Version classiqueVersion mobile

Pour en finir avec la fabrique des garçons. Volume 2

 | 
Sylvie Ayral
, 
Yves Raibaud

Chapitre 1. Le sport, temple du masculin ?

Le genre à travers l’expression orale pendant des séances de foot

Josette Costes

Texte intégral

1Cet article étudie le genre à l’œuvre dans le club de football de R, ville de 12 000 habitants de l’agglomération toulousaine, qui possède une section féminine relativement importante (27 % des effectifs). Le genre est ici considéré comme processus de bicatégorisation hiérarchisée suivant le sexe. Le sport étant un vecteur central de socialisation virile, dans quelle mesure la présence de joueuses dans ce monde très masculin qu’est le football influe-t-elle sur l’ordre hiérarchique du genre ? L’étude se base sur les propos tenus, dans la forme et dans le fond (vocabulaire, expressions récurrentes, ton, niveau sonore, commentaires positifs ou négatifs, discours prononcés sur le jeu, pratiqué au masculin, au féminin ou en mixité…), utilisé par les joueurs/euses, les entraîneurs/euses, les dirigeant. e. s et le public, au cours de matchs, de séances d’entraînement, et d’entretiens (40 heures d’observation sur les installations de R, 32 heures d’enregistrements audio, 35 personnes interviewées, de R mais aussi de clubs de la région Midi-Pyrénées lors des rencontres sportives).

2La première partie situe le club dans son contexte, la seconde retrace le parcours d’une fille voulant devenir footballeuse, la troisième étudie les descriptions du jeu pratiqué au féminin et au masculin.

Le club et son contexte

  • 1 Sciences et techniques des activités physiques et sportives

3Le club de foot de R existe depuis 1953. Une première section féminine a vu le jour dans les années 1990, à l’initiative de deux étudiantes en STAPS1 qui avaient réuni une équipe de joueuses qu’elles entraînaient, et qui a obtenu de bons résultats. Au départ de ses fondatrices, nommées en région parisienne, il y eut des difficultés. Écoutons ce qu’en dit un ancien : « C’étaient des filles à poigne. Il y a d’abord eu une entraîneuse, elles ne se sont pas entendues, puis un homme, il est parti très vite, et la dernière année, elles ont “bouffé” sept entraîneurs. Et le club a fermé la section. » La formulation dit un conflit d’autorité dont la responsabilité est imputée aux seules filles, et qui s’est résolu par leur exclusion. En 2007, l’entraîneur d’une équipe de filles d’une commune voisine, insatisfait de la place accordée à cette équipe dans le club, a demandé à celui de R de les accueillir. Malgré la trace défavorable laissée par l’expérience précédente, et vu la nature de l’offre – une équipe de 20 joueuses, un entraîneur qualifié connu à R et un couple de dirigeants – le club accepta et ouvrit une section féminine en 2008. L’ouverture aux filles s’est donc faite suite à une demande extérieure qui apparaissait sans risque, et non par une volonté interne du club. L’équipe dirigeante, qui était en train de se renouveler, a cependant saisi cette opportunité de donner une nouvelle impulsion et de redresser le club qui connaissait une baisse des effectifs et des résultats.

4Cette section féminine s’est largement étoffée. Elle comprend aujourd’hui 76 joueuses de 12 à 42 ans, réparties en quatre équipes (deux seniors et deux pour les jeunes de 12 à 19 ans), entraînées par une femme et quatre hommes, et est devenue un pôle de référence régional pour le foot féminin.

  • 2 Source : Fédération française de football

5Rappelons le cadre national : 85 000 licenciées en 2011-2012, représentant 4,5 % des effectifs. 7 % des clubs possèdent une section féminine. Il y a 12 % de dirigeantes2. La Fédération française de football a adopté en février 2012 un plan de féminisation qui vise 100 000 licenciées en 2015 et impose « de recruter des dirigeantes, de mettre des dames dans les clubs et à toutes les places » (secrétaire du club). Une commission fédérale de féminisation existe depuis 2009 avec 26 commissions régionales. Des actions nationales ont été lancées comme « Le football des princesses » dans les écoles primaires ou « la Semaine du foot féminin » dans les clubs.

6La quatrième place des Bleues à la Coupe du monde en Allemagne l’été 2010, les victoires récentes de l’Olympique lyonnais, certains matchs retransmis à la télévision donnent un peu de visibilité au foot féminin, mais sans aucune mesure avec le foot masculin.

7Quelques statistiques sexuées sur le club de R :

Effectif

Femmes

Hommes

 % de femmes

Joueurs

282

76

206

27 %

Éducateurs fédéraux

9

1

8

11 %

Dirigeants

20

6

14

30 %

8Enfin, il s’agit d’un club amateur de niveau régional, sans primes de match, où les éducateurs/trices sont défrayés mais non rémunérés, et basé sur le bénévolat. Il défend le sport pour tous et toutes, met en avant convivialité et plaisir du jeu, respect, solidarité, esprit de groupe, vise progrès individuel et collectif et ses équipes sont engagées dans différents championnats et challenges.

