Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Mutations médicales

Les mutations médiatiques exposé introductif

Jacques Marchand

Texte intégral

1Toute mutation de société implique une mutation médiatique et la société sportive échappe d'autant moins à la règle que la presse sportive a contribué à son développement dans tous les domaines.

2L'Histoire du sport est là pour en témoigner.

3Si les journalistes aujourd'hui ne veulent pas que certaines mutations se fassent sur leur dos et à leur détriment, il leur faut analyser les causes profondes de l'évolution du sport dans les secteurs particulièrement évoqués au cours de l'Université : secteur technique, secteur médical, secteur économique et social, car ces causes finissent d'une façon ou d'une autre par rejaillir sur les médiateurs. C'est l'une des missions de l'U.S.J.S.F. de veiller à ce genre de grain.

4Aussi ne vous surprendrai-je pas si je vous précise que l'évolution du sport et ses dangers directs pour notre profession ont alimenté les débats de nos congrès nationaux en 1986 et 1987.

5Cette année à Port-Bacarès, nous avons étudié l'évolution des structures des compétitions :

  • alourdissement des calendriers sportifs.
  • multiplication, donc banalisation des épreuves : tournois de tennis, tournée de ski, le "cirque blanc”, tournée des meetings d'athlétisme, coupes européennes (en plusieurs éditions) pour le football, le basket, le hand, le volley, etc..., en football championnat de France une ou deux fois par semaine, avec obligation (commerciale) d'insister sur les pronostics pour profiter du loto sportif et, pendant les trêves, traitement de championnats étrangers, toujours pour satisfaire les exigences du loto. Les autres sports compliquent la formule de leur championnat, en créant des poules préliminaires, puis des poules finales appelées par les uns "play off, ce qui ne veut rien dire, et par les autres "poule des as".
  • Apparition et pressions de sports nouveaux : le golf qui dispose d'un gros soutien de certains journaux et de la télévision, la voile, le ski nautique, les sports mécaniques, etc...

6Conséquence : hyper sollicitation des journalistes de plus en plus accaparés par le tourbillon de la présentation et du compte rendu d'événements qui se succèdent, se superposent et se concurrencent et, de ce fait, n'ayant plus le temps de prendre du recul pour des analyses, des études et des enquêtes fondamentales sur le sport.

7Une étude récente du Conseil de l'Europe révèle que pour l'ensemble de ses dix sept pays membres, 1 habitant sur 3 pratique une activité sportive. Le phénomène social du "Sport pour Tous" est considérable pour les politiques, qui en prennent conscience, mais il n’apparaît pas dans la presse traditionnelle, essentiellement événementielle et sur la pression des éditeurs et des responsables de chaînes, se trouve engagée dans une course effrénée à la "star". On veut, ou plutôt on vend du Platini, du Noah, du Prost ou du Hinault sans se soucier des autres, sans se soucier du sort des autres sports qui ne mobilisent pas assez de public.

8La compétition a longtemps fait la notoriété de la vedette, mais dans la logique commerciale actuelle, c'est la vedette qui fait la notoriété de la compétition et lui assure sa rentabilité.

  • besoins de promotion d'un produit, d'une marque, d'une station de spoils d’hiver ou d'une station d'été,
  • besoins d'assurer une programme de télévision et si possible en exclusivité. Or c'est l'exclusivité adoptée comme principe qui nous pose et ne cesse de nous poser des problèmes, en menaçant le droit à l’information du public.

9Cette mutation intervient aussi pour changer les rapports entre journalistes, athlètes et dirigeants. Le copinage qui avait aussi ses méfaits et ses dérapages, en créant trop de complicité, disparaît au profit de relations plus professionnelles, donc plus froides et plus "calculées" de part et d'autre. J’entends par "calculées", parfois monnayées, car les médias audio-visuels surtout n’hésitent à ajouter à l'exclusivité d'une retransmission, l'exclusivité des déclarations et confidences de vedettes en renom. D'où la grogne et la mauvaise humeur des autres confrères qui ne peuvent obtenir de ces champions sous contrat médiatique que des banalités, quand ils ne se heurtent pas à un refus de répondre. Le climat se détériore et se traduit par des propos ou des articles parfois agressifs ou vengeurs.

10Même tension dans les rapports avec certains dirigeants qui se présentent et se comportent comme des chefs d'entreprise et veulent manipuler et contrôler les médias, au nom de l'intérêt ou des intérêts de leur club ou de leur fédération.

11Les journalistes, pour résister aux pressions et aux exigences des organisateurs, des sponsors, des diffuseurs de spectacle, que sont devenues les télévisions, tentent encore de sauvegarder leur indépendance. Leur réaction de se réfugier derrière leur déontologie, bien malmenée, pour rester des informateurs libres, n'est pas un réflexe corporatiste. Il y va de l'intérêt du lecteur, de l'auditeur et du téléspectateur. Car le droit à l'information reconnu par la Constitution française et par les "Droits de l'Homme" n'est pas un droit accordé aux informateurs, mais un droit exigé pour les "informés".

12Le droit à l'information est dû au citoyen en général, donc au citoyen sportif autant qu'à tout autre.

13L'indépendance du journaliste est aussi une garantie pour la sincérité de la compétition sportive, dont le public finirait par douter, s'il avait le sentiment que la presse, contrôlée par l'institution du sport ou les organisateurs de manifestations sportives, ne pouvait plus remplir librement sa mission d'information et de critique.

14Sur le thème "mutations médiatiques" vont s'exprimer : François-Henri de Virieu, producteur de l'émission L'Heure de Vérité sur Antenne 2, Jean-Max Mayer, chef d'édition du nouveau quotidien Le Sport, Richard Montaignac, envoyé spécial de L'Equipe. Une synthèse du débat qui a suivi leurs interventions, présentée par Frédéric Fontaine relate les opinions de remarques exprimées par d'autres journalistes participants à la table ronde : Michel Vieu (FR3-Nord), Roger Biais (journaliste honoraire, correspondant de L'Equipe à Poitiers), Jean-François Chague (Responsable des sports à la rédaction de La Nouvelle République de Poitiers).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search