Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Interférences socio-économiques

Interférences économiques et sociales

La rançon du succès

Frédéric Fontaine

Texte intégral

1A la différence des pays anglo-saxons, le sport, en France, ne résulte pas d'une éducation mais plutôt d'une mode qui privilégie la santé, la forme et la beauté. Mais le sport est maintenant bien davantage qu'une simple mode, il est devenu un phénomène économique et social. Fort de douze millions de licenciés, il représente un pouvoir qui ne concerne plus seulement les sportifs. Récupéré, le sport l'est par le monde extra-sportif, il ne peut plus continuer à se développer en marge de la société, il doit s’y adapter.

2La vie en autarcie n'est désormais plus possible sans quoi le pouvoir du sport risque de lui échapper au profil des agents économiques et politiques. L'argent, le marketing, la médiatisation ne peuvent plus faire peur mais doivent être utilisés à bon escient. Plus facile à dire qu'à faire, bien sûr, mais les dirigeants de demain devront être des gestionnaires, des administratifs, des politiques et des entrepreneurs. Une multiplication des rôles qui suppose une formation appropriée et, sans doute, la révision de leur statut amateur.

3Mais l'émergence des dirigeants à la dimension économique et politique est-elle compatible avec l'éthique du sport ? Une question trop manichéenne pour Nelson Paillou, le président du C.N.O.S.F., présent lors de l'Université d'Eté, qui estime que le temps des tabous est dépassé pour céder la place à celui des contradictions. Des contradictions normales et nécessaires, librement consenties et reliées au même fil conducteur : l'humanisme.

Les entrepreneurs sportifs

4"Le sport permet de vendre n'importe quoi dès l'instant où il est associé aux idées de puissance, de jeunesse et de beauté". Pour Nelson Paillou, pas de doute ; le sport est devenu un agent exceptionnel de promotion. A l'image de la réussite professionnelle et sociale est associé un vocabulaire sportif révélateur : "gagner", "compétition", "course", etc. Ces mots, adaptés à toutes les sauces, véhiculent des valeurs qui doivent mobiliser. Mais cette inspiration ne se limite pas à la sémantique, le sport, autrefois dédaigné (en vertu de l'axiome selon lequel les sportifs n'ont pas de cervelle), est une activité "positive" qui contribue à l'épanouissement personnel.

5Cette reconnaissance, impensable il y a quinze ou vingt ans, entraîne de nombreuses conséquences. La plus importante est l'obligation d'interdépendance entre le monde sportif et la société qui l'environne. Seconde conséquence : pour que le pouvoir du sport appartienne au sport, les dirigeants des clubs et des fédérations doivent devenir de véritables entrepreneurs. Si, par manque de compétences, ils doivent déléguer une partie de leur pouvoir, ils leur sera très difficile, sinon impossible, de revenir en arrière. De plus en plus, les intérêts commerciaux prennent le pas sur l'autorité sportive (dans le tennis ou la boxe par exemple) et il faut que les dirigeants (qui servent l’athlète alors que les autres s’en servent) puissent eux-mêmes contrôler la promotion de leur discipline.

6Mais le combat est-il vraiment égal entre un amateur (qui doit être polyvalent) et des professionnels toujours disponibles ?

7"Ce que l'on demande aux dirigeants, notent les intervenants, c'est d'être de plus en plus des professionnels, de concevoir leur sport comme une entreprise. Mais dans le même temps, on leur demande aussi d'en savoir autant que les professionnels sur les questions d'argent, de gestion, de marketing, etc. Ils doivent se "professionnaliser" pour que le sport reste amateur au sens le plus large, que sa finalité reste non lucrative". Un paradoxe difficile à la source de nombreux malentendus...

L'élu social

8Le bénévolat ne semble plus être une solution appropriée. De même le statut de "l'élu local" paraît difficile à mettre en oeuvre. Le dirigeant pourrait dans ce cas être détaché de son activité professionnelle pour accomplir une mission d'intérêt général et rémunéré comme tel. Mais, rappelle Nelson Paillou, losque le ministère de l'Economie a étudié le projet, il s’est avéré qu'il fallait prévoir des dispositions pour près de la moitié de la population française. Il existe plus de 350 000 associations (dont 150 000 sportives), un tissu associatif particulièrement dense qui complique énormément la question du financement d'une telle mesure. Qui doit payer ? Où trouver de l'argent ? Quel doit être le statut des nouveaux dirigeants ? Autant d'interrogations pour l'instant sans réponses mais il n'en reste pas moins qu'il faudra trouver des mesures sociales comme peuvent en profiter, par exemple, les athlètes de haut niveau.

L’éthique et l’argent

L’argent et le sport...

9Une question qui a suscité de nombreuses réactions, parfois divergentes, parmi les intervenants. "Pourquoi le sport devrait-il être meilleur que le reste de la société ?" se demande Bernard Jeu, philosophe de formation et président de la Fédération française de Tennis de Table. Cette exigence morale n'est-elle pas dépassée et néfaste au développement du sport ?

