Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Mutations médicales

Un nouveau quotidien de sport !

Jean-Max Mayer

Texte intégral

1Pourquoi un nouveau quotidien de sport ? D'abord parce que la situation de monopole, dans la presse comme ailleurs et plus qu'ailleurs sans doute, est une situation anormale, voire malsaine. Le monopole de L'Equipe depuis quarante ans est peut-être confortable pour les propriétaires et les patrons de ce journal. Il n'est idéal ni pour les journalistes, qui n'ont pas la chance d'affronter une concurrence, ni pour les lecteurs, qui n'ont pas la liberté de choisir.

2Ensuite, parce que L'Equipe –c'est notre conviction– ne répond plus tout à fait aujourd'hui aux besoins et aux désirs, non seulement de certains de ses propres lecteurs, mais aussi et surtout de nombreux lecteurs potentiels.

  • 1 René Tézé, 46 ans, directeur de la publication, ancien patron d'un groupe de presse professionnell (...)
  • 2 Xavier Couture, 36 ans, éditeur, ancien patron d'un groupe de titres sportifs spécialisés.
  • 3 Patrick Blain, 35 ans, rédacteur en chef, ancien rédacteur en chef de L'Equipe-Magazine.

3Enfin, parce que la création d'un journal, a fortiori d'un quotidien, reste une grande aventure de notre temps. Une aventure qu'une poignée d'investisseurs, réunis autour de René Tézé1 et de Xavier Couture2, et de journalistes, réunis autour de Patrick Blain3, ont décidé de vivre pleinement.

4Cela dit, la question essentielle que pose la naissance du Sport n'est pas tant : "Pourquoi un nouveau quotidien ?" que : "Pourquoi un nouveau quotidien maintenant ?". La réponse a été apportée par les promoteurs du projet. Un ensemble d’éléments favorables les a convaincus que le moment est venu de lancer un autre quotidien sportif en France.

5Au cours de la dernière décennie, le développement de la pratique sportive en général et de la "médiatisation" du sport en particulier a été spectaculaire dans l'ensemble des pays développés. C'est une des conséquences de l'accroissement du niveau de vie moyen de leurs habitants. Dans ce contexte très porteur, on ne peut être que frappé par la stagnation des tirages et des ventes du seul quotidien spécialisé français, et cela malgré l'accroissement considérable du nombre de pratiquants, de spectateurs et de téléspectateurs sportifs.

6Quelques chiffres en témoignent. Le nombre total des licenciés en France-tous sports confondus-a quasiment doublé en 10 ans, passant de 6 millions en 1976 à près de 12 millions en 1986. Le nombre de spectateurs d'événements sportifs a augmenté dans une proportion égale : 6 millions au bord des routes du Tour de France cycliste en juillet 1986 ; 4 millions dans les stades de football pour les championnats de France de première division au cours de la saison 1985-86 ; 300 000 au stade Roland-Garros pour les Internationaux de France de tennis. Du coup, dans cette période, la part du sport dans le budget des familles consacré au spectacle est passé de 10 % à 20 %.

7L'intérêt pour le sport est indissociable de sa médiatisation. Depuis 10 ans, dans le monde entier, l'accroissement de la place consacrée au sport par les différents médias est constant. La presse spécialisée a développé sa diffusion et multiplié ses rapports. On estime que le nombre des magazines de sport a été multiplié par 5 et leur diffusion totale par 3 en quinze ans. La télévision est bien sûr le moteur essentiel de cette médiatisation. En France, la multiplication des chaînes et leur concurrence ont récemment amplifié le phénomène. Entre 1976 et 1986, le nombre d'heures d'antenne consacrées au sport, toutes chaines confondues, est passé de moins de 600 à plus de 2.000.

8Dans ce contexte, la stagnation de L'Equipe provient essentiellement de sa situation de monopole. Ce quotidien n'a jugé ni utile, ni nécessaire d'adapter son mode de traitement de l'information sportive à l'évolution de son marché. S'il dispose de forces incontestables (son expérience, son image de marque, ses ressources humaines, ses moyens financiers...), il n'est pas exempt de certaines faiblesses et de certaines carences :

  • une démarche informative au service du sport plus qu'au service du lecteur, provoquée par sa situation de "journal officiel", qui lui confère un comportement rigide, monolithique, moralisateur ;
  • un traitement de l'actualité routinier, banalisé, institutionnel, qui laisse peu de place à l'imagination ;
  • une structure rédactionnelle lourde, qui paralyse ou décourage les initiatives.

