Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Interférences socio-économiques

Interférences sociales et économiques : le temps des débordements

Ernest Gibert

Texte intégral

1Il fallait une certaine inconscience aux organisateurs de cette manifestation pour envisager une table ronde sur le thème des interférences sociales et économiques du phénomène de mutation qui semble actuellement bouleverser le sport. Il faut une inconscience certaine pour tenter de canaliser les échanges de personnalités aussi riches que Nelson Paillou, Bernard Jeu et Jacques Ferran. Tous trois ont accepté, avec une conscience qui les honore et qui ne surprendra pas tous ceux qui les estiment, de participer sans détour à cet exercice de réflexion spontanée.

2L'attirance pour un tel sujet est explicable pour ceux qui, dans le sport, privilégient la passion à la raison. Elle se justifie également si l'on veut bien admettre que le moment est venu de s'interroger sur ce qui peut encore être entrepris pour préserver le sport des périls graves qui le menacent.

3Le sport finira probablement par faire partie de notre héritage social, c'est à dire de notre culture. Il appartient déjà à notre capital économique. L'examen des interférences sociales et économiques de l’éventuelle mutation qu'il connait va naturellement de soi. Mais un tel exercice n'est pas sans périls, pour deux raisons au moins.

4La première difficulté tient à ce que nous avons pris l'habitude d'appeler mutation tout ce qui nous dépasse, nous surprend ou que nous sommes incapables d’expliquer. Il devient alors plus facile de justifier notre manque de volonté ou notre inaptitude à agir. Pour repérer et caractériser une mutation, il convient-au minimum-de définir clairement l'état quitté et de commencer à identifier celui vers lequel on se dirige. Si on met à part le génie et la chance, les grandes mutations se repèrent toujours après et sont plus souvent subies qu'accompagnées. A priori, le sport n'a aucune raison d'échapper à la règle qui prévaut dans les autres activités sociales.

5La difficulté vient en second lieu, si l'on en croit les spécialistes de deux disciplines artificiellement séparées, de ce que le social et l'économique n'obéiraient pas à la même logique. En caricaturant quelque peu, l'esthétique et la pureté d'un côté, le réalisme et l'intérêt de l'autre. Conception manichéenne vieille comme le monde où le bien de l'un s'apprécie par le mal de l'autre, où le noir tire son intérêt du blanc. En fait, entre l'économique et le social, les frontières ne sont jamais nettes. Elles sont, au surplus, marquées d'instabilité. Lorsque le sport se mêle à l’affaire, les éléments d'intersection-dont l'existence ne se discute pas-sont encore plus difficiles à repérer.

6Il faut encore ajouter, pour le plaisir de compliquer l'analyse, la pesanteur de quelques lieux communs, d'autant plus dangereux qu’ils tirent leur apparente évidence de leur fausseté avérée. On sait que jusqu'ici, les sportifs étaient réputés dotés d'une cervelle atrophiée. Ils ont, en plus, les mains sales, puisqu'ils sont dorénavant accusés de ne concevoir leur action qu'au travers du crible de la monnaie. Mais au nom de quelle éthique voudrait-on que le sport diffère du monde auquel il est intégré ? Au demeurant, méfions-nous, les mains blanches sont généralement maquillées.

7Si l'on en croit la revue Esprit (1), le sport est entré dans un nouvel âge. S'agit-il de l'aube radieuse d'une ère dorée ou d'une étape critique, voire ultime, celle du temps des débordements ?

8Nombreux sont aujourd'hui ceux qui craignent devoir pencher vers la seconde interprétation. Leur diagnostic mérite qu'on lui prête attention, si l'on veut bien se souvenir que le mot de débordement est susceptible de revêtir plusieurs significations qui s’appliquent à la situation actuelle du sport.

  • Débordement peut d'abord être entendu comme synonyme de dépassement, ou de franchissement des bornes. On fait alors référence aux nouvelles frontières du sport, qu'il s'agisse de disciplines neuves ou de prolongements apportés aux pratiques anciennes ;
  • Le temps des débordements est aussi celui des déviations. Perversions éthiques, manipulations idéologiques, formes diverses de la violence, utilisation du sportif comme objet, exploitation du champion à des fins purement politiques ou mercantiles ;
  • Les débordements sont parfois utiles, lorsqu'ils servent de mécanismes d'évacuation des tensions ou de soupape de sécurité. Le sport deviendrait alors un lieu d’exacerbation contrôlée et organisée des passions, complément plus que substitut de la guerre ;
  • Enfin, on est en droit de se demander si la notion ne s'applique pas essentiellement à ce qu'il est convenu d'appeler le mouvement sportif. Formule curieuse, d'ailleurs, qui fait plus souvent référence aux dirigeants du sport qu'à ses pratiquants et qui, pour certains, évoque davantage l'inertie ou la statique des avantages figés que la dynamique du changement et la prospective nécessaires à l'action.

9Le sport file par les deux bouts : l'élite s'échappe pour passer chez les saltimbanques, la pratique ludique aussi au bénéfice des marchands. Il ne restera bientôt plus que le rite des assemblées dirigeantes dont la mission principale se limitera à l'organisation de leur propre calendrier de rencontres.

10Mais le nouvel âge sera-t-il nécessairement celui des débordements ? De quels débordements s'agit-il ? Est-il possible de faire face et comment ? Sur ces questions essentielles, les organisateurs de l’Université Sportive d'Eté n'ont pas de réponses toutes prêtes, pas plus que de leçons à donner. Ils attendent beaucoup, en revanche, de la confrontation des idées, de la volonté et de la capacité d'imagination. La composition de cette table ronde ne doit donc rien au hasard, aux connivences, ni même aux liens d’amitié. Elle répond au souci de la diversité des opinions et des positions et au désir de rassembler ceux dont la responsabilité d'aujourd'hui est d'éviter les débordements de demain.

11La richesse des échanges ne permet pas de rapporter en totalité les propos tenus au cours de cette table ronde. Grâce à la collaboration de Frédéric Fontaine, on trouvera ici une reprise des principales idées échangées.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search