Version classiqueVersion mobile

Pour en finir avec la fabrique des garçons. Volume 2

 | 
Sylvie Ayral
, 
Yves Raibaud

Chapitre 1. Le sport, temple du masculin ?

Fabriquer du masculin dans les formations en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) ?

Betty Mercier-Lefèvre

Texte intégral

1Depuis Simone de Beauvoir (1951 [1949], p. 13), et les recherches sur le genre, on sait qu’« on ne naît pas femme », ni homme, mais qu’« on le devient », cette construction des identités de sexe étant mise en œuvre par des processus de socialisations complexes au sein de la famille, du groupe de pairs et du système éducatif entre autres. Les pratiques sociales et culturelles (dont les activités sportives), par les usages qu’on en fait, participent également de ce devenir l’un ou l’autre.

2Le sport, comme le service militaire il y a quelques années, sont traditionnellement pensés comme des institutions de production des hommes et cette fabrication s’organise autour de la manipulation et de la soumission des corps. Il s’agit, pour le dire avec Michel Foucault (1975, p. 140), de discipliner les corps pour en faire des forces utiles. « La discipline majore les forces du corps (en termes économiques d’utilité) et diminue ces mêmes forces (en termes politiques d’obéissance). » Le muscle, comme signe d’engagement dans les épreuves sportives, soutient l’assignation aux normes de la masculinité. Le titre de mémoire de master d’un de mes étudiants, « Se sculpter pour en imposer », illustre le fondement idéologique de la construction d’un homme « authentique », où la force musculaire édifie un certain idéal de virilité. De plus le sport, lieu de convocation d’une masculinité standard ou « hégémonique » (Connell, 1995, p. 76) se fondant sur l’âgon (Caillois, 1967, p. 159), va mettre en scène affirmation genrée et rapports de force à partir desquels se perpétuent inégalités et stéréotypes de sexe.

3Je souhaite questionner les formations d’enseignements et de recherche que sont les Facultés des Sciences du Sport comme espaces de fabrication des garçons (« des vrais » ?) en cela que le sport reste au centre à la fois des filières proposées, des laboratoires de recherches associés et d’un imaginaire dominant sur la valeur différentielle des sexes.

4Cette intervention n’a pas la prétention de poser une réflexion pédagogique sur la formation des garçons mais plutôt de témoigner et de croiser des expériences, celle d’une enseignante chercheure dans une composante STAPS, anthropologue et spécialiste des pratiques corporelles artistiques et les expériences d’étudiants sportifs dans les différentes mises en jeu du corps qui leur sont proposées.

5Pour tenter d’apporter quelques éléments de réflexion sur cette fabrique des garçons, je m’attacherai à trois axes : tout d’abord revenir sur les mots comme pouvoir (Butler, 2004) et en particulier sur l’usage du terme « fabrique » choisi par les organisateurs de ce colloque, puis réfléchir à la manière de Colette Guillaumin (1992) sur la construction des corps par le sport, et enfin questionner la spécificité des masculinités fabriquées dans cet espace particulier que sont les Facultés des Sciences du Sport (STAPS).

6Mon propos se centrera sur l’articulation entre pratiques sportives et ce qu’elles font, ce qu’elles font faire, ce qu’elles font dire. Cette socio-anthropologie pragmatique des pratiques corporelles « n’a pour but ni d’expliquer, ni de juger, mais seulement de décrire, à partir des effets produits » (Heinich, 1998, p. 72) ce que ces activités fabriquent en termes de genre, et par effet récursif comment elles agissent sur ceux qui les mettent en œuvre, comment elles se déclinent et transforment les acteurs eux-mêmes. En proposant avec Judith Butler (2005, p. 43) la nécessité d’une conception « dénaturalisante » du genre, les corporéités sportives et leurs dimensions sexuées seront pensées comme un processus de construction sociale basé sur l’expérience des acteurs, leurs pratiques et le récit qu’ils en font.

7En général, chez les sportifs, faire c’est fabriquer du mouvement ou encore pratiquer une activité, ce qui implique à la fois de s’engager physiquement et de s’investir dans des modèles de virilité idéalisée. Pour rendre compte de cet agir, priorité sera donnée aux discours des acteurs et en particulier les récits de trois étudiants en STAPS respectivement spécialistes de judo, handball et athlétisme ainsi que les propos (recueillis de manière plus informelle) avec des enseignants et des doctorants dont j’ai encadré les travaux de thèse portant sur le rugby et le judo. En partant de cas singuliers, il s’agit « d’élaborer des histoires typiques, des histoires qui fonctionnent à peu près de la même manière à chaque fois qu’elles se produisent » (Becker, 2002, p. 109) et de s’intéresser « au processus » d’apparition des évènements, ici les effets de la filière Sciences du sport sur la fabrique du masculin, plus qu’à l’établissement d’une causalité.

8Cette posture invite à la nécessité d’accorder temps et crédits aux acteurs du champ sportif et à une réflexion épistémologique sur ce qui se noue entre un objet scientifiquement construit et le sujet percevant lorsqu’on est impliqué et en interaction avec le groupe social observé. Comment trouver « la bonne distance », quelle accommodation axiologique mettre en œuvre ? Comment accéder à la construction du masculin sans l’inventer ?