9Le discours consensuel à l’intérieur du club est que filles et garçons sont traités de la même façon.

10L’étude du budget montre deux sources de financement en faveur des hommes : les défraiements des arbitres et celui des entraîneurs/euses qui dépendent du niveau de l’équipe, des qualifications et de l’ancienneté du coach et des frais de restauration. Les équipes masculines réunissant un meilleur niveau et des coachs globalement plus qualifiés et/ou plus anciens pèsent plus lourdement sur le budget. Ces équipes se retrouvent plus souvent et plus longuement au foyer où elles prennent des repas financés par le club.

11L’occupation du terrain d’honneur, le meilleur, pour les matchs des seniors donne un avantage modéré aux hommes : 68 % des matchs ont été joués par les hommes qui représentent 66 % des effectifs seniors. 71 % des matchs joués par les hommes l’ont été sur ce terrain contre 61 % de ceux joués par les femmes. Les considérations sur sa taille sont ambiguës : des encadrants mettent en avant les grandes dimensions, qui seraient défavorables aux filles de niveau moyen, et affirment que certains entraîneurs d’équipes féminines préfèrent ne pas y jouer. Or, pendant l’étude, coach et joueuses de deux équipes ont protesté énergiquement contre ce qu’elles vivaient comme une relégation sur un terrain annexe, particulièrement abîmé par les intempéries, alors que le terrain d’honneur était libre. Une joueuse de R a mentionné qu’il fallait parfois se battre pour obtenir d’y jouer. Ces propos révèlent à la fois le présupposé de l’infériorité physique féminine et la contestation de la priorité donnée aux hommes.

12Le statut de la section féminine à l’intérieur du club n’est donc pas égal à celui de la section masculine. Une seule femme entraîneuse, une majorité d’hommes parmi les dirigeants, une minorité de filles parmi les joueurs, un budget qui dépense un peu plus pour les garçons que pour les filles, le terrain d’honneur attribué un peu plus souvent aux hommes, une occupation du foyer plus importante pour les garçons, les filles qui vont plus souvent soutenir les garçons lors de matchs que l’inverse : la section féminine est en position de subordonnée.

Devenir footeuse : un parcours semé d’embûches

13Les garçons commencent à jouer vers 6-8 ans, dans un club proche de chez eux, tandis que les filles commencent soit très jeunes, avec les garçons, à l’école et/ou dans le voisinage, soit plus tard, directement en section féminine. Les joueuses dites précoces sont souvent issues de petites communes et ont fréquemment dans leur entourage une ou plusieurs personnes qui jouent au foot mais pas toujours. Elles s’inscrivent au club le plus proche, où elles sont en général la seule fille, deux ou trois tout au plus. Au club de R, toutes les filles jouent dans la section féminine. Quelques-unes de moins de 13 ans sont venues les années précédentes mais ne sont pas restées.

Les réactions de l’entourage

14Si des joueuses disent que leurs proches ont accepté sans problème le fait qu’elles jouent au foot, d’autres, plus nombreuses, ont mentionné des réactions négatives qui disent toutes, de façon directe ou détournée, l’inadéquation femmes/foot : les mères en particulier ont peur qu’elles se blessent, qu’elles prennent des coups, elles s’inquiètent que leur fille soit seule dans un groupe de garçons, elles jugent que ce n’est pas un sport pour les filles. La mère de Laure déplorait les « taches sur le jean ». À l’école, des institutrices sont surprises, celle de Lise ne voulait pas qu’elle joue avec les garçons. Ses parents ont dû se déplacer pour qu’elle la laisse jouer. La mère de Pauline, 12 ans, raconte son vécu :

Être la mère de la seule fille dans un groupe de garçons, ça fait bizarre. Vous accompagnez votre fille, toutes les mamans sont là, avec leur garçon, et vous, c’est votre fille. Elles vous disent, oh, c’est un garçon manqué, et ça y est. C’est très pénible. Du coup, qu’est-ce que vous faites ? Vous partez parce que vous n’avez pas envie d’entendre ça.

15Enfin l’entourage de Claire, 13 ans, a peur qu’elle devienne lesbienne. Les propos suivants, tenus par le petit frère d’une joueuse, disent l’intériorisation de la norme édictée par le père : « Elle le cachait, elle voulait pas le dire. Elle avait honte. Son père disait que le foot féminin, c’était pas du foot ».

L’intégration problématique des filles dans une équipe de garçons

16La règle d’organisation de la pratique en club selon le sexe est simple : jeu en mixité avant 13 ans, sexes séparés en compétition ensuite. Sur le terrain, les garçons, bien que voisins ou copains d’école, ne voient pas d’un bon œil l’arrivée d’une fille.

17Julie raconte :

Ça a été très très dur, au tout début. On me faisait pas de passe, on me provoquait pour que j’arrête. Les jours où il y avait de la pluie, ils prenaient des vers de terre, ils me les lançaient dessus, ils m’en mettaient dans le T-shirt. Je pleurais, je voulais partir. L’entraîneur, il m’a dit : la prochaine fois, tu prends un vers de terre dans ta main et tu leur lances dessus. Et je vous garantis qu’à partir de ce moment, tout a changé. J’étais leur chouchoute, leur mascotte, leur protégée.

