Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Mutations économiques

Le sport en pleine mutation : les mutations économiques

Jean-François Nys

Texte intégral

1Le sport est en pleine mutation et, pour reprendre le programme de l'Université d'Eté, il subit l'influence des mutations techniques, sociologiques, économiques, médicales, médiatiques...

  • 1 Marc Augé affirme que le sport est de "nature religieuse" et que le spectacle sportif est un ritue (...)
  • 2 J.C. Passeron : "Attention aux excès de vitesse. Le "nouveau" comme concept sociologique", Esprit,(...)

2Sans entrer dans le débat entre les partisans de l’interprétation "continuitiste" du sport1 et ceux qui recherchent l'identification historique des ruptures, nous dirons avec J.C. Passeron : "Attention aux excès de vitesse"2. En effet, certains sont tentés de voir des nouveautés partout. Ils utilisent alors des concepts extrêmes (révolution, bouleversements, mutation culturelle...). D'autres voient dans tout phénomène la continuation du passé. Pour eux, il ne faut pas succomber aux illusions du "Jamais vu". Sans prendre parti pour l’une ou l'autre thèse nous pensons que comprendre ce que les Grecs allaient faire à Olympie permet de comprendre aussi ce que vient chercher la foule dans un stade de football à Naples ou à Sao Polo... Comprendre pourquoi le Journal L'Auto a créé le Tour de France en 1903, Peugeot son équipe de football en 1920 permet de mieux saisir l'attitude de B. Tapie ou celle de J.L. Lagardère aujourd'hui.

  • 3 M. Guillaume : "L’économie du sport", Table ronde avec W. Andreff, A. Ehrenberg, C. Pociello, Espr (...)
  • 4 W. Andreff, J.F. Nys : "Sport et Economie", Revue juridique et économique du sport, no 2, 1987, p. (...)

3Nos collègues sociologues, ethnologues, historiens... sont de plus en plus nombreux à observer les "objets sportifs", à proposer une analyse du sport, les uns pour rechercher les ruptures, les autres pour identifier les structures et comprendre leur évolution... La tâche de l'économiste, s'il est, pour reprendre une expression de M. Guillaume, "un anthropologue de la société moderne"3, est de rechercher l'insinuation de la logique économique, de l'efficacité de la rentabilité... dans cette activité sportive réputée désintéressée. L'intervention des économistes dans le sport4 s'est faite à l'occasion de crises : la crise du sport professionnel aux Etats-Unis au début des années 1950. A cette époque les clubs répondent à la hausse des salaires des joueurs en organisant des cartels : les ligues ; elles négocient avec les syndicats de joueurs puis plus tard avec les chaînes de télévision... On arrive alors à ce paradoxe où les économistes libéraux défendent les ententes dans le sport et la libre concurrence dans les autres secteurs d'activité économique. Une crise identique s'annonce aujourd'hui en France et dans de nombreux pays, à l'Ouest comme à l'Est. Le financement devient un problème essentiel du sport. Face au recul du financement étatique, à cause d'un désengagement progressif de l'Etat sous la poussée des idées libérales et parce que la crise économique rend les agents économiques plus sensibles au poids des prélèvements obligatoires, il est nécessaire de trouver d'autres sources de financement. Le financement privé se développe, le sport devient "marchandise". Il évolue sous la poussée des innovations, il s'internationalise et se médiatise.

La marchandisation du sport

4Devenant objet de consommation, le sport devient en même temps objet d'analyse pour les sciences sociales et en particulier pour l'économie. Si celle-ci a comme but d'étudier les rapports marchands, le sport entre pleinement dans son champ. En effet, comme pratique ou comme spectacle, le sport implique la consommation de biens et de services. Une industrie du sport, un commerce d'articles sportifs, d'ouvrages, de revues... se développent. Petit à petit le sport et l'économie s'interpénètrent.

5Cette interpénétration est à la fois micro et macro économique.