Le mot « fabrique » en question

9Fabriquer, en première instance c’est d’abord la référence aux besoins de l’être humain d’agir sur le monde : cet homo faber qui fait, qui crée des outils, est souvent opposé à l’homme comme logos, qui parle, pense, l’homo sapiens. À ce sujet, le psychanalyste Daniel Sibony (1989, p. 9) propose de dépasser cette dialectique « entre dire et faire » en s’attachant à ce qui relie les termes, repérant par exemple le dire des corps et le faire des mots. En cela, les espaces de formations scolaires et universitaires sont des observatoires privilégiés de l’engagement asymétrique des corporéités garçons/filles, des manières différentes de les regarder, des paroles échangées sur le corps de l’Autre (ce corps « charnier de signes » écrira Jean Baudrillard (1972)) et les façons de le désigner (la violence verbale étant souvent une arme symbolique de déstabilisation/déconstruction plus redoutable que la violence physique).

  • 1 Par exemple, à la Fédération nationale des arts de la rue, il existe un groupe de travail appelé « (...)

10Si fabriquer est un verbe proche du terme produire, dont le spectre sémantique est plus large et renvoie à un imaginaire industriel de façonnage à l’identique, il peut aussi être associé au mode d’action de l’artisan voire de l’artiste1 : dans ce cas, fabriquer c’est inventer des objets, des formes originales, des manières de faire uniques : la fabrication est alors synonyme de poïétique, source de création. On peut donc avancer que l’utilisation du verbe fabriquer suggère des actions paradoxales entre former à l’identique ou produire du spécifique et que dans cet espace entre du même et du différent, toutes les déclinaisons sont possibles. En d’autres termes, les formations STAPS fabriquent-elles de l’adéquation aux normes de genre ou bien de la distanciation, de la transgression, de nouveaux modèles d’invention de soi ? D’autre part, fabriquer c’est aussi bricoler comme le note Michel de Certeau (1980, p. 45) c’est-à-dire performer des « manières de faire » et s’autoriser des formes de liberté dans un espace contraint et de rapports de force. En posant le postulat d’un écart entre offre socioculturelle et pratiques de consommation/réception, il identifie ce qu’il appelle des « arts de faire » au quotidien c’est-à-dire

dans l’espace technocratiquement bâti, écrit et fonctionnalisé où ils circulent, [les] trajectoires [des consommateurs] forment des phrases imprévisibles, des « traverses » en partie illisibles. […] elles tracent les ruses d’intérêts autres et de désirs qui ne sont ni déterminés ni captés par les systèmes où elles se développent.

11À noter que les termes sont souvent soumis au contexte « épistémique d’une époque » (Foucault, 1966, p. 13). La fabrique en tant qu’usine, se fait plus discrète dans nos paysages et se décline aujourd’hui dans les mondes de l’art ou de la recherche universitaire. Dans le titre de ce colloque, la forme nominale employée, « la fabrique des garçons » semble à priori induire une forme passive (être fabriquée comme) et exclure une posture plus active ou réflexive (se fabriquer comme) mais surtout elle suggère un lieu. Existe-t-il des lieux spécifiques de fabrication des garçons ? Dans les choux, me répondait-on autrefois, mais plus sérieusement, la dynamique historique entre « les hommes et leurs institutions » rappelle que l’armée comme le sport vont être des lieux d’affirmation de la virilité, des grands moments de rassemblements entre hommes où se fabriquent non seulement du masculin mais de l’identique et des stéréotypes tenaces quant à la valeur différentielle des sexes.

12En quoi le sport et la filière de formation qui y est associée représentent-ils aujourd’hui encore une fabrique des garçons ?

Fabriquer par corps ?

13Comme le rappelle Colette Guillaumin (1992, p. 52), « le corps est construit (et non pas donné) corps sexué ». Présente dans toutes les sociétés, cette construction matérielle et symbolique du corps par les institutions sociales vise à séparer les sexes tout au long de la vie des individus et à formater les consciences en termes d’appartenance, de normalité, de rapport de pouvoir. Cette différentiation requise entre hommes et femmes est souvent rendu visible dans différentes mises en scène et pratiques corporelles. En termes de motricité par exemple, on peut repérer des usages spécifiques des corps dans l’espace, un rapport au temps libre (de loisirs) plus important pour les garçons que pour les filles (Ayral et Raibaud, 2009, p. 43-58). On évoque également des compétences différentes, en particulier dans les jeux avec ballon (une plus grande habileté des mains et des pieds pour les garçons, uniquement les mains pour les filles).