18Ce récit dit la violence du rejet. C’est en faisant comme eux, et aussi parce qu’elle joue très bien, que la place de Julie dans l’équipe évolue. L’agressivité se transforme en désir de protection, sous-entendant qu’elle est plus faible. Le statut de mascotte lui confère à la fois une reconnaissance et une singularité. C’est une forme d’intégration qui préserve entre-soi et suprématie masculine.

Les joueuses doivent en faire plus que les garçons

19Elles doivent marquer des buts, montrer qu’elles jouent bien, mieux que les autres garçons qui arrivent comme elles, sinon elles sont mises à l’écart. La mère de Claire, 13 ans, relève qu’ : « il a fallu qu’elle fasse comme les femmes au travail, qu’elle montre qu’elle était endurante, meilleure, taillable et corvéable à merci, elle n’avait pas de poste fixe. » Toutes les filles ne se font pas admettre. Elles viennent alors au club, puis repartent. Pour les entraîneurs, c’est aux filles de réagir, de se faire respecter, de se mettre en avant. Pour celui de G, l’attitude des garçons n’est ni méchante, ni volontaire, c’est comme ça : « Les garçons vont jouer entre eux, automatiquement ils la mettent de côté. » Ce propos justifie par la naturalisation une attitude discriminante.

Le vécu des filles qui sont restées

20Elles apprécient d’être et de jouer avec des copains, d’avoir plein d’amis garçons. Julie se souvient de cette période comme d’un âge d’or, un paradis perdu. Delhia, 12 ans, dit : « Ils me traitaient bien, comme si j’étais un garçon. » Ces propos disent l’incorporation des normes de genre et l’illégitimité à être une footballeuse. Être bien traitée est versé au bénéfice des garçons et la plupart sont fières d’avoir été admises parmi eux.

21La plupart des récits mettent à distance les signes d’une certaine féminité. Les joueuses ou leur mère mettent en avant des goûts et attitudes non conformes aux stéréotypes : les poupées ne les intéressent pas, elles détestent la danse. L’une dit : « Les gamines qui étaient avec elle étaient plutôt vernis à ongles, ça ne l’intéressait pas. » Rachel : « J’aimais pas jouer à la Barbie, voilà. »

22S’il est un lieu emblématique de l’introuvable mixité, ce sont les vestiaires.

23Les filles disposent rarement d’un vestiaire, et quand celui-ci existe, la fille y est seule. La mère de Pauline demande : « Y a l’histoire des vestiaires, entre copains, ils chahutent, elle, elle avait son truc à côté, parce qu’elle est une fille. Alors, elle est où, l’équipe ? »

24À R, le vestiaire des filles est au bout du couloir et cette disposition n’est pas le fruit du hasard. Oriane raconte : « Au fond, on est plus tranquilles, personne ne nous embête, c’est mieux. Avant, on pouvait pas se doucher, y avait les garçons à côté. » L’entraîneur confirme : « On a mis les vestiaires au bout du couloir : c’est plus rassurant. On est responsables d’elles » (pour les mineures). Effectivement, il y a des incidents : les garçons cherchent à embêter les filles dans les vestiaires, à les voir sous la douche. Un dirigeant demande aux filles de s’enfermer à clef. Cette situation n’est pas propre à R. L’entraîneur de G précise : les vestiaires sont dans deux bâtiments séparés par 50 m de cour. « Les filles, elles ont besoin d’avoir cette distance, cette sécurité. » Les mots expriment un constat, mais n’interrogent pas le fait que les garçons courent après les filles. C’est une donnée. Comment faire avec ? En séparant matériellement, en fermant à clef. Il faut insister pour interroger le terme rassurant. On est ici au cœur des rôles sociaux, où le garçon importune, est potentiellement agresseur. Les éducateurs les sanctionnent mais les réponses proposées aux filles sont s’enfermer, ou s’éloigner. Quelle prise en charge de cette question est-elle possible ? Cette situation est emblématique de la domination masculine.

Aux alentours de 13 ans, la mise en sourdine de la féminité ne tient plus

25Les garçons changent d’attitude : ils ne veulent plus trop des filles dans leur équipe, leurs capacités physiques se développent, ils deviennent plus brutaux, les filles ont du mal à suivre. Des attirances se déclarent, qui provoquent des complications. Les plaisanteries grivoises apparaissent et les filles ne trouvent plus leur place. Certains entraîneurs, sachant qu’elles doivent partir à 13 ans, et même si la fille a une suprématie technique, ne la comptent plus dans l’équipe, la laissent de côté.

26La dernière année en mixité est donc difficile pour les filles. Plusieurs mères parlent de l’année en trop et sont soulagées que leur fille trouve une section féminine pour jouer.