10"Il n’y a pas à se poser de problèmes moraux" estime Nelson Paillou. L'argent n'est pas vénal, il ne faut remettre en question l'éthique mais plutôt l'image que nous nous faisons de certains sujets tabous. L'argent est dangereux par ses excès mais il ne faut pas tuer l'idée au travers de ses perversions.

11Une troisième tendance est exprimée par Jacques Ferran (journaliste et président de l'Association Internationale Contre la Violence dans le Sport) : "le sport ne peut pas rester fidèle à lui-même s’il n’observe pas un certain nombre de règles sacrées". Si les règles ne sont pas absolument contrôlées, s'il n'y a pas un respect de l'adversaire, le sport est condamné. La soif de victoire, le besoin de gagner peut entraîner des dérapages qui ôtent tout sens à la pratique sportive. Si l'on ne considère pas qu'une victoire ne vaut rien si elle est dûe à la tricherie, si l'on n'encourage pas l’égalité des chances entre partenaires, le sport n'a plus d'intérêt. L'évolution de l'éthique ne peut pas suivre l'évolution du sport, Jacques Ferran se prononce d'ailleurs pour la création d'une commission d'éthique (comme la biologie par exemple) pour veiller au respect des valeurs véhiculées par le sport.

Ni bien ni mal
"Défendre le sport, ce n'est pas, comme certains l'affirment, dire qu'il est un bien absolu et qu'il est porteur de toutes les qualités". Après la tragédie du Heysel, le 29 mai 1985, Jacques Ferran a remis en question la promotion traditionnelle du sport. Ni bien ni mal, le sport peut être aussi bien porteur de fraternité que de raine. Il peut être l'exutoire de sentiments nationalistes et amplifier des rivalités et des tensions jusqu'alors contrôlées. Un constat lucide selon lequel le sport n’exalte pas que des valeurs positives mais peut tout aussi bien servir de caisse de résonance à des pulsions destructrices ou morbides.
Attention aux excès d'argent, de foules ou d'angélisme, rappelle Jacques Ferran, le sport ne doit pas nous échapper à cause de son succès.

Les trois sociétés

12"La société regroupe trois sociétés imbriquées qui se superposent et rétroagissent les unes sur les autres. La première, celle qui est à la base, sur laquelle repose l'édifice, c’est la société associative, celle où le club est avant tout un support de sociabilité. La seconde est la société sportive et technique avec des professionnels compétents, les entraîneurs, les directeurs techniques nationaux. La troisième, c'est la société économique et commerciale. Mais ce qui est la base, c'est une société associative et c'est de là que doit venir tout le contrôle." Cette réflexion de Bernard Jeu introduit aussi le problème de la formation qui, selon Robert Denel (administrateur de l'U.N.C.U.) inquiète de nombreux dirigeants :"Si ce problème n'est pas résolu, les municipalités risquent de diriger de plus en plus le sport amateur en décidant des fusions, en donnant de l'argent à un tel et pas un autre, en nommant parfois les dirigeants à la place des clubs parce qu'ils les considèrent plus compétents..." Un avertissement nuancé par Nelson Paillou qui estime qu'il faut partager le pouvoir avec l'Etat sans quoi il ne respectera plus ses responsabilités. Cette collaboration doit commencer entre le maire de la commune et le dirigeant du club et continuer à tous les niveaux jusqu'aux président du C.N.O.S.F. et le Secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports.

Propositions

La formation

13Elle doit privilégier les techniques de communication et concrétiser le rapprochement entre l'université et le mouvement sportif. Tout part de l'école où le sport est dévalorisé, les intervenants se sont donc mis d'accord sur la nécessité d'organiser un symposium international qui réunirait les politiques, les pédagogues, les associations de parents d’élèves, les syndicats enseignants, les médecins, les psychologues sur le thème des rythmes de l'enfant.

L'aide aux petites fédérations

14Nelson Paillou : "Nous avons 78 fédérations mais une dizaine seulement sont capables d'affronter toutes les difficultés de gestion et je crois qu'il appartient à cette structure horizontale qu'est le Comité Olympique de créer une synergie pour aider les petites fédérations qui ne peuvent pas créer leurs propres services". L'accent doit être mis sur deux points précis : les techniques de marketing et la promotion vis-à-vis des médias. La télévision paye des droits de retransmission aux grosses fédérations (football, tennis) et en demande aux petites. Une situation qui ne fait que conforter les déséquilibres entre les disciplines et le cloisonnement entre les fédérations.

La maison du sport

15Rassemblant les fédérations, cette maison du sport proposerait des services communs mais constituerait surtout un lieu permanent de réunion entre les différents acteurs du monde sportif. Plus de cloisonnement, plus d'isolement mais le partage de l'information et des compétences.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search