14Curieusement, dans les formations en Sciences du sport, parler et/ou penser le corps est considéré avec soupçon, du fait de ses ambivalences, de sa multiplicité, de ses expériences singulières. Plus qu’une simple anecdote, la disparition d’un de mes enseignements témoigne de ces résistances épistémologiques : j’avais mis en place un cours, organisé sous forme de travaux dirigés, initialement intitulé « Anthropologie du corps à l’école » et présenté dans le guide de l’étudiant sous le titre « Corps à l’école ». La suppression du mot anthropologie a été justifiée par le fait qu’il « effrayait » les étudiants lors du choix de leurs enseignements, nous a-t-on affirmé, et certains collègues également, peut-être. Puis ce cours, destiné aux licences Éducation et Motricité et malgré sa réussite (en termes d’implication manifeste des étudiants) lors d’un remaniement des maquettes, a disparu. Actuellement si le mot sport est omniprésent dans nos cursus et se décline dans le cadre de nos masters en Évaluation et optimisation de la performance ou Management du sport professionnel, le terme corps est presque absent dans le programme d’études. Cette disparition montre en creux combien dire et penser le corps, ce n’est pas seulement le poser dans sa matérialité mais s’attacher au « corps-sujet » (Laplantine, 2005, p. 41) et à l’éprouvé c’est-à-dire tout ce qui déborde sa réalité matérielle et technique et qu’on pourrait qualifier de sensible. L’idée que le corps, dans ses déclinaisons sensibles et/ou praxiques, puisse constituer un « vrai » savoir est difficilement acceptée au nom de la « vraie » science (expérimentale et objective). De plus le sensible est souvent associé au féminin, ce qui le place dans un exotisme radical auprès des étudiants et des enseignants STAPS. Comme l’a montré également Marcel Mauss (1983 [1950], p. 365) dans son article célèbre sur les techniques du corps, toute culture imprègne nos gestes et nos pratiques et en cela le corps engage des imaginaires collectifs et/ou des rêves plus intimes. Or la culture sportive diffusée par la faculté des sciences du sport de Rouen ne valorise pas le sport comme façon d’éprouver par corps son existence mais est dominée par les techniques : analyses technico-tactiques, recherche du geste performant, utilisation d’appareils sophistiqués pour « capturer », mesurer et modéliser le mouvement. On peut avancer que le contenu de ces formations, en privilégiant les pratiques sportives de compétitions, une culture technique et les sciences expérimentales qui y sont liées, perpétue un imaginaire de « grand partage » entre le fort et le fragile, l’utile et l’inutile, l’objectivité et la subjectivité, modélisation binaire qui se prolonge dans le maintien de l’écart entre les sexes et la reproduction des inégalités.

15Dès lors en quoi les STAPS transmettent une culture plutôt virile (pour les sportifs comme pour les sportives présents dans ces espaces de formations) ?

Les STAPS, une « Maison des Hommes » ?

16À la faculté des Sciences du sport de Rouen, les effectifs témoignent de la présence largement majoritaire des garçons dans ce type de cursus en particulier pendant les années de licence (70 % des étudiants STAPS à Rouen sont des hommes et 80 % de l’équipe enseignante l’est également). Cette domination numérique s’attenue en master (et particulièrement dans les masters d’enseignement où le nombre de filles augmente très sensiblement). Affirmer que la faculté des Sciences du sport est une des versions contemporaines de la « Maison des Hommes » (espace physique visible décrit par l’anthropologue Maurice Godelier (2007, p. 151) pour fabriquer de la domination masculine chez les Baruya) n’est pas simple effet de style et cette supériorité du masculin n’est pas seulement statistique. Elle s’incarne dans les pratiques sportives mais aussi dans les routines du quotidien, les spécificités discursives, les évaluations, les imaginaires partagés etc. Les sportifs interrogés se posent en s’opposant, par modélisation binaire du monde : hommes et femmes occupent des positions contraires, socialement, culturellement, symboliquement. Le système de normes intériorisées tant pour les filles que pour les garçons est celui de la coïncidence sexe/genre, en d’autres termes la féminité et la virilité sont constamment pensées et agies comme opposées.

17À Rouen, les étudiants sont pour la plupart des sportifs spécialisés dans une pratique (ce qu’on appelle leur option) autour de laquelle s’organise leur cursus de formation. Cette spécialisation se construit par la fréquentation journalière d’un terrain sportif (stade, gymnase, dojo, bassin de natation, etc.) et participe de transformations corporelles et d’acquisition de compétences en vue de réaliser des performances (souvent nécessaires à l’obtention du diplôme). On peut apparenter cette pratique d’option à un processus d’initiation visant, à partir d’actions rituelles, à intégrer non seulement un groupe de pairs, mais à se construire une identité par « corps ». Il s’agit d’« en être » et de perpétuer (consciemment ou non) l’existence d’un corpus mythique sur les différentes cultures corporelles (le rude du rugbyman, l’ascétisme du coureur de fond, la force du judoka etc.). Dès lors l’exposition à la douleur, à la blessure est « banalisée », apportant la preuve par corps qu’on a tout mis en œuvre pour se dépasser et confirmer ainsi son appartenance à la « bonne » catégorie de sexe. En quelque sorte l’assignation aux normes de genre est actualisée dans l’homme de terrain, qui incarne la figure d’une certaine « authenticité » sportive. Cette véracité est valorisée et portée en écho par une large majorité de l’équipe pédagogique, composée pour la plupart à Rouen, par des enseignants certifiés, agrégés d’EPS et enseignants chercheurs fortement engagés et issus des milieux sportifs. Pour réussir dans l’espace sportif, il y a obligation de se montrer fort, viril (vir, le mâle), agressif : l’entraînement est le lieu où sont posées les limites symboliques de son appartenance au clan des hommes. Lors des délibérations de jury, les collègues évoquent souvent la « pression » nécessaire à exercer pour améliorer les performances de certains étudiants, pas assez agressifs, pas assez combatifs à leurs yeux. Lors des évaluations, certains d’entre eux qualifient de « biquette » celui dont les performances physiques sont particulièrement affligeantes, ce qui témoigne comme l’écrit Marina Yaguello (1978) du « pouvoir de la langue » par la mise en œuvre de ce vocabulaire banalisé du mépris (propos ludique disent-ils), mais doublement disqualifiant lorsqu’il s’adresse à un étudiant, puisqu’il renvoie d’une part à un sexisme du langage dominant (le suffixe « ette » étant associé à la petitesse et au féminin) et d’autre part à une mise en doute de la sexualité et d’une adéquation aux normes hétérosexuelles.