27Ces difficultés amenées par l’arrivée de la puberté nous éclairent sur les rapports sociaux de sexe. L’irruption des attirances, de la « poussée hormonale » comme dit la mère d’une joueuse de 13 ans, bouscule le fonctionnement, alors que les filles, pour se faire admettre, doivent au minimum jouer aussi bien que les garçons, voire mieux, cette éventuelle suprématie devient inconcevable si l’attirance s’en mêle : « faut pas qu’elle me dribble, faut pas qu’elle soit meilleure » (Julie). Et si dans le jeu, un garçon « embête » la fille, est au contact avec elle, au sens footballistique du terme, désir de protection et jalousie apparaissent, déclenchant d’éventuels comportements violents.

28La règle de séparation des sexes, admise par les filles qui reconnaissent toutes la suprématie physique grandissante des garçons et la nécessité de jouer en féminines, signifie aussi leur exclusion. Elles doivent soit arrêter, soit trouver une terre d’accueil pour pratiquer le sport qui les passionne, à la différence des garçons qui restent là où ils sont. Et elles ont quelques appréhensions. Bonnes joueuses, habituées aux affrontements avec les garçons, elles redoutent une chute du niveau de jeu et de l’engagement physique. Pour elles, le vrai foot, c’est avec les garçons.

29Elles appréhendent aussi l’ambiance « filles ». Elles se sont en partie socialisées avec des garçons, ont assumé des goûts et pratiques non conformes aux stéréotypes sexués. Elles craignent les filles « qui font des histoires, pas directes », desquelles elles se sont dissociées.

La séparation des sexes après 13 ans

30Si les clubs de foot réalisent un maillage important du territoire, bien peu disposent d’une section féminine. Les joueuses peuvent ainsi être amenées à faire des kilomètres pour continuer à jouer, nécessitant pour les plus jeunes un investissement important des parents qui doivent les accompagner. Les équipes mélangent débutantes et confirmées, filles ayant joué en mixité et celles arrivant directement en féminines.

31Certaines des filles qui arrivent au foot après 13 ans rencontrent les mêmes résistances parentales que les plus jeunes : Aurore, 14 ans, a mis un an pour convaincre son père quand une autre a profité d’être majeure et à Toulouse pour enfin s’y mettre. Les réactions des copains sont variables. Avec l’âge, elles passent de la moquerie à la curiosité, voire à l’intérêt ou à l’admiration et certaines filles sont fières de dire qu’elles jouent au foot. Pour Oriane, cela passe de « bizarre, tellement bizarre que ça en devenait pas normal à pas courant ». L’annonce passe mieux en précisant qu’elles jouent en équipe féminine. Les filles sont parfois plus critiques et s’expriment « dans le dos des joueuses » (joueuse).

32Les joueuses précoces qui appréhendaient ce passage à la non-mixité disent toutes le plaisir à retrouver un groupe de filles. Pauline dit sa joie d’être avec des filles qui lui ressemblent. Elles ne sont plus dans la « bizarrerie ». Clémentine, qui pourtant ne voulait pas y aller au départ, dit qu’elle « y allait tout le temps, c’était comme une drogue ». Elles ont plus de contacts amicaux, elles parlent de convivialité, avant-match et après-match. Si faire partie d’une équipe féminine les libère de la tension liée au fait d’être fille dans un groupe de garçons, des tensions liées au niveau hétérogène apparaissent. Elles ne peuvent se résoudre que dans le collectif : tout le monde doit progresser, il faut tirer la débutante vers le haut. L’entraide est obligatoire, le club accueillant tout le monde, par principe et aussi par nécessité : il faut de nouvelles recrues pour maintenir active la section féminine.

33La mixité ne disparaît pas totalement après 13 ans. Des rencontres amicales sont organisées de temps en temps. Il s’agit alors de la rencontre de deux collectifs, l’un masculin, l’autre féminin et non comme avant 13 ans, d’une fille seule dans une équipe de garçons.

34Un match a opposé des garçons de 12-13 ans à des filles de 15-18 ans. La capitaine raconte, mimiques à l’appui : « On a envie de les gifler. Sous prétexte qu’on est des filles, ils se croient déjà gagner le match. » Malgré la supériorité physique de certaines filles, les garçons les ont prises de haut, ça les a énervées, elles se sont démontées, désorganisées, et ont encaissé des buts. En deuxième partie, après un débriefing avec l’entraîneur, elles ont commencé « à mettre un peu d’épaules ». Ce sont alors eux qui se sont énervés. L’entraîneur raconte : « Maud, elle a fait un petit pont, hop, et après, ils se sont tous foutus de lui, il s’est fait pourrir le match. Y en a un qui disait : oh la honte ! Si c’est un mec, bon, ça va, mais si c’est une fille, ils supportent pas » (À noter que Maud est une joueuse de très petit gabarit). Malgré le jeu retrouvé des filles en seconde partie, les garçons ont gagné, déclenchant chez les filles une envie violente de match retour pour qu’elles prennent leur revanche.

35Deux joueuses seniors de C se moquent de leurs collègues masculins « qui croient qu’ils vont nous avoir facile, et qui se font avoir à chaque fois. Après, ils montent d’un cran, et forcément, ils nous dépassent ».