  • Micro économique car le sport coûte de plus en plus aussi bien comme pratique que comme spectacle. Les licences, les assurances, les équipements voient leurs prix augmenter régulièrement, et bien au-delà de la croissance moyenne du niveau général des prix.
  • Macro économique car les pratiquants sont de plus en plus nombreux. Plusieurs enquêtes permettent de mesurer l'explosion quantitative des pratiques sportives5. Aux 11 millions de licences, dont certaines sont possédées par la même personne, il faut ajouter les pratiques libres. Aujourd'hui, quand les français font du sport, ils jouent au tennis, ils font de la gymnastique (sous ses différentes formes depuis l'assouplissement à la musculation...), ils nagent ou ils courent...

6Tous ces pratiquants consomment des articles de sport (chaussures, maillots, survêtements, raquettes, balles...). Cette consommation dépasse les 5 milliards de francs, soit 0,2 % des dépenses totales de consommation.

7Le spectacle sportif attire lui aussi de nombreux spectateurs. Le Championnat de France de football de Première Division est suivi par plus de 4 millions de spectateurs, le Tour de France déplace près de 15 millions de personnes sur le bord des routes, un grand prix de formule I attire 300 à 500 000 personnes, "Roland Garros" 200 000... Devant une telle audience du sport, la préparation, la mise en scène, la diffusion deviennent des affaires de professionnels. Des entreprises se créent pour organiser des compétitions (T. Sabine Organisation crée le Paris-Dakar…), des journaux naissent pour en rendre compte...

8Ce succès attire également des industriels qui profitent de ces spectateurs pour leur faire connaître leurs produits et surtout qui attendent une audience encore plus forte des retransmissions télévisées. Le sponsorisme est né de ce développement de l'audience du sport ; il lui apporte de plus en plus d'argent. Les acteurs du spectacle, les sportifs, revendiquent une partie de cette manne, ils deviennent des professionnels ou des athlètes rémunérés... Des professionnels prennent en charge la gestion du sport.

9Les emplois ainsi créés dans le sport sont de plus en plus nombreux. Il est difficile de les dénombrer avec précision. A côté des professionnels employés à plein temps par le sport (athlètes, entraîneurs, dirigeants, organisateurs, journalistes...) se développe une masse importante d'emplois à temps partiel et aussi d'emplois officieux (caisses noires, absence de déclaration à l'URSSAF...). Ce mouvement participe à la "tertiarisation" de l'économie. Pour obtenir de l'argent, il faut vendre le "produit sport" et adopter les méthodes du Marketing. Parfois le produit doit être modifié pour qu'il se vende mieux (kimono de couleur, masque avec visière plexiglas en escrime, adaptation de la durée des épreuves aux impératifs des télévisions...). Devenu une marchandise, le sport subit les règles d'évolution des produits industriels et commerciaux : certains meurent, d'autres naissent suivant des modes... Ils connaissent des développements spectaculaires, ou au contraire végètent. Le développement inégal des disciplines sportives va s'accroître du fait de la pénétration des capitaux dans le sport. En effet certaines disciplines, parce qu'elles correspondent mieux à la demande du moment, parce qu'elles auront mieux su évoluer draineront les capitaux qui faciliteront leur croissance. Y-a-t-il des dangers à une dénaturation du sport ? Y-a-t-il des risques à ce que la direction du sport échappe aux bénévoles ? Faudra-t-il les payer,-mais alors combien- ?, pour qu'ils consacrent de plus en plus de temps pour gérer des activités qui nécessitent des masses de capitaux de plus en plus volumineuses ? C'est une évolution que les mutations technologiques qui touchent le sport peuvent favoriser.

Les mutations technologiques et le sport

  • 6 C. Pociello : "Un nouvel esprit d'aventure. De l’écologie douce à l’écologie dure", Esprit, no 4, (...)
  • 7 Cl. Sobry : "Le retour d'Icare", Esprit, no 4, 1987, p. 106-109.