La construction des virilités sportives

18Comme les pratiques artistiques décrites par Howard Becker (1988 [1982], p. 64), le sport s’actualise comme activité sociale stipulant la nécessité de formes conventionnelles partagées par un grand nombre d’acteurs. Ce postulat est à l’origine du concept beckérien des « mondes de l’art » que nous nous risquons à appliquer au domaine sportif bien qu’il ne le recouvre pas totalement. Pour autant, on pourrait tenter de déconstruire le mythe du champion et de sa performance comme Becker écarte l’image de l’artiste solitaire, en affirmant ces professionnels comme les produits d’une activité collective génératrice de références partagées (conventions pour les artistes, règles et normes pour les sportifs). Si on propose un « tableau pensé » (Weber, 1965, p. 179) du sport, les sociologues le caractérisent principalement comme une activité d’engagement physique, réglée, institutionnalisée, compétitive (Parlebas, 1992) fondée sur l’égalité des chances et l’euphémisation de la violence (Elias et Dunning, 1994 [1986], p. 53) dont la forme est principalement le duel et dont l’objectif implicite est la mise à mort symbolique de l’autre. La logique sportive et en particulier celle du sport de compétition implique une réification du corps autour de l’optimisation de la performance et du rendement (Bernard, 1995, p. 12). De plus, les mondes du sport imposent non seulement une bi-catégorisation de sexe mais potentialisent les différences en affectant un genre aux pratiques : le football comme le rugby sont pensés au masculin et sur le plan grammatical et sur le plan des représentations symboliques collectives (ce qui n’est pas toujours le cas dans d’autres pays comme le Canada par exemple où le foot (soccer) est pensé pratique féminine, le hockey étant le sport des hommes par excellence).

19Ce qui se partage dans le monde du sport, c’est un entre-soi où la réalité est catégorisée de manière à renforcer la construction d’une « mâlitude » par stigmatisation de l’autre, c’est-à-dire en fondant une cohésion identitaire sur « le pouvoir d’exclusion » (Hoggart, 1998 [1957], p. 346). Tout ce qui n’est pas comme « nous », c’est « eux » (on pourrait écrire c’est elles ou sa représentation), c’est celui qui n’est pas dans la lutte pour être le plus fort, celui qui évite le combat (« la poule mouillée »), celui dont l’apparence ne renvoie pas les signes affirmés du sexe dominant et qui ressemble à une fille. Tout est mis en œuvre pour construire de la discrimination envers ceux qui ne respectent pas les règles sociales, la « normalité » des comportements liés aux images stéréotypées de genre.

20Voici quelques extraits du récit de vie de Gilles illustratif de cette construction de la virilité par le sport. C’est un étudiant de licence 2e année, judoka de haut niveau. Il évoque sa formation dans une section sport études alors qu’il a 14 ans : « Je me suis beaucoup investi physiquement, sportivement… tu choppes de la bite comme ils disent, et tu deviens quelqu’un à travers une reconnaissance de tatami […]. » Ce discours témoigne de la manière dont la sexuation se construit par l’action, rejoignant les propos de Judith Butler (2005, p. 54) pour qui le dire et le faire produisent « un contrôle des normes sexuelles qui fonctionnent sur le mode performatif pour façonner les corps et pour rendre concrète la sexuation des corps ».

Plus t’es un barbare, plus t’es respecté sur le tapis […] Quand tu rentres sur le tatami, tu penses à éventrer le mec… enfin, c’est pas mal imagé le vocabulaire utilisé pour motiver les compétiteurs avant le combat… C’est un langage plutôt violent qui n’a rien à voir, disons avec l’esprit sportif, tu es vraiment dans le violent.

21Présente dans tous les entretiens, cette violence endémique est posée par Daniel Welzer-Lang (2004, p. 346) comme un indicateur déterminant des modes de socialisation masculine. Il écrit :

Le garçon qui veut devenir un (vrai) homme, apprend très vite qu’entre hommes, la neutralité n’existe pas. Dans la lutte pour ne pas être maltraité, violenté, il faut se battre en permanence, afficher de manière redondante des signes de virilité, apprendre par mimétisme les manières de faire des « grands ».

