un des objectifs de l’Université d'Eté étant de faire des propositions, en voici une première :

14Il faudrait mettre en place des aides au développement de véritables équipes pluridisciplinaires de recherche dans le domaine des activités sportives. Chacune devrait avoir un objectif scientifique bien défini en fonction duquel elle recevrait des moyens et serait jugée à partir des résultats obtenus. L'évaluation des résultats se feraient par des experts internationaux.

15L'expérimentation se fait souvent avec des athlètes de haut niveau qui sont des êtres physiologiquement "anormaux", c'est à dire sortant de la moyenne. Donc les résultats ainsi obtenus sont très dispersés et difficilement transposables à la masse des pratiquants. Les clubs devraient donc jouer un rôle important dans le dévelopement de telles équipes de recherche. En effet, ils sont de bons laboratoires d'expérimentation car ils regroupent non seulement des entraîneurs et des médecins, mais surtout des athlètes de tous les niveaux et de tous les âges.

16Il me faut reconnaître que nous n’avons pas souvent entendu parler des clubs, des pratiquants ou des dirigeants de base au cours de ces dix journées. Et pourtant lors de la préparation du programme nous nous posions la question du devenir du club sportif coincé entre le sport de haut niveau et le sport de masse, tous deux passés dans les mains des puissances économiques.

17Le club est une pépinière, indispensable au sport de haut niveau : nous y recevons tous les jeunes dans nos écoles de sport. Nous pouvons ainsi les former et les entraîner et détecter les athlètes exceptionnels. Ce sont les clubs qui permettent de réaliser l'écrémage de la masse vers l'élite. Mais l'élite est le plus souvent un Everest lointain, inaccessible et nos clubs savent établir leurs gloires avec des résultats obtenus à des niveaux plus modestes. Nous faisons du sport au mieux avec les moyens dont nous disposons, mais nous nous limitons, peut-être trop souvent, aux pratiques classiques. Les clubs omnisports n'ont pas toujours su intégrer les pratiques nouvelles. Comme nous l’avons déjà mentionné ce sont souvent des pratiques individuelles : planche à voile, escalade solo..., donc avec un certain refus du groupe, cependant elles nécessitent une initiation, des équipements d'entrainement (par exemple : un mur d'escalade) et nous pouvons trouver là pour les clubs une source de renouvellement et d’ouverture.

18Une autre évolution du club est une participation plus active à la vie de la cité et du village. Les municipalités sont aujourd'hui conscientes de l'apport du développement des activités sportives pour leur image de marque. Nous devrions étudier des services que nous pourrions apporter à la cité ou au village par des actions nouvelles : parcours de santé, compétitions par équipes familiales...

19Comme nous l'ont rappelé des élus municipaux ayant participé à nos débats, les municipalités sont souvent les principales bâilleuses de subventions. Mais c'est souvent insuffisant. A côté du bénévolat et du sponsoring local qui tourne à la mendicité, nous devrions réfléchir à de nouvelles sources de moyens financiers. Nous ne devons rien attendre des gros contrats publicitaires, pas plus que des recettes de télévision, ce n'est pas pour nous. Les entreprises se servent de l'image du sport pour leur publicité. Mais les chefs d'entreprise connaissent depuis longtemps l'importance de la pratique sportive dans la formation des hommes et des femmes : c’est souvent un plus au niveau de l'embauche. C'est pourquoi les industriels souhaitent intégrer une formation sportive, ou plutôt une formation corporelle, dans leurs programmes de formation continue des personnels.

20Pourquoi laisser un tel créneau dans les mains d'officines plus ou moins compétentes, alors que nos clubs peuvent proposer de telles formations, tout en garantissant le sérieux ?

21Les clubs assurent la formation pour le sport mais aussi par le sport.