36Les stages techniques sont une autre occasion de mixité. Mais là, l’intégration semble meilleure. Les filles sont en général plusieurs, « elles sont reconnues, elles jouent en club avec des filles. Elles ne viennent pas sur leurs plates-bandes ». (Entraîneur de G)

37Ces témoignages disent que les joueurs masculins se positionnent d’emblée comme supérieurs. Violence symbolique et menace du stéréotype sont à l’œuvre dans le désarçonnement des jeunes filles : l’intériorisation de la suprématie masculine et leur faiblesse attendue par leurs adversaires se conjuguent pour désorganiser leur jeu. Il leur faut alors beaucoup d’énergie, de lucidité et de concentration pour réagir et s’affirmer. Apparaît ici l’une des caractéristiques de la masculinité hégémonique de Connell : ne pas perdre la face, surtout pas par une femme.

38Pour deux joueurs, c’est évident et inéluctable : « Quand on est petit, entre copains, on se doit d’être plus fort que les filles, dans le sport, ça a toujours été comme ça. Dans la tête des jeunes, les hommes sont plus forts que les femmes, donc ils supportent pas de se faire battre par une femme. »

39Les joueuses seniors ont nettement plus de recul.

40Ces témoignages disent combien il est difficile pour une fille de jouer au foot, comment les garçons font barrage, combien sa féminité doit être oubliée ou transformée en mascotte. Les vestiaires sont emblématiques de la place introuvable d’une fille seule dans une équipe de garçons. Qu’elle dispose d’un lieu spécifique ou non, la vie de vestiaire, moment important de socialisation, est une évidence pour les garçons, et un moment d’exclusion pour les filles, à cause de leur sexe qui réapparaît alors comme justificatif de cette nécessaire ségrégation.

Décrire et comparer les jeux

41Il y a unanimité et les expressions sont récurrentes pour décrire le football joué au féminin et au masculin. Sur la technique, comme sur l’esprit, le rapport à la douleur et les finalités. La comparaison est le plus souvent faite en référence au jeu masculin.

42Aux hommes, force physique, rapidité, puissance, affrontement, jeu plus individuel et aussi cirque, simulations. Compétition.

43Les hommes ou les garçons : « très technique, très rapide. Ça court plus, ça joue plus musclé. c’est plus de contacts. plus bourrin. plus engagé, il y a plus d’affrontement, ça se jettent par terre, ça se rattrape par la force, ça fait que balancer ».

44Les hommes ou les garçons : « Ils veulent flamber, à 15 ou 17 ans, c’est moi le meilleur, c’est moi qui ai frappé. Ils jouent pour eux. On leur dit tellement que c’est des petits Zidane. Ils sont plus individuels, chacun pour son but. Je suis le meilleur, et moi, et moi. »

45Nous trouvons dans ces descriptions deux autres caractéristiques de la masculinité hégémonique : la production d’une aura de force, d’audace et d’agressivité et la recherche de formes diverses de consécration. Les paroles entendues pendant les entraînements et les matchs mettent en avant performance, dépassement de soi, domination de l’autre, et contribuent ainsi à inculquer et renforcer ces normes de masculinité.

À l’attaque ; on est des guerriers (bis) ; fonce dedans, vas-y ; il faut y aller, n’ayez pas peur du duel. (Entraîneur)
On va montrer qu’on est pas des charlatans, c’est qui les meilleurs. (Joueur)
Arrache-toi mon caïd ; on y va à fond les gars, lâchez pas ; allez allez, envoyez tout ce que vous avez dans le ventre ; il faut tout donner. (Entraîneur)
Le garçon, ça joue sur tout ce qui est intimidation, il va faire le plus fort, le plus musclé, c’est éternel. Entre garçons, faut s’affirmer. (Entraîneur)
Chez les garçons, c’est l’exploit technique, celui qui va éliminer le plus d’adversaires. (Entraîneuse)

46Les garçons mettent en avant l’adrénaline, adjuvant essentiel pour certains, la compétition, le résultat, même s’ils n’oublient pas le plaisir du jeu et la convivialité.

47Aux femmes : tactique, plus de passes, de constructions, jeu collectif, évitement, plus lentes. Plaisir du jeu.

48Les femmes ou les filles : « C’est plus posé, plus tranquille, les filles, on essaie de pas trop avoir de contacts, moins rapide, plus dans la technique, plus doux, plus de phases de jeu, de construction. »

49Les femmes ou les filles :

Elles écoutent plus, ça joue moins personnel, moins pour soi, y a pas d’individualité. Y a vraiment un esprit d’équipe moins revanchard. C’est fair-play, ça râle pas, pas l’esprit de compétition. Y a pas de vilains gestes. Elles ne se montent pas la tête. Elles n’ont pas cette mentalité de se bousculer, l’agressivité. Tout le monde fait quelque chose pour l’équipe, je me bats pour les autres.

50Certaines descriptions associées aux joueuses, en miroir de celles associées aux garçons, se partagent entre réalité des attitudes corporelles dues à des socialisations différenciées, et naturalisation de ces attitudes. D’autres révèlent une spécificité féminine qui demanderait des ménagements.