22D’autre part, l’impensé du corps sexué (en particulier dans les études STAPS) montre combien la frontière entre privé et social est poreuse et combien l’ordre sportif, à travers la parole de l’entraîneur et des autres, contrôle aussi l’intime : en insinuant l’exigence de la performance dans tous les domaines (assurer partout et sur tout), le discours sportif instaure une socialisation de la différence radicale entre les hommes et les femmes. De manière implicite, la sexualité est posée comme une construction collective, politique plus que privée, puisqu’il s’agit de normaliser les comportements sexuels : chaque sexe doit adopter un rôle et une posture en conformité avec les attendus sociaux, avec l’ethos de genre.

23Dans la totalité des discours se met en scène la construction d’une hyper-ritualisation de la virilité dont la pratique sportive exacerbe les représentations. L’institution s’approprie le corps des sportifs par la discipline, par la rationalisation des pratiques, mais petit à petit, elle les prive du plaisir de faire. David, athlète en master 1re année : « Tu vas à l’entraînement à reculons, parce que les cours, ce n’est pas des cours… c’est de l’endurcissement. » Ce vécu sportif dit aussi combien cette éducation des hommes se fait dans la douleur, la contrainte voire l’humiliation, pour se conformer aux attendus du groupe de pairs et perpétuer l’image virile. Gilles :

Donc j’ai vécu en internat avec 40 judokas en seconde, première, terminale, avec tout ce que ça comportait de bizutage, de pratiques interdites et illégales… Il y avait les anciens, qui faisaient régner un peu la terreur… tu as deux gros barbouzes, où qu’ils passent, tu dois baisser la tête et jouer les petits bras… Par exemple, la première année, tu as la séance d’étranglement. On te pose au sol, tu es avec tes petits copains de première année, on est une dizaine ou une quinzaine et le reste de la troupe qui s’aligne donc à 4 ou 5 sur toi ; pas en même temps, mais ils tournent, c’est-à-dire qu’ils restent 2 à 3 minutes chacun leur tour. Toi, au bout d’une heure tu es laminé, laminé physiquement, tu ne peux plus lutter. Le mec, il te fait un renversement tout bête, ça bascule. Il te prend en étranglement, tu ne peux plus lutter, tu es étranglé, tu as beau taper… le but du jeu pour eux c’est de te faire résister le plus longtemps possible jusqu’à ce que tu tombes dans les pommes quoi.

24Comme la femme dans nos cultures chrétiennes se devait d’accoucher dans la douleur, devenir un homme véritable se construit autour d’une mise en scène de l’acceptation de la souffrance, c’est « être une bête », se montrer vaillant et courageux, faire ses preuves. Cette quête illusoire de la détermination d’une identité sexuée claire et sans équivoque (être un homme, « un vrai » et une femme, « une vraie ») est récurrente dans les discours sportifs (et médico-sportifs) et s’inscrit dans une conception naturalisante de la différence des sexes. Or, comme le précisent les travaux de Nathalie Heinich (2009, p. 5-16), la notion d’authenticité « […] n’est pas une qualité substantielle appartenant à l’objet mais un effet de regard porté sur l’objet ». Il s’agit alors de rendre compte des manières d’étiqueter l’autre comme authentique, de comprendre également comment en reconnaissant l’authenticité, on la produit, et de repérer, en fonction des regards de l’autre, l’invention d’authenticités successives. C’est ainsi que les mises à l’épreuve sont souvent convoquées pour légitimer son appartenance à une catégorie de sexe. Guillaume précise : « Même super-entraîné, ça souffre… je l’ai vu… avec les jambes qui tremblent, des traits tirés, le visage blanc, de la bave sur le menton, sur les joues… et à l’arrivée, quand il arrête tout, ça s’écroule. » Mi-homme, mi-animal, ce centaure sportif va au-delà des limites de la fatigue, accepte des doses d’efforts difficilement imaginables par l’homme ordinaire. Paradoxe du sportif qui fait, nous dit Jacques Birouste (1991, p. 179-185), « l’expérience du fond et de sentir en soi la vie animale, brutalement animale » et il ajoute : « Voici donc que son corps peut être endolori de façon extrême, à la limite des seuils de la tolérance, cependant qu’il retire de la fréquentation psychique de cette limite une large frange de plaisir. » La valeur de la virilité se mesure aussi, pour les skateurs par exemple, dans leur capacité à encaisser des traumatismes. Les chutes à répétition (qualifiées de « vautres » par les spécialistes) empêchent les blessures de cicatriser et ces stigmates sanglants sont les signes et de l’expertise et de la grandeur d’un champion qui se construit dans le récit qu’on fait de ses performances.