22Même pour ceux qui n’atteignent pas le haut niveau, il reste toujours quelque chose d'une pratique sportive : hygiène de vie, sens des responsabilités, vie en équipe, esprit civique, goût de l'effort de la compétition. Autant d'atouts dans la vie professionnelle. Je voudrais à ce propos revenir sur une phrase, rapportée par F.H. De Virieu et qui aurait été prononcée par un athlète international : "Si je me dope, cela ne regarde que moi car je suis libre de mon corps". Certes nous sommes libre de disposer de notre corps comme nous l'entendons mais en nous rappelant que notre liberté cesse quand elle commence à interférer avec celle d'autrui. Or le sport est soumis à des règles : le dopage est une violation de la règle, un non respect de l'adversaire, la négation de l'éthique sportive. Alors que le sport dans les clubs est certainement un bouclier contre l'influence de la drogue.

23Puisque je parle du dopage, je dois aussi mentionner les problèmes du débordement et de la violence sur les stades. Nous avons vu que des actions nationales et internationales ont été entreprises pour sensibiliser acteurs et spectateurs. Elles commencent à donner des résultats. Mais il faudrait que des mesures coercitives réelles soient prises par les instances dirigeantes aussi bien que l'Etat chaque fois qu'un délit de dopage ou de violence est constaté. Au niveau des athlètes, une véritable action sera celle de l'information et de la formation dans les clubs. Pour le grand public les médias ont un rôle à jouer, mais il faudrait que la recheche du sensationnel ne conduise pas seulement à présenter les défauts des athlètes.

24Enfin les économistes nous ont montré que les clubs et le sport en général sont des sources de création d’emploi. L’évolution économique de notre société se traduit par un développement des emplois dans le secteur tertiaire : les activités de service. Or les activités sportives en font partie. Un développement des clubs risque de s'accompagner de créations d’emplois à qualification peu élevée. Là aussi nous pourrions apporter notre contribution à la formation professionnelle pour divers emplois.

25De telles créations, si elles se faisaient, ne résoudraient pas les problèmes des dirigeants dont nous considérons que la base doit être composée de bénévoles. Mais deux conditions devraient être remplies pour ne pas dégouter les bonnes volontés. Tout d'abord l'action des bénévoles ne devrait pas être entravée par des réglementations trop strictes : au législateur de repenser le problème. D'autre part nous devrions pouvoir assurer à nos dirigeants une formation adéquate, sous une forme qui ne soit pas rebutante. De nouvelles méthodes pédagogiques devraient être développées, permettant une autoformation : fiches, documents audiovisuels...

26Nous proposons donc que soit mis en place des groupes de travail chargés d'établir de tels documents d'autoformation. Ils devraient être formés d’hommes de terrains associés à des spécialistes de formation. Certains clubs, dont les clubs universitaires, pourraient constituer des cellules pour la préparation de tels documents.

27Bien entendu une telle formation ne devrait pas s'adresser qu'aux seuls dirigeants de club, elle devrait être étendue aux dirigeants fédéraux à tous les niveaux. A ce propos, je me dois de rappeler qu'encore une fois, nous avons entendu des discussions à propos du mode de sélection des dirigeants fédéraux. Je ne m'étendrais pas sur ce sujet qui mériterait une étude très approfondie, car nous avons là un vrai problème qui ne peut être évacué. Je me contenterais, à la manière du Président J.F. Kennedy, de dire à tous nos dirigeants : "Ne pensez pas à ce que peut vous apporter votre club, votre ligue ou votre fédération, mais à ce que vous pouvez lui apporter."

28Nous devons savoir reconnaître nos défaillances et savoir y pallier, et un beau thème pour des discussions futures pourrait être :"l"amateurisme du dirigeant n'est-il pas aussi utopique que celui de l'athlète ?"

29Je vais m'arrêter là, conscient d'avoir été sûrement incomplet et peut-être partial dans certains de mes jugements : l'homme a repris le pas sur le physicien. Mais j’espère que ces quelques réflexions seront utiles à certains et susceptibles de servir de base aux travaux de nos prochaines Universités Sportives d'Eté. A n'en pas douter, ces dernières pourront apporter des éléments objectifs grâce à leurs participants venus de tous les horizons de la planète Sport.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search