51Un entraîneur met en avant un apprentissage nécessaire chez les filles : « La jeune fille va commencer avec les craintes de jeune fille : peur du contact, peur du ballon, que le garçon n’a pas au départ, il rentre dans le ballon, alors que la fille va être en retrait. La fille va se protéger le visage et le haut du corps, un réflexe pour elle. » (Entraîneur de G)

52Un autre minimise les capacités physiques des filles : « La puissance, je dis pas que les filles, euh, elles ont des frappes minimes, mais c’est pas pareil, l’homme, y a plus de risques, le contact est plus violent que chez les filles. » (Entraîneur)

53Tous pointent des différences dans l’exercice de leur fonction :

54Globalement, les garçons râlent plus que les filles, sont moins dociles et donnent de la voix. Il faut répéter, ils foncent quand les filles écoutent plus, sont plus attentives, plus disciplinées et réfléchissent plus. Elles sont aussi plus compréhensives, organisées, et beaucoup plus matures. Cependant, filles et garçons ne se gèrent pas de la même manière, en particulier pour la résolution des tensions. Les filles ne disent pas tout tout de suite, et ça ressort après. Il y a des piques, des chamailleries alors que les garçons sont plus directs, « s’engueulent un bon coup, mais après c’est fini. Chez les hommes, c’est plus droit, plus franc » (entraîneuse).

55Dans les entraînements, les filles sont constamment encouragées, félicitées. « Excellent, Très bien, oui, c’est ça »… quand les garçons reçoivent des commentaires négatifs, sont rudoyés, assez souvent réprimandés, parfois punis. En match, les joueurs reçoivent beaucoup de critiques négatives individualisées quand les filles entendent « c’est pas grave, tu réussiras la prochaine fois », ou encore « bien tenté », après une action ratée par exemple.

56Les commentaires mettent en avant un plaisir plus grand à regarder les matchs des filles. Mais les justifications révèlent une valorisation implicite du jeu masculin qui serait la norme mais trop gâché actuellement par de mauvais comportements.

57Une mère résume les états d’esprits différents : « Les filles, elles iront pas sur le hors-jeu, elles iront pas tricher, elles iront pas attaquer, faire mal, alors que les garçons, c’est vraiment ça, quoi. »

58Tandis que la coach d’E décrit le jeu : « Le foot masculin, c’est très physique, c’est un contre un, c’est celui qui impose son physique en général qui va gagner. Chez les filles, c’est complètement différent, c’est plus un jeu d’équipe, le ballon, y circule, c’est plus tactique. »

59Et pour un joueur : « Chez les hommes, beaucoup plus de combats, chez les femmes, beaucoup plus de technique. »

60Les finalités ne s’expriment pas de la même manière. Les garçons mettent en avant la compétition, le résultat, même s’ils n’oublient pas le plaisir du jeu et la convivialité. Chez les filles, les deux priorités coexistent :

61Oriane, 16 ans, dit : « Le principal, c’est le plaisir, après, qu’on gagne tout le temps ou pas, c’est pas important. Après, gagner, c’est mieux pour le plaisir. »

62Quand une joueuse senior, 20 ans, affirme : « Ce qu’on veut, c’est être bien classée, la meilleure dans notre division (excellence). On a un esprit de compétition. »

63À la question : que vous apporte la pratique du foot ?, filles et garçons ne répondent pas exactement la même chose. Dépense et entretien physique, se vider la tête, convivialité sont communes. Les garçons ajoutent : l’adrénaline et les filles : l’ouverture, la confiance en soi, une certaine assurance.

64« La dépense et l’intensité que ça demande. On finit un match, on a des crampes partout, et ça, j’aime bien. » (Joueuse, 23 ans)

65« Convivial, on se retrouve avant, après. » (Joueuse, 19 ans)

66« La ligne ! Et psychologiquement, ça libère. » (Joueuse de C, 34 ans)

67« Moi, c’est le contact avec les gens. Le foot, ça permet de s’ouvrir. » (Joueuse de C, 26 ans)

68« Ma fille, ça l’a transformée physiquement. Du coup, ça va bien aussi au niveau mental. » (Mère de joueuse)

69« Je pense à rien d’autre, les soucis, les ennuis, je suis concentré, je ne pense qu’au foot, je suis attentif à tout, ça me fait du bien. » (Joueur et entraîneur, 25 ans)

70« Ça m’apporte du plaisir, de la joie, quand je joue au foot, je redeviens un enfant. » (Joueur, 23 ans)

71« Les loisirs en même temps qu’améliorer son jeu. » (Joueuse, 20 ans)

72« Je prends du plaisir à gagner, donc je vais tout donner pour gagner. » (Joueur, 23 ans)

73Pour motiver son équipe avant un match, l’entraîneur va puiser dans des registres différents :

74« Aux garçons, je vais dire va falloir avoir des “couilles”. Aux filles : va falloir catcher, tirer les cheveux. Il faut trouver ce qui leur parle. » (Paul)

75« Quand je motive mes joueurs avant un match, il m’est arrivé de leur dire : vous y allez comme quand vous allez la première fois avec une fille, pour les détendre. Je ne dirai pas la même chose à une fille, je ferai une remarque sur la tenue vestimentaire, ou l’apparence physique. » (Olivier)

Les insultes et la violence

76À l’entraînement, parmi les garçons de moins de 13 ans, certains jouent aux durs, se croient les meilleurs. Ils traitent les autres de nuls, voire de « tapettes » mais restreignent leur « vocabulaire » car les éducateurs veillent au grain.