25Si le monde sportif est celui du travail et de la douleur, il est aussi espace de jeu, activité dominée par l’âgon et l’aléa (Caillois, 1967, p. 174), où se développent des conduites affectives particulières, des plaisirs et des imaginaires partagés, entre pairs, dans les vestiaires comme sur le stade. Mais cette expérience mono-sexuée se construit sur la mise à distance des conduites ambiguës et la surveillance stricte des gestes autorisés, afin d’éradiquer tout soupçon d’homosexualité. Dès lors, si les corps s’exposent parfois dénudés sous la douche, se touchent dans des formes rituelles de construction de l’équipe avant le match, les contacts tolérés seront des bourrades torses à torses, des claques, des coups, etc. Le toucher et ses déclinaisons sensibles sont réduits à ses formes les plus brutales. Le récit du massage avant match entre joueurs de rugby est exemplaire à plus d’un titre : se masser renvoie à l’expérience vécue par beaucoup chez un kinésithérapeute. On imagine alors un joueur allongé à plat ventre, tandis que l’autre frictionne le dos et les jambes de son partenaire. Mais cette posture est contestée car impliquant le risque d’être caressé « comme une femme ». Le massage des rugbymen se fait donc debout, appuyé contre un mur, bras et jambes écartés, comme pour une fouille au corps dans des locaux de police. Plus d’inquiétudes sur la virilité de la pratique, le contact est violent, comme la situation à laquelle il se réfère. Si le sport est pratique initiatique à la virilité, c’est qu’il est traversé par l’imaginaire de l’épreuve, comme confrontation à un destin, à une mort symbolique et dont on revient transformé (Jeu, 1987, p. 27). En résumé, le sport structure et hiérarchise les rapports entre les hommes et les femmes en posant comme indispensable pour devenir homme d’être « plus fort que… meilleur que… » et surtout d’exposer une identité univoque donnant à voir une sur-différenciation homme/femme.

26Dans ces espaces sportifs de façonnage homosocial, on comprend, même si les expériences d’adéquation entre sexe et genre ne sont pas identiques en fonction des pratiques et des acteurs, comment se pérennise une intégration durable de la hiérarchie de la différence. Dès lors les sportifs, du fait de leur asservissement à l’exigence de la compétition, des contraintes politiques intériorisées qui s’exercent sur les corps, réinscrivent les rapports de sexes dans « la nature des choses » : c’est en cela qu’on peut présenter les STAPS comme un conservatoire des identités et normes sexuelles.

Se « performer » au masculin

27Pour Jean-Jacques Courtine (2011, p. 8) le masculin est « un socle anthropologique de représentations extrêmement anciennes mais toujours présentes, assignant une “valence différentielle” aux sexes et assurant une hégémonie du pouvoir viril fondée sur un idéal de force physique, de fermeté morale et de puissance sexuelle ». C’est effectivement ces mises en scène de la virilité que les filières en sciences du sport donnent à voir et à vivre.

28Cependant, l’exacerbation par la pratique sportive de compétition des signes de la masculinité va être progressivement mise à distance par certains d’entre eux qui revendiquent une autre « performativité » virile pour le dire avec Judith Butler (1993, p. 36) et mettent à jour des processus de « trouble dans le genre ». Quelques témoignages de cette mise à distance réflexive qui va de la rupture, en passant par le dégoût ou le simple détachement, décrivent le désir « d’échapper » aux modèles imposés : Maxim, option handball, étudiant en Master 1re année :

[…] mais les moyens qu’on utilise pour être le plus fort, être le meilleur, il y a des moments, ça m’écœure moi-même… Je me suis rendu compte que pour moi, il y avait une perte de sens énorme, donc je veux dire, à quoi ça sert d’aller jouer sur un terrain de handball, d’aller se mettre des coups dans la gueule pour gagner ?… Le seul objectif, c’est de se dire, Maxim, il faut que tu sois le premier, et je me suis retrouvé systématiquement deuxième ou troisième, c’est des moments où tu te retrouves que malheureux… Je me suis demandé, est-ce que ça vaut le coup de se mettre dans des états nerveux, des anxiétés telles pour obtenir… quoi […] Je suis meilleur que A à un moment donné T ?

29Si ces propos sur « la fatigue d’être sportif » ne sont pas généralisables, il n’en demeure pas moins que les acteurs rencontrés témoignent d’une lassitude à participer aux rites et aux mythes du sport et de la difficulté à s’épanouir toujours, de l’adolescence à l’âge adulte, dans cet espace d’affrontement. Ces discours sont d’ailleurs caractéristiques de trajectoires de sportifs ayant des carrières longues (environ 10 ans) dans le domaine de la compétition, ce qui leur permet d’adopter une posture réflexive, voire critique sur leurs pratiques. Ces témoignages font état d’un certain « relativisme identitaire », d’une difficulté à s’inscrire strictement dans l’ordre des choses et amène à questionner avec Judith Butler (1993, p. 17) la formule de Simone de Beauvoir pour proposer l’idée qu’« on ne devient jamais tout à fait un homme ou une femme ».

