Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Mutations médicales

L'esprit de "l'équipe" !

Richard Montaignac

Texte intégral

1"Enfin de la rivalité ! Nous sommes relativement nombreux à penser que la rivalité est saine et source de progrès. Espérons que L'Equipe passera la vitesse supérieure grâce à la présence concurrentielle de Sport. Ce sera tant mieux pour tout le monde. Lecteurs, sportifs et journalistes. L'Equipe était sans doute en train de s'embourgeoiser et de vivre sur un acquis. Peut-être même que, d’une certaine manière, L'Equipe pouvait donner parfois l’impression d’être un journal figé. Vous prétendez que beaucoup de lecteurs étaient plutôt mécontents de ce qu’ils trouvaient dans L'Equipe. Oui, nous en étions conscients. Tous. La preuve, c’est que, bien avant que nous apprenions la naissance de Sport, L'Equipe avait décidé de consacrer une partie de son budget pour effectuer une enquête très précise auprès de ses lecteurs habituels et occasionnels.

2Nous serons édifiés par les résultats dans quelques semaines. Cette enquête débouchera sur un nouveau journal qui devrait, logiquement, répondre davantage aux exigences du public tant au niveau de la présentation qu’à celui du contenu, du style et des choix. Et Sport n’est absolument pour rien dans ce lifting ! Quant aux critiques qui nous sont adressées, elles sont toujours les mêmes. Vous consacrez trop de pages au football et au tennis, par exemple, et pas assez à beaucoup d'autres petits sports. L’intervention de l’attachée de presse de la F.F. de tir à l’arc, tout à l’heure, était significative à ce propos. Tout d’abord, il ne faut pas oublier que les petits sports constituent notre fonds de commerce et que nous ne pouvons et ne devons pas nous en passer. Ensuite, il faut se rendre compte que les décideurs ne sont pas des philanthropes prêts à faire de l’évangélisme mais des financiers qui ne pensent qu’à une chose : rentabiliser leur produit ! Si on consacre, du jour au lendemain, beaucoup plus de place à l'haltérophilie, au tir à l'arc, à la gym, au hockey (gazon et glace), au golf, au base ball, au tennis de table, et la liste est loin d'être ici exhaustive, on ne vendra pas un journal de plus ! Ce n’est évidemment pas le cas pour le cyclisme pendant le Tour de France, pour le football en général et pour le tennis durant les grands tournois. Enfin, si vous faites ce reproche à L'Equipe, alors qu’est-ce que ce sera avec Sport ? Je vous signale qu’ils ont annoncé que 60 à 70 % de leur surface serait consacrée au minimum au football. Alors bonjour les petites rubriques ! Et puis, j'en terminerai ici sur une question plus épineuse. Vous parlez de "journal bien dans la tradition". A L'Equipe, dites-vous, c'est le plus ancien qui devient rédacteur en chef quand le rédacteur en chef en place part lui-même à la retraite. Idem pour tous les chefs de groupes. Si ce n'est pas l'âge qui nous rend moins capables et moins travailleurs, en tout cas, avec lui on est plus usé, moins agressif, plus philosophe, moins fonceur, en règle générale. Il conviendrait mieux, peut-être, de panacher et c’est, obligatoirement, ce qui va arriver. Cela nous le devrons peut-être en partie à Sport : une rédaction en chef rajeunie, plus mordante, plus conquérante, dans laquelle les nombreux jeunes rédacteurs du journal se reconnaîtront davantage. Avec une nouvelle dynamique de l'ensemble..."

Auteur

Journal "L'Equipe"

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search