77Les matchs, affrontement entre deux équipes, sont propices aux dérapages, surtout si l’enjeu est important. Quand la tension monte, que quelques joueuses s’énervent, des expressions récurrentes se font entendre : « on se tait, jouez, tais-toi, arrête de parler » : euphémisme pour dire « arrêtez de vous injurier ». Ou encore : « y a rien, jouez », ce qui signifie qu’il n’y a pas blessure. La contestation de l’arbitre est quasiment un rituel chez les masculins, joueurs comme spectateurs, beaucoup plus fréquente, violente et injurieuse que chez les féminines.

78La volonté de victoire est inséparable de la violence, physique dans les gestes et verbale dans les injures. « Un garçon, quand il veut marquer ou avancer, il est prêt à tuer l’autre. » (Paul)

79Tout ce qui empêche de gagner est stigmatisé. Les insultes visent le corps : « t’es moche, t’es gros. se » ; les capacités : « t’es nul. le, t’es mauvais. e » ; la personnalité : « connard/asse, pétasse » ; la famille, et empruntent au vocabulaire sexuel : « sale p…, enc…, fils de p… »

80Certains propos tenus font référence au féminin dont il faut absolument se dissocier, composante essentielle de la masculinité hégémonique.

81« On a tricoté, et même pire, on était sur un terrain de danse, ça je sais que ça vous plaît pas, la prochaine fois, je ferai une photo avec un tutu. » (Entraîneur de CE à ses joueurs à la mi-temps)

82Deux seniors racontent des épisodes extrêmement violents en match, où ils ont vu leur copain se faire casser genou ou tibia pour passer en force. Saturé de cette violence, l’un d’eux a arrêté de jouer et retrouvé le plaisir du foot en entraînant les filles. Un autre ne reviendrait pour rien au monde entraîner des garçons. Un joueur ne supporte pas cette violence qu’il juge gratuite : « J’ai toujours accepté la violence dans le jeu, prendre un coup, c’est quand même un sport de duels. Ce que je ne supporte pas, c’est ceux qui viennent sur le terrain et qui se défoulent, qui te mettent des coups dans les côtes, des fourchettes, qui t’insultent, te crachent dessus. »

83Manifestement, la violence sur les terrains masculins est une réalité, tolérée malgré l’affichage du respect mutuel. Les filles n’en sont pas exemptes, mais elle est sans commune mesure avec celle des garçons. Il y a consensus profond sur ne pas insulter, ne pas répondre aux éventuelles provocations. Le club de R ne paie quasiment pas d’amendes pour mauvais comportements.

84Par ailleurs, les filles manifestent plus d’empathie pour les joueuses à terre. Une joueuse peut hésiter entre aller marquer et aider une adversaire à se relever, alors qu’un garçon foncerait vers le but. Une autre pleure car elle en a blessé une autre involontairement. Il n’est pas certain que cette attitude perdure à un niveau plus élevé de compétition.

La perception des footeuses

85Un ancien a déjà parlé de femmes à poigne. D’autres expressions disent qu’elles ont du caractère, du tempérament, qu’elles ne se laissent pas faire.

86On a vu chez les moins de 13 ans combien la féminité était occultée. Après 13 ans, elle ne l’est plus. Elle est même souvent mise en avant par le public, les proches, certains entraîneurs : « C’est des filles, elles sont très jolies, elles se maquillent, elles mettent des talons, elles sont féminines jusqu’au bout des doigts. » Mais cela, à l’extérieur du terrain. Sur le terrain, elles ont « une allure de garçon ». La goal parle des filles qui « ont un peu peur de se salir les mains » et de « ses copines qui préfèrent faire du shopping en ville ». Elle, elle « déteste ça, et ça ne lui fait rien d’avoir de la boue partout ».

87Toutes les filles disent qu’elles se sont faites traiter, à un moment ou à un autre, ou tout le temps, de garçon manqué. Clémentine en est agacée : « Oui, très très souvent. C’est impressionnant. C’est agaçant. Y a toujours des a priori sur les filles qui font du foot. On met des jupes, on met des robes, on met du vernis. »

88La capitaine d’une équipe senior raconte que quand elle arrive sur le terrain et qu’elle dit qu’elle a 32 ans, deux enfants, et qu’elle travaille, elle a l’impression qu’on la regarde en se demandant ce qu’elle fait là.