10C. Pociello oppose les sports traditionnels, jeux d'affrontements et de lutte, aux sports californiens, instrumentés et technologiques, de pratique individuelle (deltaplane, planche à voile...). Les adeptes de cette nouvelle catégorie recherchent l'aventure c'est-à-dire l'exploration d'un monde inconnu et l’affrontement à des dangers. Cette quête a toujours existé (Ulysse, Robinson Crusoé...) mais aujourd'hui elle s'est banalisée, sportivisée, commercialisée, tragédisée6 (Elle s'accompagne d'une instrumentation de plus en plus sophistiquée. Cl. Sobry voit dans cette évolution "Le retour d'Icare"7 : l'utilisation ou l’invention d'une technique pour affronter un danger (les sables du désert d'un Paris-Dakar, les tempêtes de l'océan dans une transatlantique, le froid et la neige dans les ascensions surtout s’il s'agit d'enchaînements...) avec le risque d'une fin tragique.

  • 8 W. Andreff : "Le muscle et la machine–Le dialogue entre le sport et l'innovation", Culture Techniq (...)
  • 9 W. Andreff ; op. cit., p. 40.
  • 10 Pour une étude détaillée, voir J.L. Levet : "Le développement des technologies nouvelles et des no (...)
  • 11 W. Andreff : op. cit., p. 50.

11Les producteurs de matériel trouvent ainsi dans le sport des débouchés pour leurs produits et à son tour, le sport suscite la création de nouveaux produits. Entre "le muscle et la machine", le dialogue est permanent et ancien8. C’est avec la révolution industrielle "que prend naissance cet interface entre le sport et l'innovation technologique"9. L'apparition du chronomètre, le développement des instruments (ballons de cuir, gants de boxe...) et des engins (canots, vélos, autos...) va donner naissance au sport moderne. L’évolution des matériaux, du cuir aux fibres synthétiques en passant par le métal, le verre et les plastiques, offre des perspectives nouvelles aux sportifs10. L'informatique permet la prise en compte simultanée de nombreuses variables et des logiciels performants sont utilisés en voile et en automobile. La relation entre le sport et l'innovation est complexe. L'industrialisation et le progrès technique favorisent le développement du sport, mais en même temps, l'extension du sport suscite des techniques nouvelles et des produits nouveaux (le besoin d'aérodynamisme conduit à la fabrication de vélos profilés, la recherche de la légèreté nécessite des études pour de nouveaux matériaux...), le renouvellement des objets au rythme des innovations offre un débouché permanent aux entreprises. Cette double logique ne suffit pourtant pas à expliquer toutes les relations entre le sport et les innovations. W. Andreef rappelle qu’"on peut sans doute trouver une part de hasard dans l'invention d'un nouveau produit pour le sport et a fortiori dans l'invention d'un nouveau sport"11. Il cite à cet égard le "frisbee" né à la fin des années 1940 de l'amusement des étudiants et des soldats qui faisaient voler, après consommation, les moules des tartes fabriqués par Frisbie Pie Company. Des innovations résultent aussi :

  • de contraintes juridiques (modification de réglements, par exemple la limitation de la consommation d'essence en Formule I qui implique l'utilisation accrue de l’informatique avec l’installation d'ordinateurs de bord)
  • de la recherche d'une meilleure sécurité (balises Argos qui permettent une localisation précise des voiliers et qui, en même temps, rendent la course plus vivante)
  • des exigences du spectacle (balles de tennis plus lentes pour être plus visibles...)
  • ou de la victoire à tout prix qui peut conduire à des tricheries (réservoirs d'essence lestés en F1) et au dopage avec des substances de plus en plus difficiles à détecter. M. Hourcade considère que la médicalisation du sport est la dernière étape dans le développement du sport. "La technicisation tendait à la maîtrise de l'environnement et du matériel mais butait contre un obstacle ultime : l’homme. Désormais l'athlète devient un objet d’étude et de soins attentifs de la part du secteur médical"12.