30Gilles, judoka :

Pour en revenir sur la plan sportif, c’est un dégoût de la pratique telle que je la vivais qui est née. Par exemple, un truc qui commençait vraiment à devenir insupportable, c’était les régimes et les yoyos que je me faisais faire pour rester dans ma catégorie… Je n’avais plus envie de monter sur le tatami pour en découdre. J’étais devenu hypersensible. Tout me faisait réagir. Donc, je n’allais plus aux entraînements. J’avais rompu avec l’esprit de groupe, l’esprit de guerrier, de compétition. Je voulais sortir de cette émulation qui a fini par me dégoûter. Oui, une émulation avec plein de petites violences.

31Ces paroles témoignent de l’inanité et de la perte des repères antérieurs. Ce qui génère deux constats : l’obligation pour ces hommes d’une reconstruction identitaire dans d’autres espaces et d’autres pratiques et l’obligation pour le chercheur de penser les différentes figures de la masculinité/féminité et ses transformations. Ces expériences singulières rappellent comment le sport, comme toute activité sociale, pensé comme autorité publique, propose une incorporation durable des règles, des valeurs partagées et comment la res-publica contraint la res-corporea. Dès lors, le piège de la virilité (comme de la féminité) est d’adhérer à des modèles de référentiation sexués où « à la mâlité correspond (doit correspondre) le masculin et à la femellité, le féminin » (Mathieu, 1991, p. 232). L’androcentrisme des STAPS contraint à l’adoption de logiques souvent contradictoires (Lefevre, 1996, p. 247-255), et pour les garçons, se double d’un dispositif symbolique visant à éradiquer la menace de la non-virilité (le risque de l’efféminé, l’homophobie affichée et/ou silencieuse). Cependant, avec le temps, la fréquentation d’autres espaces de pratiques, les exigences d’une formation universitaire pluridisciplinaire, certains étudiants sont amenés à se construire dans le rejet de l’image qu’on propose d’eux-mêmes et à une mise en abîme de la norme masculine. Comme le remarque François Dubet (1994, p. 103), en posant les principes d’une sociologie de l’expérience, les acteurs se fabriquent aussi dans le rejet, voire dans l’excès de l’image qui leur sont proposés d’eux-mêmes, ils « ne vivent pas dans l’immédiate adhésion et le pur témoignage, car ils reconstruisent toujours une distance à eux-mêmes ». Dans l’expérience sociale, ajoute-t-il, « l’acteur est tenu d’articuler des logiques d’action différentes, et c’est la dynamique engendrée par cette activité qui constitue la subjectivité de l’acteur et sa réflexivité ». C’est en cela que le « je » est un autre, qu’il présente des identifications successives dont la complexité et l’hétérogénéité ne s’épuisent jamais dans la binarité de genre.

32Un des intérêts de ces discours est certes de regarder ce qui résiste dans les relations sociales entre les sexes, mais aussi ce qui change, se transforme et de dégager la nécessité d’envisager comme l’écrit Connell « des masculinités » ou plutôt le processus par lequel des hommes questionnent ce qu’il appelle « la masculinité hégémonique ».

En conclusion, sport et « fratriarcat » ?

33Georg Simmel (1989, p. 115) notait à la fin du xixe siècle que notre culture se révélait, à l’exception de rares provinces, entièrement masculine : ce n’est plus le cas aujourd’hui. Nous sommes passés d’une société d’ordre patriarcal à une société plus égalitaire mais pour autant la vigilance s’impose en matière de transformations des relations sociales entre les sexes. Comme le précise Françoise Gaspard (1996), si la déconstruction du patriarcat dans nos sociétés démocratiques est visible, ce qu’elle nomme le fratriarcat (c’est-à-dire la construction d’une domination masculine par les frères) est à l’œuvre et se confirme dans l’homosocialité du champ sportif. Il me semble que les mondes du sport (dont les formations STAPS font partie) sont des « fraternités » toujours discriminantes où persistent un processus d’hyper-ritualisation des identités homme/femme et qu’on peut présenter avec Daniel Welzer-Lang (Welzer-Lang et Filiod, 1992) comme un des conservatoires de « l’hétéronormalité ». Cependant, si le modèle sportif favorise l’expression de la virilité et conforte les « valeurs différentiées et hiérarchisées » (Héritier, 1996, p. 24) du genre, on a pu constater à travers les discours recueillis que certains sportifs adoptent une posture réflexive qui met en perspective ou construit une distance critique, avec leurs pratiques et leurs modes d’adhésion aux hétéronormes. L’étudiant sportif manipule alors les conventions et explore, parfois douloureusement, tous les registres des valeurs du masculin/féminin, en les renforçant, les parodiant et parfois en les détournant. De plus si on a pu montrer une certaine violence dans la fabrique des sportifs, il s’agit de comprendre qu’elle ne la résume pas. Les pratiques sportives dominantes et les contenus d’enseignements des Faculté des Sciences du sport ne sont pas les seuls éléments déterminants de la construction du masculin : elles actualisent ou simplement servent de chambre d’écho à des formes sociales acquises dans d’autres espaces. Pour autant, à partir de référentiels sociaux-culturels attendus et à « performer », on peut avancer que cette institution perpétue la fabrique de modèles de virilité et conforte les inégalités de sexes.