89Ces commentaires disent la difficulté pour ces joueuses à être perçues sur le terrain pour ce qu’elles sont : des femmes. Comme elles le sont à l’extérieur. Que faut-il donc qu’elles laissent au vestiaire ?

Conclusion : le genre à l’œuvre

90Les mots utilisés disent la prégnance des stéréotypes sexués, l’imprégnation des normes de genre et combien la féminité est problématique dans le monde du football. Filles et garçons partagent à R les mêmes installations, les mêmes équipements. Mais les deux groupes coexistent. Pour Mariette, âme du foyer, les intérêts ne sont pas les mêmes.

Les garçons, une fois le match fini, ils le refont 50 fois. Les filles, après, c’est terminé, elles ont d’autres centres d’intérêts. Les garçons, ça parle de quoi ? de foot, de fesses, de sorties, de beuveries. Les filles, c’est pas vraiment ce qu’elles cherchent. Les garçons sont complètement gamins à côté d’elles.

91Pour Laurent, ce sont des personnes qui auraient peu de chances de se fréquenter en dehors du club. Une joueuse précise : « On est souvent entre filles, ben parce que les garçons, eux, après, ils restent au club, ils boivent un coup, tout ça. Nous, on a plutôt envie de rentrer. »

92Le genre est donc à l’œuvre dans l’organisation de la pratique du football. Dès le début, par les mécanismes d’exclusion des filles qui se mettent en place à travers la « mixité », ce mot étant un réel cache-sexe, et qui aboutit à ce que seules des filles extrêmement motivées et déterminées réussissent à pratiquer en club le sport qui leur plaît, au prix d’une mise en sourdine de leur appartenance au sexe féminin. Les garçons restent donc « entre eux », même si une fille est parmi eux. La puberté vient bousculer le statu quo précédent et se solde par le départ des filles qui doivent trouver ailleurs un club pour les accueillir, parfois éloigné de chez elles, quand les garçons restent là où ils sont, toujours « entre eux ». Dans les sections féminines, les joueuses précoces trouvent enfin un lieu où elles sont filles et joueuses de foot, où elles pratiquent collectivement avec les filles qui les rejoignent.

93Au terme de cette étude, il apparaît que les filles, outre le plaisir de jouer, gagnent à jouer au foot. Elles y gagnent d’abord tout ce que la pratique d’un sport collectif apporte : la coopération avec des pairs, la mise au point d’une stratégie pour affronter l’adversaire et gagner, l’entraînement physique du corps, l’utilisation d’une tenue fonctionnelle et uniforme, sans souci des normes d’habillement. Connaître ses forces, ses limites. S’y ajoutent l’occupation et l’appropriation d’un très grand espace public, extérieur, ouvert. Rappelons que dans les cours de récréation, les garçons occupent le centre et les filles ce qui reste à la périphérie, et que les loisirs féminins se déroulent plutôt à l’intérieur, dans un lieu privé et clos. En jouant au foot, elles expérimentent un autre mode de socialisation, à rebours des socialisations traditionnelles.

94Si les filles ont à gagner à la pratique du football, les garçons pourraient gagner à laisser tomber l’affirmation de leur supériorité, ne plus se sentir menacés par la présence des filles. Toutes les joueuses reconnaissent les différences physiques et la suprématie des garçons. Pour elles, il n’y a pas à comparer, il y a de la place pour les deux pratiques, avec leurs points communs et leurs différences. Surtout dans un club comme celui de R, où c’est la passion du jeu qui motive, les primes de match n’existant pas. Des traces de modification existent cependant : des pères prennent en charge leurs enfants pour que la mère puisse régulièrement s’entraîner et jouer, des filles viennent sur le terrain encourager leur mère, des hommes refusent la violence et les injures tout en continuant à pratiquer. C’est la présence des filles qui permet la montée de l’équipe masculine, augmentant ainsi leur « valeur » au sein du club.

95À l’heure actuelle, le constat est donc le suivant : la présence d’une minorité féminine importante dans ce sport « masculin » ne remet pas fondamentalement en cause les processus de séparation et hiérarchisation des sexes qui sont à l’œuvre à travers l’organisation de la pratique du football. Mais elle permet une expérimentation d’autres modes de socialisation, de masculinité et de féminité, expérimentation qui pourrait être renforcée et enrichie par une véritable prise en compte du genre dans le projet éducatif du club et ses pratiques pédagogiques.

Bibliographie

Bibliographie

Bourdieu Pierre (1998), La Domination masculine, Paris, Le Seuil.

CLIO, Histoire, femmes et sociétés (2006), Le Genre du sport, no 23.

Connel R. W. (1995), Masculinities, Cambridge, Polity Press.

Mennesson Christine (2005), Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre, Paris, L’Harmattan.

Notes

1 Sciences et techniques des activités physiques et sportives

2 Source : Fédération française de football

Auteur

Ancienne élève de l’ENS Fontenay-aux-Roses, agrégée de mathématiques, DEA mathématiques, option économétrie, Pôle SAGESSE du CERTOP-CNRS UMR 5044, Université Toulouse 2, Équipe Genre et éducation, IUFM, école interne Université Toulouse 2

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search