12Mais derrière toutes ces causes de l’innovation on retrouve la logique économique. Les firmes industrielles cherchent des débouchés pour leur produits. La concurrence acharnée qu’elles se livrent pour se partager des marchés dont la croissance est ralentie depuis le début de la crise économique les incitent à se tourner vers le sport, un des rares secteurs à ne pas subir les effets de la crise.

13La logique économique est donc au centre des rapports entre le sport et l’innovation. Le monde du sport n’est pas "en dehors" de la sphère économique. Il suit les lois du marché, connaît les contraintes de la concurrence et les exigences de la rentabilité.

14Quelles conséquences peut-on tirer de ce développement des innovations qui touchent le sport ?

  • Il faut d’abord noter l’amélioration des performances. Tout le monde connaît la hausse brutale des hauteurs du saut à la perche lors de l’apparition des perches en fibre de verre. Mais les performances peuvent s'accroître dans des proportions telles que la sécurité des spectateurs peut être mise en cause. Ainsi pour le javelot ou les profils aérodynamiques permettaient des jets de plus de 100 Mètres. La réglementation a du être modifiée et les nouveaux javelots ont un centre de gravité avancé afin qu'ils ne planent plus et retombent plus rapidement. Les records de traversée de l’Atlantique à la voile sont régulièrement battus et c'est sur un vélo "révolutionnaire" que Moser ou J. Longo ont battu le record du monde de l'heure en vélo... L'enchaînement est sans fin. L'innovation permet la performance mais pour la dépasser, il faut rechercher de nouvelles techniques...
  • L’amélioration des techniques de fabrication en permettant de baisser les prix et d'offrir des engins plus commodes à utiliser tout en étant plus sûrs, favorise le développement de la pratique. A son tour celle-ci, par les débouchés nouveaux qu'elle crée, offre de nouvelles occasions de produire...
  • La bureaucratisation, avec sa production de réglements et de normes est un produit de la technicisation. Les sports instrumentés comme les courses automobiles ou les courses à la voile sont les champions en ce domaine. Il en résulte des rapports entre les dirigeants et les sportifs plus tendus (voir l'affaire du prix des licences en Formule 1) ; dans certaines disciplines la proportion des dirigeants par rapport aux sportifs s'accroît régulièrement. C'est toute l'organisation et le financement des instances sportives, la répartition du pouvoir, les modes d'accession à ce pouvoir qui sont alors posés.

15Est-ce que ces innovations ont changé ou changent la nature du sport ? Sont-elles un bienfait ou un danger ? Il n'est pas possible de conclure dans un sens ou un autre, à la fois pour éviter les jugements normatifs et parce qu'un certain nombre de sports se développent en dehors de toute technologie matérielle (escalade libre, expression corporelle, danse aquatique...).

L'internationalisation du sport

16Quand les marchés deviennent mondiaux, il est difficile d'imaginer que les pratiques sportives restent confinées à des territoires exigüs. Les firmes industrielles, et donc les fabricants d'articles de sport, internationalisent de plus en plus leurs activités. Les firmes sont devenues multinationales ; elles délocalisent leur production et leur stratégie est mondiale. Les Salons Internationaux (SISEL du Bourget, SIG à Grenoble, SPOGA de Cologne...) attirent de plus en plus de monde. Les manifestations sportives, également, s'internationalisent. Les athlètes d'une nation se confrontent à ceux des autre nations. Les compétitions internationales se créent et se développent. Certains pays se spécialisent alors dans quelques disciplines afin de figurer dans le peloton de tête des nations sportives. Le sport devient alors un élément de la compétition politique, un des terrains de l'affrontement Est-Ouest. Le sport est devenu "la guerre sans les armes". Les Jeux Olympiques sont à cet égard révélateurs. Conçus par le Baron de Coubertin pour développer le sport en l'internationalisant, les Jeux marquent la reconnaissance internationale d’une pratique sportive (la planche à voile par exemple). Ils sont en même en temps un enjeu politique important. Les 4 derniers Jeux en ont été marqués, parfois tragiquement :

