Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Mutations médicales

Approche multidisciplinaire (technologie, industrie, médecine)

Exemple : le tatami moderne

Francis Trilles

Texte intégral

1Cette présentation est le résumé de la these STAPS soutenu le 7 avril 1987 à l'Université de Poitiers : "Etude des interactions judoka tatami, optimisation du compromis performance protection et problématique d'une normalisation " (F.Trilles). Ce travail a été réalisé pour l'essentiel au laboratoire CNRS du professeur Alain Junqua (Université de Poitiers).

2Le judoka subit des traumatismes directs et indirects, notamment par l'effet "cuvette" si l'enfoncement est exagéré ou au contraire par la projection sur un sol trop dur.

3Le FFJDA par sa commission médicale souhaitait que l'on étudie des tatami offrant une bonne sûreté de pas (effet cuvette nul ou très faible) et amortissant correctement les projections.

4La démarche comporta donc quatre phases :

  • analyser les matériels actuels ;

  • mettre au point un tapis étalon ;

  • élaborer des normes ;

  • donner des atouts objectifs aux fabricants.

5L'analyse des matériels actuels a conduit à étudier trente échantillons présentant une structure type :

  • bâche coton ou vinyle ;

  • agglomérat de mousse de polyuréthane ;

  • mousse antidérapante.

6Les densités sont très variables : de 180 kg/m3 à 350 kg/m3

7Les supports sur lesquels sont posés les tatami étudiés sont également très variables : béton le plus souvent, plancher de bois, revêtement synthétique, plateforme élastique.

8L'enregistrement de la force lors de la projection arrière montre une période initiale traduisant une certaine inertie du corps qui n’a pas eu le temps de réagir, puis un pic élevé et une période décroissante.

9Ce pic peut approcher 800 kgs c'est-à-dire environ 12 fois l'accélération de la pesanteur g !!!

10Lors du triple saut, par comparaison, on peut atteindre jusqu'à 18 g.

11C'est assez dire qu'il faut un tapis amortissant.

12L'utilisation de capteurs permet de dresser les coubes d'accélération.

13Un paramètre étudié est celui des impacts : c'est souvent l'épaule, le bras, l'avant-bras qui frappent le sol les premiers pour amortir la réception du corps.

14Un autre paramètre étudié est celui de la vitesse de l'impact. Ceci s'est fait au Laboratoire Peugeot Renault. On peut, par exemple, mettre en relief la vitesse de bras qui arrive sur le sol lors d’une projection du judoka à près de 10 m/sec., ce qui permet de réduire la vitesse du corps à 4 m/sec. et même à 2 m/sec. Cette diminution de la vitesse d'impact s'étudie au niveau du centre de gravité.

15Le Laboratoire CNRS de Poitiers a déposé le Tapitest, système aisément transportable qui permet d'aller étudier sur place, en des endroits différents, les tapis à tester. Il comprend un système de largage d'un boulet de hauteurs différentes à volonté. Ce boulet tombe sur le fragment à étudier posé sur une surface de référence ; il comporte un accéléromètre relié à une chaîne d'exploitation des données informatisée : en quelques secondes, on a des résultats chiffrés du comportement du matériau étudié. On obtient ainsi une véritable fiche d'expertise individuelle pour chaque échantillon étudié. Cependant ces résultats sont difficiles à exploiter tels quels : ils fournissent un diagramme d'amortissement mécanique traduisant la force enfoncement.

16Il fallait donc corroborer ces données en les comparant à l'appréciation des judoka utilisateurs qui peuvent donner une opinion subjective mais non chiffrée.

17Par exemple, le judoka jugera "agressif le tapis qui donnera la force de restitution la plus importante.

18Il faut en fait un compromis entre le tapis très amortissant, très mou, qui s'enfonce beaucoup, et le tapis peu amortissant qui s'enfonce très peu. D'autres facteurs peuvent intervenir : par exemple en mettant un tapis très dur bon pour la sûreté de pas sur une plateforme élastique donc bien amortissante, mais c'est une solution plus coûteuse et on revient donc au tatami lui-même.

19Le test humain des judoka fut ainsi réalisé : 8 tapis différents furent testés par 62 judoka de très haut ou haut niveau (médailles olympiques, ou championnat du monde...). Chacun répéta le même protocole 8 fois et nota de 1 à 10 chaque tapis selon trois critères : degré de confort, degré d’aisance à se déplacer, degré de réponse dans les actions.

20Tous ces résultats furent traités au Centre d'informatique de l'Université de Poitiers (CICUP) de façon à "croiser" les éléments objectifs et subjectifs.

21Le caractère sérieux réfléchi, la grande expérience des participants a permis d’avoir des résultats cohérents qui recoupent très bien l'analyse objective fournie par les instruments de mesure.

22Ceci a permis de déboucher sur des contacts avec le monde des industriels pour fabriquer un tatami conforme aux conceptions dégagées de ces recoupements.

23Il a donc été possible de déposer un modèle prototype dont devraient s'inspirer les industriels :

  • en surface une bâche vinylique qui fera l'objet d'études complémentaires futures en tenant compte des problèmes cutanés (frottements, transmission de mycoses, puisque les judoka pratiquent pieds nus) :

  • une couche noble de polyuréthane de bonne qualité ;

  • une plaque PVC de répartition de charge pour éliminer l'enfoncement excessif ;-une couche de polyéthylène ou polyuréthane ;

  • une couche de polyuréthane pour empêcher le glissement.

24Ce type de tapis pourrait avoir un avenir important : en France le FFJDA incitant à équiper les nouvelles salles avec ce matériel qui pourrait être la base d'un projet de normalisation européenne de 1992. Les industriels français seraient alors confortés dans leurs visées mondiales pour équiper les grandes compétitions olympiques ou mondiales.

25En conclusion, ceci montre qu'un essai d'amélioration des tatami a mis en jeu un travail très multidisciplinaire ; demande médicale, étude objective des sols existants (labo CNRS, labo Peugeot Renault), étude subjective notée par d’excellents pratiquants, corrélation informatisée au CICUP, conception industrielle et projets commerciaux : il y a bien là une mutation majeure et nouvelle.

figure 1. Enregistrement de la force d'impact selon Fz développée par KO-UCHI-GARI

figure 2. Diagrammes force-enfoncement pour 6 DOJO

Table des illustrations

Légende figure 1. Enregistrement de la force d'impact selon Fz développée par KO-UCHI-GARI
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende figure 2. Diagrammes force-enfoncement pour 6 DOJO
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

Auteur

Professeurs EPS docteur STAPS

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search