Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Mutations médicales

Relations traumatiques entre le judoka et le tatami

D. Rousseau

Texte intégral

1Les affections traumatiques et non traumatiques, qui lient le judoka à son tatami se scindent en deux chapitres :

  • Les affections liées à la surface
  • Les affections liées à la densité

La surface

2L'enveloppe qui recouvre le tatami peut-être responsable de plusieurs types d’affections.

3Cette surface est en coton ou bien en matière synthétique.

Les Frottements

4Lorsque la peau est en contact par frottements avec le tatami il peut s'ensuivre des lésions de type brûlures qui siègent le plus souvent à la face dorsale des mains ou des pieds. Ces lésions peuvent parfois se surinfecter et peuvent laisser des petites cicatrices superficielles.

5Il est également possible de retrouver des lésions type ampoules sur la face "plantaire" du pied avec une localisation préférentielle se situant sous la tête du premier métarsien.

6Dans les phases de combat au sol, on peut également retrouver des lésions au front et sur la racine du nez.

Les Mycoses Interdigitoplantaires

7Habituellement connues sous le nom "d'athlétic-foot" elles peuvent également toucher le pied du judoka. Une étude faite sur les judoka de haut niveau s'entraînant à l'INSEP a permis de découvrir des lésions cliniques dans 70 % des cas, mais les prélèvements ainsi pratiqués n'ont retrouvé des cultures positives que dans 32 % des cas. Une étude similaire a été faite chez les nageurs pour lesquels les lésions cliniques étaient présentes dans 40 % des cas, mais un taux de cultures positives de 28,3 % des cas.

8La présence de lésions interdigitales liées aux frottements sur le tatami et les pressions s'exerçant sur les pieds pourraient ainsi être le siège de surinfection mycosique.

La densité

9La densité du tatami peut-être la cause de lésions traumatiques chez le judoka.

Si le Tatami est trop mou

10Dans ce cas il peut entraîner des mécanismes de torsion. En effet, le pied reste rivé au sol et un mécanisme de torsion peut entraîner des lésions pouvant toucher les orteils, la cheville, le genou.

11Les phénomènes lésionnels ainsi déterminés sont de plusieurs types :

  • La simple entorse : elle est de loin la plus fréquente. Il s’agit d’entorse-phalangienne du gros orteil, de l’articulation tibio-tarsienne et plus rarement du genou avec lésion du ligament latéral interne.
  • La sub-luxation et la luxation : elles sont de loin l'apanage de l'articulation métatarsophalangienne.

Si le Tatami est trop dur

12Le risque est alors lié à l'impact :

  • au coude et au genou il peut apparaître des hygroma lorsque le choc est direct.
  • à l'épaule, la chute directe sur le moignon de l'épaule peut entraîner des lésions de l'articulation acromio-claviculaire.

13On a pu confirmer que plus la surface d'impact était faible et plus la vitesse d'impact était rapide, plus le risque traumatique était important.

14En ce qui concerne le rachis, seules les chutes pratiquées dans de mauvaises conditions sont à l'origine de phénomènes lésionnels :

  • fausses chutes
  • chutes directes sur le coccyx
  • chutes sur le rachis cervical en hyperextension ou en hyperflexion.

15Devant ces deux extrêmes nous avons été amenés à tester différents types de tatami et ainsi à définir des normes à partir desquelles un tatami modèle pourra être conçu.

Conclusion

16Le respect des règles d'hygiène simple.

17La bonne connaissance des chutes.

18La mise au point de tatami dont les qualités physiques seront contrôlées permettront de réduire au mieux ces petits accidents de parcours.

Auteur

Médecin Fédéral de la FFJDA

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search