  • 1972 à Munich : des athlètes isréaliens sont tués par un commando palestinien.
  • 1976 à Montréal : la plupart des pays d'Afrique boycottent les Jeux en raison des liens de la Nouvelle Zélande, engagée aux Jeux, avec l’Afrique du Sud.
  • 1980 à Moscou : les Etats-Unis et leurs alliés boycottent.
  • 1984 à Los Angeles : L'U.R.S.S. et ses alliés refusent de participer.

17Les Jeux Olympiques ne suffisaient pas pour assouvir cette soif de confrontations. Des Championnats ou des Coupes ont été organisés au niveau des continents (Coupes d'Europe, Coupes d'Afrique...) et au niveau de la planète, dans un nombre toujours plus grand de disciplines (Championnats du Monde, Goodwill Games...). Le développement des compétitions internationales pose bien évidemment le problème de leur financement. C'est une des questions les plus épineuses que le rugby ait eu à régler afin de mettre sur pied sa première Coupe du Monde. Mais l'internationalisation pose aussi le problème de la rémunération des athlètes. Quel "amateur" peut quitter son emploi pendant plusieurs semaines pour participer à une compétition internationale aux antipodes ? L'internationalisation du sport, par le degré de compétitivité et donc de préparation qu'elle implique, par le temps qu'elle requiert, participe au développement du professionnalisme aussi bien des athlètes que des dirigeants.

18Cette internationalisation est utilisée par le sport comme par les firmes pour réduire ou retarder les effets de la crise. Les clubs sportifs vont chercher dans le Tiers Monde de jeunes talents encore méconnus qu'ils négocient à prix d'or une fois leur notoriété assurée (voir en football les cas de Bocandé à Metz, Fofana pour Cannes ou Pelé à Niort...). En même temps la participation à une compétition Européenne est la condition nécessaire à l'équilibre financier d'un grand nombre de clubs de football ou de basket. Comme les équipes de football ou de rugby, les athlètes, les joueurs de tennis, les golfeurs, les pilotes... parcourent le monde de grands prix en tournois, de meetings en exhibitions à la recherche des prix des plus élevés.

19Les firmes d'articles de sport délocalisent leur production dans le Tiers Monde afin de bénéficier de coûts de production réduits et en même temps elles prospectent cet immense marché potentiel... Notons enfin l'internationalisation du spectacle sportif elle-même liée au développement des techniques de commercialisation et à la médiatisation du sport.

La médiatisation du sport

20En se médiatisant, le sport est devenu petit à petit spectacle. D'abord spectacle :

  • que l'on décrit au travers de la presse générale ou spécialisée ; c'est elle qui a créé la "légende" du Tour de France avec ses héros, ses drames et ses fêtes13
  • que l'on fait vivre en direct à la radio ; d'abord les combats de boxe puis les matches de football et de baseball...
  • enfin que l'on voit avec la télévision.
  • 14 Pour un développement plus approfondi, W. Andreff, J.F. Nys : Le sport et la télévision, Dalloz, 1 (...)

21Résumons les relations entre sport et télévision14.