34Comme l’écrit Alexis de Tocqueville (1986) : « Des liens tout-puissants attachent les idées d’un siècle à celles du siècle qui l’a précédé, les goûts des fils aux penchants des pères. Une génération a beau déclarer la guerre aux générations qui l’ont précédée, il est plus facile de les combattre que de ne leur point ressembler. »

Bibliographie

Bibliographie

Ayral Sylvie et Raibaud Yves (2009), « Les garçons, la mixité et l’animation », Agora Débats/Jeunesses, no 51, p. 43-58.

Baudrillard Jean (1972), « Le corps ou le charnier de signes », Topique, no 9-10, p. 75-107.

Beauvoir Simone de (1951 [1949]), Le Deuxième Sexe, t. II, Paris, Gallimard, p. 13.

Becker Howard S. (1982 [1988]), Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, p. 64.

——— (2002), Les ficelles du métier, Paris, La Découverte (Guides repères), p. 109.

Bernard Michel (1995), Le Corps, Paris, Le Seuil, p. 12.

Birouste Jacques (1991), « Pour une étude de l’aesthésique sportive », in Anthropologie du Sport, Perspectives critiques, Paris, Andsha-Matrice-Quel corps, p. 179-185.

Butler Judith (1993), Troubles dans le genre, Paris, Éd. La découverte, Préface d’Éric Fassin, p. 17.

——— (2004), Le Pouvoir des mots. Politique du performatif, Paris, Éd. Amsterdam.

——— (2005), Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, Éd. La découverte, p. 54.

Caillois Roger (1967), Jeux et sports, Paris, Gallimard, p. 174.

Certeau Michel de (1980), L’Invention du quotidien, tome 1 : Arts de faire, UGE, Paris, coll. « 10/18 ». réédité en 1990 par Luce Giard, Gallimard, Paris, p. 45.

Connell R. W. (1995), Masculinities, Berkeley and Los Angeles, CA, The University of California Press, p. 76.

Courtine Jean-Jacques (2011), Histoire de la virilité, t. 3, Paris, Le Seuil, p. 8.

Dubet François (1994), Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, p. 103.

Elias Norbert et Dunning Eric (1986 [1994]), Sport et civilisation, la violence maîtrisée, Paris, Fayard, p. 53.

Foucault Michel (1966), Les Mots et les Choses, Paris, Gallimard, p. 13.

——— (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, p. 140.

Gaspard Françoise (1996), « Le fratriarcat : une spécificité française », Après-demain, journal mensuel de documentation politique, no 80, janvier-février.

Godelier Maurice (2007), Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Albin Michel, p. 151.

Guillaumin Colette (1992), Sexe, race et pratique du pouvoir, l’idée de nature, Côté– femmes, p. 52.

Heinich Nathalie (2009), « Art contemporain et fabrication de l’inauthentique », Terrain, no 33, p. 5-16.

——— (1998), Ce que l’art fait à la sociologie, Paris, Éd. de Minuit, p. 72.

Héritier Françoise (1996), Masculin/féminin, la pensée de la différence, Éd. Odile Jacob, p. 24.

Hoggart Richard (1998 [1957]), La Culture du pauvre, Paris, Éd. de Minuit, p. 346.

Jeu Bernard (1987), Analyse du sport, Paris, PUF, p. 27.

Laplantine François (2005), Le Social et le Sensible. Introduction a une anthropologie modale, Paris, Tétraède, p. 41.

Lefèvre Betty (1996), « La sportive entre modèles masculin et norme esthétique », in Arnaud P., Terret T., Histoire du sport féminin, tome 2, Paris, L’Harmattan, p. 247-255.

Mathieu Nicole-Claude (1991), L’Anatomie politique : catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté femme, coll. « Recherche », p. 232.

Mauss Marcel (1950, 1983), Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, p. 365.

Parlebas Pierre (1992), « Le sport, fait social », La recherche 245, juillet/août, volume 23.

Sibony Daniel (1989), Entre dire et faire. Penser la technique, Paris, Grasset, p. 9.

Simmel Georg (1989), Philosophie de la modernité, Paris, Payot, p. 115.

Tocqueville Alexis de (1986), De la démocratie en Amérique, Souvenirs, l’Ancien Régime et la Révolution, Paris, coll. Bouquins, Éditions Robert Laffont, 1 volume.

Weber Max (1965), Essai sur la théorie de la science, Paris, Plon, p. 179.

Welzer-Lang Daniel et Filiod Jean-Paul (coord.) (1992), Des hommes et du masculin, Presses Universitaires de Lyon, CREA/Bief.

Welzer Lang Daniel (2004), Les Hommes aussi changent, Paris, Éd. Payot & Rivages, p. 346.

Yaguello Marina (1978), Les Mots et les Femmes, Paris, Petite bibliothèque Payot.

Notes

1 Par exemple, à la Fédération nationale des arts de la rue, il existe un groupe de travail appelé « fabriques » proposant des dispositifs de construction/création de spectacles en amont de la présentation dans l’espace public.

Auteur

Professeur des Universités Faculté des Sciences du Sport, Université de Rouen. CETAPS (UPRES E.A. 38 32), Atelier : « Genre et enseignement de l’EPS »

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search