9Tout un lectorat de presse quotidienne sportive est donc à conquérir : les lecteurs insatisfaits de L'Equipe bien sûr, mais aussi et surtout les autres lecteurs potentiels. Combien sont-ils ? Pas facile de répondre à une telle question. L’hypothèse de travail des fondateurs du Sport repose sur la comparaison entre les quotidiens sportifs italiens et français. En Italie, qui comporte une population à peu près équivalente à la France (55 millions d'habitants), il y a trois quotidiens spécialisés, dont les ventes cumulées dépassent en moyenne 1 million d'exemplaires par jour (deux fois plus qu'il y a dix ans) : La Gazzeta dello Sport (600 000 exemplaires à elle toute seule), Tuttosport et Il Corriere dello Sport. En France, L'Equipe vend en moyenne 250 003 exemplaires chaque jour.

10Ces chiffres sont édifiants. Il y a aujourd'hui quatre fois moins de lecteurs de quotidiens de sport en France qu'en Italie. Il est vrai qu'un certain nombre de facteurs expliquent cette situation paradoxale : la bonne santé de la presse quotidienne italienne, la passion des supporters italiens (ils sont deux fois plus nombreux que leurs homologues français à suivre les matchs de championnat de première division de football)... Il n'en reste pas moins vrai que tout cela n'explique pas le fossé de... 750 000 lecteurs entre les deux pays.

11En tenant compte de toutes les données possibles, il n'est pas ridicule de situer le marché français potentiel de quotidiens sportifs à –au moins– 500 000 exemplaires par jour, exploité seulement à 50 % par L'Equipe. Comme par ailleurs, en règle générale, le premier concurrent d'un journal en situation de monopole réalise systématiquement 50 % environ de ses ventes, il n'est pas fou d’espérer que le Sport atteigne une diffusion minimum de 110 000 exemplaires par jour en moyenne. C'est à dire à peine 45 % des ventes de L'Equipe et 20 % du marché potentiel total. Tel est notre premier objectif.

12Une telle ambition suppose bien sûr la création d'un produit entièrement nouveau. Le nôtre se propose d'apporter non seulement ce qui est l’essence même du sport (tous les résultats, les statistiques, les compte-rendus), mais aussi ce qui fait l’existence des hommes et des femmes qui vivent le sport. Et cela dans toutes ses dimensions-y compris politiques, économiques, sociales et culturelles. En quelques mots, un magazine au quotidien à deux vitesses de lecture : l'une, rapide qui permet de tout savoir d'essentiel sur l'actualité des dernières 24 heures ; l’autre approfondie, qui permet de tout découvrir et tout comprendre de la vie du sport et des sportifs.

13Il m'est impossible-vous le comprendrez aisément-de vous dévoiler aujourd'hui le visage du Sport, tel qu'il apparaîtra dans les kiosques le 12 septembre prochain. Ce serait prématuré... et imprudent ! Mais je ne trahirai aucun secret en vous précisant que ce sera un quotidien format tabloïd de 24 à 48 pages, dont le contenu privilégiera l'information-toute l'information, rien que l'information-au détriment du commentaire, dont le style sera incisif et rigoureux, dont la mise en page fera la part belle à l'illustration. Bref, en toute modestie, un journal complet, agréable à regarder et passionnant à lire,... qui fera rapidement référence !

14Un tel projet exige bien sûr des moyens et des hommes. Sans entrer dans les détails, voici quelques chiffres et quelques données :

  • Moyens financiers : Le Sport disposera au départ d'un capital de 50 millions de francs environ. Les principaux investisseurs sont, dans l'ordre, TCL (René Tézé et Xavier Couture, les promoteurs) avec 33,75 % des parts, Daniel Druon, l'éditeur du Particulier (17,37 %), le Groupe CIBLE (Usines Center) (8,42 %) et Paribas Technologies (8,42 %). Parmi les autres actionnaires, Maisons Bouygues, Chanel, Serge Dassault, La Hutte, Patrick Proisy...
  • Moyens techniques : Le "Sport" utilisera les moyens les plus modernes de rédaction, de transmission et de fabrication. Les journalistes travailleront directement sur des micro-ordinateurs (c'est la mort de la machine à écrire), au siège du journal comme en reportage. Ce sera la première rédaction totalement informatisée de la presse quotidienne parisienne.
  • Moyens "humains" : le Sport misera sur les compétences professionnelles de 110 personnes environ, dont 80 journalistes, venus de tous les horizons de la presse quotidienne et périodique (L'Equipe, Le Matin, l'AFP, l'ACP.) et jeunes pour la plupart (28 ans de moyenne d'âge).

15Voilà les grandes lignes du projet qui donnera naissance au Sport le 12 septembre prochain.

Notes

1 René Tézé, 46 ans, directeur de la publication, ancien patron d'un groupe de presse professionnelle (Points de vente, Gap).

2 Xavier Couture, 36 ans, éditeur, ancien patron d'un groupe de titres sportifs spécialisés.

3 Patrick Blain, 35 ans, rédacteur en chef, ancien rédacteur en chef de L'Equipe-Magazine.

Auteur

Chef d'édition du "Sport"

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search