22Le sport et la télévision ont des intérêts convergents : le sport est en effet un gisement d'audience important (par exemple le match RFA-France du dernier Mundial de football réalise la 4ème audience de la télévision française en 1986) et en même temps le sport trouve auprès de la télévision des ressources financières importantes. Elles proviennent des droits de retransmission (ils sont de plus en plus élevés et passent, pour les Jeux Olympiques d'été de 1,2 millions de dollars en 1960 à Rome à 350 millions de dollars en 1988 à Séoul) mais aussi du sponsorisme dont l'effet est multiplié par la présence de la télévision. Notons aussi que la télévision assure la promotion et donc le développement du sport. Les exemples du tennis et du golf sont à cet égard révélateurs. Mais entre le sport et la télévision les intérêts sont aussi contradictoires. La télévision peut vider les stades et à la longue les réduire à de simples tableaux de télévision ; elle peut également modifier, transformer les compétitions en imposant ses contraintes. Les exigences d'horaires ont ainsi conduit à l'invention du tie-break en tennis ; des compétitions sont programmées en fonction de l’audience prévue et non à partir de la recherche de la meilleure performance (les matches de football joués à midi à Mexico). La télévision peut aussi susciter la création d'épreuves, de shows ou d'exhibitions se substituant ainsi aux compétitions officielles (les Goodwill Games de S. Turner). Par les choix qu'elle effectue, la télévision favorise certains sports et en condamne d'autres. Ainsi aux Etats-Unis le football a détroné le baseball car il convient bien aux retransmissions télévisées avec son terrain rectangulaire, sa durée de jeu fixe, ses nombreux arrêts favorables à la publicité et aussi sa violence qui met en haleine le téléspectateur.

23En conclusion, nous dirons que toutes les mutations que nous venons rapidement d’évoquer ont permis que la relation entre le sport et l'argent, qui hier encore apparaissait comme monstrueuse, soit aujourd'hui non seulement naturelle mais encore nécessaire et recherchée. Cette analyse montre que le sport et l'économie ne constituent pas des domaines séparés de la vie sociale.

Notes

1 Marc Augé affirme que le sport est de "nature religieuse" et que le spectacle sportif est un rituel des sociétés modernes et archaïques. Roger Chartier, reprenant les thèses de N. Elias, considère que le sport "bride la violence".
M. Augé : "Football. De l'histoire sociale à l’anthropologie religieuse", Le Débat, no 19, fév. 1982.
N. Elias :"Sport et violence", Actes de la recherche en Sciences sociales, no 6, déc. 1976.
R. Chartier et G. Vigarello : "Les trajectoires du sport. Pratiques et spectacles", Le Débat, no 19, fév. 1982.

2 J.C. Passeron : "Attention aux excès de vitesse. Le "nouveau" comme concept sociologique", Esprit, no 4, Avril 1987, p. 129-134.

3 M. Guillaume : "L’économie du sport", Table ronde avec W. Andreff, A. Ehrenberg, C. Pociello, Esprit, no 4, 1987, p. 286.

4 W. Andreff, J.F. Nys : "Sport et Economie", Revue juridique et économique du sport, no 2, 1987, p. 3-24.

5 "Les Français et le sport", SOFRES-La Croix 1979, IFOP-L'Equipe Magazine 1981, SOFRES-Le Parisien 1983, IFOP-L’Equipe 1986, ainsi que Les pratiques culturelles des français, Ministère de la Culture, 1983 et Usages sportifs du Temps libéré, INSEP, 1987.

6 C. Pociello : "Un nouvel esprit d'aventure. De l’écologie douce à l’écologie dure", Esprit, no 4, 1987, p. 98-99.

7 Cl. Sobry : "Le retour d'Icare", Esprit, no 4, 1987, p. 106-109.

8 W. Andreff : "Le muscle et la machine–Le dialogue entre le sport et l'innovation", Culture Technique, no 13, 1985, p. 39-61.

9 W. Andreff ; op. cit., p. 40.

10 Pour une étude détaillée, voir J.L. Levet : "Le développement des technologies nouvelles et des nouveaux matériaux", Sociologie du sport, P.U.F., 1987, p. 172-191.

11 W. Andreff : op. cit., p. 50.

12 M. Hourcade : "Le Sport-System", Syros, 1986, p. 55.

13 J. Calvet : Le mythe des géants de la route, Presses Universitaires de Grenoble, 1981.

14 Pour un développement plus approfondi, W. Andreff, J.F. Nys : Le sport et la télévision, Dalloz, 1987.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search